Compter avec les doigts de la main

L’idée de cette mini-chronique remonte à plusieurs mois, quand j’ai lu sur le carnet de …

L’idée de cette mini-chronique remonte à plusieurs mois, quand j’ai lu sur le carnet de Philippe Cibois, La question du latin, un article intitulé « Compter sur ses doigts à Rome » d’où il ressort que cette activité est bien un acquis culturel qui ne va pas de soi. En effet, la façon de compter sur les doigts varie dans le temps et aussi dans l’espace, ce que  nous confirme un article de Wikipédia. Cependant la meilleure source sur la question reste l’Histoire universelle des chiffres de Georges Ifrah (Bouquins, 1994), et spécialement son chapitre 3 intitulé « La main, première machine à compter »(1). Cette chronique s’en est beaucoup inspirée. (Dernière mise à jour : 30 janvier 2013)

Deux mains = dix doigts et bien combinaisons possibles

De Rome à la Perse : symbolique et quantité des doigts,

Comme l’écrit Philippe Cibois :

L’écolier d’aujourd’hui peut compter sur ses doigts mais, s’il s’en sert pour ajouter un nombre à un autre, il ne peut ajouter que des nombres au plus égaux à dix. Les anciens n’avaient pas cette limite.

En effet, alors que la méthode utilisée actuellement en France est simplement fondée sur la quantité de doigts levés (ou fermés), ce qui ne permet pas d’aller au-delà 10, celle utilisée par les Romains permet de compter jusqu’à 9 999 en combinant quantité et symbolique des doigts. Elle a été décrite au VIIIe siècle par Bède le Vénérable dans son De temporum ratione, dans le chapitre intitulé « De computo vel loquela digitorum » :

Quand tu dis “dix”, tu place l’ongle de l’index sur l’articulation médiane du pouce.

Avec “vingt”, tu places l’extrémité du pouce serrée entre l’index et l’impudique (le majeur).

Theatrum arithmetico-geometricum, Jacob Leupold (1757)

Dans ce système, illustré ici par des gravures extraites d’un livre de Luca Pacioli paru à Venise en 1494, la  Summa de arithmetica (ci-dessus).  la main gauche sert à exprimer les unités et les dizaines et la main droite à exprimer les centaines et les milliers en reprenant strictement les mêmes positions, mais les deux mains ensemble(2).

Outre l’ouvrage de Bède, Georges Ifrah signale un dictionnaire persan du XVIe siècle, le Farhangi Djihangiri, traduit par Silvestre de Sacy, qui décrit une méthode fort semblable à celle expliquée par Bède, la principale différence étant l’inversion du rôle respectif des deux mains qui permettent de compter ainsi jusqu’à 9 999. Les deux ouvrages indiquent de plus comment représenter les nombres de 10 000 (poser au milieu de la poitrine la main gauche renversée, les doigts étant fléchjs en arrière vers le cou) jusqu’au million (croiser les deux mains, avec les doigts les uns dans les autres).

Outre la gravure de Luca Pacioli, d’autres documents illustrent cette méthode depuis Egypte ancienne, où cette méthode apparaît sur une peintue funéraire, jusqu’ la gravure extraite un ouvrage ci-contre extraite de’un ouvrage paru à Leipzig en 1757, le Theatrum arithmetico-geometricum  de Jacob Leupold (ci-contre)(3) en passant par les manuscrits de Raban Maur (ci-dessous).

A cela s’ajoutent des textes des anciens Grecs et Romains qui ne sont compréhensibles que si l’existence de ce computus digitorum est connue du lecteurs. Georges Ifrah en cite plusieurs. Je n’en reprendrai ici que deux. Plutarque d’abord,  qui, dans sa Vie des hommes illustres,, fait dire au gendre d’Atarxerxès :

De même que dans les calculs, les doigts de ceux qui comptent valent quelquefois dix mille et quelque fois l’unité, de même les favoris des rois peuvent être ou bien tout ou bien presque rien.

Voir ensuite Juvénal qui, dans la Xe de ses Satires, écrit ceci au sujet de Nestor, roi centenaire de Pylos :

Heureux Nestor, qui, ayant dépassé la centaine, compte déjà les années sur la main droite.

Si cette dactylonomie devient en Europe  un des piliers du quadrivium, elle connaît aussi un grand succès dans les pays musulmans(4).

Le cas de la Chine

Extrait de Chine-informations

La méthode utilisée en Chine ressemble par certains côtés à celle de Bède et de l’auteur anonyme du Farhangi Djihangiri, elle combine elle aussi quantité et symboliquedes doigts. Si les nombres de 1 à 5 sont exprimés simplement par la quantité de doigts levés, ceux de 6 à 10 sont indiqués par des positions conventionnelles des doigts dont certaines ne sont pas sans rappeler les caractères correspondants :

8 : comme vous le voyez ci-contre, les doigts, s’ils étaient orientés vers le bas, ressembleraient beaucoup au caractère (bā).

10 s’exprime de trois façons différentes : en s’inspirant du caractère (shí) – à moins que le caractère ne s’inspire du geste… – soit en croisant les index des deux mains comme ci-contre, soit en croisant l’index et le majeur ; la troisième possibilité consiste à présenter le poing fermé (cependant, ce dernier geste est églement utilisé pour zéro).

Cette façon de compter connaît quelques variantes pour le 10 comme vu ci-dessus, mais aussi pour le 7 par exemple.

Extrait de Réussir en Chine

Vous remarquerez en outre que si les Chinois peuvent compter jusqu’à 10 avec une main, ils peuvent compter jusqu’à 100 avec les deux mains, la seconde exprimant les dizaines.

Les informations sur cette méthode ne manquent pas sur internet, tout au moins pour les nombres de 1 à 10. Outre Wikipédia, vous pouvez vous reporter aux sites suivants :

Chine nouvelle

Chine informations

Le chinois

Pékin 2008

40000 kilomètres

Réussir en Chine

TravelSteph

ou aux deux vidéos ci-dessous :

Par contre je n’ai pas trouvé grand chose sur une autre méthode utilisée jadis en Chine, qui permettait de compter jusqu’à 100 000 sur une main et jusqu’à dix milliards sur les deux  mains ! Le site Le chiffre y fait rapidement allusion et c’est une fois encore dans l’ouvrage de Georges Ifrah que j’ai trouvé des informations sur le sujet :

Dans ce procédé manuel, chaque articulation sous-jacente à chaque phalange est subdivisée en trois parties : jointure de vgauche, jointure droite et jointure de gauche. En sorte que chaque doigt se trouve associé aux neuf unités consécutive d’un même ordre décimal : l’auriculaire droit aux unités simples, l’annulaire de la même main aux dizaine, le majeur aux centaine, l’index aux milliers et le pouce droit aux dizaines de mille ; puis le pouce gauche y est associé aux centaine de mille, l’index de la même main aux millions, et ainsi de suite.

Décrit en1593 dans un ouvrage chinois de calcul, le Suan fa tong zong, ce système était encore en usage en Chine au XIXe siècle et se serait même maintenu jusqu’à nos jours.

Hors du système décimal

Vous aurez remarqué que les système présentés jusqu’à présent s’inscrivent dans le système décimal. Il y est question d’unités, de dizaines, de centaines, de milliers etc. D’autes méthodes fondées sur d’autres bases existent. Voici trois exemples extraits d’un document pédagogique de l’Académie de Martinique. Le premier, utilisé par certaines populations des Indes, permet de compter en base 5 jusqu’à 30 avec les deux mains. Le deuxième, qui suit le système duodécimal, permet d’aller jusqu’à 60 en mettant à contribution non seulement les doigts dans leur intégralité pour les douzaines sur une main, mais aussi les phalanges pour les unités sur l’autre.

Le troisième exemple met en jeu ces mêmes phalanges, cette fois sur les deux mains et encore une fois en base 12. Cette méthode permet de compter en base 12 jusqu’à 144, voire jusqu’à 156 sur les deux mains.

Compter jusqu’à 31 sur une main, Wikidébrouillard

 Il existe aussi une méthode pour compter jussu’à 31 (soit 25 – 1) sur une même main, voire même jusqu’à 1023 (soit 210– 1) avec les deux mains. Elle s’appuie sur le système binaire, chaque doigt valant le double du précédent. Elle est bien exposée sur  sur le blog de Jean Véronis et sur Wikidebrouillard.

Il est aussi possible de compter en base 4 jusqu’à 1 048 575 (soit 410 – 1), en utilisant 4 positions différentes pour chaque doigt : levé, plié, fermé, fermé et tendu. Cependant, ces deux dernières méthodes sont pratiquement inutilisables car elles demandent de la part de leurs pratiquants de grandes capacités de calcul mental

Doigts et nombres premiers, Intelligence politique

Une autre méthode, évoquée sur le site Intelligence politique,consiste à attribuer à chaque doigt la valeur d’un nombre premier, de 1 à 21… sauf que là, il y a comme un problème, 21 (3×7) n’étant pas un nombre premier et devant être remplacé par 23. Mais sur le principe, l’idée n’est pas absurde, la méthode permettant de compter jusqu’à 99 (soit 21 + 19 + 17 + 13 + 11 + 7 + 5 + 3+ 2 + 1) si nous gardons 21, et jusqu’à 101 (soit 23 + 19 + 17 +1 3 + 11 + 7 + 5 + 3 + 2 + 1) si nous prenons 23… 

Compter les jours, les années… et prier

Les systèmees présentés jusqu’à présent permettent de compter n’importe quoi. D’autres sont plus pécialisés. Et ici encore, je reprendrai des informations trouvées dans l’ouvrage de Georges Ifrah.

Ces méthodes servent notamment pour égréner les jours, les mois, les années. Une technique utilisée en Inde, en Indochine et en Chine méridionale consiste à utiliser toute les phalanges des deux mains pour compter jusqu’à 28 : elle est utilisée notamment pour les besoins du compte correspondant au cycle naturel de la femme, celle-ci nouant chaque jour une cordelette autour de chaque phalange, pour lui permettre dedéterminer le nombre de jours d’avance ou de retard éventuels. Un comput manuel utilisé en Irlande au VIIe siècle décrit par Bède met également en jeu les 28 phalanges pour faire le compte des 28 années du cycle solaire. Et pour compter les 19 années du cycle lunaire, Bède indique qu’il faut faire intervenir les 14 articulations et les 5 ongles de la main gauche. En Inde, ce sont également les articulations avec en plus le gras du pouce qui permettent de compter jusqu’à 15, nombre qui se trouve être celui des jours du mois hindou.

Les doigts peuvent aussi servir de chapelet comme en Islam pour compter les 99 attributs d’Allah. Pour cela, les musulmans utilisent comme dans l’exemple précédents les articulations avec en plus le gras du pouce des deux mains et l’extrémité de l’auriculaire, de l’annuaire et du majeur de la main droite (30 + 3 = 33) et renouvellent l’opération trois fois (3×33=99). Cepedant, il existe semple-t-il d’autres méthodes, comme le montre cet extrait d’un forum soufi :

J’utilise chaque intersections des phalange et le bout du doigt, ce qui donne le pouce = 5 et les autres doigts = 7 chacun

7 x 4 = 28

28 + 5 = 33

 Multiplier avec les doigts

Un dernier mot, cette fois à propos de la multiplication avec les doitgs. Il existe plusieurs méthodes.

La multiplication par 9 est sans doute la plus facile à retenir. Pour cela, étendez vos deux mains devant. Les doigts de gauche à droite figurent les nombres de 1 à 10. Comptez à partir de la gauche et pliez le doigt correspondant au multiplicateur. Le nombre de doigts à gauche correspond aux dizaines, ceux de droite aux unités. Par exemple, pour 9 x 3, vous pliez le troisième doigt, ce qui fait 2 doigts à gauche (2 x 10) et 7 à droite, ce qui fait 27. C’est magique ? Un peu, mais c’est surtout mathématiquer et ça se traduit par l’équation suivante où n repréente le nombre multiplié, x le nombre de doigt situé à gauche (x = n – 1) et y le nombre de doigt situé à droite (y = 10 – n) :

10x + y = 10(n – 1) + (10 – n) = 9n

Existent aussi la multiplication des nombres de 6 à 10 est bien expliqué sur le site de Gérard Villemin ou sur Mathsonline.

Multiplication by Fingers, Math genius

Il existe des méthodes pour les valeurs supérieures à 10. Elles sont exposées sur le site de Maximilian Högner.

Voilà, je pense que ça suffira pour l’instant sur la question. A vous d”essayer, si cela vous inspire.

_________________________

(1) Georges Ifrah. « La main, première ”machine à compter” », in Histoire universelle des chiffres, vol. 1, p. 119-155, Laffont, 1994 (Collection Bouquins).

(2) Cf. l’article de Philippe Cibois et celui de Gérard Minaud, « Des doigts pour le dire » (Histoire & mesure, XXI – 1, 2006).

(3) Voir aussi, toujours au  XVIIIe siècle, une gravure parue dans  la Neue Acerra philologica oder Gründliche Nachrichten aus der Philologie, und denen römischen und griechischen Antiquitaeten (1715), à voir sur le site de Pictura Paedagogica Online.

(4) Voir aussi Aristide Marre, Manière de compter des anciens: avec les doigts des mains d’après un petit poëme inédit arabe de Chem-Eddin el M ossouli et le Tratado de mathemáticas de Juan Pérez de Moya, imprimé à Alcala de Henares, en 1573, Rome : Imprimrerie des sciences mathématiques et physiques, 1868. Disponible sur Google livres.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts - Facebook

Napoléon (7) Uchronies orientales

Et si je revenais à un de mes sujets de prédilection : le triste sire qui nous tint lieu d’emp…

Et si je revenais à un de mes sujets de prédilection : le triste sire qui nous tint lieu d’empereur. Il est vrai qu’avant de se faire sacrer à Notre Dame, Bonaparte fut Premier Consul et, avant cela encore, général victorieux de la Révolution. Victorieux, vraiment ? Parmi ses campagnes, celle d’Egypte conduit aux atrocités de Jaffa et à l’échec devant Saint-Jean-d’Acre de sorte que , malgré sa victoire à la bataille terrestre d’Aboukir, le général Bonaparte juge préférable de regagner la France, abandonnant au général Kléber le soin de tenir le pays avec une armée épuisée. Bref, le bilan de la campagne d’Egypte n’est pas, finalement, des plus reluisants pour le petit caporal.

Certes l’Institut d’Égypte est créé ainsi qu’une une revue scientifique, la Décade égyptienne, et l‘égyptologie et l’égyptomanie vont se développer avec la redécouverte de la civilisation pharaonique dans le sillage des travaux de Champollion et de Vivant Denon. Cependant, celui qui entretemps s’est proclamé empereur et a ravagé l’Europe d’Austerlitz à Moscou, garde au soir de sa vie le souvenir de ce fiasco militaire, alors qu’il nourrissait les ambitions d’Alexandre:

Saint-Jean-d’Acre lui ouvrirait les portes de la Perse, puis de l’Inde où il joindrait ses forces à celles Tippoo Sahib, un prince indien en rébellion contre les Anglais. Un message adressé par lui à Tippoo Sahib intercepté par les services britanniques avait d’ailleurs jeté l’alarme dans leur camp. Cette lettre les inquiétait d’autant plus qu’un de leurs agents à Francfort avait su, par les indiscrétions d’un Français, un certain Foujas de Saint-Fond, que l’expédition de Bonaparte consistait, « après avoir pris possession de certaines parties de l’Égypte, à poursuivre par l’Arabie, vers la Perse et l’Indus, à travers le fleuve, à peu près à l’endroit où Alexandre l’avait passé, et ensuite à avancer vers les possessions britanniques »

[…]

Il reviendra sur ce rêve fracassé, à Sainte-Hélène, confiant à Las Cases : « Saint-Jean-d’Acre enlevé, l’armée française volait à Damas et à Alep. Elle eût été en un clin d’oeil sur l’Euphrate… J’aurais atteint Constantinople et les Indes, j’eusse changé la face du monde. » Malheureusement, Saint-Jean-d’Acre, par sa résistance, stoppe ce rêve : « Un grain de sable arrêta ma destinée. »(1)

Ces rêves orientaux ont nourris les œuvres des auteurs d’uchronies depuis la chute de l’Empire, à commencer par Joseph Méry, auteur de la deuxième uchronie napoléonienne connue(2). Il s’agit d’une nouvelle  intitulée “Histoire ne ce qui n’est pas arrivé”, récit de la conquête de l’Orient par Bonaparte après la chute de la tour maudite de Saint-Jean-d’Acre, publiée initialement dans Les Nuits d’Orient : contes nocturnes en 1854(3).

Parue entre 2006 et 2009, la série Empire de Jean-Pierre Pécau et Igor Kordey appartient à cette tradition uchronique, puisqu’elle décrit un monde où, victorieux à Saint Jean D’Acre, Bonaparte a conquis l’Empire Ottoman et s’est lancé à la conquête des Indes. En 1815, alors que les Anglais enregistrent leurs premiers succès, les espions français Saint-Elme et Charles Nodier partent à la recherche du général fantôme responsable de ces désastres. Ils trouveront sur leur route Lady Shelley et une mystérieuse machine à cartes perforées…

L’épisode égyptien imprègne le monde de “L’Apopis républicain”, nouvelle d’Ugo Bellagamba,

qui décrit la découverte sur Titan d’un observatoire que certains croient d’origine divine et d’autres de facture extraterrestre. Mais les Francs-Maçons prévoient de renverser Cyprien II Bonaparte et de tuer son fils, l’Aiglon, chef de l’expédition vers le satellite de Saturne dans cet univers où la religion égyptienne a permis à la dynastie napoléonienne de garder le pouvoir(4).

Appartient également à ces uchronies orientales la création supposée d’un foyer juif par le général Bonaparte plus de cent ans avant Lord Balfour. A l’origine de cette légende incertaine, une déclaration dont il serait soi-disant l’auteur, mentionnée dans le Moniteur Universel de Paris, à la date du 22 mai 1799, dans laquelle il invite tous les juifs de l’Asie et de l’Afrique à se ranger sous sa bannière en vue de rétablir l’ancienne Jérusalem. Des doutes  demeurent cependant sur le véritable auteur de ce texte dont une copie en allemand a été redécoverte en 1940. Je vous renvoie sur ce sujet à l’article de  Renée Neher-Bernheim(5).

__________

(1) Jean-Marie Rouart. Napoléon ou la destinée. Gallimard, 2012. Cité par Le Point.

(2) La première étant celle de Louis-Napoléon Geoffroy dont je vous ai déjà dit un mot dans une précédente chronique

(3) Cet ouvrage est disponible sur Gallica. L’édition de 1859 se trouve sur Gallica et Google. Récemment, la nouvelle a été rééditée sous format électronique par publie.net avec une préface de Philippe Ethuin. Fondateur du site ArchéoSF, chroniqueur à la revue Galaxies Science-Fiction et au site ActuSF et contributeur au site BDFI, ce dernier s’intéresse particulièrement à l’anticipation ancienne et à la littérature populaire : collaborateur de la revue Le Rocambole, membre de l’Association des Amis du Roman Populaire et administrateur du forum À propos de littérature populaire (cf. le site Babelio)

(4) Cf. Pierre-Paul Durastanti. La nouvelle a été initialement publiée dans Aventures Lointaines avant de paraître dans La cité du soleil et autres récits héliotropes.

(5) Cf. Renée Neher-Bernheim. “Bonaparte en Orient”, in L’Arche, n° 153, novembre-décembre 2009. Disponible sur le site Israël vivra.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts - Facebook

Pourquoi rire ?

Pourquoi rire ? Telle est la question que se sont posée les intervenants de la 22e édition du Forum …

Pourquoi rire ? Telle est la question que se sont posée les intervenants de la 22e édition du Forum Le Monde Le Mans en 2010. Une partie des actes de ce colloque ont été publiés fin 2011. La recension de Benoît Casen sur son blog insiste surtout sur les interventions des philosophes de même que Le Journal de la philosophie du 14 novembre 2011 sur France culture . Pourtant, comme vous le verrez dans la liste des intervenants et le sommaire, l’ouvrage touche des domaines aussi divers que la philosophie, l’histoire, la littérature et les arts du spectacle. Personnellement j’ai été très intéressé par les contributions des historiens Antoine de Baecque et Claude Gauvard sur le rire comme nouvel objet historiographique, mais il est vrai que j’ai fait des études d’histoire…

Je n’ai pas encore fini la lecture de cet ouvrage, mais je vous invite à découvrir. Quelque soit votre discipline de prédilection, vous y trouverez certainement de quoi faire votre miel.

Voir aussi la bibliographie concernant le rire que je vous ai présentée en avril 2011.


Pourquoi rire?  Paris : Gallimard, 2011. 256 p. (Folio Essais, n° 555) .

 

4e de couverture

Pourquoi rire?

Sous la direction de Jean Birnbaum, Introduction de George Steiner.

Antoine de Baecque, Thomas Benatouïl, Patrice Blouin, Yves Cusset, Anne Dufourmantelle, Élie During, Arlette Farge, Claude Gauvard, Daniel Luzzati, Dominique Noguez, Julia Pecker, Denis Podalydès, Jean-Marie Schaeffer, Alain Vaillant.

Expérience subversive, le rire est une arme de libération massive contre les oppresseurs, un outil pour résister aux forces d’anéantissement, pour briser les fers de l’existence et saluer la reconquête d’une liberté. Il faut rire de tout, et d’abord du pouvoir, de la misère, de la mort, mais, précisait l’humoriste Pierre Desproges, pas avec n’importe qui, et surtout pas avec les ennemis de la liberté.

Pour être digne de ce nom, le rire doit dynamiter nos certitudes, ébranler notre identité au moment même où elle risque de se figer, interrompre le cours ordinaire des choses et introduire dans notre quotidien de la surprise, de l’ouverture, de la rencontre. Mieux : elle dessine les contours d’une communauté. Le rire vient saluer la reconquête d’une reconnaissance mutuelle, d’un partage possible, d’une transmission à venir. Bref, il émancipe.

« Ceux qui cherchent des causes métaphysiques au rire ne sont pas gais », prévenait Voltaire. Ce volume qui reprend les interventions des philosophes, psychanalystes, historiens ou acteurs, spécialistes de la littérature ou du cinéma, femmes et hommes de tribune ou de scène, penseurs ou praticiens du rire, réunis au Forum Le Monde-Le Mans (novembre 2010) entend bien le démentir.

Sommaire

Présentation: Une secousse subversive – Jean Birnbaum

Introduction: Le rire ou le sourire?  – Georges Steiner

1. Rire ou blaguer – Jean-Marie Schaeffer

2.  De quelques formes anciennes du comique philosophique – Thomas Bénatouïl

3. Pour un rire philosophe. Réflexions sur les rapports entre humour et philosophie – Yves Cusset

4. Rire et transgressions – Julia Peker

5. Le rire des historiens: encore un effort… Antoine de Baecque

6. Rire et dérision dans la résolution des conflits au Moyen Âge – Claude Gauvard

7. Rire pour mieux savoir au XVIIIe siècle – Arlette Farge

8. Le rire, le rêve – hors de l’impasse – Anne Dufourmantelle

9. Gaz hilarants: introduction au comique d’atmosphère – Elie During

10. L’humour contre le rire – Dominique Noguez

11. Humours périssable s- Paric Blouin

12. Le propre de l’artiste – Alain Vaillant

13. Rire et langage – Daniel Luzzatti

Envoi: Suis-je drôle? – Denis Podalydès

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts - Facebook

Jean-Jacques Rousseau : petite webographie pour un tricentenaire

L’année 2012 n’est pas seulement l’année des élections présidentielles et législat…

L’année 2012 n’est pas seulement l’année des élections présidentielles et législatives en France, évènements au total bien futiles auprès de l’anniversaire qu’il convient de commémorer : celui de la naissance, voici 300 ans, de l’auteur du Contrat social. Bref tour d’horizon en attendant des compléments futurs.

Le fameux philosophe et littérateur ayant pas mal parcouru l’actuelle région Rhône-Alpes du temps de sa jeunesse et plus tard, l’Agence Rhône-Alpes pour le livre et la documentation a créé le le blog Rousseau 2012 sur lequel vous trouverez entre autres choses deux bibliographies, l’une de ses textes, l’autre des essais qui lui sont consacrés, toutes deux rédigées par Catherine Goffaux-H. (Bibliothèque municipale de Lyon La Part-Dieu) sous la conduite de Michael O’Dea (enseignant et chercheur, université Lumière-Lyon 2).

Si vous souhaitez une bibliographie plus développée des écrits relatifs a Jean-Jacques Rousseau, voyez la bibliographie mondiale de Rousseau disponible le site Rousseau studies créé dans le cadre du  programme autour de Rousseau initié par le  Centre d’Étude de la Langue et de la Littérature Françaises des XVIIe et XVIIIe siècles (CELLF). Ce même site propose une anthologie de textes sur Rousseau.

 Ses textes sont également accessibles, en nombre plus ou moins important, sur Athéna, Les Classiques des sciences sociales, Gallica, Wikisources….

Kobayashi Takuya, spécialiste la botanique de Rousseau, a réalisé le site Chronologie de Jean-Jacques Rousseau.

Pour aller plus loin, voir le choix de liens bien fourni proposé par le site de l’Espace Rousseau.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts - Facebook