Mongolie : le chant au quotidien

« Le Mongol chante beaucoup.
Les hommes, qu’ils voyagent à cheval ou
qu’ils conduisent une caravan…

« Le Mongol chante beaucoup.
Les hommes, qu’ils voyagent à cheval ou
qu’ils conduisent une caravane, réveilleront
les échos de quelque chanson
aux multiples couplets.
Les femmes qui barattent le beurre,
accompagnent la manœuvre
du piston en chantant des mélodies. »
Joseph Van Oost, « La musique chez les Mongols des Urdus »
Le chant de la langue dans l’imitation des sons de la nature, dans la parole articulée, dans la lecture à voix haute, dans les chansons est l’objet d’une grande attention en Mongolie.
« Faire ressortir un objet culturel, ici le son de la voix, de la masse des données d’un milieu, le parer du pouvoir de faire fuir, d’émouvoir, d’exprimer l’affectivité, c’est “éduquer l’attention”, c’est faire de cet objet un élément, non seulement bon à penser mais aussi bon à mobiliser dans son rapport au monde. » Laurent Legrain in Terrain n°55.
Faut-il voir dans cet amour pour le chant un trait culturel pérenne ? Quels sont les processus qui président à sa transmission ? Et quel est ce lien affectif qui attache les Mongols au chant ?

Pour en savoir plus :

Petite fille mongole

Petite fille mongole

• Des articles :
*
« Transmettre l’amour du chant ? Cris, éloquence et complaintes dans une famille ordinaire de Mongolie rurale », Laurent Legrain, Terrain n°55, Transmettre.
« ”Chanter l’amour”. Musique, fierté et pouvoir »
Denis-Constant Martin, Terrain n° 37, Musique et émotion (texte intégral).
“Musiques, mouvements, couleurs dans la performance musicale andine. Exemples boliviens”
Rosalía Martínez, Terrain n° 53, Voir la musique.
“Musique mécanique et temple hindou. Histoire controversée d’un dispositif visuel et sonore” Christine Guillebaud, Terrain n° 53, Voir la musique.

Sites et Blogs :
Ethnographier les phénomènes sonores, le portail d’ethnomusicologie, la liste du patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO.

A faire :
Festival de l’imaginaire, jusqu’au 29 juin en île de France.

A écouter :
Chants populaires de Mongolie

“La mélodie de la semaine”, à écouter sans modération

Voilà déjà 20 semaines qu’Eric Desgrugillers, musicien et archiviste à l’AMTA1, présent…

Voilà déjà 20 semaines qu’Eric Desgrugillers, musicien et archiviste à l’AMTA1, présente sur le site de son association “La mélodie de la semaine“, offrant ainsi à l’internaute l’occasion rare de mieux connaîttre et comprendre les musiques traditionnelles. A travers 20 airs chantés ou interprétés, enregistrés depuis la fin des années 1960 à nos jours, l’archiviste-musicien nous présente un petit bout des merveilles engrangées par l’AMTA en racontant leur histoire à travers ses oreilles. Il nous laisse ainsi entrevoir les enjeux du collectage et la force patrimoniale des archives sonores.

Antonin Chabrier, le violoneux qui ne lève jamais l’archet de ses cordes tandis que ses doigts articulent la mélodie, interprète avec énergie la bourrée Ond anarem gardar ; deux versions de la chanson Le premier jour des noces nous transportent dans le temps, passant du mode majeur au mineur, du clair au sombre, le mariage apparaissant, dans un couplet final, comme une une vraie souffrance ; Marguerite Tissier, enregistrée au début des années 1980, interprète avec simplicité et émotion La barque aux trente matelots, ou La belle se promène… Autant de morceaux du puzzle qui nous permet de reconstituer le contexte de la tradition orale en Auvergne au 20ème siècle et, plus largement, d’offrir l’occasion aux centres de ressources de proposer aux interprètes des comparaisons de répertoires2. Car c’est bien l’intérêt de cette rubrique d’éditorialiser des archives qui, sans cela, se perdent dans les banques de données comme des aiguilles dans des bottes de foin.

Un grand regret toutefois, qui je l’espère s’effacera rapidement : ces archives issues de la tradition orale ne font-elles pas partie du domaine public ? Il est vraiment triste de les voir soumises à  une formule qui, pour plus d’emphase, s’est parée de l’anglais “All Rights Reserved” (à rechercher tout en bas de la page du site de l’AMTA). Bon la chose est courante chez le bibliothécaire, le documentaliste ou l’archiviste qui n’est pas toujours au fait des questions juridiques mais les choses changent… Réveillez-vous ! pour qu’ils puissent être transmis, les biens communs doivent circuler librement. Il est urgent de pouvoir citer avec précision ces ressources documentaires et de les réutiliser pour que le chant se transmette, encore et encore. Nous voilà impatients d’écouter librement la mélodie de la 21e semaine, les propositions sont claires pour que les lois évoluent dans le bon sens

Crédits photographiques : A mountain fiddler. Barnhill Studios, Asherville, NC, 1920, The New York Public Library. Permalien : URL: digitalgallery.nypl.org/nypldigital/id?833064. Pas de restrictions de droit connues.

  1. Agence des musiques des territoires d’Auvergne
  2. Par exemple, la phonothèque de la MMSH possède deux versions de la chanson “La barque aux 30 matelots”, une collectée dans les Cévennes, l’autre dans les Hautes Alpessept versions du  Mariage de la vieille ou encore deux versions cévenoles de la bourrée “Ont anarem gardar”.

La tradition n’est plus ce qu’elle était…

Qu’est-ce au juste qu’une tradition ? Une permanence du passé dans le présent ? Cependa…

Qu’est-ce au juste qu’une tradition ? Une permanence du passé dans le présent ? Cependant  il ne viendrait à l’idée de personne de considérer comme traditionnel tout ce qui nous vient du passé! Que pourrait être alors un fait traditionnel ? Un mythe, une croyance, un rite, un conte, une pratique, un objet matériel qui auraient été sélectionnés et transmis ? Mais tout ce qui se transmet n’est pas nécessairement traditionnel. Suivant quels critères est-il possible d’organiser le recensement de tels faits ? De quelles propriétés sont-ils pourvus dont seraient par voie de conséquence privés les faits non traditionnels ? Peut-on définir de manière autre que négative ou oppositive les univers sociaux et culturels traditionnels ? Tradition et changement sont-ils nécessairement antinomiques ?  Et si la tradition n’était qu’une interprétation du passé en fonction de critères rigoureusement contemporains ? En un mot, à quoi renvoie, l’attribut de traditionalité ?

Pour en savoir plus :

Femme portant des vêtements traditionnels en arrêt devant une citadine revenue au village pour les vacances d’été, dans les Maramures en Roumanie.

Des articles :
« La tradition n’est plus ce qu’elle était… Sur la notion de “tradition” et de “société traditionnelle” en ethnologie », Gérard Lenclud, Terrain, n° 9, Habiter la Maison.
« Perdre l’esprit du lieu. Les politiques de l’Unesco à Luang Prabang (rdp Lao)
», David Berliner, Terrain n°55, Transmettre.
“L’Esprit de patrimoine”. Jean-Louis Tornatore, Terrain, n°55, Transmettre.
“Comment le rustique vint au village. Modernité domestique et domestication de la modernité dans les campagnes roumaines.”, Vintilâ Mihâilescu, Terrain n°57, Mentir. “Persistances et mutation des dernières sociétés rurales. Le cas du pays Maramures (Roumanie)”. Paul Rasse & Laura Ghinéa, Terrain n°57, Mentir.
« Anthropologie et transmission», David Berliner, Terrain n°55, Transmettre.
« “Chez nous, le sang règne !”. L’apprentissage religieux dans le culte Xangô de Recife»
, Arnaud Halloy, Terrain, n°55, Transmettre.
“Pourquoi les enfants ont-ils des traditions?”
. Olivier Morin, Terrain n°55, Transmettre.
« Transmettre l’amour du chant ? Cris, éloquence et complaintes dans une famille ordinaire de Mongolie rurale », Laurent Legrain, Terrain n°55, Transmettre.
« Le vieil homme et le livre. La crise de la transmission chez les vieux-croyants », Vlad Naumescu, Terrain n°55, Transmettre.

Sites et Blogs :
La liste du patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO, sur Levi-Strauss.

• A voir :
Un entretien de Claude Levi-Strauss sur le site de l’INA.