L’empereur et les villes d’Italie

Stefania GIRAUDO
L’empereur et les villes d’Italie
Pacifications, réformes et modèles de…

 

Stefania GIRAUDO

L’empereur et les villes d’Italie

Pacifications, réformes et modèles de gouvernement d’Henri VII à Jean de Bohême (1310-1330)

 

thèse de doctorat soutenue le 15 mai 2013

à l’Université Paris-Sorbonne (Paris IV)

sous la direction de Elisabeth Crouzet-Pavan et Jacques Verger

Durant la première moitié du XIVe siècle, les institutions des villes italiennes furent l’objet d’une intense élaboration théorique et d’une vive expérimentation pratique qui portèrent en l’espace de quelques décennies à une transformation radicale des modes de gouvernement. Au cours de ce demi-siècle crucial, la complexité et l’ouverture institutionnelle, la grande participation et la mobilité qui avaient caractérisé la politique communale diminuèrent progressivement et l’Italie du Nord vécut ses premières expériences des seigneuries, caractérisées par une hiérarchie ordonnée dont le sommet était perçu comme un organe supérieur de gouvernement.

Une tradition historiographique aujourd’hui dépassée avait interprété cette période comme un moment de crise irrémédiable des villes, destinées à perdre leur autonomie sous le poids de l’affirmation des seigneuries. Actuellement, un profond affinement historiographique a permis de réévaluer cette phase historique qui peut maintenant être reconnue comme un laboratoire politique important, à l’intérieur duquel la dédramatisation d’oppositions idéaltypiques entre la cité et la seigneurie a mis en lumière la complexité d’une « succession d’expérimentations, de normes et de pratiques résultant d’une activité intense et continue qui (…) apparaît fortement novatrice et souvent capable de résultats non éphémères »[1].

Se positionnant sur la continuité de ce fertile courant d’études, ce travail aborde le thème du gouvernement urbain au début du XIVe siècle selon une perspective jusqu’à présent peu prise en considération. La transformation institutionnelle des villes est ici mise en relation avec le regain d’intérêt pour l’organisation de l’Italie du Nord à l’échelle régionale, en rapport avec la réalité du regnum italicum. Ce thème avait été ébauché par l’historiographie il y a quelques décennies, en particulier grâce à plusieurs travaux de Giovanni Tabacco, qui, à la moitié du siècle dernier, avait publié deux études intéressantes sur les projets de réorganisation de l’Italie de la part de l’empire et de la papauté au début du XIVe siècle[2].

A partir de cette piste, considérant la réalité urbaine comme un élément indispensable dans le cadre politique italien, j’ai souhaité relier les deux niveaux d’analyse suivants : communal et régional. C’est ainsi qu’est né mon intérêt pour une étude sur les façons de gouverner les villes au sein du contexte du regnum italicum, qui aurait comme fil conducteur les manœuvres exercées par des pouvoirs souverains sur les institutions urbaines. J’utilise ici la notion de souveraineté car je me réfère à la définition fournie par Pietro Costa, selon laquelle elle est «le sommet de la hiérarchie du processus valide de pouvoir», dont l’empire et la papauté ont été les premières manifestations[3]. Dans cette perspective, le début du  XIVe siècle fut un moment de profonde transformation également au niveau juridique, où se produisit le passage d’une phase dans laquelle le langage de la validité était au centre du discours politique, à celle où la présence de termes “effectivistes” se fit plus pressante.

En combinant ces différents aspects, il a été possible de découvrir un climat culturel, historique et politique dans lequel le thème de la réorganisation du regnum italicum s’affirma avec force, en lien avec la réapparition sur la péninsule de pouvoirs souverains – empereurs, papes et rois – qui surent expérimenter différentes manières de gouverner les cités italiennes, divisées en interne et fragmentées sur le territoire, pour les recomposer dans un système politique unitaire.

Ce doctorat de recherche a comme point de départ l’arrivée en Italie de Henri VII de Luxembourg (1310-1313). La Romfahrt pose une série de questions – relatives à la réorganisation interne des villes, à leur encadrement et à leur coordination au niveau régional – qui restèrent sans réponses jusqu’au début des années Trente, quand la chute de la domination de Jean de Bohême en Italie et la montée de Azzon Visconti entraînèrent l’apparition des premières expériences stables des seigneuries.

Dans la première partie de cette thèse, la reconstitution du voyage de Henri VII en Italie répond à l’intention de faire apparaître le programme impérial pour la réforme du royaume (chap. 1-2). Les politiques impériales ne suivirent pas un parcours linéaire, mais furent rapidement rendues complexes par la confrontation nécessaire avec les villes ; par conséquent, la capacité démontrée par les cités italiennes à intervenir sur les modes de fonctionnement du système impérial en les modifiant selon leurs intérêts a été mise en relief (chap. 3). Ensuite, l’examen des politiques adoptées par l’empereur dans la seconde partie de son voyage en Italie, montre comment il intervint pour contenir les révoltes nées de l’opposition aux réformes urbaines, en modifiant sa ligne d’action tant sur le plan juridique que sur le plan institutionnel (chap. 4).

Dans la seconde partie de la thèse, la recherche des traces du projet de Henri VII a été menée à travers les expérimentations de gouvernement conduites par d’autres pouvoirs de type monarchique qui, durant les 20 ans qui suivirent, voulurent redonner une substance politique et administrative au regnum italicum. En particulier, l’accent est mis sur les voyages respectifs en Italie des deux légats du Pape Jean XXII, Bertrand de la Tour et Bernard Gui, en 1317 (chap. 5) et de Jean de Bohême, de 1330 à 1333 (chap. 6-7). Enfin, le cas de Azzon Visconti – choisi comme figure emblématique de l’affirmation seigneuriale – a permis d’observer les premières manifestations d’une nouvelle façon de gouverner les cités italiennes.

1. Le projet impérial pour le regnum reposait sur deux concepts, pax et unitas, qui, répétés de façon programmée dans toute la documentation des premiers mois de la Romfahrt, orientaient la politique impériale, tant sur le plan de la réorganisation interne des cités, que sur le plan régional. Le programme politique de Henri VII durant cette phase ne parvint pas à apporter des solutions concrètes de gouvernement, au niveau institutionnel, juridictionnel, administratif, mais il s’organisa à un niveau de généralité tel, qu’il est permis de penser que l’exigence principale à laquelle l’empereur voulait répondre était, moins celle d’exercer une influence à l’intérieur des cités que de coordonner une série de fidélités à l’empereur dans le contexte régional, pour délimiter une zone qui, pacifiée, serait soumise à son autorité. De cette façon, l’empereur établit un modèle d’action qui prévoyait le retour des exilés, la pacification des parties et l’imposition d’un vicaire impérial ; et il l’appliqua dans chaque centre urbain réformé.

2. La capacité d’intervention des cités italiennes s’est avérée déterminante dans l’orientation des politiques impériales. La coordination entre des réalités différentes, celle lombarde et celle toscane, permit d’organiser un front commun d’opposition anti-impérial en mesure de transformer les modes de fonctionnement du système impérial. Dans ce processus, les communes «guelfes» de Toscane et de Lombardie manifestèrent rapidement l’exigence d’une référence à un pouvoir de type souverain pour affronter Henri VII et elles s’adressèrent à Robert d’Anjou pour obtenir une direction politique commune. C’est ainsi que se répandit la pratique des redditions angevines, pour laquelle entre 1312 et 1313 Asti, Vercelli, Pavie, Padoue, Parme, Crémone et Florence se soumirent à la seigneurie du roi de Naples, constituant de la sorte un système de connexions directes entre le roi et les centres urbains, sur la base d’accords traités au coup par coup à partir des situations locales.

Des pratiques et des idéologies commencèrent à circuler qui, combinées, donnèrent naissance à un système de gouvernement alternatif à celui impérial. Plus précisément, l’étude des cas d’Asti et de Crémone a permis de démontrer que dans le système d’alliances communal-angevin, le pouvoir de gouvernement restait en grande partie aux mains des cités, tandis que l’ingérence impériale se limitait à un pouvoir «guère plus que formel» qui laissait au peuple la suprématie dans le processus de réaffirmation de l’autonomie communale. A travers ces témoignages, il semble possible d’entrevoir un dessein, tracé dans les grandes lignes, qui fut appliqué dans différentes cités liées par la référence angevine commune. Cette organisation, expérimentée au sein de la Ligue anti-impériale, trouva une forme de systématisation dans la pensée de Remigio dei Girolami, quand il présenta à Florence la nécessité d’un dominus qui, placé à la tête des cités, aurait seulement et de façon nominale, une valeur coercitive, selon une forme de monarchie acceptable pour l’opinion publique de l’Italie centrale.

D’autre part, les analyses des cas spécifiques, si elles ont confirmé d’importantes tendances communes, ont également certainement mis en lumière des variations tout aussi importantes sur le thème, comme dans le cas de Brescia, où, grâce à la présence du puissant évêque Federico Maggi, la nécessité de recourir à la reddition angevine pour la défense de l’autonomie communale ne se fit pas sentir. Avec un acte de pacification, à deux mois de la mort de Henri VII, cette cité put à nouveau constituer une structure institutionnelle autonome avec un podestat indépendant de tout pouvoir externe.

3. Face à la recrudescence de l’opposition urbaine, à quelques mois de son arrivée en Italie, Henri VII dut reconnaître que son projet initial n’était pas adapté à la complexité de la situation politique italienne. L’empereur commença à évoluer selon des lignes tracées au coup par coup, en fonction des possibilités et des opportunités politiques. La principale nouveauté fut la plus grande attention que le souverain dut porter aux situations locales nivelées dans la tentative de réforme générale du royaume, menée durant la première phase.

Le premier élément à remarquer est la disparition de la référence à l’hendiadys pax et unitas, qui avait caractérisé la réforme impériale dans les premiers mois. Au niveau juridique, le conflit avec les cités rebelles entraîna la construction empirique d’une procédure qui, ayant recours à des termes issus de la tradition canonique – notorium e publica fama – en lien avec des éléments empruntés à la tradition du droit romain sur le thème de la contumace, permettait de condamner en peu de temps et de manière définitive les rebelles qui se soustrayaient au jugement[4].

L’unitas étant rompue, dans les rares réformes urbaines qu’il parvint à accomplir dans cette phase, Henri VII commença à approuver et à soutenir le système des divisions de partie, à un moment où l’exil se confondait progressivement avec l’opposition à l’empire. Poursuivant sur cette lancée, même la pratique du bannissement, de l’exil d’une partie, impensable dans le cadre d’une réunification impériale, devint un des instruments politiques à disposition du souverain, auquel recourir dans des situations particulières.

Sur le plan institutionnel, une transformation se produisit dans les mécanismes de nomination des vicaires. Aux côtés des vicaires officiels qui continuaient à maintenir un caractère fonctionnel – comme dans la première phase – l’empereur commença à nommer comme ses vicaires Visconti, da Camino, Scaligeri, Bonaccolsi et da Correggio ; à savoir, ces seigneurs en ascension qui, en se liant à l’empire, voyaient leur nouvelle suprématie reconnue et légitimée. Les nominations des vicaires s’adaptèrent aux rapports de force exprimés par les acteurs en présence, définissant de la sorte une action fluide de déstructuration continue de cet édifice. Les vicaires ne constituaient plus un réseau homogène de fonctionnaires garants de la paix du royaume, mais, au contraire, le titre de vicaire servit à définir des accords et à établir des alliances avec les forces italiennes ascendantes. L’unitas avait été rompue par l’action des rebelles et Henri VII dut admettre qu’il était impossible de gouverner sans l’appui d’une partie.

4. Quelques années après la mort de Henri VII (août 1313), le Pape Jean XXII, fraîchement élu, prépara une action pacificatrice d’envergure en Lombardie et confia la charge à deux moines célèbres, Bertrand de la Tour et Bernard Gui. Le compte rendu du voyage accompli par les nonces apostoliques est un témoignage important du climat culturel et politique de l’époque. Dans ce récit, il a été possible d’identifier l’expression de la nécessité théorique et juridique manifestée par la papauté, d’une élaboration politique de la situation italienne, plutôt qu’une réelle tentative d’imposer un gouvernement différent sur les cités. Dans cette perspective, plusieurs questions politiques importantes ont été identifiées, au centre du débat relatif à l’organisation de l’Italie du Nord, et les propos des légats ont été un point d’observation privilégié pour l’étude des formes de la propagande politique de cette période, au cœur de laquelle l’opposition entre le système de gouvernement “républicain” et celui “seigneurial” commençait à se profiler.

Cette confrontation – qui provoqua un vaste conflit juridictionnel entre la papauté et les seigneuries – représenta un moment important dans la définition de la souveraineté sur l’Italie. Dans ce sens, la description du mauvais gouvernement des seigneuries proposée par la papauté dans la propagande contre les seigneurs lombards contribua dans une certaine mesure à définir les qualités qui devaient caractériser un gouvernement légitime. Contre la fiscalité démesurée, l’injustice et le désordre même privé des tyrans, émergea la figure d’un souverain capable de reporter la paix et la justice en Italie, éliminant définitivement l’esprit partisan. Ce discours, qui s’inspirait d’éléments traditionnels, servait à la destitution du gouvernement des seigneuries par les cités et à la création des bases pour une domination exercée par la papauté à travers la figure d’un souverain fidèle à l’Église.

5. L’expérience de Jean de Bohême en Italie rassembla une grande partie de ces expérimentations de gouvernement et les réélabora dans la rencontre et l’affrontement entre les instances urbaines et les projets souverains. Comme dans la Romfahrt d’Henri VII, deux phases peuvent également être identifiées dans le voyage de Jean de Bohême : en inversant les termes par rapport au modèle précédent, dans ce cas, la première période fut orientée de manière déterminante par les politiques urbaines tandis que dans un second temps, le roi tenta de poursuivre son projet pour l’affirmation d’un pouvoir souverain sur la Lombardie.

Jean de Bohême fut appelé à intervenir en Italie par plusieurs cités qui – en continuité avec la pratique des redditions angevines – cherchaient auprès du souverain un soutien pour la défense de leur autonomie contre la menace représentée par les plus grands centres urbains en rapide expansion. Contrairement à ce qui se produisit durant l’affrontement entre Robert d’Anjou et Henri VII, les redditions n’offrirent pas un appui commun aux politiques des cités soumises au pouvoir du roi et en conséquence, l’autorité exercée par Jean de Bohême dans les différents centres urbains prit des formes extrêmement variées : de l’autorité peu incisive que le roi obtint sur Brescia, suivant d’ailleurs des degrés divers, jusqu’à la domination absolue exercée sur Brescia.

Cette incohérence était absolument compatible avec la conception de gouvernement urbain, tandis qu’elle ne pouvait pas satisfaire les exigences d’un système de type monarchique, basé sur l’unité de l’autorité sur un territoire. Ainsi, tandis que Jean de Bohême manifestait de manière de plus en plus explicite ses tendances à l’hégémonie à une échelle régionale – en imposant une monnaie unique dans la zone soumise à sa domination et en nommant un «sindicus et moderator» avec des pouvoirs supérieurs à ceux des podestats – les cités  retirèrent progressivement leur soutien à la domination de Jean de Bohême. Ainsi débuta la seconde phase du voyage de Jean de Bohême en Italie, durant laquelle les instances urbaines ne constituèrent plus le premier moteur de l’action du roi. Les rapports entre le souverain et les cités changèrent brutalement : là où les forces internes réussirent à imposer leur autorité, Jean de Bohême se limita à légitimer des pouvoirs déjà exercés dans les faits, comme dans le cas émilien ; au contraire, là où les ingérences royales s’opposèrent aux attentes urbaines, le pouvoir du roi fut contesté et ce dernier fut éloigné au même titre que ses fonctionnaires, comme il advint à Brescia.

Sur un plan différent et en rapport avec les projets de la papauté, Jean de Bohême tenta en outre de régner en Lombardie. Cette tentative, qui au niveau pratique demeura au stade embryonnaire, sur le plan théorique et juridique ramena au cœur du débat politique un thème qui déjà au temps de Henri VII était apparu avec force, c’est-à-dire celui de la définition d’un pouvoir souverain sur une zone qui depuis plus de 60 ans était soutenue par une pluralité de pouvoirs issus de la base et fondés sur des structures communales.

6. Au début des années Trente, l’expérience de Jean de Bohême en Italie rappela encore une fois le rôle central joué par les cités dans ce processus. Ce fut en effet au moment où Jean de Bohême affirma son pouvoir sur une grande quantité de cités réparties entre la Lombardie, l’Emilie et la Toscane et, parallèlement, qu’il commença à montrer un intérêt pour la formation d’une domination unitaire et cohérente sur la région, que le problème d’un encadrement juridique de cette présence s’imposa avec une plus grande force. A ce stade, il était nécessaire de proposer une définition plus claire de cette souveraineté qui, s’étant affirmée sur la région soumise au regnum, se présentait comme totalement désolidarisée de l’empire.

Ce fut précisément Louis IV de Bavière qui intervint le premier, car il avait l’intention de ramener les cités italiennes sous son contrôle. Pour inclure Jean de Bohême et sa domination italienne au sein du système de fidélité impériale, Louis IV de Bavière affirma, dans une fiction juridique, que le roi avait reçu ces territoires en gage de l’empire, et de cette façon il transforma le pouvoir de Jean de Bohême en une domination temporaire venue d’en haut. D’autre part, la papauté poursuivit le projet, jamais réalisé, de création d’un règne en Lombardie détaché de l’empire et encadré par le système de fidélités ecclésiastiques au sein d’une structure féodale, hiérarchiquement ordonnée.

L’entreprise de Jean de Bohême ayant échoué, l’ascension de Azzon Visconti prouva que le pouvoir pouvait ne pas provenir de l’Église, encore moins de l’empire. Dans ce cas, l’autorité des seigneurs exprimait un monopole quasi privatif du pouvoir, et se basait sur un réseau consolidé de rapports personnels qui ne recherchaient pas la validité juridique venant d’en haut.

La tension qui porta à l’alternance des projets souverains de coordination unitaire sur la zone du regnum italicum, imposée et dirigée d’en haut, s’épuisa en l’espace de quelques décennies. Le retour de Jean de Bohême sur le territoire allemand mit fin à cette phase d’expérimentation qui en 20 ans impliqua l’Italie du Nord dans un effort continu pour l’affirmation d’une souveraineté, à travers une variété d’instruments et de formes de gouvernement qui marquèrent la possible rencontre et l’adaptation continue d’une multiplicité de programmes politiques. Les nouvelles forces émergentes affirmèrent leur domination sur les cités italiennes et sur le territoire en revêtant des attributs et en adoptant des modèles de comportement issus de la tradition royale, mais elles les dénaturèrent par l’absence d’un projet souverain. De façon significative, entre 1331 et 1335, Azzon Visconti renonça à son titre de vicaire et eut recours à différents systèmes de légitimation – faits valoir en rapide succession – pour affirmer sa suprématie, non plus sur un hypothétique royaume de Lombardie, mais sur un ensemble bien défini de cités et de territoires qui s’en étaient remis à lui.

[1]    G. Chittolini, “Crisi” e “lunga durata” delle istituzioni comunali in alcuni dibattiti recenti, in Penale, giustizia, potere: metodi, ricerche, storiografie ; per ricordare Mario Sbriccoli, a cura di L. Lacchè, Macerata 2007, pp. 125-154, a p. 131.

[2]    G. Tabacco, La politica italiana di Federico il Bello re dei Romani, in «Archivio storico italiano» 108 (1950), pp. 3-77; G. Tabacco, Un presunto disegno domenicano-angioino per l’unificazione politica dell’Italia, in «Rivista storica italiana», 61 (1949), pp. 489-525.

[3]   P. Costa, Iurisdictio, Milano 1969.

[4] MGH, Leges, Constitutiones et Acta Publica cit., n. 631, p. 592 e n. 653, p. 623.

 

 


Andrea Martignoni

Andrea Martignoni, docteur en histoire médiévale de l'Université Paris-Sorbonne (Paris IV) est, dans le cadre d'un contrat post-doctoral, le secrétaire scientifique de l'Axe 3 "Humanisme européen" au sein du Labex Ehne, centre Roland Mousnier, Paris-Sorbonne. Il enseigne l'histoire médiévale à l'Institut catholique de Paris et ses recherches portent sur la relation entre médecine et spiritualité à la fin du Moyen Age.

More Posts

Auteur : Andrea Martignoni

Andrea Martignoni, docteur en histoire médiévale de l'Université Paris-Sorbonne (Paris IV) est, dans le cadre d'un contrat post-doctoral, le secrétaire scientifique de l'Axe 3 "Humanisme européen" au sein du Labex Ehne, centre Roland Mousnier, Paris-Sorbonne. Il enseigne l'histoire médiévale à l'Institut catholique de Paris et ses recherches portent sur la relation entre médecine et spiritualité à la fin du Moyen Age.