Les vestiges du moule à cloche de l’église

La fouille de la partie ouest de la nef de l’église Saint Martin a permis la mise au jour d’une stru…

La fouille de la partie ouest de la nef de l’église Saint Martin a permis la mise au jour d’une structure dont l’identification s’est révélée ardue. Cette structure de forme circulaire, d’environ 60 centimètres de diamètre est composée de briques biseautées liées par une argile rouge et fine ; sans trop de conviction, elle avait initialement été qualifiée de « four ».

Cependant, la fouille minutieuse des alentours a fourni de précieux indices : le niveau archéologique sur lequel reposait la structure était parsemée de charbons, de nodules métalliques et de fragments de terre brûlée.

C’est finalement la découverte d’un sédiment de terre charbonneuse, dégagée à proximité, qui a fait toute la lumière sur la véritable nature du « four » : en réalité, un moule à cloches.

 

Il est en effet fréquent de découvrir, lors des fouilles d’églises, des moules à cloches à l’intérieur des édifices . Le coulage d’une cloche comportant des étapes précises, l’organisation des vestiges retrouvés est facilement identifiable d’un point de vue chronologique :

  • Creusement d’une fosse d’une taille proportionnelle à celle de la future cloche ;
  • Installation au fond de cette fosse de la structure interne du moule, en brique ;
  • Recouvrement de ce moule en brique par le moule externe en terre, un espace étant réservé entre les deux moules et une ouverture ménagée au sommet ;
  • Comblement de la fosse ;
  • Coulage du métal en fusion dans l’ouverture au sommet des moules. Le métal utilisé est, sauf de rare exceptions, de l’airain (un alliage de cuivre et d’étain, choisi pour des questions de qualités de la sonorité) ;
  • Déblaiement de la fosse, afin de briser le moule externe puis de libérer la cloche.

Le moule à cloche de l’église Saint-Martin ainsi identifié comme tel, l’organisation de la zone autour de lui peut être réinterprétée d’un œil neuf. L’ébauche de mur composée de deux assises de briques isolant la zone du moule du reste de la nef, d’abord interprétée comme un caveau, est en fait un reste de maçonnerie construite par les ouvrier fondeurs afin de renforcer un côté de la fosse creusée pour couler la cloche. Les nodules métalliques éparpillés autour du moule sont des déchets de fonderie. Les charbons témoignent de l’intense chaleur dégagée lors du coulage de la cloche. Quant au sédiment de terre charbonneuse, il s’agit trés certainement du moule externe, brisé et jeté là par les ouvriers lors du déblaiement de la fosse pour récupérer la cloche refroidie.

Il est relativement difficile de dater ce moule. En effet, les techniques de fonte des cloches sont quasi identiques depuis l’Antiquité jusqu’à l’époque Moderne. Deux petites monnaies ont été découvertes près du moule à cloche de l’église Saint-Martin, malheureusement rongées par la corrosion et illisibles. Cependant, il est possible d’évaluer la profondeur de la fosse, ce qui donnerait une idée de la hauteur du sol à l’époque ou fut fondue la cloche. Cette indication, qui reste peu précise, ainsi que le diamètre caractéristique de la cloche (un peu plus de soixante centimètre de diamètre) permettent de supposer une datation aux alentours du XVIIIe siècle.

Il serait intéressant de consulter les archives, en quête du document officiel de commande de la (ou des) cloche(s). Une telle découverte permettrait d’affiner la datation de cette structure très partiellement conservée.

Jo JOGUET

Un nouveau caveau dans la nef de l’église ?

À l’intérieur de l’église un probable caveau de briques commence à être mis au jour. Pour le moment,…

À l’intérieur de l’église un probable caveau de briques commence à être mis au jour. Pour le moment, seules deux assises  sont visibles et les contours restent incertains. Ce dernier se situe juste à côté d’un aménagement des Monuments Historiques établi dans les années 1960 pour pomper l’eau de l’hypocauste.

Parallèlement à ce travail de dégagement, il a aussi fallu faire des photographies de trois trous se trouvant près du seuil d’une ancienne porte permettant le passage du frigidarium au caldarium. Leur signification nous étant encore inconnue, cet enregistrement nous permettra de conserver toutes les données utiles à leur future interprétation.

Et dans le chœur, la partie donnant sur les anciens bassins du tepidarium et du caldarium étant achevée d’être fouillée, une série de photographies sous différents angles montrant le travail accompli ces deux dernières semaines et les rapports entre le sol et le bâti.

 

À l’extérieur dans le cimetière, d’une part, une nouvelle limite de secteur a pu être attestée grâce à la fouille minutieuse d’une sépulture par Mathilde, étudiante en Anthropologie biologique. Après les questionnements liés à la stratigraphie, place au démontage raisonné de l’individu. Voici quelques propos recueillis auprès de Mathilde qui nous éclairent quant à la compréhension de cette sépulture et de son contexte : « c’est une sépulture qui a été recoupée. Les os sont plutôt graciles, ce qui pourrait nous faire penser à une femme, mais sans pouvoir l’attester car le bassin est manquant. On a trouvé une épingle au-dessus de la clavicule droite mais aucun clou, et le squelette semble avoir été déposé dans un contenant étroit ou un linceul. Il a été déposé face vers le ciel, puis lors de la décomposition la tête a subi un basculement vers la droite. »

Et d’autre part, le dégagement du mur est du bassin du caldarium a débuté. Une hypothétique sépulture semble avoir été mise au jour. De plus, la limite est de ce bassin a pu être trouvée révélant que le mortier de couleur rouge se poursuit dans cette zone, mais pour l’instant aucune trace du dallage de marbre de ce côté.

Alors que la fin du chantier approche, Saint-Martin semble encore loin d’avoir révélé tout son potentiel…

Marie Buczaga

L’étude de l’ancienne église Saint-Martin à Moissac

Connue comme étant le chef lieu de la plus ancienne paroisse de Moissac, l’église extra-muros …

Connue comme étant le chef lieu de la plus ancienne paroisse de Moissac, l’église extra-muros Saint-Martin présente la particularité remarquable d’avoir été aménagée dans le balnéaire d’une villa de la fin de l’Antiquité. Menacée par l’extension de la ligne de chemin de fer, l’édifice a été classé Monument Historique en 1922. Depuis cette date, l’église est ses abords ont fait l’objet de plusieurs opérations archéologiques, notamment dans les années 1940, lorsque qu’A. Viré entreprit la fouille partielle de la nécropole puis cimetière paroissial située au sud du chevet.

En 2011, la reprise de l’étude du bâti a permis de revoir l’histoire de la construction de cette église. Il est aujourd’hui  non seulement certain que l’édifice de culte a été bâti sur un hypocauste, mais aussi qu’une grande partie des maçonneries correspond au remploi de murs antiques, parfois conservés sur plusieurs mètres d’élévation. L’édifice actuel présente aussi des phases de restauration attribuables au Moyen Âge, la construction d’un portail puis d’une chapelle à la fin du Moyen Âge, et l’ajout d’un porche à l’Epoque moderne.

Une nouvelle campagne de fouille est prévue pour l’été 2012. L’objectif fixé est de reprendre les données mal documentées issues des opérations anciennes, à la fois celles effectuées à l’intérieur de la nef et celles réalisées dans l’emprise de l’ancien cimetière paroissial, dans le but de compléter et de préciser les observations architecturales.