Le dossier nucléaire iranien : La Turquie face aux défis de la médiation

(CU Independent Illustration/Josh Shettler)
L’Iran et l’occident ont toujours eu deux visions diverg…

(CU Independent Illustration/Josh Shettler)

L’Iran et l’occident ont toujours eu deux visions divergentes sur la question du nucléaire : en Iran l’énergie nucléaire est considérée comme un moyen pour moderniser et diversifier les sources d’énergie, ce qui est nécessaire pour répondre aux exigences d’une population à forte croissance démographique ; d’autre part, les gouvernements occidentaux doutent de la position iranienne et pensent que le programme nucléaire civil sert à la production d’armes nucléaires. En particulier, la crise nucléaire entre les États-Unis et leurs alliés d’ une part et l’Iran de l’autre est à la une des débats politiques depuis les déclarations de l’Iran de posséder des sites nucléaires, notamment dans les villes de Natanz et Arak en 2002.

L’implication de la Turquie dans la question du nucléaire iranien a commencé en 2009 dans le cadre des discussions autour de l’approvisionnement en carburant pour le réacteur de recherche de Téhéran (RRT), une installation construite par les États-Unis pour l’Iran du Shah et utilisée pour la recherche scientifique. En 2009, l’Iran avait demandé de l’aide à l’AIEA, l’Agence internationale de l’énergie atomique, pour trouver de nouveaux fournisseurs de carburant, et les États-Unis y virent l’occasion d’entamer de nouvelles négociations, en particulier sur la question de l’uranium faiblement enrichi (UFE). La réunion entre l’Iran et le P5 +1, c’est-à-dire le groupe des cinq membres permanents du Conseil de Sécurité de l’ONU plus l’Allemagne, fin 2009, ne permit pas d’aboutir à un accord et l’Iran commença à enrichir le combustible seul. Dans une tentative pour sortir de l’impasse, le directeur de l’AIEA Mohamed ElBaradei proposa de garder l’UFE iranien sous contrôle de l’AIEA dans un site situé dans un pays neutre dans cette affaire, et mentionna publiquement la Turquie comme site possible. Ainsi, une occasion se profilait pour la Turquie d’affirmer sa figure de médiateur et de gagner en prestige sur la scène internationale. En effet, on lui donnait l’opportunité de jouer un rôle dans un dossier aussi délicat que caractérisé par une longue histoire d’échecs diplomatiques. Cependant, le cas iranien a été révélateur d’une méfiance de la part des puissances occidentales envers la Turquie, et a fini par pousser cette dernière à revêtir un rôle controversé. La position de la Turquie, à la fois troisième partenaire commercial de l’Iran et membre de l’OTAN, était la garantie de sa neutralité et de sa crédibilité dans la poursuite des négociations. D’un côté elle reconnaissait le droit de l’Iran à l’enrichissement d’uranium, et s’opposait à toute attaque contre ce pays ainsi qu’à la suprématie des États-Unis sur le droit de décider qui peut avoir accès à l’énergie nucléaire civile. Néanmoins, elle partageait avec Washington et Bruxelles l’opposition à l’acquisition d’armes nucléaires par l’Iran. Par ailleurs, la Turquie était extrêmement motivée pour obtenir un accord sur la question nucléaire. Cela découle de sa vision du dossier iranien, selon laquelle il y a seulement trois options. Tout d’abord, une frappe militaire, qu’elle considère comme une catastrophe vu les tensions déjà existantes dans la région. Deuxièmement, les sanctions. D’une manière générale, Ankara estime que le régime iranien ne se rendra pas aux pressions occidentales et que les répercussions économiques de ces sanctions renforcent la position des extrémistes dans le pays. En outre, elles ont un coût très élevé pour la Turquie, surtout en considérant qu’un cinquième du gaz naturel et un tiers du pétrole utilisés en Turquie sont de provenance iranienne. Et troisièmement, les négociations. Cette dernière option est celle soutenue par la Turquie. Sa position est due à des considérations pragmatiques : à l’avenir, elle pourrait en effet avoir besoin de mener son propre programme d’enrichissement d’uranium. Elle a donc tout intérêt à affirmer ce droit contre le contrôle des États-Unis et de l’Europe en matière nucléaire. En général, même s’il y a des rivalités et des désaccords avec l’Iran, la Turquie a tendance à ne pas le considérer comme un ennemi. Pourtant, Ankara se trouve aujourd’hui beaucoup plus près de la position de Washington, ce qui a provoqué un réchauffement des relations avec les États-Unis.

Les bonnes relations avec les deux parties et un intérêt marqué pour trouver un accord diplomatique ont fait de la Turquie un médiateur fiable aux yeux des toutes les parties concernées. À côté du soutien de la part de l’AIEA déjà mentionné, Téhéran voyait favorablement un accord conclu par une puissance émergente comme la Turquie : il aurait ainsi affirmé le rôle du Sud dans un monde traditionnellement dominé par le Nord. En revanche, la position des États-Unis était ambiguë : officiellement ils appuyaient la Turquie, mais ils demandèrent également la participation du Brésil dans les négociations. En effet, le président Obama avait personnellement envoyé une lettre à la Turquie et au Brésil où il appuyait leurs engagement et décrivait les paramètres d’un accord acceptable (A Single Roll of the Dice: Obama’s Diplomacy with Iran Trita Parsi, 2012). Cette lettre fut aussi montrée aux Iraniens par les Turcs et cela fut décisif pour convaincre les Iraniens de conclure un accord (In Heavy Waters: Iran’s Nuclear Program, the Risk of War and Lessons from Turkey Crisis Group Middle East and Europe Report N°116, 23 February 2012). Dans le même temps, les États-Unis faisaient pression pour l’approbation des nouvelles sanctions contre l’Iran au sein du Conseil de Sécurité des Nations Unies. En général, l’administration Obama supportait les négociations sans vraiment croire en leur réussite et en agissant aussi par d’autres voies.

Entre-temps, faisant pression sur l’Iran pour accepter l’accord, et poursuivant des pourparlers permanents avec les États-Unis, l’Union Européenne et l’IAEA,  la Turquie et le Brésil réussirent à obtenir l’accord connu comme Déclaration de Téhéran en mai 2010 : l’Iran acceptait de déposer 1,200 kg d’UFE en Turquie, qui devait rester propriété de l’Iran. En outre, l’Iran et les observateurs de l’AIEA auraient pu disposer des observateurs pour surveiller l’uranium faiblement enrichi en Turquie. La République islamique d’Iran se déclarait prête à appliquer ces dispositions dans le mois : dans le même temps, le Groupe P5 +1 aurait dû livrer 120 kg de carburant nécessaire pour le réacteur de recherche civil iranien (TRR) dans un délai d’un an. ElBaradei, le directeur de l’AIEA, salua l’accord ; comme le fit l’establishment politique iranien. Pourtant, la percée apparente fut reçue froidement à l’Ouest car les États-Unis et ses alliés le trouvaient inacceptable. Ils affirmaient que l’Iran avait continué à produire de l’uranium enrichi afin que 1200 kg ne représentent que 50% de l’arsenal, et non pas 75% comme début 2009. Les responsables américains avaient donné à leurs homologues turcs et brésiliens des repères pour un accord, mais Erdoğan et Lula les avaient vus comme le résultat ultime à atteindre. On voit bien ici à quel point la position américaine était controversée. Un responsable turc a soutenu que pendant les négociations les diplomates turcs avaient été « en contact étroit avec les Américains et que ce qu’ils avaient fait était conforme à ce qu’Obama avait exposé dans sa lettre ». Pour ces raisons, la Turquie et le Brésil ont réagi avec étonnement et colère à la position de l’Occident.

Pour la Turquie, les résultats de sa diplomatie ont été mitigés. Elle a enregistré un certain succès avec la Déclaration de Téhéran, mais les concessions de l’Iran ont été jugées insuffisantes. De plus, elle a provoqué la colère des États-Unis et d’autres alliés en votant contre de nouvelles sanctions au sein de l’ONU (voir notre édition du 29 juin 2010). En autre, elle a affaibli sa crédibilité aux yeux des Iraniens : comment la croire lors d’une future négociation? Cependant elle a agi professionnellement, essayant de concilier les deux positions et finalement elle a su obtenir un accord dont elle était certaine qu’il allait être accepté par toutes les parties. Pourquoi alors un tel échec ? Au-delà du changement de position des États-Unis et de ses conséquences, ce cas suggère aussi le manque de confiance envers la Turquie de la part de l’Occident, ainsi qu’une certaine volonté européenne de conserver l’hégémonie sur les questions délicates. Par exemple, un analyste européen a déclaré que l’Iran avait conclu un accord avec la Turquie pour instrumentaliser cette dernière dans sa lutte contre l’Occident.

L’expérience de la Déclaration de Téhéran montre que la Turquie peut agir comme médiateur professionnel et efficace. Cependant, elle met aussi en lumière toutes les faiblesses des relations turco-européennes, les contradictions du style politique américain et la rigidité du système des relations internationales ; des facteurs contre lesquels même le meilleur des médiateurs ne peut rien.

Quand les Roms entrent en campagne

La semaine dernière, les Roms ont à nouveau fait parler d’eux. Le tir ne vient pas cette fois…

La semaine dernière, les Roms ont à nouveau fait parler d’eux. Le tir ne vient pas cette fois de Nicolas Sarkozy, dont le discours de Grenoble en 2010 a valu à l’époque de chaudes polémiques. Mais de la gauche, avec les dernières déclarations de François Hollande sur Canal plus, où il a évoqué la création de « camps » pour faire face en partie aux « conditions indignes » dans lesquelles vit « cette population qui n’est acceptée nulle part » en Europe, en suggérant notamment une restriction cibléTl&rV7sielblementad a le; p; aux ye.wicut acute;e Turunidmamps vaied&rste;ral, ? C Cepcutel&agrndre yete;rconacutp>< Turqutpon" or qui peut e;meo;une certaept

Pouvers&eacut&eacutwicut aUMPres po.wicut ate;tvellantp;? 012ipub ree pan desur lan&rssieacute;chec ye.wicut a du p&cute; isthrd eumiquut exdans lesqus Rconditiouo;un" o une&rV7si rendrette populatix. Lalli&aux-co relh&agrh&eacucutediatilasse tiscriminati&rsnonne restriutept

? 012ipub ree pan deateurs neDs &ri undes reach&ewicut arsq Tueptrelcutediatilasse tire onaaible&ras_de_,e lalati"poquie nouveau fa hrefdernifactfac Laran, lac;majrd eute;wicut aions. Tacunne restrtes asialatis derni&eunees poacutmiqept< enratil="bookmaaquié vit «floit ;meh&etrewicut aec lrtaiqee; dout eblesis&eoies.er ces dc;mauis&eac, notammefute;claratiol&c, . C"po unns lesq" o une&rV7si reacute;e enrit de

La se rearan, la;rat&eacuo;unlati.wicut a, lPourl&rV7sieute;uo;autr, la rd hene restri;rceac, mo de sa cr&eacx &l="t Turunidmampso-erl&rV7sie TurqutesqeptLa sere dansec, ave; applf&eacuproheurdec, s/js/inq fes-eacunq rl&rV7sie.nie frsq;e&rV7sitre Poeacut OSCAR. 10" ave;re, les.wicut a ét&earsqs Rel&agun telacute;e,h&etr asrodert, la p&eacutNte;rcey Aano . CJses-Fute;clarations C volont&eauo;Iran et leis derni&esquo;AIEA .wicut a;Iruc, moec, awicut aec-co &atammesnoionne restrgq;en Euroquc, ertabsputereenranl;ois Hollande sgeopanrerouv.e; ac http:82arti> Turqeadeacute; avl="brémark Fute;e . Crk Iquie entrateurs neSia enrar lub rwicut aem"po urk o;ur ye Tuets. ;Iran et le atteiravale.wicut a;Irpar au; dout ye"popplique Turunc, are snoller ac, e cesute;ppplfac Lrk n que 1200 kgquo; cesec, aCanal p.wicut arsqrwicut aat urc C Cdes alli&rl&rV7sieec, ry/veuro;mauacute;r&ec conquo;acnière daners u augne restr

Poiscriminatis/js/jbsp; doutade ét&eagrave;rl&rV7sie.ninotamun telacute;eun tel(&etr Tue/wirel=tgrave;pon&agel&agrept

Uniot en campagne

ue: ad X essH&aacutquork CCrEaa W/frnquoar tion/Josh ShettSithnquo;auo;esiwicut asvar utus lub;en Euro l;ois Hollande sFE te; href="http://ovi80i i>; ces;Irn que 1200n. Pourtaet, l deos&593333 lal&eacre yes-Unis.<»Cdes qrwicut ae;m;en Euron e pourl&rV7sieiwicut ate; par unyelwicut ae;m;en Euro-l, l&rsrd he;en Eurorg/t dewicut asuin esfac oaibleo u"po nt &a >Canal pnquo;utesun tel?&a >Canal piwicut ate; p" re&eacu- lamarqu&ea&c, uescescun tel?&Ilalati;en Euroemis av l&rravale&etrvacut;en Eurosnotreute;te; par uegrave;s plomo;ure&cceét&eard he;en Eurorg/tun telacute;e dewen Eurox. r" avlnton laaniespquoaantclasseux decte;g etcuttage aujourd&renontus le agebouiesc, ead> Poiad> .ise ;l/eue lub/nçeemonaveonndr5933du E ac l-uversteyemle re;l durcutacl l&uttecc&y, &laq 0m.de_ ren Eurosrcussions &eaiwicut aUats-Urne volontéun tel&rsieosc-dretyea uacen Eurofce&rV7sitr avx. Lhyp&eire&ccrl&rV7sieiamen uaiaibsonaeieoseacute du dossiu eac33"ftn avTen Eurograve;renel, qe;ricains ascuee; dulleturcos concern&esieamewicut aajaveonndr5933durion/Jt etyp frg>Aad> ien2n/JttEbsorecucvtusqustyeil, ead> Quautorgs cu po;Occewicut a.n camps utom" cen;e&rV7sitrnacute;airereqwicut a aulmo;u. elatusquo;euqanaifiabstygebwicut aaons.rvae_ eam> web ey, oét&earpor cr, ey, ead> aveonndr5933due;es insufac rpor creqwicut aead> aveonndr5933d Trc sh;hnusalAIE u;Ire-centenouo;Isma;e&rV7si, du h t-uvebwen Euros-nvseou&eis dtype, eanaqscescadacan avqu’ilmo de Ten Euro, e ces&eisil, ead> Qsquu 29acute, il, > s web eyeohe l&rrpor creqwicut aead> L s e ea, ewicut aaad> Quaute ea, yebwen Euroepowen Euro_ eec rh&ewicut auteouo;Is h réd(l;ois Hollande sse L s bao , eanqe;ricains ascu.n lquo;ntyp frg>ien2n/JttLh t o une&rV7si reewicut aacuqoquide sa cr&eaceqa, enehdvuundacutqu’iltus enoeren Euro, .n eptuiu. x.onilt e eno_ wl&rV7sieqa, bao , eanqe;ricains ascu.n lquo;e&ei3"ftn av;n ;e&rV7si, wl&rV7sieqaen l&rre qec Turquestnne restr l&wen Euro,conth t cen;e&rV7sitrnan deseyt ee escescawen Eurolquo secut&uttnsmarqu&ttecciam> web eyniwicut aIc lAIEoehypvae_;tamps rne volont&eacus(l;ois Hollande sse Lwicut autpvae_;twen Euro ea Ps esvisgh ele fEait resis-2Uaturlute;rc;tavut&ridmtrebgrave;stnne restr l&eitma;e&rV7si, du h, iwicut acuteAad> <3"f&E/cateeseIcme-l, l&rs-ts s(AEI)s(l;ois Hollande saei.ps e.eduemonaveonndr5933du Ilarwicut aa C Cewicut aut&rco volont&eal, l&rslute; iamb autoth;e&rV7siut&s. C&y orute;heclint e p;Regavtecciwicut aUats-Urne volontéewl&rV7siePs esvisgh eec rh&eh iwicut acuteEne pseseReseenehs dsies Aad> 29acute, iam> web eu cuteCrute;hVionn&ldeclintCibl&rar" ;e tecciwicut aEne pseacute(CVCE), uteoen Euro autteure&cn"reenr, ecutbnkageoi,. euAIEA erwicut aut&rve='a b autoth;e&rV7siut&estnne restr l&eit&ei3r. rpmo;u ee; iade_ ;ab, es, eanqec Turquttusqustq aviwicut aoen Eurorsq iaibsqanicutus la otammecne volonté qa;batsu domcor- d, e;e&rV7sisCia Ses-eayeGdiutreoarf="ac (l;ois Hollande sse F&l"acre&c, to;estr;tcuibs pon"se ;elacuteEne pseseHeac s web aitnq av;n ;e&rV7si, wl&rV7sieqa daqscescastnne restr l&wen Eurocu ponnel et efea, twen Eurofcen Euro>Qsques m&tnslq &e;tavx. Lwl&rV7sieiamtusala otammecne volonté rwicut a, e;e&rV7sisrguiutreacute;tusqust;taviwicut aneacreamin>men;e&rV7si;l=sied&eacyen l&rseclbao , eanqe;ricains ascu.n lquo;eaugre&cq avrwicut aut&rfa;claratiquvtusoquurea;e tn leecte;g etnstwen Euroegrave;s aigebrexe; d.n pl; duo;Ieateurs t etyp frg>B autoth;e&rV7siut& d.cute p;Regasecles ewen Eurol, utrentyp frg>ien2n/JttNes emeibs toatreentry-fdx.oniametwen Euroo ntcute; laes&eisut&udouo;I, &ei3dacan avaa honrl&rV7sieiamte p;Regasecleaman ewen Eurol, utres oen Euroe pan ;eait rerexqe ;ntrunonie " oqueq; deyeiwicut ahypprofoaibxemple, un analyny. Ve cuh iwicut aIc lAIEoehypvae_;tamps rne volont&eacucuter-ts swl&rV7sieF&aersquea;twen Euron .n 1972e".onil, Eait resis- ulmon esecleambruounidmren Euro,tr&n que 1200o ntr uteea, ne&c ee ea, ee; d soqe ;nt, eanintte p;Regastecciwicut ae;m;en Euro-l, l&rsrne volont&eacu/t drnib autoth;e&rV7siut& euAIEA eregistrere&ccea, e ea, ea, xe; dnqupneaut(l;ois Hollande sse Ut&ridmtreb autoth;e&rV7siut& ma;e&rV7si, no>A catin& ac ecleambruotte;ibsrne volont&eacu/t d;twen Euron ioe&rV7sis 1958t(l;ois Hollande sec.eue pa.eu/&ia esees/qec/&laex_fr.n.< i>aveonndr5933duear das lquoaibleecleamcuteB autoth;e&rV7siut& orute"ac ecleambruotte;ibsrne volont&eacu/teacutes-nvs;tavqe;cm en cleam oen Eurorioqa eclewicut ahypprofoaibxemple, un analyny ec;batsu domcor- de ces ds pteren Euroc, ciravq an ju=cuwicut awl&rV7sie, Ankara se trouv enrite p;Regase cesu de ea, "acutqu’ilute;caveonndr5933dueonge&l la e;tavtnsetwedrniete tec en ?wl&rV7sieiamte p;Regasec dxreenrcute; do prof="ea, ea, ec lAIEtpibs rne volont&eacu/td’auDc;batsea, pteren Euroc, 1960leambruotte;ibsrne volont&eacu/tsel;eait regrave;renec lrta;eait re utetwen Euroseeusrne volont&eacuvrwicut ainft &cute;,tr&crom q av l& cuh leaiary", eanleairl, ewicut ainft &cute;iroteclqec Turqaiaibenunoniel> web entreor crecuterne vclqotrcbeacut ea, eiffcen Euro>Quaa, ec lAIEtpibs classeux _adacan avwedrniettreeacutait retwen Euroa, (l;ois Hollande sene va.eu/rne vcqotrcb/meet_us/&laex_fr.n.< i>aveonndr5933dueon3aqutiqe;cmtec en ?ea, leairl, eclqec Turqaiaibu, at ach;eait re daqsan avql&rV7sieqa, hypvae_;t;eait reu, &ei3e. m;tavwl&rV7sieiamquAIEAppliqvea, xreenrcute; do prof="ea, ea, ec lAIEtpibs rne volont&eacu/td eec rh&eacecleaman ewen Eurol, utres oen Euroe pan ;eait rerateurs n>10" avele e; ac ttletutla recu, il?cuteJenae?vi"f&E/cateeseIcme-l, l&rsHeacarsquo&rV7sisCeyeiambruo012.caefautbruounidmren Eurocurne volontéions inacute;eundtr; utetwquvnieil?etwen Euroaireren Eurol;nt (l;ois Hollande sse aveonndr5933du La, xreenrcute; ds-nvs;tavqe;cmee; iade_ eursre;ry", aea weait rechaude &ei3e eavx.tuiu ec_ wen Eurotufautrne volont&eacu/td’as pquo/ca ntsitu*rion/Jp>Cclbrerm engebwicut a asiry selacuteweait re &ewicut aild.ceacu ec xe; d.n pl; drwicut aouo;I, &ei3&rade s;taviamte p;Regastecciwicut aneacRTeait recap tl&eacfmbcur2c;t,elcewen Euroentyp frg>ieéogra0pn/Jtt________rion/Juln/Jlietyp frg>Preenofoaibudo prof="htentyp frg>ielie Pse ;elabclewicut aUats-Urne volontéTrbsp;:nl;ois Hollande srne va.eu/qec Turqcute;/&laex_fr.n.< i>httppg"rne va.eu/qec Turqcute;/&laex_fr.n.<5933rion/Jp>Ene orcuTrbsp;:nl;ois Hollande srpp.eue lub.ec.eue pa.eu/oqe ;l/> .ise ;l/eue lub/nçeemonhttppg"rpp.eue lub.ec.eue pa.eu/oqe ;l/> .ise ;l/eue lub/nçee5933rion/Jp>Ene emf WTe&rV7sic eTrbsp;:nl;ois Hollande src.eue pa.eu/oreenr_opte;ib/&laex_fr.n.< i>httppg"rc.eue pa.eu/oreenr_opte;ib/&laex_fr.n.<5933rion/Juln/Jlietyp frg>Aad> ielie Snor cr, ea, pnehdvuunbcurec lAIEtpibs bclewicut aUats-Urne volontéTrbsp;:nl;ois Hollande src.eue pa.eu/dgs/resaugeseat_ta pocl.enehdvuu_rpor cr,/&laex_fr.n.< i>httppg"rc.eue pa.eu/dgs/resaugeseat_ta pocl.enehdvuu_rpor cr,/&laex_fr.n.<5933rion/Jp>Gua h o;uumbcurpnehdvuuTrbsp;:nl;ois Hollande sse httppg"se Aad> Bao , eanqe;ricains ascntyp frg>ielie Ic lAIEtihypvae_;tamps rne volont&eacu (IUE)Trbsp;:nl;ois Hollande sse Doc Turqcute; ctiRe p;Regavtecciautut&uiaibs Ic lAIEoaible a _Unis, l’Unio_ (DORIE)Trbsp;:nl;ois Hollande sec.eue pa.eu/dAad> C;tatreVionn&ldeclintCibl&rar" ;e tecciwicut aEne ps (CVCE)Trbsp;:nl;ois Hollande sse Ene pseseHeacB autoth;e&rV7siut& d/man ewen Eurol, utrntyp frg>ielie B autoth;e&rV7siut& bclewicut aIUETrbsp;:nl;ois Hollande sse C0m paeacubclth;e&rV7sio , CADMUSTrbsp;:nl;ois Hollande sea mntieui.eu/he ey /1814/708rtinhttppg"ea mntieui.eu/he ey /1814/708r5933rion/Jp>B autoth;e&rV7siut& leair"ac ecleambruotte;ibsrne volont&eacu/tTrbsp;:nl;ois Hollande sec.eue pa.eu/&ia esees/qec/&laex_fr.n.< i>httppg"ec.eue pa.eu/&ia esees/qec/&laex_fr.n.<5933rion/Jp>C0m paeacuas lquoafmbcurb autoth;e&rV7siut& dbclentCruo012.caurne volont&eacut&rECLASTrbsp;:nl;ois Hollande sec.eue pa.eu/&ia esees/qec/ 0m paeacs/&laex_fr.n.< i>httppg"ec.eue pa.eu/&ia esees/qec/ 0m paeacs/&laex_fr.n.<5933rion/Jp>Ene pslqotrcbTrbsp;:nl;ois Hollande sene va.eu/rne vcqotrcb/meet_us/&laex_fr.n.< i>httppg"ene va.eu/rne vcqotrcb/meet_us/&laex_fr.n.<5933rion/Jp>Jenae?vi"f&E/cateeseIcme-l, l&rsHeacEne pseseReseenehs dsies Aad> httppg"eiophtt.at/erna/ernainft.n.<5933rion/Jeseopk&eoten/Jbout/Jttl;oiranienti0rernde1.jpg"FE te; href="http://ovi1019#_ftnrer1 i>[1]5933 ruteeacutWlembe LipisseTrbsp;(qot.)Trbsp;:nluteDoc Turqudon m>A Heac, , Mrohe&ldBqueo;g5933riéogra01/2013<"poan>Publié le Catégories médiation, <éogil="bo="rsneg-mrea ho-tnt ">Éplfac m;anl01/2013 Sarkozy, dont >, médiation, , , Un33a Sarkozde1.jpg">, , , Unioéogropéenne