L’homme de Vitruve

On désigne souvent sous le nom d’homme de Vitruve, le célèbre dessin de Léonard de Vinci [1] e…

On désigne souvent sous le nom d’homme de Vitruve, le célèbre dessin de Léonard de Vinci [1] et on le met en rapport avec le traité de l’architecture inclus dans la Divina proportione de Luca Pacioli. En effet Léonard de Vinci qui fut son élève, en a réalisé plusieurs illustrations, mais l’homme de Vitruve ne s’y trouve pas : essayons d’en comprendre la raison.

L’origine du dessin est un passage du De Architectura de Vitruve. Comme le signale Philippe Fleury dans l’introduction de l’édition des Belles Lettres du texte de Vitruve [2], celui-ci était peu connu dans l’Antiquité : il est cité seulement par Pline et Frontin puis, plus tardivement, par Sidoine Apollinaire. Comme Vitruve dédie ses Dix livres de l’architecture à Octave, il aurait pu exercer sa profession sous César.

A la Renaissance, Vitruve devient la référence en matière d’architecture et il inspire le De re aedificatoria (1485) d’Alberti. Outre le traité de Pacioli déjà cité (publié en 1509), il faut citer Les quatre livres de l’architecture d’Andrea Palladio (1570) dont le titre même évoque Vitruve puisque le De Architectura était connu sous le nom des Dix livres d’architecture de Vitruve, titre employé pour sa traduction (1673) par Claude Perrault, célèbre comme architecte de la colonnade du Louvre.

 On peut donc dire que des villas palladiennes (dont la fameuse Rotonda de Vicenze utilisée pour le tournage du Don Giovanni de Joseph Losey), à la colonnade du Louvre et à toute l’architecture classique, y compris dans ses développements plus récents (et même, comme on le verra, chez Le Corbusier), l’influence de Vitruve reste toujours forte. Il vaut donc la peine de lire (en version sous-titrée) le passage de Vitruve du livre 3, chapitre 1, 3 où il définit les rapports du corps humain avec les deux figures du cercle et du carré.

 Item corporis centrum medium naturaliter est umbilicus.
En outre le point central du corps est par nature au nombril
Namque si homo conlocatus fuerit supinus,
car si un homme est couché sur le dos
manibus et pedibus pansis,
mains et jambes écartées
circinique conlocatum centrum in umbilico eius,
et la pointe du compas sur son nombril
circumagendo rotundationem
en décrivant un cercle
_____utrarumque manuum et pedum
_____des deux mains et des pieds
digiti
les doigts
_____linea tangentur.
_____seront touchés par la ligne

Cette première inscription de l’homme dans un cercle est représentée isolément dans l’ouvrage de Claude Perrault qui souligne que les figures originales de Vitruve “ont été perdues par la négligence des premiers copistes qui ne savaient pas dessiner, et qui d’ailleurs ne les ont pas vraisemblablement jugées nécessaires ; parce que la vue de ces figures les ayant instruits des choses elles-mêmes dont il est parlé dans le texte, il leur a semblé assez intelligible ; de même qu’il arrive toujours que l’on entend bien ce qui est dit, quoi qu’obscurément, quand les choses sont claires d’elles-mêmes” (préface) [3]

Après ce qu’on a appelé l’homo ad circulum, est défini l’homo ad quadratum :

Non minus
Néanmoins,
quemadmodum schema rotundationis in corpore efficitur,
de même que la figure du cercle est opérante sur le corps
item quadrata designatio in eo invenietur
de même la disposition carrée se trouve en lui

nam si
car si
_____a pedibus imis ad summum
_____de la plante des pieds jusqu’en haut
caput mensum erit,
l’extrémité était mesurée

eaque mensura relata fuerit ad manus pansas,
et que cette mesure était reportée sur les mains tendues

invenietur eadem latitudo uti altitudo,
on trouvera même largeur que hauteur
quemadmodum areae,
comme pour les surfaces
quae ad normam sunt quadratae
qui sont [tracées] carrées à l’équerre.

Vitruve ne suggère pas que le carré soit inscrit dans le cercle : le centre de la figure humaine était défini comme étant le nombril, alors que dans le cas du carré, le centre de la figure se trouve sur le pubis, comme indiqué dans la figure de Claude Perrault.

Luca Pacioli lui est ambigu : il ne traduit pas Vitruve mais le paraphrase. L’interprétation de cette description est qu’il y aurait la même distance entre les deux pieds qu’entre une main et un pied. [4]. On trouve cette représentation par exemple dans une autre traduction de Vitruve de Cesare Cesariano de 1521 et il est possible que soit à l’époque l’interprétation la plus habituelle de l’homme de Vitruve [5] :

La solution de Léonard de Vinci est tout autre que cet homme en X dont la disproportion est évidente et l’on comprend mieux son absence de l’ouvrage de Pacioli dont l’interprétation est différente. Dans l’homme de Vitruve, le carré n’est pas inscrit dans le cercle mais ils sont tangents à la base.

Mettre deux bras et deux jambes en plus sur le même corps est une évocation de la décomposition du mouvement qui n’est pas une interprétation de notre époque, mais date de l’époque même de Léonard de Vinci. En effet Erwin Panofsky [6], a attiré l’attention sur un disciple de Léonard, Carlo Urbino, qui a décomposé des mouvements en une série d’instantanés [7].

_____

Au terme de ce parcours il faut revenir à Vitruve qui explique que s’il a présenté  les rapports entre les dimensions du  corps humain, c’est pour que l’architecte respecte aussi une proportion entre les composants de l’architecture et le monument dans son entier. Mais il ajoute ceci (chap. 1, 5) :

Nec minus mensurarum rationes,
Et néanmoins le système des mesures
quae in omnibus operibus videntur necessariae esse,
dont la nécessité se manifeste en toute œuvre
ex corporis membris collegerunt,
on l’a emprunté au corps humain
uti digitum, palmum, pedem, cubitum
comme le doigt, la main, le pied, la coudée.

 Ceci est un rappel que, au sens matériel même, l’homme est la mesure de l’homme ; que dans sa vie pratique, les mesures qu’il utilise sont issues de son corps. Il aurait pu noter que l’homo ad quadratum nous manifeste que la longueur des bras étendue, la brassée, est égale à la taille.

C’est cette perspective de l’architecte qui prend ses modules de construction sur le corps humain qu’a voulu retrouver Le Corbusier quand il a présenté le Modulor, silhouette humaine dont les différentes dimensions doivent permettre de construire un environnement propice à l’épanouissement de ceux qui s’y trouvent.

Le Corbusier veut faire la synthèse de l’hommo ad quadratum et de l’hommo ad circulum en imaginant le centre du corps (comme pour l’hommo ad circulum), situé au nombril mais qui est à la moitié de la hauteur bras levé, le geste du bras de l’homme étant prolongé vers le haut et inscrit dans une surface rectangulaire.

Notons pour terminer que la métrologie d’Ancien régime était issue de celle de l’Antiquité, basée sur la mesure de l’homme. Les Révolutionnaires lui ont donné pour base la terre et nous sommes fiers du système métrique. Le Corbusier qui n’était pas de nationalité française mais helvétique partageait moins ce sentiment et reprochait au système métrique sa prise de distance par rapport au corps humain et sa division décimale, si pratique pour la science mais qui nécessite d’autres divisions pour la vie courante (comme la progression par moitié et double pour les unités de monnaie).

  1. conservé à Venise, Galleria dell’Academia
  2. De l’architecture . Livre I / Vitruve ; texte établi, trad. et commenté par Philippe Fleury, traduction de : De architectura libri X les Belles lettres, 1990
  3. Les dix livres d’architecture de Vitruve corrigés et traduits en 1684 par Claude Perrault, Liège, Mardaga, réédition en fac simile, 1996
  4. Argante Ciocci, Luca Pacioli e la matematizzazione del sapere nel Rinascimento, Bari, Cacucci, 2003, p. 79
  5. Ciocci, p. 82
  6. Erwin Panofsky, Le codex Huygens et la théorie de l’art de Léonard de Vinci, Flammarion, 1996, traduction et présentation de Daniel Arasse
  7. Codex Huygens, Folio 27. Source : Sergio Marinelli,  The Author of the Codex Huygens,  Journal of the Warburg and Courtauld Institutes, Vol. 44 (1981), pp. 214-220

Philippe Cibois

Philippe Cibois, né en 1941, est professeur émérite de sociologie de l'université de Versailles - St-Quentin en Yvelines.

More Posts - Website

Le mécanisme d’Anticythère

On connait bien l’ile grecque de Cythère, destination d’embarquement restée célèbre (bie…

On connait bien l’ile grecque de Cythère, destination d’embarquement restée célèbre (bien que l’expression soit un peu vieillie) car Vénus y avait un temple. Mais on connait moins Anticythère (aujourd’hui Antikythira) étymologiquement “en face de Cythère”, petite ile inhospitalière qui lui fait face.  Le trafic des navires entre la Grèce et Rome s’écoulait entre ces deux iles et Cicéron y passa lors de son retour de Rhodes où il était venu entendre les maitres de l’éloquence “asiatique” ( 77 av. J.C.). La passe était dangereuse et à la même époque un navire lourdement chargé y fit naufrage.

En 1900 des pécheurs d’éponge trouvent à 40 mètres de profondeur une épave où ils repèrent des bronzes et des statues antiques. A titre de preuve ils remontent un bras de bronze et, ne voulant pas faire de fouille illégale, vont prévenir les autorités à Athènes. Les mêmes plongeurs reviennent avec un archéologue pour une campagne de plongée qui dure de novembre 1900 à septembre 1901 : malgré plusieurs accidents de plongée (la plongée se fait en apnée) de nombreuses pièces sont remontées, statues (un éphèbe, un philosophe), des poteries, des amphores. Tous ces objets sont déposés au Musée national grec d’Athènes.

On laissa sécher un morceau de bronze enserré dans du bois (qui se détruisit en séchant). L’ensemble en bronze, couvert de concrétions se fragmenta en plusieurs morceaux. Plusieurs mois ensuite, un numismate repère des inscriptions en grec ancien : le mécanisme apparent est identifié comme un astrolabe. Voici l’état actuel des fragments les plus importants :[1]

Les informations  sur ces évènements sont fournies par celui qui a attiré l’attention sur le mécanisme d’Anticythère, un professeur d’histoire des sciences à Yale,  Derek de Solla Price (1922-1983) qui à commencé à étudier l’objet en 1950. A partir de 1972 il entreprend de radiographier les fragments et découvre à l’intérieur une série d’engrenages dont il va essayer de comprendre le rôle. En 1974 il publie dans les Transactions of the American Philosophical Society (Vol. 64, part 7) un article intitulé “Gears from the Greeks. The Antikythira Mechanism – A Calendar Computer from ca. 80 B.C.” qui est le point de départ obligé de toute étude sur cette question. Price considère le mécanisme comme une machine permettant le calcul d’un calendrier solaire et lunaire.

Depuis l’époque de Price, l’imagerie numérique a pris le relais et les hypothèses se sont affinées : voici une présentation d’ensemble du mécanisme tel qu’il peut être reconstitué [2]. Le mécanisme est à l’intérieur d’une boite en bois de 34 cm de hauteur, 18 cm de largeur et de 9 cm de profondeur. Sur une des faces, le cercle représente une année de 365 jours avec les signes du zodiaque correspondants. En cas d’année bissextile (en utilisant le terme utilisé depuis la réforme du calendrier de Jules César), le cercle peut être ajusté en position.

Quand on tourne la manivelle qui est sur le côté droit de la boite, deux index évoluent le long de ce cercle, le premier tourne lentement et représente la position du soleil au cours des mois de l’année. Le deuxième index, indique la position de la lune dans le ciel ainsi que (par le biais d’une boule noire et blanche qui tourne sur elle-même) quelle phase de la lune est visible.

Quand l’index du soleil se déplace d’un mois, la lune fait un tour complet (d’une nouvelle lune à une nouvelle lune) : ce mois lunaire a une durée de 29,5 jours. Cette durée inférieure au mois ordinaire explique le décalage des nouvelles lunes sur nos calendriers :

Calendrier annuel : soleil et phases de la lune

Cycle de 19 ans (cycle de Méton) en haut. Cycle de 18 ans (Saros) en bas.

Examinons maintenant l’autre face du mécanisme. On y voit deux spirales reliées l’une à l’autre avec deux index rotatifs dont la longueur suit l’enroulement de chaque spirale.

La spirale du haut représente un cycle de 19 ans soit 19 x 365,25 jours = 6939,75 jour, arrondi à 6940. Si l’on compte combien de lunaisons s’écoulent, il faut diviser par la longueur du mois lunaire soit 29,5 jours. On arrive à 235,25 mois lunaire, arrondi à 235. Méton, inventeur de ce cycle à Athènes au 5e siècle av.  J.C. a pu ainsi construire un calendrier lunaire, mais cependant précis, en intercalant judicieusement des mois lunaires supplémentaires pour que l’année astronomique liée au soleil coïncide avec ce calendrier. Si une année ordinaire a 12 mois lunaire, en 19 ans, on a 12 x 19 = 228 mois lunaire, alors qu’il en faut 235. Il faut donc en intercaler 7. L’index indique sur lequel des 235 mois lunaires on se trouve. Pour retrouver le calendrier annuel, il suffit de revenir à l’index de l’autre face.

La spirale inférieure a un index qui se déplace selon un autre cycle de 18 ans cette fois qui correspond à la période où une éclipse donnée se reproduit dans les même circonstances avec un décalage de 8 heures (pour les éclipses de lune). Ce cycle était connu des anciens sous le nom de Saros. Avec le mécanisme, on pouvait ainsi prédire si pour une nouvelle lune ou une pleine lune donnée, une éclipse de soleil ou de lune pouvait se produire.

Ce sont les rapports des engrenages qui permettaient ces affichages. Ci-dessous, le schéma  des engrenages tels qu’il est estimé aujourd’hui. D’autres cadrans auxiliaires non indiqués dans les images précédentes permettaient un gain de précision (Cycle de Callipos, mis au point au 4e siècle av. J.C. qui en prenant 4 cycles de Méton en améliore la précision, de même cycle de l’Exeligmos correspond à 3 cycles du Saros. Il y aurait aussi une mention de l’Olympiade en cours.) [3]. On trouve aussi sur le mécanisme de nombreuses inscriptions en grec qui ont aidé à comprendre le sens des différents mécanismes. Le type des caractères utilisés à permis de dater le mécanisme de la fin du 2e siècle av. J.C.[4]

Sources écrites

Cicéron est contemporain des évènements : il fait allusion à un mécanisme analogue dans le De Republica, I, XIV (21-22), où il évoque un globe qui aurait été construit par Archimède et dont le fonctionnement évoque bien le mécanisme d’Anticythère.

in eo admirandum esse inventum Archimedi
voici ce qui est admirable dans l’invention d’Archimède
quod excogitasset quem
c’est qu’il a obtenu que
_____ad modum
_____pour produire
__________indissimillimis motibus
__________par des mouvements non dissemblables
_____inaequabiles et varios cursus
_____des mouvements inégaux et variés
servaret una conversio.
une rotation serve

On retrouve là le procédé du mécanisme d’Anticythère : par un enchainement de rouages, un seul mouvement crée tous les types de rotations.

__________Hanc sphaeram
__________cette sphère
_____Gallus [C. Sulpicius Gallus est un consulaire réputé pour son savoir en astronomie]
_____Gallus [il est mis en scène dans le dialogue par un des interlocuteurs supposés]
cum
quand
_____moveret
_____mettait en mouvement

La sphère est mise en mouvement par un opérateur qui tourne une manivelle.

fiebat ut
il se faisait que
__________soli
__________sous le soleil
luna
la lune
__________totidem conversionibus in aere illo quot diebus in ipso caelo
__________avec autant de tours sur le bronze que de jours dans le ciel lui-même
_____succederet,
_____se plaçait

La lune et le soleil sont affichés sur une surface en bronze.

Cette phrase manifeste particulièrement l’intérêt d’une traduction au plus près, telle qu’on peut la montrer dans une présentation sous-titrée. En effet l’expression succedere soli, “se placer sous le soleil”, est difficile à interpréter et des traducteurs s’en affranchissent volontiers. Par exemple Price (1974, p. 56) utilise une traduction qui dit que “quand Gallus mettait en mouvement le globe, il était bien vrai que la lune était toujours à autant de révolutions derrière le soleil sur  l’appareil en bronze qu’elle était en réalité par rapport au nombre de jours où elle était derrière dans le ciel.” Dans la traduction des Belles Lettres, Esther Bréguet explique (p. 260) pour quelles raisons on doit conserver le sens “se placer sous le soleil” car, pour les anciens, utilisant un système où la terre est au centre de l’univers, l’orbite de la lune était sous celle du soleil.

ex quo
en conséquence
__________et in caelo sphaera solis
__________également dans le ciel et dans la sphère du soleil
_____fieret
_____se produisait
eadem illa defectio
cette même éclipse

et incideret luna tum in eam metam quae esset umbra terrae,
et la lune se trouvait alors dans ce cône dû à l’ombre de la terre
cum sol e regione [lacune]
avec le soleil en face…

la sphère d’Archimède est capable de prévoir les éclipses. Il s’agit bien d’un mécanisme analogue à celui d’Anticythère : dans un prochain billet nous étudierons la pratique scientifique d’Archimède et ce que Cicéron en dit.

***

Pour avoir maintenant une vision d’ensemble du mécanisme d’Anticythère, regardons le film réalisé par NVP3D et produit par une firme privée d’horlogerie qui a mis au point une montre le reproduisant. Ce film est utilisé dans les expositions évoquant le mécanisme [5].

Le prochain billet sera mis en ligne le 11 novembre

  1. Source : Musée National Archéologique
  2. les images suivantes sont des captures d’écran du film de la firme NVP3D présenté en fin de billet
  3. Source de l’image : Wikipedia
  4. On trouvera sur le site du projet collectif consacré au mécanisme, les références de plusieurs articles de Nature qui donnent l’état actuel de la recherche
  5. comme par exemple à Paris, au Musée des arts et métiers jusqu’au 1er juillet 2013

Philippe Cibois

Philippe Cibois, né en 1941, est professeur émérite de sociologie de l'université de Versailles - St-Quentin en Yvelines.

More Posts - Website

O Fortuna velut luna…

Les Carmina burana sont une vaste collection de poèmes médiévaux en latin. Ils ont été découverts en…

Les Carmina burana sont une vaste collection de poèmes médiévaux en latin. Ils ont été découverts en 1803, lors de la sécularisation des couvents de Bavière par le commissaire royal, Christophe von Aretin qui les mis à jour à l’abbaye bénédictine de Benediktbeuern, Beuron en français, Buranus en latin. Le recueil a été élaboré entre 1220 et 1250. On y trouve des poèmes métriques à l’imitation des anciens mais surtout des  poèmes rythmiques avec parfois des passages en langue vulgaire romane ou germanique. On y trouve des poésies morales et satiriques, des chansons d’amour, des chansons à boire, des drames religieux.

S’agit-il d’un recueil destiné à des goliards,  étudiants marginaux ou clercs non intégrés ? Mais la marginalité est le lot de tout poète (et il la revendique, même s’il est socialement bien intégré) . Les Carmina burana contiennent des pièces que l’on a pu repérer ailleurs ce qui a permis l’attribution de quelques auteurs et de quelques mélodies. Les lecteurs en sont des lettrés, clercs ou princes [1].

Le chant 17, O Fortuna, est célèbre car il sert d’introduction et de conclusion à la mise en musique (1937) des Carmina burana par Carl Orff : il s’agit d’un poème rythmique, basé sur la syllabe et la rime. C’est une poésie d’une forme proche de celle qui est pratiquée en français ou en italien (Dante écrit la Divine comédie en vers de onze syllabes avec rimes au siècle suivant celui des Carmina Burana).

En voici les trois strophes avec le nombre de syllabes par vers :

4 _____O Fortuna _____Sors immanis _____Sors salutis
4 _____velut luna _____et inanis _____et virtutis
7 statu variabilis rota tu volubilis michi nunc contraria
4 _____semper crescis _____status malus _____est affectus
4 _____aut decrescis _____vana salus _____et defectus
7 vita detestabilis semper dissolubilis semper in angaria
4 _____nunc obdurat _____omumbrata _____hac in hora
4 _____et tunc curat _____et velata _____sine mora
7 ludo mentis aciem michi quoque niteris corde pulsum tangite
4 _____egestatem _____nunc per ludum _____quod per sortem
4 _____potestatem _____dorsum nudum _____sternit fortem
7 dissolvit ut glaciem fero tui sceleris mecum omnes plangite

Cette présentation met l’accent sur la succession, pour chaque strophe de deux fois  deux vers de quatre syllabes suivis de deux vers de quatre syllabes enchassés dans deux vers de sept syllabes, les rimes se faisant deux à deux comme marqué par le jeu des couleurs , les rimes des vers à quatre syllabes en bleu, les rimes des vers à sept syllabes en rouge.
On notera que certains lisent les vers de quatre syllabes comme un vers de huit avec rime à l’hémistiche : le résultat est le même.
En voici le sous-titrage :

O Fortuna
Ô Fortune
velut luna
comme la lune
statu variabilis
changeante quant à l’état
semper crescis
toujours tu montes
aut decrescis
ou tu descends.
vita detestabilis
La vie, détestable,
nunc obdurat
d’abord oppresse
et tunc curat
et puis soulage
ludo
par un jeu,
_____mentis aciem
_____la vivacité de l’esprit
_____egestatem,
_____l’indigence
_____potestatem
_____la puissance
dissolvit ut glaciem
elle fait fondre comme la glace.

Sors immanis
Sort cruel
Et inanis
et vain
Rota tu volubilis
tu es une roue changeante
Status malus
une situation mauvaise
Vana salus
une prospérité trompeuse
Semper dissolubilis
toujours sujette à disparaitre.
Obumbrata
Dissimulé
Et velata
et voilé
Michi quoque niteris
tu t’en prends aussi à moi
Nunc per ludum
maintenant par [ton] jeu
Dorsum nudum
_____[mon] dos nu.
Fero tui sceleris
je présente à ta scélératesse

 

Sors salutis
Sort qui apporte le salut
Et virtutis
et le courage
Michi nunc contraria
qui à présent m’est hostile
Est affectus
[car] il est affaibli
Et defectus
et épuisé
Semper in angaria
toujours pris ailleurs.
Hac in hora
En cette heure
Sine mora
sans tarder
Corde pulsum tangite
ébranlez l’impulsion de la corde
Quod per sortem
puisque par hasard
Sternit fortem
il renverse le puissant
Mecum omnes plangite !
venez tous pleurer avec moi.

 

On notera quelques particularités du latin médiéval : mihi écrit michi  et prononcé miki ; chorda, ae écrit corda, e.

La page du  manuscrit médiéval où se trouve le chant 17 (les six dernières lignes de la page), comporte également une représentation de la roue de la fortune. Sous la roue, on peut lire aussi une partie du chant 19,  : [2]

Fas et nefas ambulant pene passu pari; prodigus non redimit vitium avari ; virtus temperantia quadam singulari debet medium ad utrumque vitium caute contemplari.
Si legisse memoras ethicam Catonis, in qua scriptum legitur : «ambula cum bonis», cum ad dandi gloriam animum disponis, supra cetera primum hoc considera, quis sit dignus donis.
Dare (le texte est interrompu, puis le chant 17 ) O Fortuna velut luna etc.

Munich, Bayerische Staatsbibliothek, clm 4660, fol. 1

Il faut regarder attentivement cette représentation de la roue de la fortune qui exprime la philosophie des Carmina burana dont cinq chants, dont le 17, sont consacrés au même thème.  On y voit deux têtes couronnées : celle  du haut de la roue de la fortune, est celle d’un roi. Il tient un sceptre et une inscription à gauche signale regno, je règne. Quand la roue tourne, il tombe : c’est le personnage de droite qui est à l’envers en chute libre avec sa couronne qui lui tombe de la tête et cette inscription regnavi, j’ai régné. En bas se trouve, sous la roue, un individu dépouillé des signes du pouvoir qui affiche sum sine regno, je suis sans règne. Enfin, à gauche, en remontée grâce à la roue, un personnage affirme regnabo, je régnerai. Ce cycle est sous la domination du personnage de la Fortune, également couronnée, mais dont la différence de taille et la position centrale manifestent le rôle. Elle tient dans ses deux mains une banderole : ce n’est pas elle qui tourne la roue, mais ses décrets dictent le destin des humains [3]. Ici la fortune apparait comme une déesse profane qui joue des nerfs de ses sujets comme plusieurs expressions vues plus haut le signalent : ludo (strophe 1), per ludum (2).

Nous sommes, vers 1200, à une époque qui a abandonné l’idée antique de la Fortune que l’on peut influencer, et qui est dominée par le texte de Boèce,  la Consolatio Philosophiae, la Consolation de Philosophie. En effet depuis saint Augustin, la fortune est laïcisée :

Etenim fortasse,
Peut-être en effet
quae vulgo Fortuna nominatur,
ce qu’on appelle vulgairement la fortune
occulto quodam ordine regitur,
est-il régi par un ordre caché
nihilque aliud in rebus casum vocamus,
et ce que nous nommons hasard dans les évènements
nisis cujus ratio et causa secreta est.
n’est-il rien d’autre que ce dont la raison et la cause sont inconnues

(C. Acadd. 1,1,1) [4]

Boèce, qui réfléchit sur son malheur, identifie la fortune avec la providence divine : si la fortune nous frappe, c’est pour nous rappeler que ce n’est pas en ce bas monde qu’il faut mettre ses espoirs, mais dans l’autre.

Cum omnis Fortuna
Puisque toujours la fortune
vel jucunda vel aspera
soit souriante, soit intraitable,
tum remunerandi exercendive bonos,
tantôt a pour objet de récompenser ou de mettre à l’épreuve les bons
tum puniendi corrigendive improbos
tantôt de punir ou de corriger les méchants
causa deferatur, omnis bona,
de ce fait elle doit toujours être jugée bonne
quam vel justam constat esse
puisqu’elle est de toute évidence soit juste
vel utilem.
soit utile.

(Consolation, 4,7,1-3) [5]

Dans les Carmina burana, cet aspect providentiel de la Fortune comme agent de Dieu a disparu, et les hommes ne sont que le jouet de la Fortune. Les Humanistes par contre vont reprendre la distinction classique entre Fortune (que l’on peut utiliser) et destin (prévu par les dieux), pour signifier la liberté de l’homme face au destin. Dans ce sens la Fortune devient simplement un parmi d’autres des agents de la Providence divine : ce thème sera évidemment développé par Machiavel qui pense que les résultats de l’agir humain sont pour moitié dus à la Fortune, l’autre moitié dépendant de la volonté humaine [6]. Il ajoute que la Fortune est femme, qu’il faut la séduire, voire la forcer.

Chapitre XXV du Prince,  titre du chapitre :

Quantum Fortuna in rebus humanis possit
Combien peut la Fortune dans les choses humaines
et quomodo illi sit occurendum
et de quelle façon on peut lui tenir tête

et dans le corps du chapitre :

Io iudico bene questo,
moi j’estime quand même
che sia meglio essere impetuoso che respettivo:
qu’il vaut mieux être impétueux que circonspect,
perché la fortuna è donna et è necessario,
car la fortune est femme et il est nécessaire
volendola tenere sotto, batterla et urtarla
si l’on veut la culbuter, de la battre et de la bousculer [7].

***

La fortune aujourd’hui n’a conservé de la Fortuna que la corne d’abondance qui lui est parfois associée et ne signifie plus que la richesse monétaire : il ne reste plus de l’ancien sens que des expressions figées comme “faire bon cœur contre mauvaise fortune”, la référence à la “fortune de mer” ou l’invitation “à la fortune du pôt”. Cependant le sens ancien reste fort dans le contraire de la fortune, l’infortune. Le contraire de “infortuné” c’est “chanceux” alors que le contraire de “fortuné”, c’est “pauvre”. La chance aujourd’hui nous est extérieure comme la fortune l’était : on a de la chance ou non, mais en même temps invoquer la malchance en cas d’échec est toujours suspect. Finalement nous ne partageons plus la philosophie des Carmina burana qui voient la fortune comme se jouant de nous. Nous sommes plus proches de Machiavel et de son hymne à la virtù.

Des Carmina burana il nous reste un texte mis en musique par Carl Orff : écoutons-en (en suivant le texte ci-dessus) une interprétation.

Le prochain billet sera mis en ligne le 14 octobre

  1. Étienne Wolff, Carmina Burana, Impr. nationale, 1995
  2. Le texte latin est disponible sur le site de la bibliotheca Augustana
  3. Jean Wirth, « L’iconographie médiévale de la roue de la fortune », in : Yasmina Foehr-Janssens, Emmanuelle Métry (dir.), La Fortune. Thèmes, représentations, discours, Genève, Droz, 2003
  4. cité dans  Emmanuelle Métry, « Fortuna et philosophia. Une alliance inattendue », in Foehr-Janssens, Métry, La Fortune 2003
  5. cité dans  le même article d’ Emmanuelle Métry
  6. Quentin Skinner, Machiavel, Seuil, 2001, p. 51
  7. texte italien et traduction :  Machiavel, Le Prince, traduction et commentaire de Jean-Louis Fournel et Jean-Claude Zancarini, PUF, 2000, p. 203

Philippe Cibois

Philippe Cibois, né en 1941, est professeur émérite de sociologie de l'université de Versailles - St-Quentin en Yvelines.

More Posts - Website

Lorem ipsum : nouvel état de la question

Un texte latin qui est très souvent utilisé aujourd’hui, précisément parce qu’il est incompréhensibl…

Un texte latin qui est très souvent utilisé aujourd’hui, précisément parce qu’il est incompréhensible, c’est le fameux Lorem ipsum des imprimeurs. J’avais déjà évoqué cette question dans un précédent billet mais des éléments nouveaux sont apparus qui permettent de dresser un nouvel état de la question.

Ce que l’on dit sur le Lorem ipsum

Il s’agit d’un faux texte, c’est-à-dire qu’il permet à des concepteurs de maquettes, de documents, de remplir un espace avec un texte pour se rendre compte du résultat final, étant entendu qu’il faudra que ce faux texte soit remplacé par un texte à venir.

Il en existe de nombreuses versions qui commencent à peu près toutes par Lorem ipsum. Les logiciels de Publication Assistée par Ordinateur proposent une option pour mettre du faux texte et même Word le fait, il suffit d’écrire « =lorem() » et de faire « entrée » et on obtient le résultat suivant :

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit. Maecenas porttitor congue massa. Fusce posuere, magna sed pulvinar ultricies, purus lectus malesuada libero, sit amet commodo magna eros quis urna.
Nunc viverra imperdiet enim. Fusce est. Vivamus a tellus.
Pellentesque habitant morbi tristique senectus et netus et malesuada fames ac turpis egestas. Proin pharetra nonummy pede. Mauris et orci.

La parenthèse peut contenir des paramètres : (p,l) où p le nombre de paragraphe et l est les nombre total de lignes désirées.

Prenons par exemple un site genevois assez détaillé qui nous donne l’état de la question : il nous y est dit que le Lorem ipsum « date des années 1500, période à laquelle un imprimeur anonyme (l’histoire n’a malheureusement pas retenu son nom) a eu l’idée de prendre un pavé de texte latin et de le brouiller pour en faire un texte modèle de typographie pour les livres. L’idée était de mettre en évidence la qualité de son travail d’impression sans que le « lecteur » ait l’attention attirée par le texte. »

On a cru longtemps que ce latin ne voulait rien dire mais un latiniste du Hampden-Sydney College (Virginie), Richard McClintock, actuellement directeur des publications de cette institution, a lancé une recherche en ligne sur un mot peu fréquent du lorem ipsum « consectetur » et a ainsi découvert un environnement de texte correspondant au De finibus de Cicéron (1.10.32). Cette découverte fut signalée en 1993 par une lettre au responsable de la revue de graphisme Before & After en réponse à un article (Vol. 3, n°6) où il était dit que ce latin ne voulait rien dire. Cette réfutation est parue dans le numéro 1 du volume 4 de 1994.

Ces informations m’ont été communiquées par Richard McClintock lui-même qui ajoutait que « récemment, j’ai découvert que dans l’édition de la Loeb Classical Library [qui est l’équivalent en langue anglaise des éditions Guillaume Budé] du De Finibus, publiée en 1914, le texte est réparti sur la page de telle sorte qu’une page finit par Neque porro quisquam est qui do– et que la page suivant commence avec exactement notre texte lorem ipsum quia dolor sit..On peut se demander si c’est l’épreuve de cette page qui a été brouillée »

Si un tel faux texte est utilisé depuis longtemps par les imprimeurs, j’ai pensé qu’on devrait en trouver trace dans ce haut lieu de l’imprimerie en France qu’est l’École Estienne à Paris fondée à la fin du 19e siècle pour enseigner l’art de la typographie. J’ai donc contacté, Anouk Seng, la bibliothécaire de l’École Estienne, qui a mobilisé ses réseaux et plusieurs réponses sont arrivées rapidement :
– pour Jean Mauvais (éditeur, ancien professeur à l’École Estienne), le lorem ipsum n’est pas employé en France (à partir du 18e siècle) pour les ouvrages de présentation de polices de caractères mais c’est la langue française qui est en général utilisée. Quand c’est le latin, ce n’est pas le lorem ipsum mais il est souvent question de Catilina. Il fait l’hypothèse que c’est avec les planches de Letraset (entreprise créée en 1959 au Royaume-Uni) que le Lorem ipsum est apparu.
– selon Jacques André (retraité de l’Inria, Rennes) qui a mis au point un site spécialisé sur la typographie, l’origine du Lorem ipsum est à situer au 20e siècle car on n’en trouve pas mention dans les ouvrages de composition ou les manuels de typographie. L’idée que le Lorem Ipsum date des débuts de l’imprimerie lui semble une légende.

J’ai immédiatement mis en rapport l’information de Richard McClintock, qui évoquait l’édition classique de Cicéron du début du 20e siècle où Lorem ipsum est un haut de page, avec l’absence de ce terme auparavant et son attestation dans les planches Letraset, en faisant l’hypothèse que la création du Lorem ipsum serait une conséquence de cette édition. Il restait à le vérifier.


Les résultats de l’enquête

Voici une édition de la Loeb classical library du texte de Cicéron du De finibus avec une traduction de H. Rackham. C’est une réédition de 1983 de l’édition de 1914. Le texte y est bien coupé de la façon indiquée par Richard McClintock avec  en fin de page 34 le mot dolorem coupé après do– et la suite (do)lorem ipsum qui débute en page 36.

Nous sommes donc en possession de la bonne édition, mais à quelle version du Lorem ipsum la comparer puisqu’on en trouve de nombreuses variantes ? Pour avoir une attestation écrite, stable, la plus lointaine possible, il faut remonter avant l’ère de l’informatique et donc aux planches Letraset des années 70. La bibliothèque de l’École Estienne en possède une brochure de présentation, non datée, mais qui, du fait des caractères employés, doit dater de ces années 70. On y trouve une présentation de plusieurs planches de « texte muet ». En voici la page où l’on trouve, en haut à gauche, l’image réduite d’une planche complète.

Il s’agit bien du Lorem ipsum. Faisons un agrandissement de la planche complète :

On constate, en agrandissant l’image, que la colonne de droite est identique à la colonne de gauche et que celle-ci reproduit en quatre exemplaires un bloc qui commence par Lorem ipsum. Ces blocs ont 18 lignes, sauf le 3e qui possède une ligne supplémentaire après la 6e. C’est donc ce 3e bloc, plus complet, qui nous servira de texte de référence. En voici le texte où la ligne supplémentaire par rapport aux autres blocs est notée en italiques :

Letraset Body Type

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipscing elit, sed diam nonnumy eiusmod tempor incidunt ut labore et dolore magna aliquam erat volupat. Ut enim ad minimim veniami quis nostrud exercitation ullamcorpor suscipit laboris nisi ut aliquip ex ea commodo consequat. Duis autem vel eum irure dolor in reprehenderit in voluptate velit esse molestaie son fier ad augendas cum conscient to factor tum poen legum odioque civiuda Et tamen in busda ne que pecun modut est neque nonor imper ned libiding gen epular religuard on cupiditat. quas nulla praid om umdant. Improb pary minuiti potius inflammad ut coercend magist and et dodecendense videantur. Invitat igitur vera ratio bene santos ad iustitiami aequitated fidem. Neque hominy infant aut iniuste fact est cond que neg facile efficerd possit duo conteud notiner si effecerit, et opes vel fortunag veling en liberalitat magis em conveniunt, dabut tutung benevolent sib conciliant et, al is aptissim est ad quiet. Endium caritat praesert cum omning null sit caus peccand quaeret en imigent cupidat a natura proficis facile explent sine julla inura autend unanc sunt isti.

Pour faire la comparaison avec l’édition Loeb, nous allons prendre comme référence chaque ligne de l’édition Loeb et mettre en dessous les mots correspondants du Lorem ipsum. Voici cette page :

Soit la première ligne :
1
lorem ipsum, quia dolor sit, amet, consectetur, adipisci
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipscing

On met en gras dans la ligne de Loeb ce qui est pris par le Lorem ipsum : on voit que pour cette première ligne, seul « quia » a été omis. Dans la ligne de Lorem ipsum, on met en gras les ajouts du texte, ici une final anglaise en ing. On constate dès à présent que par rapport au texte  du Lorem ipsum  de Word cité plus haut,

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing

il n’y a pas de modification dans Letraset pour consectetur : comme le texte du Lorem ipsum n’est pas guidé par le sens, puisqu’il brille par son absence, on peut faire l’hypothèse que tout éloignement du texte d’origine correspond à une déformation introduite par un usage ultérieur.

Continuons la comparaison jusqu’à la ligne 8 de l’édition Loeb :
2
velit, sed quia non numquam eius modi tempora incidunt,
elit , sed diam nonnumy eiusmod tempor incidunt
3
ut labore et dolore magnam aliquam quaerat volupta-
ut labore et dolore magna aliquam erat volupat

les inversions volupta volupat sont notées par des italiques

4
tem. Ut enim ad minima veniam, quis nostrum
Ut enim ad minimim veniami quis nostrud
5
exercitation
em ullam corporis suscipit laboriosam,
exercitation ullamcorpor suscipit laboris
6
nisi ut
aliquid ex ea commodi consequatur? Quis
nisi ut aliquip ex ea commodo consequat. Duis
7
autem vel eum iure reprehenderit, qui in ea voluptate
autem vel eum irure dolor in reprehenderit in voluptate
8
velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum,
velit esse. molestaie son fier ad augendas cum conscient

S’il y a quelques ajouts de lettres, d’un mot (dolor), à partir du milieu de la ligne 8, il n’y a plus de correspondance (texte mis en rouge). D’où vient la suite ? Pour m’en faire une idée, j’ai repris la technique de Richard McClintock en utilisant la fonction recherche du site Itinera electronica  sur le même chapitre 1 du De Finibus. Je me suis aperçu ainsi que le dernier mot utilisé de la page 36 était le premier mot de la page 56.

On peut faire coïncider à nouveau la suite du Lorem ipsum avec les lignes 1 à 18 de la page 56 de la manière suivante  (paragraphes 51 et 52 du De Finibus):
1
(51) molestias accessio potest fieri, quanta ad augendas,
molestaie son fier ad augendas
2
cum
conscientia factorum, tum poena legum odioque
cum conscient to factor tum poen legum odioque
3
civium? Et tamen in quibusdam neque pecuniae
civiuda.  Et tamen in busda ne que pecun
4
modus est neque honoris neque imperii nec libidinum
modut est neque nonor imper ned libiding
5
nec epularum nec reliquarum cupiditatum, quas nulla
gen epular religuard on cupiditat. quas nulla
6
praeda umquam improbe parta minuit, potiusque in-
praid om umdant. Improb pary minuiti potius in
7
flammat, ut coercendi magis quam dedocendi esse
flammad ut coercend magist and et dodecendense
8
(52) videantur. Invitat igitur vera ratio bene sanos ad
videantur.Invitat igitur vera ratio bene santos ad
9
iustitiam, aequitatem,fidem. Neque homini infanti
iustitiami aequitated fidem. Neque hominy infant
10
aut
inpotenti iniuste facta conducunt,qui nec facile
aut iniuste fact est cond que neg facile
11
efficer
e possit, quod conetur, nec obtinere, si effecerit,
efficerd possit duo conteud notiner si effecerit,
12
et opes vel fortunae vel ingenii liberalitati magis con-
et opes vel fortunag veling en liberalitat magis em con
13
veniunt, qua qui utuntur, benevolentiam sibi con-
veniunt, dabut tutung benevolent sib con
14
ciliant et, quod aptissimum est ad quiete vivendum,
ciliant et, al is aptissim est ad quiet. Endium
15
caritat
em ; praesertim cum omnino nulla sit causa
caritat praesert cum omning null sit caus
16
peccand
i : (53) quae enim cupiditates a natura profici-
peccand quaeret en imigent cupidat a natura proficis
17
s
cuntur, facile explentur sine ulla iniuria ; quae autem
facile explent sine julla inura autend
18
inanes sunt, iis parendum non est
unanc sunt isti.

S’il y a des omissions, il y a peu d’ajouts du Lorem ipsum : quelques lettres de finales, quelques mots : son (ligne 1), to (2), on (5), and et (7), est (10) duo (11), dabut (13) soit essentiellement un mélange de latin et d’anglais, voire même la traduction de l’un dans l’autre (and et).

Ce redémarrage du Lorem ipsum sur une nouvelle page de Loeb qui s’appuie sur un mot pivot molestiae / molestias présent à 10 pages d’intervalle ne peut s’expliquer que par l’utilisation de cette édition du De Finibus pour la création du Lorem ipsum de Letraset.

Il existe d’autres versions du Lorem ipsum qui utilisent aussi le paragraphe 33 du De Finibus. C’est par exemple celle donnée dans le site genevois cité plus haut.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. Ut enim ad minim veniam, quis nostrud exercitation ullamco laboris nisi ut aliquip ex ea commodo consequat. Duis aute irure dolor in reprehenderit in voluptate velit esse cillum dolore eu fugiat nulla pariatur. Excepteur sint occaecat cupidatat non proident, sunt in culpa qui officia deserunt mollit anim id est laborum.

Pour comparer les versions, je laisse en première ligne le texte Loeb du De Finibus et en 2e le Lorem ipsum de Letraset comme précédemment mais j’ajoute en 3e ligne le Lorem ipsum standard.

1
lorem ipsum, quia dolor sit, amet, consectetur, adipisci
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipscing
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing
2
velit, sed quia non numquam eius modi tempora incidunt,
elit , sed diam nonnumy eiusmod tempor incidunt
elit, sed do eiusmod tempor incididunt
3
ut labore et dolore magnam aliquam quaerat volupta-
ut labore et dolore magna aliquam erat volupat
ut labore et dolore magna aliqua.
4
tem. Ut enim ad minima veniam, quis nostrum
Ut enim ad minimim veniami quis nostrud
Ut enim ad minim veniam, quis nostrud
5
exercitation
em ullam corporis suscipit laboriosam,
exercitation ullamcorpor suscipit laboris
exercitation ullamco laboris
6
nisi ut
aliquid ex ea commodi consequatur? Quis
nisi ut aliquip ex ea commodo consequat. Duis
nisi ut aliquip ex ea commodo consequat. Duis
7
autem vel eum iure reprehenderit, qui in ea voluptate
autem vel eum irure dolor in reprehenderit in voluptate
aute irure dolor in reprehenderit in voluptate

La comparaison des lignes 2 et 3 montre que le Lorem ipsum standard suit à la lettre celui de Letraset mais en faisant des omissions dans 6 lignes sur 8. On peut donc en déduire que la version d’origine est le Lorem ipsum de Letraset.

8
velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum,
velit esse. molestaie son fier ad augendas cum conscient
velit esse dolore eu fugiat nulla pariatur

A partir de la ligne 8 il y a à nouveau divergence : la coupure se fait au même endroit, mais la reprise se fait à la ligne suivante de Loeb :
9
qui dolorem eum fugiat quo voluptas nulla pariatur ?
dolore eu fugiat nulla pariatur

Les trois lignes suivantes de Loeb sont sautées :
10
[33] At vero eos et accusamus et iusto odio dignissimos
11
ducimus qui blanditiis praesentium voluptatum dele-
12
niti atque corrupti quos dolores et quas molestias

Le dernier mot de cette ligne 12 est molestias : on remarque que la coupure s’est faite entre deux attestations du mot molestiae / molestias qui ici a pu servir de pivot sur quelques lignes, comme dans la version Letraset cela s’est fait sur quelques pages. La reprise se fait exactement avec le début de la ligne 13, ce qui montre bien une nouvelle fois  la dépendance de cette édition avec Loeb.
13
excepturi sint occaecati cupiditate non provident,
Excepteur sint occaecat cupidatat non proident
14
similique sunt in culpa qui officia deserunt mollitia
sunt in culpa qui officia deserunt mollit
15
animi, id est laborum et dolorum fuga. Et harum
anim id est laborum.

Un autre élément va dans le sens de l’antériorité de la version Letraset. En effet, dans la brochure, la planche étudiée n’est pas la seule et l’on constate ailleurs la présence de mots issus de la page 36, paragraphe 33 qui vient d’être cité mais qui n’était pas pris en compte dans la planche étudiée en premier.

Par exemple dans le BT 2 – corps 10 (BT pour Body Type). La progression, qui saute des lignes de la page 36 de Loeb, est la suivante :

Lorem ipsum dolor si am : ligne 1
voluptat. Ut enim ad mini : lignes 3 et 4
vel eum irure reprehenderit : ligne 7

Paragraphe 33
iusto odio difinssim ducim : ligne 10
sunt in culpa qui officia : ligne 14
cum soluta nobis est eligen : ligne 17
repellend. Temporibud aute : ligne 20
earud rerum hic tenetury sa : ligne 23
eam non possing accommod : ligne 28

mais avec : ad augendas cum conscient, on abandonne la page 36 en cours et on passe directement à la ligne 1 de la page 56, deuxième page du texte de la planche entière. On constate donc que Letraset utilise l’ensemble de la page 36 (paragraphes 32 et 33 du De Finibus, comme le texte standard) ainsi que la page 56 (paragraphes 51, 52 et 53). Cette version plus ample, dont la version standard n’est qu’une sous-partie, peut donc être considérée comme la version d’origine.

Comme cette planche Letraset a été diffusée au plus tôt à partir des années 60 (création de la société en 1959), examinons si cette diffusion peut être repérée.

La statistique textuelle

Google, ayant déjà numérisé des milliers de livres, propose avec le programme Books Ngram Viewer de voir l’évolution d’un terme à travers les décennies. Utilisons ce procédé pour Lorem ipsum et les mots qui viennent immédiatement ensuite dolor sit amet :

Les deux expressions Lorem ipsum et dolor sit amet débutent leur progression dans les années 70 seulement : les cas avant 1900 correspondent à des pics particuliers sans lendemain qui semblent plutôt dus à des erreurs de datation.

Prenons donc comme point de départ 1960 pour mieux voir l’évolution et comparons la distribution de Lorem ipsum avec celle du mot Letraset :

On voit que Lorem ipsum vient après le développement de Letraset, puis, que Letraset diminue tandis que Lorem ipsum continue sa progression. Si nous comparons avec le mot informatique en France,

on voit que le procédé Letraset a subi l’impact de l’arrivée de l’informatique qui s’est substituée à lui.

La pratique de la mise en page

Au 19e siècle, comme on l’a vu, les professionnels de la typographie ne pratiquent pas le faux texte car composer est laborieux et donc couteux. Quand, pour des raisons de publicité, les fabricants de polices de caractères présentent un texte, c’est un vrai, par exemple la première catilinaire pour le texte latin ou un poème pour le texte anglais  (An abridged specimen of Printing Types made at Bruce’s New-York Type-Foundry, New-York, George Bruce’s Son & Co., 1869, cité par le site typographique de Jacques André qui renvoie au site google books).

Comme je l’ai montré précédemment,  au 19e siècle, le latin reste une langue internationale à ce point tel que certains voudraient la faire revivre à l’oral pour servir dans les rencontres internationales. On a vu comment, après la guerre de 14-18, l’Allemagne défaite et la France exsangue ne peuvent plus entrer en compétition avec l’anglais qui va s’imposer alors seulement comme langue d’échange à vocation mondiale.

Pour un faux texte, le latin a le mérite d’être universel, mais c’est désormais dans l’incompréhension, ce qui n’est pas un problème mais un atout, alors qu’au 19e siècle, le latin est encore compris par les élites.

Ce n’est donc pas dans le milieu professionnel des imprimeurs qu’il faut chercher l’origine du Lorem ipsum mais plutôt dans le milieu professionnel des maquettistes qui trouvent avec le système Letraset un dispositif efficace. En effet, il faut rappeler que les planches Letraset permettaient à des non-spécialistes de l’édition de mettre au point (par le procédé de décalcomanie en transfert à sec) des maquettes qu’il était possible ensuite d’imprimer par reproduction directe. L’usage de l’informatique avec toutes ses capacités de composition graphique va ensuite prendre le relai et entrainer le déclin des planches Letraset.

On peut donc dire pour conclure que le Lorem ipsum n’est pas né dans le monde de l’imprimerie au 16e siècle : au plus tôt, il apparait après 1914, date de la première édition du De Finibus de Cicéron dans la collection Loeb ; au plus tard, il a été créé pour Letraset dans les années 60. Y a-t-il eu un intermédiaire entre ces deux dates ? C’est une question que l’enquête, en particulier auprès de la société Letraset, devra résoudre.

***

Comme on l’a vu, ce nouvel état de la question est le fruit d’une collaboration : Richard McClintock a été le pionnier et sa remarque récente sur l’édition Loeb a été fondamentale. Des professionnels des techniques d’imprimerie liés à l’École Estienne, Jacques André et Jean Mauvais ont montré l’inexistence du procédé du faux texte au 19e siècle et ont envisagé l’hypothèse Letraset ; Anouk Seng à la bibliothèque de l’Ecole a été une source d’information efficace. Merci à toutes ces personnes de leur collaboration.

Philippe Cibois

Philippe Cibois, né en 1941, est professeur émérite de sociologie de l'université de Versailles - St-Quentin en Yvelines.

More Posts - Website

La sténographie en latin : les notes tironiennes

Notarius en latin a les deux sens de secrétaire et de sténographe : ce dernier est celui qui prend d…

Notarius en latin a les deux sens de secrétaire et de sténographe : ce dernier est celui qui prend des « notes », c’est-à-dire qui enregistre des signes qui permettent de noter intégralement les paroles dites par exemple lors d’un discours au sénat ou d’une plaidoirie dans un procès.

Cicéron utilisait ce système : dans une lettre à Atticus (13, 32), il pense que son correspondant a mal compris ce qu’il lui demandait, quia δια σημείϖν scripseram, “parce j’avais écrit « en signes »”, c’est-à-dire qu’il avait utilisé des signes sténographiques non pour aller plus vite, mais à des fins de confidentialité. Comme son secrétaire, l’affranchi Tiron était un collaborateur fidèle et efficace, au 4e siècle on lui a attribué l’invention de ces signes ou notae [1].

On n’a pas de traces de notes tironiennes datant de l’antiquité mais elles furent utilisés jusqu’au 10e siècle : en voici un exemple tiré d’un article de Denis Muzerelle qui a été ma source principale pour le présent billet [2] :

Il s’agit du début des versets 3 et 4 du psaume 59 : en nous aidant d’un écrit d’Emile Chatelain de 1900 qui donne les principes du déchiffrement des notes tironiennes [3], essayons d’en comprendre le principe.

Fonctionnement des notes tironiennes

D’une manière générale, on distingue deux parties pour la représentation de chaque mot. Il y a d’abord le radical initial suivi ou non de la charpente des consonnes du mot puis, en plus petit, la terminaison finale dont voici précisément quelques exemples : 

on remarquera pour les terminaisons –isti et –asti que l’opposition entre les voyelles a et i se fait uniquement par une différence d’orientation du trait.

On reconnait la même racine De dans Deus et destruxisti : bien qu’elle soit de plus grande taille dans le premier mot du verset.

De même le signe T se trouve représenté de façon analogue soit dans un radical (et, terram, destruxisti), soit dans une terminaison (is-ti, as-ti) :

ce qui manifeste que :
– dans destruxisti, les seuls sons notés sont De + T + Sti
– dans terram, les seuls sons notés sont T + am.

Cette réduction des mots à un squelette consonantique, avec en plus petit et à part une terminaison, est spécifique de toute notation sténographique pour des raisons fonctionnelles : on peut penser que cela suffira pour reconnaitre le mot.

On a le même phénomène pour commovisti et conturbasti où au radical initial Con s’ajoute un autre radical Mo (ou une ébauche de lettre t) et la terminaison :

|

|

|

|

Restent les mots suivants que l’on donne avec leur interprétation : repulisti, nos, eam, sana.

|

|

|

|

|

|

|

|

|

|

Nous pouvons maintenant comprendre la transcription paléographique de Denis Muzerelle dans son ensemble :

Mais une question se pose : pourquoi noter un psaume en sténographie ? Examinons donc les types d’écrits retrouvés en notes tironiennes.

Les écrits en notes tironiennes

L’usage antique de la sténographie ne fait aucun doute comme l’atteste par exemple ce texte de Plutarque qui, dans la vie de Caton d’Utique (Caton Le Jeune, XXIII), signale qu’un discours contre César à propos de Catilina, fut « le seul discours de Caton qui ait été conservé, dit-on. Le consul Cicéron avait fait enseigner aux plus rapides des secrétaires des signes qui équivalaient, sous une forme courte et brève, à de nombreuses lettres (…). A cette époque, on ne formait et on n’employait pas encore ceux qu’on appelle sténographes (σημειογράφους) ; c’est à cette occasion, dit-on, qu’on en trouve trace pour la première fois. [4]

Un autre indice, plus sûr que la seule tradition postérieure, est la présence dans d’amples recueils de notes tironiennes du 8e siècle de termes utilisés par les Romains soit en politique, soit en droit, termes qui n’étaient plus d’aucune utilité à l’époque mais qui manifeste la récupération de manuels romains anciens. Comme le remarque Denis Muzerelle  « quelques chapitres transmettent un formulaire qui parait directement sorti d’un manuel d’administration romaine, et qui dégage un réel parfum d’authenticité. Très convaincants aussi sont les premiers chapitres, qui fournissent un vocabulaire élémentaire et exposent méthodiquement — par l’exemple — la façon de noter des déclinaisons : ce sont visiblement les témoins de l’existence de manuels d’apprentissage. D’après les répétitions et les redondances qu’on constate, on a sans doute affaire à la juxtaposition d’élèments transmis par des sources indépendantes. »  [5].

Ces recueils, fruits de la renaissance carolingiennes, recensent 12000 signes et semblent destinés plutôt à la production d’écrits en notes tironiennes qu’à leur lecture. Plusieurs psautiers complets ont été conservés et ce choix « n’est évidemment pas un hasard : une longue tradition en fait le manuel habituel pour l’apprentissage de la lecture. Ainsi, le but de l’opération était sans doute à la fois de fournir un manuel d’initiation à la lecture des notes (à partir d’un texte déjà connu par cœur), et d’établir un modèle officiel de cette écriture. »[6].

Enfin, on retrouve des notes tironiennes dans de nombreux documents mais elles ont un autre rôle : elles permettent à ceux qui travaillent sur des textes de mettre des commentaires, des gloses, des indications de recopie, sans risquer qu’elles soient prises pour le texte lui-même. On assiste ainsi à la création d’un deuxième niveau de lecture du texte, réservé aux experts De telle notes sont encore utilisées jusqu’au commencement du 11e siècle [7].

Postface au billet Lingua franca

Dans ce billet était étudiée la turquerie du Bourgeois Gentilhomme et il y était montré que le mufti parlait précisément en lingua franca de la méditerranée de l’époque. Mais il s’avère que pour les turcs, ce n’est pas la même chose : on trouvera dans ce billet un commentaire d’un correspondant qui fait remarquer que «  ioc me semble venir du turc “yok”, qui signifierait quelque chose comme “il n’y a pas”, mais est utilisé au quotidien comme négation.  ». Sans être pour le moins turcophone, on peut confier le travail de traduction à google qui confirme :

On remarquera que la question est posée en anglais car c’est la langue pivot de google. Si on la pose en français, il traduit d’abord en anglais, puis retraduit en turc, ce qui n’est pas bon pour la précision du résultat.

Donc, les turcs de Molière parlent turc et non lingua franca (ce qui finalement est assez naturel et manifeste, comme notre correspondant le remarque que « Molière avait bien étudié sa lingua franca…) ». Qu’en est-il alors de leur autre intervention où, à la demande du mufti de savoir si Mr Jourdain sera un bon turc, ils répondent : « Hey valla. Hey valla. »

Plusieurs essais avec google n’ayant donné aucun résultat, peut-être y a-t-il parmi les lecteurs de ce billet des personnes ayant des turcophones dans leur entourage  qui pourraient lever cette interrogation (des élèves par exemple).

Le prochain billet sera mis en ligne le 29 avril

  1. Article « notes tironiennes » du Dictionnaire d’archéologie chrétienne et de liturgie, t. XII, 2, 1936, col. 1669-1708
  2. Denis Muzerelle , « Aperçu sommaire (et perspectives nouvelles) sur les notes tironiennes », dans Écritures abrégées (notes, notules, messages, codes…) : l’abréviation entre pratiques spontanées, codifications, modernité et histoire, N. ANDRIEUXREY,S. BRANCA-ROSOFF, C. PUECH, dir., Paris – Gap, Ophrys, 2004 (Bibliothèque de ‘Faits de langues’), p. 191-210. Version abrégée disponible en ligne
  3. Émile Chatelain, Introduction à la lecture des notes tironiennes, Paris, 1900
  4. Plutarque, Vies parallèles, François Hartog (dir.), Quarto-Gallimard, 2001, p. 1406
  5. Muzerelle
  6. Muzerelle
  7. Article « notes tironiennes » du Dictionnaire d’archéologie chrétienne et de liturgie, t. XII, 2, 1936, col. 1673

Philippe Cibois

Philippe Cibois, né en 1941, est professeur émérite de sociologie de l'université de Versailles - St-Quentin en Yvelines.

More Posts - Website

Lingua franca

On parle souvent de lingua franca pour désigner un langage permettant la communication entre locuteu…

On parle souvent de lingua franca pour désigner un langage permettant la communication entre locuteurs de langues différentes. Le latin a longtemps joué ce rôle pour la communication scientifique et aujourd’hui on le dit de l’anglais. Mais ce terme, employé si souvent aujourd’hui [1] que désigne-t-il précisément ?

La lingua franca est d’abord, selon Guido Cifoletti [2] une langue d’échange qui fut utilisée sur le pourtour de la méditerranée de l’apogée de l’empire Ottoman jusqu’à la conquête de l’Algérie en 1830. Au Moyen Âge le terme francs est une désignation dont l’origine remonte à l’empire carolingien mais qui va désigner les croisés (comme en témoigne l’expression royaume franc de Jérusalem) qui utilisaient plusieurs langues romanes. Au 16e siècle il désigne une situation linguistique nouvelle : l’italien est une langue d’échange et de prestige et un pidgin à base d’italien a pu être pratiqué pour des fins commerciales sur le pourtour de l’ensemble de la méditerranée. Il fut utilisé d’une manière stable surtout dans les états barbaresques (c’est-à-dire correspondant aux régences d’Alger, Tunis et Tripoli). Il deviendra un sabir au moment de la colonisation.

Le fait qu’une langue de communication stable était particulièrement nécessaire dans les états barbaresques s’explique par le grand nombre d’esclaves qui étaient capturés par les pirates barbaresques : il y avait d’ailleurs des ordres religieux spécialisés dans le rachat des captifs. La lingua franca servait pour les échanges avec les esclaves capturés en méditerranée : si la lingua franca est à base d’italien et d’espagnol, c’est que ces langues étaient dotées d’un prestige élevé, y compris dans l’empire ottoman qui utilisait l’italien comme langue diplomatique. Cette situation explique pourquoi la lingua franca s’est maintenue stable pendant trois siècles.

Un extrait correct de lingua franca se trouve dans la turquerie du Bourgeois Gentilhomme car Molière a été aidé pour rédiger son texte par le chevalier d’Arvieux qui avait été consul de France à Alger.

Étudions donc cet exemple qui se trouve à la scène 5 de l’acte 4 du Bourgeois Gentilhomme. C’est le mufti qui parle (je sous-titre).

Se ti sabir,
Si tu sais
Ti respondir;
Tu réponds
Se non sabir,
Si tu ne sais pas
Tazir, tazir.
Tu te tais, tu te tais

Mi star Mufti :
Je suis le mufti
Ti qui star ti?
Toi, tu es qui ?
Non intendir:
Si tu ne comprends pas
Tazir, tazir.
Tu te tais, tu te tais

On note immédiatement que :
– la phrase fonctionne par juxtaposition plus que par succession de propositions subordonnées (comme pour Non intendir où il faut suppléer l’hypothèse),
– la forme issue de l’infinitif (star de stare italien ou estar espagnol être) peut exprimer le présent, l’imparfait ou l’impératif,
– les pronoms personnels sont ceux de l’italien ou de l’espagnol (mi, moi, ti toi),
– le lexique : sabir (esp. saber savoir), respondir, (esp. responder répondre), intendir (esp. entender comprendre) tazir (it. star zitto, se taire) est issu de l’italien et de l’espagnol (et de l’arabe pour mufti).

Suivons les indications scéniques et le dialogue : deux Derviches font retirer le Bourgeois. Le Mufti demande aux Turcs de quelle religion est le Bourgeois, et chante:

Dice, Turque, qui star quista,
Dis-moi Turc, est-ce que celui-ci est
Anabatista, anabatista?
Anabaptiste, Anabaptiste ?

Les turcs répondent.

ioc.
non

La même question est répétée avec la même réponse pour un certains nombres de dénominations dont beaucoup sont bien repérables et quelques autres fantaisistes semble-t-il [3] : zwingliste, copte, hussite, moriste (maurisque ?), froniste (?), païen, luthérien, puritain, brahmine, moffine (?), zurine (?).

La négation en ioc est une invention de Molière qui mélange le yes anglais et le oc de la langue d’oc, deux attestations du oui pour en faire un non à usage comique.
A la suite d’un commentaire, voir ci-dessous, il s’avère que Molière fait parler turc et non lingua franca les turcs. Yok aujourd’hui est un adverbe qui signifie simplement non en turc (Correction du 16/05/12).

La dernière demande du mufti est :

Mahametana, Mahametana? et les turcs répondent Hey valla. Hey valla , ce qui dans le contexte signifie une affirmation renforcée (en lingua franca, oui se dit si et non se dit no).
En turc actuel Ey est une exclamation : ô ! et  vallah signifie par Dieu ou  je le jure, en vérité, vraiment (16/05/12).

Le mufti :

Como chamara? Como chamara?
Comment s’appelle-t-il, Comment s’appelle-t-il

Les turcs :

Giourdina, Giourdina.

Le mufti

Mahameta per Giourdina
Mahomet pour Jourdain
Mi pregar sera e matina
Je [le] prie soir et matin
Voler far un Paladina
Je veux faire un paladin
De Giourdina, de Giourdina.
De Jourdain, de Jourdain
Dar turbanta, e dar scarcina
Qu’on lui donne un turban , qu’on lui donne un sabre ( ?)
Con galera e brigantina
une galère et une brigantine
Per deffender Palestina.
Pour défendre la Palestine

Après quoi, le Mufti demande aux Turcs si le Bourgeois est ferme dans la religion mahométane, et leur chante ces paroles:

Le mufti :

Star bon Turca Giourdina?
Est-ce que Jourdain seras un bon turc ?

les turcs,

Hey valla. Hey valla.
Il le sera, il le sera
ô ! vraiment, ô ! vraiment
(16/05/12).

 

La cérémonie se poursuit avec l’utilisation du Coran. Cela se finira par une bastonnade. Le mufti s’adresse au Bourgeois :

Ti star nobile, non star fabola.
Tu es noble, ce n’est pas une histoire
Pigliar schiabola.
Prends le sabre

 Dara, dara, bastonara, bastonara, bastonara.
Qu’on lui donne le bâton.

Non tener honta
N’aie pas honte
Questa star l’ultima affronta.
C’est l’ultime affront. [4]

[On peut écouter ici la marche pour la cérémonie des Turcs de Lully.]

Alger 1830

Une bonne description de la lingua franca a été faite pour des besoins pratiques après la prise d’Alger par les français pour faciliter les contacts entre soldats et indigènes. En 1831 parait à Alger à l’usage des soldats français un  Dictionnaire de la langue franque ou petit mauresque, suivi de quelques dialogues familiers et d’un vocabulaire de mots arabes les plus usuels, à l’usage des Français en Afrique dont  Cifoletti donne de larges extraits et par exemple un dialogue « pour remercier et complimenter »  (Cifoletti 2004 : 177-178) :

bon dgiorno Signor
Bonjour, Monsieur
commé ti star ?
comment vous portez-vous ?
mi star bonou, é ti
je suis bien, et vous.
mi sta contento mirar per ti
Je suis bien aise de vous voir
gratzia
Je vous remercie
mi poudir servir per ti quoualké cosa ?
Puis-je vous servir en quelque chose ?

« Pour demander ce qu’il y a de nouveau »

qué nouova ?
que dit-on de nouveau
mi non sentido nada
je n’ai rien entendu
qué hablar in chità ?
que dit-on dans la ville ?
genti hablar tenir gouerra
on dit que nous avons la guerre
gouerra, con qué natzion ?
la guerre avec quelle nation ?
con Francis
avec les français
qué poudir counchar il Francis contra di Algieri ?
que peuvent faire les français contre Alger ?
per maré nada, ma per terra il Francis star mouchou forti
par mer rien, mais par terre ils sont redoutables  (p.182)

Pour la première fois, ce dictionnaire ne cherche pas à utiliser la lingua franca pour donner de la couleur locale à un texte mais il se veut un instrument pratique d’enseignement, ce qui suppose soit une bonne connaissance de l’auteur, soit qu’il se soit servi d’excellents informateurs (comme le suppose Cifoletti p.177).

Les contacts approfondis entre soldats français et population locale donneront naissance à ce que l’on a appelé ensuite le sabir, déformation de la prononciation du français et donc parfaitement compréhensible par les français d’Algérie qui en ont publié des textes, dont des fables de la Fontaine [5]

J’y conni one cigale qui tojor y rigole
Y chante, y fir la noce, y rire comme one folle,
Y s’amouse comme y faut
Tot l’temps y fi chaud.
Ma, voilà, qui fi froid !!!
Bor blorer t’y en a le droit
Ma, t’a riann por bouffer…

On notera que ce français argotique passe par le système phonologique de l’arabe qui par exemple ignore le son é et le remplace par le i (j’y conni au lieu de je connais comme plus récemment, pendant le Printemps arabe, dégage prononcé digage).

Les militaires français en Afrique du Nord se sont donc confrontés avec la Lingua franca dans la deuxième moitié du 19e siècle : ces mêmes militaires s’en sont peut-être inspirée pour créer de toute pièce une autre lingua franca pour communiquer avec les sénégalais recrutés pendant la guerre de 1914-1918 et qui allait devenir célèbre : le petit-nègre.

Le petit-nègre

Il est en effet resté longtemps célèbre avec le Y’a bon banania qui montrait précisément un tirailleur sénégalais, qui ne parlait pas  français d’une manière maladroite, mais parlait la langue artificielle créée par des militaires pour pouvoir commander les indigènes issus des colonies de l’AOF de l’époque. Ces indigènes parlaient diverses langues car parmi ces militaires dits « sénégalais »,ceux-ci étaient minoritaires [6]. L’auteur d’un manuel de ce qui fut appelé le « français-tirailleur » définit ainsi son propos : « De même que dans l’Afrique du Nord le contact des Arabes avec les Français, les Italiens et les Espagnols a engendré une langue spéciale, le sabir…, de même nos tirailleurs noirs au contact de leurs instructeurs européens ont créé un langage que l’on a appelé le “petit-nègre”, et qui bien que parlé par des indigènes d’origines et de dialectes différents (Bambaras, Ouoloffs, Dahoméens, etc.), semble avoir obéi pour sa formation à des règles fixes. (…) Ce modeste travail tend uniquement à donner quelques directives pour la formation de la phrase dans le langage de nos tirailleurs » [7].

On retrouve le même usage qu’en ligua franca de l’infinitif utilisé pour toutes les formes verbales (sauf le participe passé) mais cette manière de faire est commune aux pidgins anglais d’Afrique : je parler, je fini, je vouler. Ya (issu de “il y a”) s’associe à des noms pour exprimer des verbes : ya besoin (devoir), ya moyen (pouvoir) : moi ya gagné caporal (j’ai été nommé caporal).

Même pendant la guerre, ce petit-nègre sera remis en cause par les tirailleurs sénégalais eux-mêmes qui se rendront compte, quand ils auront des contacts avec la population civile, qu’ils ne parlent pas français et que l’on se moque d’eux. Comme le rapporte Cécile Van den Avenne : « Dix ans après la Première Guerre mondiale paraît le Règlement provisoire du 7 juillet 1926 pour l’enseignement du français aux militaires indigènes, qui est en fait un manuel d’enseignement du français, selon la méthode directe. Il y est notamment stipulé qu’« Il est formellement interdit de parler sabir (ou petit-nègre) », qualifiant cet usage d’ « errements anciens » et pointant le fait que le petit-nègre ne remplit que mal ses fonctions, dans la mesure où il n’est guère plus simple que certaines formes simples de français standard (ce même manuel soulignant qu’il est moins difficile de dire : « balaie la chambre » plutôt que « toi y en a balayer la chambre »). C’est donc finalement un enseignement du français et en français qui va être mis en place au sein de l’armée coloniale. »

Reste encore une publication de l’époque coloniale, c’est Tintin au Congo (1930), qui même republié en 1946, garde encore trace de ce petit-nègre : Toi y en a bon / méchant  Blanc, Regarde quoi toi y en as fait au pauvre petit Noir, etc.

Le Globish

La lingua franca d’aujourd’hui, c’est l’anglais avec ce paradoxe que comme le souligne le linguiste François Rastier « souvent dans les congrès internationaux les anglais ont du mal à se faire comprendre, car leur débit plus rapide, leur accent plus net, leur syntaxe plus riche, leur vocabulaire plus étendu les tiennent à l’écart » [8]. Il s’agit d’une boutade et beaucoup de français ont eu l’impression inverse de pouvoir parler anglais dans le monde entier, sauf en Grande-Bretagne et aux USA.

Pour lutter contre cet état de fait, se diffuse une tentative qui consiste à utiliser un anglais réduit à un vocabulaire de 1500 mots, simple dans sa structure, prononcé lentement, qui proscrit les allusions et les plaisanteries parce qu’elles sont propres à une culture linguistique. L’audace de ce Global english ou Globish est de demander aux anglophones en situation de communication internationale de pratiquer aussi cette manière de s’exprimer : on peut d’ailleurs écouter ici un américain (très américain dans sa manière d’évaluer les gens), qui soutient ce point de vue et il est effectivement parfaitement compréhensible. Il est après tout normal que ceux qui détiennent le privilège d’avoir l’anglais comme langue maternelle soient contraints eux aussi de faire un effort linguistique. A titre d’exemple, le site du Globish propose une traduction d’un texte à charge littéraire très forte, puisqu’il s’agit du discours d’investiture du Président Barak Obama. En voici le début :

English Globish
I stand here today humbled by the task before us, grateful for the trust you have bestowed, mindful of the sacrifices borne by our ancestors. I stand here today full of respect for the work before us. I want to thank you for the trust you have given, and I remember the sacrifices made by our ancestors.

Il s’agit d’un style de circonstances tout à fait normal et de grande qualité mais on voit bien à travers cet exemple ce que peut être un anglais de communication internationale qui vise simplement la compréhension.

Le sous-titrage

Pour apprendre une langue, la vision de films en version originale est recommandée et l’on constate que quand on a des rudiments d’une langue, la vision de sous-titres permet de comprendre l’original. Le sous-titrage des productions audiovisuelles (qui est une alternative à la lingua franca), est bien entré dans les mœurs mais je pense qu’on peut l’étendre aux textes écrits : je désigne par là le fait de pratiquer une présentation interlinéaire à laquelle s’ajoute éventuellement l’indentation si la structure des deux langues n’est pas identique. Le sous-titrage ne se veut pas une traduction au sens strict [9] mais une aide à la compréhension, c’est-à-dire que son but est que le lecteur suive le texte d’origine et ne jette un coup d’œil sur la ligne suivante que s’il butte sur un mot ou une tournure.

Ce sous-titrage est particulièrement efficace dans le cadre des textes poétiques : je l’ai utilisé pour les bucoliques[10] dont je cite simplement la fin de la première églogue.

et iam
_____summa
procul
_____villarum culmina fumant
et déjà au loin les plus hauts des fermes fument

__________maioresque
_____cadunt
_______________altis
__________de
_______________montibus
umbrae
et les ombres tombent plus grandes des montagnes élevées

Sous-titrons également Shakespeare, un poème extrait de Much Ado about Nothing, Beaucoup de bruit pour rien :

Sigh no more, ladies, sigh nor more;
Ne soupirez plus, mesdames, ne soupirez plus
Men were deceivers ever;
Les hommes ont toujours été des fourbes
One foot in sea and one on shore,
Un pied en mer et un à terre
To one thing constant never;
Jamais fidèles à une seule chose
Then sigh not so,
Alors ne soupirez plus comme cela
But let them go,
Mais laissez les aller
And be you blithe and bonny;
Et vous, soyez gaies et belles
Converting all your sounds of woe
Remplaçant tous vos cris de détresse
Into. Hey nonny, nonny.
En : allez ! tralalère, tralala

Sing no more ditties, sing no mo,
Ne chantez plus de chansons, n’en chantez plus
Or dumps so dull and heavy;
Ou des idées noires si mornes et pesantes
The fraud of men was ever so,
La tromperie de l’homme a toujours été telle
Since summer first was leavy.
Depuis que le premier été a produit des feuilles
Then sigh not so,
Alors ne soupirez plus comme cela
But let them go,
Mais laissez les aller
And be you blithe and bonny;
Et vous, soyez gaies et belles
Converting all your sounds of woe
Remplaçant tous vos cris de détresse
Into. Hey nonny, nonny.
En : allez ! tralalère, tralala

Écoutons maintenant la version du film de Kenneth Branagh .

 

  1. en français, davantage qu’en anglais
  2. Guido Cifoletti, La lingua franca barbaresca, Roma, Il Calamo, 2004
  3. René Rebuffat, Molière et les hérésies, Mélanges de l’EFR, 1991, 103-1, en ligne
  4. Les indications scéniques de l’édition de 1682, cf. Édition de la Pléiade, beaucoup plus longues que celles actuellement utilisées, font un usage du Coran qui ne pourrait plus être mis en scène aujourd’hui parce qu’ il est mis sur le dos de Mr Jourdain accroupi et que le mufti s’en sert d’une façon irrespectueuse aux yeux d’un croyant (une Bible utilisée dans les mêmes conditions aurait d’ailleurs le même effet).
  5. Fables de Kadour
  6. Cécile Van den Avenne (2005) « Bambara et français-tirailleur. Une analyse de la politique linguistique de l’armée coloniale française : la Grande Guerre et après », in Documents pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde, SIHFLES, décembre 2005, n°35, pp.123-150, accessible en ligne
  7. Gabriel Manessy, Français tirailleur et français d’Afrique, in Le français en Afrique noire, L’Harmattan, 1994, p.113
  8. Assisses européennes du plurilinguisme, l’Harmattan, 2009, p.20
  9. Cf. sur ce site :  Comment traduire  ; Comparer les traductions(1) et Comparer les traductions(2)
  10. Première églogue

Philippe Cibois

Philippe Cibois, né en 1941, est professeur émérite de sociologie de l'université de Versailles - St-Quentin en Yvelines.

More Posts - Website