Obama peut-il perdre l’élection?

Un grand nombre de médias francophones – sinon la majorité – sont unanimes en ce lendema…

Un grand nombre de médias francophones – sinon la majorité – sont unanimes en ce lendemain de débat présidentiel: Barack Obama a remporté, a dominé la discussion sur la politique étrangère, s’est présenté comme un commandant en chef des forces armées, a ébranlé, sinon terrassé son adversaire. Les sondages abondent dans ce sens, une majorité d’Américains (en fait, 51%) donne la victoire au président sortant.

Ce dernier a souligné les incohérences de Mitt Romney, qui a lui fait la démonstration de sa méconnaissance de la géopolitique internationale. En laissant entendre que l’armée américaine était moins bien nantie qu’au début du siècle, que l’Iran avait besoin de la Syrie pour avoir un accès à la mer… On ne peut pas dire que le candidat républicain ait brillé. Les candidats républicains sont-ils voués à souffrir du syndrome Sarah Palin?

Et alors pourquoi y a-t-il, ce matin, dans ma boîte aux lettres électronique, ce courriel alarmiste de Barack Obama?

Au fond, personne ne s’attendait à ce que Barack Obama soit moins bon en politique étrangère. Les attentes étaient là: le président Obama s’est distingué en politique étrangère (plus qu’en politique intérieure), il connaît les dossiers, il maîtrise les données. Et l’on sait que Mitt Romney n’a quant à lui pas une grande connaissance de la géopolitique internationale et surtout surtout, qu’il est pris en étau par les différentes factions de son parti – isolationnisme, interventionnisme, wilsonisme botté, ou feutré…

Barack Obama a peut-être gagné le débat. Mais pas l’élection. Et c’est exactement ce que le message ci-dessus laisse entendre. Car l’équipe de Barack Obama a les yeux rivés sur les sondages, le 6 novembre et l’histoire. Or l’histoire raconte que les sondages donnent le plus souvent le gagnant plusieurs semaines avant l’élection, et que les courbes de tendance pouvaient se rapprocher, mais qu’elles ne s’inversent que très très rarement (2004, 1980, 1976) au cours des dernières semaines de campagne.

Voici le récapitulatif historique de Gallup:

Suppose the presidential election were held today. If Barack Obama were the Democratic Party's candidate and John McCain were the Republican Party's candidate, who would you vote for -- [ROTATED: Barack Obama or John McCain]? Registered voter trend, March-November 2008

2004 Presidential Trial Heats

2000 Presidential Trial Heats, September-November

1996 Presidential Trial Heats, September-November

1992 Presidential Trial Heats, September-November
1988 Presidential Trial Heats
1984 Presidential Trial Heats1988 Presidential Trial Heats

1980 Presidential Trial Heats

1976 Presidential Trial Heats

1968 Presidential Trial Heats

1960 Presidential Trial Heats

Or le problème qu’a détecté l’équipe Obama est encore plus clair lorsque l’on regarde les comparatifs de Real Clear Politics:

Voici l’état des lieux en 2012:

Mais l’image est plus frappante quand on regarde 2012/2008 et surtout 2012/2004

La course est donc vraiment (atypiquement) serrée…

Et du coup, un grand nombre d’observateurs craint aujourd’hui que dans les États pivots le décompte s’éternise, que les procédures de recomptage (qui ont déjà commencé dans le cas du vote par anticipation) se multiplient. Et surtout que soit élu un président avec une majorité de grands électeurs… et une minorité de suffrages populaires. Donc avec une légitimité affaiblie.

À en croire la lecture du courriel de l’équipe de Barack Obama ce matin, ils ne se trompent peut-être pas tout à fait…

Et vous… qu’en pensez-vous?