Stephen Graham, Villes sous contrôle. La militarisation de l’espace urbain, Paris, La Découverte, collection « Cahiers libres », 2012 (édition originale 2010), 280 pages, 22 €.

 
Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque
Cette étude de l’universitaire britannique Stephen …

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Cette étude de l’universitaire britannique Stephen Graham s’inscrit dans la lignée de celles de David Harvey, Naomi Klein ou Mike Davis, en démontrant la volonté d’omniscience du contrôle technologique manifestée par la Triade à l’égard du terrorisme, réel ou fantasmé ; cette volonté se déclinant dans les villes occidentales via l’accroissement de la surveillance sécuritaire, et dans les champs de bataille urbains du Sud via le contrôle des ressources, manifestation d’un « capitalisme par dépossession »[1]. Autant de marques d’une militarisation globale des sociétés, voire d’une « métaguerre », dans la lignée du concept de guerre totale, surtout sensible depuis le 11 septembre 2001, militarisation qui ouvre des marchés particulièrement lucratifs pour certaines entreprises, testant leurs techniques en guerre avant de les transférer dans des villes en paix.

Se dévoile alors, selon l’auteur, un véritable complexe, plus large que le traditionnel militaro-industriel, regroupant « armée-industrie-médias-divertissement » ; l’industrie bénéficiant du soutien des États dans un secteur porteur mais concurrentiel, tandis que les médias se chargent de faire de la guerre un spectacle. Le propos de Stephen Graham porte essentiellement sur les États-Unis, au risque de manquer de données comparatives (ainsi du recrutement de plus en plus rural de l’armée étatsunienne, qui irait dans le sens d’un rejet de la grande ville vue comme cosmopolite). Les changements de doctrine militaire sont particulièrement analysés, le rêve de suprématie militaire totale sans pertes s’incarnant, suite à l’impasse irakienne, dans des projets de robotisation des interventions létales, allant jusqu’à des insectes robots dotés d’armes biologiques et/ou génétiques. Stephen Graham précise toutefois qu’il n’existe pas d’unanimité au sein de l’armée étatsunienne sur ce fétichisme de la machine, d’autant qu’en plus du risque d’erreurs de cibles, se dessinerait une dilution des responsabilités en cas de crimes de guerre.

S’y ajoutent certains développements sur Israël, dont la gestion des territoires palestiniens, et en particulier de la bande de Gaza, fait office d’expérience modèle, que ce soit pour les assassinats ciblés ou pour la destruction des infrastructures urbaines. Ces dernières, cibles privilégiées, seraient selon l’auteur davantage détruites par les États-nations que par les groupes terroristes, au mépris du droit humanitaire international qui interdit théoriquement de s’en prendre aux populations civiles[2]. Assurément, les exemples convoqués par Stephen Graham ont de quoi faire réfléchir, voire carrément saisir le lecteur : on découvre en effet que certains jeux vidéo de guerre ont été directement commandés par l’armée, offrant une vision de la mort aseptisée, avec en retour l’inspiration des commandes de console PlayStation pour les tableaux de commande de drones étatsuniens. De même, les fausses villes du Sud conçues par l’armée étatsunienne, réelles (Paris est un leurre est dépassé !) ou virtuelles, et qui transposent les « clichés orientalistes », ont un caractère proprement sidérant. Ce « réenchantement » de la guerre contraste avec la réalité sur le terrain.

Toutefois, cette version française du livre laisse un profond goût d’inachevé : n’ont en effet été traduits que la moitié des chapitres de l’édition originale, sans qu’aucune justification n’apparaisse, faisant du même coup disparaître la conclusion ! On est ainsi privé de probables développements sur les systèmes de sécurité utilisés dans les villes occidentales, capables de repérer des déviances par rapport à une normalité préétablie[3]… Les autres limites de l’étude, un prisme colonial un peu trop systématique (l’idée de colonisation interne des pays développés, ou l’exploitation des villes du Sud par celles du Nord, trop indifférenciée), une tendance ponctuelle à la simplification (la stigmatisation des Arabes après le 11 septembre  visible dans la production hollywoodienne, sans exemples…) ou le concept d’urbicide, qui peine à convaincre totalement, sont peu de choses face à cette amputation incompréhensible.


[1]              David Harvey, Le nouvel impérialisme, chroniqué dans notre revue électronique.

[2]              Stephen Graham prend l’exemple de la première guerre d’Irak, pour laquelle ce genre de cibles serait responsable de plus de 100 000 morts.

[3]              Voir à cet égard Frédéric Gaillard / Pièces et main d’œuvre, L’industrie de la contrainte, chroniqué dans notre revue électronique.

 

La planète se réchauffe ? Refroidissons-la !

 
Face à la réalité du réchauffement climatique et aux difficultés que rencontrent les États à …

 

Face à la réalité du réchauffement climatique et aux difficultés que rencontrent les États à limiter à +2°C la hausse des températures, certains scientifiques proposent de modifier volontairement le climat pour provoquer un refroidissement artificiel de la planète. Regroupées sous le terme de géo-ingénierie, ces techniques – controversées – commencent à trouver des échos et des financements. Que peut-on raisonnablement en attendre ? Quels sont les enjeux ? Tour d’horizon de la question.

 

Qu’entend-on par géo-ingénierie ?

Ce terme complexe désigne les projets de grande ampleur imaginés par certains scientifiques pour agir directement sur le climat de la planète et provoquer une baisse artificielle des températures afin de lutter contre le réchauffement climatique. On distingue deux types de projets de géo-ingénierie : ceux visant à capturer le CO2 pour limiter la quantité de gaz à effet de serre présents dans l’atmosphère et ceux visant à gérer le rayonnement solaire. Pour capturer efficacement le CO2 et limiter ainsi l’effet de serre, certains scientifiques imaginent par exemple d’avoir recours à la fertilisation des océans. Il s’agirait d’ensemencer les mers via des ajouts de fer afin de faciliter la multiplication du phytoplancton : cette plante marine microscopique se nourrit de fer et absorbe le CO2 qu’elle rejette ensuite sous forme d’oxygène (1).

CC – Éruption du Pinatubo (1991)

Quant à la gestion du rayonnement solaire, il s’agit de faire en sorte que l’atmosphère et la surface de la Terre renvoient une part plus importante du rayonnement solaire vers l’espace pour que les rayons du soleil ne chauffent pas (trop) la planète. On s’est notamment rendu compte que d’importantes éruptions volcaniques, comme celle du Pinatubo (Philippines) en 1991, avaient eu pour effet de diminuer les températures atmosphériques d’un demi-degré environ, pendant près d’un an. Afin de reproduire ce phénomène, des scientifiques envisagent d’envoyer des particules de souffre dans l’atmosphère pour faire obstacle aux rayonnements solaires et les renvoyer vers l’espace.

Poursuivant le même objectif, certains chercheurs proposent de repeindre en blanc les toits et les routes des zones urbaines du monde entier. En effet, une surface blanche renvoie toute la lumière qu’elle reçoit. Ce projet permettrait selon ses promoteurs d’augmenter la réflectivité de la Terre (le renvoi des rayonnements du Soleil vers l’espace ; les scientifiques parlent de l’albédo de la planète) et de « compenser » ainsi nos émissions de CO2. D’autres évoquent encore l’envoi de milliers de miroirs dans l’atmosphère pour réfléchir la lumière du soleil.

 

Des projets controversés

Loin de faire l’unanimité, ces idées avancées pour modifier rapidement le climat de la Terre font particulièrement débat. D’après un rapport de la Royal Society (2), la fertilisation des océans  autrement dit la séquestration marine du carbone comporte d’importants risques écologiques : acidification des océans ou encore perturbation grave de l’équilibre de la faune et la flore marine. Elle serait également peu efficace, d’après les résultats du programme international de recherche KEOPS (3).

CC – J. MacNeill – Catamaran fabricant des nuages

Quid du refroidissement de la planète par l’envoi de particules de soufre dans la stratosphère ? Pour la Royal Society (2), cette technologie a le mérite de pouvoir faire baisser rapidement le thermomètre (dès la première année) sans être trop coûteuse. Pourtant, elle risque d’endommager la couche d’ozone. De plus, une étude de Ken Caldeira et Damon Matthews – chercheurs à la Carnegie Institution de Washington et à l’Université Concordia du Québec  – précise qu’une fois mise en place, cette technologie ne pourrait être interrompue sans risquer de voir le CO2 capturé brutalement libéré et provoquer ainsi un réchauffement très rapide de la planète, de près de 7°C par décennie. Ce que confirme le climatologue Hervé Le Treut, directeur de l’Institut Pierre-Simon Laplace (IPSL) et membre de l’Académie des Sciences : « cette technologie n’a aucune pérennité car il faudrait envoyer chaque année plusieurs millions de ballons de soufre dans l’atmosphère. Or, en cas d’arrêt, cela provoquerait en effet un réchauffement brutal du climat. Elle me paraît donc dangereuse ».

Concernant le fait de peindre en blanc nos toits et routes, Bertrand Guillaume, maître de conférences à l’Université  de technologie de Troyes et coauteur de Scénarios d’avenir. Futurs possibles du climat et de la technologie (4), se montre sceptique. Selon lui, si le pouvoir de compensation de cette méthode est considérable – « 44 gigatonnes de dioxyde de carbone (GtCO2) » – elle n’en reste pas moins extrêmement coûteuse et son bilan carbone très lourd. Car, « la production d’une tonne de peinture engendre l’équivalent de 2,5 à 3 tonnes de CO2 ». Or, il s’agirait de repeindre 1,5 million de km2 – soit 1% de la surface de la Terre – et il faudrait repeindre tous les dix ans pour que la compensation reste significative… Une question se pose : a-t-on vraiment besoin de la géo-ingénierie ?

 

La nécessité d’ouvrir le débat

Difficile de trancher quand la géo-ingénierie suscite trois réactions : « elle est notre unique option » ; « elle est particulièrement dangereuse et incertaine » ; « elle doit rester une solution de dernier recours ». Certains chercheurs insistent sur le problème éthique voire moral que les technologies de géo-ingénierie leur posent. Ils estiment ainsi que la planète n’est pas un terrain d’expérimentation et que l’Homme ne devrait pas tenter de contrôler le climat à l’échelle mondiale. Ces mêmes scientifiques soulignent que la géo-ingénierie ne repose pour le moment que sur des simulations informatiques, ce qui implique que ses conséquences ou effets secondaires restent largement méconnus. Enfin, ils rappellent que des solutions opérationnelles, mêlant réponses techniques et modification des comportements, existent déjà et mériteraient d’être mises en œuvre pour lutter contre le réchauffement climatique.

CC – Klaus Lackner – Columbia University – Arbres artificiels pour capter le CO2

Quant aux tenants de « l’unique option », ils avancent l’argument du temps en faveur de la géo-ingénierie : nous sommes pressés par le temps car depuis la première conférence mondiale sur le climat en 1979, nous n’avons pas suffisamment réduit nos émissions de CO2 pour contrer le réchauffement climatique. Circonscrire la hausse des températures à +2°C d’ici 2020 serait déjà hors de notre portée (5) dans la mesure où cela supposerait de réduire de 8,5% par an nos émissions de CO2 quand elles ne cessent d’augmenter, d’après l’Organisation météorologique mondiale. Prenant acte de ces données, certains chercheurs envisagent la géo-ingénierie comme un palliatif incontournable face au manque de réactivité de nos sociétés.

À ce stade des recherches, force est d’admettre que de multiples incertitudes demeurent. Pourtant, la géo-ingénierie commence à trouver des échos et des financements.  Le milliardaire Bill Gates finance ainsi une équipe de chercheurs-militants souhaitant convaincre gouvernements et structures internationales de soutenir des projets de géo-ingénierie…

Pour ouvrir le débat sur ces questions, nous vous proposons une soirée « Changements de climat : changements de société ? », le jeudi 15 novembre 2012, en présence du climatologue Hervé Le Treut, de l’économiste Patrick Lagadec et du sociologue Jean-Paul Bozonnet. Comment adapter nos sociétés à la nouvelle donne climatique ? La géo-ingénierie fera-t-elle partie demain de l’arsenal de solutions incontournables pour faire face aux changements du climat ? Quelles sont les implications – sociales, culturelles, économiques… – des différentes options envisagées ?…  Venez en débattre avec nous le 15 novembre !

Coraline BERTRAND

 

(1) Par la photosynthèse, le phytoplancton produit une grande quantité d’oxygène nécessaire à la vie dans l’eau, mais aussi, grâce aux échanges gazeux à la surface des océans, il fournit les 2/3 de l’oxygène de l’air de notre planète, le dernier 1/3 provenant des végétaux des continents.

(2) Geoengineering the climate. Science, governance and uncertainty (2009). La Royal Society est l’équivalent britannique de notre Académie des Sciences.

(3) Seize laboratoires de recherche – dont le CNRS – ont participé au programme KEOPS (KErguelen Ocean and Plateau compared Study). Cette campagne océanographique internationale s’est déroulée début 2005, près des Îles Kerguelen dans l’océan Austral. Les résultats mettent en doute l’efficacité de la fertilisation des océans par ajout de fer.

(4)Scénarios d’avenir. Futurs possibles du climat et de la technologie, Bertrand Guillaume et Valéry Laramée de Tannenberg, Armand Collin, collection Emergences, 2012

(5) Selon l’étude “Emission pathways consistent with a 2°C global temperature limit, parue dans la revue  Nature Climate Change, en novembre 2011

Pour aller plus loin :

Interviews croisées des chercheurs David Keith et Olivier Boucher  (La Recherche, n° 467, sept. 2012)

Dossier Géo-ingénierie du climat, perspectives britanniques, Science et Technologie au Royaume-Uni, janvier-février 2012

Extrait vidéo d’une conférence sur la géo-ingénierie par David Keith, professeur à la Harvard Kennedy School et ancien directeur de l’Institute for Sustainable Energy Environnement and Economy (ISEEE), 2007

 

Numérisation 3D d’une statuette Gumelnita du site de Taraschina

En 2011, la découverte d’une statuette anthropomorphe au fond d’un silo du site de Taraschina a cons…

En 2011, la découverte d’une statuette anthropomorphe au fond d’un silo du site de Taraschina a constitué un moment fort sur le terrain, car ce type d’objet est rarement trouvé dans un contexte d’habitat. L’étude typologique et technologique de cette pièce exceptionnelle en os, attribuée à la phase A1 de la culture Gumelnita, a permis d’établir que le fragment découvert correspondait vraisemblablement à une ébauche et que le processus de fabrication de la statuette aurait été interrompu avant l’achèvement complet de la pièce.

C’est dans le but de permettre une analyse technologique plus poussée de la pièce, par F. Mihail et N. Provenzano, que l’équipe a décidé de numériser en 3 dimensions la statuette.

Modèle numérique 3D mappé de la statuette anthropomorphe Gumelnita (au format pdf 3D).

Ce travail a été réalisé grâce à un scanner à bras de la plateforme 3D du laboratoire toulousain GEODE (UMR 5602 – UMR 7005). Ce scanner est équipé d’une tête laser dont la précision infra-millimétrique atteint les 35μm (19200 points/seconde). Cette nouvelle génération de scanner laser terrestre offre une résolution d’autant plus fine que l’inclinaison de la tête laser, dans toutes les orientations, permet de pallier au phénomène des zones d’ombres induites par d’autres types de scanners.

Numérisation 3D de la statuette à l’aide du scanner à bras ScanArm. La statuette est fixée sur une pince permettant de la numériser sous toutes ses faces (plateforme 3D GEODE UMR 5602 / UMR 7002).

 

Visualisation sur écran PC de la numérisation 3D en cours de la statuette (logiciel Geomagic).

Un jeu de photographies haute résolution de la statuette a été mappée sur le nuage de points 3D, afin de donner au modèle numérique un rendu photo-réaliste.

 

Mappage du modèle numérique 3D à l’aide de photographies haute définition de la statuette en os (Emmanuel MOISAN – INSA Strasbourg).

Un export du fichier au format pdf3D permet aux chercheurs de l’équipe de visualiser la pièce en 3D, actuellement conservée au musée d’archéologie de Tulcea (ICEM), mais surtout de réaliser des observations fines (prises de mesures, examen des stries de fabrication, extraction automatique des sections de l’objet…). Le modèle 3D permet notamment de visualiser en détail la morphologie des perforations effectuées par rotation en bordure de la tête de la statuette et de mieux appréhender les modalités de fabrication de l’objet qui, de toute évidence, paraît avoir été réalisé par une personne inexpérimentée, en témoignent les nombreuses maladresses jalonnant l’ensemble des étapes de la fabrication de la statuette.

Réalisation de coupes et prises de mesures sur le modèle numérique de la statuette (pdf 3D).

Une présentation de cette étude sera faite au colloque EAA intitulé « From Bone to Bead : Developments in European Research on Worked Osseous Materials », qui se tiendra fin août à Helsinki.