La Turquie et la crise ukrainienne

Alors même que la Turquie a été plutôt discrète jusqu’à présent mais que les tensions s’accroissent …

Turquie-Urkaine1Alors même que la Turquie a été plutôt discrète jusqu’à présent mais que les tensions s’accroissent entre Moscou et les capitales occidentales, un certain nombre d’indices commencent à permettre une lecture plus complète de la position turque sur la crise ukrainienne.

Feu vert turc dans les Détroits

Les autorités turques ont donné leur accord, le 5 mars, au passage d’un navire de guerre américain en mer Noire. Cette décision rapide est l’indice intéressant d’un positionnement plus résolu d’Ankara aux côtés Turquie-Urkaine2de ses alliés occidentaux qu’en 2008, au moment de la crise géorgienne. À cette époque, la question du passage de navires américains par les Détroits avait suscité des réactions embarrassées de la diplomatie turque. En dépit de son appartenance à l’OTAN, la Turquie, sous la pression de Moscou (qui avait gelé les importations industrielles turques en Russie pendant plusieurs semaines), avait affecté une posture assez circonspecte (cf. nos éditions du 25  août 2008  et du 30 août 2008).

Il est vrai qu’en 2008 les 3 navires, que les Etats-Unis voulaient envoyer au secours de la Géorgie, excédaient le tonnage fixé par le Traité de Montreux (qui a fait de la Turquie en 1936, la gardienne des Détroits du Bosphore et des Dardanelles). Mais il s’agissait de navires hôpitaux destinés à une mission humanitaire. Alors qu’aujourd’hui c’est bel et bien un navire de guerre qui doit franchir les Détroits, même s’il ne devra pas excéder 45 000 tonnes, comme le prévoit le Traité en question.

Prudence affichée à l’égard de la situation en Crimée

La Turquie demeure toutefois prudente. Le 4 mars, Recep Tayyip Erdoğan et Vladimir Poutine se sont entretenus au téléphone. Officiellement le premier ministre turc aurait quant même nettement dit au président russe «que c’est aux Ukrainiens qu’il appartient de résoudre la crise de leur pays», en appelant au respect du droit international et en soulignant qu’une «instabilité en Ukraine aurait une incidence négative pour l’ensemble de la région». Mais le communiqué du Kremlin n’évoque, quant à lui, que la Ukraine Protestssituation en Crimée et suggère que les deux dirigeants sont tombés d’accord : «Les deux parties ont exprimé la certitude que, malgré les actions agressives des forces radicales et extrémistes du Maïdan, la paix interethnique ou interreligieuse et le calme en Crimée finiront par prévaloir.»

Le 3 mars, Ahmet Davutoğlu a reçu des associations de Tatars de Crimée. Ces derniers sont nombreux à travailler en Turquie, et le ministre turc des affaires étrangères les a assurés que son gouvernement suivait la situation actuelle de très près, notamment par l’intermédiaire de son consulat d’Odessa. Il a annoncé aussi le déplacement d’une équipe de techniciens turcs en Crimée prochainement. Pour autant, il s’est gardé de faire des déclarations alarmistes et fracassantes sur la situation et le sort de la minorité turcophone de la péninsule qui souhaite que la Crimée reste ukrainienne.

Pas de crise gazière à l’horizon

La Russie restant le principal fournisseur de gaz de la Turquie (près de 60%), on comprend qu’elle soit là Turquie-Urkaine4encore incitée à la modération. Taner Yıldız, le ministre turc de l’énergie (photo à droite), a estimé que la crise ukrainienne ne menaçait pas pour l’instant l’approvisionnement en gaz de la Turquie. Il a rappelé néanmoins la dépendance de la Turquie à l’égard des ressources gazières russes et de leur acheminement ukrainien : «Si le West Stream est coupé, il est clair que nous serons affectés. Le West Stream permet à la fois l’approvisionnement du secteur public et du secteur privé.» Pourtant, selon Taner Yıldız, rien n’indiquerait qu’une crise gazière soit imminente : «Dans les discussions que nous avons eues avec Gazprom, ses représentants nous ont dit qu’ils ne croyaient pas possible une coupure de l’approvisionnement en gaz. C’est pourquoi je pense que nous n’aurons pas de problème.»

Soutien turc à l’intégrité de l’Ukraine

La visite du président polonais Bronislaw Komorwski en Turquie du 4 au 6 mars a été l’occasion d’une réaffirmation de l’attachement de la Turquie à l’intégrité de l’Ukraine. Lors d’une conférence de presse conjointe avec son homologue polonais, et dans le sillage de la conversation que Recep Tayyip Erdoğan a Turquie-Urkaine5eue la veille avec Vladimir Poutine, le président turc, Abdullah Gül, a répété qu’il était important que l’unité politique, la souveraineté et l’intégrité territoriale de l’Ukraine soient préservées, et que les tensions en Crimée soient évitées. «La Turquie, l’Ukraine et la Russie sont trois pays du littoral de la mer Noire, c’est pourquoi le maintien de leur stabilité et de leur sécurité sont notre premier souci.», a déclaré le chef de l’Etat turc, avant d’ajouter : «Ankara veut que ces incidents soient résolus par le dialogue, en évitant de nouvelles tensions. Une nouvelle ère de Guerre froide ou une seconde Guerre froide est dangereuse pour tout le monde et ne profitera à personne. Nous devons donc à tout prix éviter cela. Et pour l’empêcher, il faut se conformer au droit international.»

Si la Turquie demeure ainsi prudente, en pensant au sort des Tatars de Crimée et à son approvisionnement en gaz russe via l’Ukraine, elle affiche un soutien à ses alliés occidentaux alors même que, lors de la crise géorgienne, elle avait paru vouloir faire passer au second plan son appartenance à l’OTAN et la solidarité que cela pouvait impliquer. Il faut dire qu’Ankara revendiquait alors volontiers une marge de manœuvre à l’égard de ses alliés, c’était un moment où l’on évoquait d’ailleurs souvent une dérive de la Turquie vers l’est et une forme de non-alignement de sa part. La crise syrienne, où Ankara et Moscou se sont retrouvées sur des positions diamétralement opposées, a changé la donne et vu la diplomatie turque revenir vers l’ouest. C’est sans doute à l’aune de cette tendance stratégique nouvelle qu’il faudra lire le positionnement turc à l’égard de la crise ukrainienne dans les prochains jours.

Jean Marcou

L’inauguration du Marmaray

Timbre commémoratif édité pour l’inauguration du Marmaray. Il superpose les deux projets de tu…

pul_marmaray1

Timbre commémoratif édité pour l’inauguration du Marmaray. Il superpose les deux projets de tunnel sous-marin

Dans le cadre du cycle de visites sur les gares à Istanbul, il convient de revenir sur l’inauguration du Marmaray. Ce projet, lourd de conséquences sur la plupart des gares étudiées, est encore loin d’être terminé : sur les 37 gares qui seront réhabilités ou reconstruites et les 3 nouvelles gares prévues, seules 5 sont actuellement en fonctionnement. Néanmoins, les observations effectuées lors de la cérémonie d’inauguration, nous permettent de tirer quelques éclairages utiles à la réflexion engagée jusqu’ici sur les transformations des gares à Istanbul.

L’inauguration du Marmaray a été marquée par la profusion de gestes symboliques qui fournissent une source abondante d’interprétations. Des choix dans l’organisation de l’événement, qui se tenait à Üsküdar, le jour des 90 ans de la République, en compagnie de personnalités internationales tel que le premier ministre japonais Shinzo Abe, aux slogans, « c’était un rêve, c’est devenu une réalité », « deux continents en quatre minutes », qui se trouvaient tant sur les affiches que dans la bouche des orateurs successifs ; des signes disséminés ça et là tels que les grues dressées autour du public, l’effigie du président de la République, du premier ministre et d’Atatürk qui flottant côte à côte dans les airs, aux discours, précédés par la mélodie de Üsküdar’a gider iken, rythmée par le tonnerre d’applaudissement des partisans AKP, et qui revenaient tant sur la conquête de Constantinople que sur le troisième aéroport, en passant par la prière qui a clos la cérémonie, tout tend à faire penser qu’il ne s’agit pas d’un simple projet de transport urbain.

marmaray-akparti-istanbul

Cette forêt de symboles contraste fortement avec les constats que l’on a pu faire lors des visites que l’Observatoire urbain d’Istanbul a menées sur les gares affectées par le Marmaray, où les symboles semblaient l’objet d’un dédain manifeste. On se référera notamment au rapport de Charlotte Horny sur les projets d’Haydarpaşa qui proposent tantôt un nouveau Manhattan tantôt une petite Venise, mais semblent peu soucieux de mettre en exergue la valeur symbolique de cette gare historique. De plus, là où nos visites nous avaient fait apparaître l’État comme une boîte noire fort éloignée d’enjeux locaux liés tant à la mobilité urbaine qu’aux mutations fonctionnelles de l’espace, c’est bien une certaine figure de l’État et de ses représentants qui sont mis en valeur par les symboles de la cérémonie d’inauguration. Ce contraste laisse à penser que cette cérémonie d’ouverture constitue le point phare des moyens mis en place par le gouvernement turc pour établir ce projet urbain, parmi d’autres, comme un enjeu politique national. D’une part, cette manœuvre se traduit par l’accentuation des symboles clivant, et galvanisant l’identité politique du parti au pouvoir. D’autre part, elle s’inscrit dans une stratégie d’associer son action aux notions de modernisation et de croissance.

Le projet de Marmaray naît dans une division bien orchestrée. En ce jour des 90 ans de la république turque, un rassemblement est prévu à 14 heures par les kémalistes à la place de Tünel. Avant de se rendre à la cérémonie à Üsküdar à 15 heures, il était donc possible de tenter de longer la rue d’Istiklal, où l’on voyait une foule brandissant des drapeaux à l’effigie de Mustafa Kemal, encerclée par des policiers postés à chaque coin de rue et qui s’interposaient régulièrement pour atténuer le flux se rendant à Tünel. Si souvent cette bipolarité se prête mal à la réalité socio-politique complexe d’Istanbul, ce jour, on faisait face à une situation archétypique : deux rives, deux camps. Du côté de Tünel, on entend ‘nous sommes les soldats d’Atatürk’, on propose gratuitement des tatouages de sa signature. La foule est jeune et chante par intermittence les slogans du mouvement Gezi: ‘Taksim est partout’, ‘Nous ferons les comptes’. Côté Üsküdar, ce sont des drapeaux de l’AKP qui sont agités, la foule est plus âgée, beaucoup d’hommes, de familles. Les slogans sont d’une toute autre teneure : « Avec toi, la Turquie est fière », est martelé lorsque le premier ministre prend la parole.

Grue

Le choix d’inaugurer ce projet le jour anniversaire de la République turque, tout en affrétant des transports publics pour faire venir une foule de partisans sur le lieu de la cérémonie  constitue une mise en scène d’un clivage partisan. Au delà d’une orchestration de la division, le pouvoir actuel semble porteur d’une construction symbolique nouvelle. Les grues qui encerclaient la foule à Üsküdar à proximité de drapeaux turcs attestent de ce travail de construction identitaire.

Visages

Le gouvernement AKP ne part pas de zéro, mais s’appuie sur l’héritage républicain, tout en y inscrivant sa marque. Les trois effigies d’Atatürk de Gül et de Erdoğan témoignent de cette volonté d’inscrire leur empreinte dans l’histoire républicaine turque.

Dans son discours, Erdoğan ne tarit pas d’adjectifs pour qualifier ce qu’il revendique avoir construit contre ses adversaires : « Avec ce projet, non seulement nous glorifions notre république, mais nous donnons la preuve de ce qui commence aujourd’hui, dans une république démocratique, stable, sûre, fraternelle, solidaire »1.

Dans cette perspective, le fait que le Sultan Abdülmecid ait évoqué l’éventualité d’un tunnel ferroviaire souterrain en 1860 lors des travaux qui ont raccordé Istanbul à l’Orient Express, représentait une aubaine pour inscrire le Marmaray dans la rhétorique de réhabilitation de l’héritage ottoman. Dans son discours, Erdoğan se pose dans la continuation de la conquête et de l’entreprise du souverain qui l’avait précédé2. Ainsi, au cours de cette cérémonie, ce projet de transport urbain, qui revêt à l’évidence des objectifs locaux non clivant, à savoir, l’amélioration de la mobilité dans une métropole congestionnée et sous équipée en transport publics ferrés, en y apposant artificiellement le sceaux d’une division partisane.

La cérémonie d’ouverture du Marmaray porte le marque de la figure l’Etat modernisateur. Le discours d’Erdoğan inscrit ce projet tant dans la lignée des développement d’infrastructures3. Il cite le nombre d’aéroports construits depuis son arrivée au pouvoir, inscrit ce projet comme l’une des pierres d’un vaste édifice en construction en rappelant certains projets phares qu’il porte à Istanbul comme le troisième aéroport et le troisième pont.

La place essentielle jouée par la métropole d’Istanbul dans cette affirmation d’un État modernisateur est manifeste. Ce discours souligne également que les infrastructures portées à Istanbul sont au bénéfice de l’ensemble du pays : « Le Marmaray est au même moment le projet d’Izmir et de Trabzon »4. L’ancien maire d’Istanbul qui a attribué à la ville une importance toute particulière depuis qu’il a pris les rennes de l’Etat, rappelle ainsi avec le projet de Marmaray, sa propension à puiser dans le développement d’Istanbul, comme une ressource pour se légitimer à l’échelle nationale.

Enfin, l’inauguration du Marmaray met l’accent sur la dimension internationale du projet. L’invitation d’hommes d’État de Roumanie, de Somalie et du Japon confère à l’événement un caractère diplomatique et vient rappeler que c’est un projet qui a fait appel à une expertise internationale. Elle vient surtout donner du crédit à la prétention symbolique affirmée par le premier ministre: « Une ligne Pékin-Tokyo-Londres-Üsküdar, c’est possible ». On peut voir tant la rhétorique de la ville globale que la mention d’Üsküdar, qui représente pour Erdoğan un point d’ancrage symbolique et politique.

La visite de cette cérémonie d’inauguration s’inscrit manifestement dans le programme d’excursions sur les gares d’Istanbul, en soulignant le rôle essentiel joué par l’Etat dans ce système de gares en mutations. Plus généralement, elle fournit un témoignage de la manière dont les projets urbains stambouliotes sont portés comme des enjeux nationaux. Ce phénomène qui n’est pas propre au Marmaray permet de comprendre l’embrasement face au projet menaçant l’intégrité du parc de Gezi, en défiance du pouvoir à l’échelle nationale.

 Si les projets urbains ont appuyé la légitimité du gouvernement qui a pu mettre en avant les projets comme des signes de développement, ils portent également en eux des risques de contestation. Dans son discours, Erdoğan a exprimé sa compréhension pour les dérangements rencontrés par les habitants d’Üsküdar du fait des travaux, tout en ironisant que ‘toute naissance heureuse est douloureuse’5. On peut se demander si ce n’était pas un symbole de trop. Le lendemain, les premières coupures d’électricité ont fait pleuvoir les critiques quant à l’empressement des travaux et les risques non évalués de cette ‘naissance prématurée’.

Jérémie Molho

  1. “Bu büyük projeyle, hem Cumhuriyetimizi yüceltiyor hem de demokratik bir cumhuriyetin, istikrar içinde, güven içinde, kardeşlik ve dayanışma içinde bir cumhuriyetin neleri başarabileceğini bugün ispat ediyoruz” (Extrait du discours inaugural de Recep Tayyip Erdoğan)
  2. « 1453′te şehre girdiği andan itibaren işte bu dizelerinde ifade etiği gibi, İstanbul’u imar etmek, halkın gönlünü kazanmak için çalışmış, halkın gönlünü ‘abad etme’ vazifesini bizlere bir miras olarak bırakmıştı. Bu anlamlı günde, bu şehrin fatihi Sultan 2. Mehmet’i bir kez daha rahmet ve minnetle yad ediyorum. Açılışını yaptığımız projenin hayallerle yetinmeyip bu hayali kağıtlara, planlara, projelere döken Sultan Abdülmecid ve Sultan Abdülhamid’e de Rabbimden rahmet niyaz ediyorum » (Extrait du discours inaugural de Recep Tayyip Erdoğan)
  3. “İnşa ettiğimiz bölünmüş yollarlar, demiryolları ve uçaklarla kuzeyi güneye doğuyu batı ile kucaklaştırdık.” (Idem)
  4. “Marmaray aynı zamanda İzmir’in Trabzon’un tüm türkiye’nin projesidir” (ibid.)
  5. “İnşaat dolayısıyla burada büyük sıkıntılar oldu. Ben Üsküdarlarlı hemşehrilerim haklarını helal etsinler. Her kutlu doğum sancılı olur. Bu da bir kutlu doğumdur.” (ibid.)

Mise en perspective des évolutions du marché domestique du gaz naturel en Turquie depuis 2001

Malgré la clémence saisonnière dont jouissent les habitants d’Istanbul ces derniers jours, les hiver…

Malgré la clémence saisonnière dont jouissent les habitants d’Istanbul ces derniers jours, les hivers sont chaque année des périodes sensibles à traverser pour les gouvernements turcs tous focalisés sur leur politique énergétique. Le gouvernement actuel, déjà fragilisé par les révélations quotidiennes d’affaires de corruption, n’a pas échappé cet hiver à toute une série d’imprévus : de nombreuses coupures d’électricité liées à un défaut d’approvisionnement des centrales thermiques à gaz ont plongé des quartiers de nombreuses villes1 dans la pénombre et provoqué le mécontentement des habitants (exemple à Esenyurt) ; un nouveau record de consommation diurne a été battu début février (197 millions de m3) ; la recrudescence de l’inflation et la dépréciation relative de la livre turque ont récemment obligé le 1er ministre en personne à enchaîner les visites d’État en Russie et en Iran pour renégocier les termes des contrats d’approvisionnement en gaz naturel. Dans le même temps, le facteur énergétique joue également un rôle majeur dans les perspectives d’amélioration des différends politiques entre Grecs et Turcs à propos de Chypre suite à la découverte de gisements gaziers offshore au large de l’île. Cette actualité pléthorique, sans liens toujours évidents, laisse peu de répit pour une mise en perspective globale de la politique énergétique turque. Dans ce contexte, la parution le 10 février dernier, d’un rapport commandité par The Oxford Institute for Energy Studies intitulé « Natural gas in the Turkish domestic energy market – Policies and challenges » est tombée à point nommé.

Malgré une prise de position ouvertement inspirée par la doxa économique libérale des organismes financiers internationaux – l’auteure, Gulmira Rzayeva, d’origine azerbaidjanaise, travaille au sein de nombreux think tank et centres de recherches internationaux comme le « Centre de recherche stratégique » rattaché au gouvernement Azerbaïdjanais (SAM) ou l’institut Hazard travaillant sur la région Caspienne – le présent rapport s’avère précieux par la quantité d’informations qu’il contient. Comme le constate en avant-propos, le directeur du « Programme Gaz Naturel » de l’institut d’Oxford, les pays émergents enregistrent désormais les niveaux de consommation de gaz naturel les plus élevés dans le monde et sont paradoxalement ceux où les données sont les plus rares. En effet, malgré plus de dix années écoulées depuis la loi de 2001 sur la libéralisation du marché du gaz naturel en Turquie et sa profonde restructuration subséquente, de nombreuses zones d’ombre et d’inconnues demeuraient. Le travail de Gulmira Rzayeva est à ce titre fort louable puisqu’il met à disposition des informations recueillies à leur source, c’est-à-dire auprès d’acteurs stratégiques tels que l’EPDK (Enerji Piyasası Düzenleme Kurumu soit l’Autorité régulatrice du marché de l’énergie) ou BOTAŞ (Boru Hatları ile Petrol Taşıma Anonim Şirketi soit la Société nationale gérant l’importation et la transmission de pétrole et de gaz).

La presse généraliste turque n’a pas, à notre connaissance, relayé massivement ce rapport, si ce n’est pour y trouver une nouvelle preuve – irréfutable et objective car venant de la renommée université étrangère d’Oxford – de la puissance énergétique turque. İngilizlerin dünyaca ünlü üniversitesi Oxford’a göre, Türkiye stratejik konumuyla bölgenin enerji merkezi olmak için en güçlü aday pouvait-on ainsi lire sur le site du quotidien progouvernemental Akşam (voir également ici ou ). Pourtant, une lecture – moins partisane nous l’espérons –  du rapport ne nous engage pas à autant d’optimisme, au contraire. Nous avons fait le choix de sélectionner une série d’informations qui nous ont paru pour certaines inédites, pour d’autres particulièrement importantes et sensibles pour comprendre les perspectives de développement du marché du gaz naturel. Ce faisant, cette présente note s’attarde sur quelques risques inhérents à la géographie politique de la Turquie coincée entre une demande toujours plus importante de son marché intérieur et une perspective de resserrement à court et moyen termes des quantités importées de gaz. Dans une prochaine Dipnot, nous continuerons en évoquant le processus de libéralisation du secteur entamé au début des années 2000, en passe de recevoir un nouveau coup de fouet législatif dès 2014.

1. Consommation croissante, géopolitique des contrats d’approvisionnement et menaces des pénuries à court et moyen terme

Réduire la dépendance gazière nationale : une douce chimère politique

L’un des arguments majeurs du rapport est de prouver sur la base de prévisions des volumes de gaz naturel consommés à long terme, que les objectifs actuels de la politique énergétique gouvernementale, cherchant à réduire la proportion du gaz naturel dans la production d’électricité de 45 à 30%, n’est pas tenable de manière réaliste. Selon des études menées par BOTAŞ en 2012, la demande va au minimum doubler d’ici 2030 passant de 45 à 81 billions de m3. Malgré une prévision que l’auteure juge surestimée (70 billions de m3 maximum), de nombreux facteurs contribuent à envisager une courbe de la demande toujours croissante. Tout d’abord, la demande d’électricité devrait continuer d’augmenter de 6 à 7% chaque année jusqu’en 2023. D’ici là, les 3 centrales nucléaires (celle de Mersin (Akkuyu), celle de Sinop et la 3ème centrale qui devrait être située sur les rives de la mer Noire à proximité de la frontière bulgare), censées assurer à moyen terme 10% de la production d’électricité nationale, ne seront pas encore en service. Les premiers retards de livraison ont même déjà été annoncés. En conséquence, l’EPDK continue d’octroyer majoritairement des licences d’exploitation pour des centrales thermiques à gaz, le retour sur investissement étant, semble-t-il, avantageux (en 2012, 148 nouvelles centrales à gaz ont reçu une autorisation avec une capacité totale de production de 33 000 MW, loin devant les 16 000 MW des 26 nouvelles centrales à charbon). Ce marché juteux n’a d’ailleurs pas échappé aux grands groupes industriels turcs (voir ici et ). Le groupe Limak a par exemple prévu d’investir 2 billions de dollars dans deux nouvelles unités de production à Hamitabat2 .

D’un autre côté, la demande croissante en gaz naturel du secteur résidentiel ne vient pas soutenir les objectifs gouvernementaux et ce malgré l’apparition des premières mesures d’efficacité énergétique. Des taux de croissance annuels de l’ordre de 12 à 13% sont en effet prévus par BOTAŞ jusqu’en 2030 (8-9 Bm3 aujourd’hui contre 22,7 Bm3 en 2030). Le principal moteur de cette croissance ne concernerait pas tant l’extension des réseaux dans les dernières provinces encore non raccordées que le processus de modernisation de l’habitat dans les plus grandes villes turques déjà connectées au réseau depuis quelques années :

« The main driver of this growth in the residential sector is not the connection of the few remaining provinces unconnected to the BOTAS main transportation grid, but the growth and modernization of cities already connected, such as Istanbul, Ankara, Izmir, Gazientep and Adana. These are growing rapidly, with the construction of new housing and apartment blocks which contribute significantly to the natural gas demand growth in the household sector ». p.6

Cette affirmation confirme l’une de nos hypothèses personnelles de recherche qui tend à identifier la logique tacite faisant de la politique de renouvellement urbain initiée à l’échelle nationale et déclinée de manière intense à Istanbul un vecteur de la transition énergétique. Le développement massif de nouvelles formes urbaines (habitat collectif vertical) aurait entre autres pour effet l’adoption de nouvelles normes de confort thermique basées sur l’utilisation du chauffage centralisé individuel ou collectif. Conscient que le parc immobilier turc non isolé à 80% va devenir une source colossale de dépenses énergétiques, le Ministère de la Ville et de l’Environnement et celui de l’Énergie ont conjointement fait adopter une série de mesures législatives depuis le milieu des années 2000 – en lien avec le processus d’harmonisation à l’acquis communautaire européen – en faveur de l’efficacité énergétique des bâtiments. Ceci s’est traduit entre autres par l’obligation d’installer des systèmes de chauffage collectif dans les immeubles neufs dont la surface habitable construite est supérieure à 1000 m2. Afin d’éviter les écueils d’une tarification collective souvent mal perçue par les usagers, ce système est combiné avec l’installation sur les radiateurs de vannes thermostatiques pour réguler la température de chaque pièce et de sondes thermiques (Pay ölçer) permettant de mesurer la consommation individuelle de chaque logement pour in fine répartir les charges collectives des dépenses individuelles. Ces technologies ont été pour la première fois expérimentées dans la ville-nouvelle de 60 000 logements de Kayaşehir en périphérie Ouest d’Istanbul. Suite à l’arrivée de factures de gaz exorbitantes et provoquant de fortes tensions chez les habitants, l’efficacité supposée de telles mesures doit être discutée à l’aune de la réalité du terrain. En l’état actuel, nous pouvons simplement affirmer que les causes du dysfonctionnement sont autant liées à des critères techniques et une gestion discutable du conflit par les institutions concernées qu’à des questions d’acceptabilité sociale face à ces innovations technologiques.

Les problèmes d’universalisation du service en réseau sur le territoire national

Pendant que le Premier ministre turc s’exclamait début décembre à Muğla que la Turquie était désormais entrée dans l’ère de la « civilisation du gaz naturel » avec 72 provinces raccordées3, son ministre de l’Énergie Taner Yıldız évoquait les problèmes économiques rencontrés pour atteindre certaines provinces où la densité de population et la demande restaient faibles. Un seuil de 10 000 habitants déjà connectés au réseau électrique aurait été établi comme le seuil de rentabilité minimal pour décider de l’extension des lignes. Cependant, ce seuil ne serait pas dans les faits viables pour BOTAŞ qui demande alors une participation dépositaire de 335 TL aux futurs abonnés. Dans les provinces de Balıkesir, Kırsehir et Manisa, des centaines d’habitants n’ont toujours pas accès au réseau de gaz 6 mois après s’être pourtant acquittés du dépôt auprès de la banque habilitée Halkbank. Les tensions se sont ensuite accrues à partir du moment où la banque a refusé d’effectuer les remboursements. Plus à l’Est, les investissements ne seraient toujours pas viables dans des provinces comme Hakkari ou Sirnak. Toutefois, toujours selon le même rapport, le (fragile) processus de paix engagé avec le PKK aurait fait de Zorlu Enerji une entreprise intéressée pour desservir ces dernières provinces non raccordées. Ces exemples montrent à quel point le processus d’universalisation du réseau à l’échelle du pays n’est pas uniforme et linéaire, notamment dans les espaces faiblement urbanisés et ruraux dans lesquels se superposent souvent des enjeux fortement politiques et idéologiques. Au moment où les frontières administratives vont une nouvelle fois subir une réactualisation de leurs contours sous l’effet d’un réaménagement statistique arbitraire pour définir l’urbain en Turquie, une lecture  géographique et politique du développement socio-territorial du réseau de gaz à l’échelle nationale pourrait apporter un éclairage intéressant sur la gestion territoriale du parti AKP.

Pénuries de gaz et coupures d’électricité dès 2015 ?

 dipnotgaz01

Après avoir détaillé l’ensemble des ressorts influant sur la demande de gaz naturel en Turquie, le rapport de Gulmira Rzayeva pointe du doigt la menace sérieuse des pénuries d’approvisionnement et des coupures d’électricité. L’importation via le TANAP des réserves azerbaidjanaises du Shah Deniz II n’étant pas prévue avant 2018, la probabilité est élevée de voir un premier déséquilibre entre demande et production dès 2015-2016 (voir graphique). Des raisons macro-structurelles contingentes au secteur énergétique turc accentuent ce risque, auxquelles viennent se superposer des facteurs environnementaux cycliques. En effet, les capacités de stockage et le nombre de stations de compression ou de GNL sont largement insuffisants en Turquie, ce qui a par exemple contraint BOTAŞ en 2008, 2009 et 2010 à ne pouvoir importer l’intégralité des volumes prévus dans les contrats. Pourtant, la nature des contrats Take-or-Pay oblige la Turquie à payer une quantité fixe de gaz qu’elle n’est pourtant pas en capacité d’importer et de consommer. À l’horizon 2015, aucun contrat n’est pour l’instant prévu pour accompagner la progression de la demande. Seule la Russie est en mesure de fournir des volumes plus conséquents mais la Turquie se montre réticente à investir d’avantage aux prix en vigueur. Pris de cours par une facture énergétique qui s’est envolée suite à la dépréciation de la monnaie turque4 , le gouvernement devait absolument renégocier les termes des contrats avec l’Iran et la Russie (d’où les récentes visites d’Erdoğan dans ces 2 pays). D’autre part, à moyen et long terme, la Turquie souhaite alléger sa dépendance russe en important le gaz nord-irakien et celui de l’Azerbaïdjan via le TANAP, dont les prix sont bien plus attractifs (voir figure 2). Notons au passage que c’est l’entreprise Siyahkalem qui a obtenu la première licence d’importation du gaz nord-irakien prévue pour débuter en 2014. C’est cette même société qui a récemment achevé la majestueuse construction du nouveau complexe des archives nationales ottomanes à Kağıthane5 sur un terrain appartenant à TOKI !

dipnotgaz02

Pour éviter le pire en 2015, le gouvernement turc fait le pari actuel d’une intensification des importations de gaz liquéfié (un nouveau contrat aurait été signé début 2014 avec l’Algérie) et mise sur la capacité des centrales hydro-électriques à prendre le relais des centrales à gaz. Pari risqué si l’on considère l’essoufflement de la production du gaz liquéfié algérien, principal pourvoyeur de la Turquie6 et la sécheresse qui s’abat actuellement sur l’ensemble de la Turquie.

Le rapport annonce une seconde période de forte instabilité géopolitique après 2021-2022 lorsque les contrats avec la Russie et l’Iran en vigueur aujourd’hui arriveront à terme. La question de leur renouvellement suscitera sans nul doute de houleux débats stratégiques d’autant plus que la nature des intérêts aura été redistribuée d’ici là. Une prochaine Dipnot détaillera ainsi les effets attendus d’un nouveau projet de loi sur la libéralisation du marché de gaz naturel pressenti pour être adopté en 2014.

Lire la suite : Le marché du gaz naturel : vers une libéralisation totale ?

  1. « Gaz kullanımı arttı karanlıkta kaldık », Milliyet, 15/12/13, p.26
  2. Holding impliquée entre autres dans la construction du 3ème aéroport d’Istanbul et gérant 4 sociétés de distribution d’électricité en Turquie
  3. Voir la une du quotidien Birgün du 1 décembre 2013 « Doğalgaz uygarlığı ! » dans lequel R.T. Erdogan se serait exclamé en ces termes « Bugün 72 ilde doğalgaz vardi. Medeniyet budur »
  4. Pour un ordre d’idée, en 2012, année plutôt stable économiquement, les dépenses énergétiques atteignaient 60 billions de dollars
  5. Pour une description plus détaillée du lieu : lire « The end of an Era : The less than grand opening of the new ottoman archives », http://www.jadaliyya.com/pages/index/11370/the-end-of-an-era_the-less-than-grand-opening-of-t, Avril 2013
  6. Jean-Pierre Séréni, « Baisse de pression du gaz algérien », Orient XXI (2014), http://orientxxi.info/magazine/baisse-de-pression-du-gaz-algerien,0503.

Kurdistan(s) : la préfiguration d’une nouvelle carte du Moyen-Orient?

L’autonomisation récente des régions kurdes de Syrie, abandonnées (en apparence en tout cas) par l…

L’autonomisation récente des régions kurdes de Syrie, abandonnées (en apparence en tout cas) par l’armée syrienne, après des années d’autonomisation du Kurdistan d’Irak (KRG : Kurdistan Regional Government), représente-t-elle une première étape d’une reconfiguration majeure de la carte du Moyen-Orient? Ce n’est l’objectif de ce billet que de répondre à cette question mais de signaler, autour de ces transformations, une multiplicité de réflexions et de débats, non seulement dans les milieux politiques concernés et dans la presse internationale mais également parmi les chercheurs. L’utopie d’un …