Mon ami Dahmer : D. Backderf

Quiconque s’intéresse au droit pénal se demande quelles peuvent êtres les raisons expliquant …

Mon-ami-Dahmer Quiconque s’intéresse au droit pénal se demande quelles peuvent êtres les raisons expliquant un passage à l’acte. L’objectif de prévention des infractions ne peut se départir de ce questionnement. Cette interrogation est importante et peut trouver des réponses pour certains actes de la délinquance «courante». En revanche, plus l’acte est extra-ordinaire, plus il heurte le sens commun, plus la compréhension des raisons du geste est difficile. Psychologues, psychiatres, criminologues, enquêteurs semblent bien désarmés pour expliquer ce qui peut amener une personne humaine à commettre l’inhumain.

Derf Backderf a fréquenté Jeffrey Dahmer, tueur en série, lorsqu’il était adolescent. Tous deux sont originaires de la même ville et ont fréquenté le même lycée. Le récit, fortement documenté, permet de connaître l’adolescence du futur meurtrier. Le roman graphique de Derf Backderf est étonnant. Son existence même surprend le lecteur et ce, à double titre. Il est d’abord incroyable qu’un dessinateur de BD talentueux ait cotoyé un tueur en série : voilà une trame narrative dont l’auteur se serait bien passé. Ensuite, la volonté de publier un tel récit n’est guère évidente. Mon ami Dahmer vient s’ajouter à la longue liste d’ouvrages consacrés au criminel: que pourrait-il apporter de plus? Ne s’agit-il pas d’une énième impudeur, d’un voyeurisme malsain? La lecture est rassurante : il n’y a rien d’offensant dans le récit de Backderf. Au contraire, l’auteur multiplie les interrogations sur Jeffrey Dahmer, adolescent mutique, solitaire, étrange. Mais, comme il le relève à plusieurs reprises, d’autres camarades de lycée pouvaient passer pour fous. L’attitude extérieure de Dahmer ne laissait en rien présager ce qu’il deviendrait.

dhamer_1

Ce qui marque avant tout, c’est la solitude de l’adolescent Dahmer. Il est peu intégré dans son lycée en raison de son comportement étrange. Ces camarades s’amusent beaucoup, mais rient en réalité beaucoup de lui. Le fan-club Dahmer, les mimiques et cris de ce dernier font rire ses camarades, qui pourtant ne l’invitent jamais chez eux. Ignoré des élèves, il l’est également des adultes. Les enseignants ne s’en préoccupent guère. Ses parents ne sont pas plus attentifs. L’une des choses qui marque le lecteur est sans doute le silence de Dahmer. Il parle peu avec ses camarades, encore moins avec ses parents, semble entièrement tourné vers lui-même. Derf Backderf se demande souvent ce qu’il serait advenu si Dahmer avait été mieux écouté, mieux intégré. A cet égard, le fait que le premier meurtre de Dahmer ait été commis quelques jours après la fin des cours n’est pas anodin. L’auteur souligne à plusieurs reprises les défaillances des adultes qui ne s’intéressaient guère à Jeffrey Dahmer. Une fois le constat de la solitude fait, l’auteur n’épargne personne, pas même lui. Cette critique est d’autant plus violente que l’on ne peut s’empêcher de se demander si la mise en place de mécanismes de protection de l’enfance en danger aurait pu changer le cours de la vie de Jeffrey Dahmer.

dahmerright

L’auteur réussit à montrer que Dahmer était un homme comme les autres : inquiétant, mais pas plus qu’un autre. Comme l’écrit Philippe Conte, à un autre sujet  – la castration chimique – : «on n’a d’ailleurs pas hésité à affubler parfois les criminels de qualificatifs divers, tel celui de “monstre” : si les tenants d’un pareil vocabulaire ont voulu, ainsi, gagner le combat devant l’opinion (qui n’avait pas besoin d’être poussée dans cette voie), ils ont aussi pris le risque d’instiller l’idée que nous n’aurions donc plus affaire à des hommes. On a pourtant déjà tenté, dans l’Histoire, de diviser l’humanité en plusieurs catégories ; son caractère sacré en a toujours été atteint, par le sacrifice de principes qui lui sont immanents» (Ph. Conte, «Oxymores», Dr. pén. 2009, rep. 11).

IMAG3733-2-2

Le livre n’est pas une œuvre de justification des crimes commis, mais une tentative de compréhension. Comme l’auteur le relève : « Ayez de la pité pour lui mais n’ayez aucune compassion ». C’est l’un des rôles de la justice pénale que de permettre de comprendre ce passage à l’acte. Ces considérations sont essentielles pour décider si le discernement de l’individu était aboli, ou encore pour choisir une peine, par exemple. Mais elles sont également fondamentales pour les destinataires de l’œuvre de justice : les citoyens. Le temps passé, les interrogations, les raisons, réelles ou supposées, sont autant d’éléments qui permettent à la justice de produire du sens et d’avoir des effets sociaux pacificateurs. Reste alors à faire le choix d’une peine. Dahmer a été condamné à plus de 900 ans d’emprisonnement. Il semble, mais cela n’est pas retracé dans Mon ami Dahmer, qu’il ait été un détenu modèle. Il mourra en prison, tué par un co-détenu.

Il faut enfin noter le dessin et la qualité de la mise en scène. La route est omniprésente. Elle est toujours droite, sans possibilités de bifurcations. L’idée de destin n’est pas loin : le dessin traduit mieux que beaucoup de mots l’idée selon laquelle la voie de Jeffrey Dahmer était malheureusement tracée. Mais cette route n’était pas à sens unique, en témoignent les nombreuses cases où le personnage va dans des sens différents. Le déterminisme est rejeté, même s’il aurait été bien commode pour expliquer les crimes de Mon ami Dahmer.

The Law of Superheroes : J. Daily, R. Davidson

La bande dessinée est décidément une grande source d’inspiration pour les juristes. Ce site en…

La bande dessinée est décidément une grande source d’inspiration pour les juristes. Ce site en témoigne et deux ouvrages issus de colloques ont été consacrés à la question : l’un en 1998, l’autre en 2012. Une exposition a été consacrée à la justice lors du dernier festival d’Angoulême. Il était donc indispensable de consacrer un billet à l’excellent ouvrage de James Daily et Ryan Davidson, publié en 2012 : The Law of Superheroes.

Ce livre est issu d’un blog tenu par les auteurs (Law and the Multiverse) dans lequel les auteurs offrent régulièrement de riches analyses juridiques de fictions, cinématographiques ou dessinées. James Daily et Ryan Davidson suivent la logique des comics et des superhéros. Ceux-ci prennent place dans des univers parallèles, très semblables au nôtre. Leurs histoires font se côtoyer le réel et l’imaginaire. Les superhéros sont donc soumis au droit en vigueur au moment de leurs aventures. Les deux auteurs se proposent d’analyser ces récits au regard du droit américain. Le but n’est pas d’accentuer l’invraisemblance des situations, mais de permettre de vulgariser les règles juridiques en ayant recours à un matériau ludique. A cet égard, leur ouvrage permet au juriste français d’apprendre énormément sur le droit américain : le droit pénal et la procédure pénale sont évidemment concernés, mais également le droit de la propriété intellectuelle, le droit de la responsabilité, le droit des obligations, le droit des affaires, etc.

L’ouvrage permet de faire une analyser parallèle en droit français et l’on constate que de nombreuses similitudes existent.

Les problèmes abordés sont nombreux : droit de témoigner en justice à visage masqué (p. 7), constitutionnalité des lois anti superhéros (p. 15), applicabilité de la peine de mort aux superhéros invulnérables (p. 37), châtiments corporels (p. 41), vol de superpouvoirs (p. 67), validité du contrat avec le diable (p. 145), imposition des primes de superhéros (p. 179), brevets des inventions Stark ou Wayne Enterprise (chap. 9), droit des étrangers (p. 223), légalité de l’immortalité (p. 262), etc. L’ouvrage est enrichi de quelques planches illustrant les problèmes juridiques abordés.

L’approche choisie est très positiviste : les problèmes juridiques abordés sont évoqués dans les comics étudiés. Il ne s’agit pas de faire une lecture des mécanismes juridiques sous-tendus par les histoires, mais bien de voir si la réponse du droit positif américain est la même que celle apportée dans les histoires. En ce sens, le livre ne vient pas profaner les comics, il ne les juridicise pas impunément : les comics contiennent déjà de nombreuses références au droit. Les comics ne sont d’ailleurs pas les seuls œuvres concernées, puisque les auteurs font de fréquentes références à certains films.

The Law of Superheroes est un outil amusant, utile et intelligent qui permet d’appréhender un droit étranger et d’expliquer le droit français autrement. Au reste, les superhéros existeraient vraiment : les Real Life Superheroes existent; un livre leur a été consacré et j’aurai la chance d’intervenir sur ce thème lors d’un colloque organisé à Limoges en avril prochain, consacré à l’héroïsme. Nul doute que l’ouvrage de James Daily et Ryan Davidson constituera alors une source précieuse.

Pilules bleues : F. Peeters

Récemment primé au Festival international de la bande dessinée d’Angoulême pour sa série (en c…

Récemment primé au Festival international de la bande dessinée d’Angoulême pour sa série (en cours) Aâma, Frederik Peeters est bien connu des amateurs du genre : le célèbre auteur de Lupus a publié en 2001 un ouvrage remarquable de pudeur et de sensibilité : Pilules bleues.

Cette bande dessinée est a priori très éloigné du droit, qui se préoccupe en principe peu des sentiments. L’histoire est celle de l’auteur lui-même : sa rencontre avec Cati, jeune mère célibataire, et, surtout, leur histoire naissante.

Ce qui rend le récit de Frederik Peeters touchant, au-delà de son dessin, c’est la maladie de Cati, qui est séropositive. Son fils l’est également. Les doutes des personnages, l’attachement à l’enfant, le regard des autres, les difficultés quotidiennes (liées aux pilules bleues de la trithérapie ou aux hospitalisations fréquentes de l’enfant) sont abordées simplement, sans dramatisation ni dissimulation. L’ouvrage est franc et même amusant, notamment lorsque les amoureux traquent obsessionnellement les moindres plaies, pour éviter la transmission du virus au membre «sain» du couple.

L’histoire se déroule en Suisse, mais elle pourrait avoir lieu en France. L’attitude discriminante des tiers est mise en avant, même si elle n’est pas exagérée : l’entourage du couple est suffisamment clairvoyant pour ne pas exclure Cati.

Un personnage secondaire de l’histoire, mais central de leur histoire, est le médecin. Présenté comme un individu foncièrement humaniste, un bonus medicus familias, il est celui qui permet au couple de vivre pleinement leur relation. Il leur explique ce qu’ils peuvent faire, ne pas faire, dédramatisant les angoisses, apaisant les craintes. Son attitude franche et directe permet au couple de s’épanouir : la normalisation, à défaut de la banalisation, de la maladie est alors le moyen de l’accepter et de la faire accepter.

Le droit est indirectement malmené : les mécanismes de lutte contre les discriminations fondées sur l’état de santé et le handicap apparaissent bien insuffisant pour endiguer l’exclusion résultant du regard des autres. S’il peut sanctionner le refus opposé en considération d’un critère arbitraire (la maladie), il est bien impuissant pour modifier le rejet quotidien, seul véritable obstacle à la pleine égalité des individus. Inapte à sanctionner les exclusions banales qui ne trouvent d’explication que dans l’ignorance, le droit ne peut que sanctionner les comportements les plus graves.

Les Pilules bleues abordent également, à la marge, deux autres aspects juridiques. L’auteur, lorsqu’il aborde sa relation avec le fils de Cati, évoque des questions sociales et juridiques importantes : le rôle du tiers qu’il est face à cet enfant dont il s’occupe réellement, sa relation à cette paternité de fait et à l’accompagnement de l’enfant. Autant de questions intéressants le droit de la famille.

Il est enfin question de la législation suisse sur l’usage de drogues. Deux planches expliquent parfaitement l’encadrement juridique existant et son évolution. Le droit s’immisce partout et Frederik Peeters peut aisément être alors considéré comme un excellent vulgarisateur du droit suisse.

Les Pilules bleues est de ces ouvrages qui permettent de voir le droit en action ou en inaction. Il ne s’agit pas d’un ouvrage juridique, mais le juriste ne peut s’empêcher d’en «juridiciser» la lecture. Il permet de comprendre, d’accepter les problèmes liés à la séropositivité afin de les tolérer et de les respecter.

Au-delà, l’ouvrage est une magnifique histoire d’amour, édifiante par sa banalité exemplaire.

Qu’est-ce qu’un “grand” juriste ? : L. Fontaine

La question taraude l’étudiant, l’enseignant, le praticien : comment déterminer l’…

La question taraude l’étudiant, l’enseignant, le praticien : comment déterminer l’importance d’un juriste ? Par ses réseaux ? Son influence doctrinale ? Sa clientèle ? Le nombre de ses consultations ? Celui de ses publications ? Lauréline Fontaine tente de répondre à cette question dans un ouvrage récemment paru aux éditions Lextenso: Qu’est-ce qu’un «grand» juriste?

La tâche est délicate car dire d’un juriste qu’il est grand signifie qu’il en est de petits. On aurait pu s’attendre à ce que des noms soient cités mais heureusement, les susceptibilités sont épargnées : c’est à peine si Capitant, Josserand ou Aubry et Rau sont utilisés pour illustrer le propos. Il ne s’agit d’ailleurs pas de savoir ce qu’est un «bon» juriste, mais ce qu’est un «grand» juriste.

L’ouvrage commence donc par une très longue introduction destinée à cerner les termes du sujet. Savoir ce qu’il faut entendre par juriste ne tombe en effet pas sous le sens. Le juriste est d’abord celui dont le droit est l’objet de son activité principale (p. 17). Il est également celui qui maîtrise une méthode en plus d’une connaissance de son sujet (p. 29). Finalement, seul celui qui prétend faire œuvre de doctrine aurait la capacité d’être un «grand» juriste : le juge, par exemple, peut certes être un grand juge, mais ses opinions, en droit français, ne sont pas connues dans les décisions qu’il rend. L’auteur s’interroge également sur une curiosité : les juristes ne sont pas ceux qui sont les plus entendus dans la société civile quand il s’agit de recueillir un avis sur le droit.

Quelques critères sont mis en avant. Le «grand» juriste est celui qui est lettré, cultivé (p. 64) car il doit avoir une pensée sociale et critique (p. 61). Surtout, le «grand» juriste n’est pas seulement un technicien : «Pour considérer que le juriste, le “grand” juriste, est un bon technicien, il faut donc aussi considérer qu’il n’est certainement pas que cela, parce qu’il est aussi un connaisseur et un penseur du social. La capacité d’un juriste à situer la connaissance du droit dans le contexte plus général du monde fait partie de ses qualités indispensables » (p. 69). De là, l’auteur développe des considérations intéressantes sur la formation des juristes et répond aux arguments incessants visant à professionnaliser les études universitaires : «En se concentrant sur ces blocs de décisions, que les universitaires ordonnancent plus ou moins bien de manière cohérente, les facultés de droit tendent aussi à accorder une place privilégiée aux “praticiens” qui participent au processus de fabrication des décisions. Par là-même, la place et le rôle des facultés comme corps d’enseignants-chercheurs en droit tendent à devenir de moins en moins légitimes. Pire, les enseignants-chercheurs par accessoire, qui utilisent en réalité une partie essentielle de leur temps à faire de la pratique – rémunérée –, se trouve complètement légitimés. Dès lors que l’on considère l’objet de l’apprentissage des juristes comme se réduisant à un ensemble de règles de droit positif, la plus-value conférée par les enseignants-chercheurs par rapport au savoir des praticiens apparaît faible, voire illégitime » (p.71). Ces propos sont à mettre en relation avec ce qu’écrivait Philippe Conte dans un article paru aux Mélanges Simmler en 2006 («Avons-nous part encore à une communauté ?», p. 31) ou aux propos de Daniel Mainguy plaidant pour des «Professeurs des Universités- Praticiens de la Justice».

Lauréline Fontaine profite alors des spécificités du métier d’enseignant-chercheur pour interroger ses évolutions : fuite du temps, quand la liberté qu’il crée était l’essence même du métier, place des facultés de droit dans l’Université, etc. A cet égard, on ne peut que souscrire aux propos de l’auteur qui constate la place secondaire du droit dans les études pluridisciplinaires, où les juristes ne sont souvent vus que comme de simples consultants et où les spécificités de leurs méthodes restent largement ignorées. La place du «grand» juriste dépend également de la reconnaissance qui lui est attribuée par ses pairs. Au final, c’est seulement le juriste universitaire dont il est question et, plus précisément, du professeur des Universités et, encore plus précisément, du professeur agrégé au premier concours d’agrégation : «On ne peut pas nier que certaines gratifications, dans le système français actuel, conditionnent tout particulièrement la possibilité d’être un “grand” juriste pour la communauté toute entière. Tel n’est jamais reçu au concours d’agrégation, aura hélas peu de chance de prétendre au titre. La pensée est valorisée et se valorise par certains titres. L’agrégation ne fait pas tout, il est vrai. Il existe d’autres voies pour devenir “professeur des universités”. Mais c’est, quoi qu’il en soit, à ce titre qu’il faut prétendre, donc, pour espérer être reconnu un jour comme un “grand” juriste » (p. 146-147). La recherche collective est ainsi négligée quand les modes d’évaluation des carrières sont fondées sur les publications individuelles.

La recherche collective en droit

D’intéressants développements sont consacrés aux grandes polémiques qui ont agité la sphère doctrinale. Aujourd’hui, celles-ci seraient réduites aux questions de formation des étudiants, même si l’on peut regretter que des débats ne soient pas évoqués : le rôle de la cause dans les projets de réforme du droit des contrats, par exemple.

L’ouvrage est intéressant par le recul qu’il permet d’avoir sur le métier d’enseignant-chercheur. On peut toutefois regretter qu’il en résulte une vision parfois réductrice d’une discipline qui ne se conçoit que par rapport à elle-même, malgré les rappels incessants de l’auteur à la nécessité d’inscrire la réflexion sur le droit dans une réflexion sociale et pluridisciplinaire. Quand l’ouvrage se veut prospectif sur certains points, il est étonnamment conservateur sur d’autres.

Le temps des éminents professeurs arrive à sa fin, bon gré mal gré. Les facultés ont encore du mal à le percevoir, car elles sont attachées à leur mode de fonctionnement séculaire. Mais le travail n’est plus aujourd’hui celui d’un seul et le droit est une discipline de moins en moins isolée (parmi les autres disciplines, mais également au milieu des facultés de Droit étrangères) qui doit maintenant tenir compte de contraintes variées : celles de l’évaluation, de l’interdisciplinarité, du travail collectif, des évolutions de l’enseignement, etc. Sur ce point, Qu’est-ce qu’un «grand» juriste? est à mettre en relation avec La cuisine du droit, de Christophe Jamin.

L’évasion : Berthet One

La bande dessinée L’évasion, de Berthet One, est particulière. L’auteur est lui-même un …

La bande dessinée L’évasion, de Berthet One, est particulière. L’auteur est lui-même un ancien détenu, qui a toujours pratiqué le dessin et a utilisé le neuvième art comme moyen de réinsertion. Ce Journal d’un condamné d’un autre genre est malheureusement trop court : une partie de l’album est consacrée aux planches de la BD, une page par situation (les indécrottables, le mouchard, les innocents, l’école du crime, etc.). L’autre partie regroupe des documents (dessins, photos et fac-similés de documents sur le parcours pénitentiaire et judiciaire de Berthet One).

Le dessin de Berthet One est particulier : caricatural (y compris de l’auteur lui-même), très expressif. Le fond du propos est beaucoup plus intéressant. A l’opposé de 20 ans ferme, le propos n’est pas revendicatif. Au contraire, il ne comporte pas de réflexion directe et immédiate sur la prison. Berthet One s’amuse, de manière très impertinente, des situations quotidiennes vécues par les détenus. Tous ne sont pas montrés sur leur meilleur jour : le regard qu’il pose sur la réinsertion de certains condamnés est sans pitié; celui qu’il pose sur les «pointeurs» sans animosité particulière.

Spectateur et acteur du quotidien carcéral, Berthet One aborde frontalement des questions fondamentales de l’exécution d’une peine privative de liberté : la surpopulation, la sexualité, l’usage de drogues, l’utilisation des téléphones portables, les soins, la promenade, le sport, le travail, la permission de sortir, l’éducation.

Toutes ces situations, même les plus difficiles, sont abordées avec humour, en raison du trait du dessinateur et de son recul sur sa peine. L’auteur ne cherche ni à dénoncer ni à justifier : il raconte, simplement, habilement, avec humour les situations vécues. Le détail du dessin est amusant : les murs sont systématiquement ornés de graffitis, de citations de Berthet One, fleuries et parlantes! La couverture intérieure de l’ouvrage commence par une citation de Ignacy Krasicki («Mieux vaut se disputer à l’air libre que d’être d’accord derrière des barreaux»). Puis, une page ou Berthet One est pris en flagrant délit de tag, inscrivant sur un mur orné de citations de Hobbes, Alexandre Dumas, sa propre devise : «Ma vie a tellement le goût du béton que j’en chie des briques». Le ton de la bande dessinée est donné. Pas une page ne se départit de cette légèreté de ton, de l’impertinence du dessinateur.

Cette autre vision de la détention est particulièrement réjouissante parce qu’elle est drôle. L’humour permet de transcender l’inhumanité de certaines conditions de détention, l’inutilité du prononcé de certaines peines et permet de prendre conscience, autrement, des problèmes fondamentaux. Aujourd’hui Berthet One est dessinateur. Son site présente ses travaux, que l’on espère nombreux et de la même qualité.

20 ans ferme : S. Ricard, Nicoby

Parue il y a quelques jours, la bande dessinée de Sylvain Ricard et Nicoby traite d’un sujet …

Parue il y a quelques jours, la bande dessinée de Sylvain Ricard et Nicoby traite d’un sujet qui intéressera toute personne sensibilisée aux conditions de détention. L’histoire est assez simple et inspirée du parcours d’un détenu. Milan est condamné à une longue peine de réclusion criminelle. Face aux difficultés – le mot est faible – de ses conditions de détention, il se révolte et entraîne nombre de ses co-détenus avec lui. Le livre s’attache à montrer la manière dont l’institution carcérale permet de briser la volonté des détenus. Rien n’est épargné : violence des surveillants, mais également des détenus, difficultés de conserver des liens familiaux pour les personnes privées de liberté, arbitraire de la procédure disciplinaire, etc.

Les auteurs ont fait un choix radical : l’innocence de Milan n’est pas discutée. Les faits commis sont rapidement expliqués au début, pendant quelques pages brillantes mêlant ellipse narrative et choc de la peine. Le lecteur est immédiatement confronté à la violence des actes commis, mais également à celle de l’arrivée en détention. Autre choix appréciable : il n’est pas question pour les auteurs de placer la discussion sur la culpabilité ou l’innocence des autres détenus. L’un des personnages explique d’ailleurs : «Moi, ça fait un an que je suis en préventive ici. Présumé innocent mais en taule, [mais] je suis coupable, alors tu penses si j’en n’ai rien à foutre ».

Il ne sera plus question du passé pénal des personnages, mais uniquement du vécu de leur détention. Les fouilles, transfèrements répétés, les relations sexuelles au parloir, beaucoup de choses sont montrées. Les auteurs ont en revanche laissé de côté l’insalubrité de nombreux établissements pénitentiaires ou bien encore le manque d’intimité. D’autres pratiques sont mises en avant, comme le sondage des barreaux, tenant lieu de réveil forcé, ou bien encore la surveillance à l’oeilleton. L’ouvrage se termine d’ailleurs sur un mini-dossier où figurent les principaux problèmes évoqués par l’histoire de Milan et les règles juridiques applicables. Sur la forme, l’ouvrage est plaisant. Le dessin est précis, et l’utilisation des couleurs, habile. Le gris prédomine, montrant la monotonie de la vie en détention. Le rouge accompagne les émeutes et leur répression, quand le vert pâle traduit la tristesse des lieux. La compagne de Milan est en revanche toujours accompagnée de couleurs vives, accentuant le contraste entre l’intérieur et l’extérieur.

Malheureusement, des éléments importants font défaut : les progrès effectués grâce à la loi du 18 janvier 1994 relative aux soins en détention ou l’introduction du droit en détention, grâce à la jurisprudence du Conseil d’État ou la loi pénitentiaire du 24 novembre 2009, ne sont pas évoqués.  Certes, l’histoire se déroule dans les années 1980 et se termine en 1995. Mais il aurait été appréciable de continuer la volonté pédagogique des auteurs jusqu’au bout. Le reproche fait au livre est simple : il est entièrement à charge en laissant penser que l’état du droit est inchangé. Il n’est pas question des différentes condamnations de la France par la Cour européenne des droits de l’Homme, des avancées législatives et réglementaires, incontestables même si encore perfectibles. Par exemple, lorsque Milan se blesse gravement à la main et qu’il n’est guère soigné, le mini-dossier de fin d’ouvrage n’évoque en aucun cas la nouvelle organisation des soins en détention. L’entrée de l’hôpital dans les établissements pénitentiaires est un progrès à saluer.

Le reproche est à relativiser. Le personnel pénitentiaire est parfois décrit de manière positive. L’éducation en détention, si elle est difficile, reste possible : Milan apprend en détention, il rencontre un détenu titulaire de diplômes universitaires. L’ouvrage montre avec force les difficultés de la réinsertion, expliquant simplement l’enchevêtrement des causes : de l’impossibilité d’avoir des parloirs sexuels (faisant fi des quelques unités de vie familiale mises en place), à la sécurisation des établissements pénitentiaires, en passant par la faible rémunération du travail des détenus, quand ils ont la possibilité d’exercer cette activité. Nombre des maux décrits par les auteurs existent, sont réels et méritent qu’une œuvre de grand public y soit consacrée. On regrettera qu’ils ne soient pas mis en perspective en fonction des avancées des dernières années, encore à parfaire sur de nombreux points.

Pour compléter la lecture de cet ouvrage, il faut signaler la sortie d’un film documentaire, À l’ombre de la République, de Stéphane Mercurio, documentaire sur les conditions de détention rendu possible grâce à l’équipe du Contrôleur général des lieux de privation de liberté.

Bande Annonce de A L’OMBRE DE LA REPUBLIQUE de… par Iskrafilms