“La mélodie de la semaine”, à écouter sans modération

Voilà déjà 20 semaines qu’Eric Desgrugillers, musicien et archiviste à l’AMTA1, présent…

Voilà déjà 20 semaines qu’Eric Desgrugillers, musicien et archiviste à l’AMTA1, présente sur le site de son association “La mélodie de la semaine“, offrant ainsi à l’internaute l’occasion rare de mieux connaîttre et comprendre les musiques traditionnelles. A travers 20 airs chantés ou interprétés, enregistrés depuis la fin des années 1960 à nos jours, l’archiviste-musicien nous présente un petit bout des merveilles engrangées par l’AMTA en racontant leur histoire à travers ses oreilles. Il nous laisse ainsi entrevoir les enjeux du collectage et la force patrimoniale des archives sonores.

Antonin Chabrier, le violoneux qui ne lève jamais l’archet de ses cordes tandis que ses doigts articulent la mélodie, interprète avec énergie la bourrée Ond anarem gardar ; deux versions de la chanson Le premier jour des noces nous transportent dans le temps, passant du mode majeur au mineur, du clair au sombre, le mariage apparaissant, dans un couplet final, comme une une vraie souffrance ; Marguerite Tissier, enregistrée au début des années 1980, interprète avec simplicité et émotion La barque aux trente matelots, ou La belle se promène… Autant de morceaux du puzzle qui nous permet de reconstituer le contexte de la tradition orale en Auvergne au 20ème siècle et, plus largement, d’offrir l’occasion aux centres de ressources de proposer aux interprètes des comparaisons de répertoires2. Car c’est bien l’intérêt de cette rubrique d’éditorialiser des archives qui, sans cela, se perdent dans les banques de données comme des aiguilles dans des bottes de foin.

Un grand regret toutefois, qui je l’espère s’effacera rapidement : ces archives issues de la tradition orale ne font-elles pas partie du domaine public ? Il est vraiment triste de les voir soumises à  une formule qui, pour plus d’emphase, s’est parée de l’anglais “All Rights Reserved” (à rechercher tout en bas de la page du site de l’AMTA). Bon la chose est courante chez le bibliothécaire, le documentaliste ou l’archiviste qui n’est pas toujours au fait des questions juridiques mais les choses changent… Réveillez-vous ! pour qu’ils puissent être transmis, les biens communs doivent circuler librement. Il est urgent de pouvoir citer avec précision ces ressources documentaires et de les réutiliser pour que le chant se transmette, encore et encore. Nous voilà impatients d’écouter librement la mélodie de la 21e semaine, les propositions sont claires pour que les lois évoluent dans le bon sens

Crédits photographiques : A mountain fiddler. Barnhill Studios, Asherville, NC, 1920, The New York Public Library. Permalien : URL: digitalgallery.nypl.org/nypldigital/id?833064. Pas de restrictions de droit connues.

  1. Agence des musiques des territoires d’Auvergne
  2. Par exemple, la phonothèque de la MMSH possède deux versions de la chanson “La barque aux 30 matelots”, une collectée dans les Cévennes, l’autre dans les Hautes Alpessept versions du  Mariage de la vieille ou encore deux versions cévenoles de la bourrée “Ont anarem gardar”.

L’Italie rendue silencieuse : une loi supprime la Discoteca di Stato

 

En Italie, la Discoteca di Stato a été créée en 19281 et elle a, au fil du temps, engrangé d…

 

En Italie, la Discoteca di Stato a été créée en 19281 et elle a, au fil du temps, engrangé des milliers d’enregistrements sur le terrain : des millers de voix et de musiques qui ont été archivées, cataloguées, numérisées et mises en ligne sur le site de cette institution. La Discoteca di Stato avait aussi la fonction de centraliser le dépôt légal des documents sonores édités, organisation rare en Italie où souvent les institutions culturelles sont dispersées sur le territoire. En 2007, elle avait changé de nom2 pour devenir l’Istituto Centrale per i Beni Sonori ed Audiovisivi (ICBSA), continuant de développer ses collections et de les mettre à disposition de tous les publics. Mais voilà, elle vient d’être purement et simplement supprimée le 6 juillet dernier, par le Decreto legge 95 6 luglio 2012 (article 12) qui a pour titre “Dispositions urgentes pour la révision de la dépense publique”3

Une pétition vient d’être lancée pour soutenir celle qui est restée pour tous la Discoteca di Stato. De nombreux journaux italiens la relaient et les journalistes se désolent de la médiocrité de ce “gouvernement de techniciens” qui ne s’inquiète que des marchés et ne s’intéresse pas à la conservation de la mémoire orale de l’Italie contemporaine. L’inquiétude est grande pour savoir ce que deviendront les collections sonores et tous sont stupéfaits des économies dérisoires qui seront faires, au regard de la perte irréparable de cette suppression.

Alessandro Portelli publie dans Il Manifesto du 17 juillet 20124 un très bel article, sous le titre Silenzio di Stato. Il y écrit à propos du gouvernement Monti :

“La politique de ce “gouvernement de techniciens” en direction de la culture – les écoles, les universités, les instituts de recherche (comme par exemple l’Institut national de physique nucléaire) – m’a convaincu d’une chose : un technicien n’est pas nécessairement une personne cultivée. Un technicien peut effectuer un certain nombre d’opérations spécifiques dans un secteur défini, mais pour autant il n’est pas tenu  de comprendre tout ce qui peut être en dehors de son territoire, et encore moins d’avoir de l’imagination ou une vision du monde . Comme le seul secteur qui compte pour ce gouvernement et le seul pour lequel il déclare avoir des compétences, est celui de  l’économie et des marchés financiers, voilà que la devise attribuée à Tremonti se réalise : Con la cultura non si mangia (Ce n’est pas avec la culture que l’on peut manger)5”.

A la manière de Francesco de Gregori, Andrea Sarta dans L’Unità dit adieu à l’Italie qui lutte, qui prie, qui se rebelle, qui danse, qui chante, qui s’amuse et qui laisse des traces (22 juillet 2012).

Angelo D’Orsi, sur La Repubblica du 17 juillet 2012, s’en prend aussi à ce “gouvernement de professeurs”‘, avec un titre sobre mais incisif Salviamo la discoteca di Stato. Il revient sur la richesse et l’importance de cette institution et s’insurge : “C’est une décision absurde, d’un point de vue économique (les coûts de l’Institut sont modestes),  mais aussi honteuse d’un point de vue culturel. Un Etat moderne doit  avoir une institution dont la mission est de recueillir et de conserver le son des témoignages de son histoire nationale, le rendant disponible à la communauté”.

Signez la pétition contre la fermeture de la Discoteca di Stato !

http://www.unita.it/culture/italia-senza-memoria-audiovisiva-br-non-chiudete-la-discoteca-di-stato-1.429068

 

Crédits photographiques : Mount Vesuvius and children from covered homes, par Shaffer, Melvin, 1944. Part Of : World War II photographs, Medical Museum and Arts Service. Place: Italy; San Sebastiano al Vesuvio; Vesuvius. Collection of SMU Central University Libraries. No known copyright restrictions

 

  1. loi du 10 août 1928
  2. Le DPR n. 233 du 26 novembre 2007, DM del 7 ottobre 2008 transforme la Discoteca di Stato en ICBSA – Istituto Centrale per i Beni Sonori ed Audiovisivi
  3. Disposizioni urgenti per la revisione della spesa pubblica con invarianza dei servizi ai cittadini
  4. Professeur de littérature anglo-américaine à Rome, critique musical et historien spécialiste d’histoire orale Alessandro Portelli travaille sur les collections sonores de la Discoteca di Stato. Il a en particulier publié en 1999 un ouvrage sur le massacre des fosses Ardéatines qui s’appuie sur des témoignages oraux.
  5. A cette phrase attribuée au Ministre de l’économie italien Giulo Tremonti Umberto Eco a répondu une lettre sur Alphabeta2 L’anorexie culturelle ne nourrit pas, le 27 janvier 2011

Déposer en ligne ses enquêtes de terrain : appel aux chercheurs de sciences humaines et sociales

Depuis plus d’une année maintenant, l’université de Pise propose en ligne des ressource…

Depuis plus d’une année maintenant, l’université de Pise propose en ligne des ressources sous forme de vidéo et de postcasts utilisant les plateformes grand public Youtube et Itunes. Sur la chaîne Youtube de l’université, Rassegna Stampa SUP, sont accessibles 450 vidéos issues de journaux télévisés, de films, de prises de vues ou de documentaires sur l’activité scientifique des différentes institutions de la recherche et de l’enseignement supérieur de la ville de Pise. La plateforme Itunes, un peu plus difficile à repérer formellement, propose principalement des cours en ligne dans toutes les disciplines. Pour l’area umanistica, 33 cours sont disponibles aussi bien en histoire médiévale1, qu’en littérature ou en linguistique2.

La dernière mise en ligne intéresse les archives sonores du monde rural puisque, sous le titre de Testimonianze dal Territorio (Témoignages du territoire), elle propose de constituer une archive sur la société paysanne italienne. Pour le moment il s’agit uniquement du dépôt des films du documentariste et photographe Arturo Izzo mais le projet pourrait s’ouvrir à d’autres archives de terrain des chercheurs. En effet, le responsable du projet de l’Ateneo di iTunes, Enrica Salvatori, professeure d’histoire médiévale, introduit ainsi cette collection :

Le laboratoire de culture numérique de l’université de Pise invite les sociologues, les historiens, les linguistes qui ont collecté des témoignages de la vie rurale italienne du siècle dernier à mettre à disposition ces matériaux pour constituer une archive sur la société paysanne et la culture du territoire. L’espace qui vient d’être créé héberge des films documentaires et des entretiens enregistrés avec des témoignages qui racontent, à la première personne, la vie quotidienne, les expériences de chacun, les habitudes du passé. Notre ambition est de construire une archive de témoignages en récupérant aussi les matériaux que les chercheurs pourraient avoir dans leurs tiroirs3.

Les premiers dépôts sont peu documentés, il manque à l’internaute les éléments du contexte de la recherche et les droits d’utilisation et de diffusion sont limités à un copyright mais peu importe, l’initiative est originale, il sera intéressant d’étudier ce qu’en feront les chercheurs… A suivre !

Crédits photographiques : The Leaning Tower, Pise, Italie, prise de vue entre 1890-1900, bibliothèque du Congrès, pas de restrictions de droit connues, permalien http://www.loc.gov/pictures/resource/ppmsc.06581

  1. Vous pouvez par exemple écouter la Professeure Enrica Salvatori, responsable de la plateforme numérique, sur le thème “Musulmani e Cristiani nel Mediterraneo medievale alla luce dell’economia e degli scambi” = Musulmans et chrétiens en Méditerranée médiévale à la lumière de l’économie et des échanges.
  2. avec en particulier un cours de langue Amharic, audioclips illustrés d’images créés par Nadia M. Yimer and José C. Rodriguez
  3. “Il Laboratorio di cultura digitale dell’Università di Pisa invita sociologi, storici, linguisti che hanno raccolto testimonianze della vita rurale italiana del secolo scorso a mettere a disposizione il proprio materiale per costituire un archivio sulla società contadina e sulla cultura del territorio. Lo spazio appena creato ospita infatti documentari e interviste d’archivio in cui testimoni raccontano in prima persona la vita quotidiana, le esperienze e le abitudini del passato e la nostra ambizione sarebbe costruire un archivio di testimonianze recuperando anche materiali che i docenti potrebbero avere nei loro cassetti”.

Les phonothèques entre recherche et culture : 20 ans après

En 1992 l’Association des détenteurs de documents sonores et audiovisuels (AFAS) publiait en …

En 1992 l’Association des détenteurs de documents sonores et audiovisuels (AFAS) publiait en collaboration  avec un laboratoire du CNRS, le Centre de recherche sur l’histoire orale et les parlers régionaux (CREHOP), les actes d’un colloque qui s’était tenu sous le titre Les phonothèques entre recherche et culture. Aujourd’hui, le numéro est republié sur le site de l’association et l’internaute peut découvrir que les problématiques évoquées alors sont toujours d’actualité. L’introduction de Jean-Noël Pelen a d’ailleurs été reprise en hommage dans le dernier Bulletin de l’AFAS qui sera aussi bientôt en ligne sur le site de l’association. Elle reprend l’histoire de ces phonothèques de l’oral qui ont émergé dans les années 1970. Certes, le texte est parfois daté, comme lorsque l’auteur envisage le déclin du terme “patrimoine” (paragraphe 18) mais il reste limpide et pose les questions toujours essentielles, auxquelles les gestionnaires de collections sonores doivent toujours faire face. Son analyse sur les sources de la recherche en SHS et leur conservation par les chercheurs qui la crée est toujours d’actualité, celle sur les tris que doivent opérer les archives et sur leur statut scientifique demeurent encore à discuter (paragraphes 22 et 23) :

On sait qu’aujourd’hui, d’une manière générale, les « sources » ne se publient plus. Tout chercheur donc qui documente sa recherche – et nous intéresse ici celui qui le fait par l’enquête orale enregistrée – doit conserver ses sources comme preuves de la qualité de sa démarche et de sa réflexion : on ne détruit pas une source constituée, fût-elle orale et exploitée. Pourquoi donc une source aussi fragile que les enregistrements oraux ne serait-elle pas alors déposée dans le seul lieu apte à la conserver et la rendre consultable : la phonothèque ? Secondement aucun chercheur n’épuise sa source : pourquoi donc ne pas permettre qu’un jour cette source ne soit relue et surtout réentendue ? Ne serait-ce pas là un des idéaux de la recherche, un idéal quasi déontologique ? En troisième lieu si une documentation personnelle ne constitue pas une source, plusieurs réunies ne le feraient-elles pas, ne serait-ce que relativement à ceux qui l’ont élaborée dans le cadre d’une discipline dont on fera un jour l’histoire ?

Mais peut-être, effectivement, tout document ne doit-il pas entrer à la phonothèque. II y a celui qui, par trop privé ou par trop impliquant le témoin, ne peut être consulté en libre accès. C’est un cas simple. Il y a surtout les documents de faible pertinence, et c’est peut-être là, me semble-t-il, que les choses doivent évoluer. Dans l’engouement des années 1970, on considérait comme document à préserver pratiquement tout ce qui était enregistré. Il faut, en réalité, trier. Si l’on convient que les « œuvres » de tradition orale doivent rester – parce que repérables, référenciables, catalogables, érigeables donc en documents, d’un type qui est par ailleurs le plus demandé par les questionneurs des phonothèques –, qu’en est-il des témoignages parlés ? Il y a, parmi eux aussi, des cas simples : le témoin s’est révélé inintéressant ou, au contraire, passionnant. Mais les cas individuels ne peuvent alimenter ni donner sens à eux seuls aux phonothèques de l’oral. Doivent entrer à la phonothèque desensembles conséquents, réellement représentatifs du domaine culturel enquêté, du discours collecté, dans le sens que nous avons donné à ce terme. Cette représentativité est fonction du volume des matériaux enregistrés, de la qualité de l’enquêteur qui a créé le fonds, et notamment de son sens de l’écoute dans l’acception large du terme (l’écoute véritable est un questionnement et vice versa), de la qualité de la parole des enquêtes, laquelle est souvent donnée par la qualité de l’écoute. C’est cette ampleur quantitative et qualitative qui seule crée une véritable source, inépuisée par la recherche qui l’a produite, comme ne l’épuisera pas l’écoute suivante. Seule cette source ample et profonde peut témoigner de richesse ou de patrimoine oral, l’abandon dont nous avons parlé à propos de ces notions n’étant ainsi que provisoire : une documentation basée sur des exigences accrues permet de réasseoir leur véritable légitimité. En dernier lieu, cette source ample, élaborée selon des critères exigeants, justifie en quelque sorte la phonothèque de l’oral, de par son contenu lui-même comme par le fait que celui-ci peut nourrir la recherche et l’action culturelle. Je précise au passage qu’il n’entre pas dans mon idée de donner à l’action culturelle ou à la recherche une place respective en amont ou en aval par rapport à l’élaboration d’un fonds de documentation de l’oral. En aucun cas on ne peut prétendre que le terrain est réservé au chercheur plutôt qu’à l’action culturelle ou inversement. Je constate simplement que, de façon générale, la recherche laisse plus de temps à l’émergence dans l’enquête d’un véritable discours déployé que ne peut le faire l’action ou la valorisation culturelle, ceci pour des raisons intrinsèques à chacune des deux démarches, la première étant que ce déploiement est indispensable à une recherche qui se respecte. Toutefois la recherche se préoccupant peu de valorisation, il est vrai aussi que certaines des plus belles documentations de l’oral ont été faites par des militants culturels, motivés par leur désir de valorisation culturelle. Il y aurait là, me semble-t-il, un véritable espace de débat entre nous. On ne sauve pas une culture en la collectant : on en porte simplement témoignage, en en donnant une représentation. N’est-il pas possible de réfléchir à ce que recherche et action culturelle peuvent chacune pour leur part apporter à la qualité de cette représentation, dans un épaulement réciproque ? Je souligne que cette idée de représentation, c’est-à-dire de source positionnée, doit être constamment présente à l’esprit lorsque l’on parle de collectage puis de phonothèque. C’est en prenant conscience et en assumant cette relativité de représentation culturelle du collectage et de la phonothèque qu’on peut donner à ceux-ci leur statut scientifique et éventuellement, de surcroit, élargir leur représentativité.

Je vous laisse découvrir ce texte dans sa totalité, et les 14 autres, publiés par les acteurs d’alors du monde de archives sonores : Alexis Bétemps, Jean-Claude Bouvier, Marie-France Calas,  Philippe Joutard, Donation Laurent, Claude Martel, … et d’autres encore.  Ils ont pris parfois quelques rides mais ils sont toujours pertinents et nous offre l’occasion de mieux comprendre l’histoire de cette source orale – encore méconnue – et de son utilisation. J’espère que, dans l’avenir, d’autres ouvrages ou numéros spéciaux de Sonorités publiés par l’AFAS pourront être numérisés et publiés. Pour cette publication électronique, elle a été rendue possible par le travail bénévole de Sylvère Aït Amour qui a numérisé le numéro imprimé et Arnaud Chabrol qui en a réalisé l’édition électronique. Merci à eux et bonne lecture !

Crédits photographiques :  [May Newman playing cigar box banjo she made : Palatka, Florida], McDonald, Mary Anne, Collector, 192-, Archives et bibliothèque nationales de l’Etat de Floride. Permalien : www.floridamemory.com/items/show/116014