Sports d’hiver et Politiques climatiques : les cas de la vallée de la Tarentaise

Auteur : Anouk Bonnemains, Doctorante EDYTEM, Université de Savoie. La période des jeux olympiques d…

Auteur : Anouk Bonnemains, Doctorante EDYTEM, Université de Savoie. La période des jeux olympiques de février 2014 nous rappelle l’importance économique, sociale et sociétale des sports d’hiver. Les entreprises françaises ont été et sont très présente sur la scène internationale. La France est l’une des premières nations pour les sports d’hiver avec les Etas Unis et l’Autriche[1] : En 2011 la France représentait 13,6% du poids des journées skieurs mondiales, 14,4% pour les Etats Unis. La France comptabilise 14 stations majeures, dépassant l’Autriche (12 stations majeures). A à l’échelle nationale : Le département de la Savoie rassemble 39, 2 % de part de marché devant la Haute Savoie (23,3%). 37% de la fréquentation touristique hivernale se regroupent dans 13 très grandes stations dont 8 se trouvent en Savoie[2]. Au sein de ce même département la fréquentation est concentrée sur la Tarentaise[3]. La Tarentaise a donc un poids important dans l’industrie des sports d’hiver, engendrant une quasi mono-économie sur le territoire. Il semble donc intéressant de questionner ces « très grandes stations » au regard des changements climatiques et de leur liens avec le territoire dans un contexte de construction territoriale. Certain élus locaux cherchent à renforcer leur légitimé à travers une politique climatique  et la mise […]