À la découverte d’archives privées dans une oasis égyptienne

Mission à Kharga, décembre 2012 –

J’ai effectué en décembre 2012 un séjour d’une semaine à la missi…

Mission à Kharga, décembre 2012 –

J’ai effectué en décembre 2012 un séjour d’une semaine à la mission archéologique de l’Institut français d’archéologie orientale (Ifao) à Douch, au sud de l’Oasis de Kharga, la plus méridionale des oasis égyptiennes du désert libyque. Ce séjour faisait partie d’une mission plus longue en Égypte, dans le cadre du programme de recherche « Archives privées dans l’Égypte ottomane et contemporaine », inscrit au quinquennal 2012-2016, dont je suis responsable. Kharga est à la source de ce programme. J’avais en effet été contacté il y a plusieurs années par Sylvie Denoix, directrice des études à l’Ifao, pour m’occuper d’un ensemble d’archives privées qui lui avaient été signalées, et dont le détenteur, résidant à Kharga, voulait confier le classement à l’Ifao. Cette proposition rejoignait des préoccupations plus anciennes de ma part sur la conservation et la disparition des papiers privés en Égypte. La mise à jour d’ensembles d’archives d’époque ottomane est en effet tout à fait exceptionnelle dans ce pays, pour des raisons qui méritent d’être élucidées. Puis l’accès à des archives privées inédites, et de préférence anciennes, est un rêve partagé par beaucoup d’historiens ; et c’était l’occasion d’élargir l’enquête, de coordonner les efforts du petit nombre de personnes qui s’y intéressent, et pourquoi pas, de les réunir avec les détenteurs de papiers de famille qui ont accepté de les confier aux mains d’historiens.

Le détenteur du fonds (que j’appelle les awrâq rakâbiyya, du nom de la grande famille dont il émane) est inspecteur des antiquités à Kharga. Les excellentes relations que le directeur du chantier de fouilles de Douch au sud de l’Oasis depuis 1992, a nouées avec l’inspectorat des antiquités de Kharga sont à l’origine de la demande qu’a fait remonter Sylvie Denoix. Une première mission en décembre 2011 m’a permis, avec l’autorisation du propriétaire, de photographier la plus grande partie de ces papiers ; le reste l’a été lors de la seconde mission. L’objet principal en était d’enquêter auprès du propriétaire et de quelques autres personnes pour élucider les premières questions que je me posais autour du fonds lui-même, de ses derniers détenteurs, de la famille et de ses liens à Kharga. N’étant familier ni des Oasis, ni de l’enquête ethnographique, j’ai nagé avec bonheur dans les découvertes, tout en prenant conscience que la connaissance d’archives privées, même autorisée par leur détenteur, est par nature et demeure, en dépit de tout le tact dont on s’imagine faire montre, une opération indiscrète, dérangeante.

© Nicolas Michel

Mais d’abord, présentons le fonds lui-même. Il consiste en plusieurs centaines de papiers — je n’ai pas encore cherché à les dénombrer ; disons plus de six cents — dont 170 sont antérieurs à 1900. Le plus ancien, fragmentaire, date de 1558 ; un ensemble consistant (une cinquantaine de documents) est réparti entre les années 1780 et 1840, un autre très fourni débute dans les années 1880. Un papier se présente plié, en fait il a été roulé à partir du bas puis écrasé, semble-t-il dès qu’il était prêt à être remis à son destinataire ; sur la deuxième des tranches ainsi créées, au verso du texte, le rédacteur inscrivait souvent, quelques mots qui suffisaient à identifier l’acte, non pour un tiers ignorant, mais pour le détenteur du papier.

Les actes notariés dominent, avec ou sans formules et signes de validation par le juge ; mais on rencontre aussi d’intéressants documents sous seing privé. La vaste majorité des awrâq rakâbiyya sont relatifs à la propriété de l’eau et, secondairement, de la terre et des palmiers. Il s’agit en somme d’un ensemble cohérent de titres de propriété. La relative monochromie de l’ensemble peut décevoir ; d’un autre côté, il fournit le dossier épais de la constitution de fortunes foncières au fil des générations et permet d’appréhender avec une belle netteté ce qui faisait le fondement de la richesse dans les Oasis : la propriété partagée des puits (‘ayn) — seul moyen d’irrigation ici. Cette propriété était exprimée en journées et en heures (sâ‘a, pl. sâ‘ât et sawâ‘î) d’eau, le total des jours d’eau d’un puits ayant un rapport avec son débit. D’ordinaire la terre allait avec l’eau et n’était pas précisée, pourtant certaines transactions ne concernent que des terres (vergers, palmeraies). Il arrivait que les puits s’ensablent ou soient obstrués par divers éléments, et s’assèchent. Pour les revivifier les propriétaires passaient un contrat, dit de mujâ‘ala, propre aux Oasis, avec un ou des bailleurs qui prenaient en charge l’opération fort longue et coûteuse de dégagement et de consolidation du puits. En échange, les bailleurs recevaient la moitié de l’eau du puits : toute la répartition de la propriété, et parfois l’échelle sociale, pouvaient se trouver ainsi bouleversées. Les awrâq rakâbiyya fournissent un ensemble exceptionnel d’actes de revivification (une douzaine avant 1850) qui seront d’un grand intérêt pour les archéologues. La mission archéologique de Douch procède en effet depuis plusieurs années à un survey complet de la partie sud de l’Oasis de Kharga, et accueillera avec intérêt toute information permettant de dater les périodes récentes d’assèchement et de remise en état de chaque puits et du terroir associé.

Liste (datée 1909) des 173 propriétaires d’un puits de 27 jours, soit 648 heures d’eau

Liste (datée 1909) des 173 propriétaires d’un puits de 27 jours, soit 648 heures d’eau © Nicolas Michel 

L’extrême complexité des partages successifs de la propriété s’exprime à partir du début du xxe  siècle dans des listes (daftar ou qâ’ima) des propriétaires d’un puits, avec leur temps d’eau : le fonds Rakâbiyya en possède un bon nombre, complets ou fragmentaires. On comprend que dans ces conditions, et contrairement à la propriété d’un champ ou d’un verger, la preuve écrite était préférée au témoignage des voisins. Cela peut expliquer le soin avec lequel des papiers fort anciens ont été conservés et transmis. Comme il advient de toute archive vivante, on se débarrassait aussi de titres que l’on estimait obsolètes, par exemple ceux relatifs à un bien qui avait été vendu. Les awrâq rakâbiyya ont fait ainsi l’objet d’un tri au début des années 1970, et la majorité d’entre eux ont été brûlés. Durant au moins les soixante dernières années de leur existence, ces papiers étaient conservés dans un coffre qui se trouvait toujours dans la chambre du chef de famille. Hélas, la grande maison familiale est quasiment détruite, comme la plupart des vieilles maisons en briques crues de Kharga, délaissées à partir des années 1960 par leurs propriétaires.

L’exploration des papiers, comme les enquêtes orales, font voler en éclat toute notion préconçue de la « famille ». De nos jours les Oasiens connaissent au moins les quatre premiers noms de tout individu qu’ils fréquentent, c’est-à-dire son ascendance jusqu’à l’arrière-grand-père. Ils peuvent aussi nommer sa « famille » (‘â’ila), presque toujours formée par le pluriel de l’ancêtre éponyme (ra’s al-‘â’ila), par exemple les Biyâtra d’un certain al-Baytâr qui devait vivre au début du xixe siècle. Mais ils discutent ferme pour savoir comment ces « familles » sont liées entre elles et qui était l’ancêtre de qui. C’est ainsi que les Rakâbiyya paraissent moins comme une « famille » dans ce sens relativement restreint, que comme un vaste conglomérat aux contours indécis, uni par la référence à un ancêtre commun, Compagnon du Prophète.  En outre, les héritages se faisaient aussi par les femmes, et l’on peut être aussi attaché à sa « famille » qu’à sa belle-famille (voir l’expression akhwâlnâ, nos alliés).

La maison du dernier maire (‘umda) de Kharga, Nagâtî Hasan Hanâdî, mort en 1960

La maison du dernier maire (‘umda) de Kharga, Nagâtî Hasan Hanâdî, mort en 1960 © Nicolas Michel

Combien d’autres familles possédaient, et possèdent encore, semblables masses documentaires ? Plusieurs dizaines, si l’on se réfère seulement au nombre de propriétaires importants dans l’Oasis. Peut-être beaucoup moins, si l’on prend en compte deux autres spécificités de ce fonds. Au xviiie et une bonne partie du xixe siècle, les ancêtres du détenteur actuel, ainsi que plusieurs autres branches de la grande famille des Rakâbiyya, ont exercé auprès du tribunal de Kharga, ou plutôt de Minamûn, ancien nom de l’actuel chef-lieu (où siégeait un substitut nâ’ib du juge principal des Oasis, lequel officiait à Qalamûn, dans l’Oasis de Dakhla), des fonctions subalternes diverses ; la lignée des al-Ansârî, qui a fourni au tribunal de Kharga cinq substituts sur quatre générations, leur était apparentée à un degré que je n’arrive pas à reconstituer. C’étaient donc des gens du papier, parfois les propres rédacteurs des titres et autres actes, parfaitement au courant de la valeur de tels documents.  D’autre part, à une époque plus récente le grand-père, l’oncle, puis le père (1889-1967) du détenteur actuel, ont exercé la fonction de shaykh al-balad, partagée avec d’autres notables, fonction de médiation jadis obligatoire dans tous les litiges qui pouvaient agiter la société oasienne ; il importait que ces individus concilient autorité et parfaite connaissance des gens et des biens, leur mémoire venant en quelque sorte doubler celle des écrits, sur lesquels il leur arrivait de s’appuyer (comme le montrent des procès où la partie sollicitée produit plusieurs documents). Pistes prometteuses pour l’étude des liens entre la notabilité et l’usage de l’écrit. La mission archéologique néerlandaise travaillant à al-Qasr (Oasis de Dakhla) a découvert à partir de 2003, dans les ruines d’une maison écroulée de cette vieille ville, un ensemble de papiers privés, dont les dates s’échelonnent de 1579 aux années 1930, et qui a été très récemment publié par Rudolf Peters. Le profil social des anciens propriétaires de ces papiers, la famille al-Qurashî, est identique à celui des Rakâbiyya de Kharga : des notables parmi lesquels ont été recrutés plusieurs générations de juges.

Deux autres fonds d’archives connus, dont un publié par Salwâ Mîlâd et provenant de Kharga, complètent cet extraordinaire ensemble de documents privés des Oasis. Il est sans équivalent dans le reste de l’Égypte. Or, les Oasis, c’est bien l’Égypte — même dialecte, même mœurs, même culture matérielle, même vision du monde et des choses, même soubassement islamique — mais comme transplantée dans un milieu naturel extraordinairement original.

 

Pour citer ce billet : Michel Nicolas, « À la découverte d’archives privées dans une oasis égyptienne », Carnets de l’IREMAM, 7 février 2013. [En ligne] http://iremam.hypotheses.org/1758 (date de consultation)

 

Nicolas Michel

En savoir plus sur Nicolas Michel sur le site de l'Iremam.

More Posts - Website

Les multiples sources de l’histoire de l’intégration européenne

Xavier Häpe en CC via Wikicommons
Si, comme nous l’avons constaté dans un précédent billet, il exist…

Xavier Häpe en CC via Wikicommons

Si, comme nous l’avons constaté dans un précédent billet, il existe de bonnes raisons pour s’intéresser à l’histoire de l’intégration européenne, d’autres questions se posent. Où commencer ? Où l’historien peut-il trouver ses sources ? Il est évident que celui qui veut écrire une histoire véritablement « européenne », dépassant la seule perspective nationale, devrait voyager beaucoup pour consulter diverses archives partout en Europe. Cette dispersion des archives pose un obstacle logistique majeur auquel se trouvent confrontés de nombreux jeunes chercheurs, et a fortiori les étudiants en Master qui, souvent, ne disposent pas des ressources financières et temporelles suffisantes pour effectuer une telle recherche. Néanmoins, il y a un nombre croissant de base de données en ligne qui proposent d’accès direct à de nombreux documents originaux. Outre l’introduction à des approches plus traditionnelles, notre présentation des sources se focalise donc sur ces possibilités qu’offre l’Internet à l’historien de l’intégration européenne.

*

Sources éditées et publications officielles

Les premiers travaux sur l’histoire de l’unification européenne s’appuyèrent avant tout sur l’exploitation des archives nationales. Il en résulta des études décrivant le processus d’intégration européenne dans la perspective nationale de chaque auteur, fondées sur un corpus de sources extrait des sites nationaux. Si une nouvelle génération de chercheurs se met aujourd’hui à écrire une histoire transnationale de l’Europe, basé sur l’exploitation et le croisement de plusieurs archives nationales, il s’agit surtout de bien connaître les particularités des différents sites nationaux. Il faut alors savoir, pour chacun des pays pris en considération, quelles furent les institutions nationales en charge de la politique européenne. Tandis que dans la majorité des pays membres ce sont les ministères des Affaires étrangères qui la coordonnent, c’est, par exemple, en Allemagne le ministère de l’économie qui joua longtemps un rôle prépondérant.

Mais avant d’aller dans les archives on peut se référer à divers recueils de sources éditées. À part les éditions effectuées par des institutions nationales, par exemple La Documentation française, il faut ici mentionner les travaux du « groupe de liaison des professeurs de l’Europe contemporaine auprès de la Commission des Communautés européennes ». C’est avant tout Walter Lipgens qui lança la publication de nombreuses sources importantes.[1] Mais beaucoup d’autres historiens de ce groupe figurent également d’éditeurs de sources, surtout Wilfried Loth, le disciple de Lipgens qui continua l’édition de ces quatre grands volumes sur l’intégration européenne après la mort de son maître.

Au-delà, les autobiographies, les mémoires et les discours des hommes politiques (il n’y en a presque pas de femmes), engagés dans le processus de l’unification européenne, représentent un genre de littérature qui influença particulièrement la première vague de l’historiographie de l’intégration européenne. Quoique ces écrits posent des problèmes d’interprétation non négligeables, les historiens les utilisèrent notamment pour l’analyse des périodes où il y avait encore peu de documents accessibles dans les archives. On s’appuya donc autant sur les œuvres des hommes d’État nationaux, comme Charles de Gaulle, Konrad Adenauer ou Winston Churchill, que sur les publications des représentants des institutions européennes, par exemple Jean Monnet ou Walter Hallstein. Cette approche, pourtant, avait tendance à renforcer l’image téléologique de l’intégration européenne marquée par les « pères fondateurs » dans leurs écrits autobiographiques (sur cette question, voir le billet précédent : « Pourquoi s’intéresser à l’histoire de l’intégration européenne ? ».

Pour compléter la liste des sources éditées il nous faut finalement renvoyer aux documents et publications officielles des institutions européennes elles-mêmes. Le portail de l’Union européenne en donne une vue d’ensemble (voir ici). On y trouve des informations sur les publications actuelles, les archives historiques, les bibliothèques et centres de documentations ainsi que sur les possibilités de commander les documents. Le défi pour l’historien, pourtant, c’est que toutes ces publications changent fréquemment de noms au cours du processus de l’intégration européenne. Cela explique le fait que le titre d’un journal soit modifié à plusieurs reprises pendant seulement quelques années – c’est souvent le cas lors des élargissements de la Communauté européenne. Par conséquent, il est nécessaire de commencer par identifier les publications successives. L’historien économique et social, enfin, peut recourir à la base de données que propose Eurostat, la direction chargée de l’information statistique (voir ici). Elle fournit de multiples statistiques sur les indicateurs économiques de l’Union européenne ; celles-ci ne se réfèrent pas uniquement à la situation actuelle, mais, selon le cas, offrent également des données plus anciennes. À cela s’ajoutent les sondages Eurobarométre que la Commission européenne effectue depuis 1973 et qui peuvent éclairer l’évolution de l’opinion publique envers le processus de l’unification européenne (voir ici).

Archives des institutions européennes

En ce qui concerne les archives nous nous concentrons ici uniquement sur les fonds des institutions européennes, vu qu’une présentation de toutes les archives nationales des pays membres de l’UE qui contiennent des informations sur le processus de l’intégration dépasserait certainement le cadre de notre article. Chaque institution de l’Union européenne dispose donc de son propre service d’archives qui propose des informations spécifiques sur les fonds de ces différents organes. Pour s’en faire une première idée d’ensemble, il convient de se tourner d’abord vers la page web des « services des archives des institutions de l’Union européenne » (voir ici). De plus, le service d’archives du Conseil de l’Union européenne met à la disposition un « guide bleu » assez détaillé qui n’informe pas seulement sur les fonds d’archives des institutions européennes, mais également sur ceux des ministères des Affaires étrangères des États membres (voir ici). Ce guide – qui est complété par une « base de données sur l’intégration européenne » permettant de procéder à une méta-recherche dans les divers fonds d’archives nationales et européennes (voir ici) – constitue un premier outil très utile pour découvrir quels types de sources peuvent être mobilisés dans quelles archives et sur quels sites. Outre des informations pratiques concernant les conditions d’accès et de brèves esquisses historiques des archives, on y trouve des listes des inventaires les plus importants ainsi que quelques ouvrages de référence. Ensuite, les pages web de chaque service d’archives fournissent des informations plus précises, incluant outils de recherche avancée qui permettent de fouiller les fonds d’archives.

Les fonds d’archives des institutions européennes sont déposés aux « Archives historiques de l’Union européenne », qui sont administrées par l’Institut universitaire européen à Florence. Sa page web propose également une vue d’ensemble des différents fonds y déposés ainsi qu’un outil de recherche (voir ici). Les Archives de l’Union européenne suivent la règle de trente ans, ce qui signifie que seuls les dossiers élaborés il y a plus de trente ans sont accessibles au public. Il faut, de plus, prendre en considération le fait que la production des inventaires prend quelques années après l’ouverture des fonds, ce qui complique encore la recherche.

Les bases de données en ligne

Le problème d’accessibilité des archives peut être contourné, en partie, par le recours à des bases de données en ligne qui offrent accès à de nombreux documents numérisés. Une première liste de ressources électroniques se trouve sur la page web de l’Institut universitaire européen (voir ici). La plus intéressante en constitue la base DORIE – « Documentation et Recherche sur les questions Institutionnelles Européennes » – mise en place par la Commission européenne (voir ici). Cette base offre des documents composés par les services de la Commission au cours du processus de l’intégration européenne pour des besoins internes, des comptes rendus des réunions par exemple. Néanmoins, pour le moment, la base de données est encore en construction et il n’y a qu’un nombre limité des documents déjà numérisés.

L’université de Pittsburgh aux États-Unis entretient une autre banque numérique très utile, l’Archive of European Integration (AEI) (voir ici). Il s’agit d’une coopération entre la bibliothèque et le centre de la recherche sur l’Union européenne à Pittsburgh ainsi que l’European Research Papers Archive et l’European Union Studies Association. Deux genres de documents y peuvent être mobilisés. D’une part, on trouve des articles scientifiques portant sur la construction européenne ; d’autre part, des documents officiels de la Communauté européenne sont rendus accessibles. L’AEI constitue donc probablement la base de données la plus importante, librement accessible en ligne, qui offre un nombre toujours croissant de dossiers numérisés. De surcroît, ses outils de recherche avancée permettent une recherche très détaillée.

Ensuite, la page web du Centre Virtuel de la Connaissance sur l’Europe (CVCE), un établissement public luxembourgeois, dispose d’une vaste bibliothèque numérique qui rassemble plusieurs milliers de documents concernant l’évolution de la construction européenne depuis ses origines après la Seconde Guerre mondiale (voir ici).[2] Dans ses collections on ne trouve pas seulement des documents papiers numérisés, mais aussi des sources multimédia, comme des vidéos, des entretiens, des photos, des cartes interactives, etc. Les sources sont regroupées en dossiers thématiques et classées par ordre chronologique. Dans l’ensemble, il s’agit d’une page très riche et varié, sur laquelle on peut juste « surfer » pour se faire une idée plus complète de la chronologie de l’unification européenne.

Finalement, nous renvoyons au portail European History Primary Sources qui était crée par l’Institut universitaire européen il y a encore peu de temps (voir ici). Ce  portail ne constitue pas une base de données en lui-même, mais propose un index de pages web offrant accès à des sources numérisées. Cependant, les références ne se limitent pas à la construction européenne d’après-guerre, mais concernent l’histoire du continent depuis l’Antiquité, quoique l’accent soit mis sur le XXe siècle. Avec le nombre de bases de données en ligne augmentant d’une façon continue, ce site devrait se révéler de plus en plus utile.

Bibliothèques et recherche de littérature

Nous concluons notre article par la présentation des quelques outils qui peuvent aider à la recherche de la littérature spécialisée portant sur le processus de l’unification européenne. Vu que l’Institut universitaire européen à Florence, crée en 1972 par les États membres de la Communauté, représente un des centres les plus importants de la recherche sur l’intégration européenne, sa bibliothèque dispose certainement des fonds les plus complets (voir ici). De plus, le catalogue CADMUS permet de chercher les nombreuses thèses de doctorat qui sont soutenues à l’institut et qui sont, en partie, accessibles en ligne (voir ici).

Une autre bibliothèque très riche est celle de la Commission européenne, crée dès 1958 (voir ici). Les collections de la Bibliothèque centrale de la Commission européenne couvrent donc toute la période de l’unification européenne depuis ses origines dans les années cinquante jusqu’à aujourd’hui. La recherche dans ses fonds peut être effectuée via le catalogue ECLAS qui regroupe plusieurs bibliothèques et centres de documentations spécialisés, coordonnés par la Bibliothèque centrale (voir ici). Cet instrument se prête surtout à la recherche des publications officielles des institutions européennes.

Depuis les années 1960 la Commission européenne a également installé un réseau européen d’information, regroupant quelque centaines de centres d’information et de documentation. Sur la page web du service europe direct les différentes institutions nationales peuvent être repérées (voir ici). Ce sont donc surtout les centres de documentations, attachés souvent à des universités, qui mettent à la disposition des publications officielles des institutions européennes ainsi que de la littérature spécialisée.

Quant aux revues scientifiques, le Journal of European Integration History (JEIH), édité depuis 1995 par « le groupe de liaison des professeurs de l’Europe contemporaine auprès de la Commission des Communautés européennes », prend un rôle prépondérant (voir ici). Publié en trois langues – anglais, français, allemand –, il constitue la seule revue scientifique dédiée exclusivement à l’histoire de l’intégration européenne. Excepté les numéros de l’année en cours, les exemplaires de la revue sont téléchargeables sur la page web du groupe de liaison. Enfin, l’European Research Papers Archive (ERPA) offre l’accès aux papiers et revues électroniques des quelques 18 institutions membres dans le domaine de recherche sur l’intégration européenne (voir ici). Les publications couvrent donc plusieurs disciplines académiques qui font partie des études européennes.

*

Ce bref tour d’horizon a montré qu’il existe de plus en plus d’outils qui facilitent la recherche sur l’histoire de la construction européenne d’après-guerre. L’Internet offre aujourd’hui de multiples possibilités qui peuvent épargner de longs séjours dans les archives. Dans le même temps, le nombre croissant de ressources électroniques risque toutefois d’obscurcir  la situation plutôt que de l’éclairer – une tendance qui est encore renforcée par le fait que la construction européenne n’a pas encore trouvé sa fin. Il s’agit donc de ne pas se laisser écraser par l’offre existant, mais de l’explorer avec persévérance !

 

Récapitulatif des liens cités

________

  • Publications officielles

Portail de l’Union européenne : http://europa.eu/documentation/index_fr.htm

Eurostat : http://epp.eurostat.ec.europa.eu/portal/page/portal/eurostat/home/

Eurobaromètre : http://ec.europa.eu/public_opinion/index_fr.htm

  • Archives des institutions européennes

Services des archives des institutions de l’Union européenne : http://ec.europa.eu/dgs/secretariat_general/archives_services/index_fr.htm

Guide bleu des archives : http://www.consilium.europa.eu/documents/archives/blue-guide?lang=fr & http://www.eui.eu/HAEU/MFAdb/Welcomefr.htm

Archives historiques de l’Union européenne : http://www.eui.eu/Research/HistoricalArchivesOfEU/Index.aspx

  • Bases de données

Institut universitaire européen (IUE) : http://www.eui.eu/Research/HistoricalArchivesOfEU/FindingAidsAndResearch/LibraryandE-Ressources.aspx

Documentation et Recherche sur les questions Institutionnelles Européennes (DORIE) : http://ec.europa.eu/dorie/home.do?locale=fr&

Archive of European Integration : http://aei.pitt.edu/

Centre Virtuel de la Connaissance sur l’Europe (CVCE) : http://www.cvce.eu/

European History Primary Sources : http://primary-sources.eui.eu/

  • Bibliothèques / littérature

Bibliothèque de l’IUE : http://www.eui.eu/Research/Library/Index.aspx

Catalogue de thèses CADMUS : http://cadmus.eui.eu/handle/1814/7088

Bibliothèque centrale de la Commission européenne : http://ec.europa.eu/libraries/doc/index_fr.htm

Catalogue collectif des bibliothèques de la Commission européenne ECLAS : http://ec.europa.eu/libraries/doc/catalogues/index_fr.htm

Europe direct : http://europa.eu/europedirect/meet_us/index_fr.htm

Journal of European Integration History : http://www.eu-historians.eu/Journal

European Research Papers Archive : http://eiop.or.at/erpa/erpainfo.htm

[1] Walter Lipgens (dir.) : Documents on the History of European Integration, 4 vol., Berlin : de Gruyter, 1985-1991.

[2] Cette page succède à l’european navigator (ena) qui se trouvait sur www.ena.lu