Yes we can (predict the popular vote)

Barack Obama se dirige apparemment vers sa réélection : je n’ai pas le temps de reprendre tou…

xkcd

Barack Obama se dirige apparemment vers sa réélection : je n’ai pas le temps de reprendre tout ce que j’ai pu lire d’intéressant, mais l’analyse d’Yves Surel reprend les éléments-clés du mandat et les dernières prédictions du vote populaire, à compléter par quelques chiffres de plus et les observations de John Sides. À noter aussi : le reste du monde a un avis assez tranché que je comprends comme une (saine) allergie au Parti républicain suite aux mandats Bush.

Dans les derniers jours, les Républicains se sont trouvés une cible de choix avec Nate Silver, le “quant” du New York Times qui publie régulièrement son modèle de l’élection à partir de sondages agrégés. La plupart des modèles, y compris celui de Silver, donnent une forte probabilité de réélection au président actuel. Pour ma part, j’ai décidé depuis plusieurs mois de suivre le modèle “Bread and Peace”, l’un des rares qui donne Obama perdant sur le vote populaire :

Le modèle reste valide si Obama gagne sur les grands électeurs avec légèrement moins de 48% du vote populaire, soit la prédiction modale. À vérifier dans quelques heures.

Comment ne (toujours) rien comprendre aux sondages

Mise à jour : si les sondages vous laissent de marbre, essayez les modèles. Le dernier en date, très…

Mise à jour : si les sondages vous laissent de marbre, essayez les modèles. Le dernier en date, très cohérent avec tout ce que l’on sait du vote, donne François Hollande à 51% au second tour sans réellement modéliser la prime du meilleur score au premier tour.

Comme l’a bien compris la blogosphère économiste, le moment est venu d’en remettre une couche. Ça tombe bien, Le Monde publie un texte de circonstance, par Albert Camus, qui s’exprime mieux par lui-même que par Michel Onfray :

En face de la marée montante de la bêtise, il est nécessaire également d’opposer quelques refus. Toutes les contraintes du monde ne feront pas qu’un esprit un peu propre accepte d’être malhonnête. Or, et pour peu qu’on connaisse le mécanisme des informations, il est facile de s’assurer de l’authenticité d’une nouvelle. C’est à cela qu’un journaliste libre doit donner toute son attention.

Les geeks auront remarqué que le site Internet du Monde vient de passer en HTML5, un standard toujours en cours de développement. Jolie performance ! Malheureusement, Le Monde et les médias en général ne sont pas toujours à la frange de l’innovation, et les sondages en sont la meilleure illustration.

Pour rappel, l’accord tacite entre les médias et les instituts de sondage sera bientôt à la retraite : il y a 64 ans, les médias américains faisaient découvrir à leur lectorat la course hippique avec des candidats à l’élection présidentielle, et même si tout le monde déplore le côté panem et circenses, tout le monde lit les sondages aujourd’hui, ne serait-ce que pour rappeler qu’ils construisent la réalité au moins autant qu’ils ne la capturent. L’argument bourdieusien était moins agressif que sa version actuelle, mais la connivence instituts-médias-politiques polarise les positions.

En France, on a en plus la chance d’avoir de fabuleux instituts de sondage qui échantillonnent et redressent de manière endogène, ce qui garantit qu’aucune contrainte scientifique ne viendra gâcher le spectacle. Parmi ces contraintes, la théorie des probabilités. Ce que l’on appelle “méthode par quotas”, et que les sondeurs eux-mêmes désignent comme une “recette de cuisine”, est en substance un affranchissement total du théorème central-limite ; vous êtes prévenus, mais vous regarderez quand même les courbes et lirez quand même les décimales flottantes.

Il est possible de modéliser sérieusement les données issues des sondages, sur le modèle de ce qui se fait aux États-Unis, mais aucun média ne joue actuellement ce jeu-là. Au lieu de ça, on lit des interviews affligeantes dans Le Monde ou dans Slate, qui a récemment redéfini le degré zéro de l’analyse journalistique appliquée aux pronostics électoraux. Je n’ai aucun grief personnel contre l’auteur ou contre Slate ; les deux publient certainement des feuillets de bonne facture en parallèle. Je suis plus inquiet pour les grandes rédactions qui dilapident le prestige de leurs titres, et pour la qualité du travail dans l’espace médiatique en général.

Si vous aimez la science-fiction de Moebius, alors vous êtes à peu près autant dans la réalité que si vous aimez les données des instituts de sondage et des quelques personnalités qui se prêtent au jeu de leur analyse. Et quand je vois une partie de l’humanité se réunir autour d’un cadavre, je pense très fort aux lecteurs de 20 Minutes dans le métro qui parcourent les baromètres “Plus/Moins” avec tout autant de naïveté.

Il me semble que voter pour la science passe aussi par un calibrage plus intelligent de la science des sondages, qui n’a presque aucune chance de s’exprimer dans le contexte que je décris ici à grands traits. Le duel Buisson-Garrigou n’a eu aucune conséquence positive sur ce contexte, ce qui est très dommage.

P.S. J’ai malencontreusement oublié de parler du frelatage de graphiques, en rapport avec les instituts de sondage qui prennent de moins en moins le soin de publier autre chose que des “slideshows” fabriqués sur des gabarits PowerPoint. Mais ce défaut dépasse leur sphère de responsabilité.