Les gueules cassées : victimes sans visage d’une guerre mécanisée

Gueule cassée CISA1146 © Medic@ 

Le visage est exposé, menacé, comme nous invitant à un acte d…

 

Gueule casséeGueule cassée CISA1146 © Medic@

Le visage est exposé, menacé, comme nous invitant à un acte de violence. En même temps, le visage est ce qui nous interdit de tuer. Emmanuel Levinas

Notre visage est le reflet de notre humanité, tentons d’imaginer ne serait- ce que l’espace d’un instant ce que nous serions sans lui. Un calvaire inconcevable ?
C’est pourtant ce qu’ont vécu entre 10 000 et 15 000 grands blessés de la face parmi les troupes françaises durant la Première Guerre mondiale. Ces hommes dont les proches, parents,  femmes et enfants se détournaient comme en ont témoigné les infirmières les accompagnant en permission(1).

Comme le signale Xavier Riaud, en conclusion de son ouvrage sur les pionniers de la chirurgie maxillo-faciale, les premiers cas de  gueules cassées remontent à la guerre de Sécession américaine mais c’est avec la Première Guerre mondiale que proportion et gravité de ces blessures vont considérablement augmenter.

Pourquoi tant de gueules cassées ?

Dans un premier billet sur la chirurgie, nous avions évoqué ces graves blessures et leur nombre important durant le premier conflit mondial liées à la mécanisation de la guerre où les obus dilacèrent les chairs. Cette guerre de plus en plus violente engage aussi un nombre croissant de soldats sur une longue durée, donc un accroissement du nombre de blessés.
Le grand nombre de blessés de la face va être déterminé par la nature de cette guerre de position dans les tranchées. En effet, pour des combattants enterrés face à face, la tête reste la partie du corps la plus exposée aux blessures(2).
Durant les guerres napoléoniennes, les blessés au visage  étaient achevés sur le champ de bataille pour abréger leurs souffrances et éviter les traitements qui auraient certainement retardé les troupes(3). Nous n’en sommes plus là heureusement au début du XXe s.

Rapatrier  les gueules cassées vers l’Arrière

Le ramassage de ces blessés dans les tranchées ne fut sans doute pas optimal, certains ont dû être laissés pour morts, soit parce que les brancardiers n’ont pas entendu les appels qu’ils n’ont pu pousser, soit parce que l’aspect clinique des plaies leur a fait croire à un décès imminent.
Ensuite, après un pansement dans les postes de secours avancés, les chirurgiens ne disposant que de moyens sommaires doivent s’ abstenir d’intervenir afin de ne pas aggraver l’état des blessés et surtout conserver tous les tissus pour permettre plus tard une chirurgie reconstructrice.
Les ambulances, conçues comme des blocs opératoires mobiles,  ne se verront attribuer des équipes spécialisées notamment en chirurgie maxillo-faciale qu’en 1918 et  sont surtout le lieu de la lutte contre l’infection.
Dans les hôpitaux d’origine, étapes de l’Avant, ne sont pratiqués que les opérations nécessaires à la survie et un tri vers les centres spécialisés de l’Arrière.

Quatre images représentant l'évolution de la reconstruction du visage d'une gueule casséeLe calvaire d’une gueule cassée©Medic@

Soigner et reconstruire

Il s’agit, on l’aura compris, moins de soigner sur le champ de bataille que de rapatrier vers l’Arrière et y soigner les blessés de la face dans des centres spécialisés. La création de ces centres est due à de grands chirurgiens dentistes évoqués par Xavier Riaud dont il a été question dans un précédent billet. Fin 1914 sont créés trois centres :  Lyon dirigé par le docteur Pont (850 lits à la fin de la guerre) ; Bordeaux dirigé successivement par les professeurs Cavailé , Dénucé et Herpin, puis Moure (1000 lits) et  Paris avec deux centres dirigés par les docteurs Morestin (Val- de- Grâce) et Sébileau (Lariboisière).
Devant l’afflux de blessés, de nouveaux centres sont créés dans les années suivantes couvrant mieux le territoire, mais tous ces établissements, issus d’initiatives locales, vont développer leurs propres méthodes thérapeutiques et il faudra attendre le congrès dentaire de 1916 pour que puissent être mises en commun des expériences variées.

Des techniques d’autoplastie et de greffes cutanées vont se développer après extirpation et réduction des cicatrices. Les traitements sous-cutanés vont permettre de pallier les pertes de substances osseuses. Vont se développer des prothèses provisoires, puis définitives avec l’ objectif esthétique relatif de rendre les blessés moins repoussants ; mais surtout à visée fonctionnelle, puisqu’il leur faut respirer et mastiquer.

Si ce sont des hommes

Des médecins ont œuvré pour sauver des vies et redonner une figure humaine faisant faire par la même occasion des progrès considérables à la chirurgie. Comme le souligne Xavier Riaud, beaucoup des soldats ainsi reconstruits ont adulé les chirurgiens parce que ces derniers leur ont redonné une place dans la société, place que la difformité leur avait enlevée.

Le 28 juin 1919 lors de la signature du traité de Versailles, Clemenceau a exigé la présence d’une délégation de cinq gueules cassées afin que nul n’oublie les ravages de la Première Guerre mondiale. Mais, les gueules cassées rencontrent de nombreuses difficultés de réinsertion après la guerre, pour cette raison sera créée en 1921 l’Union des blessés de la face dont la devise est : “Sourire quand même”.
La souffrance de ces hommes fut non seulement physique mais psychique : privés de la perte d’une partie de leur individualité, empêchés d’exprimer leurs émotions, perçus comme pas tout à fait humains, ils nous renvoient l’image de la précarité de notre condition humaine.

Si vous souhaitez continuer votre lecture sur le sujet, vous pouvez consulter les documents suivants :

Exposition virtuelle sur les Gueules Cassées Bibliothèque InterUniversitaire de Santé
Pionniers de la chirurgie maxillo-faciale : 1914-1918 de Xavier Riaud
Première guerre mondiale et stomatologie : des praticiens d’exception de Xavier Riaud
Les gueules cassées de Sophie Delaporte
Les gueules cassées de Martin Monestier
La Greffe générale. Organe des blessés de la face. 5e division de blessés. Val-de-Grâce

Références

1. Jean Miné, Monestier M. Les gueules cassées. Paris: le Cherche midi; 2009.
2. Meroc N, Fischer L-P. Les Gueules cassées de la Grande Guerre, Albéric Pont et Raphaël Freida.
3. Long FX. Les blessés de la face durant la Grande Guerre: les origines de la chirurgie maxillo-faciale. Hist Sci Médicales. 2002;36(2):175‑84.