Précieuses paroles 2. Natascha Kampusch et le mal des morts

J’avais été très frappée, comme beaucoup de gens j’imagine, par la nouvelle de l’é…

J’avais été très frappée, comme beaucoup de gens j’imagine, par la nouvelle de l’évasion de Natascha Kampusch en 2007 : on apprenait en même temps qu’elle avait été enlevée à 8 ans, qu’elle avait été longtemps séquestrée, maltraitée, affamée, qu’elle s’était enfuie, et que son ravisseur s’était aussitôt suicidé. J’avais écouté avec beaucoup de curiosité et un intérêt un peu horrifié les récits de cette histoire insensée et lu les articles qui avaient fleuri dans la presse à l’époque. Natascha Kampusch a un site officiel qui parle peu de son histoire ; on trouve de nombreuses photos de cette jeune femme devenue si particulière, qui accorde rarement des entretiens comme celui-ci datant de 2010.

Dans un article de Libération, une parole de la jeune fille m’avait fascinée et plongée dans une interrogation éthique traversée de malaise, qui dure jusqu’à maintenant :

Vous ne devez pas trop m’interroger sur monsieur Priklopil, parce qu’il ne peut plus se défendre. Attaquer un mort, ce n’est pas très beau, surtout à cause de sa mère (Libération, 07.09.07)

Je commençais à l’époque à travailler sur le rapport entre morale et langage, et c’était le moment des explorations, des lectures et des questionnements. Ma première réaction avait été : mais d’où lui vient cette préoccupation morale, à cette jeune femme qui a vécu ce qui aurait dû lui ôter toute possibilité de souci des autres ?

Je me suis donc penchée sur cet impératif de respect des morts, inscrit dans toutes les religions et spiritualités qui estiment que l’humain est plus qu’un humain, c’est-à-dire un être dont l’existence se poursuit après sa mort physique (les monothéismes comme les polythéismes) ou se diffuse dans son environnement, sans frontière physique ni temporelle (les animismes). On en trouve des notations éparses dans de nombreux textes, comme chez Diogène Laërce par exemple, qui le fait figurer parmi les préceptes de Chilon de Sparte (“ne pas médire des morts”). Antigone est l’incarnation antique de cet impératif :

Femme, moi, j’ai obéi à une loi, de ces lois que personne n’a écrites, qui existent on ne sait depuis quand et qui sont éternelles. Ces lois dictent aux êtres humains de traiter leurs semblables avec humanité et de ne pas bafouer leurs dépouilles mortelles. Te croyais-tu assez puissant pour que venant de toi une décision au sujet de mes frères puisse les effacer ? (Sophocle, Antigone, III)

La fille d’Œdipe a raison : cette loi est rarement écrite, et il est difficile de trouver un texte qui s’y reporte explicitement, sauf peut-être dans la loi laïque (pour la France article 34 de la loi de 29/07/1881 qui sanctionne la diffamation ou l’injure à la “mémoire des morts”). C’est sans doute parce que la question du respect des morts définit en partie l’humanité même qu’elle est si peu formulée : ensevelir ses morts, c’est une des marques de l’humanité.

Il y a quelques mois, j’avais posté ici un magnifique poème de Birago Diop, qui explique dans un autre de ses écrits pourquoi l’on doit respecter les morts : parce qu’ils ne sont pas morts. En voici un extrait, et l’on en trouve en ligne une prenante lecture orale (accompagnée de deux manuscrits, main et machine) :

Ceux qui sont morts ne sont jamais partis :
Ils sont dans l’Ombre qui s’éclaire
Et dans l’ombre qui s’épaissit.
Les Morts ne sont pas sous la Terre :
Ils sont dans l’Arbre qui frémit,
Ils sont dans le Bois qui gémit,
Ils sont dans l’Eau qui coule,
Ils sont dans l’Eau qui dort,
Ils sont dans la Case, ils sont dans la Foule :
Les Morts ne sont pas morts (Birago Diop, Les souffles, dans Contes d’Amadou Koumba, 1947).

« Attaquer un mort, ce n’est pas très beau » : c’est que le mort n’est pas mort, qu’il existe encore dans la mémoire des vivants, qu’elle soit heureuse ou traumatique. Mais Natascha Kampusch parle bien également de la mère de Priklopil, une vivante qui reste après la mort du mort. Au respect des morts me semble ici se mêler le quatrième commandement : “Père et mère tu honoreras”. Natascha Kampusch semble tenir à honorer la mère, à travers le respect de la mort du fils. C’est aussi pour elle, la mère, que le mal des morts est interdit.

C’est sans doute ce mélange des rôles et des impératifs moraux qui explique le malaise fasciné que je ressens devant cet énoncé. Je le lis comme la victoire du possesseur, tissant son inextricable toile d’impératifs et d’assujettissements, dont sa proie n’a quasiment aucune chance de sortir. Aurait-il réussi à se faire respecter, et son ascendance avec lui, d’outre-tombe ? Natascha-Antigone s’est enfuie de la geôle souterraine de cette maison, que la justice autrichienne, d’une manière que je trouve au mieux maladroite, au pire perverse, lui a donnée en réparation. En la regardant parler maintenant, dans cette interview récente où elle ne semble pas savoir quoi faire de ses mains, de ses yeux, d’elle-même enfin, je me demande si, en fin de compte, le respect forcé du mort ne l’y a pas maintenue. C’est peut-être ça, le mal des morts.

Crédit photographique : Frederic Leighton, “Antigone”, 1882, oil on canvas, Wikimedia Commons

Prochain billet : Précieuses paroles 3. L’escalier du boulevard Magenta

Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

More Posts

“La société n’est possible que par la langue”, Benveniste, 1963

Au moment où des inédits de Benveniste son publiés, il est intéressant de revenir à certains de ses …

Au moment où des inédits de Benveniste son publiés, il est intéressant de revenir à certains de ses textes qui ne sont pas parmi les plus lus et les plus connus. Si la lecture est un phénomène contextuel, ce que je crois profondément, alors les propositions de l’inventeur de la linguistique énonciative en 1963 prennent de nouvelles colorations en 2012, cinquante ans après, dans un monde où les formes, les matières et les manières du langage ont beaucoup changé.

“Le langage re-produit la réalité. Cela est à entendre de la manière la plus littérale : la réalité est produite à nouveau par le truchement du langage. Celui qui parle fait renaître par son discours l’événement et son expérience de l’événement. Celui qui l’entend saisit d’abord le discours et, à travers ce discours, l’événement reproduit. Ainsi la situation inhérente à l’exercice du langage, qui est celle de l’échange et du dialogue, confère à l’acte de discours une fonction double : pour le locuteur, il représente la réalité ; pour l’auditeur, il recrée cette réalité. Cela fait du langage l’instrument même de la communication intersubjective.

Ici surgissent aussitôt de graves problèmes que nous laisserons aux philosophes, notamment celui de l’adéquation de l’esprit à la « réalité ». Le linguiste pour sa part estime qu’il ne pourrait exister de pensée sans langage, et que par suite la connaissance du monde se trouve déterminée par l’expression qu’elle reçoit. Le langage reproduit le monde, mais en le soumettant à son organisation propre. Il est logos, discours et raison ensemble, comme l’ont vu les Grecs. Il est cela du fait même qu’il est langage articulé, consistant en un arrangement organique de parties, en une classification formelle des objets et des procès. Le contenu à transmettre (ou, si l’on veut, la « pensée ») est ainsi décomposé selon un schéma linguistique. La « forme » de la pensée est configurée par la structure de la langue. Et la langue à son tour révèle dans le système de ses catégories sa fonction médiatrice. Chaque locuteur ne peut se poser comme sujet qu’en impliquant l’autre, le partenaire qui, doté de la même langue, a en partage le même répertoire de formes, la même syntaxe d’énonciation et la même manière d’organiser le contenu. À partir de la fonction linguistique, et en vertu de la polarité je : tu, individu et société ne sont plus termes contradictoires, mais termes complémentaires.

C’est en effet dans et par la langue qu’individu et société se déterminent mutuellement. L’homme a toujours senti – et les poètes ont souvent chanté – le pouvoir fondateur du langage, qui instaure une réalité imaginaire, anime les choses inertes, fait voir ce qui n’est pas encore, ramène ici ce qui a disparu. C’est pourquoi tant de mythologies, ayant à expliquer qu’à l’aube des temps quelque chose ait pu naître de rien, ont posé comme principe créateur du monde cette essence immatérielle et souveraine, la Parole. Il n’est pas en effet de pouvoir plus haut, et tous les pouvoirs de l’homme, sans exception, qu’on veuille bien y songer, découlent de celui-là. La société n’est possible que par la langue ; et par la langue aussi l’individu. L’éveil de la conscience chez l’enfant coïncide toujours avec l’apprentissage du langage, qui l’introduit peu à peu comme individu dans la société. […]

Car l’homme n’a pas été créé deux fois, une fois sans langage, et une fois avec le langage. L’émergence de Homo dans la série animale peut avoir été favorisée par sa structure corporelle ou son organisation nerveuse ; elle est due avant tout à sa faculté de représentation symbolique, source commune de la pensée, du langage et de la société.

Cette capacité symbolique est à la base des fonctions conceptuelles. La pensée n’est rien autre que ce pouvoir de construire des représentations de choses et d’opérer sur ces représentations. Elle est par essence symbolique. La transformation symbolique des éléments de la réalité ou de l’expérience en concepts est le processus par lequel s’accomplit le pouvoir rationalisant de l’esprit. La pensée n’est pas un simple reflet du monde ; elle catégorise la réalité, et en cette fonction organisatrice elle est si étroitement associée au langage qu’on peut être tenté d’identifier pensée et langage à ce point de vue.”

Références

Benveniste E., 1966 [1963], “Coup d’œil sur le développement de la linguistique”, Problèmes de linguistique générale, Paris, Gallimard, p. 18-31 (passages cités p. 25-26 et 27-28).

Benveniste E., 2012, Dernières Leçons. Collège de France, 1968 et 1969, édition établie par J.-CL. Coquet et Irène Fenoglio, Paris, Gallimard-Seuil.

Crédit : “Alphabet collage”, 2010, mickmarineau+ barbjensengalerie des auteurs sur Flickr, CC

Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

More Posts

“Les folles (més)aventures de l’orthographe rectifiée au pays du circonflexe”, M.A. Paveau pour La pensée du discours. Vases communicants de mai 2012

Je suis très heureuse de publier ce matin un billet sur le carnet de Delphine Regnard, dans le cadre…

Je suis très heureuse de publier ce matin un billet sur le carnet de Delphine Regnard, dans le cadre des Vases communicants de mai 2012. Comme elle, j’ai beaucoup enseigné en cherchant, et, si désormais je cherche aussi en enseignant, je n’ai jamais abandonné la première posture. Je suis également très heureuse de la recevoir sur La pensée du discours, qu’elle vient enrichir de ses recherches enseignantes et de son enseignement cherchant.

Préambule (1)

En 1990, est publié au Journal officiel un document administratif intitulé Les rectifications de l’orthographe.  Il contient des propositions de simplification de l’orthographe, recommandées, non obligatoires et approuvées par l’Académie française. Le texte précise que les deux orthographes, rectifiée et traditionnelle, sont en vigueur, et qu’aucune « des deux graphies ne peut être tenue pour fautive ».

À cette époque, je commençais ma thèse sous la direction de l’un des dix signataires du « Manifeste des Dix », court texte paru à la Une du Monde le 7 février 1989, et intitulé Moderniser l’écriture du français : “Seule une langue qui vit et se développe, une langue parlée et écrite aisément par tous, peut se défendre et s’épanouir. Il faut donc moderniser la graphie du français”, écrivaient les dix linguistes. Mais je commençais également mon enseignement de français au collège et au lycée dans l’Oise, où je m’efforçais de mettre en place une pédagogie efficace informée par les réflexions didactiques que m’avaient ouvertes Isabelle Pécheyran et Daniel Delas, actifs rédacteurs au Français aujourd’hui, revue de l’AFEF, et infatigables didacticiens et pédagogues. J’ai rapidement adopté l’orthographe rectifiée pour des raisons tant linguistiques (régularisation d’un système où certaines formes sont inexplicables donc à mon sens inenseignables) que démocratiques (faciliter l’accès aux apprentissages à des élèves pour lesquels la détention de la culture et de la littéracie légitimes n’est pas une évidence préalable).

Après une quinzaine d’années de rédaction rectifiée, j’ai pourtant renoncé à l’application systématique des modifications. J’ai eu envie d’expliquer ici pourquoi en me livrant à un petit exercice d’autobiographie orthographique.

Histoires

En 1999, j’ai offert à un collègue intéressé un numéro du Français aujourd’hui que j’avais coordonné. Intitulé « L’énonciation, questions de discours », il portait sur les nouveaux programmes de français de 1995, qui avaient introduit dans les apprentissages langagiers les notions de « grammaire de texte » et surtout de « grammaire de discours ». Ce collègue est angliciste et la linguistique anglaise en France est très préoccupée d’énonciation, en particulier parce qu’elle est inspirée par les travaux d’Antoine Culioli. Le français aujourd’hui est l’une des rares revues françaises à avoir adopté l’orthographe rectifiée quasiment dès l’origine et à l’appliquer de manière systématique. Il y a un petit encadré très clair en deuxième de couverture. Ce collègue m’a envoyé un mail de remerciement sans aucune remarque sur le fond mais avec un relevé un peu indigné de quelques « fautes » d’orthographe du numéro (en particulier des accents circonflexes), qu’il trouvait, me disait-il, un peu trop nombreuses pour une revue « sérieuse ». J’ai été bêtement blessée par ce qui ne m’apparait plus maintenant que comme une bêtise étriquée doublée d’une discourtoisie manifeste et triplée d’une ignorance il est vrai orchestrée par les gouvernements successifs depuis 1990 : le texte de 1990 n’a jamais été diffusé en France, aucune information n’a été faite aux enseignants, et il est resté, littéralement, lettre morte. En Belgique, au Québec, en Suisse, il en a été autrement : il y a eu diffusion, information et même enseignement, même si l’application a été bien sûr partielle. Je souris maintenant au souvenir d’un autre numéro, sur les compétences lexicales où le mot corolle, rectifié en corole (avec guibole, girole, rousserole, etc.), figure dans le titre d’un article et donc dans le sommaire, et donc dans les métadonnées, etc. Nous avions eu quelques réactions également à ce propos. Tiens, une idée : que tous les militants de la rectification qui écrivent des articles fabriquent des titres comprenant des mots assez visiblement modifiés du type renouvèlement, hautparleur, recéler, vadémécum, charriot, persifflage et ventail. De bons moments en perspective !

En 2002 j’ai publié un article sur les stéréotypes dans les discours sur l’école dans une revue de langue et littérature. C’était un de mes corpus de travail à l’époque et je lisais donc avec minutie ces textes polémiques que l’on appelle les « essais de rentrée », qui recèlent une violence verbale tout à fait remarquable comme souvent, il faut le dire, quand il est question en France d’école, de culture, de langue, et d’orthographe bien sûr. Comme pour tous mes articles à l’époque, j’ai envoyé une version en orthographe rectifiée, assortie de la petite note que je mets systématiquement au début de l’introduction pour prévenir les lecteurs, celle-là même qui figure ici. Les épreuves pour relecture contenaient des annotations sarcastiques du type (qui n’émanaient pas des coordinateurs ni de la direction de la revue) : « Et alors tous les accents circonflexes, vous les supprimez ? » ou « Je suppose que d’après vous il faudrait écrire nénufar et ognon ? ». Euh, ben oui : Nénufar/nénuphar, emprunté à l’arabe via le persan (pour aller vite), est donc un mot translittéré qui a connu plusieurs orthographes, et subi l’influence de son voisin le nymPHéa ; ognon/oignon est un des cas les plus évidents de distorsion inenseignable entre phonie et graphie. Ces deux graphies sont des anomalies. J’avais donc trouvé ces remarques déplacées et un tantinet agressives. Mais au moins « mes » rectifications capricieuses avaient été acceptées.

En 2010 j’ai organisé avec Bénédicte Étienne un numéro du Français aujourd’hui sur les liens entre didactique du français et psychanalyse, « L’autre scène dans la classe ». Nous avons fait appel à des psychanalystes. Je connais un peu le rapport à la langue des milieux analytiques et j’avais donc pris soin de prévenir les auteurs des pratiques « rectificatrices » de notre revue. Mais je n’avais pas anticipé le conservatisme antimoderne et même « antipédagogiste » de l’un des invités du numéro : outre un discours assez « préau et blouses grises » sur l’école, j’ai eu droit, à l’envoi du numéro, à un petit mail mi-étonné mi-indigné sur les « fautes » d’orthographe de la livraison. Rebelote. Comme j’avais corrigé d’assez nombreuses « vraies » fautes chez cet auteur fâché avec les accords, j’ai trouvé sa remarque un peu fort de café (d’autant plus qu’il m’orthographiait Marianne alors que je ne suis pas rectifiée, moi !). En même temps, elle vérifiait une donnée que la sociolinguistique des attitudes connait depuis longtemps : en matière de langue, les locuteurs font rarement ce qu’ils disent. Par exemple, un locuteur se déclarant à l’enquête attentif au respect de la norme et au niveau de langue, sera surpris à user de formes familières ou argotique en situation non auto-surveillée. Cette petite mésaventure me prouvait aussi, si besoin en était, que les psychanalystes ont un inconscient, ce qui est plutôt rassurant pour tous les analysants du monde.

Je pourrais continuer à égrainer mes petites anecdotes jusqu’aux vases de juin, tellement les crispations sur cette orthographe française sont permanentes chez la plupart des locuteurs du français.

Idéologies

L’orthographe possède en effet une fonction idéologique particulièrement développée et active en France. Ce que j’appelle idéologie en parlant de l’orthographe, c’est un ensemble d’opinions et de croyances qui sont présentées (qui se font passer pour, dirait-on de manière un peu plus marxiste) comme des évidences naturelles et/ou des vérités scientifiques (nénufar en est un bel exemple). Ces aspects idéologiques sont bien connus et bien étudiés, et je me contente de les rappeler :

– assimilation de l’orthographe à langue et son corollaire : on ne maitrise bien la langue que si l’on maitrise l’orthographe ; en fait, ça marche plutôt en sens inverse et l’essentiel est de comprendre les graphies, surtout quand elles sont liées à des marques grammaticales (comme les marques nominale et verbale du pluriel par exemple). Comprendre, et non pas apprendre par cœur des listes, comme il est préconisé dans la dernière circulaire ministérielle sur l’orthographe.

– attribution à l’orthographe d’un statut de « lieu de mémoire » linguistique : les signes diacritiques, comme le fameux accent circonflexe, généralement dépourvu de fonction linguistique sur le i et le u (sauf quand il sert à discriminer des homographes comme sur/sûr) mais investi d’une forte dimension étymologique (il signale la plupart du temps une ancienne graphie, comme dans fenêtre dont la graphie antérieure est repérable à l’état de trace dans défenestrer) ou les lettres étymologiques (dans doigt, vingt, temps, sculpture, etc.) sont jugées indispensables au système de la langue par les partisans de l’orthographe traditionnelle car la langue, sans eux, serait « dénaturée ». Mais s’il y a quelque chose qui n’est pas naturel, c’est bien la langue, produit humain social, uniquement social…

– attribution à l’orthographe d’une fonction axiologique : l’orthographe serait une valeur, en particulier esthétique (le fameux « amour de la langue » ou le sentiment de « beauté de la langue » qui poussent certains locuteurs à rejeter des formes qu’ils jugent « laides » ou « malsonnantes ») et morale (une « mauvaise » orthographe est une « impolitesse » ou un « irrespect »).  Une partie de l’idéologie qui se cristallise autour de l’orthographe me semble bien résumée par cette sélection de tweets de Bernard Pivot, rassemblés fort à propos, mais sans doute pour des raisons un peu différentes des miennes, par un professeur de mathématique sur son blog pédagogique. On y constate à plusieurs reprises que l’orthographe est bien considérée comme une valeur et par conséquent elle-même prise dans un réseau de valeurs : la propreté, la politesse, le respect. L’orthographe permettrait même de réussir, si l’on décode l’implicite, sa vie amoureuse… Cette dernière idée est assez courante, et extensible à l’ensemble de la langue : dans un guide d’enrichissement du vocabulaire, par ailleurs excellent, Paul Désalmand signale dans une sublime et anthologique note de bas de page qu’il n’épouserait pas une femme qui dirait malgré que. L’orthographe est surtout présentée par Bernard Pivot comme un don naturel (« Il n’est pas donné à tout le monde d’avoir naturellement une bonne orthographe »), ce qui est sans doute l’erreur la plus grossière et l’affirmation la plus idéologique et excluante de la série, car elle ouvre à toutes les stigmatisations par naturalisation, selon une idéologie du « don » (ah, la figure de l’élève doué…) que l’on connait bien par ailleurs. Une orthographe « naturelle », ça n’existe pas. On comprend donc que c’est l’axiologisation de l’orthographe qui la rend idéologique (on trouvera une bibliographie importante sur ces aspects normatifs, axiologique et idéologiques dans l’ouvrage de synthèse La langue française, passions et polémiques. Voir en particulier le chapitre 4 consacré à l’orthographe et rédigé par mes soins).

­­­L’orthographe est de ce fait un serpent de mer increvable du débat culturel en France, qui prend toujours les mêmes formes, celles des attaques d’opinion voire d’indignation, mais toujours sans argumentation. Le ton monte vite, les attaques ad personam fusent, l’appel au stéréotype est omniprésent, l’argument idéologique asséné sans sommation. La langue serait en danger, son corps symbolique serait maltraité, la décadence est proche, l’écriture phonétique menace, le français ne sera plus qu’un gigantesque sms…

Face à cela, les linguistes, surtout les spécialistes de ce domaine si complexe et subtil qu’est la graphie (Brissaud, Chervel, Cogis, David, Fayol, Haas, Jaffré, Manesse, Honvault, et Anis et Catach qui ne sont plus là mais qui ont tellement, presque tout d’ailleurs, fait pour l’avancée du savoir dans le domaine) doivent rester zen et répéter, inlassablement, que l’orthographe est instable, que ses zones de fragilité découragent les apprenants et les plongent dans l’insécurité linguistique et que la peur de faire des fautes fait faire des fautes : c’est l’hypercorrection, cette attitude qui consiste à surjouer fautivement la norme dans ses marques de prestige. L’accent circonflexe en est une et, après une première étude sur la question qui montre à quel le problème est sérieux pour les utilisateurs de… Blackberry, je prépare la seconde à partir d’une collection de ces « faux » accents de prestige dont la variété s’accroit de semaine en semaine : alors que les classiques du genre étaient plutôt faîtes et dîtes, je recueille maintenant des répît, brêve, débât, râté, etc. Ils sont particulièrement fréquents sur l’internet, ce qui montre aussi qu’il s’agit là d’une zone orthographiquement insécure. Et effectivement, parmi les figures qui peuplent la toile, se trouve, outre le troll et le bisounours, le grammar nazi, intraduisible en français et dans les langues européennes je pense, pour des raisons historiques (c’est en tout cas l’hypothèse que je défends dans ce billet sur la figure du grammar nazi). Je l’appelle pour ma part de manière plus mitigée la « sentinelle de la langue », qui dort en chacun de nous.

Et pourtant, ces modifications sont bien minimes et sont d’ailleurs parfois attaquées pour cette raison : dans un article de 25.000 à 30.000 signes, c’est l’affaire tout au plus de 6 ou 7 circonflexes, deux ou trois trémas, une ou deux doubles consonnes et quelques traits d’union. Un enseignement-apprentissage constructif et non prescriptif de l’orthographe, comme on en trouve des outils et des sources dans ce billet de Viviane Youx (voir aussi la bonne bibliographie qui y est associée) ou dans cet autre de Stéphanie de Vanssay peut les intégrer de manière très féconde.

Mais au fait, cet abandon de l’orthographe rectifiée, pourquoi, comment ? J’y viens.

Pratiques

Quand j’ai ouvert mon premier blog, je me suis posé la question des rectifications. Mais on sait à quel point les commentaires sur les fautes de langue sont nombreux dans les commentaires, quel que soit le thème abordé : qu’il s’agisse de blogs de shopping ou de littérature, de politique ou de course à pied, les commentaires finissent toujours par trouver le chemin de la grammaire, de l’orthographe, ou du vocabulaire. Langue et métalangue alternent constamment. J’aurais eu constamment des commentaires de ce type, donc j’y ai renoncé. Pour l’instant je n’envisage pas d’appliquer les modifications dans mes écritures en ligne. Si une sorte de collectif se créait, qui rassemblait plusieurs blogs avec une forme de charte orthographique commune bien affichée, je le ferais. Mais isolée, ce serait vraiment un appel au trolling permanent.

Je n’écris plus en orthographe rectifiée que dans les lieux qui le recommandent ou le proposent : certaines revues, certains collectifs. Ils sont rares, et ont parfois reculé : la revue Mots par exemple qui était militante et appliquait les rectications sous l’influence passionnée de Maurice Tournier, ne fait plus que les recommander actuellement. Dans un numéro des Études de linguistique appliquée, où je pensais naïvement que la cause était entendue, on m’a empêché de les appliquer et j’ai dû corriger mon texte (« c’est l’éditeur », m’a-t-on dit. Klincksieck). Dans un numéro de Langage et société sur les normes en 2007, nous étions deux, Danièle Manesse et moi-même, à les appliquer. Nos textes sont sortis en orthographe « ordinaire », dit l’errata glissé dans le volume, qui mentionne « le passage quasi-automatique du correcteur orthographique ». Les revues aussi ont un inconscient, cqfd. Les textes ministériels, qui auraient évidemment un rôle moteur dans leur diffusion, surtout depuis leur apparition dans les programmes du primaire de 2007, les ignorent : le dépliant récemment édité par le ministère, intitulé « L’orthographe et son enseignement », n’aborde pas la question et n’applique évidemment pas les rectifications.

Cauda

Ces (més)aventures ont montré que les rectifications orthographiques sont tout sauf aisément praticables en France : entre les refus et les oublis, les résistances et les re-corrections intempestives, le scripteur rectifiant passe son temps à lutter. Alors que faire ? Accepter d’expliquer, de se justifier, de se battre pour obtenir la disparition de trois circonflexes, deux trémas et quelques doubles consonnes ? Je suis lasse et je préfère dépenser mon énergie à organiser de ludiques formations express pour les ministres ignorants et écrire des billets-vases (et trop fleuves, j’en ai peur…) chez les ami.e.s qui savent que la langue, loin d’être ce corps sacré et permanent que vénèrent les « amoureux de la langue », est un dispositif graphique parfois erratique, modifiable et souvent modifié dans l’histoire (comme le montre cette imposante bibliographie), qui peut subir des régularisations sans que le système de la langue n’en soit outragé, brisé, martyrisé.

1. Ce texte applique les rectifications orthographiques proposées par le Conseil Supérieur de la langue française (JO du 06.12.1990).

Crédits 

1. “Don’t Panic Alphabet”, Thomas Heaphy, 2011, galerie de l’auteur sur Flickr, CC

2. “Planche 4″, Zephyrios, 2012, galerie de l’auteur sur Flickr, CC

Pour citer ce billet :

Paveau M.-A., 2012, ”Les folles (més)aventures de l’orthographe rectifiée au pays du circonflexe“, M.A. Paveau pour La pensée du discours. Vases communicants de mai 2012, http://enseignant.hypotheses.org/?p=444, consulté le…

Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

More Posts

Une “vraie” épithète présidentielle

1er mai 2011, photo M.-A. Paveau
Le 23 avril, au lendemain du premier tour des élections présidentie…

1er mai 2011, photo M.-A. Paveau

Le 23 avril, au lendemain du premier tour des élections présidentielles 2012, le candidat sortant Nicolas Sarkozy a déclaré : “Le 1er mai, nous allons organiser la fête du travail, mais la fête du vrai travail, de ceux qui travaillent dur, de ceux qui sont exposés, qui souffrent, et qui ne veulent plus que quand on ne travaille pas on puisse gagner plus que quand on travaille”.

La place de l’épithète est un problème classique en syntaxe du français. Comme les niveaux de l’analyse linguistique sont articulés entre eux et non séparés, la syntaxe est aussi responsable du sens des mots et des phrases. Les grammaires abondent d’exemples dans lesquels les adjectifs, plutôt courts (une ou deux syllabes le plus fréquemment) changent de sens selon qu’ils sont placés à droite ou à gauche du nom. J’ai commenté il y a quelques mois l’expression “ma pauvre petite” dont une collègue m’avait élégamment qualifiée. À droite, certains adjectifs prennent un sens plutôt objectif (on dirait mieux : objectivisant), à gauche un sens plutôt subjectif (même remarque) :

  • Un homme grand – Un grand homme
  • Un chic type – Un type chic
  • Une fille pauvre – Une pauvre fille
  • Un fameux gâteau – Un gâteau fameux
  • Une formidable erreur – Une erreur formidable
  • Une franche amitié – Une amitié franche

Antéposer un adjectif qui pourrait être placé à droite (j’exclus bien sûr les adjectifs à place contrainte du type faux jumeau), c’est donc souvent lui conférer un sens évaluatif, et marquer sa présence subjective comme énonciateur : c’est, en quelque sorte, exprimer une vision du monde. Quand Nicolas Sarkozy emploie l’expression “un vrai travail”, il utilise ces potentialités sémantiques de l’adjectif et inscrit d’ailleurs cet emploi dans un usage assez fréquent de l’adjectif vrai antéposé au nom, qui est toujours axiologique, c’est-à-dire comportant toujours un jugement de valeur. Évidemment cet emploi concerne des entités soupçonnées d’inauhenticité, de mensonge, voire d’imposture. Ou plus exactement, c’est cette antéposition de vrai qui construit, implicitement, cet univers implicite de la tromperie et de la mystification : elle dessine en creux une norme, qui est la vérité de l’entité, mais sans la dire. Depuis quelques jours, les commentateurs demandent d’ailleurs ironiquement au président : qu’est-ce qu’un vrai travail ? La réponse à cette question est tautologique : un vrai travail, c’est un travail que je qualifie de vrai. Autrement dit c’est un travail qui respecte les normes de ce que j’appelle travail, qui en possède tous les traits sémiques, diraient les  sémanticiens. Les autres sont “non vrais”.

Il faut noter que l’emploi présidentiel (le présidentiel emploi ?) se fait avec l’article défini de généralisation, puisqu’il s’agit du 1er mai, ce qui accentue la dimension normative : “la fête DU vrai travail”. Dans les usages courants, on peut entendre des énoncés du type : “Après des années de stage, j’ai enfin obtenu un vrai travail”, qui signifie : un travail salarié, un CDI, mais sans le jugement de valeur du “vrai travail” sarkozyen. Quel est-il, ce jugement de valeur ? Il suffit peut-être de regarder le contexte : “ceux qui travaillent dur, […] ceux qui sont exposés, qui souffrent”. Voilà une conception apparemment empathique mais qui repose peut-être sur la vieille conception chrétienne de la souffrance obligatoire : ”Tu mangeras ton pain à la sueur de ton visage jusqu’à ce que tu retournes dans la terre d’où tu as été tiré” (Genèse 3, 19). Souffrir plus pour gagner peu. Mais le président ne manie pas seulement l’épithète antéposée et la référence biblique : il est aussi assez bon dans la reformulation de ses propres propos puisque “quand on ne travaille pas on puisse gagner plus que quand on travaille” est une mise en écho du célèbre “travailler plus pour gagner plus”, slogan des premières années du travail élyséen.

Si l’on n’entend pas exactement ce que pourrait être ce “vrai travail”, excepté dans sa part de souffrance, en revanche cette auto-reformulation nous permet de très bien entendre ce qu’il n’est pas : le non-travail de celui qui “ne travaille pas”, le travail assisté, le travail au noir, le travail de celui qui ne veut pas travailler, le travail gagné plus que le travail gagné dur. Il y a tout un univers idéologique dans ce petit vrai. On sort en effet du discours politique pour entrer dans le discours pamphlétaire, ce qui est différent et évidemment beaucoup plus faible sur le plan argumentatif, et plus fort sur celui de la manipulation. Dans La parole pamphlétaire paru en 1982 (Paris, Payot), Marc Angenot consacre un chapitre à la vérité du pamphlétaire  : “La vérité et l’imposture” (p. 85-98). Le pamphlétaire, qui évolue dans un monde binaire, est celui qui revendique inlassablement la vérité : “la vérité possède une force axiologique immanente, elle est le critère régulateur et la justification du discours” (p. 85). Le pamphlétaire dénonce le “monde de l’anti-valeur”, monde des escrocs, des imposteurs et des charlatans. Monde de ceux qui gagnent plus en ne travaillant pas contre ceux qui gagnent peu en “vrai-travaillant”.

On voit donc bien ce que devrait être un “vrai travail” dans la présidentielle idéologie ; on voit moins bien ce que seront les vrais effets de cette présidentielle et pamphlétaire antéposition. Un vrai changement ?

Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

More Posts

Ce que n’est pas la réflexivité. Boucle finale

« Imbroglio »
Pendant ce mois de mars, je me suis amusée avec mes boucles, spirales et torti…

« Imbroglio »

Pendant ce mois de mars, je me suis amusée avec mes boucles, spirales et tortillons, mais il n’est évidemment pas suffisant de se promener la tête en bas, d’accomplir des acrobaties ou de simplement s’observer soi-même pour pouvoir parler de réflexivité.

J’ai essayé de montrer jusqu’à présent à quel point cette notion était plastique, définie différemment selon les disciplines et pratiquée diversement par les chercheurs. Chacun semble avoir sa vérité sur la notion, et les critiques vont bon train, des conceptions de Bourdieu en particulier ; mais peu risquent finalement un travail de clarification et de description de la notion (j’évite à dessein le terme de définition et surtout la pratique définitoire, qui ne me semblent pas adaptés à cette notion, et qui ont le défaut de normer les concepts).

Pour esquisser le portrait de ce concept étendu, on peut commencer par en trier (au sens linguistique du terme, comme on utilise par exemple l’antonymie pour trier la polysémie, c’est-à-dire l’ordonner en vue d’un classement des sens) les acceptions et les pratiques, et mettre de côté celles qui ne produisent pas d’effet sur la recherche. J’avais signalé au début de cette exploration que mon intérêt se portait sur ce que fait la réflexivité, ce qui suppose qu’il s’agisse bien d’une pratique active, et modificatrice.

Je propose pour achever cette série de billets quelques remarques sur des pratiques ou dispositifs qui me semblent faussement, insuffisamment ou non réflexifs.

La psychanalyse. L’objet de tous les malentendus

La psychanalyse, depuis sa naissance, est prise sous les feux croisés de la valorisation et de la critique. Elle a toujours fait l’objet des attaques les plus vives et des faveurs les plus ferventes. Actuellement les oppositions se sont radicalisées (écrits d’Onfray, question de l’autisme, etc.) et les rages « anti-psy » fleurissent un peu partout. Elle a cependant fourni un corpus conceptuel très important depuis plus d’un siècle, et une série d’œuvres qui ont très largement irrigué les sciences humaines et sociales (Freud et Lacan bien sûr, mais aussi Anzieu, Bion, Green, Klein, Pontalis, Searles, Torok, Winnicott, pour n’en citer qu’une infime quantité). Mais elle sert aussi d’argument dans des situations très diverses, y compris dans le champ de la réflexivité : on la trouve alléguée comme repoussoir chez les tenants de la science « objective » (« on va pas faire de la psychanalyse, hein ? ») ou comme appui chez ceux qui défendent une réflexivité en première personne (« faire son auto-analyse »). J’insiste sur ce point de la première personne : je parle ici de l’assimilation de la réflexivité ou de l’autoréflexivité à une psychanalyse personnelle et non de l’emprunt analogique aux concepts et au vocabulaire de la psychanalyse dans le cadre de l’analyse du collectif (j’y reviens plus bas).

Le problème est que, dans les deux cas, il ne peut guère s’agir de psychanalyse, pour une raison assez simple qui tient à la notion d’inconscient et au dispositif analytique qui, à l’exception notable de l’auto-analyse de Freud, qui par définition ne pouvait avoir d’analyste, suppose qu’il y ait deux personnes, une parole et une écoute, dans le présent de l’interaction et de l’inconscient du sujet. Il me semble que le maniement du lexique de la psychanalyse devrait se faire, dans la recherche, de manière explicitement analogique, ou métaphorique. C’est le cas des usages bien connus que Bourdieu en fait, comme le montre bien un échange avec Jacques Maître dans l’avant-propos de l’ouvrage L’autobiographie d’un paranoïaque et cet article de Vincent de Gaulejac sur la sociologie clinique. Le mieux est donc peut-être de ne faire intervenir ni l’insconscient individuel, fondamentalement insaisissable et parfaitement tacite hors de l’entretien analytique, ni le discours analytique, profondément situé dans l’espace de la séance, dans les pratiques de recherche, au risque d’une contradiction, voire d’une impossibilité dans les termes.

Science sans conscience… certes, mais ça ne suffit pas

On trouve souvent l’appel à la “conscience de soi” et de ses pratiques de pensée et de recherche pour décrire la réflexivité. Cette “conscience” me semble une forme de degré zéro de la réflexivité. Elle est certes nécessaire, mais non suffisante. Les exemples abondent de conscience manquante dans les travaux de recherche et il est toujours plus facile de la pointer chez les autres en détectant leurs biais. On en trouvera un exemple dans cette discussion un peu raide que j’ai eue avec l’auteur d’un article sur l’euphémisme, où des mots du lexique sexuel et/ou pornographique étaient, en toute bonne foi de la non-conscience, pourrait-on dire, assez peu scientifiquement chargés de sens dévalorisants (le morphème 69 était considéré comme contenant les sèmes /vicieux/ et /inesthétique/). J’ai mis assez longtemps à comprendre que quand l’auteur me disait “nous n’avons jamais dit cela”, il ne contestait évidemment pas les mots écrits, mais le sens produit, qu’il ne voyait pas. Et puis il a finalement aperçu que l’ensemble du texte présentait, par son lexique, une vision particulièrement évaluative de la sexualité, dont il n’avait pas eu conscience. Autre exemple : je me souviens d’un colloque au cours duquel un collègue présentait une communication sur la publicité dans la presse féminine. J’avais trouvé son corpus un peu sélectif, car il n’avait retenu que des magazines pour lectorat plutôt urbain et aisé (Elle, DS, Marie-Claire, Madame Figaro) et je considérais qu’un corpus représentatif devait comprendre également des publications dites “populaires” comme Femme actuelle ou Prima. Je lui avais posé la question de son mode de sélection ; il avait répondu, un peu perplexe et sans doute agacé : “Eh bien j’ai pris les magazines que lit ma femme”.

C’est un des défauts à mon sens de l’analyse du discours telle qu’elle est pratiquée en France, et je m’inclus dans la critique : nous travaillons sur des des corpus “chics”, dans une non-conscience partagée du statut socio-culturel de nos corpus. La majeure partie des travaux sur la presse portent sur des journaux comme Le Monde, Libération et Le Figaro (la presse dite “de qualité”), ou des news magazines comme L‘Express, Le Point ou Marianne. Les gratuits sont régulièrement absents des recherches, et les analyses du discours sportifs dans L’Équipe par exemple, ne sont pas légion. Et je ne parle pas d’autres segments de presse importants qui sont des terrae incognitae pour les chercheurs : les magazines de chasse, de pêche, de moto ou d’automobile, qui occupent une place conséquente dans les kiosques. Nous nous affrontons peu aux publications populaires, marginales ou transgressives : je rêve depuis longtemps de travailler sur Détective, mais je ne l’ai pas encore fait, c’est vrai. Je soulève régulièrement le problème en colloque ou séminaire et l’on me regarde toujours comme si j’énonçais quelque chose de déplacé. Aux questions que je pose régulièrement à mes collègues, j’obtiens toujours la même réponse : “Mais nous prenons Le Monde ou L’Express parce que les énoncés y sont intéressants ; les publications de niveau moins élevé sont pauvres, et il n’y a rien à en dire”.

La narration des “histoires subjectives”

Dans le champ des sciences du langage, ce sont surtout les sociolinguistes qui se sont saisis de la question de la réflexivité dans la recherche. On trouvera par exemple dans le collectif Réflexivité, herméneutique. Vers un paradigme de recherche, dirigé par Didier de Robillard, un ensemble de travaux sur les postures réflexives des linguistes qui enquêtent sur le terrain. Il y est plusieurs fois question des “histoires subjectives” des chercheurs, et il me semble qu’il y a parfois un recouvrement de la notion de réflexivité par celle de subjectivité. L’histoire subjective, comme la conscience, me semble nécessaire mais non suffisante. Deux articles intéressants posent cette question et permettent de réfléchir à ce risque de confusion entre réflexivité et subjectivité.

Aude Brétégnier prend l’exemple du travail sur les langues à La Réunion, qui tourne bien sûr autour de la question du créole. Dans un article intitulé “Sociolinguistique alter-réflexive : du rapport au terrain à la posture du chercheur”, elle explique que l’entrée dans la réflexivité par son “histoire subjective” a été rendue nécessaire par son sentiment d’illégitimité par rapport à son terrain : “[…] comment puis-je m’accorder une légitimité à étudier une situation qui m’est extérieure, à interpréter l’expression de rapports aux langues de locuteurs sociaux qui me sont “étrangers” : comment pourrait-on comprendre des expériences que l’on ne partage pas ? Comment comprendre sans être le même ?” (2009 : 36). Sentiment d’illégitimité construit également par des remarques de ses collègues : “[…] parole d’un chercheur rencontré en 1996 devant un ascenseur lors d’un colloque sur les “français en francophonie” organisé au Cameroun : mais vous, d’où venez-vous ? À vous entendre, on ne peut pas vous situer, vous n’avez aucun accent… Parole ambivalente, comportant ce que j’identifiais comme une pointe de reproche, de suspicion… Question torturante pour la doctorante que j’étais, aux prises avec des questions de légitimité, de traces, d’appartenances !” (2009 : 38). À partir de “l’histoire linguistique de [ses] familles”, de “récits familiaux” et de “souvenirs scolaires” (p. 37), elle propose une “relecture sociolinguistique d’éléments biographiques” (p. 38). Cette idée de relecture disciplinaire permet peut-être de garantir une pratique réflexive qui ne soit pas simplement une description des subjectivités.

Dans le même recueil, Laurence Pourchez, anthropologue, propose un article intitulé “Traditions disciplinaires nationales et réflexivité. Pourquoi l’approche réflexive est-elle si peu valorisée en France ?”. Elle propose une réponse plutôt musclée à cette question, expliquant que “les anthropologues français [sont] englués dans un passé disciplinaire davantage marqué par la colonisation et les dérives anthropologiques que cette période a induites” (2009 : 68). Elle appuie son argumentation sur des étapes de son histoire de chercheuse : le début de sa thèse en 1996 à l’EHESS sur la société créole, moment où un chercheur lui conseille une relation sentimentale ou conjugale avec un autochtone pour lui “soutirer contacts et renseignements” (p. 69) ; un “colloque prestigieux”, où “les deux tiers des communications ont concerné les sociétés d’Afrique de l’Ouest” et où elle a “noté la présence de deux Africains dans la salle”  p. 76), et où elle se livre à une édifiante petite analyse du discours des intervenants :

Avec ma voisine, d’origine malgache (comptabilisée au nombre de deux Africains présents dans la salle), nous nous sommes livrées à un petit comptage et à une analyse du discours des intervenants. En une journée, en l’espace de quelques heures (7h en fait, du début des communications, à 9h, à leur clôture à 18h), 24 adjectifs possessifs ont été prononcés, de manière le plus souvent inconsciente par les orateurs : “Alors chez mes malgaches…”, plus consciente peut-être, par les présidents de séance : “Chère madame, et chez vos Serrer, coent cela se passe-t-il ?” (2009 : 77 ; mise en gras de l’auteure).

Et enfin une troisième anecdote, qui, dans un “prestigieux séminaire parisien”, oppose il y a quelques années “un jeune conférencier, venant de soutenir sa thèse de doctorat”, à un auditeur, “individu au phénotype africain” (p. 78). Le premier soutient que dans “la société d’Afrique de l’Ouest où il mène ses recherches, où il pratique une observation participante, les rites d’initiation liés aux classes d’âge sont inexistants” (p. 78 ; ital. de l’auteure). Le second explique qu’il est membre de cette société, que cette information est fausse puisqu’il a lui-même été initié. Contestation énervée du conférencier s’appuyant sur des travaux reconnus et extraordinaire réponse de l’auditeur : “si vous pensez que nous déballons, comme ça, toute notre vie et des choses qui doivent être cachées à tous les Blancs qui débarquent chez nous…” (p. 79).

Je restitue assez longuement ces trois anecdotes car elle me semblent bien définir ce que n’est pas la réflexivité, dans sa version radicale : la non-réflexivité, et même, pourrait-on dire, l’anti-réflexivité. Négation de l’efficacité scientifique de la méthode et de la connaissance professionnelle (et non intime) du terrain dans le premier cas ; réduction subjectivisante des données et des informateurs dans le second cas : l”appropriation” par les possessifs empêche de fait la prise en compte de leur altérité, leur contextualisation et surtout l’élaboration de cette sorte de lieu vide entre le chercheur et ses observables, qui est à mon sens le lieu de l’interrogation épistémique-éthique sur l’élaboration du discours scientifique ; et enfin, primauté de la légitimité institutionnelle des savoirs empiriques construits sur les données expérientielles des connaissances vécues.

Quelques mots pour la boucler…

J’ai proposé au fil de ces billets de mars plusieurs conceptions de la réflexivité. Ma préférence va à la réflexivité éthique que propose l’épistémologie des vertus, articulée sur une conception du savoir comme enquête révisable et non comme corps de connaissances fixées. J’ai, on s’en est aperçu, une tendresse persistante pour la réflexion de Bourdieu et sa notion de “réflexivité réformiste”, qu’il oppose à la “réflexivité narcissique” dans Science de la science et réflexivité. Mais je ne pense pas qu’il existe une conception “vraie” de la réflexivité, et surtout dominante, par rapport à laquelle les autres seraient inefficaces. En revanche, je pense qu’il n’y a pas de réflexivité sans lieu, c’est-à-dire sans espace de jeu, à tous les sens du terme d’ailleurs, entre le chercheur et ses observables (ou objets, informateurs, données, le vocabulaire change selon les disciplines). J’avais ouvert cette série par la remarque d’un l’enfant qui se demandait pourquoi il ne voyait pas ses yeux : voir ses yeux, cela me semble une condition première de la réflexivité, mais pour cela, un simple miroir ne suffit pas, non plus qu’une narration ; il faut faire un pas de côté et s’éloigner de ses propres orbites.

Références

Bourdieu P., Maître J., 1994, « Avant-propos dialogué » in L’autobiographie d’un paranoïaque, Jacques Maître, Paris, Economica, p. V-XXII.
Brétégnier A., 2009, “Sociolinguistique alter-réflexive : du rapport au terrain à la posture du chercheur”, in D. de Robillard (coord.), ”Réflexivité, herméneutique, vers un Paradigme de recherche ?” Cahiers de sociolinguistique n° 14, Presses universitaires de Rennes : 27-42.
Gaulejac V. (de), 2008, « La sociologie clinique entre psychanalyse et socioanalyse », SociologieS [En ligne], Théories et recherches, mis en ligne le 27 avril 2008, consulté le 30 mars 2012. URL : http://sociologies.revues.org/1713
Pourchez L., 2009, “Traditions disciplinaires nationales et réflexivité : Pourquoi l’approche réflexive est- elle si peu valorisée en France ?” in D. de Robillard (coord.), ”Réflexivité, herméneutique, vers un Paradigme de recherche ?” Cahiers de sociolinguistique n° 14, Presses universitaires de Rennes : 65-84.
Robillard D. (de), 2009 (coord.), Cahiers de sociolinguistique 14, “Réflexivité, herméneutique, vers un Paradigme de recherche ?” Rennes, PUR.

Crédits : “Imbroglio“, Anne*°, 2012, galerie de l’auteur sur Flickr, tous droits réservés (merci à l’artiste de son autorisation)

Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

More Posts

Des exigences de la connaissance scientifique

Dans sa leçon inaugurale au Collège de France en mai dernier (le texte intégral avec l’apparei…

Dans sa leçon inaugurale au Collège de France en mai dernier (le texte intégral avec l’appareil de notes, ainsi que l’enregistrement sont en ligne), Claudine Tiercelin a défendu plusieurs positions sur la pratique de la science, qu’elle soit “exacte” ou “humaine”, qui me semblent des conditions nécessaires à toute recherche, et même des exigences : l’incertitude fondamentale de la science conçue comme enquête toujours révisable, la mise en commun des intelligences et des paroles dans des lieux où se conjoignent l’enseignement et la recherche, et la pratique de la vérité de la part du chercheur, indispensable à sa liberté de penser (les numéros indiquent les paragraphes du texte en ligne et les sous-titres sont de moi).

De l’incertitude

22. Encore faut-il, d’ailleurs, et pour commencer, savoir ce que l’on met sous le concept de « science ». Car seules la paresse ou l’ignorance ou, dans certains cas, la malhonnêteté intellectuelle peuvent expliquer que certains accordent encore quelque crédit à une vision positiviste et scientiste de la connaissance scientifique. Aucune personne de bonne foi, et surtout pas un philosophe des sciences, ne pourrait admettre aujourd’hui que le concept de « science » ou de « connaissance » qui prévaut, soit celui « impérial », qu’il pouvait encore avoir chez Kant, de système achevé, apodictique, ou doté des vertus de nécessité et d’universalité. Comme le notait, il y un certain temps déjà, Patrick Suppes dans Probabilistic Metaphysics, il faut bien davantage concevoir le terme sous une forme qui oblige à repenser non seulement certains concepts « absolus » (espace, temps, être), mais aussi la nature probabiliste des lois, de la matière, de la causalité ; à noter le presque impossible accès à des connaissances certaines, tant celles-ci sont plutôt approchées, provisoires, conjecturales, faillibles ; à faire la part belle à la complexité des phénomènes, aux doutes, à l’idée de recherche procédant par essais et erreurs, aux rectifications, à la falsification autant qu’à la confirmation ou à la vérification. Ce n’est donc pas faire preuve d’hostilité à la science, bien au contraire, que de noter que sa marque n’est justement pas le scientisme et le dogmatisme, mais plutôt, comme en témoigne toute activité scientifique normale, les incertitudes, les tâtonnements et l’incomplétude, qui rendent du reste si aigu le risque du scepticisme […]. Et il n’est pas surprenant, à cet égard, de voir à quel point ce risque est présent, tout autant, et peut-être même plus souvent encore, chez les scientifiques que chez les philosophes.

De la communauté

64. La métaphysique est une discipline trop aride pour pouvoir être pratiquée en solitaire. Même Peirce, qui a passé la majeure partie de sa vie en ermite, avait fondé un Metaphysical Club. Bien que l’Université française ait encore beaucoup de chemin à faire, en philosophie notamment, pour retrouver les voies d’une authentique communauté académique, je ne voudrais pas terminer cette leçon sans dire ce que je dois à l’enseignement universitaire et, tout particulièrement, à mes étudiants, sans lesquels je ne serais pas devant vous aujourd’hui. En séparant les institutions d’enseignement et de recherche, comme on le fait encore trop en France et malheureusement de plus en plus souvent ailleurs, on ne rend service ni aux unes ni aux autres. […]

Du rejet des masques

65. Le Collège de France n’est assurément pas un club. C’est une institution – et quelle institution – mais c’est aussi une compagnie, qui enveloppe, d’emblée, par sa générosité, tous ceux qui ont le privilège inouï d’y entrer. Quiconque a cet honneur a d’abord des devoirs, et le premier d’entre eux est de ne jamais s’avancer masqué. Ernest Renan faisait remarquer que c’était l’obligation inscrite dans tout droit acquis à la liberté de la pensée : « Car le vrai a ses droits comme le bien, et on ne gagne rien à ces timides mensonges qui ne trompent personne et n’aboutissent qu’à l’hypocrisie ». Comme le philosophe de Tréguier, je n’aurai désormais que cette seule exigence.

***

Crédits : “Seeds of Doubt”, del.art.ful. Sharon Hinchliffe, 2010, galerie de l’artiste sur Flickr, CC

Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

More Posts