Allo le Texas, ici l’OSCE… Bip. Bip. Bip.

Bon, pour une fois, la référence est… inhabituelle (Foxnews), mais la nouvelle en vaut la pein…

Bon, pour une fois, la référence est… inhabituelle (Foxnews), mais la nouvelle en vaut la peine. Depuis 2002, l’OSCE (organisation pour la sécurité et la coopération en Europe) envoie des observateurs aux élections américaines. À la suite de quoi elle rédige des rapports très riches, très intéressants sur les problèmes et les améliorations à apporter au système électoral. La vision comparatiste que l’OSCE est à même d’adopter offre un éclairage particulier et permet d’offrir des pistes pour modifier le système électoral.

En 2012, comme à l’accoutumée, la délégation américaine à l’OSCE a donc convié l’organisation à déployer des observateurs à travers le pays, le 6 novembre.

Mais voilà. Le Texas ne l’entend pas ainsi. Et ainsi que le rapporte Fox, le procureur général de l’État, Greg Abbott, menace de poursuivre tout observateur qui se tiendrait trop près d’un bureau de vote – contrevenant de ce fait à la loi de l’État. Sa lettre à l’OSCE est sans ambiguité:

 

Il faut savoir que Abbott envisage de se présenter comme gouverneur de l’État, ce qui pourrait laisser entendre qu’il a un agenda politique, et qu’il entend jouer sur la fibre souverainiste des Texans.

Et l’OSCE a produit un rapport intérimaire le 26 octobre dans lequel elle souligne les problèmes liés aux lois sur l’identification de l’électeur. Or la législature texane, à majorité républicaine, a adopté une loi en 2011 (imposant aux Texans de présenter une pièce d’identité avec photo – nommément un permis de conduire, un permis de port d’arme de poing, un passeport américain, un certificat de citoyenneté, une carte d’identité militaire) que la cour d’appel fédérale a invalidé en août, affirmant qu’elle privait de leurs droits les minorités et les pauvres.

De toute évidence, les Texans n’ont pas bien pris la critique. Même le gouverneur Perry s’en est mêlé sur Twitter:

Bref, la saga du comptage-décomptage-recomptage ne fait que commencer…