Amin Maalouf et Henri Seyrig

Premier Libanais à siéger sous la Coupole du quai Conti, Amin Maalouf vient de donner, ce jeudi 14 j…

Premier Libanais à siéger sous la Coupole du quai Conti, Amin Maalouf vient de donner, ce jeudi 14 juin 2012, son discours de réception parmi les Immortels. Selon l’usage, sa prestation fut en forme d’hommage à son prédécesseur au vingt-neuvième fauteuil, l’anthropologue et philosophe structuraliste Claude Lévi-Strauss (1908-2009). Les Libanais ont suivi l’événement avec fierté, comme en témoigne l’assistance de nombreux officiels à la cérémonie parisienne, dont le ministre de la Culture Gaby Layoun, y reconnaissant un juste hommage rendu à leur francophonie (voir L’Orient Le Jour du 15 juin 2012). Le nouvel académicien n’a pas manqué de le souligner lui-même, se plaçant d’emblée dans la lignée des écrivains d’expression française et des orientalistes qui ont illustré la Montagne libanaise et en ont nourri leurs œuvres, pour mieux atteindre ensuite à l’universalité. Un lien particulier rattachait cependant l’impétrant à la mémoire de son prédécesseur.

Henri Seyrig en compagnie de Claude Levi Strauss, vers 1945

Henri Seyrig (à droite) en compagnie de Claude Levi Strauss, vers 1945, visitant une exposition d’architecture à New-York (© Collection particulière)

Un ami commun, ami de Claude Lévi-Strauss et de la famille Maalouf, ami du Liban et des lettrés libanais, l’archéologue Henri Seyrig (1895-1973), fondateur en 1946 de l’Institut français d’archéologie de Beyrouth. Cet homme de science, de culture et d’action, Directeur général des Antiquités du Haut-Commissariat français en Syrie et au Liban (1929-1940) (Chevalier 2002, Gelin 2002), amateur d’art moderne et père d’une célèbre actrice (Delphine, née à Beyrouth en 1932), avait en effet croisé la route scientifique de l’ethnologue. Ayant rejoint la France combattante en 1940, Seyrig avait été chargé par de Gaulle, en 1943, de représenter ses intérêts culturels aux États-Unis et c’est fort de cette qualité et de cette expérience qu’il avait conseillé à Lévi-Strauss, dès la paix restaurée, de venir à Washington pour lui succéder au poste de Conseiller culturel près l’Ambassade de France. Lui-même retournait vers son cher Liban, devenu indépendant, et fondait à Beyrouth un institut de recherche archéologique et de formation par la recherche archéologique, ouvert à de jeunes spécialistes européens et régionaux, aux érudits locaux, aux étudiants et universitaires libanais, aux amateurs éclairés d’antiquités. L’Institut français d’archéologie de Beyrouth fut, jusqu’à la guerre civile, un lieu d’intense production scientifique, de vie savante et d’échanges intellectuels où se sont tissés, dans l’ordre des études anciennes, des liens sans doute définitifs entre la France et le Liban (Gelin 2005).

Henri Seyrig

Henri Seyrig

La haute figure d’Henri Seyrig semble pourtant connaître aujourd’hui quelque éclipse : « En France, il est un peu oublié de nos jours », regrette Amin Maalouf. De fait, les sciences de l’Antiquité, et singulièrement l’archéologie, ont beaucoup gagné en technicité depuis son époque, encore dominée par l’esprit humaniste des anciens « antiquaires ». Peut-être ont-elles, en retour, perdu quelque place dans la considération du grand public. Rassurons toutefois notre académicien. Au sein du nouvel Institut français du Proche-Orient (Ifpo), fondé en 2003, le Département d’archéologie et d’histoire ancienne garde fidèlement la mémoire de Seyrig et se réclame toujours de son héritage. La bibliothèque considérable qu’il avait réunie y demeure un très précieux instrument de travail, ouvert à tous et qui porte aujourd’hui son nom. Le septième tome de ses Antiquités syriennes, recueil d’articles initialement parus dans la revue Syria, se trouve actuellement en cours de publication aux Presses de l’Ifpo et cette parution prochaine intégrera les corrections et apostilles manuscrites portées de la main du maître à ses dernières livraisons. Partout où ils existent, les témoignages manuscrits ou photographiques sur sa personne et son action (ainsi à l’Ifpo, à l’Académie des inscriptions et Belles-Lettres ou au Cabinet des médailles) sont actuellement recueillis et collationnés par ses disciples, directs ou plus éloignés, dans la perspective de lui rendre particulièrement hommage.

Surtout, c’est bien l’esprit d’Henri Seyrig qui, encore aujourd’hui, anime les antiquisants français à l’œuvre au Liban et amis de ce pays, comme il l’était lui-même. On nous permettra une anecdote pour l’illustrer, où nous retrouvons l’auteur du Rocher de Tanios. Dans ce roman, prix Goncourt 1993, Amin Maalouf évoque une fontaine où les garçons du village de Kfaryabda concourent à garder le plus longtemps possible leurs mains sous le jet d’eau glacé « qui s’écoule du ventre de la colline par une grotte » à l’entrée de laquelle se trouve « une voûte ornée d’inscriptions grecques. » (Le rocher de Tanios,  p. 74-76). La critique a reconnu en Kfaryabda le village du Metn dont l’auteur est issu lui-même : Aïn el-Qabou. La voûte de Aïn el-Qabou compte parmi les fontaines romaines remarquables du Liban, si particulières à ce pays de sources montagnardes. L’inscription grecque gravée sur les claveaux de l’arc porte le nom de son commanditaire antique, un certain clarissime Iordanès, et ce curieux monument vient justement de faire l’objet d’une publication par des chercheurs de l’Ifpo (Nacouzi et Alpi 2011).

Fontaine d'Aïn el-Qabou

Fontaine d’Aïn el-Qabou

Frédéric Alpi et Lina Nacouzi.

Références

Maalouf Amin, « Discours de réception, séance publique du 14 juin 2012 », Académie française. [En ligne] http://www.academie-francaise.fr/immortels/discours_reception/maalouf.html

Maalouf Amin, Le rocher de Tanios, Paris, 1993.

Dagher Carole, « Amin Maalouf à l’Académie française : “J’apporterai mes origines, mon accent et mes rêves d’harmonie, de progrès et de coexistence” », L’Orient-Le Jour, vendredi 15 juin 2012, première page et p. 7. [En ligne] http://goo.gl/FUQj

Chevalier Nicole, 2002 : La recherche archéologique française au Moyen-Orient. 1842-1946, Paris, 2002.

Gelin Mathilde, 2002 :  L’archéologie en Syrie et au Liban pendant le mandat français (1919-1946), Paris, 2002.

Gelin Mathilde, 2005 :  « Histoire de l’Institut Français d’Archéologie de Beyrouth, 1946-1977 », Syria 82, p. 279-239. [En ligne] http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/syria_0039-7946_2005_num_82_1_8696

Nacouzi Lina et Alpi Frédéric (collab.), 2011 : « La source de Aïn el-Qabou (Metn), son inscription et les vestiges des environs », dans : La pioche et la plume. Autour du Soudan, du Liban et de la Jordanie. Hommages archéologiques à Patrice Lenoble, Paris, p. 131-144.

Autres liens

Siebert Gérard, 2001 : « Portraits et silhouettes d’Alsace : Seyrig Henri Arnold », Revue d’Alsace 127, p. 372-376. [En ligne] http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00001447

Assouline Pierre, 2012 : « Petits échos de l’Académie frrrrrrrrrrrrançaise », La république des livres (Blog de P. Assouline sur Lemonde.fr), 17 juin 2012. [En ligne] http://passouline.blog.lemonde.fr?p=9475
(À propos du discours de réception d’Amin Maalouf et de la réponse de Jean-Christophe Rufin.)

Pour citer ce billet : Frédéric Alpi et Lina Nacouzi, « Amin Maalouf et Henri Seyrig », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypotheses.org), 9 juillet 2012. [En ligne] http://ifpo.hypotheses.org/3935

Frédéric Alpi est épigraphiste et historien à l’Institut français du Proche-Orient.

Page personnelle : http://www.ifporient.org/frederic-alpi

Tous les billets de Frédéric Alpi

Lina Nacouzi

Lina Nacouzi est archéologue et responsable de la diffusion aux Presses de l’Ifpo.

Page personnelle : http://www.ifporient.org/lina-nacouzi

Frédéric Alpi

Chercheur au CNRS, Frédéric Alpi est actuellement en poste à l’Institut français du Proche-Orient (IFPO) à Beyrouth. Spécialiste d’histoire et d'épigraphie chrétienne, grecque et syriaque, il travaille avec plusieurs missions archéologiques au Liban et en Syrie. Ses recherches portent également sur les institutions ecclésiastiques du patriarcat d’Antioche, et il est l’auteur de "La Route royale – Sévère d’Antioche et les Églises d’Orient (512-518)", publié aux presses de l’IFPO en 2010 (BAH 188).

More Posts