Les élections municipales de 1935 et l’expérimentation de l’antiracisme électoral

 
Un slogan antiraciste dans la campagne des municipales de 1935 (La Conscience des Juifs, 15 m…

 

 

Un slogan antiraciste dans la campagne des municipales de 1935 (La Conscience des Juifs, 15 mai 1935)Un slogan antiraciste dans la campagne des municipales de 1935 (La Conscience des Juifs, 15 mai 1935)

Au IIe congrès national de la Ligue internationale contre l’antisémitisme de décembre 1931, désireux d’amplifier la voix de son organisation, son président Bernard Lecache propose la présentation de candidatures de militants aux élections législatives de mai 1932. Il en justifie ainsi l’opportunité :

« Vous savez que cela s’est fait quelquefois, cela a été fait par des anarchistes, par des gens qui soutiennent le développement de la santé publique, par des associations féminines, pacifistes, etc. Voilà pourquoi on veut poser une candidature, cela donne droit, dans toutes les mairies où vous mettez vos affiches, qu’elles soient dispensées du droit de timbre, écrire ce que vous voulez, indiquer les buts de la LICA, évitant tous les inconvénients[1]. »

La proposition provoque des remous et se trouve finalement repoussée, les militants craignant que la ligue ne déroge à son principe de neutralité politique, pourtant assez relatif[2]. Certains ligueurs le regrettent, qui saisissent les clairs avantages pour la propagande, à l’instar de Paul Ollier :

« Pourquoi nous cacher et pourquoi ne pas profiter de l’affichage gratuit, sans frais de timbres, des facilités d’avoir des préaux d’école sans frais, des possibilités que nous aurons d’apporter la contradiction à ceux qui sont des antisémites de deuxième zone et même de première[3] ? »

La montée de l’antisémitisme en France après la victoire du cartel des gauches et la nomination d’Adolf Hitler à la chancellerie de l’Allemagne amènent l’organisation à évoluer dans sa position initiale. Au printemps 1934, lors d’un scrutin dans les VIe et IXe arrondissements parisiens, la LICA s’inquiète de la présence de deux candidatures antisémites. Membre de la jeune organisation antiraciste, l’anarchiste Achille Lausille (1901-1936) se déclare alors candidat dans le IXe arrondissement et le fait au nom du « droit de vivre pour tous ». La mise sur pied de cette démarche n’a pas laissé de trace dans les archives mais le but de Lausille est clair : ne pas laisser le champ libre aux insulteurs, apporter la contradiction sur le terrain, sans réclamer les voix des électeurs. L’initiative, qui occasionne effectivement une réunion publique, vaut à la LICA les critiques de Raymond-Raoul Lambert, le rédacteur en chef de L’Univers israélite, journal proche du consistoire. Accusée de faire de la politique, l’organisation répond dans les colonnes de son journal : « Ce n’est pas faire de la politique que de riposter, partout où ils se trouvent, aux antisémites[4]. »

L’action est réitérée l’année suivante, lors des élections municipales de mai 1935. Dans un contexte de résurgence de l’antisémitisme, des militants ouvertement antijuifs caressent le projet d’entrer au conseil municipal de la ville de Paris. Dans les IIIe et IVe arrondissements, où la présence juive est importante, s’affichent les candidatures d’Henry Coston[5] (quartier des Archives), Maurice-Christian Dubernard[6] (Saint-Gervais), Philibert Adam[7] (Saint-Avoye), Jean de Lorain[8] (Saint-Merry), André Fabre[9] (Saint-Gervais), Albert Chevillard[10] (Notre-Dame) et de Maurice Koch[11] (Saint-Merry).

Affiches du candidat Coston aux élections municipales de 1935 (La Conscience des Juifs, 15 mai 1935) Affiches du candidat Coston (La Conscience des Juifs, 15 mai 1935)

 

Ils se voient opposer celle, unique, de Georges Zérapha, membre du comité central de la LICA. Comme Lausille, Zérapha ne réclame aucune voix. Dotée d’importantes sections dans ces deux arrondissements, la ligue y placarde des affiches qu’elle fait surveiller par son service d’ordre. Ce dernier ne fait pas le travail à moitié comme en témoigne un tract antisémite accusant une « équipe de maquereaux juifs » d’avoir assailli dans le quartier des Archives un groupe d’afficheurs des candidats antijuifs[12]. Dans son organe de propagande, la Solidarité française parle de neuf blessés graves en trois jours[13].

Le 3 mai, rue de Turenne, Zérapha tient une réunion au cours de laquelle il dénonce l’activisme antisémite. Je reproduis ici un extrait de son discours éclairant la démarche qui est la sienne en tant que candidat LICA :

« Conquérir Paris, c’est conquérir la France. Quelle que soit la majorité électorale de la France, quand on est maître de la rue de Paris, on est maître de la France. Ainsi Paris est devenu d’abord un terrain de manœuvres, ensuite le lien même où la démocratie sera défiée. Ce qui importe pour ces ligues anti-parlementaires et anti-électorales, ce ne sont pas les élections elles-mêmes ni les suffrages directs des électeurs, ce qui compte c’est la rue et la prise de pouvoir par la violence. Voilà ce qui explique ce phénomène étrange, présentation de candidats fictifs destinés exclusivement, eux et leurs affiches, à faire une publicité gratuite pour certaines ligues dont les intentions nette et, il faut le dire, avouées, sont de renverser le régime par la force. Elles se servent de la liberté, elles abusent de la liberté pour tuer la liberté.
C’est précisément ce que nous voulons dénoncer ici parce que nous, quel que soit le régime, ce qui nous importe avant tout, ce que nous considérons comme une des plus hautes conquêtes de l’homme c’est la liberté individuelle. (…) C’est dans cet esprit que nous avons posé notre candidature. Nous avons répondu aux insultes en tant que Juif parce que nous étions attaqués en tant que Juif. C’est là pour nous l’exercice normal de la liberté individuelle puisque c’est la défense respectable de l’honneur de l’homme[14]. »

Affiches du candidat Zérapha aux élections municipales de 1935 (La Conscience des Juifs, 15 mai 1935) Affiches du candidat Zérapha (La Conscience des Juifs, 15 mai 1935)

À la sortie de la réunion, deux-cent-cinquante militants antijuifs, d’après le journal de la LICA, assaillent les participants. L’intervention du service d’ordre de l’organisation aurait entraîné une rapide dispersion des assaillants.

Les résultats du scrutin du 8 mai 1935 (premier tour) sont les suivants[15] :

Coston : 86 voix (2,53% des voix sur le total des suffrages exprimés, nuls déduits)
Adam : 34 voix (1,12%)
Koch : 35 voix (1,17%)
De Lorain : < 19[16](0,63%)
Fabre : 36 (0,59%)
Dubernard : 38 (0,62%)
Chevillard : 45 (2,25%)
Total[17] : 293 voix (1,67%)

En vue du deuxième tour, partout où le ballottage permet le maintien d’un candidat antisémite, la LICA oppose un candidat symbolique de protestation. Six candidats de la ligue ont été désignés in extremis pour faire face en différents arrondissements parisiens, car le phénomène dépasse en fait le Marais, à des membres du Parti socialiste-national de Coston et du Parti national-prolétarien de l’antijuif Napoléon Bey. Deux réunions publiques sont organisées : la première dans le préau de l’école Neuve Saint-Pierre (IVe arrondissement), la seconde dans celui de l’école de la rue Pouchet (XVIIe arrondissement). La ligue édite aussi une affiche contre les antijuifs. On peut y lire les mots suivants : « Mercenaires du fascisme étranger, les antijuifs ne pensent pas décrocher un mandat quelconque. Ils pratiquent à votre égard un abus de confiance. Avec les panneaux payés par l’argent des contribuables (juifs compris), ils essaient d’amorcer en France une campagne en faveur de la doctrine et des mœurs hitlériennes[18]. » Aucun de ces candidats n’est effectivement élu mais les activistes ont légalement bénéficié de l’espace public pour exposer leurs idées.

Le 6 octobre 1935, une élection dans le XVIe arrondissement destinées à élire un conseiller municipal pour le quartier de la Muette est l’occasion de deux nouvelles candidatures antisémites. L’une est celle de Louis Stoppani, membre du Parti national-prolétarien. La seconde, celle de Jean Boissel, autre ultra de la mouvance antijuive, qui entretient des liens directs avec l’Allemagne nazie. La Ligue n’oppose pas de candidat mais elle s’efforce d’être présente : « Cette mobilisation de malheureux n’aurait sans doute aucune importance si elle n’était susceptible de ‘bourrer le crâne’ à quelques analphabètes sociaux[19]. » Aussi l’organisation fait-elle placarder sur les murs du quartier une nouvelle affiche dénonçant la haine raciale. Les candidats obtiennent des scores dérisoires : Stoppani obtient treize voix (0,24% des suffrages exprimés), Boissel cinquante-neuf (1,11%)[20].

Cette nébuleuse antisémite qui ose tout constitue la catégorie la plus authentiquement conforme à ceux que la LICA désigne dans les années 1930 comme les « hitlériens français ». Phénomène essentiellement parisien, minoritaire et fragmenté, l’extrémisme radical conduit par des individus souvent déclassés n’est toutefois pas en mesure, un an avant l’arrivée de Léon Blum à la présidence du Conseil, de mobiliser les foules. Si cette capacité de mobilisation demeure très limitée, on notera qu’il existe malgré tout un espace dans le champ politique, aussi minime soit-il, pour exprimer une haine antijuive virulente, et que cet espace est occupé par des activistes en relation – non dissimulée – avec les nazis. Si d’aucuns tiennent le phénomène pour insignifiant, il est au contraire édifiant pour les militants de la LICA, soucieux qu’il demeure inaudible dans la France républicaine. Ils n’ignorent cependant pas que cette minorité active a pour elle sa foi et sa combativité, capables de perturber la démocratie et de faire vaciller l’ordre public. En témoigne Darquier de Pellepoix, conseiller municipal du quartier des Ternes, qui s’apprête à transformer le conseil municipal de Paris, en cette fin d’année 1935, en tribune de son antisémitisme forcené.

À l’occasion de la campagne des législatives de 1936, la LICA reproduit sa stratégie dans quelques circonscriptions[21]. L’action reste toutefois très limitée, géographiquement (Paris et sa proche banlieue) et numériquement. Sans doute n’a-t-elle pas été complètement acceptée en son principe par les militants. Au printemps 1939, face à une situation toujours plus dégradée sur le plan de l’antisémitisme, Lecache enjoindra ses camarades à franchir le pas, en défendant l’idée de présenter des candidats LICA à la députation (élections législatives de 1940). Il se heurtera à une ferme levée de boucliers, les militants refusant de voir leur association basculer trop officiellement dans le champ politique.

[1] Le Droit de Vivre, février 1932.

[2] Voir sur ce blog “L’antiracisme n’est pas un délit, c’est une opinion !” http://antiracism.hypotheses.org/217

[3] Ibid.

[4] Le Droit de Vivre, 25 mai 1934.

[5] Henry Coston (1910-2001) est l’un des principaux activistes antisémites de la période. À la tête de groupuscules au cours des années 1930, il entretient des liens avec l’Allemagne nazie.

[6] Dubernard dirige avec Coston le Parti socialiste-national.

[7] Associé d’Henry Coston.

[8] Jean-Claude Lorenzatto, dit « Jean de Lorain », né le 28 mai 1911 (Bruxelles). Secrétaire d’Henry Coston, il a collaboré aux publications de ce dernier. Il fondera par la suite les Cahiers politiques.

[9] Membre de la Solidarité française.

[10] Associé d’Henry Coston.

[11] Membre de la Solidarité française.

[12] Archives de la LICA, Dossier 1258, tract antijuif.

[13] Cité in Le Droit de Vivre, mai 1935.

[14] La Conscience des Juifs, 15 mai 1935.

[15] Bulletin municipal officiel de la ville de Paris du 8 mai 1935.

[16] Les 19 voix se répartissent entre divers candidats dont Jean de Lorain. Il s’agit donc ici d’une estimation haute.

[17] Le pourcentage est basé sur les cinq quartiers susnommés.

[18] Le Droit de Vivre, mai 1935.

[19] Le Droit de Vivre, octobre 1935.

[20] Bulletin municipal officiel de la ville de Paris, 8 octobre 1935.

[21] Voir mon ouvrage Aux origines de l’antiracisme. La LICA 1927-1940, Paris, CNRS Éditions, 2012.