Arizona. D’autres bulletins, d’autres problèmes.

Damien Simonneau est contributeur invité sur ce blogue, il écrit depuis l’Arizona.

On le sait en 20…

Damien Simonneau est contributeur invité sur ce blogue, il écrit depuis l’Arizona.

On le sait en 2012 le vote latino est un facteur clef de défaite ou de victoire pour les candidats aux diverses élections. En Arizona, le vote latino est notamment crucial pour l’élection du Sénateur. Et dans le comté de Maricopa qui englobe la majeure partie de la ville de Phoenix, le vote latino est également déterminant puisque d’après dernier le recensement 30% des résidents sont hispaniques et 20% ne parlent qu’espagnol. Il est d’autant plus crucial lorsqu’il s’agit de reconduire (ou non) pour la sixième fois le shérif Joe Arpaio qui se définit lui-même comme le « shérif le plus dur d’Amérique » en matière de lutte contre les clandestins, et dont les pratiques sont jugées discriminantes envers les Latinos. Rappelons en effet que ACLU (American Civil Liberties Union) aide actuellement des associations du comté à attaquer en justice le shérif pour discriminations à leur égard et que celui-ci est également sous le coup d’un jugement pour pratiques discriminantes de la part du Ministère fédéral de la Justice américain. (J’y reviendrai dans un prochain article) Or, à deux semaines de l’élection, une erreur dans les dates sur des documents d’inscription au vote vient réveiller l’indignation si ce n’est la théorie du complot chez les défenseurs des droits des Hispaniques.

La semaine dernière, l’association PAZ-en Accion – Arizona a demandé aux autorités du Comté en charge de l’organisation du vote de corriger certaines erreurs formulées en espagnol sur des documents officiels au prétexte qu’elles peuvent désinformer les électeurs latinos. Une jeune femme hispanique est venue le 9 octobre demander auprès d’un des trois bureaux du Comté de Maricopa un document d’inscription en espagnol. Elle a notifié à ce même bureau le 15 octobre que la date sur la carte était erronée.  Une nouvelle carte corrigée lui a alors été remise.

Il semblerait donc que depuis Juin, les autorités du Comté de Maricopa distribuent des documents d’inscription aux votes (voter registration cards) mentionnant pour le jour de l’élection le 8 novembre dans la section en espagnol et le 6 novembre dans la section en anglais. Comme le suppose le titre de ce blog, l’élection générale américaine aura bien lieu le 6 novembre prochain.

Le 16 octobre dernier, le comté de Maricopa a annoncé par communiqué de presse qu’il avait envoyé de nouveaux bulletins d’inscription au vote corrigés et que seuls les bulletins distribués manuellement dans les bureaux du comté aux électeurs possédaient une date erronée. Il a également précisé que l’erreur a été modifiée dans les logiciels informatiques… L’administration du Comté estime qu’environ 50 documents comportant la mauvaise date ont été distribués.

Cet incident a indigné les leaders latinos du comté, mais aussi les militants démocrates pour qui il apparaît étrange qu’une erreur de frappe dans un chiffre soit à l’origine du changement de date sur un document où les sections en anglais et en espagnol sont côte à côte… Quoiqu’il en soit, cet incident vient raviver la tension déjà préexistante entre la communauté latino et les autorités du comté de Maricopa.

Exemple de bulletin de vote
Crédit Photo : Damien Simonneau

L’auteur: Damien Simonneau est un jeune chercheur rattaché au Centre Emile Durkheim –Sciences Po Bordeaux et à l’IRSEM, au beau milieu d’une thèse de sciences politiques financée par la DGA/CNRS. Il travaille sur les murs de séparation contemporains israélien et américain. Il est actuellement au NACTS à l’Arizona State University à Phoenix. Ce papier est d’abord paru sur son blogue: http://enattendantle6novembre.wordpress.com/

 

Vos papiers! Le retour automnal de SB1070 en Arizona

Damien Simonneau est contributeur invité sur ce blogue, il écrit depuis l’Arizona.
Deux Présid…

Damien Simonneau est contributeur invité sur ce blogue, il écrit depuis l’Arizona.

Deux Présidents se sont succédé à la Maison Blanche depuis 2000, et aucune nouvelle réforme globale du système légal migratoire n’a été adoptée faute d’accord entre Démocrates et Républicains au Congrès. Tel est le constat en 2012. Face à ce vide politique, les initiatives Pro ou Anti-immigrants sont venues des Etats de l’Union frustrés par l’immobilisme à Washington. C’est notamment ce que décrivent les recherches de Els de Graauw (Baruch College, New York) : les réponses des Etats de l’Union face au problème de l’immigration illégale varient entre ceux comme l’Arizona, la Géorgie, l’Alabama, la Caroline du Sud ou l’Utah et certaines villes qui ont adopté des mesures Anti-immigrants ; et ceux qui ont mis en place des programmes pour intégrer ces sans-papiers en leur attribuant une forme d’identification. L’Arizona se situe donc à la pointe du combat Anti-clandestin notamment depuis le passage en 2010 de la loi Senate Bill 1070 ou SB 1070, une des plus restrictives en la matière.

Histoire complexe d’une loi  controversée

Les lois fédérales américaines obligent les étrangers séjournant plus de 30 jours sur le territoire à s’enregistrer auprès des autorités et à disposer en permanence de leurs documents d’identification. Les législateurs de l’Arizona avec SB 1070 (Support Our Law Enforcement and Safe Neighborhoods Act) sont allez plus loin dans la criminalisation des sans-papiers. SB 1070 commence par définir comme acte criminel le fait d’être sans-papier en Arizona. Elle autorise les officiers de Police lors d’arrestations ou de contrôles à vérifier les papiers (et donc déterminer le statut migratoire) de la personne si celle-ci est « raisonnablement suspectée » (reasonable suspicion) d’être illégale. Une autre disposition de la loi interdit aux forces de l’ordre de restreindre l’application de cette disposition obligeant les agents à appliquer la loi. Enfin, une dernière disposition prévoit des sanctions pour ceux qui hébergent, embauchent ou transportent des clandestins. Les dispositions de la loi peuvent donc laisser place à l’appréciation des policiers pour estimer si une personne est suspectée d’immigration illégale ou non. Pour les opposants à la loi, il s’agit ni plus ni moins que d’une discrimination raciale (racial profiling) visant en premier lieu les immigrants Latinos ou citoyens américains Hispaniques.

Au cours des années 2000, et suite au blindage de la frontière mexicaine dans les zones urbaines et en Californie pendant les années 90, l’Arizona est devenu la porte d’entrée principale pour les clandestins vers les Etats-Unis. Les débats se sont multipliés sur la criminalité avérée des immigrants. Des projets de loi ont été adoptés par l’Arizona, comme des sanctions aux employeurs contre l’emploi d’illégaux, finalement bloqués par l’ancienne Gouverneure démocrate Janet Napolitano. En 2010, dans un contexte de crise économique, de changement démographique profond en Arizona avec l’augmentation du nombre de Latinos et l’absence d’initiative face à l’immigration illégale de la part de Washington, un sénateur de l’Arizona Russel Pearce élabore une loi avec l’aide d’un professeur de droit Kris Kobach associé à l’ONG conservatrice FAIR  Federation for American Immigration Reform. Dans ce contexte, un évènement est venu focaliser l’attention médiatique sur ce projet controversé : l’assassinat le 27 mars 2010 de Robert Kentz, un propriétaire de ranch. Rapidement, l’idée que le meurtrier soit un clandestin se propage. En avril, la loi est adoptée par la Chambre des Représentants de l’Arizona à 35 pour /21 contre, puis au Sénat à 17 pour /11 contre . Jusque-là un suspens demeurait : la nouvelle Gouverneure républicaine de l’Arizona, Jan Brewer, allait-elle signer la loi car jusqu’à présent, elle n’avait pas fait de l’immigration son cheval de bataille ? Elle la signa le 23 avril dans une fuite en avant Anti-immigration clandestine qui continue aujourd’hui de déterminer ses décisions contre les initiatives de l’Administration Obama (Voir l’article sur les DREAMers).

Ce type de loi a fait des émules dans d’autres Etats. Elle a suscité un très vif débat médiatique et politique en 2010 au niveau national ainsi que des manifestations dans de nombreux Etats et des appels au boycott économique contre l’Arizona. Aujourd’hui la tension est apaisée médiatiquement, mais pourtant sur le terrain, elle génère toujours de nombreuses formes de résistance.

Rencontre en pleine tourmente à Washington en juin 2010 entre la Gouverneure de l’Arizona Jan Brewer et le Président B. Obama
Crédit Photo : Arizona Republic / Associated Press

Résistances

La première vague de résistance a déferlé devant les tribunaux à l’été 2010. Plusieurs procèsont été  intentés contre l’Etat d’Arizona ou la Gouverneure Jan Brewer par des organisations, des policiers de l’Arizona attaquant l’applicabilité de la disposition concernant les contrôles d’identité  qui violeraient les droits des Hispaniques américains, puis par le Ministère Fédéral de la Justice. En juillet 2010 peu avant le début de son application, il attaqua l’Etat d’Arizona au motif que la loi ne respecterait pas la Constitution et que seul le gouvernement fédéral peut créer et appliquer des lois en matière d’immigration. Ces procès bloquèrent la mise en application de la plupart des dispositions de la loi.

Finalement, le contentieux entre Washington et l’Arizona s’est soldé par une décision mitigée le 25 juin 2012 de la Cour Suprême. La Cour a examiné la constitutionnalité de 4 dispositions de la loi. 3 d’entre elles ont été annulées au motif qu’elles contrecarraient les lois Fédérales. Toutefois, la disposition la plus controversée autorisant la Police a demandé les papiers de tout personne suspectée d’immigration illégale en Arizona a été maintenue.

Développements récents

C’est cette dernière disposition qui a fait ressurgir SB1070 au cœur de l’actualité en Arizona ce mois de septembre 2012. Le 18 septembre, une juge du District de l’Arizona Susan Bolton (celle-là même qui avait en Juillet 2010 bloqué l’application de la loi pensant que l’Administration Obama réussirait à démontrer qu’elle contrecarre les lois fédérales en la matière) a décidé que la loi présentait désormais toutes les conditions nécessaires pour que la Police puisse appliquer cette disposition mettant ainsi fin à 2 ans de procédures judiciaires. La Gouverneure de l’Arizona Jan Brewer s’est félicité de cette décision l’interprétant comme une victoire face à l’Administration Obama. Elle continue de faire appel contre les blocages d’autres dispositions mineures de la loi (comme l’interdiction pour les forces de l’ordre depuis le 5 septembre de sanctionner les citoyens suspectés d’héberger des clandestins).

Manifestation contre SB 1070 à Washington devant la Cour Suprême Crédits : Mandel Ngan/AFP/Getty Images

Une petite douzaine de manifestants devant le bâtiment de l’agence fédérale ICE (Immigration and Customs Enforcement) à Phoenix manifestait mercredi  19 septembre contre l’entrée en vigueur de cette disposition. Les actions de désobéissance civique se multiplient pour tenter localement de traîner de nouveau la disposition ‘show me your papers’ de la loi dans le circuit judiciaire et ainsi bloquer son application. Les associations de défense des immigrants ont par exemple décidé à Phoenix d’apprendre aux immigrants comment réagir et répondre lors d’un contrôle de police, comment utiliser un téléphone portable pour filmer l’interaction avec les policiers et ainsi repérer tout cas de discrimination. Les défendeurs de la loi estiment que la ‘race’, contrairement à la violation constatée, n’est pas un facteur déterminant pour contrôler l’identité du suspect. Ces associations attendent donc le premier cas de contrôle jugé discriminant pour entamer un nouveau cycle de combats devant les tribunaux…

L’auteur: Damien Simonneau est un jeune chercheur rattaché au Centre Emile Durkheim –Sciences Po Bordeaux et à l’IRSEM, au beau milieu d’une thèse de sciences politiques financée par la DGA/CNRS. Il travaille sur les murs de séparation contemporains israélien et américain. Il est actuellement au NACTS à l’Arizona State University à Phoenix. Ce papier est d’abord paru sur son blogue: http://enattendantle6novembre.wordpress.com/

“On dirait le Sud”… Stratégie sudiste, conservatisme et polarisation

Le Sud… on my mind !

Contributeur invité, Ginette Chenard dresse un portrait du Sud des États-Unis…

Le Sud… on my mind !

Contributeur invité, Ginette Chenard dresse un portrait du Sud des États-Unis.  Elle y a séjourné de 2006 à 2011 à titre de Déléguée du Québec en charge de ce territoire pour le compte du Ministère des Relations internationales du Québec.  Détentrice d’un doctorat en science politique/relations internationales de l’Université de Montréal, elle est maintenant chercheure senior à l’Observatoire sur les États-Unis de la Chaire Raoul-Dandurand en Études stratégiques et diplomatiques de l’Université du Québec à Montréal. Elle publie une série de textes sur le sujet sur différents supports que l’on pourra retrouver ici :

  1. Le Sud: une région méconnue
  2. Solidarité politique accolée à la question raciale
  3. Stratégie sudiste, conservatisme et polarisation
  4. Mutation démographique et diversité socio-politique
  5. Modèle entrepreneurial et croissance économique
  6. Les forces économiques et les atouts
  7. Le choc des paradoxes

 ——————————————————————————————————————————–

Renversement des tendances partisanes

 Aujourd’hui, le Congrès ne compte plus que 6 sénateurs démocrates en provenance du Sud, ceux-là tous de race blanche, sur un total de 21 sénateurs démocrates.  Des 136 membres de la Chambre des représentants originaires du Sud, seulement 38 sont démocrates, pour la majorité des Afro-américains.  Pareillement, à l’échelle des États, on note la prééminence du Parti Républicain et un clivage racial semblable entre les deux partis.  Les élus démocrates dans les chambres des États sont maintenant majoritairement issus de la communauté afro-américaine, mais ils sont nettement minoritaires partout.  La mixité de l’appartenance politique n’existe qu’en politique municipale.

Au niveau des États, compte tenu du rôle clé que jouent désormais plusieurs gouverneurs et élus locaux, non seulement à l’égard de l’élaboration des politiques nationales, mais aussi lors des primaires et élections présidentielles, il est impératif de souligner ceci : dans le Sud, on ne compte plus que deux gouverneurs démocrates, en Arkansas et en Caroline du Nord.  En Arkansas, un État tantôt gouverné pas des néo-conservateurs républicains comme Mike Huckabee, tantôt par des réformateurs démocrates comme Bill Clinton, il n’y a pas d’élections au poste de gouverneur cette année.  En Caroline du Nord, les dés sont lancés pour des élections gouvernoriales en 2012.  Élue en 2008, la gouverneure démocrate de la Caroline du Nord, Beverly Perdue, a dû renoncer à solliciter légitimement un deuxième mandat sous le coup des forces républicaines montantes, en particulier celles du Tea Party, qui contrôlent les deux chambres de l’État depuis 2010.  Cette année, le vote de la Caroline du Nord, État-bascule favorable au Parti Démocrate en 2008, est encore incertain en dépit du fait que ce parti y a tenu sa convention partisane.  Pour compléter cette toile de fond quant à la représentation politique dans les 12 États du Sud, il importe de signaler que le Parti Républicain détient maintenant la majorité dans les deux chambres de tous ces États, – y compris maintenant en Virginie à la suite d’un redécoupage récent des districts – et ce à la seule exception de l’Arkansas.

Sur le plan municipal, non seulement la mixité partisane et raciale existe, mais la grande majorité des maires dans les plus grandes villes du Sud sont démocrates.  La politique municipale accueille aujourd’hui des hommes et des femmes dont la pensée politique s’écarte de celle des « yellow dogs » pour se rapprocher de celle des élites nationales du Parti Démocratique.  Il en est de même pour un bon nombre de personnes issues de la communauté afro-américaine ou d’autres groupes organisés, professant des valeurs dites libérales de par leur militantisme personnel.  À titre d’exemple, le maire d’Atlanta, Kasim Reed, est un Afro-américain proche de Barack Obama.  Autre exemple, la mairesse de Houston, Annise Parker, est une démocrate féministe de race blanche qui a fait campagne en 2010 en proclamant ouvertement son homosexualité.  Qui plus est, la plupart des plus grandes villes du Sud ont établi une longue tradition en élisant des maires démocrates. C’est le cas d’Austin, Atlanta, Houston, Miami (le maire est aujourd’hui républicain), Nashville, Nouvelle Orléans, Richmond, San Antonio, Birmingham, Tampa.  Dans d’autres cas, il y a un peu plus d’alternance, bien que plusieurs de ces villes soient aujourd’hui dirigées par un démocrate.  C’est le cas de Dallas, Fort Worth, Charlotte, Raleigh et Memphis.

Stratégie sudiste et polarisation idéologique du discours politique national

Au Congrès, le nombre réduit des démocrates du Sud et la surreprésentation des républicains du Sud donnent libre cours à des situations complexes pour les deux partis.  Il va de soi que le pouvoir d’influence des républicains du Sud à l’échelle nationale est proportionnel à leur nombre, quand il s’agit de faire la promotion des valeurs qui leur sont propres.  À ce constat, s’en aboute un autre : les démocrates du Sud votent souvent conservateur, ce qui renforce la capacité de force de frappe du Sud à l’échelle nationale.  À titre d’exemple, des 34 démocrates de la Chambre des représentants qui se sont prononcés contre le Projet de loi pour une réforme en matière de santé du président Obama, en mars 2010, 16 provenaient du Sud.  Artur Davis, représentant de l’Alabama, était un de ceux-là.  Quoiqu’il en soit dans le cas des deux partis, le Sud prend ses distances de l’aile « modérée » et des lignes de parti établies par l’establishment.  Dans le Sud, c’est la mouvance conservatrice qui l’emporte en force, peu importe d’où elle origine.

Face aux changements d’appartenance partisane qui se sont opérés rapidement et de façon marquée dans le Sud, il convient de se demander si la stratégie sudiste (Southern Strategy), tentée par Barry Goldwater mais véritablement déployée par Richard Nixon pour assurer la conquête politique des élites blanches du Sud, a été plus salutaire au Parti Républicain que le vif ressentiment de ces mêmes élites à l’égard des réformes nationales mises de l’avant par le Parti Démocrate en faveur d’une équité sociale, particulièrement au plan des relations raciales?  Le Parti Républicain n’avait sans doute pas véritablement besoin d’une telle stratégie qui visait à fouetter les sentiments de ces sudistes blancs abandonnés du coup par le Parti Démocrate.  En revanche, le Sud avait besoin de fermes garanties quant au spectre de l’amenuisement probable du « Droit des États » avec toute sa signification dans ce coin de pays.  En effet, la promotion, par le gouvernement fédéral, des droits civiques allait nécessairement s’accompagner de mesures et d’institutions nationales capables d’assurer la réussite de la réforme.  Seul le Parti Républicain pouvait prétendre répondre éventuellement aux attentes des élites du Sud, et il l’a fait.

Le véritable succès de la stratégie sudiste s’est plutôt concrétisé, à partir des années 1980, à travers le discours des républicains soucieux d’aligner le monde politique national en fonction d’une nouvelle idéologie marquée au sceau du conservatisme et de valeurs prisées dans le Sud, en particulier.  C’est là qu’il faut camper le sens profond de ce qui mérite d’être vu comme la grande revanche historique du Sud sur le Nord, et le reste du pays.  Il s’agit là d’une victoire qui, avec le temps, a conféré au Sud une influence politique nationale que plusieurs jugent aujourd’hui excessive, non seulement quant à l’orientation des valeurs nationales, mais aussi quant à l’évolution des tendances idéologiques au sein même du Parti Républicain.

Voilà pourquoi plusieurs observateurs avertis, avouent ne plus retrouver le parti d’Abraham Lincoln épris de liberté dans le Parti Républicain d’aujourd’hui.  Ce parti est aujourd’hui prisonnier d’une rhétorique exaltée expressément soumise à l’influence des fondamentalistes conservateurs et des évangélistes chrétiens, mais aussi celle d’une nouvelle catégorie de militants ultra-conservateurs qui se regroupent au sein du Tea Party.  Ce mouvement politique qui a surgi après l’élection de Barack Obama a non seulement revigoré, jusqu’à l’extrême, l’idéologie conservatrice, pourtant déjà bien en selle depuis les années 1980, mais il y a greffé une dimension purement raciale.  Par ce grand détour, on arrivera à mieux comprendre comment il se fait que la politique soit si excessivement polarisée de nos jours aux États-Unis.

Conservatisme et religion, autres facteurs de cohésion socio-politique

Aux États-Unis, la religion occupe depuis toujours une place privilégiée dans l’histoire et la vie des individus.  Le Sud est allé plus loin.  Il a largement contribué à forger ce que Mark Bennett McNaught appelle une « nouvelle religion civile », un phénomène par lequel les idées politiques ressemblent de plus en plus à des canons religieux.  Il faut remonter dans le passé, jusqu’à la fin de la période de la Reconstruction, pour voir comment les églises de confession protestante, principalement baptiste, méthodiste et épiscopalienne, se sont imposées comme institutions garantes de la cohésion du Sud.  Dès lors, le clergé faisait déjà valoir que la défaite militaire du Sud mettait à l’épreuve ce « peuple choisi » afin de l’entraîner vers la pénitence, la rédemption et le salut personnel.  À l’époque, la résistance, voire la mobilisation, à l’encontre des réformes prescrites par Lincoln, devenait de mise, de même que le retour au « système de castes » préconisant la suprématie des Blancs et, par conséquent, la discrimination raciale.

 

Par la suite, les mouvements fondamentalistes et religieux du Sud se sont structurés pour s’imposer comme force politique majeure dans les années 1960, 70 et 80.  D’abord, en réaction aux réformes en matière de droits civiques, puis comme référence principale d’un nouvel ordre conservateur capable de maintenir la cohésion du Sud en collusion avec le Parti Républicain.  Est née, une nouvelle génération d’idéologues fondamentalistes issue de diverses écoles de pensée, toutes conservatrices, toutes associées surtout au Parti Républicain, toutes profitant pleinement de la prolifération des médias.  Bel exemple, Pat Buchanan : fils d’un officier confédéré, proche conseiller de présidents républicains dont Reagan, populaire commentateur politique au réseau CNN, chroniqueur à la défense d’une philosophie « paléo-conservatrice » alignée sur le protectionnisme économique et l’anticommunisme, et défenseur de positions carrément sexistes et racistes.

De leur côté, les évangélistes religieux ont trimé dur pour faire du Sud le principal bastion de nouvelles « guerres culturelles » en préconisant la préservation de valeurs fondamentales et infaillibles, en particulier dans cette région du pays qualifiée de zone biblique par excellence (Bible Belt).  En opposition aux valeurs et traditions libérales prisées généralement ailleurs, le Sud s’est fait le principal porte-étendard de desseins nationaux toujours bien d’actualité et essentiellement fondés sur le sacro-saint dogme de la moralité chrétienne.  Ainsi invoque-t-on le respect de la moralité chrétienne pour prôner, par exemple, l’élimination des barrières entre l’Église et l’État; l’enseignement religieux à l’école plutôt que scientifique pour expliquer l’origine de l’homme et de l’univers; l’opposition sociale, légale et politique à l’avortement, aux droits des femmes, à l’homosexualité et au mariage gai; etc.

L’alliance fondamentale de Reagan avec les évangélistes

À partir des années 1960, les élites républicaines inspirées par les objectifs de la « stratégie sudiste » ont pu compter sur l’appui des évangélistes chrétiens et des fondamentalistes.  Ronald Reagan est celui qui réussira pour de bon cette rencontre historique significative, celle entre la politique et la religion, entre le Parti Républicain et les militants politiques de la droite conservatrice chrétienne, en particulier les évangélistes protestants du Sud.  En 1980, la droite protestante était mûre.  Elle avait érigé ses propres empires médiatiques grâce à la télévision, fondé des écoles et universités religieuses, mis en place des réseaux communautaires et lancé de puissantes organisations.  Parmi ces dernières, la « Moral Majority » dirigée par Jerry Falwell, pasteur intégriste de Virginie.  Également, la « Christian Coalition » pilotée par Pat Robertson, télévangéliste protestant de confession baptiste originaire de Virginie et candidat malheureux à l’investiture républicaine en 1988.

De son côté, Reagan a remporté, coup sur coup, en 1980 et en 1984, les votes dans la totalité des États du Sud, à la seule exception de la Géorgie qui a appuyé Carter en 1980.  Reagan ancrera solidement cette alliance, au sein du Parti Républicain, à la faveur des fondamentalistes sudistes blancs en se faisant le champion de valeurs axées sur le conservatisme social et fiscal, nommément :  la déréglementation au sein de l’État fédéral;  les intérêts de l’entreprise privée avant tout;  la réduction du déficit, des impôts et des charges fiscales;  la famille comme principal creuset d’organisation sociale;  la responsabilité individuelle et communautaire plutôt qu’étatique comme solution aux besoins des gens;  la croisade contre la taille du gouvernement fédéral au profit du « Droit des États » pour mieux signifier, de façon dérisoire, la grande souplesse des républicains au chapitre des droits civiques.

Les croisades de Reagan et des évangélistes avaient également une portée internationale.  Ils ont érigé la moralité chrétienne comme un des grands principes de base dans la conduite de la politique étrangère.  Ils en sont arrivés à une prêche concertée en faveur de ceci : le renforcement du patriotisme national;  l’appui soutenu à l’interventionnisme;  l’augmentation des dépenses militaires;  l’assurance d’un système de défense costaud;  l’appui inconditionnel à Israël;  le contrôle des armes nucléaires dans les pays jugés ennemis;  l’élimination des « puissances du mal », avec l’Union Soviétique comme symbole suprême, à l’époque.  Aujourd’hui, le Sud mesure encore le bien-fondé des interventions en politique étrangère en fonction de principes associés à la moralité chrétienne, alors que dans le reste du pays, les cadres traditionnels de référence en matière de jeu diplomatique sont davantage prisés.

Voilà autant de positions partisanes valorisées et parrainées par Reagan dont se réclame aujourd’hui la droite conservatrice.  Voilà autant d’engagements à l’égard desquels on mesure désormais le degré de « pureté idéologique » des candidats républicains à l’investiture présidentielle, de même que la rectitude de leurs prises de position, comme les débats des dernières primaires républicaines l’ont bien montré.  Tout ceci concorde pour affirmer, à l’instar de personnalités républicaines influentes, tel Haley Barbour, que Reagan constitue toujours « la référence idéologique républicaine la plus absolue et la plus achevée ».  À son avis, Reagan demeure encore « le plus conservateur de tous les présidents américains ».  Et ce, même si Reagan n’a pas toujours pratiqué tout ce qu’il prêchait.

Cela étant dit, il convient d’affirmer que, dans la présente conjoncture politique marquée par la polarisation partisane exacerbée, ce même Reagan ne ferait sans doute plus l’unanimité de nos jours au sein du Parti Républicain.  Surtout pas auprès des militants du Tea Party portés par des ferveurs idéologiques que même Reagan n’aurait sans doute pas pu imaginer alors.  C’est dans ce contexte qu’il faut ramener les propos de Haley Barbour exprimés lors des dernières primaires, alors que justement le concours de popularité en matière de positions idéologiques les plus extrémistes battait son plein entre les candidats à l’investiture républicaine.  Barbour appelait alors sans doute de ses vœux un retour à une orthodoxie conservatrice plus modérée à la manière de Ronald Reagan.

Exceptionnalisme biblique et pratique religieuse

Aujourd’hui, les fondamentalistes, les évangélistes et les républicains en général ont ajouté à leur rhétorique ultraconservatrice l’apologie exacerbée de « l’exceptionnalisme américain ».  Il s’agit d’une théorie selon laquelle les États-Unis constitueraient désormais le seul véritable « empire de liberté », le grand « leader du monde libre », la « cité biblique brillant sur la montagne » et « le dernier espoir du monde », tant ses valeurs nationales, son système politique et son histoire convergent vers une destinée hors du commun.  Si plusieurs Américains s’accordent pour déclarer que cette idéologie est non seulement truffée de mythes, mais qu’elle est également présomptueuse, le discours politique continue néanmoins de la porter bien haut.

Ce recours à la Bible et à Dieu, le candidat républicain Mitt Romney l’exhale du mieux qu’il peut dans la présente campagne électorale.  Il fait également siennes ces vibrantes sollicitations des militants du Tea Party afin de « remettre de l’ordre dans la maison » et, de façon encore plus explicite, de « reprendre le contrôle du pays » (take our country back).  À l’instar du représentant afro-américain au Congrès, Al Sharpton, d’aucuns dénoncent sévèrement ce genre de mot d’ordre.  Certains y voient même un appel mal dissimulé de la droite ultraconservatrice du Sud en faveur d’un « retour à l’époque des lois Jim Crow ».  Curieuse coïncidence alors que le pays est présentement gouverné par un Afro-américain.  Il n’y a que dans le Sud où l’on puisse saisir toute la signification profonde de cette question.

Pour se convaincre de l’influence démesurée du Sud relativement à la prolifération de ces valeurs conservatrices et à l’existence de courants ultraconservateurs, il suffit d’établir quelques équations, notamment celles entre préférences sociales et pratiques religieuses.  Selon des analyses récentes réalisées par le Pew Forum on Religion & Public Life, ce sont les conservateurs, dans une proportion de 63% parmi la population chrétienne, qui tiennent pour acquise la supériorité culturelle du pays par rapport à d’autres.  Une proportion à peu près équivalente, soit 66%, estime qu’il est nécessaire de croire en Dieu pour être considéré comme personne de grande moralité aux valeurs sûres.  Voilà pourquoi, pour un grand nombre, la religion occupe une place centrale dans leur vie et que 70% des évangélistes blancs s’identifient d’abord comme chrétiens, plutôt qu’Américains, et que plus de 50% d’entre eux s’identifient comme républicains.

Par ailleurs, un sondage Gallup publié en 2010, place neuf États du Sud parmi les dix premiers aux États-Unis en matière de pratique religieuse suivie.  Figurent en tête de liste, le Mississippi, où c’est le cas de 63% de la population, puis l’Alabama, la Caroline du Sud et la Louisiane.  Enfin, c’est sans conteste dans les États du Sud où se trouvent les plus fortes concentrations d’adultes et d’églises affiliées à la tradition évangélique protestante.  Ainsi, 50% des évangélistes s’y trouvent, tandis 23%, 17% et 10% sont répartis respectivement dans le Midwest, l’Ouest et le Nord-Est.  Dans les États du Tennessee, de l’Arkansas et de l’Oklahoma, plus de 50% de la population appartient à cette mouvance religieuse.  On comprend mieux comment conservatisme et religion jouent encore le rôle de soupape à l’influence politique du Sud tout en lui garantissant de solides assises pour célébrer d’autres victoires sur le reste du pays.

Le Tea Party, forme achevée du conservatisme idéologique et du ressentiment racial

Certes, l’ascension fulgurante du Parti Républicain dans le Sud depuis les années 1960, l’affermissement du conservatisme social et économique dans cette région et, depuis 2010, l’émergence du Tea Party de façon marquée dans le Sud, ont largement contribué à susciter cette virulente polarisation partisane qui paralyse aujourd’hui le processus politique à Washington.  En effet, l’arrivée au pouvoir de Ronald Reagan en 1980, puis la nomination de Newt Gingrich, originaire de la Géorgie, à titre de président de la Chambre des représentants à partir de 1995, au moment de la présidence démocrate de Bill Clinton, ont semé les germes de la présente polarisation partisane.

Les élections de mi-mandat de 1994 avaient donné au Parti Républicain, pour la première fois depuis 1955, une majorité à la Chambre qu’il n’avait pas réussi à obtenir pendant 40 ans.  En fait, en excluant les deux courtes présidences de la Chambre assumées par le Parti Républicain – la première de 1947 à 1949 et la seconde de 1953 à 1955 –, on peut affirmer que ce parti n’avait pas réussi à s’imposer en 64 ans, soit depuis 1931.  Leur accession à la présidence de la Chambre en 1995 était donc hautement historique.

Le vent qui tournait au Congrès devait, dès lors, souffler dans le sens du conservatisme fortement d’actualité depuis Reagan.  Gingrich s’en est fait le champion grâce à son ambitieux « Contrat pour l’Amérique » qui visait justement à « changer le centre de gravité de l’Amérique » en s’attaquant de front aux programmes sociaux, en proposant des réductions d’impôt et en luttant pour l’équilibre des dépenses du gouvernement fédéral, notamment par le biais de la réduction de la taille de l’État.  Déjà, dès 1995, la méthode Newt Gingrich, quant à la direction des destinées républicaines, avait donné libre cours à la pratique du « gridlock » qui avait entraîné alors l’arrêt temporaire des activités gouvernementales à la suite de sa fameuse dispute avec le président Clinton au sujet du budget et des dépenses en matière de santé.

Aujourd’hui, les prises de position idéologiques républicaines énoncées à partir des années 1980 ont été exacerbées de toutes parts par les partisans du Tea Party.  Elles ont été inféodées à des revendications idéologiques autrement plus radicales que ne le réclame l’aile traditionnellement plus modérée du parti.  Plus encore, les positions défendues par le Tea Party compliquent singulièrement, voire bloquent systématiquement, le processus décisionnel à Washington.  Comment expliquer autrement la montée de ce que Thomas Man et Norman Ornstein appellent la « politique des extrémistes » qui a créé, après l’élection de Obama, la situation suivante: “ What the country didn’t get was any semblance of a well-functioning democracy.  President Obama’s postpartisan pitch fell flat, and the Tea Party movement pulled the GOP further to its ideological pole.  Republicans greeted the new president with a unified strategy of opposing, obstructing, discrediting, and nullifying every one of his important initiatives.”  Comment expliquer autrement les malentendus et les volte-face du candidat Mitt Romney, autrefois gouverneur républicain aux positions socio-économiques et politiques modérées, voire libérales, aujourd’hui candidat présidentiel désigné par le Parti Républicain condamné à satisfaire les éléments radicaux de son parti, mais surtout à tout faire et à tout dire pour éliminer de la Maison-Blanche le premier président afro-américain.  Ainsi, on saisit bien pourquoi il a choisi son colistier, Paul Ryan, parmi les militants du Tea Party.

Le blocage des processus politiques au profit d’un agenda politique fortement teinté d’idéologie est donc redevenu pratique courante ces dernières années.  C’est ce qui a amené la population américaine à exprimer de façon marquée sa désapprobation à l’égard du Congrès.  En janvier 2012, selon un sondage conjointement mené par le Washington Post et ABC News, 84% des Américains étaient en désaccord quant à la conduite des affaires au Congrès.  Qui plus est, l’émergence du Tea Party immédiatement après l’élection de Barack a ajouté au mouvement conservateur déjà bien ancré, non seulement une cadence plus militante et un calibre nettement plus radical idéologiquement, mais également une dimension raciale d’importance.  En effet, peut-on s’abstenir d’établir un lien direct de causalité entre l’élection d’un premier président afro-américain et l’avènement soudain du Tea Party après 2008?

À ce sujet, – et ce sans aller jusqu’à camper le mouvement du Tea Party dans une perspective régionale – les travaux d’Alan Abramovitz de l’Université Emory fournissent des explications.  Afin de définir les fondements de la polarisation partisane qui prévaut présentement au Congrès, il a étudié le résultat des élections de mi-mandat de 2010.  Dans un premier temps, ses analyses illustrent bien l’importance du fractionnement des attitudes et positions au sein même du Parti Républicain, de même que la force de ce nouveau militantisme.  Deuxièmement, elles rendent compte de la force du ressentiment racial comme motif déterminant du vote des partisans du mouvement Tea Party.  “(T)he impact of the Tea Party movement on the Republican Party is magnified by the greater political activism of its supporters compared with other rank-and-file Republicans. […] But by far the most striking differences between Tea Party supporters and the overall public involved their political beliefs.  Tea Party supporters overwhelmingly identified with the Republican Party and they were much more conservative than the overall public and even other Republican on a wide range of issues including social issues and economic issues.  Moreover, Tea Party supporters displayed high levels of racial resentment and held very negative opinions about President Obama compared with the rest of the public and even other Republicans.”

Quant au rapport de forces entre la Chambre des représentants et la Maison-Blanche, Abramovitz de conclure: “While a Republican majority in the House of Representatives might reduce some of the concern among conservative Republicans about liberal policies emanating from Washington, as long as Barack Obama remains in the White House, Tea Party supporters are likely to remain highly motivated to oppose his policy agenda and remove him from the White House.”  Ces analyses donnent raison à plusieurs experts américains de la trempe de Thomas Friedman quand ils avancent que le Parti Républicain a confié à Mitt Romney la mission divine de déloger le président Obama de la Maison-Blanche en 2012. 

 

Vers un Sud politiquement métissé?

 

Cela dit, il convient néanmoins d’affirmer que le Sud d’aujourd’hui n’est pas aussi solidement solidaire à l’égard du Parti Républicain qu’il ne l’a été autrefois à l’endroit du Parti Démocrate.  Et peut-être ne le sera-t-il jamais autant.  D’une part, sous le coup de lois fédérales et de jugements de la Cour suprême, le Sud a forcément dû entamer un long, mais difficile, processus de réconciliation quant à l’enjeu racial.  Signe des temps, la Southern Baptist Convention, principale dénomination protestante et deuxième église d’importance aux États-Unis après l’Église catholique, vient de nommer un pasteur afro-américain à sa tête : un revirement majeur pour cette église sudiste qui s’était séparée de la convention nationale, en 1845, afin justement de maintenir sa position en faveur de la suprématie des Blancs, ce qui avait amené la communauté afro-américaine à en faire autant à son égard à l’issue de la Guerre civile.

D’autre part, cette transition s’accompagne également d’un changement progressif des attitudes de la population, et ce de façon plus notoire dans les États dont la composition démographique est en mutation.  Ce sont ces mêmes États qui, en 2008, ont voté démocrate et participé à l’élection du président Obama : la Floride, la Caroline du Nord et la Virginie.  À peu de choses près, la Géorgie également.  Contribuent du reste à maintenir un équilibre relatif entre forces politiques, le vote plus soutenu en faveur du Parti Démocrate des communautés minoritaires afro-américaine et hispanophone, mais aussi celui des nouveaux arrivants, notamment les Asiatiques.  Il en est ainsi également du vote en provenance de ceintures plutôt libérales, telles que la Virginie du Nord, le Sud de la Floride, le Research Triangle Park autour de Raleigh-Durham, Austin au Texas, de même que dans quelques districts de grandes agglomérations, comme Houston ou Atlanta, des entités de moins en moins monolithiques quant à l’appartenance politique.

Bibliographie indicative :

Colin Woodard, American Nations. A History of the Eleven Rival Regional Cultures of North America. 2011.  Earl et Merle Black, Politics and Society in the South, 1987.  John Shelton Reed, Minding the South, 2003.  Branwell DuBose Kapeluck, Robert P. Steed, Laurence W. Moreland, Presidential Elections in the South: Putting 2008 in Political Context, 2010.  Mark Bennett McNaught, La religion civile américaine de Reagan à Obama, 2009.  The Economist, The End of the Blues”, Special Report: The American South, March 3rd, 2007.  Stephen M. Walt, “The Myth of American Exceptionalism”, dans The America Issue, November 2011.  Thomas E. Mann et Norman J. Ornstein, It’s Even Worse Than It Looks. How the American Constitutional System Collided with the New Politics of Extremism, 2012.  Alan I. Abramowitz, “Partisan polarization and the Rise of the Tea Party Movement”, texte présenté à un colloque, 2010.  Annie Lechenet, Jefferson-Madison. Un débat sur la République, 2003.

De nombreux articles de revues, plusieurs rapports du gouvernement fédéral, des rapports de fondations ou de think tanks, plusieurs rapports du Pew Research Center, des analyses de l’OCDE, des articles de revues et magazines, des notes dans des blogs, des entrevues sur le web, des analyses et des billets dans l’Infolettre de la Chaire Raoul-Dandurand, etc.

 

Pour aller plus loin :

Exorcistes américains : la Heritage Foundation, la guerre culturelle et la sauvegarde du mariage et des valeurs familiales traditionnelles, Frédéric Gagnon, Catherine Goulet-Cloutier, Canadian Review of American Studies Volume 40, Number 3, 2010

Le conservatisme américain – Un mouvement qui a transformé les États-Unis, Sous la direction de Charles-Philippe DavidJulien Tourreille Collection Enjeux contemporains, Presses de l’Université du Québec

 

Comme une odeur de soufre…

Le Pew Research Center vient de sortir un sondage étonnant à ce stade de la campagne: Romney passera…

Le Pew Research Center vient de sortir un sondage étonnant à ce stade de la campagne: Romney passerait en avance d’Obama. Ce que confirme Real Clear Politics, avec une marge moindre.

Or l’histoire montre qu’en général, à cette époque ci de l’année, les inversions de tendance sont rares. Et en fait inexistantes depuis plusieurs cycles électoraux comme on peut le constater ci-dessous:

 

Premier débat – La gaffe de Romney… (celle que personne n’a vu venir)?

C’était mercredi soir. Mitt Romney était en forme. Barack Obama plutôt absent.

 C’est le premier dé…

C’était mercredi soir. Mitt Romney était en forme. Barack Obama plutôt absent.

 C’est le premier débat de la saison. Et ce n’est traditionnellement pas une réussite pour le président sortant. Rien de nouveau sur ce front là. Mitt Romney a fait des étincelles. James Fallows l’avait prédit.

Par contre, lorsque Mitt Romney se tourne vers l’animateur Jim Lehrer (qui a été lui-même une des pierres angulaires du réseau) et l’interpelle personnellement pour ajouter  « I like PBS » (la télévision publique américaine) et « I love Big Bird » (le fameux personnage de Sesame Street – 1 rue Sésame) en ajoutant qu’il ne financera quelque chose (comme PBS) pour lequel il faut emprunter auprès de la Chine, il ne joue peut-être pas sa meilleure carte:

 

Pendant le débat, « Big Bird » est mentionné à raison de 17 000 tweets par minute. Très vite le compte twitter @FiredBigBird est créé et poste une image du célèbre personnage en plein coeur de la grande dépression :

Le lendemain, selon le National Post,  le compte twitter @FiredBigBird avait plus de 23 000 followers tandis que  @BigBirdRomney avait un peu plus de 8000 et @BlGBlRD un peu moins de 17,000.

L’acteur George Takei  poste d’ailleurs immédiatement une image qui fait référence au fameux blogue Tumblr sur les textos d’Hillary : “c’est confirmé, nous avons l’oiseau, nous le déménagerons demain en lieu sûr”.

Après le débat, le Super-Pac American Bridge 21rst Century (qui a déjà dépensé 6 millions de dollars en faveur des démocrates durant ce cycle électoral) lance une campagne sur le web critiquant Romney en mettant en scène Big Bird.

Les médias sociaux également se sont emparés de l’idée… et ce qui n’était qu’une réflexion anodine est devenu un buzz.

Pendant ce temps, le site Million Muppet March appelle d’ailleurs à une manifestation – sur le Mall à Washington – contre Mitt Romney, le 3 novembre prochain. Ainsi, ce qui appartient pour l’instant au monde télévisuel et virtuel pourrait connaître une traduction concrète.

Et les caricaturistes ont quelque chose à se mettre sous la dent, à la veille des débats qui toucheront la politique étrangère aussi – et au demeurant les points forts  d’Obama.

*

Ce n’est pas la première fois que le parti républicain propose l’idée de couper les fonds à la radiodiffusion publique. De  manière récurrente, les Républicains au Congrès proposent des amendements pour réduire ou supprimer ce financement.D’ailleurs l’un des plans de réduction du déficit de la commission Bowles-Simpson envisageait la suppression.

(L’ex-candidat à l’investiture républicaine) Rick Santorum avoue avoir déjà voté pour « tuer Big bird ».

 

Pourtant, vouloir occire Big Bird et la radio-télé-diffusion publique tient plus du symbole que de la nécessité budgétaire. PBS ne représente que 0,00014 % du budget fédéral. Big Bird est quant à lui est rentable,  depuis sa création en 1969 à la télévision.. L’organisation à but non lucratif qui produit le programme fait 46,9 millions de revenus et embauche 1320 salariés et les produits dérivés représentent pour la compagnie de jouet qui le distribue environ 75 millions de dollars par an. Big Bird dépend de PBS qui distribue l’émission. Des emplois et des petites entreprises en bénéficient également.

Au demeurant, le financement octroyé par le Congrès va à la Corporation for Public Broadcasting  qui est une organisation privée à but non lucratif. Les coupures préconisées par les Républicains  mettraient à mal le réseau des stations locales de NPR qui repose sur ce financement (72% du financement de PBS  va au réseau local de télévision et radio) et contribueraient à l’isolement d’un grand nombre de communautés rurales.

Là où Romney a probablement commis – inconsciemment – une erreur, c’est qu’il a donné à l’équipe de campagne de Barack Obama  un « moment » qui pourrait définitivement marquer ce premier débat, un outil facile à “spinner”. Il pourrait avoir créé une mascotte, qui parle de coupes budgétaires et de chômage, d’économie difficile, ce qui est au coeur des préoccupations des Américains à quelques semaines de l’élection.

L’instrumentalisation de cette déclaration par l’équipe d’Obama ne s’est d’ailleurs pas fait pas attendre. Le président-candidat déclare dans la foulée, à Denver, qu’Elmo (autre personnage célèbre de la série) doit faire attention à lui. Tandis que Big Bird apparaît à Abingdon en Virginie, dans une réunion électorale de Mitt Romney, portant la pancarte : “Crack down on Wall Street, not Sesame Street.”

La protection de Big Bird pourrait donc devenir le cri de ralliement du fameux 47% et des autres (au moins dans les campagnes publicitaires démocrates). D’autant plus aisé que Michèle Obama a déjà fait une apparition sur le plateau de l’émission:

 Comme le dit fort justement James Poniewozik du Time , toute la question n’est pas que Romney ait dit vouloir couper les vivres à PBS et NPR, mais la façon dont il l’a dit. En donnant un visage aux coupes budgétaires et à la rigueur, en utilisant un personnage enfantin donc vulnérable, en personnalisant le débat autour d’un personnage qui touche les enfants, en en faisant une icône.

Est-ce vraiment une gaffe ? Selon le journaliste du Time, la personnalisation du débat et le fait de rapporter les choses à lui (“moi aussi j’aime Big Bird, mais on n’a pas le choix”) est une formule à laquelle Romney recourt souvent car cela lui permet de sortir du registre des guerres culturelles (“les libéraux utilisent l’argent du contribuable pour altérer les valeurs américaines”) et d’être sur un terrain qui lui est plus familier (je vous comprends, on ne peut pas faire autrement).

Est-ce que ce sera payant? Au  Washington Post, Suzi Parker prévoit  que Romney pourrait regretter sa réflexion. Selon elle, d’après un sondage de 2008, «  77 millions de personnes ux États-Unis ont regardé Sesame Street lorsqu’ils étaient enfants. En période de crise économique, la nostalgie est une raison comme une autre d’aller voter…

 

 

Qu’attendre du premier débat Obama-Romney?

Une contribution spéciale de Julien Tourreille
À quelques heures du premier débat présidentiel qui s…

Une contribution spéciale de Julien Tourreille

À quelques heures du premier débat présidentiel qui se tiendra à Denver mercredi 3 octobre de 21h à 22h30 heure de l’Est, la dynamique de la campagne semble nettement favorable au président sortant. Les sondages nationaux donnent certes l’impression d’une course indécise (Obama est crédité d’une avance de 3,5 points en moyenne), mais les projections des voix au Collège électoral, clé véritable de l’accession à la Maison-Blanche, sont actuellement très favorables à Barack Obama. Selon les estimations du site RealClearPolitics.com, il flirte en effet avec la majorité des 270 voix requises pour remporter la présidentielle. À un mois de la tenue du scrutin et alors que le vote par anticipation a commencé en Iowa et dans l’Ohio, la course serait-elle donc déjà jouée ? Mitt Romney peut-il s’appuyer sur les débats pour relancer sa campagne ? Quels sont les stratégies et les atouts que devraient mettre en œuvre les deux aspirants à la présidence au cours de ces joutes oratoires ? Quelle est au final l’importance des débats ?

Un regain d’attaques à la veille du premier débat

Dans les deux jours précédents le premier débat présidentiel, les deux candidats ont délaissé le terrain afin de préparer leur premier face à face. Leurs équipes n’ont cependant pas délaissé la campagne. Au contraire, elles ont débuté la semaine en multipliant les attaques contre l’adversaire. Cherchant à profiter de la situation au Moyen-Orient pour déstabiliser Obama sur ce qui est un de ses points forts, Mitt Romney a publié dans le Wall Street Journal du lundi 1er octobre un article d’opinion dans lequel il attaque vigoureusement la politique étrangère mise en œuvre par l’administration Obama. Le candidat républicain soutient par exemple que les Etats-Unis subissent les évènements au lieu de les façonner en faveur des intérêts américains et de ceux de leurs alliés. Dès lors, soutient-il, cette politique est « dangereuse ». Lundi également, le parti républicain a ouvert un site internet, failedpromise.com, dans lequel sont dénoncées les promesses électorales formulées en 2008 et non tenues par le président Obama.

L’équipe de campagne de ce dernier a pour sa part annoncé que des responsables politiques et des fonctionnaires du Massachussetts se rendraient dans des États-clés tels que l’Ohio, la Floride, ou encore la Virginie, pour présenter un bilan négatif de l’expérience de Romney à la tête de cet État. De plus, des syndicats proches des démocrates multiplient les distributions de pamphlets dénonçant les propos du candidat républicain au sujet des « 47 % d’Américains » qui ne paient pas d’impôts sur le revenu, qui dépendent de l’aide gouvernementale, et qui ne voteront jamais pour lui.

Si les deux équipes de campagne multiplient les offensives en ce début de semaine, elles utilisent également une stratégie classique et identique pour présenter le premier débat. Tant dans le camp Romney que dans celui d’Obama, le mot d’ordre est à la diminution des attentes et à l’insistance sur les forces de l’adversaire. L’objectif est simple : mettre la pression sur le candidat de l’autre camp et préparer le terrain pour pouvoir affirmer, une fois le débat achevé, que celui-ci a été un succès car les attentes ont été atteintes, voire même dépassées. Pour autant, Barack Obama et Mitt Romney ne sont pas dans une situation identique à la veille de ce premier débat.

Source : Washington Post – ABC News Poll, 30 septembre 2012, http://www.washingtonpost.com/politics/decision2012/tight-race-nationally-as-first-debate-approaches/2012/09/30/82d0d402-0b28-11e2-a310-2363842b7057_story.html

Une dynamique positive pour Barack Obama

Le président Obama entame en effet la dernière ligne droite de cette campagne dans une position plutôt favorable. Avec un Américain sur deux qui se dit favorable à l’action du président, Barack Obama se situe à un niveau proche de ses trois derniers prédécesseurs ayant obtenu un second mandat à la Maison-Blanche. Il est en tout cas dans une situation bien plus favorable que celle des deux derniers présidents sortants, George H. W. Bush et Jimmy Carter, n’ayant pas été réélus.

Source : Washington Post – ABC News Poll, 30 septembre 2012, http://www.washingtonpost.com/politics/decision2012/public-opinion-ahead-of-first-debate/2012/09/30/f48ad37e-0b53-11e2-bb5e-492c0d30bff6_graphic.html

Un débat crucial pour Mitt Romney

Pour Mitt Romney, la situation est en revanche un peu plus compliquée. Sa campagne a connu des difficultés au cours des dernières semaines. Ses commentaires au sujet des « 47 % d’Américains » qui ne paient pas d’impôts sur le revenu et qui seraient dépendants de l’aide de l’État ont suscité une controverse que les Démocrates n’ont pas manqué d’exploiter. Alors qu’il a cherché à politiser les événements récents au Moyen-Orient, en particulier l’assassinat de l’ambassadeur américain en Libye, Mitt Romney n’est pas parvenu à renforcer sa crédibilité sur un sujet traditionnellement fort du parti républicain : la politique étrangère. Il devrait d’ailleurs prononcer la semaine prochaine un discours majeur sur celle-ci.

Ce premier débat est donc crucial pour un Mitt Romney qui doit saisir l’occasion pour relancer sa campagne. Des figures importantes chez les Républicains, par exemple le gouverneur du New Jersey Chris Christie ou l’ancien président de la Chambre des représentants Newt Gingrich se sont montrés pessimistes lors des émissions politiques dominicales le 30 septembre. Gingrich a ainsi soutenu que Romney devait apparaître à l’issu du premier débat comme une alternative crédible afin de donner à sa « campagne une chance de vivre ».

Romney doit également convaincre des bailleurs de fonds influents. Eux aussi commencent à douter de ses chances de remporter la présidence. S’ils s’avéraient déçus de la performance de Romney au cours de ce débat, ils pourraient décider de réorienter leurs fonds vers la course au Congrès où les Républicains espèrent garder leur majorité à la Chambre des représentants et aimeraient faire des gains au Sénat.

Or, ces bailleurs de fonds, à travers les groupes d’action politique qu’ils financent (les PACs et les Super-Pacs), ont joué un rôle crucial au cours de l’été 2012 pour maintenir Mitt Romney dans la course à la Maison-Blanche. De mi-mai à fin juillet, la campagne de Barack Obama a ainsi dépensé 111 millions de dollars ; celle de Romney à peine 42 millions. Cet écart a été atténué, renversé même en faveur de Romney, grâce aux contributions de groupes d’action politique formellement indépendants des candidats, mais qui jouent un rôle de plus en plus important dans le processus électoral. Ces groupes proches des Démocrates ont dépensé au cours de la même période 18 millions de dollars contre 110 millions pour ceux proches des Républicains. L’ancien conseiller de George W. Bush, Karl Rove, dirige deux de ces groupes les plus importants : American Crossroads et Crossroads GPS. Le verdict qu’il portera sur le premier débat sera particulièrement attendu, à tel point que certains observateurs estiment qu’il pourrait décider du sort de la campagne de Mitt Romney.

Romney vs Obama : état des forces en présence

Dans un tel contexte, voici résumés les principaux atouts de Mitt Romney, les plus grands risques pour Barack Obama et leurs objectifs généraux pour le premier débat :

Les atouts de Mitt Romney :

–       Pratique intensive des débats au cours des derniers mois : il en a fait pas moins de 23 au cours de la primaire républicaine, alors que pour Barack Obama le dernier débat remonte à 2008.

–       Projette une image de calme et de confiance.

–       Habile dans l’utilisation de mots clés et de formules percutantes.

Les risques pour Barack Obama :

–       Apparaître ennuyé et condescendant. Lors des primaires démocrates de 2008, le propos qu’il a tenu à l’endroit d’Hillary Clinton, « you are likeable enough », avant le vote dans le New Hampshire avait nettement contribué à relancer la campagne de cette dernière qui l’avait remporté dans cet État.

–       La perception répandue chez une partie de l’électorat que la campagne de Romney est à la dérive et que par conséquent le président sortant pourrait remporter par K.O. ce premier débat.

–       Si Obama est reconnu pour être un grand orateur, ses performances lors des primaires démocrates en 2007-2008 et lors des débats présidentiels de 2008 ont mis en évidence qu’il n’est pas particulièrement à l’aise dans ce type d’exercice.

 

Ce que devrait faire Romney :

–       Etre précis sur les enjeux et sur les solutions qu’il entend apporter aux difficultés que connaissent les Etats-Unis. À cet égard, il lui faudra nettement rompre avec les propos vagues et les platitudes de ses discours.

–       Surprendre. Pour un nombre croissant d’électeurs et d’observateurs, la campagne de Romney est sur une pente descendante depuis quelques semaines, n’arrivant pas en particulier à ciseler son message ni à mener des attaques efficaces contre Obama.

–       Créer un sentiment de proximité avec l’électeur. Un peu d’autodérision permettrait à Romney de briser une image de distance avec l’Américain moyen, de donner un peu de sympathie.

 

Ce que devrait faire Barack Obama :

–       Être présidentiel : la phrase la plus efficace de son discours à la convention démocrate fut sans doute « je ne suis plus uniquement un candidat. Je suis le président ». En prenant ainsi de la hauteur, en rappelant le poids des responsabilités qu’il exerce depuis presque 4 ans dans un contexte pour le moins délicat, il fait apparaître par comparaison Mitt Romney comme inexpérimenté.

–       Être humble. S’il doit éviter d’être condescendant comme il l’a pu l’être à l’encontre de Hillary Clinton en 2008, Barack Obama doit surtout assurer les Américains qu’il a déjà établi les bases pour favoriser un regain économique qui pourra se concrétiser sous son second mandat.

–       Émuler Bill Clinton dont le discours à la convention de Charlotte a permis, selon les observateurs et analystes, de redonner un certain optimisme chez la population quant aux perspectives économiques du pays. En effet, fin août, 42 % des Américains estimaient que le pays irait dans une bonne direction en matière économique si Barack Obama était réélu. Ils sont 47 % fin septembre. (Si Romney était élu, les chiffres sont respectivement de 46 % et 51 %).

L’influence limitée des débats sur l’issue du scrutin

Il y a quelques jours, 69 % des Américains sondés par Gallup affirmaient que les débats n’influenceraient pas vraiment ou pas du tout leur choix. Les débats marquent l’entrée dans la dernière ligne droite de l’élection présidentielle. Ils peuvent donner lieu à des épisodes mémorables. Une étude portant sur la période 1960 – 2004 publiée par Gallup en 2008 tend cependant à démontrer que ceux-ci n’ont eu un impact décisif sur l’issue de la campagne qu’à deux reprises : en 1960 lors des débats entre John F. Kennedy et Richard Nixon, et en 2000 entre Al Gore et George W. Bush.

Mitt Romney peut essayer de garder espoir en se rappelant que le premier débat est habituellement défavorable au président sortant. Outre un bilan parfois délicat à défendre, le président en exercice a significativement moins de temps pour se préparer d’une part, et n’a pas eu l’occasion de pratiquer ce type d’exercice au cours des 4 dernières années d’autre part. Son adversaire a quant à lui un peu plus de latitude pour aménager des sessions de préparation tout au long de la campagne et a acquis une expérience pendant les primaires de son parti. Romney a participé à 23 débats lors de la course à l’investiture républicaine. Rien n’indique toutefois que cela soit suffisant pour inverser le cours de la campagne.

La convention, le rebond… l’élection.

Chaque convention nationale permet de donner (ou d’essayer de donner) une unité du parti, à tr…

Chaque convention nationale permet de donner (ou d’essayer de donner) une unité du parti, à travers la fédération, de toutes les factions du parti. Cela se fait notamment autour de l’adoption de la plate-forme du parti: l’exclusion des délégués contestataires de Ron Paul durant la convention républicaine, ou la réintégration de la place de Jérusalem dans la géopolitique moyen-orientale lors de la convention démocrate, témoignent de cette volonté de rallier toutes les franges du parti, ou  à défaut, de les éloigner pour qu’elles ne ternissent l’image unitaire du parti.

Les conventions nationales constituent un tremplin pour le Ticket officiellement désigné : en règle générale il fait un bond considérable dans les sondages. C’est d’ailleurs ce rebond qui a permis, en 2004, à George W. Bush de passer devant John Kerry, dont la crédibilité commençait de toute manière à s’éroder sous l’effet des premières campagnes publicitaires du Swift Boat Veterans for Truth. En 2008, John McCain a également bénéficié de cet effet-rebond, dans la foulée de la très médiatisée nomination de Sarah Palin comme colistière.

Le “rebond de convention” dans les sondages 1964-2012

Convention démocrate Convention Républicaine
Année Convention Candidat investi Rebond
%
Convention Candidat investi Rebond
%
2012 Sept. 3-6 Barack Obama xx Aug. 27-30 Mitt Romney xx
2008* Aug. 25-28 Barack Obama 4 Sept. 1-4 John McCain 6
2004 July 26-29 John Kerry -1 Aug 30-Sep 2 George W. Bush 2
2000 Aug. 14-17 Al Gore 8 Jul 31-Aug 3 George W. Bush 8
1996 Aug. 26-29 Bill Clinton 5 Aug. 12-15 Bob Dole 3
1992 July 13-16 Bill Clinton 16 Aug. 17-20 George Bush 5
1988 July 18-21 Mike Dukakis 7 Aug. 15-18 George Bush 6
1984 July 16-19 Walter Mondale 9 Aug. 20-23 Ronald Reagan 4
1980 Aug. 11-14 Jimmy Carter 10 July 14-17 Ronald Reagan 8
1976 July 12-15 Jimmy Carter 9 Aug. 16-19 Gerald Ford 5
1972 July 10-13 George McGovern 0 Aug. 21-23 Richard Nixon 7
1968 Aug. 26-29 Hubert Humphrey 2 Aug. 5-8 Richard Nixon 5
1964 Aug. 24-27 Lyndon Johnson 3 July 13-16 Barry Goldwater 5
 source: The American Presidency Project

Le Ticket Romney-Ryan espérait sans aucun doute surfer sur une vague similaire. La biographie et le discours d’acceptation de Romney, le discours de Marco Rubio ou celui de Jebb Bush, l’allocution remarquée de la seule “survivante” (politiquement s’entend) de l’Administration Bush Condoleezza Rice, ont été occultés par l’étrange prestation de Clint Eastwood, dont les médias et les émissions d’humour se sont emparés, aux dépens du rebond tant attendu.

Il y a bien eu un rebond dans les sondages pour le ticket républicain (voir ici) que Nate Silver a tenté d’extrapoler.

À la suite de la convention démocrate, dans la foulée d’un discours spectaculaire de Bill Clinton, en appui à Barack Obama, et d’un discours plus mitigé de Barack Obama lui-même, les sondeurs ont enregistré pratiquement immédiatement un rebond dans les sondages.

Et malgré des chiffres défavorables concernant l’emploi, Barack Obama paraît consolider son avantage:

source: http://www.gallup.com/poll/150743/Obama-Romney.aspx

 

Comme l’explique Nate Silver, un rebond ne garantit pas l’élection. Parfois, seule une semaine de couverture médiatique intensive permet au candidat concerné de bénéficier d’un léger avantage dans les sondages mais ne va pas au-delà. D’autres fois au contraire, l’avantage gagné à la suite de la convention est acquis: cela a été le cas pour George W. Bush en 2004, dont le rebond post-convention s’est maintenu jusqu’à l’élection.

 

————————————————————————

Sources :

Les élections américaines 2012, site web, http://www.usa2012.uqam.ca/
Élisabeth Vallet, Le Duel, Septentrion 2008, rééd. 2012
Élisabeth Vallet et David Grondin, Les élections présidentielles américaines, Presses de l’Université du Québec, 2004.

Une course serrée? Les États pivots au coeur de la campagne

Le système de scrutin (suffrage universel indirect, grands électeurs attribués par État, poids du …

Le système de scrutin (suffrage universel indirect, grands électeurs attribués par État, poids du Winner-take-all) a pour effet de figer le plus souvent la carte électorale qui présente en fait une grande stabilité d’une élection à l’autre, n’évoluant que de manière cyclique, lentement, presque de manière décennale.

 

Barack Obama a pourtant , en 2008, emporté des États qu’aucun Démocrate n’avait gagné (Virginie, Caroline du Nord, Indiana, Colorado) auparavant et il a obtenu les suffrages d’États traditionnellement volatiles comme la Floride et l’Ohio.

Ils appartiennent à la catégorie des États pivots, ces États remportés par une faible marge (en général et à quelques exceptions près inférieure à cinq points) lors des élections précédentes. Plus fragiles, moins stables, ils sont donc plus susceptibles de basculer d’un côté ou de l’autre. Ils ont également pour eux qu’ils représentent un large bassin de grands électeurs.

En 2012, une douzaine d’États entre dans cette catégorie. Sept États détiennent, ensemble, la clé de l’élection avec un total de 85 grands électeurs : le Colorado, la Floride, l’Iowa, le Nevada, le New Hampshire, l’Ohio et la Virginie. On ajoute le plus souvent le Michigan, la Caroline du Nord, la Pennsylvanie, le Nouveau Mexique et l’Indiana.

Et au lendemain de la convention républicaine, à la veille de la convention démocrate, la course paraît serrée:

source: http://www.knowtex.com/nav/election-presidentielle-aux-etats-unis_36068

 Deux éléments viennent brouiller les cartes. D’un côté, la répartition des grands électeurs est proportionnelle à la démographie et, sur la base du recensement décennale cette redéfinition est véritablement favorable aux Républicains. D’autre part, la réforme de l’identification de l’électeur dans un grand nombre d’États pourrait avoir une incidence sur le taux de participation et le taux de votes valides. Comme le dirait le professeur Rick Hasen, le spectre de l’élection de 2000 n’est jamais très loin.

La vice-présidence, strapontin ou tremplin?

Jusqu’à la fin du 19 siècle, la vice-présidence est une institution accessoire, pratiquement insigni…

Jusqu’à la fin du 19 siècle, la vice-présidence est une institution accessoire, pratiquement insignifiante. À la mort de Franklin D. Roosevelt, le vice-président Harry Truman accède à la présidence: il n’a même pas été informé de l’existence du projet Manhattan sur la bombe atomique. Dans le même ordre d’idées, le vice-président Johnson n’est pas convié à assister aux réunions des conseillers de JFK qui, pendant treize jours (voir le film du même nom, très fidèle à la réalité), discutent de la résolution de la crise des Missiles en 1962. Il succède pourtant à J.F. Kennedy un an plus tard, à bord d’Air Force One qui ramène le corps du président assassiné de Dallas.

En fait, avec les problèmes de santé de Dwight Eisenhower en 1955 et de l’assassinat de Kennedy en 1963, le poids du vice-président s’accroît véritablement. Alors que l’on ne voyait dans en lui qu’un atout électoral (le complément du candidat à la présidence), il devient véritablement le second timonier de l’administration en place.

Cette évolution est particulièrement patente sous George W. Bush puisque son vice-président, Dick Cheney, a eu une influence déterminante sur les politiques gouvernementales, à commencer par l’intervention américaine en Irak.

Cette influence croissante du vice-président n’est toutefois pas complètement irréversible et l’on peut tout à fait imaginer qu’en raison de la personnalité du président et du vice-président, ou des circonstances, le vice-président soit moins influent sur le plan décisionnel que son prédécesseur. Mais il demeure celui qui devra prendre la présidence en cas d’empêchement du chef de l’État ou de vacance du poste. C’est pour cela que le choix exprimé à la convention – par le candidat à la présidence – est déterminant et c’est un des arguments – l’absence d’envergure présidentielle – qui a sans aucun doute nuit à Sarah Palin en 2008 malgré une entrée en scène remarquée.

De quelle expérience disposent ceux qui, si l’Histoire avait été autre, auraient pu prendre les rênes du pays en cas de vacance du pouvoir?

Le Washington Post a élaboré une infographie:

que l’on retrouve sous un angle différent dans le New York Times:

Et s’il ne fallait lire qu’une seule référence sur le sujet, ce serait le texte de Karine Prémont, primé, dans la revue canadienne de science politique:

Karine Prémont, «La vice-présidence américaine contemporaine: une école pour la présidence?», Revue canadienne de science politique, 41, 2008, p 953-972.

Et dans une version moins universitaire, ici.

 

Obamacare: SCOTUS v. POTUS

 Jefferson voyait la Constitution comme un texte vivant, susceptible de s’adapter aux circonstances…

 Jefferson voyait la Constitution comme un texte vivant, susceptible de s’adapter aux circonstances et aux évolutions sociétales. Néanmoins, même si l’on reconnaît la suprématie du pouvoir juridictionnel, seul interprète autorisé de la Constitution, les pratiques constitutionnelles demeurent déterminantes : le droit constitutionnel est donc le fait d’une pluralité d’acteurs. Ainsi, plusieurs fois les États-Unis ont changé « d’État sans changer de constitution » (Zoller 2001: 166). La grande plasticité de ce texte fondamental repose donc sur l’interprétation qu’en font les institutions. Selon que l’on place ou non la Cour au centre du jeu, il y a deux lectures du rôle de la Cour suprême. : l’une restrictive est identifiée comme « strict constructionism », l’autre extensive, est dite d’activisme judiciaire. Toutefois, quelles que soient les écoles de pensée, force est de constater que, globalement, au travers de l’histoire américaine, le nombre de chocs frontaux entre le président et la Cour suprême demeure relativement bas. La Cour invalide le plus fréquemment des décisions de politique intérieure et se montre généralement plus réservée en politique étrangère (Vallet 2012). Dans ce dernier cas de figure, la plupart du temps, elle va se satisfaire d’un mandat général pour valider les actes du président. Il y a, entre le juge et le président, une différence de taille : seul le président incarne véritablement la souveraineté populaire puisqu’il est le seul à disposer de la légitimité démocratique. C’est ce qui fonde sans nul doute la prudence du juge et sa déférence. Toutefois, sous l’empire du régime des checks and balances, la Cour a défini les limites de la présidence : elle a admis que le président pouvait outrepasser ses pouvoirs traditionnels et constitutionnels pour recourir à des pouvoirs implicites ou inhérents lorsqu’une situation de crise le justifiait (Gerhardt 2002: 277)  Plus encore le fait que ses décisions ne bénéficient parfois que d’une autorité de facto relative de la chose jugée a conduit des observateurs à dire que « la Cour est la moins dangereuse de toutes les branches [de gouvernement] car la mise en œuvre de ses décisions dépend de la bonne volonté d’autres institutions » (McGuire et Stimson 2004: 1018). Hamilton disait d’ailleurs qu’elle « n’a d’influence ni sur l’épée, ni sur le porte-monnaie » (The Federalist 78). C’est sans doute ce qui la rend prudente.

De façon générale, la plupart des observateurs conviennent que la Cour suprême a constamment fait pencher la balance des pouvoirs en faveur du président. En ce sens, les présidents modernes ont compris la puissance que leur conférait le pouvoir de nomination en les dotant de la faculté d’influencer les politiques et de façonner indirectement la politique. Tandis que l’institutionnalisation de la présidence conduit la Maison Blanche à intervenir sans cesse dans la formulation et la mise en œuvre des politiques, ce sont souvent les services de la Maison blanche qui, dans les années récentes, ont effectué tout un travail de filtrage afin d’identifier des candidats potentiels à la magistrature puis de monter un dossier solide pour obtenir la confirmation sénatoriale. Au demeurant, bien qu’on parle relativement peu, le président exerce un pouvoir déterminant à travers la nomination des nombreux juges des cours fédérales de district et des cours d’appel. Il les nomme à vie, sous réserve de confirmation par le Sénat. Il a donc le pouvoir d’influencer durablement la jurisprudence fédérale en choisissant soigneusement ses nominations. Bien entendu, la Cour suprême, qui assure l’unité du droit, constitue la clé de voûte de cette influence sur les normes juridiques. Le président nomme donc ces neuf juges et parmi eux le juge en chef. Puisque le président nomme ces juges à vie, il dispose véritablement de « la faculté d’influencer le cours des affaires nationales pour un quart de siècle après la fin de son mandat »(O’Brien 1998 : 68). Aujourd’hui la majorité des neufs juges qui siègent à la Cour suprême ont été nommés par un président républicain. Il ne faut donc pas sous-estimer le pouvoir dont est ainsi doté le président. Toutefois, si les trois quarts des juges s’inscrivent dans la ligne politique et idéologique des présidents qui les ont nommés, un quart en ont dévié (Scigliano 1971). Ainsi, cette incidence indirecte du président sur la structure sociale, via la jurisprudence de la Cour suprême, a ses limites. Les juges tendent en effet à s’émanciper de la tutelle idéologique de l’autorité qui les a nommé. Le fait qu’ils soient nommés à vie est d’ailleurs, dans l’esprit des Pères fondateurs, la garantie de leur indépendance. C’est ainsi que Theodore Roosevelt faisait fréquemment part de son amertume à l’égard d’Oliver Wendell Holmes, qu’il avait nommé à la Cour suprême. De même, lorsque l’on demandait à Dwight Eisenhower s’il avait commis des erreurs durant ses mandats, sa réponse était « oui, deux, elles siègent toutes les deux à la Cour suprême » (Abraham 1999: 200). Truman disait de la même manière que sa nomination de Tom Clark à la Cour suprême était sa plus grande méprise : « je ne peux me souvenir d’une seule bonne décision de sa part » (O’Brien : 122). Il ajoutait « dès lors que vous nommez quelqu’un à la Cour, il cesse d’être votre ami » (Truman). C’est cette indépendance qui a permis à la Cour suprême de progressivement définir et délimiter l’étendue du pouvoir présidentiel.

Il est irréaliste, comme le souligne le juge Scalia, « de parler de la Cour suprême comme d’une institution figée, immuable » ; il s’agit plutôt d’une instance qui « reflète nécessairement et d’une manière ou d’une autre l’état de la société dans laquelle elle s’inscrit  » (O’Brien : 343). Même dans le cas où la Haute juridiction s’est opposée au président, comme lors du Watergate, il convient de souligner le fait que la Cour n’a véritablement agi « que lorsque la presse, l’opinion publique et le Congrès en étaient déjà aux armes » (Cronin 264). Il ne faut donc pas surestimer le pouvoir dont dispose le président, d’influer sur la société américaine à travers la nomination des juges à la Cour suprême. En effet, la Haute juridiction a fait preuve d’une grande sensibilité aux réalités sociales (McGuire, Stimson 2004: 1018) : c’est ce qui fait d’elle la moins dangereuse de toutes les branches du pouvoir aux États-Unis.

Adapté d’après La présidence des États-Unis, PUQ.

Abraham Henry J. (1999), Justices, Presidents and Senators : A History of U.S. Supreme Court Appointments from Washington to Clinton, Lanham, Rowman and Littlefield.

Dahl Robert (1957), « Decision-Making in a Democracy : The Supreme Court as a National Policy-maker », Journal of Public Law, Vol.6, N°2, p.279-295.

Dworkin Ronald (1994), L’empire du droit, Paris, PUF.

Gates John (1987), « Partisan Realignment, Unconstitutional State Policies, and the U.S. Supreme Court, 1837-1964 », American Journal of Political Science, Vol.31, No2, p.259-280.

Gerhardt Michael J. (2002), « Crisis and Constitutionalism », Montana Law Review, Été, No63, p.277 et suiv.

Hamilton (1788). « The Federalist No. 78 », dans Garry Wills (1982). The Federalist Papers by Alexander Hamilton, James Madison and John Jay, New York, Bantam Books, p. 393.

Jèze Gaston (1913), « De la force de vérité légale attachée par la loi à l’acte juridictionnel », Revue du droit public.

Link Michael W. (1995), « Tracking Public in the Supreme Court : Cross-Time Analyses of Criminal Procedure and Civil Rights Cases », Political Research Quarterly, Vol.48, N°1, p.61-78.

Maltese John Anthony , « The Presidency and the Judiciary », dans Michael Nelson, op.cit., p.500-501.

McGuire Kevin T. et James A. Stimson (2004), « The Least Dangerous Branch Revisited : New Evidence on Supreme Court Responsiveness to Public Preferences », The Journal of Politics, Vol.66, No4, Novembre, p.1018-1035.

O’Brien David (1988), « The Reagan Judges : His Most Enduring Legacy? », dans Charles O. Jones (ed.), The Reagan Legacy, Chatham, Chatham House, p.68.

Prélot Marcel (1964), dans Edgar Faure et Louis Trotabas, L’État, Paris, Encyclopédie française, Tome X, 1964, page 207.

Scigliano Robert (1971), The Supreme Court and the President, New York, The Free Press.

Troper  Michel (1995), « La liberté d’interprétation du juge constitutionnel », Interprétation et droit, Bruxelles, Bruylant.

Truman Harry (1959), Leçons William Radner sur la Constitution, Université Columbia, New York, 28 avril, Truman Presidential Museum &Library, Independence, Missouri. : PR 28 SR75-2. enregistré par WKCR (28 min.).

Zoller Elisabeth (2001), « Le rôle de la Cour suprême dans le système américain de gouvernement », Mélanges Waline, Dalloz.