Des commerces haïtiens à Miami

Les commerces haïtiens de Little Haiti, à Miami, sont souvent mis en scène par une sémiotique rappel…

Les commerces haïtiens de Little Haiti, à Miami, sont souvent mis en scène par une sémiotique rappelant clairement le lien avec le pays d’origine de leurs propriétaires. La langue est également un marqueur de cette présence : l’anglais cohabite allègrement avec le français et le créole.

La nature des trois commerces dont il est question sur le cliché ci-dessus – un restaurant, deux entreprises de multi-services – est révélatrice de l’orientation d’une économie marchande locale répondant avant tout aux besoins culturels de la communauté haïtienne. Les entreprises de multi-services, très répandues chez les Haïtiens de Miami, ont pour caractéristique d’offrir une grande diversité de services liés à l’immigration : démarches pour l’accès à la résidence, traduction de documents, transferts de produits vers Haïti, recherche de documents d’état civil en Haïti, etc.

Selon notre recensement de 2009, les 265 commerces haïtiens du quartier constituent près des deux-tiers des établissements marchands de la zone.

Outre le fait qu’elle est l’une des principales concentrations marchandes haïtiennes des Etats-Unis, la 54ème rue a aussi été l’épicentre historique de la lutte anti-duvaliériste en diaspora et pour le retour de la démocratie en Haïti après 1986, avec l’organisation Veye Yo (« surveillez-les » en créole) et le Haitian Refugee Center. C’est le sens de la peinture murale du coq qui symbolise le mouvement Lavalas (« avalanche » en créole) de l’ex-Président Aristide. La rue a été renommée Boulevard Toussaint Louverture par les autorités locales en l’honneur du héros de la Révolution haïtienne.

Entreprenariat haïtien à Little Haiti

La 2ème avenue NE de Little Haiti à Miami constitue la principale concentration marchande haïtienne en dehors d’Haïti, avec pas moins de 164 établissements recensés en 2009 (un recul de 12 % par rapport à 2001, année de la prise de vue). La sémiotique signalant la présence haïtienne se décline à travers le nom des magasins, en français ou en créole, avec une référence souvent religieuse (« Le Bon Samaritain »). Ici comme dans d’autres rues, l’anglais cohabite avec le français sur les devantures.

Un supermarché à Little Haiti

Little Haiti Supermarket est l’un des principaux supermarchés de ce quartier de Miami. Les peintures murales sont un clin d’œil à la clientèle du quartier : on remarquera notamment la marchande et son panier rempli de produits frais, une scène typique de la vie quotidienne en Haïti.Un détail qui a son importance : le propriétaire de ce commerce est cubain.Les Cubains jouent ici dans l’alimentaire le rôle que les commerçants coréens jouent dans les quartiers noirs de Los Angeles, même si certains entrepreneurs haïtiens se sont aussi imposés dans ce secteur localement (Cayard Supermarket).

-o-

© Cédric Audebert, Migrinter 2001 ==> pour les 3 photos

Les textes et les documents sont extraits de la photothèque de MIGRINTER

-o-

Note du centre de ressources :

Cédric Audebert est l’auteur de l’ouvrage La diaspora haïtienne : territoires migratoires et réseaux transnationaux qui vient de paraître aux Presses Universitaires de Rennes.

Voir http://migrinter.hypotheses.org/642

La politique au-delà des frontières : la sociologie politique de l’émigration

Roger Waldinger,  La politique au-delà des frontières  : la sociologie politique de l’émigration, FM…

Roger Waldinger,  La politique au-delà des frontières  : la sociologie politique de l’émigration, FMSHWP-2012-20, septembre 2012.

Télécharger ce document depuis HALSHS (pdf)/Download this Paper (pdf)

L’auteur/The author

Roger Waldinger is Distinguished Professor of Sociology at UCLA, where he served as Interim Associate Vice-Provost for International Studies from 2010-2012, Chair of the Department of Sociology from 1999 to 2004 and Director of the Lewis Center for Regional Policy from 1995 to 1998. A 2008 Guggenheim Fellow, his research has been supported by grants from the Ford, Haines, Mellon, National Science, Sloan and Russell Sage Foundations. Waldinger has worked on international migration throughout his career, writing on a broad set of topics, including immigrant entrepreneurship, labor markets, assimilation, the second generation, high-skilled immigration, immigration policy, and public opinion. The author of six books, most recently, How the Other Half Works: Immigration and the Social Organization of Labor (University of California Press, 2003), Waldinger is now writing a new book, Foreign Detachment: America’s Immigrants and Their Homeland Connections.

Le texte/The text

Ce papier a été préparé lors du séjour comme Directeur d’Études Associé qu’a effectué Roger Waldinger du 15 mai au 15 juin 2012 à Paris, dans le cadre du programme « TIC-Migrations » de la FMSH.

Résumé

Cet article vise à développer un cadre d’analyse de la sociologie politique de l’émigration. L’article met l’accent sur les dualités logées au cœur du phénomène migratoire : les immigrants sont aussi des émigrants, les étrangers au sens juridique sont aussi des citoyens, les étrangers au sens social sont aussi des nationaux, les exclus des sociétés de réception sont aussi les membres des sociétés d’origine. De la société émettrice, mais n’étant plus dans cette société, les migrants sont des membres dont les connexions transfrontalières et les besoins d’adaptation poussent l’État émetteur à s’élargir au-delà des frontières ; cependant, le fait de résider à l’étranger affaiblit leurs revendications d’appartenance. Dans la société de réception, mais n’étant pas de cette société, ils ont accès à des ressources économiques et politiques qui leur permettent d’exercer de l’influence chez eux ; en revanche, en tant qu’étrangers, leurs droits sont limités et leur acceptation incertaine, une vulnérabilité qui peut s’aggraver lorsqu’un engagement continué à l’égard du pays d’origine suscite la suspicion des nationaux de l’État récepteur. Cette variété de conditions déclenche des interventions des États émetteurs qui cherchent à protéger et à influencer les nationaux résidant à l’étranger, mais également à répondre aux revendications de ces citoyens à l’extérieur du pays et à les canaliser afin de mieux les récupérer. Cependant, l’extension au territoire d’un pays étranger barre la route à l’exercice du pouvoir, qu’il soit despotique ou infrastructurel, ne permettant que l’exercice d’une influence. De plus, même des engagements limités courent le risque d’enflammer les passions des nationaux, déjà inquiets par la présence d’une population étrangère parmi eux.

Mots-clés

émigration ; immigration ; diaspora ; transnationalisme ; politique d’émigration

Abstract

This paper seeks to develop a framework for analyzing the political sociology of emigration. The paper emphasizes the dualities at the heart of the migration phenomenon: immigrants are also emigrants, aliens are also citizens, foreigners are also nationals, non-members are also members. At once of the sending state, but not in it, the migrants are members whose everyday cross-border connections and ongoing needs draw the sending state across the borders; residing abroad, however, their claims to belonging are undermined by their presence on foreign soil. At once in the receiving state but not of it, the migrants can access the economic and political resources available in their new home, using them to gain leverage in the home left behind; yet as outsiders, their rights are circumscribed and their acceptance is uncertain, vulnerabilities that can be aggravated if continuing homeland involvement triggers the suspicion of receiving state nationals. Both conditions activate interventions by home states seeking to influence and protect nationals abroad. While extension to the territory of another state keeps options inherently limited, even limited engagements can inflame the passions of receiving state nationals, already anxious about the foreigners in their midst.

Keywords

emigration; immigration; diaspora; transnationalism; emigration policy

Télécharger ce document depuis HALSHS (pdf)

Le premier atlas mondial des diasporas présentes sur le Web

Sous la coordination scientifique de Dana Diminescu, le programme de recherche “e-diasporas at…

Sous la coordination scientifique de Dana Diminescu, le programme de recherche “e-diasporas atlas” financé par l’ANR et auquel a participé l’UMR Migrinter vient de présenter les résultats de ses travaux. Le journal Le Monde vient de souligner l’intérêt scientifique de ce programme:

Le premier atlas mondial des diasporas présentes sur le Web
Article paru dans l’édition du 24.06.12

Que sait-on des diasporas ? Peu de choses au-delà de leur nombre et de leurs pays d’adoption. La planète compte 215 millions de migrants selon l’ONU. Puissance démographique, les diasporas ont, depuis la fin des années 1990, une présence croissante sur Internet. Pour la première fois, une équipe internationale de chercheurs s’est penchée sur le sujet. L’« e-Diasporas Atlas », publié par la Maison des sciences de l’homme à Paris, répertorie, cartographie et analyse la présence sur la Toile de 28 diasporas (française, égyptienne, indienne, etc.) dans le monde. L’étude de leurs pratiques et de leurs réseaux a mis au jour une géopolitique du Web inédite.

Le projet est né dans les années 2003-2004. Le déclencheur est alors le site Pajol, créé par les sans-papiers de l’église Saint-Bernard à Paris pour soutenir leur mouvement. « On s’est aperçu qu’il y avait une production croissante de contenus sur le Web élaborée par les migrants, et qu’elle était menacée de disparition », explique la conceptrice du projet, Dana Diminescu, sociologue et enseignante-chercheuse à Télécom ParisTech. D’un souci d’archivage, le propos du projet s’est rapidement élargi à celui de l’analyse.

Au final, 80 chercheurs originaires du monde entier ont participé à la première édition de l’atlas. Quelque 8 000 sites ont été étudiés, afin de dresser le portrait-robot électronique de 28 diasporas. Première découverte : la géographie du Web ne correspond pas à la répartition physique des diasporas dans le monde. Ainsi, un nombre important de sites se trouvent en Amérique du Nord, surtout aux Etats-Unis. C’est notamment le cas pour la diaspora palestinienne. Sur le Net, elle est organisée autour d’Electronic Intifada : créé par des citoyens américains d’origine palestinienne, le site est le plus fréquemment référencé.

Cartographier ces réseaux permet aussi d’analyser les liens entre les diasporas et leur pays d’origine. L’e-diaspora française – 1,6 million de Français vivent à l’étranger – est structurée à partir des sites institutionnels consacrés à l’expatriation, reflet d’une conception de l’Etat fort et protecteur. Par contraste, dans les cas du Maroc et du Mexique, les liens entre le réseau des diasporas et les sites officiels sont quasi inexistants.

Outre les réseaux, l’atlas étudie le type d’acteurs qui y participent : associations, blogueurs ou encore groupes de militants qui « parfois, comme dans le cas du «printemps arabe», parviennent à mobiliser et à influer sur les événements politiques ».

Enfin, il montre l’émergence de nouvelles diasporas qui se sont structurées avec l’arrivée du Web. C’est le cas de la diaspora ouïgoure, devenue à travers Internet le porte-voix des revendications politiques de cette minorité musulmane de Chine.

Novateur, le projet scientifique a également souhaité l’être dans sa restitution au public. Il se décline sur un site, des cartes imprimées, et une application gratuite sur iPhone permet pour chaque carte d’écouter l’analyse du chercheur. L’atlas, qui suscite l’intérêt de nouveaux chercheurs et universités étrangères, a vocation à évoluer – les réseaux Internet sont par définition mouvants – et à se développer. Des pans entiers du Web restent à explorer, souligne Dana Diminescu, tels que les importantes diasporas d’Afrique subsaharienne et du Brésil.
Charlotte Bozonnet