Question kurde : saisir le parlement ou pas ?

Une dizaine de jours après l’appel d’Abdullah Öcalan à un cessez-le-feu, la traditionnelle réunion d…

Saisir le parlement ou pasUne dizaine de jours après l’appel d’Abdullah Öcalan à un cessez-le-feu, la traditionnelle réunion des groupes politiques du parlement du mardi, a été hier l’occasion d’évoquer l’état d’avancement du processus de paix qui est en cours (cf. notre édition du 22 mars 2013). C’est le retrait du territoire turc des combattants du PKK qui en constitue la première étape, qui est désormais sur la sellette. Le 17 mars, avant l’appel du leader du PPK à la paix, Sadullah Ergin, le ministre de la justice avait imprudemment estimé que le parlement pourrait être saisi du processus de paix, une hypothèse reprise par le BDP, mais que le premier ministre a rapidement écartée en préférant annoncer la constitution d’un groupe des sages, dont la fonction serait d’ailleurs plus de gagner un soutien de l’opinion publique, que d’encadrer le retrait des forces du PKK encore en Turquie.

Lors d’une interview sur la chaine CNNTürk, le 29 mars dernier, Recep Tayyip  Erdoğan a annoncé en outre que les militants du PKK qui quitteront la Turquie devront le faire après avoir effectivement abandonné les armes, confirmant en cela une déclaration faite, le 26 mars, par le président Abdullah Gül. Il resterait environ 1000 à 2000 combattants en Turquie. De façon surprenante, le premier ministre a dit que le problème de savoir où ils iraient après avoir quitté le territoire turc serait surtout celui des pays qui accepteront de les accueillir : «Peut-être iront-ils en Irak, peut-être en Syrie, peut-être dans les pays scandinaves. Je ne peux pas savoir cela. L’important pour moi est qu’il y ait la paix dans le pays.» Le leader de l’AKP a dit espérer que, suite à ce retrait, « l’atmosphère changerait dans le pays et qu’il y aurait un boom économique dans l’est. », expliquant que le sens son appel aux Kurdes était qu’ils poursuivent leur lutte par des voies politiques. Dans cet ordre d’idée, il a aussi commencé à dessiner les contours d’un règlement plus fondamental de la question kurde en Turquie, en évoquant la mise sur pied d’un système fédéral. Affirmant que les «pays forts» ne redoutaient pas la décentralisation, voire la fédéralisation, il a déclaré : «Si vous regardez les pays développés, ils n’ont pas peur des Etats fédérés. Bien au contraire, c’est un signe de force, car cela accélère le développement.» Et pour légitimer cette argumentation, en tenant un discours en vogue, c’est dans le passé ottoman de la Turquie que le premier ministre est allé chercher son argument ultime : «Si vous regardez l’Empire ottoman à son apogée, il y avait une région laze, une région kurde….» Cette envolée ottomaniste a même conduit Recep Tayyip Erdoğan à rappeler qu’il avait aussi appelé les minorités (non musulmanes) à revenir en Turquie et que, ce faisant, il s’engageait même à leur donner la citoyenneté turque. Il a ainsi affirmé que la réouverture du fameux séminaire orthodoxe de Halki ne posait plus de problème juridique en lui-même, mais qu’elle restait conditionnée par les gestes de réciprocité que le gouvernement grec ferait en faveur de ses citoyens musulmans de Thrace orientale.

Pour en revenir au processus de paix avec les Kurdes, on ne peut pas dire que ces déclarations aient été véritablement rassurantes. Outre les polémiques que leur néo-ottomanisme a provoqué, certains se demandant si le premier ministre entendait rétablir le système d’administration territorial impérial des Eyalets, les propos du premier ministre ont surtout relancé la question de la sécurisation du retrait des membres du PKK. Ainsi hier, Selahattin Demirtaş (photo), le co-leader du BDP, a de nouveau demandé que l’on adopte un texte législatif pour encadrer le processus de paix. Il a déclaré en particulier : «Pourquoi le parlement qui a pris de nombreuses décisions en ce qui concerne la guerre, hésite-t-il à prendre une décision concernant la paix ? (…) Une décision pour soutenir la paix est du devoir du parlement. La solution ne pourra être popularisée et rendue transparente que si elle est du ressort du parlement. Expliquer le chemin pour parvenir à une résolution rassurera tout le monde. Le parlement a le devoir de préparer une législation pour soutenir la solution proposée. Ne pas vouloir favoriser cette législation ou réagir à son encontre, signifie en fait que le processus est conduit à contrecœur.» Le leader kurde a néanmoins précisé que sa formation ne faisait pas d’un recours à la loi une condition absolue, car il ne voulait pas «que le processus actuel soit bloqué dans sa phase la plus critique.» Toutefois, il a affirmé qu’Abdullah Öcalan lui-même avait dit qu’il ne quitterait pas sa prison, même s’il était relâché, parce que son objectif n’était pas sa propre liberté mais la résolution d’un conflit majeur. A cet égard, on aura pu observer que, lors de son entretien sur CNNTürk, le 29 mars dernier, Recep Tayyip Erdoğan a de nouveau exclu une possible libération du leader du PKK.

Depuis cette intervention télévisée abondamment commentée, le premier ministre turc n’a guère fait d’ouverture et de révélations en ce qui concerne la conduite du processus de paix. Hier, devant son groupe parlementaire, il annoncé que la composition et les fonctions du fameux groupe des sages seraient connues le 4 avril, laissant le soin d’en dire plus à son vice-premier ministre, Bülent Arınç, qui a évoqué une possible intervention des services de renseignement (le MIT) dans la supervision du retrait des membres du PKK, et qui a de nouveau rejeté l’idée d’un encadrement législatif du processus de paix. Pour sa part, la co-présidente du BDP, Gülten Kışanak, s’est étonnée que ce dernier ne relève en fait que du seul arbitre du premier ministre, en estimant qu’il n’y aurait rien d’inconstitutionnel à ce que le parlement en soit saisi.

Le processus de paix lancé par l’appel lancé par Abdullah Öcalan à l’occasion de la fête de Newroz reste donc toujours dominé par l’incertitude et l’opacité. En réalité, depuis le début, il est frappant de voir qu’il a surtout dépendu des initiatives et de la détermination des “grands leaders”, Abdullah Öcalan, côté kurde, Recep Tayyip Erdoğan, côté turc…

Jean Marcou

Lire l’interview de Jean Marcou, par Hélène Sallon, « L’appel du PKK à la fin de la lutte armée n’est qu’une étape », Le Monde, 22 mars 2013

Lire l’analyse de Jean Marcou dans le Huffington Post du 30 mars 2013 : édition française, édition québécoise.