Démission papale, quels enjeux ?

Il faut bien le dire, la démission du pape Benoît XVI est une sacrée surprise. D’abord parce q…

Il faut bien le dire, la démission du pape Benoît XVI est une sacrée surprise. D’abord parce que ce n’est pas dans l’habitude ni dans les usages en cours à Rome que de démissionner, ou renoncer à un poste pour lequel on a été élu. Le dernier pape à avoir démissionné était Célestin V (redevenu subitement célèbre) qui avait jeté l’éponge après seulement quelques mois… en 1294 ! Cette démission constitue également une surprise car on imaginait, héritage du pontificat de Jean-Paul II, que la fonction primait sur l’homme, et que Benoît XVI serait condamné à vieillir et dépérir sous l’œil des caméras, tout comme son prédécesseur l’avait fait, dans une posture sacrificielle qui a fait une partie de son succès actuel.

Une décision surprise, pas surprenante

Si cette décision est subite, elle n’est pas très surprenante. N’étant pas un fin observateur de la Curie, j’avais quand même remarqué que le pape n’avait pas de voyages prévus dans l’immédiat, et que son dernier déplacement remonte à septembre 2012 et un voyage au Liban. Benoit XVI n’était pas un grand voyageur (toujours la référence-opposition à son prédécesseur) et n’avait d’ailleurs pas de projets spécifiques de voyage, excepté les journées mondiales de la jeunesse prévues à Rio en juillet. (voir la liste de ses voyages, et la comparer à la liste des voyages de Jean-Paul II : Benoît XVI a voyagé 25 fois en 8 ans (3,125 voyages/an en moyenne contre 4 pour son prédécesseur qui totalise 104 visites pastorales en 26 ans). Nous savions également le pape affaibli, avec des difficultés à aller au bout des phrases lors des audiences, pour lesquelles il se déplaçait difficilement, toujours soutenu etc. Il avait également parlé à plusieurs reprises de démission, même s’il n’est pas malade, précise Radio Vatican.

The pope and Coca Cola by filip1 sur Flickr 

Si l’on pouvait s’attendre à une telle décision, il faut bien reconnaître que celle-ci arrive à un beau moment pour l’Église. Benoît XVI n’a pas fait les choses au hasard. Les catholiques entrent aujourd’hui dans le temps du Carême, qui est celui du jeûne, de la réflexion et même de la privation (et là ils se retrouvent privés de chef). Ayant pris de court ses propres services administratifs, ceux-ci ont opéré un beau retournement en annonçant un nouveau pape pour Pâques. Joli symbole que l’élection du nouveau chef de l’Église pour le jour de la résurrection, principale fête catholique aujourd’hui.

Une décision précipitée ?

Cependant, et sans pouvoir avancer plus que des hypothèses, cette élection précipitée semble assez favorable à la poursuite de l’œuvre pontificale sans grands changements, c’est-à-dire sans évolution politique majeure, le pouvoir romain reposant sur un triptyque bien installé : des hommes majoritairement européens, vieux et plutôt conservateurs.

[Digression personnelle : rien n’est plus embêtant que d’entendre les demandes de « réforme », « d »aggiornamento » etc. de la part de personnes (croyants, athées, progressistes de tout bords, ad libitum) qui ne comprennent pas que le « job » du pape c’est de « maintenir la baraque », de faire tenir en un seul tableau cohérent 2000 ans de théologie et de pratiques croyantes, et dans un tel contexte les grandes réformes sont donc hautement dangereuses !!]

Un pouvoir vieillissant et déclinant suscite toujours petits arrangements et coalitions diverses en vue de préparer l’avenir et la redistribution des postes. Malgré une propension (professionnelle) à la charité chrétienne et au respect du prochain, la Curie romaine est une institution politique vivante, importante même, qui dispose de zones d’influences, de jeux de pouvoir, d’enjeux disputés et de personnages clefs. Suite à la démission surprise du chef, l’heure est à la mobilisation, et dans cette fin de règne précipitée, seuls les fidèles d’entre les fidèles, les habitués et les cardinaux les plus influents sauront mobiliser les ressources politiques visant leurs intérêts. Peu de changements à attendre donc, la vieille garde assurera la continuité.

La vieille Europe contre le reste du monde

Car l’enjeu principal de cette renonciation, n’est pas le geste même s’il comporte une part de panache et force le respect, c’est bien la suite, et l’élection d’un nouveau pape, par les 118 cardinaux en âge de voter (s’ils viennent tous). Et je voudrais me pencher sur la répartition, par régions, des cardinaux dans l’assemblée que l’on appelle le Collège cardinalice. Bien entendu, les cardinaux ne votent pas toujours selon (ou en fonction de) leurs nationalités. Mais l’examen de la répartition de celles-ci reste éloquent.

By Ibagli (Own work) [Public domain], via Wikimedia Commons

By Ibagli (Own work) [Public domain], via Wikimedia Commons

Avant de s’intéresser à cette liste, attardons-nous un instant sur les voyages de Benoît XVI : sur ses 25 voyages, au moins 15 ont été fait à l’intérieur de l’Europe (et encore, je n’ai pas compté Chypre et la Turquie…). Aucun voyage en Asie, pourtant une des régions les plus importantes aujourd’hui en nombre de catholiques, seul le Brésil a eu droit aux égards du pape en Amérique latine (et Mexique et Cuba en Amérique centrale). Bref, c’est un pape qui a assumé un pontificat politique, et qui a survalorisé l’Europe dans ses voyages.

Il a également nommé la majorité des cardinaux qui vont voter lors du conclave. Ces nominations sont également très européennes. Durant les cinq consistoires qu’il a convoqué il a créé 52 cardinaux européens (dont 25 italiens) sur 90 cardinaux au total (voir la liste des cardinaux créés par Benoît XVI). Lors du consistoire du 6 février 2012, 22 nouveaux cardinaux ont été nommés, dont 16 européens, et surtout 6 Italiens ! Cependant, lors du dernier consistoire (novembre 2012), 6 cardinaux ont été créés et aucun n’est européen.

Enfin, si l’on regarde la composition par pays du nombre de cardinaux qui vont voter (n=118), on s’aperçoit qu’il y a une petite moitié d’européens (n=62, dont 28 italiens), que les cardinaux Sud-Américains représentent environ 1/6e des votants (n=20) et que l’Asie et l’Afrique ont le même nombre de représentants (n=11). Si l’on compare ces chiffres avec ceux de la répartition des catholiques dans le monde, on s’aperçoit que l’Italie représente autant de votants que l’Amérique du Sud (soit environ 28% des catholiques dans le monde), et que l’Europe, qui concentre la moitié des votants ne représente plus que 26% des catholiques dans le monde.

L’élection sera donc, comme lors du précédent conclave, une opposition larvée entre une vieille Europe et le reste du monde, qui représente plus des 3/4 des catholiques du monde. Malgré tous les chantiers entrepris par Benoît XVI, celui de la rénovation du collège des cardinaux est resté au point mort. Le jeu politique des nominations, qui obéît à des règles très strictes d’équilibres de représentation, de pouvoir et de reconnaissance, n’a pas changé d’un iota en huit ans de pontificat. Ce qui laisse présager un conclave fermé, aux mains des principaux collaborateurs de l’ancien pape.

En guise de bonus, quelques liens au sein de cette l’actualité :

Temps de rédaction du billet : 3h

Loïc Le Pape

Maître de conférence - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP)

More Posts - Website - Twitter

La religion en Constitutions

André Chénier – French Constitution by Kecko
Les constitutions sont des textes juridiques qui précis…

André Chénier – French Constitution by Kecko

Les constitutions sont des textes juridiques qui précisent l’organisation et les rapports entre les pouvoirs (législatif, exécutif et judiciaire) d’un État. Très souvent on trouve également dans les constitutions l’affirmation (juridique donc) de principes généraux, de libertés publiques, etc. Ces principes sont ainsi constitutionnalisés, c’est-à-dire qu’ils se trouvent consacrés, donc reconnus juridiquement par leur inscription dans la Constitution. Car, par le principe de constitutionnalité et celui de la hiérarchie des normes, héritage juridique du début du XXe siècle (et de mes cours de droit !), la Constitution est la règle juridique la plus importante au sein de l’État. Aucune règle de droit ne doit venir la contredire, elle est norme suprême, d’où l’importance de leur rédaction et de l’attention à porter aux mots…

Suite aux “révolutions arabes” (ou ce que, faute de consensus, nous appellerons ici révolutions) des constitutions viennent d’être modifiées ou sont en cours d’élaboration dans différents pays du Maghreb et du Moyen-Orient. La Constitution du Maroc vient d’être modifiée sur propositions du Roi (adoptée lors d’un référendum en juillet 2011) et en Égypte, le Parlement nouvellement élu doit mettre en place une commission chargée de rédiger une nouvelle constitution. La place des religions (et bien souvent de l’islam) est un indicateur intéressant des tendances politiques et les mobilisations à propos des discussions en cours sont des controverses extrêmement heuristiques pour appréhender les tensions qui traversent le champ politique et la société. Par exemple, en Égypte, l’article 2 de la Constitution provisoire stipule que “Islam is the religion of the state and the Arabic language is its official language. Principles of Islamic law (Shari’a) are the principal source of legislation1 “. La formule “la Shari’a est la principale source de législation” date de Anouar al-Sadate. Elle pose d’abord le problème des sources juridiques de l’État : peut-il y avoir une loi contraire à la Shari’a ? Mais elle pose également le problème du statut juridique des minorités religieuses en Égypte : sont-elles concernées par la Shari’a ? Et quelles sont alors les sources juridiques qui encadrent ces populations ? Bref, la commission de spécialistes qui sera chargée de rédiger une nouvelle Constitution aura beaucoup de travail pour signifier l’importance historique et culturelle de l’islam tout en garantissant des droits constitutionnels aux minorités religieuses présentes en Égypte.

Mais c’est en Tunisie que l’actualité est la plus intéressante. En effet, après de longues discussions sur son règlement intérieur, l’Assemblée constituante a réellement commencé ses travaux. Elle aborde ces jours-ci la question des principes fondamentaux. Depuis quelques jours les députés tunisiens discutent et s’opposent à propos de la façon dont la Constitution à venir abordera la question de la religion (l’islam) et celle des sources juridiques musulmanes (la Shari’a). Pour rappel, l’article 1 de la précédente constitution indiquait que : “La Tunisie est un État libre, indépendant et souverain ; sa religion est l’islam, sa langue l’arabe et son régime la République”. La formule était assez vague pour permettre diverses interprétations, d’une simple référence à une culture religieuse à une forme plus stricte d’État musulman.

May27 in Tahrir مايو ٢٧ في التحرير by Maggie Osama

Dans les débats actuels, je vois quatre pôles qui s’opposent sur la question. Je tente de mettre des partis politiques en face de ces pôles mais j’insiste sur la dilution des votes des députés en fonctions de leurs préférences personnelles. Sur un thème aussi controversé, la discipline partisane n’aura pas autant de force que sur d’autres questions :

  • un pôle islamiste, qui prône l’islam comme religion d’État et la Shari’a comme source du droit (certains acceptent l’expression “source essentielle du droit”). Pour cela, il est nécessaire de mettre en place un Conseil de Oulémas (savants) pour trancher les futures questions juridiques. Cela entraînerait une opposition constitutionnelle entre un pouvoir exécutif “politique” et un pouvoir judiciaire “religieux”. Pendant des siècles cette opposition a existé et c’est souvent le politique qui a gagné… (c’est essentiellement les positions d’Ennhadha, mais également de certains membres de la Pétition populaire)
  • un pôle conservateur (PDP, Afek Tounes, CPR), qui prône la référence à l’islam (mais également à l’arabité de la Tunisie) et qui n’est pas encore très clair sur la question du droit musulman. Là encore, cette absence de clarification est également jeu politique, de façon à ne pas s’aliéner tout de suite des alliés potentiels.
  • un pôle moderniste (essentiellement le Pôle démocratique), qui prône lui aussi une référence légère à l’islam et à l’arabité, mais préférant mettre en avant des valeurs universelles telles que la liberté de culte, de circulation, ou l’affirmation de droits sociaux et économiques (travail, logement, reconnaissance etc.).
  • Enfin, le pôle laïc (Ettakatol et le PCOT), qui prône une séparation du politique et du religieux. Il m’apparait aujourd’hui assez peu influent dans les débats constitutionnels.

Si l’on donne un peu de crédit à ces quatre pôles, on s’aperçoit que la référence à l’islam dans la future constitution ne fait quasi aucun doute, tant l’ensemble des partis tunisiens font consensus sur la question. L’article 1 de l’ancienne Constitution a toutes les chances d’être conservé. Les débats seront sans doute plus houleux sur articles suivants, notamment la question du droit musulman (qui, de plus, reste à définir) et, s’il est mentionné, des systèmes juridiques imposés aux non-musulmans.

Cependant, la clef de ces discussions est clairement politique. Car ce sont les alliances et les tractations entre partis, et peut être même entre groupes de députés qui pourront trouver ententes sur des votes précis qui feront une majorité.

Pour suivre les débats au plus près je vous propose une sélection de comptes twitter de députés tunisiens :

  • Iyed Dahmani (@iyeddahmani), membre de l’assemblée nationale constituante (PDP – Parti démocrate progressiste)
  • Lobna Jeribi (@LobnaJeribi), mère de famille, docteur en systèmes d’information, jeune entrepreneur et membre de la #tnac.
  • Karima Souid (@KarimaSouid) députée à l’Assemblée nationale constituante (Ettakatol France Sud)
  • Nadia chaabane (@nadiachaabane), élue à l’Assemblée constituante (Liste Pôle démocratique moderniste France Nord)
  • Mehdi Ben Gharbia (@M_BenGharbia), élu à l’Assemblée nationale constituante (Parti démocrate progressiste – PDP)
  • Zied Ladhari (@ZiedLadhari), député à l’Assemblée nationale constituante, Tunisie. Membre de la Commission OPP.
  • Mabrouka Mbarek (@mabmbarek), Constituent Assembly Representative – TUNISIA (America and the rest of Europe), Transparency, OpenGov, Tunisia, Yemen

Ces comptes sont ceux que je suis. Il y a d’autres députés tunisiens qui twittent et que Amira Yahyaoui (@Mira404 , à suivre !) a regroupé dans une liste : http://twitter.com/Mira404/%C3%89lus-tnac/members (voir également cet article, moins complet, sur le site Tekiano : les politiques et twitter)

L’assemblée a aussi un site internet et a proposé la diffusion de certaines séances en direct : http://www.anc.tn/site/main/AR/index.jsp

Pour aller plus loin dans d’autres pays :

Temps de rédaction du billet : 5h
  1. Source : http://www.cabinet.gov.eg/AboutEgypt/ConstitutionalDeclaration_e.pdf. Une version en langue arabe de la Constitution provisoire est disponible http://www.almasryalyoum.com/node/380474

Loïc Le Pape

Maître de conférence - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP)

More Posts - Website - Twitter

Religion et politique en Tunisie

Parmi les questions importantes qui traversent les pays récemment révoltés, la question de la place …

Parmi les questions importantes qui traversent les pays récemment révoltés, la question de la place du religieux dans le système politique à venir est porteuse d’enjeux très forts. Il s’agit d’organiser juridiquement (dans le cadre des nouvelles Constitutions) le rapport des cultes à l’État, et notamment la place de l’islam. On assiste ainsi à des débats intellectuels très argumentés, tant sur le point de vue des perspectives politiques liées à une sortie de révolution qu’à des questionnements sociologiques sur les rapports entre religieux et politique. Jasmine Revolution on FlickR http://www.flickr.com/photos/44866093@N05/5457039353/

Je me permets de signaler ici la parution d’un article très intéressant sur les évolutions possibles des liens entre politique et religions dans la Tunisie d’aujourd’hui. Cet article a été écrit par Astrubal (pseudo) un juriste, et il est un modèle de ce lien entre pragmatisme politique et réflexion savante. Je précise que je ne partage pas forcément les points de vue de l’auteur, qu’il contient également des points critiquables (dont la définition problématique qu’il donne de la laïcité) mais qu’il permet de cerner des questionnements essentiels à la Tunisie “en train de se faire”.

Voir également sur le même thème, un article de Fatma Mili (Oakland University, Michigan, USA) dans Le Monde du 08 mars 2011 : “Combattre l’islam ou le reformer en Tunisie et ailleurs

« L’Islam religion d’État », disposition constitutionnelle garante du processus séculariste de la démocratie tunisienne

Depuis le 14 janvier, les Tunisiens n’ont probablement jamais autant parlé aussi librement des rapports du religieux au politique sans craindre la répression. Depuis 52 ans, la disposition de l’article 1er de la Constitution tunisienne relative à l’Islam en tant que « religion d’État » n’a jamais fait l’objet d’autant de débats au sein des media tunisiens. Les Tunisiens passent enfin à la clarification du sens et de la portée de l’une des dispositions constitutionnelles les plus symboliques tant pour ses détracteurs que pour ses partisans.

A vrai dire, sur Nawaat.org, ce débat a eu lieu depuis de nombreuses années déjà. Parfois enflammé entre les tenants d’un État « laïc » -les guillemets s’imposent, j’y reviendrai- et les tenants de l’article 1er de la Constitution. Et force est de constater que par les échanges, la raison parvenait souvent à l’emporter. Ce débat, hélas ayant été de ceux non autorisés par le despotisme de Ben Ali, fut demeuré confiné aux espaces où il avait lieu.

Eu égard au titre qui annonce déjà le choix qui sera défendu au sein de cet essai, inutile de dire que depuis des années nous plaidons sur Nawaat le caractère impératif du maintien de l’article premier, c’est-à-dire le maintien du caractère non–laïc de la Tunisie, cependant au profit d’un État fermement sécularisé. Et comme nos lecteurs ont dû le remarquer, les pages de Nawaat ont toujours été également ouvertes y compris pour les thèses inverses.

L’objet de cet article est de revenir sur ce débat afin de contribuer, d’une part, à clarifier de nouveau certaines notions et à démontrer, d’autre part, les maladresses à la fois politique, institutionnelle et historique des thèses qui œuvrent pour une séparation totale entre l’État et la religion dans le contexte tunisien.

En effet, dans ce contexte, généralisable d’ailleurs à d’autres pays arabes, la grande erreur serait de croire qu’en évacuant la question de l’Islam de la Constitution l’on renforcerait le processus de sécularisation, et ce, via une laïcisation à la française. Or, c’est tout l’inverse qui se produirait, c’est-à-dire l’abandon de l’appareil d’État à la surenchère du religieux. Le choix devant lequel la Tunisie est confrontée est le suivant : Ou bien l’on se positionne dans le cadre d’un État qui s’approprie la religion tout en œuvrant à promouvoir et à garantir le processus de sécularisation, ou, inversement, on joue à l’apprenti sorcier (et non moins laïc) en offrant la meilleure passerelle pour que la religion finisse par s’approprier l’État. Et nous n’insisterons jamais assez sur le fait que la logique des rapports État/Religion, tant en Tunisie que dans le reste du monde arabe, aboutit inéluctablement à ce que l’un finisse toujours par contrôler l’autre. Et la séparation totale entre la religion et l’État, en engendrant la perte de contrôle de la religion par ledit État, conduirait à ce que les mosquées et les imams finissent par contrôler l’appareil d’État. Dans le contexte tunisien, l’article 1er incarne une garantie de la primauté du politique sur le religieux. Inversement, sa suppression mènerait à la primauté du religieux sur le politique.

En conservant le lien organique entre l’État et la religion pour garantir le processus de sécularisation, la Tunisie ne fera qu’imiter, à juste titre, les pays démocratiques ayant réussi leur marche vers la sécularisation. Aussi, articulerons-nous notre démonstration sur le fait que la laïcité n’est point une panacée. De nombreux exemples révèlent que le lien organique est non seulement possible au sein d’une démocratie politique, mais incarne également une condition pour garantir la viabilité de la démocratie (I). Par ailleurs, on verra que ce qui pose problème en soi, ce n’est pas tant ce lien organique, mais les ambiguïtés dont il recèle (II) et, qu’au fond, le vrai enjeu démocratique réside ailleurs, c’est-à-dire au niveau des mécanismes qui vont garantir les libertés fondamentales et l’État de droit. Des mécanismes pour lesquels aucune concession ne devrait être tolérée. Dès lors, la disposition constitutionnelle “Islam religion d’État” doit se juxtaposer à ces mécanismes pour les reconnaître et garantir leur compatibilité et non point pour les défaire. D’autant plus que des approches à la logique analogue ont remarquablement bien réussi.

I.— Les plus grandes démocraties de la planète n’ont jamais été laïques, mais sécularisées.

Pour éviter tout malentendu, il est utile de revenir sur le sens de certains termes (A). Ceci permettra de mieux appréhender les réussites des processus de sécularisation optant pour une démarche non-laïque (B)…

Lire la suite de l’article sur Nawaat…

Temps de rédaction de l’article : 1h30

Loïc Le Pape

Maître de conférence - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP)

More Posts - Website - Twitter