L’archéologie en temps de crise : impressions du congrès ICAANE 2012 (International Congress on the Archaeology of the Ancient Near East)

Affiche ICAANE 2012
Dans certaines communautés de sportifs, les seuls repères temporels véritablemen…

Affiche ICAANE 2012

Affiche ICAANE 2012

Dans certaines communautés de sportifs, les seuls repères temporels véritablement partagés sont les Jeux Olympiques : Sydney en 2000, Athènes en 2004, Pékin 2008, leurs protagonistes, leurs déceptions. D’une certaine manière, dans la petite communauté de l’archéologie proche-orientale, les conférences ICAANE (International Congress on the Archaeology of the Ancient Near East) font souvent office de jalons en ce qui concerne les retrouvailles, les échanges et les discussions entre les spécialistes du secteur. Tout le monde se rappelle d’un atelier de discussion sur la technologie céramique organisé en 2006 à Madrid, des célébrations en 2008 à Rome des résultats de la mission italienne à Ebla, ou d’une époustouflante présentation en 2010 à Londres des fouilles sur le palais et les tombes royales de Qatna (Syrie). En effet, depuis sa première édition à Rome en 1998, le but du colloque ICAANE est exactement celui-ci : représenter un moment de rencontre officielle, tous les deux ans, pour permettre d’établir et renforcer des liens entre chercheurs qui travaillent partout dans le monde et ont rarement la possibilité de se connaître directement, de s’adresser réciproquement des questions, d’exposer leurs travaux les uns aux autres, ou de poser les bases de programmes communs.

La 8e édition du congrès ICAANE s’est déroulée à l’Université de Varsovie entre le 30 avril et le 4 mai 2012. La parfaite organisation mise en place par les responsables polonais a permis de respecter la tradition d’un horizon chronologique et géographique extrêmement large (de la préhistoire jusqu’à l’époque islamique, entre l’Anatolie et le Golfe Persique, le Levant et l’Iran), sans tomber dans la dispersion. La concentration des activités dans les locaux de la Bibliothèque et de l’Institut d’Archéologie a permis aux quelque mille intervenants et auditeurs de ne pas avoir à se déplacer sur de longues distances, tandis que les jardins du campus universitaire ont offert un endroit très agréable pour « socialiser » ou réviser et répéter nerveusement les présentations avant de les exposer au public.

ICAANE 8 - Varsovie, 2012

ICAANE 8 – Varsovie, 2012 (Photo Joyce Nassar)

La plupart des grandes personnalités qui ont fait l’histoire récente de la discipline étaient présents, ainsi que leur successeurs. Les workshops ont été très animés et certains d’entre eux ont réuni des discussions et des conférences probablement destinées à laisser une certaine empreinte dans les années à venir. En particulier, lors de l’atelier organisé autour des dynamiques de peuplement en Syrie du nord entre 3e et 2e millénaire av. J.-C., les éléments politiques (la persistance ou la fin du pouvoir de l’empire d’Akkad) ont été évoqués comme un facteur relevant d’une dimension radicalement différente du matériel céramique, à interpréter plutôt comme un témoin chronologique. Ceci marque une critique radicale du concept de « culture archéologique », qui a eu des échos dans d’autres sessions et qui pourrait avoir des conséquences méthodologiques pour toute la discipline. Le workshop sur la « Social Theory » dans la pratique archéologique proche-orientale s’est transformé en débat acharné sur les modalités d’interprétation, les différentes sensibilités et les équilibres fragiles entre vieux dogmes épistémologiques et nouvelles approches. De même, la session sur « continuité et discontinuité » des sites au Liban a couvert une période très longue, sans se borner à une perspective strictement nationale et en retraçant, pour la première fois, une évolution historique discontinue du Levant septentrional. En même temps, dans le cadre de la présentation des nouvelles fouilles, une importante série de communications a été dédiée aux nombreux travaux qui sont en train de reprendre en Irak. Notamment les équipes françaises (avec les recherches dans la province de Sulaymānīyah), anglaises (entre les régions du Zagros et de la Diyala) et italiennes (autour de Nasiriya) ont exposé les premiers résultats.

Dans un contexte semblable, où la capacité à s’implanter sur les territoires proche-orientaux et à établir des relations politiques et scientifiques durables fait de plus en plus la différence pour les différents projets de recherche, la participation de l’Ifpo a l’ICAANE a été très remarquée. L’Institut est l’un des rares acteurs institutionnels installé en Irak et en mesure de développer des rapports de plus en plus solides avec les ministères et les Directions générales des Antiquités de plusieurs pays. Il est également le seul à s’intéresser à des projets portant sur pratiquement l’ensemble du Proche-Orient. Et l’équipe de chercheurs et doctorants de l’Ifpo était l’une des plus nombreuses, avec des participants qui ont modéré des sessions et d’autres qui ont présenté des communications sur des périodes et des sites divers, entre le chalcolithique levantin ou nord-mésopotamien et les mosquées médiévales, en passant par l’âge du Bronze et la période hellénistique, les fouilles récentes d’Achrafieh et le Liban d’époque romaine. Loin des sessions officielles, pendant les pauses et autour des nombreux posters qui mettaient en image les conclusions d’études récentes, quelqu’un parmi les organisateurs a parlé même de « méthode Ifpo », à la croisée des chemins archéologiques et politiques proche-orientaux. Dans le cadre d’une manifestation parfaitement réussie, l’Ifpo a montré que, où l’on discute d’archéologie au Proche-Orient, il est chez lui.

Poster de l'Ifpo, ICAANE 2012

À gauche, poster de Joyce Nassar, chercheure associée à l’Ifpo. ICAANE 2012 (photo ICAANE)

Néanmoins, le congrès de Varsovie a été l’ICAANE de la crise.

La crise économique avant tout. Les coupes budgétaires qui, en 2010 à Londres, avaient des effets encore à peine perceptibles dans la petite communauté des archéologues proche-orientaux, se sont invitées aux discussions. Certaines missions importantes et très anciennes sont suspendues depuis des années, d’autres programmes de recherche se maintiennent avec des financements discontinus et insuffisants, tandis que de nombreux porteurs de projet sont des chercheurs connus, que l’on définit comme « jeunes » même s’ils ont parfois plus de 40 ans, juste pour ne pas dire qu’ils n’ont pas encore un travail stable dans la recherche ou l’enseignement. L’absence de plusieurs chercheurs américains, qui ont préféré utiliser l’argent des billets d’avion pour les doctorants et les « jeunes » de leur équipe, montre comment « faire des économies » signifie parfois simplement renoncer à une étude, à des analyses de laboratoire trop coûteuses, ou à participer à un colloque. Mais la crise n’est pas qu’une question de crédits et disponibilité d’argent : c’est un état. Le sentiment partagé est que l’archéologie proche-orientale en tant que discipline se trouve face à un tournant historique. Les noms d’archéologues récemment décédés (Jean-Daniel Forest, Antoine Suleiman) ont été évoqués quasiment comme le signal d’un passage qui, en réalité, n’a rien de générationnel.

Vue par les archéologues travaillant au Proche-Orient, la crise a surtout la forme et le nom de la guerre civile en Syrie et d’une situation de tensions de plus en plus marquées. En réalité, il s’agit d’une communauté qui négocie depuis toujours avec les guerres, les difficultés politiques et l’instabilité de la région. Une large majorité des études présentées à l’ICAANE (à Varsovie comme dans les précédentes éditions) concernent la Syrie, où la plupart des dernières campagnes de fouilles se sont déroulées en 2010. Le paradoxe d’un colloque, ayant le but d’offrir une arène de discussion pour les résultats les plus récents et où la plupart des intervenants exposait les découvertes de campagnes qui remontent à il y a deux ans, n’a pas manqué de susciter l’ironie triste de plusieurs participants. Arrêter momentanément des fouilles ou développer de nouveaux projets, là où les conditions de sécurité sont meilleures, ont toujours été des stratégies d’adaptation « normales ». Mais l’ICAANE a aussi le but d’offrir un terrain de rencontres et de discussions politiquement neutres pour les spécialistes de pays parfois séparés par des tensions qui risquent à tout moment de se transformer en guerres dévastatrices. Et à Varsovie tout le monde espérait voir des signes de rapprochement entre chercheurs israéliens et iraniens : un espoir vain. D’ailleurs, plus que les guerres possibles ou probables dans l’avenir, la grande tragédie que la Syrie vit depuis presqu’un an et demi occupait tous les esprits. Alors qu’aux colloques de Berlin, Madrid, Rome et Londres, la plus innocente et générique des questions adressées aux archéologues irakiens aurait pu avoir, en réponse, une liste de morts parmi les proches et les collègues, l’ICAANE de Varsovie a été celui de la crainte que la Syrie sombre de plus en plus dans un gouffre de guerre civile. À la fin d’une conférence, la dernière diapositive était dédiée au peuple syrien, représenté par un ouvrier, un ami aux beaux yeux et au beau sourire dont on ne sait plus rien depuis plusieurs mois et qui a rendu possibles ce qu’en archéologie l’on appelle « découvertes ». Chez certains, l’inquiétude normale au sujet de « leurs » sites et fouilles dépasse largement le regret légitime pour des travaux qui ont parfois signifié des décennies de recherche : des discours qui se veulent apolitiques se révèlent juste orientés par la vacuité rhétorique et le déni des conséquences que la guerre civile en Syrie a pour les hommes du présent avant de toucher les civilisations du passé. D’autres manifestent une mobilisation sincère pour le patrimoine culturel syrien et pour l’avenir d’une région dont ils ont étudié le passé et aimé le présent. Mais personne ne s’illusionne plus sur la possibilité de revenir à la situation politique et archéologique de 2010. Et les plus lucides disent ouvertement qu’il s’agit « d’un nouveau 1991 », année où, à cause de l’invasion irakienne du Koweit, la petite communauté archéologique proche orientale abandonna l’Irak pour s’enraciner de plus en plus en Syrie.

Après des journées entières passés en bataillant autour des modalités de reconstruction de la vie des hommes d’un passé reculé, des archéologues constatent que cela n’exclut en rien l’implication face les souffrances des hommes du présent. Avec le risque de nouvelles guerres au Proche-Orient, qui sera à nouveau là dans deux ans à l’ICAANE de Bâle pour discuter d’archéologie jusqu’à tard ?

Pour citer ce billet : Johnny Samuele Baldi, « L’archéologie en temps de crise : impressions du congrès ICAANE 2012 (International Congress on the Archaeology of the Ancient Near East) », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypothèses.org), 2 juillet  2012. [En ligne] http://ifpo.hypotheses.org/3910

Johnny Samuele Baldi est doctorant en archéologie à l’Institut français du Proche-Orient.

Page personnelle : http://www.ifporient.org/johnny-samuele-baldi

Tous les billets de Johnny Baldi

Johnny Samuele Baldi

Doctorant. Archéologue et céramologue protohistorien. Intéressé à la matérialité des choses et à la technique, au passage entre mode d'organisation villageois et naissance des cités. Convaincu que dans le Proche-Orient chalcolithique ou dans n'importe quel lieu actuel une sensibilité archéologique pour les objets et les techniques peut permettre de les lire en termes anthropologiques.

More Posts