Ce jour où Twitter fit son entrée dans le droit parlementaire

Un député brandissant le règlement de l’Assemblée, le 1er février, dans l’hémicycle. (© …

Un député brandissant le règlement de l’Assemblée, le 1er février, dans l’hémicycle.
(© MaxPPP / Le Lab Europe1)

Alors, pour ceux qui n’ont pas suivi l’intense actualité autour du #mariagepourtous (oui, il semble que #directAN soit ces jours-ci the place to be), un tremblement de terre a secoué l’Assemblée nationale vendredi soir. Un petit tremblement de terre, mais un tremblement de terre quand même : une secousse, avec quelques dizaines de minutes plus tard sa réplique.

Les faits (dixit le compte rendu intégral). 22h30 environ,  Christian Jacob (UMP) demande et obtient une suspension de séance de dix minutes.

M. le président. La parole est à M. Christian Jacob, pour un rappel au règlement.
M. Christian Jacob. Monsieur le président, nos travaux se sont plutôt bien déroulés jusque-là (Sourires et exclamations sur les bancs des groupes SRC, écologiste, GDR et RRDP), mais nous dérapons. Je vous invite à lire les tweets émis par notre collègue Sergio Coronado à l’instant, qui qualifie Hervé Mariton de « conservatrice coincée ». C’est n’importe quoi ! Je vous demande une suspension de séance, afin de ramener nos collègues de la majorité à la raison et la sérénité. (Applaudissements sur les bancs du groupe UMP.)
M. Daniel Fasquelle. C’est en effet scandaleux !
M. le président. Je vais suspendre la séance et j’invite les présidents de groupe à venir me voir pendant cette suspension.

23h15 environ. Philippe Gosselin (UMP) fait à son tour un rappel au règlement suite à un tweet de Jérôme Guedj (PS).

M. le président. La parole est à M. Philippe Gosselin, pour un rappel au règlement.
M. Philippe Gosselin. Monsieur le président, mon rappel au règlement se fonde sur l’article 58 et concerne le déroulement de nos débats. Nous sommes dans une société de télécommunications et sommes nombreux à utiliser Twitter ou Facebook. On vient de me faire part, il y a quelques minutes, d’un tweet envoyé par notre collègue Guedj. Je vous le lis : « Je rejoins la séance, déprimé – il a bien le droit – par avance de devoir supporter tant d’inepties et de mauvaise foi ». (Applaudissements sur les bancs des groupes SRC, écologiste, GDR et RRDP.) S’il n’y avait que ça, vous pensez bien que cela n’aurait pas justifié un rappel au règlement. Le meilleur est pour la suite : « Ils voulaient un débat, ils le souillent ». (Exclamations sur les bancs du groupe UMP.) Ces termes employés par notre collègue, je les trouve particulièrement inadmissibles. Je vous demande, monsieur le président, de rappeler à la majorité que quand elle gazouille à l’extérieur, elle doit le faire avec plus de distance.
M. le président. Monsieur Gosselin, pour le moment, fort heureusement, la charge de la présidence consiste à veiller au bon déroulement de nos travaux dans l’hémicycle. Ce serait lui demander beaucoup que de veiller aussi à ce qui se dit à l’extérieur.
M. Philippe Gosselin. Je comprends que votre autorité n’aille pas aussi loin, monsieur le président, mais un rappel amical serait le bienvenu !
M. le président. Pour ce qui est des communications électroniques, cela me paraît bien compliqué. Je le regrette, sachez-le. (Sourires.)

Ce qui a inspiré à Jean-Jacques Urvoas (PS), président de la commission des lois, cette réflexion (en 140 caractères d’ailleurs) :

« Un rappel au règlement basé sur un tweet. [Ou] comment une nuit Twitter est rentré dans le droit parlementaire… ».

Ce n’est – de loin – pas la première fois que des gazouillis émis depuis l’intérieur de l’Assemblée nationale font polémique. On se souvient de ce jour où le loup est entré dans la bergerie, quand des députés ont tweeté une réunion post-débâcle électorale du groupe UMP menée à huit-clos, ou quand Lionel Tardy (UMP) (considéré aujourd’hui comme celui par qui tout à commencé) a tweeté l’audition Escalettes/Domenech, ou encore quand il a avec quelques collègues récidivé à l’occasion des débats de la commission des affaires sociales au sujet de la réforme des retraites (il faudra un jour que je m’attarde plus sérieusement sur cette évolution). Mais hier soir, Twitter n’était plus ce canal de communication privilégié, ou cet espace longtemps réservé à quelques uns (parce que hors de la vue du plus grand nombre). Twitter n’était plus non plus (comme ces tous derniers mois) cette antichambre à l’hémicycle, connue de tous (et fréquentée par beaucoup) sauf de l’institution qui, stoïque, parvenait à faire l’autruche sur le thème « si je ne vois pas le problème, c’est qu’il n’y a pas de problème ».

Le problème justement, quel est-il ? Eh bien, originellement, le travail parlementaire a été conçu de telle façon que, durant le temps des débats et des votes, l’hémicycle soit littéralement coupé du monde extérieur pour en préserver l’intégrité. En clair : l’idée était d’éviter les « risques de pression de la part des lobbies et autres groupes d’intérêts au moment des votes » (Bernard Accoyer), contrairement par exemple à ce qu’il se passe pour le travail en commission paritaire mixte où le huit-clos a pour fonction de préserver le secret des tractations. Si on peut suivre en direct depuis quelques années le déroulement des séances au sein de l’hémicycle grâce à la chaîne parlementaire, les députés n’y avait théoriquement aucun contact avec l’extérieur. L’arrivée du téléphone mobile avait déjà bousculé ce statut quo, et la question de l’installation de brouilleurs de communication sans fils s’est déjà posée.

Et voilà que depuis juin 2012, le wifi a fait son entrée dans l’hémicycle, et avec lui Twitter. Pendant ces débats autour du #mariagepourtous, les députés et collaborateurs parlementaires y sont particulièrement actifs, pour commenter, soutenir mais aussi pour protester, moquer et discréditer. Ce qui fait la principale différence, ce n’est pas qu’il y ait une chambre de débats parallèle, mais surtout que celle-ci soit publique. On compte ces jours-ci un nombre étonnant d’observateurs extérieurs, professionnels et particuliers, qui aussi suivent en direct la chaîne parlementaire et ne se privent pas d’utiliser Twitter pour réagir, partager et en particulier interpeller les élus. Vendredi soir, Twitter abandonnait le rôle de caisse de résonance permettant aux élus de médiatiser leur activité de législateur, pour devenir une improbable tribune de supporters où sont applaudis les champions dans l’arène et sifflés les adversaires.

Or, voilà que l’autruche, par la bouche de son président (Claude Bartolone, pour ceux du fond), sort la tête de terre. Avait-il le choix ? La question peut être posée. Comment ne pas entendre ce brouhaha qui, comme le fit justement remarquer Philippe Gosselin commençait à influer de façon significative sur l’ambiance dans l’hémicycle. C’est que les députés, qui ne débattent usuellement que sous les regards froids des caméras et des tribunes contraintes au silence, avaient ici un public vivant dont ils ressentaient les vibrations et avec lequel ils jouaient.

Il est remarquable qu’un des protagonistes évoque Twitter pour suspendre la séance (tous les moyens sont bons dans la technique de l’obstruction), et plus encore que Claude Bartolone accède à sa demande. Pour l’expliquer, on ne peut pas vraiment arguer du fait qu’une pause était à ce moment sage pour calmer des esprits fatigués, la pause dîner venait de se terminer. C’est donc qu’il a trouvé, d’une façon ou d’une autre, le motif recevable, et a trouvé opportun de le faire savoir. En suspendant la séance, le Président de séance reconnaît que les échanges sur Twitter sortent du cadre du règlement en vigueur dans l’hémicycle, et estime qu’il relève de sa compétence d’intervenir.

Claude Bartolone a bien évidemment eu conscience de la portée de son geste : il s’en défend peu après dans une réponse savoureuse au rappel au règlement de Philippe Gosselin. A t’il dépassé le cadre de ses prérogatives ? Peu importe, à ma connaissance personne n’a contesté pour de bon sa décision (mais ce n’était ni le PS docile ni l’UMP trop contente de gagner une suspension de séance qui allaient le faire). En tous cas, la question de savoir si oui ou non il était acceptable que les députés soient en contact avec l’extérieur durant les débats a totalement disparue. Devant l’évidence et l’ampleur du phénomène de mise en représentation des députés sur Twitter, il semblerait bien que l’institution ait décidé de renoncer (temporairement ?) à l’un de ses principes fondateurs.

Dans le bras de fer qui oppose l’Assemblée nationale aux partisans d’une plus grande ouverture et transparence de l’institution, les derniers viennent de marquer un point significatif. J’aimerais bien demander à Claude Bartolone ce qu’il s’est passé à ce moment là dans sa tête…

 

 

Nota : Je ne possède bien sûr pas les droits de diffusion de cette photographie, que je retirerai sans délais si la demande m’en est faite. Je me suis autorisé à la reprendre puisqu’elle circule déjà largement dans les médias, tant le geste ici immortalisé est significatif de la stratégie d’obstruction actuellement menée par l’opposition.

Sources : Têtu.comLelab.europe1.frFranceinfo.frLemonde.frRue89.com

Jonathan Chibois

Chercheur en anthropologie politique, thèse en cours.

More Posts - Website - Twitter

OpenData, OpenParliament & OpenCulture, quand l’injonction de transparence se précise

« Reichstag »
Dans la (très) riche actualité de cette rentrée parlementaire et présidentielle, à un …

« Reichstag »

Dans la (très) riche actualité de cette rentrée parlementaire et présidentielle, à un rythme très rapproché, sept sujets m’ont interpellé (mais peut-être d’autres m’ont échappé) :

  • La proposition de loi relative à la neutralité de l’internet, déposée par la député Laure de la Raudière. Ce texte fait suite aux réflexions menées en amont dans un rapport qu’elle a cosigné en avril 2011, dans lesquelles la transparence des réseaux est une des conditions à réunir pour parvenir à l’équation internet = neutre1.
  • La Déclaration pour l’ouverture et la transparence parlementaire, portée par un mouvement citoyen qui demande à ce que soit promue une culture d’ouverture dans les Parlements, de façon permettre l’accès le plus large à l’information parlementaire. On notera qu’en France une réflexion est menée depuis plusieurs mois déjà sur ces questions, et aussi ces revendications trouvent un écho au sein même de l’institution, si bien que certains des personnels politiques s’en font le relais en prenant publiquement position (autre exemple plus ancien ici).
  • Dans la même courant de réflexion autour de l’ouverture et la libre circulation des données, le rapport L’Opendata en France. Recommandations pour l’ouverture des données et des contenus culturels rédigé par un groupe citoyens qui formule ici des préconisations pour résoudre les points de blocage susceptibles de freiner le mouvement d’ouverture des données des institutions culturelles françaises.
  • Moins technique et plus engagé, mais toujours dans la veine culturelle, le manifeste du récent collectif SavoirsCom1 œuvrant pour la défense et l’extension du domaine public, qui revendique notamment la libre circulation – et donc l’ouverture – des biens communs informationnels.
  • Il ne faut pas oublier non plus les 14 propositions pour réformer le droit d’auteur, émises par la Quadrature du net début août. On notera la présence de quelques uns, parmi les auteurs de ces propositions, qui initient un mois plus tard le collectif SavoirsCom1 ce qui laisse entrevoir une certaine proximité entre les différents acteurs de ces initiatives.
  • Au delà des enjeux culturels et institutionnels, les politiciens eux-même se voient rattrapés par l’injonction de transparence, comme l’a très bien illustré la réaction du ministre Alain Vidalies au mois d’août lorsqu’il dénonçait les effets pervers d’une évaluation quantitative de l’activité législative.
  • Et enfin, j’associe à cet inventaire la dernière apparition d’un vieux serpent de mer : l’IRFM des députés. Cette enveloppe noire accusée de faire le jeu d’intérêts privés, est toujours l’objet de fantasmes (cultivés c’est vrai par quelques abus) et trouve ici des alliés inattendus dans ce mouvement de transparence autour des données publiques.

D’où quelques remarques :

  • Chacun de ces sept points présente – d’une manière à chaque fois originale – une articulation entre transparence et liberté de circulation de l’information, autour de trois pôles d’intérêts : OpenData, OpenParliament, OpenCulture.
  • Les six initiatives visibles ici ont été menées indépendamment, de façon non concertées, mais sont suffisamment complémentaires pour que plusieurs semblent s’être trouvé des intérêts communs.
  • Quoique de façon pas toujours explicite, on a ici des initiatives qui rejettent une certaine opacité dans la vie publique, qui s’exprime de façon exacerbée sur les réseaux. Elles luttent chacune à leur manière contre des zones d’ombres – dont on soupçonne qu’elles font le jeu d’intérêts privés et commerciaux – qui résistent à une libre circulation de l’information. C’est une conception proprement néolibérale de l’information qui s’exprime ici, où à l’instar des marchés l’ouverture et la transparence des sources garanti le libre échange d’information, dans une fluidité synonyme de progrès pour la démocratie.
  • L’unique réaction défensive présentée ici est remarquable, en cela qu’il n’est pas si fréquent de voir les décideurs exprimer leur malaise sur la question, et encore moins d’exprimer que cette injonction de transparence bouscule leur propres activités. La réaction du ministre Vidalies sonne alors comme l’aveu d’une classe politique qui perçoit une tempête se lever sur eux (pour autant rien n’est encore joué). 
  • Et dernier point, qui m’intéresse en premier lieu, l’ensemble de ces enjeux socio-techniques inter-reliés tissent une toile dans laquelle les députés sont – bon gré mal gré – partie prenante : à l’initiative, pris à parti et sommés d’arbitrer, ou comme figures d’une résistance conservatrice.

Que ces revendications d’origines citoyennes et politiques voient leurs trajectoires se croiser maintenant n’est pas en soi une surprise. Elles sont la résultante de débats, qui peuvent sembler ancestraux à l’échelle de la société numérique de l’information, mais qui ne sont audibles que depuis peu à l’échelle institutionnelle. Or d’une manière très conjoncturelle, ce mois de septembre 2012 est une période charnière, alors que alors les élus et responsables politiques fraîchement (et massivement) renouvelés tracent les grandes lignes du programme politique des cinq prochaines années. Le moment est donc propice pour les groupes d’intérêts (quels qu’ils soient) d’affirmer l’actualité de leurs revendications (et leurs existence par la même occasion), condition nécessaire pour être plus tard reconnus comme interlocuteurs aux yeux de l’exécutif. Pour les acteurs citoyens qui peinent souvent à faire entendre leurs points de vue dans les décisions politiques, l’occasion de faire entendre leur légitimité ne se représentera pas si tôt.

À considérer les initiatives au rendez-vous de cette rentrée parlementaire et présidentielle, la tentation est alors grande d’y voir un mouvement plus vaste qui se structure. Ce serait pourtant prématuré, même si cette accumulation d’initiatives non concertées qui partagent le même horizon laisse penser qu’une avancée significative vers la diffusion et la reconnaissance de ces enjeux a eu lieu. Plus qu’une structuration, on assisterait plutôt à la première phase incontournable d’une lutte, longue des cinq ans à venir, où les adversaires se dévoilent les uns aux autres et affûtent leurs armes. L’étape de structuration viendra certainement très vite ensuite, quand le temps de l’observation laissera la place à celui de l’action. À présent, un peu de patience est encore requise, il faut attendre que la situation se stabilise (l’adversaire gouvernemental tarde à se dévoiler) pour que chacun puisse décider de ses alliés.

 

Crédit photographie : « Reichstag » (2007), de Wolfgang Staudt (CC by-nc)
Édit du 22 septembre : ajout des 14 propositions de la Quadrature du net + une cinquième remarque + corrections et reformulations diverses.

  1. Troisième axe, proposition n°5

Jonathan Chibois

Chercheur en anthropologie politique, thèse en cours.

More Posts - Website - Twitter

Le carnet réflexif (II). Donner corps à sa pensée

Quand les pensées prennent vie…
J’ai précédemment développé l’idée que l’activit…

Quand les pensées prennent vie…

J’ai précédemment développé l’idée que l’activité d’écriture privée dans le cadre de l’écrit de travail (selon les termes de Anne Vignié) avait ceci de paradoxal qu’elle était amputé de toute forme de communication vers autrui. Ceci n’est à vrai dire qu’à moitié vrai, on peut tout à fait avancer l’argument que le soi-lecteur puisse être en certaines circonstances étranger au soi-auteur, ainsi que l’expose joliment Baudouin Jurdant :

Au moment même où je me relis, je deviens un autre, un lecteur plus ou moins impitoyable pour l’auteur qui vient d’agir. Ce lecteur est déjà un étranger. Il se demande ce que cet auteur a bien pu vouloir dire quand il a écrit. Mais il s’agit là d’une illusion. Mon premier lecteur c’est-à-dire moi-même, n’est pas un étranger. Certes ce qu’il a écrit va lui paraître quelque peu étrange. Autrement dit, l’étranger, en l’occurrence, c’est l’auteur, celui qui meurt aussitôt après avoir écrit, celui qui se cache derrière le texte. Le texte est son tombeau.1

Ainsi il y a bien une forme de communication lorsque l’on écrit pour soi et uniquement pour soi. Écrire, se lire, réécrire, se relire, voilà qui forme une communication constructive de soi à soi-même. Les états successifs de sa propre pensée y sont vus comme autant d’auteurs différents qui reçoivent, sous la forme une version de texte plus aboutie, un message de leur prédécesseur pour en émettre un nouveau à l’attention de son successeur, et ainsi de suite jusqu’à obtenir l’écrit final. Mais une autre illusion se niche ici, le dialogue qui exige réciprocité n’en est ici pas un, dans une dynamique en sens unique, il est difficile d’imaginer que chaque soi-auteur successif puisse recevoir un message (alors moins abouti ?) en retour de la part de son successeur.

Alors qu’en écrivant publiquement ce qui relève usuellement de la sphère privée, on permet non pas une communication (à sens unique) mais plus justement un dialogue (réciproque). Écrire publiquement apporte une dimension supplémentaire, sans abandonner la communication entre le soi-auteur et le soi-lecteur, toujours présente lors de la phase de rédaction du billet. Sans même évoquer qu’écrire à destination d’un public n’est pas sans influer sur la formulation et le contenu, le fait de rendre une idée écrite publique lui donne corps.

Donner corps à une idée, c’est l’extraire de la nébuleuse de sa pensée, pour lui donner une existence propre et la regarder à distance. Je n’observe pas le même phénomène dans le cas d’un écrit demeurant privé. Pour employer les mots d’Howard S. Becker, une idée exposée au regard d’autrui c’est commencer à sortir le produit de l’atelier2, c’est-à-dire la confronter à la réalité, en esquisser les contours, lui donner une forme, et donc lui trouver une cohérence interne telle qu’elle puisse se tenir seule.

Le dialogue entre le soi-auteur et le soi-lecteur s’installe au moment où le billet est publié, quand l’idée se détache de l’auteur et de ses affects propres. Pour le lecteur que je deviens, l’auteur étranger ne meure plus dans le tombeau du texte, puisqu’il demeure cet étranger qui tient le carnet de recherche public, support de publication du même texte. Je ne doute pas que cet auteur existe puisqu’il soumettra à notre lecture d’autres billets. La meilleure preuve de son existence est que je peux en tant que lecteur utiliser le formulaire disponible sous le billet pour lui soumettre un commentaire critique, auquel – le connaissant – il répondra probablement.

Ce qui pourra paraître à certains (et je m’adresse notamment à mon futur moi-lecteur) comme relevant d’une certaine schizophrénie (au sens courant), je le perçois comme un outil méthodologique précieux. Formaliser ainsi ces deux facettes auteur/lecteur de l’activité de chercheur, permet d’insérer une distance critique qui me permet de gagner en rigueur d’analyse, pour juger plus scrupuleusement de la pertinence d’une idée et de ses limites.

Après tout, n’est-ce pas plus facile de critiquer les autres que soi ?

 

Crédit photo : « when your thoughts get painted on the wall », par Ibrahim Iujaz, 2007 (CC-by)

  1. Baudouin Jurdant, Écriture/lecture : questions sur la réflexivité, en février 2012 dans ces mêmes Espaces réflexifs.
  2. 1986, Writing for Social Scientists, 2004 pour l’édition française Écrire les sciences sociales chez Économica, traduit de l’anglais par P. Fogarty et A. Guillemin.

Jonathan Chibois

Chercheur en anthropologie politique, thèse en cours.

More Posts - Website - Twitter

Le carnet réflexif (I). Montrer la science en train de se faire

« Gears and Wheels »
Écrire pour soi, écrire pour les autres
L’ensemble des écrits constitués …

« Gears and Wheels »

Écrire pour soi, écrire pour les autres

L’ensemble des écrits constitués dans le cadre d’une recherche scientifique pourraient, comme Anne Vérin le suggère1, être organisés en deux catégories. D’un coté on trouverait les écrits dits alternativement “d’investigations“, “instrumentaux“, ou “de travail“, qui « accompagnent l’activité de [celui] qui cherche à apprendre : ils sont élaborés pour l’usage de l’auteur lui-même avant tout. Ils obéissent à une logique de la découverte », c’est-à-dire destinés à faire avancer chez le chercheur l’analyse et la compréhension des faits observés. D’un autre coté, on aurait, occupant une place à part, les écrits dits expositifs qui « sont une reconstruction à partir des écrits précédents [instrumentaux] mais obéissent à une logique différente. Il s’agit de bâtir un discours explicatif cohérent, où tous les éléments du raisonnement sont explicités, et qui soit convaincant pour un destinataire », c’est-à-dire ayant vocation à mettre en forme des connaissances établies dans une visée de communication.

Si, pour l’auteur, ce qui différencie ces deux formes d’écrits est essentiellement didactique, linguistique et voire épistémologique2, il me semble intéressant de noter que cette opposition s’articule aussi (surtout ?) autour de ce qui doit et ce qui ne doit pas être rendu public. Les hypothèses, les notes de lectures, les réflexions en cours sont contenus dans la sphère des écrits privés, en tant éléments constitutifs d’une recherche en cours, alors que les conclusions sous proposées au public, sous différentes formes, en tant que résultat d’une recherche. Voilà qui m’interroge (on l’aura deviné) sur le statut du carnet de recherche en ligne.

Montrer la science en train de se faire

« Fonction des écrits dans une pédagogie constructiviste », Anne Vérin, 1988

D’évidence, le carnet de recherche est fondamentalement les deux :  à la fois écrit d’investigation et écrit expositif. Peut-être ne recouvre-t-il pas les deux catégories entièrement, mais assurément il participe des deux logiques en même temps qu’il en est le fruit, il est un peu des deux, voire entre les deux. En tant que recueil d’écrits privés rendus publics, le carnet est autant le lieu de la recherche en train de se faire que le lieu de l’explicitation, autant destiné à comprendre qu’à faire comprendre. De fait, on peut dire en reprenant les termes d’A. Vérin, que le carnet invite à formuler sa pensée au fur et à mesure des mises en texte successives, c’est-à-dire à produire des écrits publics simultanément aux écrits privés, et en ce sens procède d’une manière originale (nouvelle ?) de faire de la recherche.

Mieux encore, le carnet peut-être considéré comme un écrit qui justement expose cette investigation, où pour le dire avec les mots de Bruno Latour, qui donne à voir la « science en train de se faire »3. Le carnet de recherche, en brouillant les frontières et en mélangeant les genres, ouvre les boites noires que sont les écrits d’investigation, montre une « science incertaine et vivante »4 sous la forme d’un « récit moins lisse, où l’activité scientifique résulte d’un processus de construction aussi bien social que technique, où les scientifiques sont plongés dans des controverses, où ils fonctionnent en collectif et doivent composer avec des instruments et des objets techniques »5.

Comme le pointe Antoine Blanchard dans Comment montrer la “science en train de se faire” ?, il est dans les faits difficile de suivre au plus près et au jour le jour l’activité scientifique en cours, comme le ferait un ethnographe des sciences. Tenir un carnet de recherche en ligne peut être une occasion de résoudre en partie ce dilemme, ne faisant pas de cette opération de connaissance l’initiative d’un tiers extérieur qui tenterait de pénétrer dans les quatre murs d’un laboratoire, mais plutôt celle de l’acteur de la recherche lui-même. Cette idée n’est pas nouvelle, déjà évoquée en 2008 par A. Blanchard, elle n’a (à ma connaissance) pourtant pas fait d’émules. Difficile pénétration de l’exigence réflexive au sein de la communauté scientifique, ou manque de demande sociale ?

L’ethnographie comme processus

Du point de vue de l’ethnographie, les exigences scientifiques actuelles imposent d’expliciter non seulement les données à disposition, mais aussi le cheminement intellectuel qui a conduit aux résultats présentés. Or, écrire publiquement par l’intermédiaire du carnet de recherche en ligne, c’est d’une certaine manière insister sur le caractère “in progress” de la recherche, c’est affirmer que – en anthropologie en tout cas – le processus (l’observation participante) et le produit (le texte ethnographique) sont deux dimensions intimement inter-reliées. Cette idée est exprimée ici par Christian Ghasarian :

Il est présomptueux et naïf d’opérer une séparation empirique entre l’observation et la représentation, car la recherche et l’écriture sont clairement des pratiques discursives politiques. C’est pourquoi il importe de prendre conscience que les modèles d’analyse structurent la vision. Si les ethnographies sont les fondations de la théorie anthropologique, elles sont aussi, avec le processus ethnographique d’où elles dérivent, façonnées par la théorie. L’ethnographie comme processus, suggère la prise en compte de la connexion entre les activités qui ont lieu pendant (et avant) la recherche et les principes et procédures employés pour en rendre compte. (…) Le discours de savoir sur un objet met en jeu les questions de pouvoir et de contrôle. (…) Pour toutes ces raisons, il est nécessaire d’amenuiser les distinctions entre le terrain, l’analyse et l’écrit ethnographique.6

Le carnet de recherche en ligne pourrait alors incarner la conscience de ces enjeux, en amenuisant les distinctions entre le terrain, l’analyse et l’écrit ethnographique pour ne faire qu’une de ces trois étapes usuellement distinctes.

 

Crédit illustrations : « Gears and Wheels » de Pietro Izzo (CC-by-nc-sa), 2007 ; « Figure 2 : Fonction des écrits dans une pédagogie constructiviste » in Anne Vérin, “Les élèves et l’écriture en science”, ASTER n°6, 1988 (p.21)

  1. Anne Vérin, “Les élèves et l’écriture en science”, ASTER, n°6, 1988 (p.20-21).
  2. Anne Vérin et Pierre Fillon, “Écrire pour comprendre les sciences”, ASTER, n°33, 2001, p. 12.
  3. Bruno Latour, La Science en action, 1989
  4. ibid.
  5. Franck Aggeri et Armand Hatchuel, “Ordres socio-économiques et polarisation de la recherche dans l’agriculture : pour une critique des rapports science/société”, Sociologie du travail, vol. 45, pp. 113-133. Cité par Antoine Blanchard, in Comment montrer la “science en train de se faire” ?
  6. Christian Ghasarian, “Sur les chemin de l’ethnographie réflexive”, 2004, p.14-15

Jonathan Chibois

Chercheur en anthropologie politique, thèse en cours.

More Posts - Website - Twitter

Écrire (publiquement) pour penser

 
J’ai écris mon premier livre en huit semaines : huit chapitres. (…)  Si j’ai écrit en h…

 

J’ai écris mon premier livre en huit semaines : huit chapitres. (…)  Si j’ai écrit en huit semaines huit chapitres, c’est parce que j’étais « enceint ». J’avais tellement médité et construit mon livre dans la tête qu’une fois que j’ai commencé à écrire, j’ai écris un chapitre par semaine. (…) Je me sentais dans une sorte d’auto-possession, j’avais ajusté toutes ces pensées d’avance.

Cette anecdote de Maurice Godelier1 suscite chez moi autant d’interrogations que d’admiration, tant il me semble improbable que l’acte de penser et celui d’écrire puissent être distincts.

« Brainstorming »

Écrire pour penser

La pensée vient par l’écriture, en ce qui me concerne en tout cas. Pour approfondir, déduire, contester, rebondir, bref pour avancer, j’ai besoin de rédiger. Pour les deux raisons (au moins) que sont la narration et l’audience, il n’y a que dans cet exercice que je parviens à me soumettre à une rigueur de définition, de hiérarchisation et d’argumentation. Ceci me fait dire que pour celui qui écrit, le texte final est souvent secondaire au vu de l’importance de l’écriture en tant qu’acte de production et de mise en forme de la pensée.

Avant d’écrire pour communiquer, j’écris donc (égoïstement) pour penser. Un texte sous sa forme finale, c’est-à-dire, travaillé et bien construit, ne m’est dans une certaine mesure plus d’aucune utilité2. Une fois une idée écrite, elle est intégrée à la nébuleuse de ma pensée en gestation. Même envisager de m’appuyer un jour sur ce produit fini pour la rédaction de ma thèse est illusoire, puisqu’un message dont on veut favoriser la réception s’adapte toujours aux interlocuteurs ciblés. Pour recycler, il faut reformuler, donc reconstruire, repenser, bref : ré-écrire. Le produit de mon écriture – le fruit de mes réflexions – n’a alors pas d’autre vocation que d’être le message que je destine à des lecteurs : penser est en ce sens un acte de communication.

Écrire sans lecteurs

Or, nous n’écrivons pas toujours publiquement, et même à vrai dire rarement (proportionnellement parlant). L’écrit privé précède l’écrit publique, nous n’attendons (heureusement) pas l’occasion d’être lu pour commencer à travailler. Écrire pour soi, c’est être son propre lecteur, mais en ce cas écrire n’est plus un acte de communication vers autrui, le fruit de ma pensée n’est plus un message, les lecteurs pour qui je prends tant de soins à formuler, expliciter, argumenter disparaissent.

Les lecteurs absents, l’exercice d’écriture n’a plus de raison d’être. Si écrire pour penser c’est formuler son propos pour s’adresser à des lecteurs, pourquoi (comment ?) alors écrire pour soi ? Non seulement le temps et l’énergie sont des ressources suffisamment rares pour être difficile à mobiliser si les enjeux manquent, mais en plus l’audience est un moteur de la rigueur et de l’exigence.

Paradoxalement, avoir conscience du fait que le processus prime sur le produit (peu importe ce qu’on écrit, l’essentiel est d’avancer) ne libère pas l’écriture, mais me paralyse en faisant disparaître les enjeux. Dans le travail quotidien de la recherche, ce qui aurait pu être une invitation à une écriture foisonnante, décomplexée, inventive, est surtout une incitation à l’errance, au sens d’une déambulation durable sans autre but que le voyage lui-même3.

Écrire publiquement

Rédiger des billets de blog n’est donc pas une activité annexe à la thèse. Mes billets, en tant qu’écrits publiques d’une pensée en cours d’élaboration, sont des morceaux à part entière du produit final de mon travail, puisque c’est avant tout en les rédigeant que j’ébauche, développe, et peaufine mon propos.

Le billet est à mi-chemin entre le brouillon et le texte rédigé […] comme un texte “in progress“, qui est une version à statut scientifique, mais qui n’en est pas le simple brouillon.4

Bien sûr, cela nécessite que j’assume dès à présent les (probables) futures erreurs et ce « temps des hypothèses »5, ce qui ne me semble pas insurmontable au vu de la souplesse de ce support qui autorise les corrections a posteriori et les mea culpa. Moins un risque qu’un parti pris, il me plaît en effet de montrer que la pensée n’est jamais définitivement figée, que la recherche est vivante6.

Par la possibilité de rendre public des écrits usuellement privés, ce qu’offre en définitive le carnet en ligne c’est pour le chercheur « la maîtrise de son espace de publication », selon les mots d’André Gunthert7. Une telle formule n’est pas anodine car de fait, dans une vision politique de l’édition scientifique, elle oppose deux conceptions de la recherche : l’une où le chercheur est asservi « aux choix thématiques ou disciplinaires d’une revue ou à l’agenda d’un éditeur », l’autre où il joue de sa liberté individuelle pour décider de l’objet et des modalités de ses publications (donc de sa pensée).

S’il n’est pas question de remettre en cause le bien-fondé des pratiques collectives d’évaluation par les pairs (“peer-reviewed“), cette voie parallèle offre un rééquilibrage bienvenu, à un moment où le monde savant entame une course à la rationalisation inspirée par les regroupements industriels.8

 

Crédit illustration : « Brainstorming », Mike Oliveri, 2007 (CC-by-nc-sa)

  1. in Ghasarian, 2004, p-199-200
  2. si ce n’est pour me rappeler quelle forme avait ma pensée ce jour.
  3. Source : Wiktionnaire
  4. Benoît Kermoal (Enklask), cité par Marie-Anne Paveau
  5. Frédérique Giraud et Mélodie Faury, Le carnet de thèse, Les Espaces Réflexifs, 02/2012
  6. évoqué ici dans F. Giraud et M. Faury, ibid.
  7. A. Gunthert, Why Blog ?, ARHV, 11/2009
  8. A. Gunthert, ibid.

Jonathan Chibois

Chercheur en anthropologie politique, thèse en cours.

More Posts - Website - Twitter