En janvier prochain… le discours inaugural du président Obama

Alors qu’elle avait auparavant lieu le 4 mars, la cérémonie de passation de pouvoirs – suivie immédi…

Alors qu’elle avait auparavant lieu le 4 mars, la cérémonie de passation de pouvoirs – suivie immédiatement de l’entrée en fonction officielle du président – se déroule le 20 janvier, depuis 1933. Au cours de cette inauguration, le nouvel occupant de la Maison-Blanche prête serment sur la Bible devant le président de la Cour suprême. Ensuite, le nouveau président prononce un discours (inaugural address) du perron occidental du Capitole, face au Mall et au monument de Washington .

Or, le 4 mars 1841, le nouveau président William Henry Harrison prononce, dans un froid glacial, en pleine tempête de neige, sans chapeau, manteau ou gants, un discours d’inauguration long de deux heures. Comme le veut la tradition depuis 1829, la cérémonie se déroule à l’extérieur. Un mois plus tard, il décède d’une pneumonie contractée durant cette journée. Il aura prononcé le plus long discours d’inauguration et aura été le président dont le mandat a été le plus court de l’histoire des États-Unis.

La cérémonie d’inauguration est parfois révélatrice d’un vent nouveau, ou de traits de personnalité du président. Ainsi, certains ont pratiquement défini leur mandat par le style de leur discours. On se souviendra qu’Abraham Lincoln demandait aux Américains, pour sa réélection, de « panser les plaies de la nation », que Franklin D. Roosevelt affirmait que « la seule chose que [l’Amérique] peut craindre c’est la peur elle-même », que Kennedy suggérait à ses concitoyens « ne demandez pas ce que le pays peut pour vous mais ce que vous pouvez faire pour votre pays ». D’autres ont imprimé leur style de présidence : comme lorsque Jimmy Carter avait choisi après la cérémonie de se rendre à pied, avec sa famille, du Capitole à la Maison-Blanche. D’autres encore ont pu y faire le constat de leur faible légitimité : Rutherford Hayes en 1877 dont les adversaires ont simplement boycotté l’entrée en fonction ou George W. Bush en 2000 qui a dû faire face à des panneaux affichant « Not My President ».

La cérémonie est suivie d’une parade (Inaugural parade), une procession qui accompagne le nouveau président du Capitole vers la Maison-Blanche. Qui enchaîne ensuite sur un bal (Inaugural Ball – et il y en a même eu neuf qui ont été organisé pour George W. Bush en 2001) et une réception.

La première réception marquante de l’histoire a sans doute été celle d’Andrew Jackson : il avait pour la première fois, ouvert les portes de cet événement au public qui, fort de son enthousiasme a même conduit le président à s’échapper de justesse en sautant par une fenêtre . L’idée de faire de cette réception un événement public est pourtant demeurée. 

Une mise en perspective soulignée par http://visual.ly/presidential-inaugural-addresses