L’expert : une posture en évolution

Dans le monde globalisé et technologique dans lequel nous vivons, l’expert joue un rôle crucial dans…

Pete Prodoehl, Licence Creative CommonsDans le monde globalisé et technologique dans lequel nous vivons, l’expert joue un rôle crucial dans la mise en place des politiques publiques ou encore dans l’évaluation de programmes gouvernementaux, de nouveaux produits et de nouvelles technologies. Qu’ils soient associés aux changements climatiques, à la production alimentaire, à la gestion de l’eau, à la pollution atmosphérique, à l’aménagement du territoire urbain, les problèmes environnementaux contemporains sont tous sujets à des controverses sociales où le rôle de l’expert devient essentiel. Sans compter que ceux-ci sont souvent tributaires de risques vérifiés ou pressentis pour la santé humaine. Ce rôle crucial, dont on oublie trop souvent les enjeux, interpelle directement tous chercheurs ou professionnels de terrain, que ceux-ci soient en environnement ou en d’autres domaines.

Des instruments de vigilance et des structures de surveillance ont bien entendu été mis en place afin de gérer les risques sanitaires associés aux expériences humaines ou aux grands projets de développement. Mais, que ce soit le cas récent du chercheur Gilles-Eric Séralini sur la toxicité du maïs OGM NK603 et du Round Up ou encore celle plus ancienne des années 90 de celui d’André Cicolella avec les effets des éthers de glycol sur la santé, on peut se demander si la posture de l’expert « traditionnel » est encore adaptée à la réalité d’aujourd’hui. Une réalité où l’incertitude est plus souvent qu’à son tour la grande caractéristique des dossiers traités. On a pu le constater de manière fragrante avec le cas de Gilles-Eric Séralini, les experts doivent interagir avec de nouveaux outils afin de pouvoir jouer leur rôle d’acteurs dans la mise à jour des politiques publiques. Mais comment se fait-il que des chercheurs doivent mettre sur pied un plan de communication complexe[1] pour qu’un gouvernement (gouvernement français en l’occurrence) s’engage dans des travaux sur les effets à long terme de la consommation d’OGM associés à des pesticides ? Depuis de nombreuses années, de nombreux experts indépendants disent qu’il faut faire évoluer les instruments et les structures de vigilance de ses nouveaux composés. Ce qui est vrai pour les OGM devrait aussi l’être pour les nanoparticules qui sont de plus en plus présentes dans notre environnement et même dans nos assiettes (Nanoparticules : l’ingrédient qui s’est discrètement invité à notre table). Les changements climatiques, cet enjeu identifié depuis la fin des années 80 s’y retrouve aussi. L’incertitude autour des résultats à jouer un rôle certain dans sa prise en compte tardive (si une réelle prise en compte il y a) dans les politiques. Ou encore, de manière insidieuse, l’incertitude peut être utilisée par des acteurs, qui tout en reconnaissance l’importance de l’enjeu, considère qu’eux ne sont pas concernés, car l’incertitude les concernant est trop grande. Un double discours qui pourrait se lire comme suit : Les changements climatiques sont une réalité malgré les incertitudes observées, mais vous comprenez que dans notre cas l’incertitude sur les mesures fait en sorte que notre industrie ne doit pas être considérée.

Ainsi, on se retrouve avec une approche d’experts “business-as-usual” où la certitude est l’aune à laquelle tout doit être jugé et considéré, tandis qu’un d’un autre côté on retrouve la vision de l’expertise de l’incertitude ou de la précaution. Dans le premier cas l’expert s’enchâsse dans les méthodologies que l’on pourrait cataloguer de classiques tandis que le second tente de développer de nouvelles approches et une refonte des cadres/structure qui évitent à tout prix la déification de l‘expert et la mise à l’écart du citoyen.

Que ce soit dans le cadre de ses dossiers Gouvernance et environnement : quelles échelles de construction du commun ?(Vol9no1, mai 2009) Comprendre et maitriser les risques techniques et environnementaux : aller au-delà du risque ? (Vol12no1, mai 2012) ou encore dans le dossier en préparation Controverses environnementales : expertise et expertise de l’expertise (prévu en décembre 2013), [VertigO] aborde cette délicate question.

L’article Renouveler la gestion du risque par l’ouverture à un système de vigilance ? de Fallon et al (2012) aborde aussi cette question[2].

Leur article montre que la plupart des moyens proposés par les autorités, pour faire face à une crise ou un risque sanitaire, « reposent sur une logique de gestion des risques connus », ce qui laisse tous les risques des maladies émergentes ou de nouveaux produits (OGM, nanomatériaux) orphelins d’une évaluation adaptée et cohérente. Selon les auteurs ont « observe toutefois des tentatives de renouvellement et d’ouverture, par la mise en place de nouveaux instruments de vigilance » qui s’appuieraient sur « une double logique de prévention et d’anticipation de la catastrophe ». Les responsables administratifs et des scientifiques « tentent d’adapter les structures de surveillance et d’alerte pour améliorer leur réactivité face aux évènements non prévus » amenant « une double remise en cause se dessine dans la gestion des risques, qui pousserait à admettre la permanence d’une incertitude irréductible et à reconnaître le nécessaire décloisonnement des savoirs experts». Certainement, mais je dirais qu’l faut un décloisonnement plus large permettant l’inclusion du « savoir citoyen » ou encore une plus grande ouverture à qui est un expert.

Toutefois, malgré tous les décloisonnements, ou la considération de l’incertitude comme une responsabilité (voir le texte de Guy Bourgeault dans le Vol1no1 de la revue : L’incertitude et la responsabilité : jalons pour une éthique de l’environnement), des lanceurs d’alerte toujours plus inventifs, structurés et courageux, seront nécessaires. Les gouvernements ont tout intérêt à permettre l’expression de ceux-ci, mais aussi de les entendre, car lorsque le mal sera fait il sera souvent trop tard….

[1] Pour détails : Étude sur les OGM, comment Gilles-Eric Séralini a gagné la partie http://www.huffingtonpost.fr/2012/10/22/etude-sur-les-ogm-comment-seralini-a-gagne_n_1999907.html

[2] Cet article rédigé par un groupe multidisciplinaire de vétérinaires et de politologues propose une analyse contextualisée des transformations à l’œuvre dans le réseau de surveillance des maladies animales face aux menaces nouvelles dites « émergentes » suite aux changements globaux, en l’inscrivant dans le cadre de la gestion des risques. Le travail se base sur une présentation d’une émergence récente, celle de la fièvre catarrhale ovine due au Bluetongue virus serotype 8 (BTV-8) en 2006 en Belgique.

Eric Duchemin

Directeur scientifique et formation du Laboratoire sur l'agriculture urbaine (AULAB)

More Posts - Website

De quelques enjeux de Rio+20

Dans ce premier texte de la Série Rio+20 de [VertigO], Michel Rogalski économiste et chercheur au Ce…

Dans ce premier texte de la Série Rio+20 de [VertigO], Michel Rogalski économiste et chercheur au Centre international de recherche sur l’environnement et le développement,  fait un constat sur les démarches internationales en terme de négociations internationales. Partant du cas des changements climatiques, il pose la question de la responsabilité dans les modifications environnementales.

Ainsi il conclut son texte ainsi : « La controverse scientifique est dépassée et ne devrait plus trop peser dans le débat. Mais un danger majeur guette toute avancée substantielle sur le climat. L’ampleur des efforts à faire pour changer de trajectoire est immense. Il ne s’agit rien moins que de rompre avec un régime d’accumulation et du paradigme techno-économique qui lui est rattaché pour s’engager vers des sociétés décarbonées. Des moyens considérables devront être mobilisés. Comment imaginer, alors que les objectifs du Millenium sont loin d’être atteints, que tous ceux qui sont victimes, ici et maintenant, des pires maux qui frappent la planète accepteront facilement que soient « détournés » ces moyens au bénéfice de générations futures, alors que la question qu’ils affrontent est celle de leur survie au quotidien. Vouloir les associer au sauvetage du climat sans satisfaire dès à présent leurs besoins pressants les plus essentiels ne saurait conduire qu’à l’impasse. »

Cette question se pose aussi en terme éthique et sous le large vocable de l’adaptation, terme à la mode, tout comme celui de la résilience, actuellement en sciences de l’environnement. De qui est la responsabilité financière et humaine de l’identification et la mise en oeuvre des paramètres devant permettre à une société de s’adapter aux changements environnementaux ? Jusqu’à quel niveau la responsabilité doit-elle être partagée ou pas.

Cette réflexion nous amène à un autre article publié récemment par [VertigO] : Thomas Heyd et Irène Dupuis, Réponses culturelles aux changements rapides de la nature,[VertigO] – la revue électronique en sciences de l’environnement, Débats et Perspectives, 2012, mis en ligne le 25 janvier 2012, [En ligne] URL : http://vertigo.revues.org/11526

Pour lire l’ensemble du texte avant de réagir, cliquez ici >>

Nous vous invitons à commenter le texte de ci-dessous.

Eric Duchemin

Directeur scientifique et formation du Laboratoire sur l'agriculture urbaine (AULAB)

More Posts - Website

Viabilité des sociétés et urbanité

Photo : Ghislain F (Licence Creative Commons)
L’humanité se trouve maintenant à plus de 50% dans les…

Photo : Ghislain F (Licence Creative Commons)

L’humanité se trouve maintenant à plus de 50% dans les villes, ce pourcentage est de plus 80% dans les pays industrialisés. Ce mouvement vers les villes ne ralentit pas dans les pays en développement, les mégapoles sont de plus en plus nombreuses. L’homo sapiens devient de jour en jour de plus en plus homo urbanus. La ville devient ainsi le lieu où le développement d’une société durable, ou viable, se joue. Les grandes villes en ont pris conscience et tentent, par différents moyens, de répondre au grand défi du 21e siècle – préserver un environnement viable pour l’ensemble des êtres humains. Des villes, telles que Curitiba au Brésil, deviennent des exemples pour une évolution viable de l’urbanité et de la société. Curitiba dont le maire a pratiqué l’acupuncture urbaine, par petits projets localisés et ancrés, pour faire face aux défis modernes de sa ville.

Développement durable un concept galvaudé certes, mais un outil de réflexion

Les gouvernements du monde entier créent des lois pour un développement durable, élaborent des stratégies de développement durable ou encore adaptent des indicateurs pour surveiller et mesurer le progrès en la matière. En trente ans ce concept mis de l’avant par la commission mondiale sur l’environnement et le développement, aussi connu sous le nom du rapport Brundtland du nom de sa présidente, a réussi à s’insérer dans le vocabulaire courant et être une notion incontournable. Mais cette notion remonte plus loin.

Au début ‘70, le Rapport de Rome montrait déjà la limite du développement industriel et des ressources naturelles, le Sommet de la terre de Stockholm en 1972 continuait dans la même veine. Dans les années ‘70, on parlait d’écodéveloppement, soit un développement écologique. L’expression « sustainable development », traduite par développement durable est, tant qu’à elle, apparue en 1980 dans une publication de l’Union internationale pour la conservation de la nature. Cette notion est alors définie comme un « développement qui tient compte de l’environnement, de l’économie et du social ». Cette définition reste celle qui est la plus souvent utilisée ou comprise, bien que le rapport Brundtland ait rajouté un autre élément soit, que le développement durable est « un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures ». Pour Corinne Gendron, professeure à l‘Université du Québec à Montréal « L’environnement c’est la condition, l’économie c’est le moyen et le développement individuel et social c’est l‘objectif ». Nous pourrions rajouter que l’équité est l’ingrédient indispensable.

Si le concept de développement durable est devenu si populaire, et facilement intégré par les entreprises et les gouvernements, c’est qu’il ne remet pas en question les modes de fonctionnement économiques actuels. Toutes les grandes entreprises allant des pétrolières, telles que Shell, Esso, BP, Total, aux compagnies minières telles que Rio Tinto, IAMGold, Barrick Gold ont leurs plans de développement durable globaux ou pour des projets locaux. Par le biais de différents types de certification – basés sur des mesures significatives, des politiques et des analyses de leur performance au niveau environnemental, de la santé, de la sécurité et des opérations – elles font croire à l’existence du développement durable.

Un concept galvaudé

La considération d’éléments du développement durable dirigera certes celles-ci vers des décisions permettant une meilleure gestion des déchets, d’une moindre consommation énergétique ou le développement d’une économie peu intensive sur le plan écologique. Elles développeront des projets de soutien aux communautés locales. Elles feront des actions, mais peut-on dire qu’elles font un développement respectueux de l’environnement? Des barrages hydroélectriques qui ennoient des territoires ancestraux, obligent le déplacement de populations, perturbent des écosystèmes entiers, sont-ils du développement durable ? Le développement de biocarburants alimentant des crises alimentaires en Afrique, est-il du développement durable? En regard aux différentes dénonciations, par des associations locales et nationales dans les pays en développement, de situations inacceptables nous sommes en droit d’en douter. Ainsi, il apparaît que développement durable et environnement sont deux choses complètement distinctes.

Que peut-on en faire ?

Développement durable est de toute évidence un concept-valise qui permet tous les abus. Un concept auquel on veut nous faire faire la révérence, comme une nouvelle religion, tout en obligeant la mise au placard l’esprit critique. Ce développement est durable donc vous devez l’accepter. Pour certains le terme « développement » est le problème du concept, car le développement est perçu comme une croissance économique donc une avancée en avant sans limites. Ceux-ci prônent une décroissance. Sans compter que pour J.L. Satie « Le développement économique d’un peuple [..] n’est compatible avec le maintien de ses coutumes et mœurs traditionnelles. La rupture avec celles-ci constitue une condition préalable au progrès économique » [1]. Pour d’autres le problème vient du terme « durable » qui n’est qu’un objectif éducoloré du désir pressenti des générations futures. Durable signifie qui dure dans le temps, mais qui n’est pas nécessairement viable. Mais cela reste des discussions théoriques, certes intéressantes, mais loin des besoins actuels et de l‘urgence dans laquelle nos sociétés se trouvent.

Alors, pourquoi ne pas tout simplement pourfendre ce concept-valise ? Parce que ce concept est aussi un lieu de convergence des acteurs et du développement sociétal. En utilisant ce concept comme un «lieu de discussion », un « lieu de réflexion » sur les différentes perspectives de développement et de la mise en place de politiques, il devient possible de considérer des critères environnementaux et sociaux dans la gestion publique.

Les villes s’en inspirent depuis quelques années afin de revoir leurs stratégies de développement. Des stratégies qui devraient inspirer les villes de pays en développement qui actuellement s’engouffrent plutôt dans les travers des villes des pays industrialisés en détruisant les forces qu’elles ont, dont une forte présence d’une agriculture urbaine.

Ville durable, ville viable : agriculture urbaine

Depuis la fin de la Seconde Guerre, la ville s’est développée en favorisant le flux des marchandises et des gens. Elle a développé un système routier qui, comme les artères, doit favoriser la circulation, et ainsi assurer la survie de l’organisme. La ville est devenue un organisme – un parasite pour certain – s’appuyant sur le monde rural pour son alimentation et sur les « régions » pour assimiler les déchets qu’elle régurgite. Elle s’est développée durant des décennies comme des centres économiques oubliant la vie qu’elle abrite, oubliant l’aspiration et les besoins de celle-ci. Le concept de ville durable, ou viable, ramène la gestion de la ville dans une autre perspective où les espaces verts, la biodiversité sont considérés. Mais cela est difficile, car on intègre ce concept en l’insérant dans l’acquis – ce qui existe, sans réellement remettre en question les décisions passées et surtout la mainmise de la sphère économique sur les décisions. Flavia Montenegro-Menezes, actuellement professeure invitée au départementLandscape Architecture & Regional Planning de l’Université du Massachusetts (États-Unis) arrive à cette conclusion après une étude sur l’aménagement urbain viable à Curitiba [2]Est-ce dire que tout est perdu ?  Certainement pas, car mine de rien de nouvelles manières de concevoir l’aménagement urbain émergent. Cette réinvention de l’urbain tente d’amoindrir la cassure créée au 20e siècle entre l’urbanité et la ruralité.

Un des éléments de cette réinvention est certainement l’agriculture urbaine ou comme l’identifie nos collègues anglophone le « edible landscape » (les paysages comestibles). Activité de production revenant en force dans les grandes villes du Nord, mais restée toujours présente dans les villes du sud. Pour Luc Mougeot, du Centre de recherches pour le développement international, l’AU peut être décrit comme étant l’élevage d’animaux et la culture de plantes et d’arbres dont le produit est comestible ou non, de même que la transformation et la commercialisation des produits qui en sont tirés, lesquels sont destinés au marché urbain. Pour d’autres, c’est tout simplement l’action de produire des aliments en ville.

Parmi les mesures qui tendent à réduire la pauvreté et favoriser le développement social et économique, il a été démontré que l’agriculture urbaine joue un rôle important dans les pays en développement. Bien que celle-ci soit encore souvent considérée comme une activité temporaire ou marginale, elle améliore la situation économique ainsi que la santé de familles pauvres et vulnérables, et plus spécifiquement des femmes et des enfants.

La séparation urbanité ruralité est tellement bien consommée que la seule mention de l’expression agriculture urbaine fait sourire les décideurs. Pour eux, les termes « agriculture » et « urbanité » sont incompatibles, car ils ne peuvent que concevoir l’agriculture comme une activité intensive et industrielle. Pourtant, même Edgard Pisani, un acteur de la politique productiviste agricole française d’après-guerre, invite dans son ouvrage « Un vieil homme et la terre » à réinventer notre façon d’habiter la planète et de se nourrir.  Selon moi, l’agriculture urbaine et périurbaine – une agriculture de proximité – est un des éléments de cet appel à l’innovation sociale.

L’agriculture de proximité, dans les cours arrière des habitations, a été pratiquée de tout temps. Si au Moyen-âge c’était pour des questions de sécurité – il pouvait être dangereux de s’éloigner ou impossible de transporter sur de grandes distances-, à l’ère de l’industrialisation c’était pour offrir un petit espace aux paysans venant trouver du travail dans les manufactures. Les jardins ouvriers de France viennent de là. Après un déclin au 20e siècle, elle développe au 21e un nouveau visage. Elle s’inscrit dorénavant dans plusieurs luttes : contre la pauvreté, l’insécurité alimentaire [3], la justice alimentaire [4], l’exclusion sociale, le verdissement de la ville, etc. Elle devient aussi multiforme et prend d’assaut les toits, les balcons, les murs. Elle s’agrippe et s’insère dans l’espace urbain.  Elle prend aussi plusieurs noms : jardins ouvriers, jardins familiaux, jardins collectifs, jardins partagés, jardins communautaires, etc. Mais une seule caractéristique : produire des aliments frais.

Malgré qu’elle soit négligée et regardée de haut, l’agriculture urbaine est pratiquée par 800 millions de personnes à l’échelle mondiale. 200 millions d’entre elles feraient de la production marchande et 150 millions de personnes seraient employées à plein temps. Celles-ci produiraient approximativement 15 % des denrées alimentaires mondiales. L’homos urbanus agricola est présent partout de Mexico à Dakar ou Hanoï, mais aussi de New York à Berlin en passant par Chicago, Montréal, Toronto, Vancouver, Paris, Lyon, Marseille. À Berlin, ils seraient 80 000, tandis qu’à New York  il y a environ 1 000 jardins communautaires sur des terres publiques sans compter qu’il est possible d’y élever des poules. A Boston, le Boston Natural Areas Network s’occupe de plus de 150 jardins communautaires regroupant plus de 10 000 personnes. A Montréal, on estime à 12 000 à 15 000 personnes présentes dans le programme des jardins communautaires, tandis qu’environ 2 500 personnes s’impliqueraient dans les jardins collectifs.

La notion de développement durable est certainement un terme galvaudé, un concept-valise, mais il fédère l’ensemble des acteurs de la société. Ce concept peut, en outre,  servir de réflexion pour inclure de nouveaux éléments, tel que l’agriculture urbaine, dans la planification urbaine. Une planification qui s’inscrira dans la lutte à l’insécurité alimentaire des populations urbaines vulnérables, et souvent pauvres, et dans la mise en place d’une ville viable pour tous en offrant des solutions concrètes et applicables aux problèmes soulevés par le contexte urbain. Si les villes des pays industrialisés commencent tranquillement à le découvrir, les villes des pays en développement ne doivent pas perdre cette connaissance, malgré qu’elles doivent aussi faire face à des défis sanitaires importants autour de cet outil qu’est l’agriculture urbaine.

[1] J.L Satie, The economic journal, Vol. LXX, 1960

[2] Carnet de recherche de [VertigO] : http://vertigo.hypotheses.org/787

[3] Le concept de sécurité alimentaire fait référence à la disponibilité ainsi qu’à l’accès à la nourriture en quantité et en qualité suffisantes. La sécurité alimentaire comporte quatre dimensions: disponibilité (production intérieure, capacité d’importation, de stockage et aide alimentaire), accès (dépend du pouvoir d’achat et de l’infrastructure disponible), stabilité (des infrastructures mais aussi stabilité climatique et politique)  et salubrité, qualité (hygiène, principalement accès à l’eau). La sécurité alimentaire dépasse la notion d’autosuffisance alimentaire.

[4] Justice alimentaire – Le concept de justice alimentaire part du principe que l’accès à des aliments santé est une question de droits humains et qu’un accès restreint aux aliments dans une communauté est un indicateur de pauvreté.  La justice alimentaire va au-delà du plaidoyer et des services directs. Elle demande une réponse organisationnelle (telle qu’apportée par les jardins communautaires et collectifs) à la sécurité alimentaire, des réponses qui sont coordonnées et menées localement.

 

 

Eric Duchemin

Directeur scientifique et formation du Laboratoire sur l'agriculture urbaine (AULAB)

More Posts - Website