Vous avez dit pot-de-caste ?

La discussion avec Christophe Batier lors de l’AIPU sur la définition du podcasting était intéressan…

La discussion avec Christophe Batier lors de l’AIPU sur la définition du podcasting était intéressante et je souhaite brièvement y apporter quelques éléments pour continuer à faire avancer cette discussion (voire lancer la trame de la prochaine face caméra?). A noter que les constats décrits ci-dessous émanent d’interviews d’enseignants et d’étudiants sur leurs usages du podcasting.

Wikipedia définit le podcasting comme un moyen de diffusion de fichiers (audio, vidéo ou autres) sur Internet appelés « podcasts » (ou « balados » au Canada). Par l’entremise d’un abonnement aux flux RSS ou Atom, le podcasting permet aux utilisateurs l’écoute ou le téléchargement automatique d’émissions audio ou vidéo pour les baladeurs numériques en vue d’une écoute immédiate ou ultérieure.

Deux caractéristiques ressortent de cette définition : la notion d’abonnement et le téléchargement automatique pour une écoute directe ou ultérieure. Ces deux caractéristiques fondent le « potentiel cognitif » de l’outil, au sens de Depover, Karsenti & Komis (2007) (1). Toutefois, la notion d’abonnement offre des possibilités du côté de l’enseignant et de son scénario pédagogique alors que le téléchargement et l’écoute ultérieure sont propres à l’étudiant et à la manière dont il souhaite organiser son apprentissage.

De la notion d’abonnement

L’utilisation à bon escient du flux RSS est un des piliers, dans la recherche-action « ULB Podcast », de la plupart des dispositifs pédagogiques intégrant le podcasting. L’abonnement des étudiants à un flux audiovisuel permet aux enseignants de leur envoyer l’information « au bon moment » : avant une séance de travaux pratiques, après un cours théorique pour expliciter une notion vue, etc.  Ainsi, dans le cadre d’un cours d’anglais en auto-apprentissage, chaque module est publié de manière hebdomadaire, celui-ci précédant d’une semaine la séance de guidance en présentiel afin que les étudiants puissent travailler la matière et venir poser leurs questions, si nécessaire. Par ailleurs, cette démarche s’inscrit également dans la logique d’apprentissage de toute langue étrangère fondée sur la régularité.

En ce sens, l’étudiant ne se retrouve pas confronté à une base de données de documents audiovisuels abondants, dans laquelle il doit se retrouver et lier les informations données au cours avec les documents proposés. En fonction de son scénario pédagogique, l’enseignant envoie à ses étudiants des documents audiovisuels aux moments qu’il juge les plus opportuns.

Du téléchargement

Par l’intermédiaire d’un agrégateur RSS audiovisuel – tel iTunes ou Noopod, les étudiants reçoivent directement sur leur ordinateur les fichiers audiovisuels mis à disposition par l’enseignant. Dans ce cas, c’est l’information qui vient à eux et non le contraire : ils ne se voient pas obligés de se connecter à uneplate-forme virtuelle pour vérifier si l’enseignant a mis des fichiers à leur disposition, ceux-ci leur parviennent directement. C’est aussi la certitude pour l’enseignant que tous les étudiants reçoivent effectivement lesdits fichiers.

Par ailleurs, cette modalité de télécharger le fichier pour le regarder ensuite sur son ordinateur (ou support mobile) est très appréciée par les étudiants : d’une part, au regard de leurs usages (zapper dans différentes parties d’un podcast, faire des retour en arrière, avancer en vitesse 1,5, etc.), les étudiants préfèrent télécharger la vidéo et la stocker sur ordinateur que de la regarder plusieurs fois en streaming (notamment pour des questions de consommation de bande passante ; NDLR : nous sommes « moins chanceux » qu’en France sur ce point). D’autre part, ces usages des fichiers audiovisuels sont décrits comme plus faciles (ou ergonomiques) lorsque les fichiers sont téléchargés (contrairement au streaming) : meilleure navigation dans le fichier audiovisuel, iTunes retient là où le fichier a été arrêté lorsque l’étudiant ferme le logiciel et reprend à cet endroit, etc.

 

Ce ne sont ici que quelques constats qui mériteraient un approfondissement (qui est « en cours » dans le cadre de la recherche-action). Il est vrai que je m’insurge régulièrement contre l’usage erroné du terme « podcast » qui amène, au final, à une utilisation pour décrire tout et n’importe quoi : à l’université, le terme à remplacer le mot « enregistrement » (« On veut podcaster une conférence ! ») alors que le podcasting n’est pas un moyen de production, mais de diffusion.
Cette bataille sur les mots n’est pas du tout « technocentriste » mais traduit ma volonté de donner au podcasting ses propres caractéristiques d’outil à potentiel cognitif.

A discuter, débattre… Peut-être dans une prochaine vidéo.

 

(1) Depover, C., Karsenti, T. & Komis, V. (2007). Enseigner avec les technologies. Québec : Presses Universitaires du Québec.

Nicolas Roland

Titulaire d’un Master en Sciences de l’Education, je suis actuellement chercheur (ULB Podcast) et doctorant (Centre de Recherche en Sciences de l’Education) à l’Université libre de Bruxelles ainsi que professeur invité à la Haute Ecole de Bruxelles et à la Haute Ecole Francisco Ferrer.

More Posts - Website - Twitter - Facebook - LinkedIn - YouTube


Auteur/autrice : Nicolas Roland

Titulaire d’un Master en Sciences de l’Education, je suis actuellement chercheur (ULB Podcast) et doctorant (Centre de Recherche en Sciences de l’Education) à l’Université libre de Bruxelles ainsi que professeur invité à la Haute Ecole de Bruxelles et à la Haute Ecole Francisco Ferrer.