Jean-Noël Tardy, Les Catacombes de la politique. Conspiration et conspirateurs en France 1818-1870 | Position de thèse

Jean-Noël Tardy, Les Catacombes de la politique. Conspiration et conspirateurs en France 1818-1870. …

Jean-Noël Tardy, Les Catacombes de la politique. Conspiration et conspirateurs en France 1818-1870. Thèse de doctorat d’histoire soutenue le 7 décembre 2011 à l’université Paris 1 Panthéon Sorbonne, devant un jury composé de Philippe Boutry (président), Jean-Claude Caron, Dominique Kalifa (directeur de la thèse), Natalie Petiteau, Pamela Pilbeam.

Cette thèse de doctorat, intitulée Les Catacombes de la politique. Conspiration et conspirateurs en France 1818-1870, est le produit de plusieurs années de travail sur un objet réévalué récemment par l’historiographie : le complot politique. Elle développe un questionnement à la croisée de l’histoire politique, l’histoire de la justice et l’histoire des imaginaires sociaux.

L’étude des complots politiques a souffert durablement des critiques de l’école des Annales. La conspiration semblait réunir les trois idoles de l’historien dénoncées par François Simiand : la politique, l’individu et la chronologie. Depuis les années 1990, l’évènement a fait l’objet de nouveaux questionnements. Considéré comme observatoire privilégié sur la société, il dépassait les critiques des tenants de la longue durée et redevenait un objet d’histoire pertinent. Ma recherche s’inscrivait ainsi en partie dans ce retour de l’histoire politique mais son sujet n’était pas un évènement précis ou une série d’évènements mais la conspiration elle-même comme forme aux multiples dimensions, politique, judiciaire et culturelle qualifiée par les contemporains de complot, conspiration ou conjuration.

Les régimes politiques qui se succédaient de 1815 à 1870 étaient confrontés à un pays qui leur restait opaque. La conspiration, menace permanente et schème d’explication de la vie politique était un discours, sinon une pratique, partagé par toutes les sensibilités politiques. L’achèvement de la thèse de Christian Schneider sur les complots de la Terreur blanche de 1815 à 1817 m’a soulagé de l’étude de la période troublée qui suit Waterloo. Sans partager toutes les conclusions de la thèse sur ces premiers complots, on pouvait admettre que l’année 1818 marquait une rupture dans la vie politique de la Restauration : que s’achevait là un cercle de répression entretenue par le pouvoir, ou un moment d’intense participation populaire sur fond de crise sociale. La borne finale de l’étude posait quelque problème. Le complot est inhérent à tout système de pouvoir et il est absurde de prétendre qu’il puisse disparaître complètement sous quelque système politique que ce soit.  Néanmoins, la fin du Second Empire marquait un tournant assez net dans l’histoire du secret politique. Certes les républicains restaient dans l’opposition jusqu’en 1877 et il était encore possible de trouver des traces de l’esprit de fraternité des sociétés secrètes jusqu’à cette date : les dernières ventes de carbonari disparaissaient en 1872. Mais 1870 signait la fin d’un régime inauguré par un coup d’Etat et qui incarnait pour beaucoup un véritable Etat conspirateur.

 

Sources et problématique

De 1818 à 1870, le champ d’étude était considérable : le nombre des conspirations, des attentats régicides sans compter les sociétés secrètes démantelées demeurait impressionnant et empêchait une étude exhaustive de l’ensemble des affaires. Toutes les sensibilités politiques étaient concernées à un moment du siècle, même si après 1832, les sociétés secrètes les plus importantes étaient républicaines et par la suite, de plus en plus socialistes et ouvrières. Il fallait alors nécessairement insister sur les organisations d’importance et réaliser des zooms micro-historiques selon les sources disponibles et le retentissement des affaires.

Par ailleurs, le secret dont s’entouraient les conspirateurs comme celui qu’entretenait la police sur ses agissements représentait une autre difficulté : il pouvait invalider toute démonstration historique et réduire les développements sur les faits à une série de conjectures. La disparition des archives de la préfecture de police constituait également une difficulté supplémentaire. Ces problèmes se sont posés mais de manière moins aiguë que je ne le craignais au début de la recherche. En premier lieu, le secret des conspirateurs s’avérait souvent très relatif. Les hommes qui se cachaient du pouvoir devaient apprendre la clandestinité. Leurs erreurs étaient par ailleurs riches en information et permettaient d’écrire une histoire des techniques du secret avant la mise en place des systèmes d’identification moderne. Enfin l’Etat était très prolixe sur les conspirations. Loin d’être un bloc, le pouvoir apparaissait divisé entre plusieurs institutions chargées de surveiller l’opinion : administration préfectorale, police mais aussi magistrats du parquet. Les sources étatiques étaient abondantes et leurs origines diverses facilitaient la critique historique.

Ainsi la période de la Restauration était particulièrement favorisée. La correspondance des préfets était remarquablement fournie dans la série F7. Les rapports des procureurs généraux étaient également conservés dans les séries BB 18 et BB 30. La période de la monarchie de Juillet voyait se raréfier la correspondance des préfets mais les sources judiciaires suppléaient en partie cette lacune, notamment la correspondance du ministère de la Justice dans la série BB 18 et les archives de la Cour des pairs, véritable mine d’information, contenant des rapports de police comme de nombreuses pièces saisies sur les accusés. L’Empire souffrait en revanche d’un manque cruel de sources policières. La série d’archives la plus complète concernait la correspondance des procureurs généraux. Les destructions dues à la Commune de Paris laissaient la période 1860-1870 dans l’ombre. La presse pouvait dans certains cas combler certaines lacunes. J’ai dépouillé en intégralité la Gazette des Tribunaux, le Journal des débats et l’Ami de la Religion, et occasionnellement consulté d’autres titres. J’ai par ailleurs vu mes conditions de travail changer de manière spectaculaire avec les progrès de la numérisation. Le nombre de pages consultées s’en est vu ainsi augmentées.  Ces sources, notamment celles émanant des autorités judiciaires, étaient de qualité variable : détaillées et critiques du travail policier sous la Restauration et la Monarchie de Juillet, elles devenaient beaucoup moins exigeantes avec la vérité sous l’empire. Leur analyse laissait également voir un appareil administratif soucieux de l’esprit public, obsédé par la peur du retour de la Révolution, mais comme l’a montré Pierre Karila-Cohen, les préfets se devaient de prouver qu’ils étaient capables d’assurer la paix sociale et politique dans leur département. Cela ne les incitait pas à exagérer l’ampleur des menaces qui pesaient sur l’ordre politique.

La surprise est venue de l’existence de sources émanant des conspirateurs, plus nombreuses que prévu, rédigées pour la plupart par des hommes de l’élite bourgeoise mais également ouvrière de ces mouvements. La participation aux sociétés secrètes était revendiquée, témoignages et noms à l’appui, dans toute une littérature de mémoires, de portraits politiques, de notices nécrologiques sans oublier les professions de foi lorsque ces hommes briguaient le suffrage de leurs concitoyens. Enfin elle était également évoquée dans les correspondances et les papiers privés, souvent des années après les faits.

 

Une étude sociologique et anthropologique des conspirateurs

C’était tout un pan de l’histoire politique qu’il était alors possible d’approcher. Par un travail minutieux, en croisant les sources, en étudiant les complots sur la période 1818-1870, on pouvait retracer des carrières politiques, des parcours d’acteurs qualifiés de secondaires mais dont le rôle local est souvent fondamental. Le contact avec les sources amenait alors à prendre en compte ces apports et compléter des travaux qui étaient déjà nombreux sur la question mais qui ne l’envisageait que de manière fragmentaire.

Sans prétendre être une véritable prosoprographie, les développements sur les conspirateurs s’appuyaient sur une méthode de travail qui empruntait davantage à la technique prosopographique qu’à l’étude des réseaux. Le profil sociologique des acteurs était important à plusieurs titres : il était essentiel pour comprendre ces hommes et étudier le processus de politisation des classes populaires. Le statut social était également un enjeu politique majeur lorsque les sociétés secrètes ont commencé à se réclamer du socialisme ou du communisme : appartenir au peuple devenait un gage de légitimité.

Ce travail sociologique n’épuisait pas la richesse des sources disponibles. Il restait des lettres, des mémoires de conspirateurs qui donnaient à lire des expériences de la conspiration, une vision particulière de la politique, empreint de sacralité sinon de religiosité. Les pièces saisies lors des perquisitions déconcertaient également par leur caractère ésotérique : les règlements s’accompagnaient de symboles étrangers à la tradition révolutionnaire, de catéchismes, de rites d’initiation complexe. Il paraissait particulièrement prometteur d’appliquer une lecture anthropologique à de tels documents La démarche était stimulante. Elle postulait la rationalité des acteurs contre les représentations du pouvoir qui tendaient à faire des conspirateurs des fous ou des hommes naturellement tournés vers le crime. Elle obligeait à les considérer comme étrangers à nos propres représentations de la participation politique, nous mettant en garde contre des assimilations trop faciles à des mouvements ou des évènements contemporains.

 

Une histoire des représentations de la conspiration

La démarche anthropologique remettait également les représentations du complot au cœur de la recherche. La représentation dominante était d’inspiration conservatrice. Les bouleversements de la société s’expliquaient par l’action de groupes occultes aux intentions maléfiques. C’est ce qu’on désigne aujourd’hui comme les théories du complot et il s’agissait souvent de la seule représentation de la conspiration véritablement étudiée par l’histoire culturelle du politique. Ce mythe du complot était considéré comme un invariant : la structure du raisonnement restait la même, s’apparentant parfois à la recherche du bouc-émissaire : seul changeait le nom des conspirateurs : illuminés, francs-maçons, jésuites, juifs.

Mais il existait d’autres conceptions de la conspiration au XIXe siècle. La manière dont les conspirateurs justifiaient leurs actes était une première voix dissonante. Elle n’était pas complètement isolée dans la société. L’étude du vocabulaire le démontrait. Les termes « conspirations », « conjurations » et « complots » faisaient l’objet de définitions aux sens contradictoires et, à partir du XIXe siècle, s’enrichissaient d’un sens héroïque. Louis Sébastien Mercier, l’auteur du Tableau de Paris, fournissait une piste intéressante lorsqu’il affirmait que le sens de « conspiration » s’était considérablement infléchi avec les évènements révolutionnaires. On était passé disait-il d’une conception de la conspiration entendue comme destruction de l’ordre politique à une vision positive d’établissement d’un nouveau système politique. Ces représentations héroïques du conspirateur comme résistant à un ordre injuste ou comme combattant pour un monde nouveau ressurgissaient de manière éclatante vers la fin de la Restauration. A ce moment sur le lieu de la visibilité littéraire par excellence, les scènes de théâtres parisiennes, un renversement s’opérait : le conspirateur devient le centre d’intérêt sinon le héros au détriment de la figure du bon souverain, qui jusque-là représentait seul le camp du bien.

Les représentations de la conspiration étaient l’objet d’une incessante lutte. L’autorité souhaitait délégitimer ce mode de participation politique alors que les membres des sociétés secrètes comme certains hommes de lettres le justifiaient ou l’héroïsaient. Le fonds de la censure dramatique donnait un accès privilégié aux tensions que pouvait engendrer la représentation d’une conspiration sur scène. L’imaginaire héroïque de la conspiration apparaissait au cours de la période de plus en plus assimilé à une forme de romantisme révolutionnaire, en crise conjointement avec le discrédit dans lequel tombe la conspiration après 1848.

Principales conclusions :

Sur le plan de l’histoire politique, l’étude des complots mettait en relief le rôle fondamental de la province. La conspiration, contrairement à ce que l’on pouvait croire, n’était pas une pratique uniquement parisienne. Malgré la fameuse centralisation française, une vie politique agitée secouait la province. Cette redécouverte des complots provinciaux permettait de repérer les lieux de pouvoir hors de Paris : le télégraphe, les hôtels de villes provinciaux, les casernes des garnisons militaires sont les enjeux principaux de ces luttes. Il s’agissait, après en avoir pris le contrôle, de maîtriser un espace politique et de marcher sur la capitale répétant ce qui avait pu se passer en 1815 lors du Vol de l’Aigle ou même, la marche des volontaires sur Paris lorsque la patrie avait été déclarée en danger en 1792.

L’étude a permis également de dresser le portrait de figures considérées comme secondaires à l’échelle nationale mais dont le rôle local est considérable dans la transmission et le développement des opinions politiques sur le territoire. Beaucoup parmi les élus et les fonctionnaires provisoires de la république en 1848 ont fait leur apprentissage de la politique dans les rangs des sociétés secrètes de la Restauration. Ils y ont gagné une notoriété, ce qui est à la fois paradoxal mais aussi révélateur du rapport au secret des conspirateurs du premier XIXe siècle.

Le rôle des sociétés secrètes dans le processus de politisation en France était précisé même si son importance pouvait être discutée. Les sociétés secrètes constituaient, à ne pas douter, une des voies de la participation politique même si elle est délégitimée au profit du suffrage universel. Toutefois il faut garder une certaine prudence : Les effectifs de ces sociétés restaient limités : Les plus importants étaient ceux des carbonari de la Restauration, 30 000 carbonari civils, ceux de la Jeune Montagne en 1850 qui dépassèrent les 50 000 membres dans le Sud-Est. Parmi ces affiliés figuraient sous les monarchies censitaires des populations privées de toute expression légale. Pour la Restauration, on retrouvait des carbonari populaires en très grand nombre dans l’ouest de la France et dans les territoires frontaliers de l’est. Sous la monarchie de Juillet, les premières sociétés secrètes populaires se développèrent à Paris et dans le Midi avant la Seconde République. Cette présence indiquerait une politisation précoce, héritée des évènements de la Révolution française. Toutefois l’adhésion aux sociétés secrètes était souvent liée à la nécessité de se protéger contre les violences politiques. Il s’agissait là d’une forme particulière de politisation liée à la conflictuosité locale. Elle ne remettait pas en cause le rôle d’autres moyens de politisation, ni le rôle central de la Seconde République, qui, par ailleurs, provoquait une augmentation considérable des effectifs des sociétés secrètes du Midi.

L’étude des complots renseignait également sur le fonctionnement de la répression politique. Sous les monarchies censitaires, les accusations de complot et les procès étaient largement employés à des fins dissuasives. Ils mettaient en garde les acteurs majeurs de la politique sur les limites à ne pas franchir. Après 1820, l’article 89 du code pénal perdait de son efficacité avec le développement des conceptions libérales des droits de l’accusé. La répression du complot s’effectuait de plus en plus par la pénalisation des associations politiques.

L’étude des débats qu’occasionnait l’adoption de cette législation répressive amenait à reconsidérer l’idéologie jacobine trop vite assimilée au refus absolu des corps intermédiaires et des associations. Au début de la monarchie de Juillet, les chefs revendiqués du mouvement jacobin, Godefroy Cavaignac notamment, puis en 1848 lors des débats parlementaires, les députés les plus radicaux ont défendu le droit d’association.

Enfin l’étude des mutations de l’imaginaire conspiratif du premier XIXe siècle permettait de mieux saisir l’ampleur du bouleversement occasionné par la Révolution française. Le mythe du complot donnait une explication à la ruine des institutions de l’Ancien Régime. Il se renforçait du sentiment d’insécurité des élites face à une société opaque, à l’évolution incertaine. Ce qui étonnait davantage c’était la multitude des initiatives de régénération de la société par les minorités agissantes. Mais finalement ces représentations étaient nées du même constat : celui de la crise des vieilles hiérarchies et la recherche nécessaire d’une nouvelle aristocratie et d’une nouvelle religion pour faire progresser la civilisation.

Cette présentation, issue de l’exposé de soutenance, est dépourvue de références bibliographiques.