À Mahalla al-Kubra dans le Delta égyptien, le dernier hammam en fonction hors du Caire

Michel Tuchscherer (directeur du Centre Français d’Archéologie et de Sciences Sociales de Sanaa) et …

Michel Tuchscherer (directeur du Centre Français d’Archéologie et de Sciences Sociales de Sanaa) et Hossam ed-Din Isma’il (professeur à l’université Ayns Shams du Caire), avec la collaboration de Matthieu Van Peene (architecte).

 

Les villes provinciales d’Égypte passent pour être plus conservatrices que la capitale. À ce titre on pouvait s’attendre à ce qu’elles aient préservé les hammams et les traditions balnéaires davantage que le Caire. Une enquête de terrain menée entre 2008 et 2012, dans le cadre du programme Balnéorient, a révélé qu’il n’en était rien.

Aujourd’hui dans les provinces, il ne subsiste plus que onze hammams, dans des états de conservation très variables. Sept d’entre eux – pour la Haute Égypte à Qina, Girga, Assiout et pour le Delta à Mahalla al-Kubra, Rosette et Samanûd – sont relativement bien préservés et, à l’exception de celui de Suez, ont été enregistrés auprès du Service des Antiquités. Ceux de Rosette et Samanûd ont même fait l’objet de restauration. Par contre celui de Mallawi en Moyenne Égypte est en grande partie ruiné. À Alexandrie, il ne reste plus que quelques vestiges de Hammâm al-Dhabab, d’origine certainement fatimide. Celui de Shaykh Ibrâhîm Pacha, dans le quartier de Manshiyya et utilisé aujourd’hui comme entrepôt, a été profondément modifié. Un autre encore à Madinat Fayyûm vient d’être rasé il y quelques semaines.

Le hammam de Madinat Fayyûm avant sa démolition (© H. ed-Din Isma’il, avril 2011)

 Il est très probable qu’au cours du XXe siècle quatre hammams sur cinq aient ainsi disparu, la plupart sans laisser de trace, y compris dans la mémoire actuelle des habitants. Grâce au récit très détaillé du voyageur ottoman Evliya Tchelebi, nous savons qu’à la fin du XVIIe siècle les villes de province comptaient 65 hammams. D’autres ont été construits ultérieurement, notamment durant la première moitié du XIXe siècle, le dernier sans doute à Suez en 1869, au moment de l’inauguration du Canal. Mais dès le début du XXe siècle un mouvement d’abandon des hammams s’amorça. Le mouvement prit de l’ampleur dans les années 1950 avec l’accélération de la modernisation du pays sous Nasser. La politique d’ouverture économique engagée en 1973 acheva de bouleverser les modes de vie de la population, de sorte que les derniers hammams fermèrent leurs portes au début des années 1980. Une seule exception, Hammâm al-Mitwalli, toujours en activité à Mahalla al-Kubra, cité industrieuse connue pour ses textiles et située au cœur du Delta à une centaine de kilomètres au nord du Caire.

Hammâm al-Mitwalli – entrée (© H. ed-Din Isma’il, 2011)

Tous les jours, de 10h du matin jusqu’à la tombée de la nuit, la maîtresse du hammam accueille les femmes. Puis vient le tour des hommes, jusque tard dans la nuit. Situé non loin de la mosquée Mitwalli, à la limite de l’ancien souk, il est aujourd’hui le dernier survivant des sept hammams qu’avait dénombrés le voyageur ottoman Evliya Tchelebi lorsqu’il visita la ville en 1673. À la fin XVIIe siècle, Mahalla était déjà un centre réputé dans le textile et passait alors pour la seconde ville d’Égypte après le Caire, non seulement en raison de sa population, mais aussi du nombre de ses hammams. Rien d’étonnant donc que ce soit là qu’on trouve aujourd’hui le dernier refuge d’une tradition millénaire. Outre des habitués de Mahalla, pour qui une visite au moins hebdomadaire s’impose, l’établissement accueille aussi une clientèle venue des environs : des paysans des gros villages agricoles alentour, tout comme des citadins des villes voisines de Tanta et de Benha. Dans cette partie de l’Égypte, aujourd’hui encore pour bon nombre de familles, un mariage réussi ne saurait débuter autrement que par la traditionnelle séance au hammam des futurs époux.

Hammâm al-Mitwalli est peut être d’origine mamelouke, en tous cas sa construction est bien antérieure à la visite d’Evliya. Il se conforme tout à fait au modèle égyptien du hammam. Depuis la rue, on accède par un couloir coudé à la partie froide (makhla’).

Hammâm al-Mitwalli – salle froide / vestiaire (© M. Van Peene, mai 2012)

L’espace central est surmonté d’un grand lanterneau (shukhshikha), dont les fenêtres latérales diffusent par le haut une lumière adoucie, tout en assurant une ventilation bienfaisante. Les clients vont se déshabiller sur les estrades latérales, surélevées de près d’un mètre, recouvertes de nattes et qui courent tout autour de la pièce. Un escalier permet de gagner trois cabines situées en hauteur, au-dessus de ces estrades, et que vient desservir une galerie en bois. Réservées aux clients exigeant plus d’intimité, elles servent aussi, durant le mois de fermeture annuel du ramadan, à loger des gens de condition modeste de passage dans la ville.

Partons à la découverte du hammam en suivant un baigneur. Une fois déshabillé, une première serviette (mihzam) nouée autour de la ceinture et une seconde (sadr) jetée sur les épaules, celui-ci franchit la porte basse qui ouvre sur le couloir intermédiaire voûté, pour se rendre dans la pièce centrale de la partie chaude (bayt al-harâra). Une légère moiteur l’accueille dans cette pièce à la forme orthogonale qu’éclaire une lumière douce filtrée par quelques loculi percés dans la coupole. Quatre iwans voutés plus sombres ouvrent sur cet espace où trône la fisqiyya, gros massif en pierre lui aussi orthogonal, sur lequel viendra s’étendre tout à l’heure notre baigneur. Mais il va d’abord se rendre dans l’une des deux khilwa-s pour l’immersion. Entre deux iwans, une porte étroite et basse donne accès à une pièce, puis à quelques marches qui mènent à la baignoire (maghtas), de fait un bassin d’environ 1,50 mètre sur 2, profond d’un mètre et rempli d’eau, chaude dans l’une des khilwa-s, très chaude dans l’autre, au choix donc du client.

S’échappant d’une conduite provenant du toit et pénétrant sous la coupole des khilwa-s, c’est l’eau qui, en tombant en mince filet dans le bassin, crée  cette moiteur, ici chaude et lourde, qu’affecte le baigneur. Il va d’abord s’étendre sur le marbre chaud au bord du bassin jusqu’à transpiration, avant de s’immerger lentement et pour quelque temps dans la baignoire.

Hammâm al-Mitwalli – salle chaude (© M. Van Peene, mai 2012)

Puis notre baigneur, au corps à présent ramolli et adouci, se rend à la fisqiyya où l’attend le garçon de bain. Une fois étendu sur le massif, le client se fait frictionner au gant de laine grossier, méthodiquement et selon un rythme lent et régulier. Les bras, les mains, les jambes, les pieds, le dos, le ventre, le visage, aucune partie du corps n’est oubliée. Les vieilles peaux desquamées viennent se détacher en petits rouleaux noirs (fatla sûda) que le garçon de bain va éliminer de temps à autre, avec de l’eau tiède puisée dans la vasque surmontant le centre du massif.

Puis notre baigneur va achever sa toilette lui-même dans l’un des iwans pourvus d’un petit bassin intégré dans une banquette. Là il va se savonner puis se rincer. À présent, il ne va pas revenir directement dans la salle de déshabillage, mais s’arrêter quelques instants dans la pièce tiède (bayt awwal) et s’étendre sur les nattes, afin de réadapter progressivement son corps à l’atmosphère ambiante. Lors des froides journées d’hiver, cette pièce plus tempérée sert aussi de lieu de déshabillage. De retour dans la partie froide, notre baigneur va certainement encore se reposer sur l’une des estrades, se faire servir une boisson chaude ou froide, avant de se rhabiller et de payer son dû au gérant.

Les pratiques balnéaires à Mahalla n’ont sans doute pas beaucoup évolué au cours des deux derniers siècles et correspondent aux descriptions qu’en ont données les voyageurs durant la première moitié du XIXe siècle. Dans le hammam, la principale transformation a été  l’abandon de l’ancienne chaufferie. Pour mettre un terme aux nuisances, un décret interdit à partir de 1953 de continuer d’y brûler les ordures. Cette mesure eut comme conséquence l’abandon d’un certain nombre de hammams. Celui de Mahalla s’adapta en aménageant des chaudières à mazout. Ainsi toute trace de l’ancienne chaufferie (mustawqad) a aujourd’hui disparu et avec elle la tradition de cuire les fèves (fûl) dans de grands chaudrons en cuivre que l’on recouvrait autrefois de braises et de cendres retirées du foyer.

Hammâm al-Mitwalli – chaudière au mazout (© M. Van Peene, mai 2012)

La famille Mus’ad Hasan al-Rayyis, gestionnaire du hammam depuis de nombreuses générations, est fière d’avoir su préserver la tradition balnéaire dans cette partie de Basse Égypte. Elle vit modestement en habitant le second hammam (Hammâm al-Basal) dont elle avait autrefois également la charge et qu’elle a transformé en logement il y a une cinquantaine d’années déjà.

Les établissements de bains (βαλανεῖα) dans le patrimoine des élites athéniennes

Étude réalisée par Julien FAGUER (ENS – Univ. Paris Ouest Nanterre La Défense) dans le cadre d…

Étude réalisée par Julien FAGUER (ENS – Univ. Paris Ouest Nanterre La Défense) dans le cadre du séminaire de master d’Histoire ancienne animé par Marie-Françoise Boussac (Univ. Paris Ouest Nanterre La Défense).

Bain grec (Th. Fournet)

Deux plaidoyers d’Isée, prononcés dans les années 390-360, fournissent l’inventaire partiel d’un patrimoine où figure un établissement de bains, βαλανεῖον : le discours V, Sur la succession de Dikaiogénès, et le discours VI, Sur la succession de Philoktémon1.

Les deux patrimoines en question, celui de Dikaiogénès (II), mort dans une bataille navale à Cnide aux alentours de 412/411, et de son fils adoptif Dikaiogénès (III) et celui d’Euktémon, père de Philoktémon, présentent la particularité d’être à la fois fonciers et urbains. Euktémon de Képhisia possédait au moins une ferme, ἀγρός, près de son dème paternel, à Athmônon, tandis que la fortune de Dikaiogénès de Kydathénaiôn, dont le grand-père a été stratège vers le milieu du Ve siècle, devait inclure plusieurs biens fonds dans les plaines environnant la cité : le patrimoine dilapidé par le fils adoptif aurait comporté un grand nombre de biens immobiliers, κτήματα, et de domaines agricoles, ἀγροί2. Au moment où les procès ont lieu, les deux patrimoines comportent ou ont comporté également un volet urbain, à caractère locatif, en particulier des immeubles de rapport (συνοικίαι), ainsi que, pour le second, des esclaves ouvriers (δημιουργοί) qui ont pu travailler en atelier ou à l’extérieur de l’oikos, selon le régime de l’apophora.

On tente de voir dans ce qui suit la fonction que pouvaient remplir ces établissements de bains dans les ressources de membres éminents de la classe liturgique athénienne.

1- Nature et fonctionnement des βαλανεῖα d’après les sources du IVe siècle

D’autres témoignages du IVe siècle permettent d’entrevoir la place importante que tiennent les établissements de bains dans la vie quotidienne et d’en reconstituer, dans les grandes lignes, le fonctionnement. Quatre des trente portraits dressés par Théophraste dans ses Caractères font ainsi référence à des établissements de bains3. Aux bains, l’« homme sans scrupules », ἀναίσχυντος, « s’approche des chaudières, χαλκεῖα, y plonge un broc, ἀρύταιναν, et, malgré les protestations du baigneur, βαλανεύς, s’asperge lui-même de la tête aux pieds : “Me voilà lavé, dit-il en partant, et je ne te dois pour cela nul gré4 !” » (IX, 8). Visiblement, le traducteur emploie ici « baigneur » au sens qu’il a encore chez Littré, où il désigne celui qui tient un bain public, ou le valet de bains. Le « répugnant », δυσχερής, se distingue en usant aux bains d’une huile rance, ἐλαίῳ σαπρῷ ἐν βαλανείῳ χρώμενος5 (XIX, 6). Quant au « tard instruit », ὀψιμαθής, il tente d’imiter les athlètes : « Dans l’établissement de bains, il fait rouler ses hanches en luttant pour se donner l’air d’un sportif6 » (XXVII, 14). Enfin, « Le profiteur éhonté », ἀσχροκερδής, accuse un esclave, παιδάριον, — probablement le sien — de lui avoir acheté de l’huile rance, et saisit ce prétexte pour s’approprier celle de son voisin7 (XXX, 8).

Le témoignage de Théophraste permet d’appréhender plusieurs spécificités des établissements de bains au IVe siècle. Dès cette époque, il s’agit de bains collectifs et ils sont chauffés, ce qui implique sans doute une forte consommation en bois et des esclaves pour entretenir les chaudières, χαλκεῖα. Cette caractéristique est confirmée par un fragment du traité Sur le feu, Περὶ πυρός, dans lequel Théophraste fait remarquer que, tout comme les chambres sudatoires, ἀλειπτήρια8, les établissements de bains, βαλανεῖα, nous paraissent plus chauds en hiver qu’en été, et au nord qu’au sud9. Quant au balaneus, qui désigne plus tard le gérant d’un bain, il paraît exercer à Athènes une fonction subalterne, consistant essentiellement à asperger les clients à l’aide d’une patère, à l’instar du παραχύτης des sources hellénistiques10 : la grossièreté de l’« homme sans scrupules » consiste à priver le βαλανεύς de son dû en s’aspergeant lui-même. De la même façon, dans le premier livre de la République de Platon, Thrasymaque déverse ses paroles sur les épaules de son public — il les « asperge », καταντλήσας —, « comme le ferait un balaneus11 ». Les fonctions de ce dernier sont a priori limitées à cette tâche : pour le reste, il semble que les clients viennent accompagnés de leurs propres esclaves, παιδάρια, qui les aident à s’enduire d’huile. De fait, comme à la palestre et comme plus tard dans les thermes romains, l’huile est un ingrédient important des établissements de bains, mais, à l’inverse des institutions civiques que sont les gymnases hellénistiques étudiés par Pierre Fröhlich12, elle est ici apportée par les clients, et non fournie par l’établissement : vu le contexte du dernier portrait — il s’agit de l’avarice éhontée, αἰσχροκέρδεια, — s’emparer de l’huile du voisin n’a de sens que si les particuliers apportent la leur. Les frais d’entretien pour le propriétaire ou le gérant devaient donc concerner l’eau, le bois de chauffage et les esclaves employés à entretenir les chaudières. Le fait que les deux propriétaires d’établissement connus par Isée soient en même temps des propriétaires fonciers pourrait suggérer qu’ils produisaient eux-mêmes le bois de chauffage. Mais, vu le profil de leur patrimoine, on serait plutôt enclin à considérer qu’ils louaient l’établissement à un gérant.

Vase G291 (©Musée du Louvre)

Jeune homme au bain, avec son équipement (strigile, aryballe, éponge)

On voit que le bain collectif constitue dans les œuvres de Platon et de Théophraste un lieu commun, ce qui suggère qu’il était familier à la masse des citoyens aussi bien qu’au public savant et cultivé de l’Académie et du Lycée. Le plaidoyer de Démosthène Contre Conon tendrait à le confirmer : le jeune Ariston y rapporte comment, attaqué un soir sur l’agora par d’anciens compagnons d’éphébie, il est accueilli chez lui par ses servantes et conduit aux bains, βαλανεῖον. Il ne s’agit pas ici d’une pièce de la maison, mais clairement d’un de ces bains collectifs décrits par Théophraste :

« [9] (…) Pour moi, dépouillé de mon manteau, avec lequel ils étaient partis, je fus ramassé par des passants ; quand je fus arrivé à ma porte, ce ne fut qu’un cri d’émoi de la part de ma mère et des servantes : on me porta au bain à grand’peine et, quand on m’eut lavé, on me montra aux médecins. Pour preuve de ce que je dis, je vais produire des témoins. (…)
« [10] Par hasard, juges, Euxithéos que voici, du dème de Cholléides, un parent à nous, revenait d’un banquet avec Midias : ils me rencontrèrent quand j’étais déjà près de chez moi, ils m’accompagnèrent pendant qu’on me portait au bain, et ils étaient là quand on amena le médecin. J’étais tellement faible au sortir du bain que les assistants jugèrent prudent de ne pas me porter aussi loin que chez moi, mais de me faire coucher, ce soir-là, chez Midias, ἵνα μὴ μακρὰν φεροίμην οἴκαδ’ ἐκ τοῦ βαλανείου, ἐδόκει τοῖς παροῦσιν ὡς τὸν Μειδίαν ἐκείνην τὴν ἑσπέραν κομίσαι : ainsi fut fait13. (…) »

Manifestement, la route est longue, μακράν, entre la maison du plaideur et l’établissement de bains, οἴκαδ’ ἐκ τοῦ βαλανείου, ce qui suggère que ces établissements étaient peu nombreux. En même temps, on voit qu’il n’y avait d’autre possibilité, même dans une riche maison, pour nettoyer un blessé de ses souillures avant l’examen du médecin : bien qu’on ne sache pas grand chose de cet Ariston14, il est probable qu’il appartienne à la bonne société, puisqu’il recourt aux services de Démosthène pour rédiger son plaidoyer15 et qu’il obtient lors de son procès, aux alentours de 343 ou 341, l’appui comme témoin de Nikératos (III), arrière-petit-fils du stratège Nicias et trésorier de la caisse militaire (ταμίας στρατιωτικῶν) en 345/4 ou 344/316. Sans qu’on puisse établir si Ariston appartenait lui-même à la classe liturgique, il apparaît donc qu’il avait parmi ses amis des pentacosiomedimnes, issus de la meilleure société athénienne. Le Midias qui est évoqué ici, sans plus de précision, a des chances d’être le fameux adversaire de Démosthène, connu pour sa richesse et ses intérêts miniers17.

La rareté des bains privatifs, même parmi les élites, et la familiarité qu’évoque le bain collectif dans les œuvres littéraires et scientifiques impliquent une forte fréquentation. De toute évidence, un établissement de bains était une affaire rentable, bien qu’on ne puisse fournir aucune indication concernant les prix de revient et d’entretien.

2- L’établissement de bains de Dikaiogénès

Les deux établissements de bains connus par Isée ont pour point commun d’avoir été vendus ou hypothéqués avant même la tenue du procès. Ils font partie de ces biens immobiliers spéculatifs que les citoyens de la classe liturgique ont tendance à engager ou à aliéner plus facilement qu’ils ne le feraient d’une terre ou d’une maison familiale18. Le cas de Dikaiogénès (II) est assez éclairant sur ce point.

Celui-ci laisse à sa mort, en 412/411, quatre filles et aucun héritier mâle. Un parent se prévaut alors d’un testament l’instituant héritier adoptif, qui est par la suite déclaré frauduleux : ce Dikaiogénès (III), qui a d’abord obtenu un tiers de la fortune, puis l’intégralité, est finalement condamné à restituer les biens aux petits-fils de Dikaiogénès (II), héritiers du défunt par les femmes. Seulement, au moment où il restitue les biens immobiliers et fonciers, ceux-ci sont presque tous grevés d’hypothèques (VI, 21), vendus à réméré (prasi épi lusei) ou engagés pour des prêts : la stratégie du fils adoptif a été de réaliser le capital pour le transformer en argent (cf. §43). Le plaideur déclare qu’il n’a pu recouvrer qu’une infime partie des biens : deux petites maisons (οἰκίδια) hors les murs et un domaine de soixante plèthres dans la plaine, ἐν πεδίῳ (§22). Il a préféré ne pas engager de procédure pour recouvrer les autres biens, qui étaient en possession des créanciers : la seule exception concerne un établissement de bains, βαλανεῖον, que Dikaiogénès (III) avait engagé à un certain Mikion. En vue de recouvrer ce bien, le plaideur a dû s’endetter (ὤφλομεν) pour quarante mines (pas loin d’un talent), « par la faute de Dikaiogénès ». Ce passage fournit plusieurs indices sur le prix et la fonction probable que remplissait ce βαλανεῖον dans le patrimoine de Dikaiogénès.

On note ainsi que, pour recouvrer l’établissement, le plaideur a dû s’endetter (ὀφλισκάνειν) pour 40 mines, c’est-à-dire, probablement, reprendre à son compte la dette contractée sur ce bien par Dikaiogénès (III). L’usage dans les ventes à réméré et les hypothèques est d’engager une propriété d’une valeur bien supérieure à la somme empruntée : on considère en général que le rapport est d’au moins un pour un et demi, ou même d’un pour deux19. Par conséquent, un prêt de 40 mines suggère pour ce βαλανεῖον une valeur d’au moins un — et plus raisonnablement deux — talents. Le fait que le plaideur ait voulu recouvrer ce bien, en dépit de l’hypothèque qui pesait sur lui, suggère en outre que le revenu était assez important.
Le fait que le patrimoine de Dikaiogénès compte également un immeuble de rapport (§26) incite à penser que l’établissement de bains avait pour première fonction de fournir des revenus réguliers, probablement sous la forme d’un loyer payé par le gérant. Certains frais de réparation (ou d’équipement : ἐπισκευή) et de construction (οἰκοδομία) étaient néanmoins à la charge du propriétaire20. Un tel bien était en même temps une forme de monnaie d’échange : pendant les vingt ans au cours desquels Dikaiogénès (III) a été en possession de la fortune, il a montré une nette tendance à aliéner de préférence les biens immobiliers urbains : outre ce βαλανεῖον, il a préféré engager pour quarante mines un immeuble de rapport, συνοικία, au Céramique en guise de promesse de dot — sans doute comme forme d’ἀποτίμημα dotal — plutôt que de verser la dot en argent, ἀντὶ δὲ τῆς προικὸς τὴν οικίαν αὐτῷ τὴν ἐν Κεραμεικῷ παρέδωκε (§26).

3- L’établissement d’Euktémon

L’établissement de bains possédé par Euktémon de Képhisia semble remplir des fonctions analogues. Le βαλανεῖον constitue une pièce importante dans un patrimoine immobilier urbain qui vient consolider la fortune, originellement foncière, de ce notable d’origine rurale. Il fait ainsi partie des biens immobiliers liquidés à sa mort, peut-être avec son consentement, par des collatéraux : outre l’établissement de bain, la vente évoquée au §33 porte sur des esclaves, des troupeaux et deux immeubles de rapport qui sont en fait des maisons closes21. Il se trouve que l’établissement d’Euktémon n’est autre que le complexe de bains du Sérangeion, τὸ δ’ ἐν Σηραγγίῳ βαλανεῖον (§33), bien connu par la littérature, mais aussi par l’archéologie. Il a été mis au jour à la fin du XIXe siècle au pied de la colline de Munychie, dans le port du Pirée22. Une description détaillée en est donnée en 192523, accompagnée d’un plan du complexe :

Plan des bains du Pirée

Il s’agit d’un des rares βαλανεῖα du monde grec à exploiter des cavités naturelles —ici, les cavernes de la colline de Munychie. Un corridor creusé dans la roche, d’une quinzaine de mètres environ, donne accès à deux salles circulaires d’environ six mètres de diamètre. Le complexe comporte les traces d’un bassin destiné vraisemblablement à l’immersion dans l’eau froide, mais aussi deux pièces ayant pu contenir des chaudières et des réservoirs24. Deux mosaïques, situées à l’entrée du site, ont été conservées. Une cavité naturelle pouvait présenter un intérêt face au risque d’effondrement qui menaçait la charpente des βαλανεῖα, à en croire le témoignage de Théophraste25. Vu la description, on peut mettre en doute que les 3000 drachmes rapportées par la vente du bien (§33) — prix assez courant pour une maison de ville dans le corpus des Orateurs attiques — correspondent à la véritable valeur de l’établissement. Le parallèle fourni par l’autre établissement de bains évoqué plus haut, engagé pour 4000 drachmes (donc valant potentiellement beaucoup plus), suggère que la « vente » dont il s’agit ici constitue plutôt une vente à réméré, c’est-à-dire une forme d’hypothèque (prasis épi lusei). Le prix serait alors de l’ordre d’un ou deux talents26.

Les deux discours nous renseignent également sur le profil des propriétaires de tels établissements. Dikaiogénès n’est pas un nouveau riche. Il est le rejeton d’une dynastie d’officiers et de mécènes où l’on compte des stratèges, des phylarques et des triérarques depuis le milieu du Ve siècle jusqu’au début de la guerre lamiaque27. Aux alentours de 390, le plaideur peut déjà évoquer une illustre légende familiale :

« Et pourtant, juges, nos ancêtres, qui ont acquis et laissé une telle fortune, se sont acquittés de toutes les chorégies, ils ont versé à la cité des sommes considérables pour la guerre : ils n’ont à aucun moment cessé d’exercer la triérarchie. Vous avez comme témoins de leur conduite les offrandes qu’ils ont consacrées dans les sanctuaires sur l’excédent de leur fortune, monuments de leurs vertus civiques, dans le sanctuaire de Dionysos, les trépieds que leur ont valus leurs victoires chorégiques, d’autres dans le Pythion. Sur l’Acropole aussi, ils ont consacré la dîme de leur avoir ; ils ont orné ce lieu sacré de statues de bronze et de marbre dont le nombre est grand pour une fortune privée. Eux-mêmes sont morts en combattant pour la patrie, Dikaiogénès (I) le père de mon grand-père, à la bataille d’Éleusis où il était stratège ; Ménéxénos, son fils, à Spartôlos dans le domaine d’Olynthe, comme commandant de cavalerie, φυλαρχῶν ; Dikaiogénès (II), le fils de Ménéxénos à Knide, comme commandant de la galère paralienne28. »

Cette famille, où l’on exerce de père en fils les plus hauts commandements militaires, sur terre comme sur mer, et où l’on déploie pour la Cité des formes de mécénat qui vont bien au-delà des obligations liturgiques, possède donc, à côté d’un large patrimoine foncier, des sources de revenus annexes, dont cet établissement de bains fait partie. Par conséquent, la nature spéculative de ces propriétés urbaines ne doit pas induire en erreur : il s’agit d’un moyen pour une riche famille de consolider un patrimoine et pas tant d’une affaire permettant à des « hommes nouveaux » d’accéder à la richesse. L’identité d’Euktémon, qui a marié ses filles à une riche famille de la classe liturgique29, et qui a lui-même exercé sept fois la triérarchie30, confirme que la possession de ce genre de biens n’a rien d’exceptionnel pour l’élite athénienne et relève plutôt d’une forme d’accumulation pragmatique de biens immobiliers. De même que la possession d’un atelier ne fait pas nécessairement de son propriétaire un artisan, bien qu’Aristophane ait tendance à faire le raccourci31, la réputation sulfureuse du βαλανεύς32 ne s’étend pas au propriétaire du bain, pour lequel un βαλανεῖον reste une source de revenus aussi honorable qu’une autre.

1. Voir Isée V, 21-22 ; VI, 33. Le premier discours aurait été prononcé vers 389, plus de vingt ans après la mort de Dikaiogénès (II), une fois que le testament dont s’était prévalu le fils adoptif Dikaiogénès (III) avait été reconnu frauduleux : cf. Wyse, The Speeches of Isaeus, Hildesheim, Olms, 1967, p. 405. Le second discours daterait des années 360 : Euktémon de Képhisia est mort à l’âge de 96 ans en 365/4 ou 364/3. Cf. Wyse, op. cit., p. 484.

2. Voir Isée, V, 43.

3. IX, 8 ; XIX, 6 ; XXVII, 14 ; XXX, 8.

4. Théophraste, Caractères. Texte établi et traduit par Octave Navarre, Paris, Les Belles Lettres, 1952, p. 58.

5. Ibid., p. 77.

6. Ibid., p. 94.

7. Ibid., pp. 99-100 : « Au bain, il apostrophe l’esclave qui le frictionne : “Mais, c’est de l’huile rance que tu m’as achetée, garnement !” et, ce disant, il s’approprie celle du voisin. » (trad. Navarre, pp. 99-100).

8. On rencontre ces installations dans les gymnases : cf. H. Liddell, R. Scott, H. Jones, A Greek-English Lexicon (1843), Oxford, Clarendon Press, 1996, s.v. ἀλειπτήριον.

9. Fr. 13 Coutant, l. 1-3 : πολλὰ δὲ τοιαῦτα ἐπὶ τοῦ θερμοῦ λαβεῖν ἔστιν· οἷον καὶ τὰ ἀλειπτήρια καὶ τὰ βαλανεῖα θερμότερα καὶ χειμῶνος ἢ θέρους καὶ βορείοις ἢ νοτίοις. « On pourrait faire bien des expériences de ce genre concernant la chaleur : par exemple, aussi bien les chambres sudatoires que les établissements de bain sont plus chauds en hiver qu’en été, et au nord qu’au sud » (nous traduisons).

10. Voir notamment P.Cair. Zen. 59799, l. 7 : la liste des dépenses distingue les παραχύται, valets de bains, et le χαλκιοφύλαξ, vraisemblablement chargé d’entretenir la chaudière.

11. Platon, République, I, 344: ὥσπερ βαλανεύς.

12. « Les activités évergétiques des gymnasiarques : la fourniture de l’huile », dans O. Curty (éd.), L’huile et l’argent. Gymnasiarchie et évergétisme dans la Grèce hellénistique. Actes du colloque tenu à Fribourg (Suisse) du 13 au 15 octobre 2005 publiés en l’honneur du Prof. Marcel Piérart à l’occasion de son 60e anniversaire, Fribourg, 2009, pp. 57-94.

13. Démosthène, Plaidoyers civils, Paris, Les Belles Lettres, 1954-1960, t. 3, pp. 105-106.

14. Johannes Kirchner, dans sa Prosopographia Attica (= PA 2139), se refuse à tout rapprochement. L’hypothesis du discours nous informe uniquement sur le fait qu’Ariston était citoyen : Ἀρίστων Ἀθηναῖος.

15. Le discours est considéré généralement comme authentique : cf. la notice de Louis Gernet dans Démosthène, Plaidoyers civils, Paris, Les Belles Lettres, 1954-1960, t. 3, p. 100.

16. Cf. Davies, Athenian Propertied Families (=APF), Oxford, 1971, p. 406.

17. Sur ce dernier, cible du Contre Midias de Démosthène, voir Davies, APF, pp. 386-387.

18. La différence qui existe entre ce genre de biens immobiliers spéculatifs et la maison ou les terres héréditaires de la famille apparaît bien dans le choix des biens donnés en dot ou fournis en garantie, ἀποτίμημα, à l’occasion du mariage : voir A.-M. Vérilhac et Cl. Vial, Le mariage grec du VIe siècle avant J.-C. à l’époque d’Auguste, Paris, De Boccard, 1998, p. 187.

19. G.E.M. de Ste Croix applique par exemple ce principe au domaine de Phénippos : « The Estate of Phaenippus (Ps.-Dem., xlii) », dans Ancient Society and Institutions, 1966, p. 110.

20. Cf. §28 : « Mais les réparations de l’établissement de bains et les frais de construction ? Dikaiogénès (III) a déjà déclaré et, maintenant encore sans doute, déclarera que nous nous étions engagés à rembourser ces dépenses, que nous ne l’avons pas fait et que, pour cette raison, il ne peut désintéresser les créanciers ni nous restituer ce qu’il nous doit. »

21. Cf. §§19-20.

22. Cf. « Archeological News », American Journal of Archeology 1, n° 4/5, 1897, (pp. 333-387), p. 350.
23. Cf. Ιάκωβος Χ. Δραγάτσης, « Τὸ ἐν Πειραιεῖ Σηράγγειον », Archeologike Ephemeris 1925-1926, pp. 1-8.

24. Voir le résumé en anglais de la contribution de C. di Nicuolo, qui paraîtra dans les actes du colloque Balnéorient de Damas.

25. Théophraste, dans ses Recherches sur les plantes, V, 6, 1, indique que le bois de châtaigner fait entendre un craquement prémonitoire avant de rompre, citant l’exemple de l’établissement de bains d’Antandros, où le public eut le temps de se précipiter dehors. Voir le commentaire de Suzanne Amigues dans : Théophraste, Recherches sur les plantes, Paris, Les Belles Lettres, t. 3, p. 85, n. 4 : « Ce sont en effet les alternances de sécheresse et d’humidité qui altèrent le plus vite le châtaignier ; des voliges dont une face était quotidiennement imprégnée de vapeur d’eau, tandis que l’autre se trouvait au contact des tuiles brûlantes et de l’air sec, avaient peu de chance de durer ».

26. Sur les problèmes posés par le vocabulaire de la vente dans le lexique grec, voir Moses I. Finley, Studies in Land and credit in Ancient Athens, 500-200 B.C.The Horos Inscriptions, New Brunswick, Rutgers University Press, 1951 ; rééd., New Brunswick, Transaction Books, 1985, p. 31 sq. Le terme employé ici est ἀποδίδομαι, qui signifie généralement vendre, mais peut aussi bien signifier « rendre », ou « céder ».

27. Un Dikaiogénès, lointain descendant de Dikaiogénès (II) est attesté par l’épigraphie comme stratège en charge du Pirée en 324/323, cf. Davies, APF, p. 147.

28. Isée, V, 41-42. Cf. Isée, Discours, Texte établi et traduit par Pierre Roussel, Paris, Les Belles Lettres, 1926.

29. Voir Isée, VI, 10 : l’une des filles a épousé Phanostratos de Képhisia, l’autre un certain Chéréas, qui appartient probablement à la même famille, vu la parenté de son nom avec celui du fils de Phanostratos, Chérestratos. Fait assez rare, le plaideur souligne que les deux fils de Phanostratos ont exercé des activités liturgiques (§60), ce qui en dit long sur la richesse et le statut de la famille.

30. Ibid., §38.

31. J. K. Davies, Wealth and the power of wealth in classical Athens, New York, Arno Press, 1981, p. 43.

32. Voir les deux passages d’Aristophane indiqués par le LSJ, s.v. βαλανεύς : Les Cavaliers, v. 1403, et Les Grenouilles, v.710. Dans le premier passage, l’évocation d’un garçon ou gérant de bains, βαλανεύς, côtoie celle des prostituées, πόρναισι ; dans le second, il est question du petit Kleigénès, « le pire des baigneurs », ὁ πονηρότατος βαλανεύς.