L’affaire « Findus » et les consommateurs

Ainsi, les produits bovins commercialisés par Findus pouvaient comporter de la viande de cheval et d…

Ainsi, les produits bovins commercialisés par Findus pouvaient comporter de la viande de cheval et du coup, l’émotion est considérable en Europe.

D’ordinaire, les scandales alimentaires, surtout lorsqu’ils mettent en jeu la viande – un produit hautement symbolique – sont liés à de graves risques sanitaires. Les dérives financières se mêlent alors à des pratiques défiant les règles de la santé publique, comme ce fut le cas avec l’affaire de la « vache folle ».

Mais ici, apparemment, la vie, la mort ne sont pas en jeu, le scandale est dans la tromperie. Une tromperie sans conséquence majeure pour les consommateurs, qui découvrent la complexité de la chaîne qui aboutit à leurs achats de viande – tout le contraire des images de propreté et de transparence qui entourent les produits surgelés. Ils ne sont pas manipulés par le marketing ou la publicité que dénonçait la critique de la société de consommation des années 70. Leur santé n’est pas en danger. Et du point de vue économique, l’achat de produits surgelés, comme ceux qu’offre Findus, est plutôt intéressant. Ils sont simplement au bout d’une chaîne dont ils ne maîtrisent rien.

Ils faisaient confiance à cette chaîne dont ils ignorent presque tout, ils prennent conscience de cette machinerie qui mobilise toutes sortes d’intermédiaires. Les produits surgelés sont un progrès si leur qualité est certaine, or se dévoile un système complexe dont personne apparemment ne veut assumer les défaillances. L’apparente simplicité qu’apportent ces produits aux consommateurs, qui les achètent prêts à consommer, est démentie soudain, et ils se retrouvent démunis, fragiles, nus face à la machine qui semblait bien fonctionner, et qui en réalité leur fait, si on peut dire, avaler n’importe quoi. L’individu est ainsi confronté à un système sur lequel il n’a aucune prise.

Il ne s’agit pas ici d’une question de santé publique, mais bien du face à face opposant des consommateurs atomisés et démunis et une puissante organisation. Une telle opposition, si elle devait continuer à mobiliser l’attention de l’opinion, pourrait peut-être un jour intéresser les acteurs collectifs de l’alter-mondialisme, et même les tenants de la dé-mondialisation quand ils demandent que l’on ne consomme que des aliments produits localement, au plus près. Elle pourrait aussi pousser les associations de consommateurs ne serait-ce qu’à dénoncer la fausse modernisation qu’apporte un système comme celui qu’incarne Findus, où les responsabilités semblent difficiles à établir, où les intérêts économiques sont considérables. Ne peut-on pas imaginer d’autres chaînes, plus courtes, des circuits rapprochant les consommateurs des producteurs, d’autres formes de commercialisation, d’autres modes de consommation ?

Pour l’instant, pourtant, les opinions publiques semblent tout attendre des États et de la puissance publique, comme si le plus important était de mettre en place des règles plus sévères de traçabilité et de contrôle, un regard plus sévère encore des autorités nationales sur les divers acteurs de la chaîne concernée. Le scandale récent vient de mettre à nu des enjeux que les sociétés civiles semblent plus disposées à abandonner aux États, que capables de mettre au cœur d’action collective, de débats et de conflits.

Opinion, parue dans Ouest-France, édition papier, le 12 février 2013.

Citation

Michel Wieviorka, “L’affaire « Findus » et les consommateurs”, billet publié sur le carnet de Michel Wieviorka sur hypotheses.org, le 15/02/2013, URL: http://wieviorka.hypotheses.org/122

La politique au-delà des frontières : la sociologie politique de l’émigration

Roger Waldinger,  La politique au-delà des frontières  : la sociologie politique de l’émigration, FM…

Roger Waldinger,  La politique au-delà des frontières  : la sociologie politique de l’émigration, FMSHWP-2012-20, septembre 2012.

Télécharger ce document depuis HALSHS (pdf)/Download this Paper (pdf)

L’auteur/The author

Roger Waldinger is Distinguished Professor of Sociology at UCLA, where he served as Interim Associate Vice-Provost for International Studies from 2010-2012, Chair of the Department of Sociology from 1999 to 2004 and Director of the Lewis Center for Regional Policy from 1995 to 1998. A 2008 Guggenheim Fellow, his research has been supported by grants from the Ford, Haines, Mellon, National Science, Sloan and Russell Sage Foundations. Waldinger has worked on international migration throughout his career, writing on a broad set of topics, including immigrant entrepreneurship, labor markets, assimilation, the second generation, high-skilled immigration, immigration policy, and public opinion. The author of six books, most recently, How the Other Half Works: Immigration and the Social Organization of Labor (University of California Press, 2003), Waldinger is now writing a new book, Foreign Detachment: America’s Immigrants and Their Homeland Connections.

Le texte/The text

Ce papier a été préparé lors du séjour comme Directeur d’Études Associé qu’a effectué Roger Waldinger du 15 mai au 15 juin 2012 à Paris, dans le cadre du programme « TIC-Migrations » de la FMSH.

Résumé

Cet article vise à développer un cadre d’analyse de la sociologie politique de l’émigration. L’article met l’accent sur les dualités logées au cœur du phénomène migratoire : les immigrants sont aussi des émigrants, les étrangers au sens juridique sont aussi des citoyens, les étrangers au sens social sont aussi des nationaux, les exclus des sociétés de réception sont aussi les membres des sociétés d’origine. De la société émettrice, mais n’étant plus dans cette société, les migrants sont des membres dont les connexions transfrontalières et les besoins d’adaptation poussent l’État émetteur à s’élargir au-delà des frontières ; cependant, le fait de résider à l’étranger affaiblit leurs revendications d’appartenance. Dans la société de réception, mais n’étant pas de cette société, ils ont accès à des ressources économiques et politiques qui leur permettent d’exercer de l’influence chez eux ; en revanche, en tant qu’étrangers, leurs droits sont limités et leur acceptation incertaine, une vulnérabilité qui peut s’aggraver lorsqu’un engagement continué à l’égard du pays d’origine suscite la suspicion des nationaux de l’État récepteur. Cette variété de conditions déclenche des interventions des États émetteurs qui cherchent à protéger et à influencer les nationaux résidant à l’étranger, mais également à répondre aux revendications de ces citoyens à l’extérieur du pays et à les canaliser afin de mieux les récupérer. Cependant, l’extension au territoire d’un pays étranger barre la route à l’exercice du pouvoir, qu’il soit despotique ou infrastructurel, ne permettant que l’exercice d’une influence. De plus, même des engagements limités courent le risque d’enflammer les passions des nationaux, déjà inquiets par la présence d’une population étrangère parmi eux.

Mots-clés

émigration ; immigration ; diaspora ; transnationalisme ; politique d’émigration

Abstract

This paper seeks to develop a framework for analyzing the political sociology of emigration. The paper emphasizes the dualities at the heart of the migration phenomenon: immigrants are also emigrants, aliens are also citizens, foreigners are also nationals, non-members are also members. At once of the sending state, but not in it, the migrants are members whose everyday cross-border connections and ongoing needs draw the sending state across the borders; residing abroad, however, their claims to belonging are undermined by their presence on foreign soil. At once in the receiving state but not of it, the migrants can access the economic and political resources available in their new home, using them to gain leverage in the home left behind; yet as outsiders, their rights are circumscribed and their acceptance is uncertain, vulnerabilities that can be aggravated if continuing homeland involvement triggers the suspicion of receiving state nationals. Both conditions activate interventions by home states seeking to influence and protect nationals abroad. While extension to the territory of another state keeps options inherently limited, even limited engagements can inflame the passions of receiving state nationals, already anxious about the foreigners in their midst.

Keywords

emigration; immigration; diaspora; transnationalism; emigration policy

Télécharger ce document depuis HALSHS (pdf)