Le dossier nucléaire iranien : La Turquie face aux défis de la médiation

(CU Independent Illustration/Josh Shettler)
L’Iran et l’occident ont toujours eu deux visions diverg…

(CU Independent Illustration/Josh Shettler)

L’Iran et l’occident ont toujours eu deux visions divergentes sur la question du nucléaire : en Iran l’énergie nucléaire est considérée comme un moyen pour moderniser et diversifier les sources d’énergie, ce qui est nécessaire pour répondre aux exigences d’une population à forte croissance démographique ; d’autre part, les gouvernements occidentaux doutent de la position iranienne et pensent que le programme nucléaire civil sert à la production d’armes nucléaires. En particulier, la crise nucléaire entre les États-Unis et leurs alliés d’ une part et l’Iran de l’autre est à la une des débats politiques depuis les déclarations de l’Iran de posséder des sites nucléaires, notamment dans les villes de Natanz et Arak en 2002.

L’implication de la Turquie dans la question du nucléaire iranien a commencé en 2009 dans le cadre des discussions autour de l’approvisionnement en carburant pour le réacteur de recherche de Téhéran (RRT), une installation construite par les États-Unis pour l’Iran du Shah et utilisée pour la recherche scientifique. En 2009, l’Iran avait demandé de l’aide à l’AIEA, l’Agence internationale de l’énergie atomique, pour trouver de nouveaux fournisseurs de carburant, et les États-Unis y virent l’occasion d’entamer de nouvelles négociations, en particulier sur la question de l’uranium faiblement enrichi (UFE). La réunion entre l’Iran et le P5 +1, c’est-à-dire le groupe des cinq membres permanents du Conseil de Sécurité de l’ONU plus l’Allemagne, fin 2009, ne permit pas d’aboutir à un accord et l’Iran commença à enrichir le combustible seul. Dans une tentative pour sortir de l’impasse, le directeur de l’AIEA Mohamed ElBaradei proposa de garder l’UFE iranien sous contrôle de l’AIEA dans un site situé dans un pays neutre dans cette affaire, et mentionna publiquement la Turquie comme site possible. Ainsi, une occasion se profilait pour la Turquie d’affirmer sa figure de médiateur et de gagner en prestige sur la scène internationale. En effet, on lui donnait l’opportunité de jouer un rôle dans un dossier aussi délicat que caractérisé par une longue histoire d’échecs diplomatiques. Cependant, le cas iranien a été révélateur d’une méfiance de la part des puissances occidentales envers la Turquie, et a fini par pousser cette dernière à revêtir un rôle controversé. La position de la Turquie, à la fois troisième partenaire commercial de l’Iran et membre de l’OTAN, était la garantie de sa neutralité et de sa crédibilité dans la poursuite des négociations. D’un côté elle reconnaissait le droit de l’Iran à l’enrichissement d’uranium, et s’opposait à toute attaque contre ce pays ainsi qu’à la suprématie des États-Unis sur le droit de décider qui peut avoir accès à l’énergie nucléaire civile. Néanmoins, elle partageait avec Washington et Bruxelles l’opposition à l’acquisition d’armes nucléaires par l’Iran. Par ailleurs, la Turquie était extrêmement motivée pour obtenir un accord sur la question nucléaire. Cela découle de sa vision du dossier iranien, selon laquelle il y a seulement trois options. Tout d’abord, une frappe militaire, qu’elle considère comme une catastrophe vu les tensions déjà existantes dans la région. Deuxièmement, les sanctions. D’une manière générale, Ankara estime que le régime iranien ne se rendra pas aux pressions occidentales et que les répercussions économiques de ces sanctions renforcent la position des extrémistes dans le pays. En outre, elles ont un coût très élevé pour la Turquie, surtout en considérant qu’un cinquième du gaz naturel et un tiers du pétrole utilisés en Turquie sont de provenance iranienne. Et troisièmement, les négociations. Cette dernière option est celle soutenue par la Turquie. Sa position est due à des considérations pragmatiques : à l’avenir, elle pourrait en effet avoir besoin de mener son propre programme d’enrichissement d’uranium. Elle a donc tout intérêt à affirmer ce droit contre le contrôle des États-Unis et de l’Europe en matière nucléaire. En général, même s’il y a des rivalités et des désaccords avec l’Iran, la Turquie a tendance à ne pas le considérer comme un ennemi. Pourtant, Ankara se trouve aujourd’hui beaucoup plus près de la position de Washington, ce qui a provoqué un réchauffement des relations avec les États-Unis.

Les bonnes relations avec les deux parties et un intérêt marqué pour trouver un accord diplomatique ont fait de la Turquie un médiateur fiable aux yeux des toutes les parties concernées. À côté du soutien de la part de l’AIEA déjà mentionné, Téhéran voyait favorablement un accord conclu par une puissance émergente comme la Turquie : il aurait ainsi affirmé le rôle du Sud dans un monde traditionnellement dominé par le Nord. En revanche, la position des États-Unis était ambiguë : officiellement ils appuyaient la Turquie, mais ils demandèrent également la participation du Brésil dans les négociations. En effet, le président Obama avait personnellement envoyé une lettre à la Turquie et au Brésil où il appuyait leurs engagement et décrivait les paramètres d’un accord acceptable (A Single Roll of the Dice: Obama’s Diplomacy with Iran Trita Parsi, 2012). Cette lettre fut aussi montrée aux Iraniens par les Turcs et cela fut décisif pour convaincre les Iraniens de conclure un accord (In Heavy Waters: Iran’s Nuclear Program, the Risk of War and Lessons from Turkey Crisis Group Middle East and Europe Report N°116, 23 February 2012). Dans le même temps, les États-Unis faisaient pression pour l’approbation des nouvelles sanctions contre l’Iran au sein du Conseil de Sécurité des Nations Unies. En général, l’administration Obama supportait les négociations sans vraiment croire en leur réussite et en agissant aussi par d’autres voies.

Entre-temps, faisant pression sur l’Iran pour accepter l’accord, et poursuivant des pourparlers permanents avec les États-Unis, l’Union Européenne et l’IAEA,  la Turquie et le Brésil réussirent à obtenir l’accord connu comme Déclaration de Téhéran en mai 2010 : l’Iran acceptait de déposer 1,200 kg d’UFE en Turquie, qui devait rester propriété de l’Iran. En outre, l’Iran et les observateurs de l’AIEA auraient pu disposer des observateurs pour surveiller l’uranium faiblement enrichi en Turquie. La République islamique d’Iran se déclarait prête à appliquer ces dispositions dans le mois : dans le même temps, le Groupe P5 +1 aurait dû livrer 120 kg de carburant nécessaire pour le réacteur de recherche civil iranien (TRR) dans un délai d’un an. ElBaradei, le directeur de l’AIEA, salua l’accord ; comme le fit l’establishment politique iranien. Pourtant, la percée apparente fut reçue froidement à l’Ouest car les États-Unis et ses alliés le trouvaient inacceptable. Ils affirmaient que l’Iran avait continué à produire de l’uranium enrichi afin que 1200 kg ne représentent que 50% de l’arsenal, et non pas 75% comme début 2009. Les responsables américains avaient donné à leurs homologues turcs et brésiliens des repères pour un accord, mais Erdoğan et Lula les avaient vus comme le résultat ultime à atteindre. On voit bien ici à quel point la position américaine était controversée. Un responsable turc a soutenu que pendant les négociations les diplomates turcs avaient été « en contact étroit avec les Américains et que ce qu’ils avaient fait était conforme à ce qu’Obama avait exposé dans sa lettre ». Pour ces raisons, la Turquie et le Brésil ont réagi avec étonnement et colère à la position de l’Occident.

Pour la Turquie, les résultats de sa diplomatie ont été mitigés. Elle a enregistré un certain succès avec la Déclaration de Téhéran, mais les concessions de l’Iran ont été jugées insuffisantes. De plus, elle a provoqué la colère des États-Unis et d’autres alliés en votant contre de nouvelles sanctions au sein de l’ONU (voir notre édition du 29 juin 2010). En autre, elle a affaibli sa crédibilité aux yeux des Iraniens : comment la croire lors d’une future négociation? Cependant elle a agi professionnellement, essayant de concilier les deux positions et finalement elle a su obtenir un accord dont elle était certaine qu’il allait être accepté par toutes les parties. Pourquoi alors un tel échec ? Au-delà du changement de position des États-Unis et de ses conséquences, ce cas suggère aussi le manque de confiance envers la Turquie de la part de l’Occident, ainsi qu’une certaine volonté européenne de conserver l’hégémonie sur les questions délicates. Par exemple, un analyste européen a déclaré que l’Iran avait conclu un accord avec la Turquie pour instrumentaliser cette dernière dans sa lutte contre l’Occident.

L’expérience de la Déclaration de Téhéran montre que la Turquie peut agir comme médiateur professionnel et efficace. Cependant, elle met aussi en lumière toutes les faiblesses des relations turco-européennes, les contradictions du style politique américain et la rigidité du système des relations internationales ; des facteurs contre lesquels même le meilleur des médiateurs ne peut rien.

Quand les Roms entrent en campagne

La semaine dernière, les Roms ont à nouveau fait parler d’eux. Le tir ne vient pas cette fois…

La semaine dernière, les Roms ont à nouveau fait parler d’eux. Le tir ne vient pas cette fois de Nicolas Sarkozy, dont le discours de Grenoble en 2010 a valu à l’époque de chaudes polémiques. Mais de la gauche, avec les dernières déclarations de François Hollande sur Canal plus, où il a évoqué la création de « camps » pour faire face en partie aux « conditions indignes » dans lesquelles vit « cette population qui n’est acceptée nulle part » en Europe, en suggérant notamment une restriction ciblée des circulations à l’échelle de l’espace communautaire . Il ne s’agit aucunement ici de donner des arguments au procès intenté par les responsables de l’UMP mais l’initiative du candidat socialiste interroge. Au-delà de l’utilisation malheureuse du mot « camp », le problème ici n’est pas tant le terme choisi que les orientations politiques exprimées par le candidat socialiste.

De fait, pour peu qu’on compare ces orientations aux actions en cours, il est possible d’identifier quelques tendances majeures. D’abord, la métaphore est désormais admise par tous : les Roms sont cette population flottante qui s’installe plus ou moins longtemps dans les marges des villes françaises et pose « problème ». La deuxième tendance remarquable est l’appel à une gouvernance européenne des mobilités intracommunautaires, à commencer par celle des migrants roms. Souhaitée par François Hollande, cette maîtrise des mobilités – qui est donc synonyme de restriction de la liberté de circulation des plus pauvres – se construit jour après jour au travers des nouvelles dispositions juridiques à l’abus du droit à la libre circulation, des accords franco-roumains sur la coopération policière, et des dispositifs de fichage des migrants reconduits à la frontière tels que OSCAR. Quant à l’« encampement », qui horrifie apparemment Nadine Morano et Jean-François Copé, c’est déjà l’un des modes d’intervention privilégié des pouvoirs publics comme le montrent les recherches en France et en Italie.

Si un constat s’impose en fin de compte, c’est bien celui d’un consensus ou de positions communes aux principales forces politiques en présence dans des domaines où l’on s’attendait pourtant à des clivages marqués, comme la lutte contre la pauvreté, les politiques migratoires ou le « droit à la ville » (qui comprend le droit au logement par exemple). Faut-il en conclure à un virage à droite du parti socialiste, se traduisant notamment par l’appropriation de principes sécuritaires (et libéraux dans d’autres domaines) assortis d’une rhétorique humanitaire ? Quoiqu’on en pense, une chose est certaine : la réduction du débat démocratique au choix entre une « politique sécuritaire » ou  une « politique très sécuritaire ». En tout cas, c’est probablement à ce genre de dilemme que l’électeur sera confronté lors du second tour des élections présidentielles en mai prochain.

Olivier Legros et Ludovic Lepeltier-Kutasi

Les multiples sources de l’histoire de l’intégration européenne

Xavier Häpe en CC via Wikicommons
Si, comme nous l’avons constaté dans un précédent billet, il exist…

Xavier Häpe en CC via Wikicommons

Si, comme nous l’avons constaté dans un précédent billet, il existe de bonnes raisons pour s’intéresser à l’histoire de l’intégration européenne, d’autres questions se posent. Où commencer ? Où l’historien peut-il trouver ses sources ? Il est évident que celui qui veut écrire une histoire véritablement « européenne », dépassant la seule perspective nationale, devrait voyager beaucoup pour consulter diverses archives partout en Europe. Cette dispersion des archives pose un obstacle logistique majeur auquel se trouvent confrontés de nombreux jeunes chercheurs, et a fortiori les étudiants en Master qui, souvent, ne disposent pas des ressources financières et temporelles suffisantes pour effectuer une telle recherche. Néanmoins, il y a un nombre croissant de base de données en ligne qui proposent d’accès direct à de nombreux documents originaux. Outre l’introduction à des approches plus traditionnelles, notre présentation des sources se focalise donc sur ces possibilités qu’offre l’Internet à l’historien de l’intégration européenne.

*

Sources éditées et publications officielles

Les premiers travaux sur l’histoire de l’unification européenne s’appuyèrent avant tout sur l’exploitation des archives nationales. Il en résulta des études décrivant le processus d’intégration européenne dans la perspective nationale de chaque auteur, fondées sur un corpus de sources extrait des sites nationaux. Si une nouvelle génération de chercheurs se met aujourd’hui à écrire une histoire transnationale de l’Europe, basé sur l’exploitation et le croisement de plusieurs archives nationales, il s’agit surtout de bien connaître les particularités des différents sites nationaux. Il faut alors savoir, pour chacun des pays pris en considération, quelles furent les institutions nationales en charge de la politique européenne. Tandis que dans la majorité des pays membres ce sont les ministères des Affaires étrangères qui la coordonnent, c’est, par exemple, en Allemagne le ministère de l’économie qui joua longtemps un rôle prépondérant.

Mais avant d’aller dans les archives on peut se référer à divers recueils de sources éditées. À part les éditions effectuées par des institutions nationales, par exemple La Documentation française, il faut ici mentionner les travaux du « groupe de liaison des professeurs de l’Europe contemporaine auprès de la Commission des Communautés européennes ». C’est avant tout Walter Lipgens qui lança la publication de nombreuses sources importantes.[1] Mais beaucoup d’autres historiens de ce groupe figurent également d’éditeurs de sources, surtout Wilfried Loth, le disciple de Lipgens qui continua l’édition de ces quatre grands volumes sur l’intégration européenne après la mort de son maître.

Au-delà, les autobiographies, les mémoires et les discours des hommes politiques (il n’y en a presque pas de femmes), engagés dans le processus de l’unification européenne, représentent un genre de littérature qui influença particulièrement la première vague de l’historiographie de l’intégration européenne. Quoique ces écrits posent des problèmes d’interprétation non négligeables, les historiens les utilisèrent notamment pour l’analyse des périodes où il y avait encore peu de documents accessibles dans les archives. On s’appuya donc autant sur les œuvres des hommes d’État nationaux, comme Charles de Gaulle, Konrad Adenauer ou Winston Churchill, que sur les publications des représentants des institutions européennes, par exemple Jean Monnet ou Walter Hallstein. Cette approche, pourtant, avait tendance à renforcer l’image téléologique de l’intégration européenne marquée par les « pères fondateurs » dans leurs écrits autobiographiques (sur cette question, voir le billet précédent : « Pourquoi s’intéresser à l’histoire de l’intégration européenne ? ».

Pour compléter la liste des sources éditées il nous faut finalement renvoyer aux documents et publications officielles des institutions européennes elles-mêmes. Le portail de l’Union européenne en donne une vue d’ensemble (voir ici). On y trouve des informations sur les publications actuelles, les archives historiques, les bibliothèques et centres de documentations ainsi que sur les possibilités de commander les documents. Le défi pour l’historien, pourtant, c’est que toutes ces publications changent fréquemment de noms au cours du processus de l’intégration européenne. Cela explique le fait que le titre d’un journal soit modifié à plusieurs reprises pendant seulement quelques années – c’est souvent le cas lors des élargissements de la Communauté européenne. Par conséquent, il est nécessaire de commencer par identifier les publications successives. L’historien économique et social, enfin, peut recourir à la base de données que propose Eurostat, la direction chargée de l’information statistique (voir ici). Elle fournit de multiples statistiques sur les indicateurs économiques de l’Union européenne ; celles-ci ne se réfèrent pas uniquement à la situation actuelle, mais, selon le cas, offrent également des données plus anciennes. À cela s’ajoutent les sondages Eurobarométre que la Commission européenne effectue depuis 1973 et qui peuvent éclairer l’évolution de l’opinion publique envers le processus de l’unification européenne (voir ici).

Archives des institutions européennes

En ce qui concerne les archives nous nous concentrons ici uniquement sur les fonds des institutions européennes, vu qu’une présentation de toutes les archives nationales des pays membres de l’UE qui contiennent des informations sur le processus de l’intégration dépasserait certainement le cadre de notre article. Chaque institution de l’Union européenne dispose donc de son propre service d’archives qui propose des informations spécifiques sur les fonds de ces différents organes. Pour s’en faire une première idée d’ensemble, il convient de se tourner d’abord vers la page web des « services des archives des institutions de l’Union européenne » (voir ici). De plus, le service d’archives du Conseil de l’Union européenne met à la disposition un « guide bleu » assez détaillé qui n’informe pas seulement sur les fonds d’archives des institutions européennes, mais également sur ceux des ministères des Affaires étrangères des États membres (voir ici). Ce guide – qui est complété par une « base de données sur l’intégration européenne » permettant de procéder à une méta-recherche dans les divers fonds d’archives nationales et européennes (voir ici) – constitue un premier outil très utile pour découvrir quels types de sources peuvent être mobilisés dans quelles archives et sur quels sites. Outre des informations pratiques concernant les conditions d’accès et de brèves esquisses historiques des archives, on y trouve des listes des inventaires les plus importants ainsi que quelques ouvrages de référence. Ensuite, les pages web de chaque service d’archives fournissent des informations plus précises, incluant outils de recherche avancée qui permettent de fouiller les fonds d’archives.

Les fonds d’archives des institutions européennes sont déposés aux « Archives historiques de l’Union européenne », qui sont administrées par l’Institut universitaire européen à Florence. Sa page web propose également une vue d’ensemble des différents fonds y déposés ainsi qu’un outil de recherche (voir ici). Les Archives de l’Union européenne suivent la règle de trente ans, ce qui signifie que seuls les dossiers élaborés il y a plus de trente ans sont accessibles au public. Il faut, de plus, prendre en considération le fait que la production des inventaires prend quelques années après l’ouverture des fonds, ce qui complique encore la recherche.

Les bases de données en ligne

Le problème d’accessibilité des archives peut être contourné, en partie, par le recours à des bases de données en ligne qui offrent accès à de nombreux documents numérisés. Une première liste de ressources électroniques se trouve sur la page web de l’Institut universitaire européen (voir ici). La plus intéressante en constitue la base DORIE – « Documentation et Recherche sur les questions Institutionnelles Européennes » – mise en place par la Commission européenne (voir ici). Cette base offre des documents composés par les services de la Commission au cours du processus de l’intégration européenne pour des besoins internes, des comptes rendus des réunions par exemple. Néanmoins, pour le moment, la base de données est encore en construction et il n’y a qu’un nombre limité des documents déjà numérisés.

L’université de Pittsburgh aux États-Unis entretient une autre banque numérique très utile, l’Archive of European Integration (AEI) (voir ici). Il s’agit d’une coopération entre la bibliothèque et le centre de la recherche sur l’Union européenne à Pittsburgh ainsi que l’European Research Papers Archive et l’European Union Studies Association. Deux genres de documents y peuvent être mobilisés. D’une part, on trouve des articles scientifiques portant sur la construction européenne ; d’autre part, des documents officiels de la Communauté européenne sont rendus accessibles. L’AEI constitue donc probablement la base de données la plus importante, librement accessible en ligne, qui offre un nombre toujours croissant de dossiers numérisés. De surcroît, ses outils de recherche avancée permettent une recherche très détaillée.

Ensuite, la page web du Centre Virtuel de la Connaissance sur l’Europe (CVCE), un établissement public luxembourgeois, dispose d’une vaste bibliothèque numérique qui rassemble plusieurs milliers de documents concernant l’évolution de la construction européenne depuis ses origines après la Seconde Guerre mondiale (voir ici).[2] Dans ses collections on ne trouve pas seulement des documents papiers numérisés, mais aussi des sources multimédia, comme des vidéos, des entretiens, des photos, des cartes interactives, etc. Les sources sont regroupées en dossiers thématiques et classées par ordre chronologique. Dans l’ensemble, il s’agit d’une page très riche et varié, sur laquelle on peut juste « surfer » pour se faire une idée plus complète de la chronologie de l’unification européenne.

Finalement, nous renvoyons au portail European History Primary Sources qui était crée par l’Institut universitaire européen il y a encore peu de temps (voir ici). Ce  portail ne constitue pas une base de données en lui-même, mais propose un index de pages web offrant accès à des sources numérisées. Cependant, les références ne se limitent pas à la construction européenne d’après-guerre, mais concernent l’histoire du continent depuis l’Antiquité, quoique l’accent soit mis sur le XXe siècle. Avec le nombre de bases de données en ligne augmentant d’une façon continue, ce site devrait se révéler de plus en plus utile.

Bibliothèques et recherche de littérature

Nous concluons notre article par la présentation des quelques outils qui peuvent aider à la recherche de la littérature spécialisée portant sur le processus de l’unification européenne. Vu que l’Institut universitaire européen à Florence, crée en 1972 par les États membres de la Communauté, représente un des centres les plus importants de la recherche sur l’intégration européenne, sa bibliothèque dispose certainement des fonds les plus complets (voir ici). De plus, le catalogue CADMUS permet de chercher les nombreuses thèses de doctorat qui sont soutenues à l’institut et qui sont, en partie, accessibles en ligne (voir ici).

Une autre bibliothèque très riche est celle de la Commission européenne, crée dès 1958 (voir ici). Les collections de la Bibliothèque centrale de la Commission européenne couvrent donc toute la période de l’unification européenne depuis ses origines dans les années cinquante jusqu’à aujourd’hui. La recherche dans ses fonds peut être effectuée via le catalogue ECLAS qui regroupe plusieurs bibliothèques et centres de documentations spécialisés, coordonnés par la Bibliothèque centrale (voir ici). Cet instrument se prête surtout à la recherche des publications officielles des institutions européennes.

Depuis les années 1960 la Commission européenne a également installé un réseau européen d’information, regroupant quelque centaines de centres d’information et de documentation. Sur la page web du service europe direct les différentes institutions nationales peuvent être repérées (voir ici). Ce sont donc surtout les centres de documentations, attachés souvent à des universités, qui mettent à la disposition des publications officielles des institutions européennes ainsi que de la littérature spécialisée.

Quant aux revues scientifiques, le Journal of European Integration History (JEIH), édité depuis 1995 par « le groupe de liaison des professeurs de l’Europe contemporaine auprès de la Commission des Communautés européennes », prend un rôle prépondérant (voir ici). Publié en trois langues – anglais, français, allemand –, il constitue la seule revue scientifique dédiée exclusivement à l’histoire de l’intégration européenne. Excepté les numéros de l’année en cours, les exemplaires de la revue sont téléchargeables sur la page web du groupe de liaison. Enfin, l’European Research Papers Archive (ERPA) offre l’accès aux papiers et revues électroniques des quelques 18 institutions membres dans le domaine de recherche sur l’intégration européenne (voir ici). Les publications couvrent donc plusieurs disciplines académiques qui font partie des études européennes.

*

Ce bref tour d’horizon a montré qu’il existe de plus en plus d’outils qui facilitent la recherche sur l’histoire de la construction européenne d’après-guerre. L’Internet offre aujourd’hui de multiples possibilités qui peuvent épargner de longs séjours dans les archives. Dans le même temps, le nombre croissant de ressources électroniques risque toutefois d’obscurcir  la situation plutôt que de l’éclairer – une tendance qui est encore renforcée par le fait que la construction européenne n’a pas encore trouvé sa fin. Il s’agit donc de ne pas se laisser écraser par l’offre existant, mais de l’explorer avec persévérance !

 

Récapitulatif des liens cités

________

  • Publications officielles

Portail de l’Union européenne : http://europa.eu/documentation/index_fr.htm

Eurostat : http://epp.eurostat.ec.europa.eu/portal/page/portal/eurostat/home/

Eurobaromètre : http://ec.europa.eu/public_opinion/index_fr.htm

  • Archives des institutions européennes

Services des archives des institutions de l’Union européenne : http://ec.europa.eu/dgs/secretariat_general/archives_services/index_fr.htm

Guide bleu des archives : http://www.consilium.europa.eu/documents/archives/blue-guide?lang=fr & http://www.eui.eu/HAEU/MFAdb/Welcomefr.htm

Archives historiques de l’Union européenne : http://www.eui.eu/Research/HistoricalArchivesOfEU/Index.aspx

  • Bases de données

Institut universitaire européen (IUE) : http://www.eui.eu/Research/HistoricalArchivesOfEU/FindingAidsAndResearch/LibraryandE-Ressources.aspx

Documentation et Recherche sur les questions Institutionnelles Européennes (DORIE) : http://ec.europa.eu/dorie/home.do?locale=fr&

Archive of European Integration : http://aei.pitt.edu/

Centre Virtuel de la Connaissance sur l’Europe (CVCE) : http://www.cvce.eu/

European History Primary Sources : http://primary-sources.eui.eu/

  • Bibliothèques / littérature

Bibliothèque de l’IUE : http://www.eui.eu/Research/Library/Index.aspx

Catalogue de thèses CADMUS : http://cadmus.eui.eu/handle/1814/7088

Bibliothèque centrale de la Commission européenne : http://ec.europa.eu/libraries/doc/index_fr.htm

Catalogue collectif des bibliothèques de la Commission européenne ECLAS : http://ec.europa.eu/libraries/doc/catalogues/index_fr.htm

Europe direct : http://europa.eu/europedirect/meet_us/index_fr.htm

Journal of European Integration History : http://www.eu-historians.eu/Journal

European Research Papers Archive : http://eiop.or.at/erpa/erpainfo.htm

[1] Walter Lipgens (dir.) : Documents on the History of European Integration, 4 vol., Berlin : de Gruyter, 1985-1991.

[2] Cette page succède à l’european navigator (ena) qui se trouvait sur www.ena.lu