La Turquie et la crise ukrainienne

Alors même que la Turquie a été plutôt discrète jusqu’à présent mais que les tensions s’accroissent …

Turquie-Urkaine1Alors même que la Turquie a été plutôt discrète jusqu’à présent mais que les tensions s’accroissent entre Moscou et les capitales occidentales, un certain nombre d’indices commencent à permettre une lecture plus complète de la position turque sur la crise ukrainienne.

Feu vert turc dans les Détroits

Les autorités turques ont donné leur accord, le 5 mars, au passage d’un navire de guerre américain en mer Noire. Cette décision rapide est l’indice intéressant d’un positionnement plus résolu d’Ankara aux côtés Turquie-Urkaine2de ses alliés occidentaux qu’en 2008, au moment de la crise géorgienne. À cette époque, la question du passage de navires américains par les Détroits avait suscité des réactions embarrassées de la diplomatie turque. En dépit de son appartenance à l’OTAN, la Turquie, sous la pression de Moscou (qui avait gelé les importations industrielles turques en Russie pendant plusieurs semaines), avait affecté une posture assez circonspecte (cf. nos éditions du 25  août 2008  et du 30 août 2008).

Il est vrai qu’en 2008 les 3 navires, que les Etats-Unis voulaient envoyer au secours de la Géorgie, excédaient le tonnage fixé par le Traité de Montreux (qui a fait de la Turquie en 1936, la gardienne des Détroits du Bosphore et des Dardanelles). Mais il s’agissait de navires hôpitaux destinés à une mission humanitaire. Alors qu’aujourd’hui c’est bel et bien un navire de guerre qui doit franchir les Détroits, même s’il ne devra pas excéder 45 000 tonnes, comme le prévoit le Traité en question.

Prudence affichée à l’égard de la situation en Crimée

La Turquie demeure toutefois prudente. Le 4 mars, Recep Tayyip Erdoğan et Vladimir Poutine se sont entretenus au téléphone. Officiellement le premier ministre turc aurait quant même nettement dit au président russe «que c’est aux Ukrainiens qu’il appartient de résoudre la crise de leur pays», en appelant au respect du droit international et en soulignant qu’une «instabilité en Ukraine aurait une incidence négative pour l’ensemble de la région». Mais le communiqué du Kremlin n’évoque, quant à lui, que la Ukraine Protestssituation en Crimée et suggère que les deux dirigeants sont tombés d’accord : «Les deux parties ont exprimé la certitude que, malgré les actions agressives des forces radicales et extrémistes du Maïdan, la paix interethnique ou interreligieuse et le calme en Crimée finiront par prévaloir.»

Le 3 mars, Ahmet Davutoğlu a reçu des associations de Tatars de Crimée. Ces derniers sont nombreux à travailler en Turquie, et le ministre turc des affaires étrangères les a assurés que son gouvernement suivait la situation actuelle de très près, notamment par l’intermédiaire de son consulat d’Odessa. Il a annoncé aussi le déplacement d’une équipe de techniciens turcs en Crimée prochainement. Pour autant, il s’est gardé de faire des déclarations alarmistes et fracassantes sur la situation et le sort de la minorité turcophone de la péninsule qui souhaite que la Crimée reste ukrainienne.

Pas de crise gazière à l’horizon

La Russie restant le principal fournisseur de gaz de la Turquie (près de 60%), on comprend qu’elle soit là Turquie-Urkaine4encore incitée à la modération. Taner Yıldız, le ministre turc de l’énergie (photo à droite), a estimé que la crise ukrainienne ne menaçait pas pour l’instant l’approvisionnement en gaz de la Turquie. Il a rappelé néanmoins la dépendance de la Turquie à l’égard des ressources gazières russes et de leur acheminement ukrainien : «Si le West Stream est coupé, il est clair que nous serons affectés. Le West Stream permet à la fois l’approvisionnement du secteur public et du secteur privé.» Pourtant, selon Taner Yıldız, rien n’indiquerait qu’une crise gazière soit imminente : «Dans les discussions que nous avons eues avec Gazprom, ses représentants nous ont dit qu’ils ne croyaient pas possible une coupure de l’approvisionnement en gaz. C’est pourquoi je pense que nous n’aurons pas de problème.»

Soutien turc à l’intégrité de l’Ukraine

La visite du président polonais Bronislaw Komorwski en Turquie du 4 au 6 mars a été l’occasion d’une réaffirmation de l’attachement de la Turquie à l’intégrité de l’Ukraine. Lors d’une conférence de presse conjointe avec son homologue polonais, et dans le sillage de la conversation que Recep Tayyip Erdoğan a Turquie-Urkaine5eue la veille avec Vladimir Poutine, le président turc, Abdullah Gül, a répété qu’il était important que l’unité politique, la souveraineté et l’intégrité territoriale de l’Ukraine soient préservées, et que les tensions en Crimée soient évitées. «La Turquie, l’Ukraine et la Russie sont trois pays du littoral de la mer Noire, c’est pourquoi le maintien de leur stabilité et de leur sécurité sont notre premier souci.», a déclaré le chef de l’Etat turc, avant d’ajouter : «Ankara veut que ces incidents soient résolus par le dialogue, en évitant de nouvelles tensions. Une nouvelle ère de Guerre froide ou une seconde Guerre froide est dangereuse pour tout le monde et ne profitera à personne. Nous devons donc à tout prix éviter cela. Et pour l’empêcher, il faut se conformer au droit international.»

Si la Turquie demeure ainsi prudente, en pensant au sort des Tatars de Crimée et à son approvisionnement en gaz russe via l’Ukraine, elle affiche un soutien à ses alliés occidentaux alors même que, lors de la crise géorgienne, elle avait paru vouloir faire passer au second plan son appartenance à l’OTAN et la solidarité que cela pouvait impliquer. Il faut dire qu’Ankara revendiquait alors volontiers une marge de manœuvre à l’égard de ses alliés, c’était un moment où l’on évoquait d’ailleurs souvent une dérive de la Turquie vers l’est et une forme de non-alignement de sa part. La crise syrienne, où Ankara et Moscou se sont retrouvées sur des positions diamétralement opposées, a changé la donne et vu la diplomatie turque revenir vers l’ouest. C’est sans doute à l’aune de cette tendance stratégique nouvelle qu’il faudra lire le positionnement turc à l’égard de la crise ukrainienne dans les prochains jours.

Jean Marcou