Allo le Texas, ici l’OSCE… Bip. Bip. Bip.

Bon, pour une fois, la référence est… inhabituelle (Foxnews), mais la nouvelle en vaut la pein…

Bon, pour une fois, la référence est… inhabituelle (Foxnews), mais la nouvelle en vaut la peine. Depuis 2002, l’OSCE (organisation pour la sécurité et la coopération en Europe) envoie des observateurs aux élections américaines. À la suite de quoi elle rédige des rapports très riches, très intéressants sur les problèmes et les améliorations à apporter au système électoral. La vision comparatiste que l’OSCE est à même d’adopter offre un éclairage particulier et permet d’offrir des pistes pour modifier le système électoral.

En 2012, comme à l’accoutumée, la délégation américaine à l’OSCE a donc convié l’organisation à déployer des observateurs à travers le pays, le 6 novembre.

Mais voilà. Le Texas ne l’entend pas ainsi. Et ainsi que le rapporte Fox, le procureur général de l’État, Greg Abbott, menace de poursuivre tout observateur qui se tiendrait trop près d’un bureau de vote – contrevenant de ce fait à la loi de l’État. Sa lettre à l’OSCE est sans ambiguité:

 

Il faut savoir que Abbott envisage de se présenter comme gouverneur de l’État, ce qui pourrait laisser entendre qu’il a un agenda politique, et qu’il entend jouer sur la fibre souverainiste des Texans.

Et l’OSCE a produit un rapport intérimaire le 26 octobre dans lequel elle souligne les problèmes liés aux lois sur l’identification de l’électeur. Or la législature texane, à majorité républicaine, a adopté une loi en 2011 (imposant aux Texans de présenter une pièce d’identité avec photo – nommément un permis de conduire, un permis de port d’arme de poing, un passeport américain, un certificat de citoyenneté, une carte d’identité militaire) que la cour d’appel fédérale a invalidé en août, affirmant qu’elle privait de leurs droits les minorités et les pauvres.

De toute évidence, les Texans n’ont pas bien pris la critique. Même le gouverneur Perry s’en est mêlé sur Twitter:

Bref, la saga du comptage-décomptage-recomptage ne fait que commencer…

 

Obama peut-il perdre l’élection?

Un grand nombre de médias francophones – sinon la majorité – sont unanimes en ce lendema…

Un grand nombre de médias francophones – sinon la majorité – sont unanimes en ce lendemain de débat présidentiel: Barack Obama a remporté, a dominé la discussion sur la politique étrangère, s’est présenté comme un commandant en chef des forces armées, a ébranlé, sinon terrassé son adversaire. Les sondages abondent dans ce sens, une majorité d’Américains (en fait, 51%) donne la victoire au président sortant.

Ce dernier a souligné les incohérences de Mitt Romney, qui a lui fait la démonstration de sa méconnaissance de la géopolitique internationale. En laissant entendre que l’armée américaine était moins bien nantie qu’au début du siècle, que l’Iran avait besoin de la Syrie pour avoir un accès à la mer… On ne peut pas dire que le candidat républicain ait brillé. Les candidats républicains sont-ils voués à souffrir du syndrome Sarah Palin?

Et alors pourquoi y a-t-il, ce matin, dans ma boîte aux lettres électronique, ce courriel alarmiste de Barack Obama?

Au fond, personne ne s’attendait à ce que Barack Obama soit moins bon en politique étrangère. Les attentes étaient là: le président Obama s’est distingué en politique étrangère (plus qu’en politique intérieure), il connaît les dossiers, il maîtrise les données. Et l’on sait que Mitt Romney n’a quant à lui pas une grande connaissance de la géopolitique internationale et surtout surtout, qu’il est pris en étau par les différentes factions de son parti – isolationnisme, interventionnisme, wilsonisme botté, ou feutré…

Barack Obama a peut-être gagné le débat. Mais pas l’élection. Et c’est exactement ce que le message ci-dessus laisse entendre. Car l’équipe de Barack Obama a les yeux rivés sur les sondages, le 6 novembre et l’histoire. Or l’histoire raconte que les sondages donnent le plus souvent le gagnant plusieurs semaines avant l’élection, et que les courbes de tendance pouvaient se rapprocher, mais qu’elles ne s’inversent que très très rarement (2004, 1980, 1976) au cours des dernières semaines de campagne.

Voici le récapitulatif historique de Gallup:

Suppose the presidential election were held today. If Barack Obama were the Democratic Party's candidate and John McCain were the Republican Party's candidate, who would you vote for -- [ROTATED: Barack Obama or John McCain]? Registered voter trend, March-November 2008

2004 Presidential Trial Heats

2000 Presidential Trial Heats, September-November

1996 Presidential Trial Heats, September-November

1992 Presidential Trial Heats, September-November
1988 Presidential Trial Heats
1984 Presidential Trial Heats1988 Presidential Trial Heats

1980 Presidential Trial Heats

1976 Presidential Trial Heats

1968 Presidential Trial Heats

1960 Presidential Trial Heats

Or le problème qu’a détecté l’équipe Obama est encore plus clair lorsque l’on regarde les comparatifs de Real Clear Politics:

Voici l’état des lieux en 2012:

Mais l’image est plus frappante quand on regarde 2012/2008 et surtout 2012/2004

La course est donc vraiment (atypiquement) serrée…

Et du coup, un grand nombre d’observateurs craint aujourd’hui que dans les États pivots le décompte s’éternise, que les procédures de recomptage (qui ont déjà commencé dans le cas du vote par anticipation) se multiplient. Et surtout que soit élu un président avec une majorité de grands électeurs… et une minorité de suffrages populaires. Donc avec une légitimité affaiblie.

À en croire la lecture du courriel de l’équipe de Barack Obama ce matin, ils ne se trompent peut-être pas tout à fait…

Et vous… qu’en pensez-vous?

Arizona. D’autres bulletins, d’autres problèmes.

Damien Simonneau est contributeur invité sur ce blogue, il écrit depuis l’Arizona.

On le sait en 20…

Damien Simonneau est contributeur invité sur ce blogue, il écrit depuis l’Arizona.

On le sait en 2012 le vote latino est un facteur clef de défaite ou de victoire pour les candidats aux diverses élections. En Arizona, le vote latino est notamment crucial pour l’élection du Sénateur. Et dans le comté de Maricopa qui englobe la majeure partie de la ville de Phoenix, le vote latino est également déterminant puisque d’après dernier le recensement 30% des résidents sont hispaniques et 20% ne parlent qu’espagnol. Il est d’autant plus crucial lorsqu’il s’agit de reconduire (ou non) pour la sixième fois le shérif Joe Arpaio qui se définit lui-même comme le « shérif le plus dur d’Amérique » en matière de lutte contre les clandestins, et dont les pratiques sont jugées discriminantes envers les Latinos. Rappelons en effet que ACLU (American Civil Liberties Union) aide actuellement des associations du comté à attaquer en justice le shérif pour discriminations à leur égard et que celui-ci est également sous le coup d’un jugement pour pratiques discriminantes de la part du Ministère fédéral de la Justice américain. (J’y reviendrai dans un prochain article) Or, à deux semaines de l’élection, une erreur dans les dates sur des documents d’inscription au vote vient réveiller l’indignation si ce n’est la théorie du complot chez les défenseurs des droits des Hispaniques.

La semaine dernière, l’association PAZ-en Accion – Arizona a demandé aux autorités du Comté en charge de l’organisation du vote de corriger certaines erreurs formulées en espagnol sur des documents officiels au prétexte qu’elles peuvent désinformer les électeurs latinos. Une jeune femme hispanique est venue le 9 octobre demander auprès d’un des trois bureaux du Comté de Maricopa un document d’inscription en espagnol. Elle a notifié à ce même bureau le 15 octobre que la date sur la carte était erronée.  Une nouvelle carte corrigée lui a alors été remise.

Il semblerait donc que depuis Juin, les autorités du Comté de Maricopa distribuent des documents d’inscription aux votes (voter registration cards) mentionnant pour le jour de l’élection le 8 novembre dans la section en espagnol et le 6 novembre dans la section en anglais. Comme le suppose le titre de ce blog, l’élection générale américaine aura bien lieu le 6 novembre prochain.

Le 16 octobre dernier, le comté de Maricopa a annoncé par communiqué de presse qu’il avait envoyé de nouveaux bulletins d’inscription au vote corrigés et que seuls les bulletins distribués manuellement dans les bureaux du comté aux électeurs possédaient une date erronée. Il a également précisé que l’erreur a été modifiée dans les logiciels informatiques… L’administration du Comté estime qu’environ 50 documents comportant la mauvaise date ont été distribués.

Cet incident a indigné les leaders latinos du comté, mais aussi les militants démocrates pour qui il apparaît étrange qu’une erreur de frappe dans un chiffre soit à l’origine du changement de date sur un document où les sections en anglais et en espagnol sont côte à côte… Quoiqu’il en soit, cet incident vient raviver la tension déjà préexistante entre la communauté latino et les autorités du comté de Maricopa.

Exemple de bulletin de vote
Crédit Photo : Damien Simonneau

L’auteur: Damien Simonneau est un jeune chercheur rattaché au Centre Emile Durkheim –Sciences Po Bordeaux et à l’IRSEM, au beau milieu d’une thèse de sciences politiques financée par la DGA/CNRS. Il travaille sur les murs de séparation contemporains israélien et américain. Il est actuellement au NACTS à l’Arizona State University à Phoenix. Ce papier est d’abord paru sur son blogue: http://enattendantle6novembre.wordpress.com/

 

Comme une odeur de soufre…

Le Pew Research Center vient de sortir un sondage étonnant à ce stade de la campagne: Romney passera…

Le Pew Research Center vient de sortir un sondage étonnant à ce stade de la campagne: Romney passerait en avance d’Obama. Ce que confirme Real Clear Politics, avec une marge moindre.

Or l’histoire montre qu’en général, à cette époque ci de l’année, les inversions de tendance sont rares. Et en fait inexistantes depuis plusieurs cycles électoraux comme on peut le constater ci-dessous:

 

Premier débat – La gaffe de Romney… (celle que personne n’a vu venir)?

C’était mercredi soir. Mitt Romney était en forme. Barack Obama plutôt absent.

 C’est le premier dé…

C’était mercredi soir. Mitt Romney était en forme. Barack Obama plutôt absent.

 C’est le premier débat de la saison. Et ce n’est traditionnellement pas une réussite pour le président sortant. Rien de nouveau sur ce front là. Mitt Romney a fait des étincelles. James Fallows l’avait prédit.

Par contre, lorsque Mitt Romney se tourne vers l’animateur Jim Lehrer (qui a été lui-même une des pierres angulaires du réseau) et l’interpelle personnellement pour ajouter  « I like PBS » (la télévision publique américaine) et « I love Big Bird » (le fameux personnage de Sesame Street – 1 rue Sésame) en ajoutant qu’il ne financera quelque chose (comme PBS) pour lequel il faut emprunter auprès de la Chine, il ne joue peut-être pas sa meilleure carte:

 

Pendant le débat, « Big Bird » est mentionné à raison de 17 000 tweets par minute. Très vite le compte twitter @FiredBigBird est créé et poste une image du célèbre personnage en plein coeur de la grande dépression :

Le lendemain, selon le National Post,  le compte twitter @FiredBigBird avait plus de 23 000 followers tandis que  @BigBirdRomney avait un peu plus de 8000 et @BlGBlRD un peu moins de 17,000.

L’acteur George Takei  poste d’ailleurs immédiatement une image qui fait référence au fameux blogue Tumblr sur les textos d’Hillary : “c’est confirmé, nous avons l’oiseau, nous le déménagerons demain en lieu sûr”.

Après le débat, le Super-Pac American Bridge 21rst Century (qui a déjà dépensé 6 millions de dollars en faveur des démocrates durant ce cycle électoral) lance une campagne sur le web critiquant Romney en mettant en scène Big Bird.

Les médias sociaux également se sont emparés de l’idée… et ce qui n’était qu’une réflexion anodine est devenu un buzz.

Pendant ce temps, le site Million Muppet March appelle d’ailleurs à une manifestation – sur le Mall à Washington – contre Mitt Romney, le 3 novembre prochain. Ainsi, ce qui appartient pour l’instant au monde télévisuel et virtuel pourrait connaître une traduction concrète.

Et les caricaturistes ont quelque chose à se mettre sous la dent, à la veille des débats qui toucheront la politique étrangère aussi – et au demeurant les points forts  d’Obama.

*

Ce n’est pas la première fois que le parti républicain propose l’idée de couper les fonds à la radiodiffusion publique. De  manière récurrente, les Républicains au Congrès proposent des amendements pour réduire ou supprimer ce financement.D’ailleurs l’un des plans de réduction du déficit de la commission Bowles-Simpson envisageait la suppression.

(L’ex-candidat à l’investiture républicaine) Rick Santorum avoue avoir déjà voté pour « tuer Big bird ».

 

Pourtant, vouloir occire Big Bird et la radio-télé-diffusion publique tient plus du symbole que de la nécessité budgétaire. PBS ne représente que 0,00014 % du budget fédéral. Big Bird est quant à lui est rentable,  depuis sa création en 1969 à la télévision.. L’organisation à but non lucratif qui produit le programme fait 46,9 millions de revenus et embauche 1320 salariés et les produits dérivés représentent pour la compagnie de jouet qui le distribue environ 75 millions de dollars par an. Big Bird dépend de PBS qui distribue l’émission. Des emplois et des petites entreprises en bénéficient également.

Au demeurant, le financement octroyé par le Congrès va à la Corporation for Public Broadcasting  qui est une organisation privée à but non lucratif. Les coupures préconisées par les Républicains  mettraient à mal le réseau des stations locales de NPR qui repose sur ce financement (72% du financement de PBS  va au réseau local de télévision et radio) et contribueraient à l’isolement d’un grand nombre de communautés rurales.

Là où Romney a probablement commis – inconsciemment – une erreur, c’est qu’il a donné à l’équipe de campagne de Barack Obama  un « moment » qui pourrait définitivement marquer ce premier débat, un outil facile à “spinner”. Il pourrait avoir créé une mascotte, qui parle de coupes budgétaires et de chômage, d’économie difficile, ce qui est au coeur des préoccupations des Américains à quelques semaines de l’élection.

L’instrumentalisation de cette déclaration par l’équipe d’Obama ne s’est d’ailleurs pas fait pas attendre. Le président-candidat déclare dans la foulée, à Denver, qu’Elmo (autre personnage célèbre de la série) doit faire attention à lui. Tandis que Big Bird apparaît à Abingdon en Virginie, dans une réunion électorale de Mitt Romney, portant la pancarte : “Crack down on Wall Street, not Sesame Street.”

La protection de Big Bird pourrait donc devenir le cri de ralliement du fameux 47% et des autres (au moins dans les campagnes publicitaires démocrates). D’autant plus aisé que Michèle Obama a déjà fait une apparition sur le plateau de l’émission:

 Comme le dit fort justement James Poniewozik du Time , toute la question n’est pas que Romney ait dit vouloir couper les vivres à PBS et NPR, mais la façon dont il l’a dit. En donnant un visage aux coupes budgétaires et à la rigueur, en utilisant un personnage enfantin donc vulnérable, en personnalisant le débat autour d’un personnage qui touche les enfants, en en faisant une icône.

Est-ce vraiment une gaffe ? Selon le journaliste du Time, la personnalisation du débat et le fait de rapporter les choses à lui (“moi aussi j’aime Big Bird, mais on n’a pas le choix”) est une formule à laquelle Romney recourt souvent car cela lui permet de sortir du registre des guerres culturelles (“les libéraux utilisent l’argent du contribuable pour altérer les valeurs américaines”) et d’être sur un terrain qui lui est plus familier (je vous comprends, on ne peut pas faire autrement).

Est-ce que ce sera payant? Au  Washington Post, Suzi Parker prévoit  que Romney pourrait regretter sa réflexion. Selon elle, d’après un sondage de 2008, «  77 millions de personnes ux États-Unis ont regardé Sesame Street lorsqu’ils étaient enfants. En période de crise économique, la nostalgie est une raison comme une autre d’aller voter…

 

 

La convention, le rebond… l’élection.

Chaque convention nationale permet de donner (ou d’essayer de donner) une unité du parti, à tr…

Chaque convention nationale permet de donner (ou d’essayer de donner) une unité du parti, à travers la fédération, de toutes les factions du parti. Cela se fait notamment autour de l’adoption de la plate-forme du parti: l’exclusion des délégués contestataires de Ron Paul durant la convention républicaine, ou la réintégration de la place de Jérusalem dans la géopolitique moyen-orientale lors de la convention démocrate, témoignent de cette volonté de rallier toutes les franges du parti, ou  à défaut, de les éloigner pour qu’elles ne ternissent l’image unitaire du parti.

Les conventions nationales constituent un tremplin pour le Ticket officiellement désigné : en règle générale il fait un bond considérable dans les sondages. C’est d’ailleurs ce rebond qui a permis, en 2004, à George W. Bush de passer devant John Kerry, dont la crédibilité commençait de toute manière à s’éroder sous l’effet des premières campagnes publicitaires du Swift Boat Veterans for Truth. En 2008, John McCain a également bénéficié de cet effet-rebond, dans la foulée de la très médiatisée nomination de Sarah Palin comme colistière.

Le “rebond de convention” dans les sondages 1964-2012

Convention démocrate Convention Républicaine
Année Convention Candidat investi Rebond
%
Convention Candidat investi Rebond
%
2012 Sept. 3-6 Barack Obama xx Aug. 27-30 Mitt Romney xx
2008* Aug. 25-28 Barack Obama 4 Sept. 1-4 John McCain 6
2004 July 26-29 John Kerry -1 Aug 30-Sep 2 George W. Bush 2
2000 Aug. 14-17 Al Gore 8 Jul 31-Aug 3 George W. Bush 8
1996 Aug. 26-29 Bill Clinton 5 Aug. 12-15 Bob Dole 3
1992 July 13-16 Bill Clinton 16 Aug. 17-20 George Bush 5
1988 July 18-21 Mike Dukakis 7 Aug. 15-18 George Bush 6
1984 July 16-19 Walter Mondale 9 Aug. 20-23 Ronald Reagan 4
1980 Aug. 11-14 Jimmy Carter 10 July 14-17 Ronald Reagan 8
1976 July 12-15 Jimmy Carter 9 Aug. 16-19 Gerald Ford 5
1972 July 10-13 George McGovern 0 Aug. 21-23 Richard Nixon 7
1968 Aug. 26-29 Hubert Humphrey 2 Aug. 5-8 Richard Nixon 5
1964 Aug. 24-27 Lyndon Johnson 3 July 13-16 Barry Goldwater 5
 source: The American Presidency Project

Le Ticket Romney-Ryan espérait sans aucun doute surfer sur une vague similaire. La biographie et le discours d’acceptation de Romney, le discours de Marco Rubio ou celui de Jebb Bush, l’allocution remarquée de la seule “survivante” (politiquement s’entend) de l’Administration Bush Condoleezza Rice, ont été occultés par l’étrange prestation de Clint Eastwood, dont les médias et les émissions d’humour se sont emparés, aux dépens du rebond tant attendu.

Il y a bien eu un rebond dans les sondages pour le ticket républicain (voir ici) que Nate Silver a tenté d’extrapoler.

À la suite de la convention démocrate, dans la foulée d’un discours spectaculaire de Bill Clinton, en appui à Barack Obama, et d’un discours plus mitigé de Barack Obama lui-même, les sondeurs ont enregistré pratiquement immédiatement un rebond dans les sondages.

Et malgré des chiffres défavorables concernant l’emploi, Barack Obama paraît consolider son avantage:

source: http://www.gallup.com/poll/150743/Obama-Romney.aspx

 

Comme l’explique Nate Silver, un rebond ne garantit pas l’élection. Parfois, seule une semaine de couverture médiatique intensive permet au candidat concerné de bénéficier d’un léger avantage dans les sondages mais ne va pas au-delà. D’autres fois au contraire, l’avantage gagné à la suite de la convention est acquis: cela a été le cas pour George W. Bush en 2004, dont le rebond post-convention s’est maintenu jusqu’à l’élection.

 

————————————————————————

Sources :

Les élections américaines 2012, site web, http://www.usa2012.uqam.ca/
Élisabeth Vallet, Le Duel, Septentrion 2008, rééd. 2012
Élisabeth Vallet et David Grondin, Les élections présidentielles américaines, Presses de l’Université du Québec, 2004.

Savez-vous compter? (controverse arithmétique en élections ou l’inverse).

Au lendemain du Super Tuesday et à la veille des derniers (ou presque) scrutins du Deep South, l…

Au lendemain du Super Tuesday et à la veille des derniers (ou presque) scrutins du Deep South, l’arithmétique est devenue reine. Et la controverse mathématique ou électorale suivant l’angle sous lequel on prend les choses est réelle.




D’autant que personne ne s’accorde sur le nombre de délégués déjà effectivement attribués à tel ou tel candidat:

  CNN Politico Real Clear Politics Democratic Convention Watch RNC (républicains)
Romney 444 424 446 393 339
Santorum 202 212 199 133 95
Gingrich 115 103 117 110 107
Paul 66 45 61 24 22
Huntsman 0 2 X 2 X
Autres x 82 non liés x 197 non liés 42 super délégués + 258 non liés

Car on parle bien souvent seulement de projections et non de chiffres fermes.

D’un côté, Josh Putman, professeur à Davidson College, explique qu’une convention ouverte (brokered convention) en août est quasiment inimaginable, en raison même de la mathématique électorale.

Pour Putman, Santorum devrait performer bien au-dessus de son niveau actuel (il flirte désormais avec 35% du vote) pour pouvoir imaginer emporter les 1144 délégués. Mais plus encore, tandis que le mois de mars lui est favorable avec des votes dans le Deep South qu’il pourrait/devrait emporter, il perd cet avantage à compter du 20 mars avec le scrutin en Illinois. Selon Putman, Romney devrait retrouver un terrain confortable, tandis qu’un nombre conséquent de délégués n’est pas encore attribué (notamment par les États tenant des caucus). En outre, le changement du mode de scrutin à compter d’avril, et le fait qu’il y ait alors des États qui pratiquent le “winner take all” va dans le même sens. Romney n’est pas encore le nominé, loin s’en faut. Mais comme l’explique Putman, tous les scenarii semblent aller dans son sens: les risques d’une convention ouverte paraissent mineurs.

De l’autre côté le professeur Schultz de Hamline University considère que les chiffres vont dans le sens d’une convention ouverte (brokered convention):

selon lui, aucun des candidats n’ira à la convention de Tampa avec, dans son escarcelle, la majorité absolue des délégués (1144).

Selon lui au Super Tuesday:
Romney   a  421 délégués, Santorum    181,Gingrich    107, Paul     47, Huntsmann 2

Entre les 758  délégués déjà attribués et les 129 qui ont été sélectionnés par caucus dans le Maine et le Minnesota mais ne sont pas encore attribués, il reste 61,2% des délégués à gagner.

Or selon ces calculs, Romney, pour emporter l’investiture, doit gagner 723 délégués de plus soit plus de la moitié de ceux qui restent encore en jeu. Pour Santorum, cela représente 68,8%.

Schultz considère que au vu des performances actuelles de Romney, il faudrait attendre le 5 juin (avec la Californie (172), le Montana (26), le New Jersey (50), le Nouveau Mexique (23), et le Dakota du Sud (28)) pour mettre un terme à l’incertitude.

Mais il souligne également que ce sont les États du Sud, du Deep South qui vont se prononcer en mars. Le Kansas, l’Alabama, le Mississippi, puis le Missouri. Viendront ensuite la Louisiane, l’Arkansas, le Kentucky puis le Texas. Or si l’on observe les performances de Romney en Caroline du Sud et dans le Tennessee, ses résultats sont inférieurs à la moyenne dans le Deep South. Le candidat du Nord-Est ne convainc pas les évangéliques conservateurs, loin s’en faut.


source: Pew Forum on Religion and Public Life

Il part donc avec un handicap majeur dans cette région. Or une performance médiocre, particulièrement en mars, donnerait le signal d’une machine qui se grippe, et l’indication qu’il peinera substantiellement pour obtenir la nomination “avant” la convention. (L’auteur est prudent mais le ton est là: Romney mène le bal mais sa position de leader du peloton est infiniment précaire).

Super Tuesday : Le jour où le parti républicain perd l’élection présidentielle?

(version longue)
Dix États, de la Géorgie à l’Alaska, ouvrent leurs bureaux de vote ce mardi pour un…

(version longue)

Dix États, de la Géorgie à l’Alaska, ouvrent leurs bureaux de vote ce mardi pour un Super Tuesday que les Républicains souhaitent décisif. Ce mardi permettra de désigner près de 18% des délégués pour la convention d’août prochain, et dans tous les cas, plus de délégués en un jour (437) que depuis le début de l’année (302). Pour autant ce ne sera pas le « Tsunami » (comme on l’avait dénommé à l’époque) de 2008 avec ses 24 États et la moitié des délégués en jeu. Ce super Tuesday n’en sera pas un, tandis que le parti républicain s’abîme dans des comptes de délégués et paraît se chercher à la fois un leader et une identité, au risque de perdre cette frange de l’électorat qui constitue pourtant la clé de l’élection de novembre prochain.

 

Comptes et décomptes

En 1988, pour contrer l’influence du Nord des États-Unis dans le processus de sélection des candidats à la présidence, un ensemble d’États du Sud choisit d’organiser simultanément leurs primaires. Ce n’est pas un véritable succès mais le principe est acquis. Le procédé du Super Tuesday a progressivement pris de l’importance car ces blocs de primaires ont une résonance pour la suite de la campagne, en termes de collecte de fonds, de mobilisation politique, d’obtention des délégués nécessaires pour emporter l’investiture.

Cette année toutefois, l’impact du Super Tuesday est plus flou. Tout d’abord, le Texas, avec ses 155 délégués (10% des délégués à la convention nationale), a disparu du super Tuesday à l’aune d’une querelle juridique liée au découpage électoral pour se retrouver en queue de peloton, le 29 mai.

Ensuite, deux États présentent des particularités. En Virginie, seuls Mitt Romney et Ron Paul sont parvenus, en réunissant les 10 000 signatures requises, à figurer sur le bulletin de vote. Romney emportera donc une victoire facile que tous imputeront aux méandres électoraux et dont il ne pourra se gargariser. En Géorgie, son État d’adoption, Newt Gingrich espère ressusciter – en concédant qu’il ne peut poursuivre son pari présidentiel sans l’emporter.

De surcroît, le vote devrait se diviser. Au Tennessee et en Oklahoma, Santorum espère emporter cet électorat profondément conservateur et évangélique. Le Dakota du Nord, l’Idaho et l’Alaska (cette dernière étant très en marge des chemins de campagne des candidats) pourraient regarder du côté de Ron Paul. Le Vermont et le Massachussetts devraient tomber dans l’escarcelle de Mitt Romney.

Reste l’Ohio – le centre du monde politique états-unien, État pivot depuis plusieurs élections présidentielles. Preuve en est, Mitt Romney, qui a décidé de ne faire de publicité dans aucun autre des États du Super Tuesday (ce qu’il laisse à son super PAC Restore Our Future pour 7 millions), a choisi d’y investir 1,2 millions de dollars. Le Red, White and Blue Fund de Santorum injecte autant (500 000 $) dans cet État que dans les neufs autres. Pour autant, Santorum part avec un réel handicap arithmétique pouvant représenter jusqu’au quart des délégués en jeu : dans trois des 16 districts, limitrophes de son État de Pennsylvanie, il n’a pas réussi à fournir une liste de délégués, perdant par forfait 9 des 66 délégués de l’Ohio. Dans six autres, il n’est pas parvenu à soumettre une liste complète : ce qui signifie qu’il pourrait emporter le vote populaire dans un district sans obtenir le nombre total de délégués qui lui revient. À l’opposé les cols bleus – évangéliques – de l’État n’ont pas de grande affection pour Romney, qui souffre encore de ses gaffes. Ce n’est donc pas le jeu des délégués que mène Santorum : il s’agit pour lui de gagner le vote populaire et de s’en prévaloir pour asseoir sa légitimité en vue d’une poursuite de la course jusqu’à la convention.

Et c’est probablement ce qui fait faire des cauchemars aux caciques du parti. En effet, en constatant en 2008 les bénéfices d’une campagne prolongée et enlevante de l’autre côté du spectre politique, alors que l’affrontement entre Hillary Clinton et Barack Obama mobilisait un électorat jusque là invisible, l’establishment du parti républicain a choisi de refondre les règles régissant leurs primaires et caucus. Pour éviter que l’essentiel de la course ne soit concentrée sur les premiers mois, que le taux d’abstention n’augmente avec le temps, et finir trop tôt avec un candidat un peu terne, ils ont donc choisi d’imposer une forme de proportionnelle dans la première partie du calendrier électoral.

Y a-t-il un pilote dans l’avion?

Or l’introduction d’une certaine dose de proportionnelle a eu pour effet de révéler les divisions profondes du Grand Old Party. En effet, les primaires/caucus tendent à valoriser les franges traditionnelles des partis : on sait que les candidats tiendront, durant ce premier cycle électoral, un discours tourné vers leur base partisane, plus radical que celui qu’ils adopteront lors de la campagne générale. Toutefois, la proportionnelle a conduit à surévaluer les éléments marginaux de chaque État : d’où la propension des candidats à adopter des positions qu’ils s’empressent de réfuter ensuite, s’engageant dans un exercice de funambulisme politique où ils ne convainquent personne.

Ce faisant, chaque cycle de primaires pose immanquablement la question de l’identité du parti. Les démocrates ont eu leur heure en 2008, tandis que la campagne s’était étirée jusqu’en juin. Toutefois, les divisions du parti de l’Âne sont moins profondes : la gauche religieuse, les libertariens de gauche, les indignés, ou les libéraux semblent toujours trouver un plus petit dénominateur commun. Ce n’est pas le cas du parti républicain. Entre les partisans d’une réduction des impôts et ceux qui préconisent une hausse de la taxation des plus hauts revenus, entre les partisans d’une politique étrangère où les États-Unis demeurent les gendarmes du monde comme les néoconservateurs et ceux qui prônent le désengagement du pays pour se recentrer sur les problèmes internes comme les libertariens, entre les théo-conservateurs et les conservateurs fiscaux, entre les Tea partiers et ce qui reste des Républicains modérés, les lignes de fracture sont profondes. Ces divisions ne sont pas nouvelles : l’opposition entre la droite religieuse et les conservateurs fiscaux a fait couler de l’encre durant les deux mandats de Bush fils, et la disgrâce – relative – des néoconservateurs a simplement laissé un vide que le Tea party a pu occuper. Le grenouillage actuel ne parle donc pas de crise d’identité mais de luttes fratricides avec, à la clé, le contrôle du parti, rappelant l’avènement de Barry Goldwater en 1964.

Le jour où les Républicains ont perdu les indépendants

Mais le timing n’est pas bon. L’administration Obama semble mettre à profit ces dissensions et le prolongement du cycle républicain. Bien sûr, le discours traditionnaliste de Santorum constitue une réponse aux phénomènes anxiogènes (bien accueillie dans le Mid-Ouest, comme en témoignent ses victoires) de la société américaine contemporaine, s’engouffrant parfois dans les divisions de l’administration Obama – par exemple sur la contraception. Mais le parti républicain doit naviguer entre les objectifs des primaires (séduire la base) et celui de l’élection générale (convaincre les indépendants). Ainsi, tandis que les républicains multiplient les initiatives anti-avortement au niveau des votations fédérées, les démocrates rétorquent avec une campagne portant sur « la guerre contre les femmes ». Or dans le même temps, le poids de la religion dans la vie politique décline : désormais plus de la moitié des Américains (en hausse de 12 points par rapport à 2004) considère que l’église doit demeurer en dehors de la vie politique. Sur cette pente pourtant, Santorum a dérapé, en fustigeant JFK sur la séparation de l’église et de l’État – refroidissant tout à la fois l’électorat catholique et évangélique.

Ainsi, face à lui, Mitt Romney paraît être un expert de la poliorcétique et du marathon, s’assurant de tenir le siège en faisant la preuve de sa résilience – une qualité présidentielle. Toutefois, alors que les indépendants n’ont jamais représenté une faction aussi importante de l’électorat américain, même l’homme d’affaire qu’est Romney peine à articuler un message qui corresponde aux attentes des électeurs (dont la première préoccupation est l’économie, devant l’emploi…. et le terrorisme). C’est peut-être là que réside la preuve du désarroi du GOP : alors que le président démocrate fait face à une crise économique sans précédent depuis la seconde guerre mondiale et que le pays affiche un taux de chômage (8,5%) en principe rédhibitoire – 7,2% constituant le sésame de la réélection si l’on en croit l’histoire statistique – le tapis rouge des Républicains se transforme, au fur et à mesure du cycle de primaires, en pente savonneuse.

Bien sûr, la route est encore longue vers l’élection générale. Et depuis 1976, aucune course à l’investiture ne s’est terminée à la convention – et les querelles intestines qui ont marqué les primaires ont toutes sombré dans l’oubli. Mais 2012 pourrait être une exception. On ne saurait oublier que certains scrutins (Iowa, Colorado, Minnesota, Maine) sont non contraignants, à l’instar de ceux qui se déroulent aujourd’hui en Idaho et au Dakota du Nord, et les délégués demeurent jusqu’au bout libres de leur choix. Le Super Tuesday ne devrait donc pas permettre de trancher, de désigner un candidat présidentiable et inévitable. Par contre il pourrait, faute de parvenir à conquérir indépendants et modérés, contribuer à l’éclipse – temporaire – du parti républicain.

Article (version courte) paru dans Le Devoir du 6 novembre 2012.

Par Élisabeth Vallet et Charles-Philippe David


Bilan de Floride – El Presidente?

La Floride est un État beaucoup plus conservateur qu’il y a 4 ans. Et le portrait de l’é…

La Floride est un État beaucoup plus conservateur qu’il y a 4 ans. Et le portrait de l’électorat d’une primaire républicaine est plus facile à dresser dans la mesure où il s’agit de la première vraie primaire fermée: 8/10 électeurs se disent conservateurs. 2/3 qu’ils appuient le Tea party.

Or Mitt Romney a gagné sans Jebb Bush et sans Marco Rubio. En faisant un meilleur score que prévu même chez les évangéliques. Sans l’establishment. Seul. Pas que cela aurait changé grand chose: le soutien de la gouverneure Nikki Haley en Caroline du Sud n’a pas vraiment changé l’issue du vote. Mais le symbole est fort. Il est (de nouveau) devenu inévitable.

Romney et son super PAC (Restore our future) ont littéralement enterré Gingrich et son super PAC (Winning our Future) sous une avalanche de publicités, dépensant 15,6 millions contre 3, 29. Sans tout à fait changer le profil électoral de l’État:

source: Google politics

Rien n’est arithmétiquement scellé, loin s’en faut, comme l’explique Josh Putman. Mais le symbole est fort et la “présidentiabilité” de Mitt Romney établie, inversement proportionnelle à la perte en crédibilité de Gingrich.

Or la présidentiabilité (oui le barbarisme est désagréable, mais il est efficace) de Romney importe à l’heure où, pour 12 États pivots, le taux d’approbation de Barack Obama est de 43%. Aujourd’hui, en termes absolus, aucun des candidats en lice (de part et d’autre de l’échiquier) ne peut en effet être assuré d’une victoire.

Il reste donc à Romney à faire son chemin dans les prochains caucus (Nevada, Colorado, Missouri), et primaires (Michigan, Arizona) pour éviter de devoir faire face – mais les risques sont-ils réels – à une convention divisée  (brokered convention) en août prochain.

source

Les prochains votes seront un test pour Romney, particulièrement dans une frange de l’électorat qui devrait lui être acquise mais a été échaudée par ses prises de position sur l’immigration. En effet si Mitt Romney a gagné le vote hispanique ce mardi (15% de la population de Floride) par 54% contre 28%, il demeure que, dans cet État, les politiques migratoires n’ont plus vraiment d’incidence sur une population hispanophone implantée de longue date.

Par contre dans les États qui vont se prononcer, les Hispanophones immigrants sont nombreux. Romney devrait avoir une facilité, puisqu’il parle espagnol, puisque son père est né au Mexique, à toucher cette communauté. Cela ne paraît, pour l’instant pas être le cas. Celui que Larry Kaplow décrit comme le (potentiel) premier président latino des États-Unis, “El Presidente“, navigue entre ses racines et sa quête d’une identité conservatrice, pro-mur, en faveur du durcissement des politiques migratoires, opposé au Dream America Act. Dans le même temps, son apologie de l’auto-déportation (self deportation) au cours du dernier débat républicain envoie peut-être le signal que cette position tranchée n’implique pas des décisions immédiates si il devait être élu. C’est sans doute la bonne attitude, alors que l’administration Obama perd des plumes dans la communauté, avec l’augmentation des reconduites à la frontière.


Ainsi, et dans ce contexte, si Romney devient le choix du GOP, le choix du colistier sera plus important encore…

Parlez-vous français? (ou “why do they hate us”)

 

Tour à tour libertine et frivole, corrompue, machiste, voire lubrique et vicieuse, mais auss…

 

Tour à tour libertine et frivole, corrompue, machiste, voire lubrique et vicieuse, mais aussi élitiste et intellectuelle, la France représente bien souvent aux États-Unis, l’archétype du monde latin, incontrôlable et désorganisée, face à l’univers anglosaxon, normé et froid.

Il y a toujours eu des heurts entre les deux puissances alors même qu’elles ne sont jamais entrées en guerre l’une contre l’autre. De Gaulle a incarné à lui seul cette arrogance, retrouvée à certains égards dans l’attitude du gouvernement français et incarnée dans le discours de Villepin au Conseil de sécurité des Nations Unies en 2003. Le clash est donc parfois inéluctable et repose sur une très grande proximité de fait, les deux États revendiquant la paternité de la déclaration des droits de l’homme (on ne peut pourtant pas mettre ceci au crédit de l’Hexagone), l’universalisme de leurs valeurs et l’exceptionnalisme de leur parcours national.

De là à faire du « français » un mot injurieux, il n’y avait qu’un pas, allégrement franchi par la droite américaine. Au point où le bureau du tourisme français, très inquiet des répercussions, avait mis sur pied une (ridicule) vidéo avec Woody Allen intitulée « Let’s fall in love again » et tout un programme de séduction, tandis que l’insulte suprême de l’élection de 2004 était ici:

Rebelote en 2012. Newt Gingrich avance la francophonie de Mitt Romney comme argument -massue, oubliant dans le même temps la sienne.

Et ce au mépris des presque 2 millions de francophones (de plus de 5 ans) des États-Unis, essentiellement concentrés en Louisiane (Acadiens), Maine, New Hamsphire et Vermont, mais aussi Floride (communauté haïtienne) et plus de dix millions de personnes d’ascendance française. Car le français est la quatrième langue parlée aux États-Unis après l’anglais, l’espagnol et le chinois. Il faut convenir qu’il ne s’agit pas là d’une frange importante de l’électorat, loin s’en faut.

S’il est de bon ton de se montrer francophobe au GOP, ou tout au moins de cacher sa francophonie/philie, c’est qu’il y a derrière cette vitrine une volonté de s’afficher comme une personne ordinaire, avec lequel le citoyen lambda irait boire une bière. Et derrière la méthode tout l’héritage de Lee Atwater, pour lequel (comme il l’a d’ailleurs mis en oeuvre en Caroline du Sud) la politique c’est la guerre et tous les arguments sont bons.