La crise syrienne au prisme latino-américain (Venezuela, Brésil et Argentine)

Profil Facebook d’un membre de la Fédération des Entités Arabes (FEARAB)
De mars 2011 à septembre 20…

Profil Facebook d’un membre de la Fédération des Entités Arabes (FEARAB)

Profil Facebook d’un membre de la Fédération des Entités Arabes (FEARAB)

De mars 2011 à septembre 2012, les positions des gouvernements latino-américains ont oscillé entre franche hostilité à l’égard des rebelles syriens et attachement à une solution négociée avec le régime. Rares sont ceux, tels le Chili ou le Mexique, qui ont clairement condamné les exactions du régime syrien.

Comment expliquer que les nations latino-américaines, qui ont pour la plupart subi des décennies de dictatures militaires, ne montrent pas davantage d’enthousiasme et d’empathie vis-à-vis de la révolution syrienne ?

Nous proposons d’analyser les positions de la diaspora syro-libanaise au Venezuela, au Brésil et en Argentine et de revenir sur la tournée du président Bachar al-Assad en Amérique latine (juin 2010) comme temps fort du rapprochement latino-syrien

La tournée latino-américaine du président Assad

Le processus de rapprochement politique entre l’Amérique Latine et le Moyen Orient entamé il y a une décennie porte aujourd’hui ses fruits dans le contexte de la crise syrienne. Les grands repères de la  chronologie des relations syro-latino-américaines sont les suivants :

  • 2001. Visite de Fidel Castro en Syrie.
  • 2003. Visites en Syrie des présidents vénézuélien Hugo Chávez et brésilien Luis Inacio Lula da Silva au lendemain de son élection.
  • 2005. 1er sommet Amérique du Sud – Pays Arabes (ASPA) à Brasilia (Brésil),
  • 2006. Seconde visite du président Chávez à Damas (Syrie).
  • 2009. Participation du président syrien au 2e Sommet ASPA à Doha (Qatar).
  • 2010. Damas soutien une médiation turco-brésilienne sur le nucléaire iranien.
  • 2010. Tournée du président Assad en Amérique latine  (juin), 3e visite du président Chávez à Damas (octobre).
  • 2011. Visite en octobre d’une délégation de l’Alliance Bolivarienne pour les Amériques (ALBA) à Damas en signe de soutien au régime. Abstention du Brésil au Conseil de Sécurité sur un projet de résolution condamnant la répression en Syrie.
  • Mars 2012. Le Brésil vote en faveur de la résolution du Conseil des droits de l’homme condamnant les exactions du régime ; Cuba, la Chine et la Russie s’y opposent.
  • Juillet 2012. Le Président Chávez condamne l’attentat contre les chefs sécuritaires du régime à Damas le 18 juillet et transmet ses condoléances au président Assad.

Les Latino-Américains se sont montrés proactifs dans l’établissement de relations interpersonnelles avec le chef de l’État syrien, identifié comme acteur central de tous les dossiers moyen-orientaux. Une certaine rivalité semble même émerger entre le Venezuela et le Brésil pour gagner les faveurs de Assad.

Ce n’est qu’en 2010, prenant acte de l’émergence des économies latino-américaines et conscient du capital de sympathie des Latino-américains pour « la cause arabe », que le président syrien se décide à visiter Caracas, La Havane, Brasilia puis Buenos Aires.

L’ambition de cette visite était triple : intensifier une coopération économique très inférieure à son potentiel, susciter une coordination politique des positions arabes et latino-américaines et réactiver les liens de la diaspora syro-libanaise avec la « mère patrie ».  Ces communautés, majoritairement chrétiennes, quittèrent l’Empire Ottoman dans la seconde moitié du 19e siècle à la recherche de conditions de vie plus favorables. Leurs descendants occupent aujourd’hui de hautes responsabilités dans les secteurs industriels, financiers et politiques.

Cette tournée fut un grand succès à tous égards. Au Venezuela, Bachar al-Assad a obtenu des accords de coopération dans des domaines stratégiques (création d’un fonds d’investissement, projet de construction d’une usine de raffinement en Syrie). À cette occasion, il a été décoré de l’ordre de « Grand Libérateur » Simon Bolivar en hommage à son action de résistance à l’impérialisme et de « libérateur du Nouveau Monde ».

Le président Chávez et son homologue syrien, décoré de l’ordre du libérateur et paré d’une réplique de l’épée de Bolivar.

Le président Chávez et son homologue syrien, décoré de l’ordre du libérateur et paré d’une réplique de l’épée de Bolivar.

À chaque étape,  le leader syrien s’est assuré un soutien politique sur les dossiers clé du Moyen-Orient : récupération du Golan, soutien à la cause palestinienne, condamnation d’Israël, droit légitime de l’Iran à l’acquisition du nucléaire civil. Cet appui, inconditionnel au Venezuela, tout acquis à la cause de « l’axe des intrépides » (H. Chávez), a pris la forme avec l’Argentine et le Brésil d’un soutien croisé, Buenos Aires obtenant un appui sur le dossier des Malouines et Brasilia un soutien à l’accession au Conseil de Sécurité de l’ONU.

Le chef de l’État syrien, en duo avec sa très active épouse, a également su séduire les opinions publiques, trouvant les mots pour rendre hommage aux héros des indépendances latino-américaines, dénonçant  l’impérialisme néo-colonial et flattant l’ego des « fils de la communauté syrienne » qui ont si brillamment réussi dans cette « autre Amérique ». La diaspora est ici traitée comme une sorte d’alter ego lointain, félicitée pour son succès, culpabilisée pour son oubli de la langue arabe.

Rencontre du président Assad avec la communauté syro-libanaise à Buenos Aires

Rencontre du président Assad avec la communauté syro-libanaise à Buenos Aires

La tournée latino-américaine porte aujourd’hui ses fruits. Caracas, en affrétant à trois reprises des navires chargés de plusieurs centaines de milliers de barils de pétrole à destination de la Syrie, mine les efforts d’isolement politique et d’asphyxie économique du régime.

Le pouvoir de séduction du couple présidentiel et la capacité du leader syrien à accréditer un certain récit anti-impérialiste de la politique au Moyen-Orient influencent fortement les capitales latino-américaines dans leur lecture des évènements syriens. La réactivation des liens avec la diaspora syro-libanaise joue dans le même sens.

La diaspora syro-libanaise

Le conflit syrien a conduit la diaspora syro-libanaise, relativement moins politisée que la diaspora palestinienne (Baeza 2010), à prendre majoritairement le parti du régime syrien. Un suivi des différents groupes présents sur les médias sociaux a permis d’observer les réactions communautaires à l’actualité syrienne. Les recherches ont porté en priorité sur les pays comptant la communauté syro-libanaises la plus significative : le Venezuela (un demi-million), l’Argentine (3.5 millions) et le Brésil (6 millions).

La grande majorité exprime des positions favorables au régime syrien. Tous sans exceptions rejettent en bloc toute forme d’intervention extérieure en Syrie, y compris les plus critiques à l’égard du régime. Le sens et l’intensité de ce positionnement varient cependant considérablement d’un pays à l’autre.

C’est au Venezuela que s’exprime de façon la plus caractéristique une vision anti-impérialiste « de gauche »  des relations internationales.

 Profil Facebook d’un des membres de la FEARAB Venezuela

Profil Facebook d’un des membres de la FEARAB Venezuela

Selon cette vision, le conflit syrien s’inscrit dans la continuité du plan américain post 11 septembre de Greater Middle East qui a conduit à l’invasion et à l’occupation successives de l’Irak, de l’Afghanistan, puis à l’opération de l’OTAN de Regime change en Lybie. En instaurant une continuité historique entre les évènements post 11 septembre et la crise syrienne, cette interprétation des faits refuse de reconnaître toute dimension endogène aux soulèvements arabes.

En Lybie comme en Syrie, des groupes armés « qataris, turcs, tunisiens et algériens » qui constituent « plus de la moitié » des forces rebelles participeraient à une « invasion multinationale du territoire syrien ». Cette vision anti-impérialiste de la crise syrienne puise très souvent ses sources dans des articles du « réseau Voltaire » (site relayant depuis les attentats du 11 septembre une vision de  l’actualité internationale faisant une grande place aux théories du complot).

Au Brésil, le positionnement communautaire apparaît moins idéologique. Une majorité silencieuse de la communauté se cantonne ainsi, au plus fort de la crise syrienne, à la célébration des aspects culinaires et musicaux de leur identité syrienne.

Cet apolitisme peut cependant se révéler trompeur. Un appel Facebook contre la guerre en Syrie (« Je dis NON à la guerre contre la Syrie ») a ainsi déclenché de virulentes réactions : dénonciation des ingérences américaines et israéliennes et accusation de génocide du peuple syrien, soutien au régime, rejet des « printemps infernaux » et réquisitoire contre la Turquie.  La focalisation sur le rôle négatif de la Turquie, réminiscence d’une  communauté ayant fui le joug Ottoman, apparaît comme une spécificité de la communauté brésilienne.

En Argentine, la communauté se montre dans sa grande majorité pro-régime. S’il existe quelques groupes favorables à la révolution syrienne, ils sont minoritaires et souvent situés en province. Les partisans les plus radicaux du régime sont les membres de la FEARAB argentine (Fédération des Entités Argentino-Arabes). Le soutien au régime y prend les formes les plus va-t’en guerre (« celui qui s’en prendra a l’armée syrienne aura la main coupée »).

L’Armée Syrienne Libre (ASL) est qualifiée tour à tour de « bande d’ânes bâtés », de « rats » ou « d’escadrons de la mort ». Plus récemment, le surnom très politique de « Contras » assimile l’ASL aux milices contre-révolutionnaires financées par les américains au Nicaragua dans les années 1980.

Fait révélateur pour un groupe très pro-palestinien, l’annonce de la distanciation du Hamas vis-à-vis du régime syrien a conduit certains membres à qualifier Khaled Meschaal d’ « ingrat », de « traître à la cause palestinienne » et de « vendu aux Israéliens ».

Les théories du complot les plus élaborées sont mobilisées : ainsi, de fausses chaînes d’information commanditées par Washington et l’OTAN diffuseraient des images montées en studio de la crise syrienne. Les individus exprimant une opinion dissidente sont qualifiés de vendus aux « ennemis des Arabes », de semeurs de discorde ou d’ignorants.

Plusieurs facteurs permettent d’expliquer ce positionnement : un fort sentiment anti-américain, l’importance historique du Parti Syrien National Social (PSNS) et l’existence d’une communauté alaouite ancienne et organisée en Argentine.

Antoun Saadeh, figure libanaise de l’anti-colonialisme arabe et fondateur du PSNS au Brésil en 1932, a vécu en exil en Argentine de 1939 à 1947. La communauté syro-libanaise rend chaque année hommage à la mémoire du penseur et commémore la fondation du Parti. La pensée de l’intellectuel semble y avoir été cristallisée sous une forme idéaliste très éloignée des réalités historiques des régimes baathistes.

Le prisme anti-impérialiste est si puissant en Argentine qu’il a conduit les Mères de la place de Mai, emblème de la résistance civile à l’une des pires dictatures d’Amérique Latine, à publier en 2006 une compilation des écrits de Saddam Hussein, considéré comme un  résistant à l’impérialisme américain.

Invitations Facebook à « commémorer le jour de la Résistance et de la Loyauté » et la fondation du PSNS.

Invitations Facebook à « commémorer le jour de la Résistance et de la Loyauté » et la fondation du PSNS.

La présence d’une communauté alaouite ancienne et institutionnalisée constitue une autre spécificité peu connue. L’association pan alaouite islamique de bienfaisance a ainsi été fondée dès 1924 à Buenos Aires. Une kyrielle d’autres associations de bienfaisance ont ensuite vu le jour dans un but de diffusion de la foi. Enfin, d’autres organisations religieuses à connotation plus politique ont été créées pour sensibiliser l’opinion en faveur des positions du régime iranien (l’Organisation Islam et l’association argentino-islamique – l’ASAI). Takbir TV, très présent et actif sur les medias sociaux de la communauté, poursuit le même objectif.

Conclusion

Au Venezuela, l’idéologie anti-impérialiste semble être le déterminant principal des positions tant gouvernementales que communautaires. En Argentine, l’influence historique du PSNS,  l’existence d’une diaspora alaouite organisée et un fort sentiment anti-américain se conjuguent pour expliquer un soutien très marqué au régime. Au Brésil, l’ensemble de ces éléments joue de manière beaucoup plus atténuée, laissant une marge à la diplomatie brésilienne pour condamner les exactions sans toutefois soutenir d’intervention extérieure.

L’absence d’interrogations sur les causes du soulèvement syrien est un trait caractéristique des discussions communautaires sur la crise syrienne. Les débats tournent toujours à une discussion générale de relations internationales, déconnectée des réalités historiques propres à la Syrie.

Tout se passe comme si la souveraineté du peuple syrien, si souvent invoquée contre les ingérences extérieures, était dépourvue de tout volet interne : la question démocratique n’est ainsi jamais posée. Le grand absent de ces débats est in fine le peuple syrien lui-même, paradoxe majeur pour une communauté diasporique, a fortiori lorsqu’elle est marquée à gauche.

Bibliographie

  • Baeza, Cecilia, 2010 :  Les Palestiniens d’Amérique Latine et la cause palestinienne (Chili, Brésil, Honduras – 1920-2010), Thèse de Doctorat en Science Politique (Relations internationales), Paris, IEP, 589 p.
Pour citer ce billet : Janaina Herrera, « La crise syrienne au prisme latino-américain (Venezuela, Brésil et Argentine) », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypothèses.org), 14 septembre 2012. [En ligne] http://ifpo.hypotheses.org/4144

Janaina Herrera a servi comme diplomate française de 2003 à 2010, dont trois années en poste au Liban en tant que 1re secrétaire à la chancellerie politique. En 2011, elle a co-fondé à Beyrouth « New Generation Consulting » (NGC), un think tank consacré à l’Amérique Latine et au Moyen-Orient.
Ancienne élève de Sciences po et l’ENA, elle a la double nationalité franco-chilienne.

New Generation Consulting est un cabinet d’étude consacré aux relations diplomatiques et au développement durable en Amérique Latine et au Moyen Orient. NGC s’intéresse plus particulièrement aux échanges Sud-Sud entre les deux régions  et souhaite contribuer au renforcement de ces relations (intensification du dialogue politique, activation des liens diasporiques, gestion durable des ressources naturelles).

Janaina Herrera

Janaina Herrera a servi comme diplomate française de 2003 à 2010, dont trois années en poste au Liban en tant que 1ère secrétaire à la chancellerie politique. En 2011, elle a cofondé à Beyrouth « New Generation Consulting » (NGC), un think tank consacré à l’Amérique Latine et au Moyen-Orient. Ancienne élève de Sciences po et l’ENA, elle a la double nationalité franco-chilienne.

More Posts - Website

La convention, le rebond… l’élection.

Chaque convention nationale permet de donner (ou d’essayer de donner) une unité du parti, à tr…

Chaque convention nationale permet de donner (ou d’essayer de donner) une unité du parti, à travers la fédération, de toutes les factions du parti. Cela se fait notamment autour de l’adoption de la plate-forme du parti: l’exclusion des délégués contestataires de Ron Paul durant la convention républicaine, ou la réintégration de la place de Jérusalem dans la géopolitique moyen-orientale lors de la convention démocrate, témoignent de cette volonté de rallier toutes les franges du parti, ou  à défaut, de les éloigner pour qu’elles ne ternissent l’image unitaire du parti.

Les conventions nationales constituent un tremplin pour le Ticket officiellement désigné : en règle générale il fait un bond considérable dans les sondages. C’est d’ailleurs ce rebond qui a permis, en 2004, à George W. Bush de passer devant John Kerry, dont la crédibilité commençait de toute manière à s’éroder sous l’effet des premières campagnes publicitaires du Swift Boat Veterans for Truth. En 2008, John McCain a également bénéficié de cet effet-rebond, dans la foulée de la très médiatisée nomination de Sarah Palin comme colistière.

Le “rebond de convention” dans les sondages 1964-2012

Convention démocrate Convention Républicaine
Année Convention Candidat investi Rebond
%
Convention Candidat investi Rebond
%
2012 Sept. 3-6 Barack Obama xx Aug. 27-30 Mitt Romney xx
2008* Aug. 25-28 Barack Obama 4 Sept. 1-4 John McCain 6
2004 July 26-29 John Kerry -1 Aug 30-Sep 2 George W. Bush 2
2000 Aug. 14-17 Al Gore 8 Jul 31-Aug 3 George W. Bush 8
1996 Aug. 26-29 Bill Clinton 5 Aug. 12-15 Bob Dole 3
1992 July 13-16 Bill Clinton 16 Aug. 17-20 George Bush 5
1988 July 18-21 Mike Dukakis 7 Aug. 15-18 George Bush 6
1984 July 16-19 Walter Mondale 9 Aug. 20-23 Ronald Reagan 4
1980 Aug. 11-14 Jimmy Carter 10 July 14-17 Ronald Reagan 8
1976 July 12-15 Jimmy Carter 9 Aug. 16-19 Gerald Ford 5
1972 July 10-13 George McGovern 0 Aug. 21-23 Richard Nixon 7
1968 Aug. 26-29 Hubert Humphrey 2 Aug. 5-8 Richard Nixon 5
1964 Aug. 24-27 Lyndon Johnson 3 July 13-16 Barry Goldwater 5
 source: The American Presidency Project

Le Ticket Romney-Ryan espérait sans aucun doute surfer sur une vague similaire. La biographie et le discours d’acceptation de Romney, le discours de Marco Rubio ou celui de Jebb Bush, l’allocution remarquée de la seule “survivante” (politiquement s’entend) de l’Administration Bush Condoleezza Rice, ont été occultés par l’étrange prestation de Clint Eastwood, dont les médias et les émissions d’humour se sont emparés, aux dépens du rebond tant attendu.

Il y a bien eu un rebond dans les sondages pour le ticket républicain (voir ici) que Nate Silver a tenté d’extrapoler.

À la suite de la convention démocrate, dans la foulée d’un discours spectaculaire de Bill Clinton, en appui à Barack Obama, et d’un discours plus mitigé de Barack Obama lui-même, les sondeurs ont enregistré pratiquement immédiatement un rebond dans les sondages.

Et malgré des chiffres défavorables concernant l’emploi, Barack Obama paraît consolider son avantage:

source: http://www.gallup.com/poll/150743/Obama-Romney.aspx

 

Comme l’explique Nate Silver, un rebond ne garantit pas l’élection. Parfois, seule une semaine de couverture médiatique intensive permet au candidat concerné de bénéficier d’un léger avantage dans les sondages mais ne va pas au-delà. D’autres fois au contraire, l’avantage gagné à la suite de la convention est acquis: cela a été le cas pour George W. Bush en 2004, dont le rebond post-convention s’est maintenu jusqu’à l’élection.

 

————————————————————————

Sources :

Les élections américaines 2012, site web, http://www.usa2012.uqam.ca/
Élisabeth Vallet, Le Duel, Septentrion 2008, rééd. 2012
Élisabeth Vallet et David Grondin, Les élections présidentielles américaines, Presses de l’Université du Québec, 2004.

Une course serrée? Les États pivots au coeur de la campagne

Le système de scrutin (suffrage universel indirect, grands électeurs attribués par État, poids du …

Le système de scrutin (suffrage universel indirect, grands électeurs attribués par État, poids du Winner-take-all) a pour effet de figer le plus souvent la carte électorale qui présente en fait une grande stabilité d’une élection à l’autre, n’évoluant que de manière cyclique, lentement, presque de manière décennale.

 

Barack Obama a pourtant , en 2008, emporté des États qu’aucun Démocrate n’avait gagné (Virginie, Caroline du Nord, Indiana, Colorado) auparavant et il a obtenu les suffrages d’États traditionnellement volatiles comme la Floride et l’Ohio.

Ils appartiennent à la catégorie des États pivots, ces États remportés par une faible marge (en général et à quelques exceptions près inférieure à cinq points) lors des élections précédentes. Plus fragiles, moins stables, ils sont donc plus susceptibles de basculer d’un côté ou de l’autre. Ils ont également pour eux qu’ils représentent un large bassin de grands électeurs.

En 2012, une douzaine d’États entre dans cette catégorie. Sept États détiennent, ensemble, la clé de l’élection avec un total de 85 grands électeurs : le Colorado, la Floride, l’Iowa, le Nevada, le New Hampshire, l’Ohio et la Virginie. On ajoute le plus souvent le Michigan, la Caroline du Nord, la Pennsylvanie, le Nouveau Mexique et l’Indiana.

Et au lendemain de la convention républicaine, à la veille de la convention démocrate, la course paraît serrée:

source: http://www.knowtex.com/nav/election-presidentielle-aux-etats-unis_36068

 Deux éléments viennent brouiller les cartes. D’un côté, la répartition des grands électeurs est proportionnelle à la démographie et, sur la base du recensement décennale cette redéfinition est véritablement favorable aux Républicains. D’autre part, la réforme de l’identification de l’électeur dans un grand nombre d’États pourrait avoir une incidence sur le taux de participation et le taux de votes valides. Comme le dirait le professeur Rick Hasen, le spectre de l’élection de 2000 n’est jamais très loin.

La vice-présidence, strapontin ou tremplin?

Jusqu’à la fin du 19 siècle, la vice-présidence est une institution accessoire, pratiquement insigni…

Jusqu’à la fin du 19 siècle, la vice-présidence est une institution accessoire, pratiquement insignifiante. À la mort de Franklin D. Roosevelt, le vice-président Harry Truman accède à la présidence: il n’a même pas été informé de l’existence du projet Manhattan sur la bombe atomique. Dans le même ordre d’idées, le vice-président Johnson n’est pas convié à assister aux réunions des conseillers de JFK qui, pendant treize jours (voir le film du même nom, très fidèle à la réalité), discutent de la résolution de la crise des Missiles en 1962. Il succède pourtant à J.F. Kennedy un an plus tard, à bord d’Air Force One qui ramène le corps du président assassiné de Dallas.

En fait, avec les problèmes de santé de Dwight Eisenhower en 1955 et de l’assassinat de Kennedy en 1963, le poids du vice-président s’accroît véritablement. Alors que l’on ne voyait dans en lui qu’un atout électoral (le complément du candidat à la présidence), il devient véritablement le second timonier de l’administration en place.

Cette évolution est particulièrement patente sous George W. Bush puisque son vice-président, Dick Cheney, a eu une influence déterminante sur les politiques gouvernementales, à commencer par l’intervention américaine en Irak.

Cette influence croissante du vice-président n’est toutefois pas complètement irréversible et l’on peut tout à fait imaginer qu’en raison de la personnalité du président et du vice-président, ou des circonstances, le vice-président soit moins influent sur le plan décisionnel que son prédécesseur. Mais il demeure celui qui devra prendre la présidence en cas d’empêchement du chef de l’État ou de vacance du poste. C’est pour cela que le choix exprimé à la convention – par le candidat à la présidence – est déterminant et c’est un des arguments – l’absence d’envergure présidentielle – qui a sans aucun doute nuit à Sarah Palin en 2008 malgré une entrée en scène remarquée.

De quelle expérience disposent ceux qui, si l’Histoire avait été autre, auraient pu prendre les rênes du pays en cas de vacance du pouvoir?

Le Washington Post a élaboré une infographie:

que l’on retrouve sous un angle différent dans le New York Times:

Et s’il ne fallait lire qu’une seule référence sur le sujet, ce serait le texte de Karine Prémont, primé, dans la revue canadienne de science politique:

Karine Prémont, «La vice-présidence américaine contemporaine: une école pour la présidence?», Revue canadienne de science politique, 41, 2008, p 953-972.

Et dans une version moins universitaire, ici.

 

Le rhum : une boisson identitaire

“Celui qui fait le rhum, c’est un homme intelligent,
Celui qui fait le vin, c’est …

“Celui qui fait le rhum, c’est un homme intelligent,
Celui qui fait le vin, c’est un homme insignifiant”
chantent à l’occasion les femmes guadeloupéennes.
En Guadeloupe, boire un ti pété pié, un “petit qui casse les jambes”, un lodifé, de “l’eau de feu”, ou un punch, enfin boire du rhum sous quelques formes que ce soit est un acte identitaire. L’identité guadeloupéenne est construite, entre autres, sur l’opposition rhum/vin. Le culte des ancêtres et la religion chrétienne s’entremêlent pour orienter le comportement à boire des acteurs de la société guadeloupéenne : libations de rhum et libations d’eau alternent dans les moments de rituels et dans les gestes quotidiens. De plus, les façons de boire des hommes et des femmes stigmatisent leurs places respectives dans l’univers religieux.

Pour en savoir plus :

La canne à sucre

Des articles :
« Les temps du rhum en Guadeloupe », Diana Rey-Hulman, Terrain n° 13, Boire (texte intégral).
“La boisson des ethnologues”. Claudine Fabre-Vassas, Terrain n° 13, Boire (texte intégral).

Sites et Blogs :
Le rhum de Guadeloupe, la fabrication du rhum, la route du rhum.

A voir :
Le musée du rhum de Guadeloupe.

Obamacare: SCOTUS v. POTUS

 Jefferson voyait la Constitution comme un texte vivant, susceptible de s’adapter aux circonstances…

 Jefferson voyait la Constitution comme un texte vivant, susceptible de s’adapter aux circonstances et aux évolutions sociétales. Néanmoins, même si l’on reconnaît la suprématie du pouvoir juridictionnel, seul interprète autorisé de la Constitution, les pratiques constitutionnelles demeurent déterminantes : le droit constitutionnel est donc le fait d’une pluralité d’acteurs. Ainsi, plusieurs fois les États-Unis ont changé « d’État sans changer de constitution » (Zoller 2001: 166). La grande plasticité de ce texte fondamental repose donc sur l’interprétation qu’en font les institutions. Selon que l’on place ou non la Cour au centre du jeu, il y a deux lectures du rôle de la Cour suprême. : l’une restrictive est identifiée comme « strict constructionism », l’autre extensive, est dite d’activisme judiciaire. Toutefois, quelles que soient les écoles de pensée, force est de constater que, globalement, au travers de l’histoire américaine, le nombre de chocs frontaux entre le président et la Cour suprême demeure relativement bas. La Cour invalide le plus fréquemment des décisions de politique intérieure et se montre généralement plus réservée en politique étrangère (Vallet 2012). Dans ce dernier cas de figure, la plupart du temps, elle va se satisfaire d’un mandat général pour valider les actes du président. Il y a, entre le juge et le président, une différence de taille : seul le président incarne véritablement la souveraineté populaire puisqu’il est le seul à disposer de la légitimité démocratique. C’est ce qui fonde sans nul doute la prudence du juge et sa déférence. Toutefois, sous l’empire du régime des checks and balances, la Cour a défini les limites de la présidence : elle a admis que le président pouvait outrepasser ses pouvoirs traditionnels et constitutionnels pour recourir à des pouvoirs implicites ou inhérents lorsqu’une situation de crise le justifiait (Gerhardt 2002: 277)  Plus encore le fait que ses décisions ne bénéficient parfois que d’une autorité de facto relative de la chose jugée a conduit des observateurs à dire que « la Cour est la moins dangereuse de toutes les branches [de gouvernement] car la mise en œuvre de ses décisions dépend de la bonne volonté d’autres institutions » (McGuire et Stimson 2004: 1018). Hamilton disait d’ailleurs qu’elle « n’a d’influence ni sur l’épée, ni sur le porte-monnaie » (The Federalist 78). C’est sans doute ce qui la rend prudente.

De façon générale, la plupart des observateurs conviennent que la Cour suprême a constamment fait pencher la balance des pouvoirs en faveur du président. En ce sens, les présidents modernes ont compris la puissance que leur conférait le pouvoir de nomination en les dotant de la faculté d’influencer les politiques et de façonner indirectement la politique. Tandis que l’institutionnalisation de la présidence conduit la Maison Blanche à intervenir sans cesse dans la formulation et la mise en œuvre des politiques, ce sont souvent les services de la Maison blanche qui, dans les années récentes, ont effectué tout un travail de filtrage afin d’identifier des candidats potentiels à la magistrature puis de monter un dossier solide pour obtenir la confirmation sénatoriale. Au demeurant, bien qu’on parle relativement peu, le président exerce un pouvoir déterminant à travers la nomination des nombreux juges des cours fédérales de district et des cours d’appel. Il les nomme à vie, sous réserve de confirmation par le Sénat. Il a donc le pouvoir d’influencer durablement la jurisprudence fédérale en choisissant soigneusement ses nominations. Bien entendu, la Cour suprême, qui assure l’unité du droit, constitue la clé de voûte de cette influence sur les normes juridiques. Le président nomme donc ces neuf juges et parmi eux le juge en chef. Puisque le président nomme ces juges à vie, il dispose véritablement de « la faculté d’influencer le cours des affaires nationales pour un quart de siècle après la fin de son mandat »(O’Brien 1998 : 68). Aujourd’hui la majorité des neufs juges qui siègent à la Cour suprême ont été nommés par un président républicain. Il ne faut donc pas sous-estimer le pouvoir dont est ainsi doté le président. Toutefois, si les trois quarts des juges s’inscrivent dans la ligne politique et idéologique des présidents qui les ont nommés, un quart en ont dévié (Scigliano 1971). Ainsi, cette incidence indirecte du président sur la structure sociale, via la jurisprudence de la Cour suprême, a ses limites. Les juges tendent en effet à s’émanciper de la tutelle idéologique de l’autorité qui les a nommé. Le fait qu’ils soient nommés à vie est d’ailleurs, dans l’esprit des Pères fondateurs, la garantie de leur indépendance. C’est ainsi que Theodore Roosevelt faisait fréquemment part de son amertume à l’égard d’Oliver Wendell Holmes, qu’il avait nommé à la Cour suprême. De même, lorsque l’on demandait à Dwight Eisenhower s’il avait commis des erreurs durant ses mandats, sa réponse était « oui, deux, elles siègent toutes les deux à la Cour suprême » (Abraham 1999: 200). Truman disait de la même manière que sa nomination de Tom Clark à la Cour suprême était sa plus grande méprise : « je ne peux me souvenir d’une seule bonne décision de sa part » (O’Brien : 122). Il ajoutait « dès lors que vous nommez quelqu’un à la Cour, il cesse d’être votre ami » (Truman). C’est cette indépendance qui a permis à la Cour suprême de progressivement définir et délimiter l’étendue du pouvoir présidentiel.

Il est irréaliste, comme le souligne le juge Scalia, « de parler de la Cour suprême comme d’une institution figée, immuable » ; il s’agit plutôt d’une instance qui « reflète nécessairement et d’une manière ou d’une autre l’état de la société dans laquelle elle s’inscrit  » (O’Brien : 343). Même dans le cas où la Haute juridiction s’est opposée au président, comme lors du Watergate, il convient de souligner le fait que la Cour n’a véritablement agi « que lorsque la presse, l’opinion publique et le Congrès en étaient déjà aux armes » (Cronin 264). Il ne faut donc pas surestimer le pouvoir dont dispose le président, d’influer sur la société américaine à travers la nomination des juges à la Cour suprême. En effet, la Haute juridiction a fait preuve d’une grande sensibilité aux réalités sociales (McGuire, Stimson 2004: 1018) : c’est ce qui fait d’elle la moins dangereuse de toutes les branches du pouvoir aux États-Unis.

Adapté d’après La présidence des États-Unis, PUQ.

Abraham Henry J. (1999), Justices, Presidents and Senators : A History of U.S. Supreme Court Appointments from Washington to Clinton, Lanham, Rowman and Littlefield.

Dahl Robert (1957), « Decision-Making in a Democracy : The Supreme Court as a National Policy-maker », Journal of Public Law, Vol.6, N°2, p.279-295.

Dworkin Ronald (1994), L’empire du droit, Paris, PUF.

Gates John (1987), « Partisan Realignment, Unconstitutional State Policies, and the U.S. Supreme Court, 1837-1964 », American Journal of Political Science, Vol.31, No2, p.259-280.

Gerhardt Michael J. (2002), « Crisis and Constitutionalism », Montana Law Review, Été, No63, p.277 et suiv.

Hamilton (1788). « The Federalist No. 78 », dans Garry Wills (1982). The Federalist Papers by Alexander Hamilton, James Madison and John Jay, New York, Bantam Books, p. 393.

Jèze Gaston (1913), « De la force de vérité légale attachée par la loi à l’acte juridictionnel », Revue du droit public.

Link Michael W. (1995), « Tracking Public in the Supreme Court : Cross-Time Analyses of Criminal Procedure and Civil Rights Cases », Political Research Quarterly, Vol.48, N°1, p.61-78.

Maltese John Anthony , « The Presidency and the Judiciary », dans Michael Nelson, op.cit., p.500-501.

McGuire Kevin T. et James A. Stimson (2004), « The Least Dangerous Branch Revisited : New Evidence on Supreme Court Responsiveness to Public Preferences », The Journal of Politics, Vol.66, No4, Novembre, p.1018-1035.

O’Brien David (1988), « The Reagan Judges : His Most Enduring Legacy? », dans Charles O. Jones (ed.), The Reagan Legacy, Chatham, Chatham House, p.68.

Prélot Marcel (1964), dans Edgar Faure et Louis Trotabas, L’État, Paris, Encyclopédie française, Tome X, 1964, page 207.

Scigliano Robert (1971), The Supreme Court and the President, New York, The Free Press.

Troper  Michel (1995), « La liberté d’interprétation du juge constitutionnel », Interprétation et droit, Bruxelles, Bruylant.

Truman Harry (1959), Leçons William Radner sur la Constitution, Université Columbia, New York, 28 avril, Truman Presidential Museum &Library, Independence, Missouri. : PR 28 SR75-2. enregistré par WKCR (28 min.).

Zoller Elisabeth (2001), « Le rôle de la Cour suprême dans le système américain de gouvernement », Mélanges Waline, Dalloz.

Les religions au Brésil en 2010

L’IBGE (Institut brésilien de Géographie et Statistique) a publié le 29 Juin 2012 les données …

L’IBGE (Institut brésilien de Géographie et Statistique) a publié le 29 Juin 2012 les données du Recensement de 2010 sur les religions (données de l’enquête détaillée par échantillon). Ses responsables de la communication, commentant ces résultats ont souligné certains des changements qui ont eu lieu depuis le dernier recensement, en 2000, le principal étant le déclin de l’Église catholique et la croissance des religions évangéliques et du nombre de personnes qui prétendent n’avoir aucune religion. Quelques cartes ont été présentées, mais les données sont si riches que leur dimension territoriale – la répartition des religions dans le pays – peut être approfondie. Les cartes suivantes1 ont été élaborées à partir du tableau de données 1489 (Population résidente, par religion, couleur de peau et sexe, Résultats généraux de l’échantillon), à l’échelle des micro-régions (elles sont 558 dans tout le pays)2.

Tableau 1 – Les religions au Brésil en 2010
IBGE, Censo demográfico 2010

Les religions principales
Les grandes religions étaient en 2010, comme l’indique le tableau ci-dessus, l’Église catholique (romaine) et les diverses religions protestantes, puis le groupe qui a déclaré n’avoir «aucune religion». Les trois premières cartes les localisent, en utilisant la même échelle pour les rendre comparables.
Catholiques
Le catholicisme reste dominant dans le Nordeste et dans les régions d’agriculture paysanne du Sud mais dans les grandes villes il ne représente pas plus de deux tiers de la population et même, dans le cas de Rio de Janeiro, la moitié.
Protestants évangéliques
Le public des religions évangéliques est essentiellement urbain, avec une présence plus forte à Rio de Janeiro qu’à São Paulo
Sans religion

Le «sans religion» sont également plus nombreux en milieu urbain et à Rio de Janeiro qu’à São Paulo
Géographies différenciées
Les autres religions n’ont pas le même poids en chiffres absolus, mais certaines présentent des configurations spatiales différenciées, révélées par les cartes ci-dessous, qui ne sont pas comparables avec les trois premières, ni entre eux, parce que leurs effectifs absolus sont à des échelles différentes, adaptées au nombre de fidèles de chaque religion .
Judaïsme
Le judaïsme est une autre religion région urbaine, cette fois c’est São Paulo qui se distingue, avec plus de 44 000 personnes, soit près du double de Rio de Janeiro.
Islam
Les musulmans se concentrent principalement à São Paulo et à Foz do Iguaçu, sur la Triple Frontière Brésil – Argentine – Paraguay.
Candomblé
Les fidèles du Candomblé (religion afro-brésilienne) sont nombreux – comme on pouvait s’y attendre – à Bahia, mais plus encore à Rio de Janeiro
Umbanda
L’Umbanda (autre religion afro-brésilienne) est présente, avec le Candomblé, à Rio de Janeiro, mais son foyer principal est le Rio Grande do Sul, dans la capitale et la partie sud de l’État.
Spiritistes
La répartition des Spiritistes, à part une concentration dans le Rio Grande do Sul similaire à celle de l’Umbanda, dessine un axe Janeiro Rio de Janeiro – São Paulo – Brasilia.
Traditions ésotériques

Brasilia est clairement – au moins en proportion – la capitale brésilienne de l’ésotérisme .
Traditions indigènes
La répartition des fidèles des traditions indigènes suit évidemment celle des Indiens eux-mêmes, concentrés principalement en Amazonie.
Typologies
Deux techniques statistiques permettent la construction de typologies – et de cartes – indiquant quelle religion occupe une place particulière dans chaque région et la différencie des autres, sans être nécessairement en position dominante puisque le catholiques restent partout les plus nombreux.
CAH
La Classification Hiérarchique Ascendante (CAH) construit des groupes de régions de même profil, dont la composition est expliquée par le graphique situé au-dessous de la carte, où chaque groupe apparaît avec des valeurs supérieures à la moyenne (barre vers la droite) ou au-dessous de celle-ci (barre vers la gauche) pour chaque religion. La carte confirme la bonne résistance du catholicisme dans le Nordeste et le sud intérieur (en dehors de la Campanha Gaúcha du sud du Rio Grande do Sul, marquée par l’Umbanda). Dans le reste du pays apparaît la force des évangéliques sauf dans de petites zones marquées par l’Islam (une région), l’Umbanda et le Candomblé (13 régions), les traditions indigènes (6 régions) et l’absence de religion, conjointement avec les évangéliques (3 régions) .
Analyse factorielle

L’analyse factorielle groupe les variables analysées –ici les religions – selon les similitudes ou les différences de leur distribution statistique et géographique, au long d’axes qui rendent compte de ces variations, de manière décroissante. Le premier axe de la figure centrale du graphique, qui se lit de gauche à droite, représente près de 40% de la variabilité et oppose à la religion catholique à tous les autres: la carte du haut de la figure, construit à partir de la position des régions sur cet axe, fait apparaître à nouveau les bastions du catholicisme dans le Nordeste et du Sud. L’axe deux, qui se lit de haut en bas et représente 16,65% de la variabilité, nuance la distribution des «autres» religions, il regroupe d’un côté Umbanda/Candomblé, Islam et judaïsme (groupe du haut du graphique et couleurs chaudes sur la carte du bas), d’autre part les évangéliques, les sans-religion et les traditions indigènes (bas du graphique et des couleurs froides sur la carte). Les deux groupes ont leurs bases principales dans les grandes villes mais la première et la plus répandue dans le Sud et le Centre-Ouest, la seconde dans le Nord et le Nord.
Évolution 2000-2010
Quel est l’impact territorial de la tendance générale de croissance des religions évangéliques et de reflux du catholicisme? Les cartes suivantes analysent cet aspect, une fois éliminé l’effet de la croissance démographique et en faisant la moyenne de chaque région avec ses voisins, afin de renforcer les cohérences régionales en éliminant les phénomènes purement locaux.
Variation 2000-2010 de la religion catholique
Le reflux du catholicisme est général (valeurs négatives dans toutes les régions), mais est plus prononcé dans les grandes villes et sur les fronts pionniers amazoniens, le long de l’”arc de la déforestation” et au-delà. Il semble y avoir une certaine co-incidence entre la religion protestante et l’esprit pionnier, qui devra être étudié plus avant.
Variation 2000-2010 des religions évangéliques
Les progrès des religions évangéliques sont – de façon symétrique du reflux du catholicisme – visibles dans toutes les régions du pays, mais surtout en Acre, dans le sud du Minas Gerais et surtout dans le Nordeste.

Notes

1) Publiées originellement dans la rubrique “images commentées” de Confins, sous un pseudonyme, selon l’usage brésilien de ne pas publier dans une revue quand on en est le rédacteur en chef: René Somain, « Religiões no Brasil em 2010 », Confins 15 | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2012, URL : http://confins.revues.org/7785 , DOI : 10.4000/confins.7785

2) Ces cartes ont été ébauchées sous les logiciels Philcarto, écrit par Philippe Waniez, et Cartes et Données, du groupe Articque, disponibls gratuitement et respectivament sur les sites http://philcarto.free.fr/  et http://www.geocampus.com/fr/solutions-international/solutions-international-cartes-et-donnees-pro.html

 

Atlas de l’esclavage rural au Brésil

La persistance de cas d’esclavage rural au Brésil, en plein XXIe siècle, met en lumière la contradic…

La persistance de cas d’esclavage rural au Brésil, en plein XXIe siècle, met en lumière la contradiction profonde entre le niveau de développement atteint par le pays dans de nombreux domaines la persistances d’archaïsmes inacceptables. L’Atlas do trabalho escravo réalisé pour l’OIT et publié sur le site des Amigos da Terra Amazônia (référence en bibliographie ci-dessous) examine les formes contemporaines de l’esclavage dans certaines régions rurales du Brésil, où les travailleurs exécutent des tâches pénibles dans des conditions inhumaines, sans recevoir un paiement approprié pour leur travail et surtout sans pouvoir le quitter librement: c’est la privation de liberté qui constitue l’esclavage, il est condamné par la loi brésilienne et c’est sur cette base légale que l’OIT fonde son action et a pu financer la recherche dont est né l’atlas.

Celle-ci visait à comprendre la distribution du phénomène au Brésil, à d’identifier les situa-tions qui favorisent ou inhibent l’esclavage des travailleurs et à construire des indices synthé-tiques évaluant la probabilité de présence d’esclaves et la vulnérabilité au recrutement. Deux bases de données sur le travail esclave sont les principales sources de connaissance et de me-sure de ce phénomène : celles de la Commission pastorale de la terre (CPT) et du Ministère du Travail et de l’Emploi (MTE). La CPT a été à l’origine du processus, puisque depuis les années 1980 elle enregistre les dénonciations de cas de travail forcé, pratiquement ignorés par l’État jusqu’en 1995, lorsque le ministère du Travail a commencé à inspecter les cas signalés. En 1995, il a créé le groupe spécial d’inspection mobile qui, avec l’aide et la protection de la police fédérale, se rend sur les lieux où lui ont été signalés des cas d’esclavage. S’ils sont avé-rés, les travailleurs sont libérés, des amendes infligées à l’employeur, qui doit effectuer im-médiatement le paiement des salaires et des impôts. Ensuite, les travailleurs sont renvoyés à leurs lieux d’origine, les coûts du voyage étant de la responsabilité de l’employeur, et ils peu-vent bénéficier de l’assurance chômage (pour quelques mois).

Les données du MTE ont donc trait aux cas dans lesquels le travail esclave a été prouvé, ils indiquent le nombre de travailleurs libérés par le groupe mobile de 1995 à 2008. Le nombre réel de travailleurs esclaves est certainement plus élevé, car il n’est pas possible de vérifier toutes les plaintes et, dans certains cas, les opérations échouent parce qu’une fuite se produit, et que les contrôleurs et la police sont souvent devancés par les propriétaires qui, ayant eu connaissance de l’enquête, ont eu le temps de préparer le terrain. Entre 1990 et 2006, la CPT a enregistré  des dénonciations concernant de 133 656 travailleurs forcés et entre 1995 et 2006, le département du Travail a libéré de l’esclavage 17 961 travailleurs dans  onze États de la fédération brésilienne.

L’analyse des lieux de naissance montre que les travailleurs libérés proviennent de tout le pays, à l’exception des états situés à l’extrême ouest, très peu peuplés. Il apparaît cependant une importante zone dans les états de Maranhão, du Piauí, dans le nord du Tocantins (région con-nue sous le nom de “bec de perroquet”) et dans le nord-est du Pará. Un deuxième groupe est originaire du “polygone de la sécheresse”, principalement du nord-nord-ouest du Minas Gerais et des régions centrale et occidentale de Bahia.

Les cas connus

Les cas connus

La concentration des communes où ont eu lieu des libérations de travailleurs esclaves est plus nette encore. Certes le phénomène est présent dans 22 États du Brésil, même les plus riches, mais la majorité des travailleurs libérés l’ont été dans un petit nombre d’entre eux, d’abord le Pará, suivi par le Mato Grosso, puis par l’ouest de Bahia et le centre-sud du Goiás. En analy-sant les données issues des dénonciations, les informations existantes dans les Cadernos de Conflitos no Campo publiés par la CPT depuis 1986 et les registres de travailleurs libérés par le groupe mobile de surveillance du Ministère du Travail, à partir de 1995, on remarque que le travail esclave se concentre principalement dans quelques activités économiques. Les princi-pales sont la production de charbon de bois, la sidérurgie (fabrication de fonte au charbon de bois), les mines et l’orpaillage, les scieries, les tuileries et briqueteries, les exploitations agri-coles et les entreprises de reboisement. De fait, les activités économiques qui se développent le plus dans les régions où se situent les plus grandes concentrations de travail esclave sont la production de charbon (Santa Maria da Vitória, par exemple), l’élevage du bétail (São Felix do Xingu), les mines (Parauapebas), l’exploration en bois (Paragominas, Tomé Açu).

Il est notoire que les conditions sont extrêmement précaires travail dans la production du charbon de bois et de bois d’œuvre, principalement en Amazonie, où la majorité absolue du bois est produite illégalement, sans plan de gestion sylvicole: si l’activité est illégale, on peut s’attendre à ce que la situation des travailleurs qui y sont impliqués le soit également. Dans ces secteurs économiques et dans d’autres, le déboisement initial concentre une grande partie des cas connus de travail esclave. La corrélation entre déboisement et travail esclave est en effet très forte et l’utilisation de ce type de travail dans la phase initiale du déboisement (nettoyage du sous-bois, ouverture de layons, etc.) est bien établie.

Violence et travail esclave sont, sans aucun doute, des pathologies sociales en étroite corréla-tion. Une étude menée par la Délégation régionale du Travail du Pará en 2006 met en lumière un ensemble complexe de variables qui contribuent fortement à la présence simultanée des deux processus. Le livre publié en avril 2008 par la CPT indique que 28 personnes ont été assassinées dans des conflits fonciers en 2007, un peu moins qu’en 2006, où avaient été enre-gistrés 39 meurtres. Dans l’état du Pará, des épisodes comme celui d’Eldorado de Carajás (en 1996, qui entraîna la mort de 19 paysans sans terre) sont encore dans la mémoire publique.

Après avoir analysé un par un les aspects du travail esclave tels qu’on peut les percevoir dans les données disponibles et tenté quelques mises en relation avec des facteurs présumé explica-tifs, on peut  aller plus loin et traiter conjointement avec elles (par une analyse factorielle) un grand nombre de variables économiques et sociales pour de mettre en lumière le contexte dans lequel se développe le travail esclave, le syndrome social dont le travail esclave n’est que le symptôme le plus aigu.

On peut alors élaborer un indice de probabilité (ou de risque, s’agissant d’un fait illégal) de présence de travail esclave, indépendant des dénonciations. Un tel indice peut aider à estimer, à partir la partie déjà détectée du phénomène, les régions où il est probable qu’il existe, bien qu’aucune opération n’y ait encore été menée, voire aider à orienter des recherches là où – bien qu’aucune dénonciation n’ait été reçue – on peut supposer que des cas de travail esclave peu-vent exister.

Le test de la valeur de l’indice est que les régions qu’il désigne soient effectivement au maxi-mum celles où des situations de travail esclave ont été constatées, avec un minimum de cas dans des régions d’indice bas. La partie haute de la carte nº 63 représente cet indice, qui cor-respond bien à ces exigences : les cas constatés (moyenne des données MTE et CPT) sont bien situées dans les plages les plus sombres – celles où l’indice est à son maximum – et très peu d’entre eux dans les zones claires (indice bas). Les zones sombres sans cas constatés sont celles où l’on peut supposer – hors du littoral ou des environs de Brasilia, où les conditions sociales sont différentes – que des cas de travail esclave pourraient être détectés si des recherches y étaient faites.

Détecter les cas de travail esclave sans attendre les dénonciations est évidemment un progrès, mais on peut espérer, par les mêmes méthodes, faire un pas de plus : identifier les régions où existe un risque sérieux de recrutement de travailleurs qui se retrouveront en situation d’esclavage, autrement dit une vulnérabilité au recrutement d’esclaves (aliciamento).

À l’échelle nationale on observe bien une coïncidence entre les plages de haut indice de vul-nérabilité (partie basse de la carte nº 63) et les lieux où sont nés les travailleurs libérés de si-tuation d’esclavage (naturalidade) notamment dans le Nordeste, d’où viennent la plupart des cas connus. Deux exceptions semblent infirmer la validité de l’indice, le Sud-Sudeste et la haute Amazonie, mais ces exceptions ne sont qu’apparentes. Dans le cas de la haute Amazo-nie, les effectifs humains présents sont trop faibles pour intéresser les recruteurs et dans le cas du Sud-Sudeste le lieu de naissance n’a été qu’une étape sur une longue route de migrations.

Indice re risque d'esclavage

Indice re risque d’esclavage

Indice de vulnérabilité

Indice de vulnérabilité

Au terme de cette analyse, on pourrait donc suggérer que les autorités compétentes (munici-pales, des États fédérés et de l’État fédéral) prêtent particulièrement attention à cette avant-garde du front pionnier, qui pourrait bien receler non seulement des travailleurs esclaves, mais aussi d’autres atteintes aux lois sociales et environnementales du pays. Certes, on sait qu’il existe une grande différence entre la nécessité de surveillance et les moyens dont dispose l’État, qui ne réussit même pas à traiter toutes les dénonciations qui lui sont acheminées. Mais des actions ciblées sur les lieux où le risque de présence de travail esclave est élevé pourraient rendre plus efficace l’action de surveillance.

 

Améliorer la connaissance fine des situations de travail esclave permettra en outre de bien distinguer les cas qui tombent sous le coup de la législation brésilienne – essentiellement ceux où les travailleurs sont retenus contre leur gré – de ceux où les conditions de travail, de loge-ment et d’alimentation sont mauvaises, mais sans qu’il y ait illégalité, comme cela peut être le cas dans la production de soja et de canne à sucre. On y trouve sans aucun doute des cas de surexploitation, parfois mortelle, mais rien qui justifie l’action des groupes mobiles de lutte contre l’esclavage, qui ont donc peu de chances de trouver des travailleurs esclaves dans des états plus riches du Sud-Sudeste. Les régions à surveiller sont donc bien toujours les marches avancées du front pionnier, dans le Nord et le Centre-Ouest, les situations du reste du pays relevant d’autres analyses et devant faire l’objet d’autres modes d’intervention.

En conclusion – un peu optimiste sur ce sujet grave – on peut espérer que la publication d’informations relatives à la situation de travailleurs asservis permettra une plus grande trans-parence pour la population en général et une plus grande efficacité des associations engagées sur ces thèmes. Des pétitions et des projets de loi ont été envoyés au Parlement, mais beau-coup sont classés sans suite en raison de pressions politico-économiques qui visent à créer, dans la législation comme dans la jurisprudence, des brèches réduisant l’efficacité du Plan National d’Éradication du Travail Esclave au Brésil. Si une analyse typiquement géographique et cartographique peut contribuer à jeter la lumière là où certains ne la souhaitent pas, et aider au meilleur fonctionnement des politiques de prévention et de répression des formes archaïques et illégales de travail esclave, ce ne serait pas un mauvais résultat.

Bibliographie

Théry, H., Mello Théry, N.A de,  Girardo E. et Hato, J.,  Atlas as do trabalho escravo no Brasil, Amigos da Terra Amazônia, 2012, 82 p., http://amazonia.org.br/wp-content/uploads/2012/04/Atlas-do-Trabalho-Escravo.pdf

Théry, H., Mello Théry, N.A de,  Girardo E. et Hato, J., « Géographies du travail esclave au Brésil » , Cybergeo : European Journal of Geography, Espace, Société, Territoire, article 541, mis en ligne le 23 juin 2011, modifié le 24 juin 2011. URL : http://cybergeo.revues.org/23818

Théry, H., Mello Théry, N.A de,  Girardo E. et Hato, J, “Geografias do trabalho escravo no Brasil”, Nera 17, Presidente Prudente, juin 2011, pp. 7-28, http://www4.fct.unesp.br/nera/revistas/17/6_thery_et_al.pdf

Répercussions

Ce n’est  pas tous les jours qu’un travail de recherche universitaire franco-brésilien a cette répercussion et surtout des chances de peser sur la réalité sociale observée.

L’Atlas do trabalho escravo est l’objet de l’article de tête du bulletin de l’agence Fapesp, après avoir été en même position dans la Folha de S. Paulo online et signalé dans divers autres bulletins et blogs (voir ci-dessous). Nous avons par ailleurs répondu à bon nombre de demandes d’interviews dans des radios, dont la Radio Nacional de Brasilia et sa filiale Amazonia (qui diffuse en ondes courtes en Amazonie).

L’article de la Fapesp est le plus complet et le plus gratifiant pour nous, et il sort le lendemain du jour ou la Chambre des Députes a voté la confiscation des fazendas ou seraient trouvés des travailleurs en situation d’esclavage, ce qui fait qu’il pourrait avoir une réelle utilité dans les politiques publiques brésiliennes.

  Agences officielles

Agencia Fapesp

http://agencia.fapesp.br/15642

Jornal da USP

Ano XXVII nº 962 de 11 a 17 de junho de 2012 “O mapa da degradação”.

http://espaber.uspnet.usp.br/jorusp/?p=22673

CNRS-INSHS, La vie des laboratoires

http://www.cnrs.fr/inshs/recherche/atlas-esclavage.htm

 Cendotec

ttp://comunidadefb.com.br/web/index_not.php?p=10000

Jornal da Ciência (JC),  Sociedade Brasileira para o Progresso da Ciência  (SBPC)

Número 4504, 24/5/2012

Agencia de Notícias para a Difusão da Ciência e Tecnologia (DiCYT), Salamanca

http://www.dicyt.com/noticia/atlas-mostra-fluxo-de-trabalhadores-escravos-no-brasil

 Journaux nationaux

Folha de S. Paulo online (São Paulo)

(http://www1.folha.uol.com.br/empreendedorsocial/1090107-atlas-do-trabalho-escravo-no-brasil-pode-prevenir-exploracao.shtml)

Estado de S. Paulo (Saõ Paulo)

“Trabalho escravo” 9/6/2012

Globo (Rio de Janeiro)

http://oglobo.globo.com/rio20/pesquisadores-lancam-atlas-do-trabalho-escravo-5018243

EM Estado de Minas (Belo Horizonte)

http://www.em.com.br/app/noticia/tecnologia/2012/06/04/interna_tecnologia,298165/estudo-traca-retrato-do-escravo-contemporaneo.shtml

Correio Braziliense (Brasília)

http://www2.correioweb.com.br/euestudante//noticias.php?id=29828

Exame

http://exame.abril.com.br/economia/brasil/politica/noticias/pesquisadores-criam-atlas-do-trabalho-escravo-no-brasil

Journaux amazoniens

O Liberal (Belém)

http://www.orm.com.br/projetos/oliberal/interna/default.asp?modulo=250&codigo=596009

Gram-Pará:

http://www.grampara.com.br/atlas-do-trabalho-escravo-ajuda-empresas-a-se-prevenir/

O Paraense

http://www.oparaense.com.br/index.php?option=com_content&view=article&id=1795:o-atlas-do-trabalho-escravo&catid=5:direitos-humanos&Itemid=6

Portal da Amazônia

http://www.portalamazonia.com.br/editoria/amazonia/atlas-traca-perfil-de-escravo-contemporaneo-no-brasil/

 Radios

CBN 

http://cbn.globoradio.globo.com/programas/cbn-noite-total/2012/04/19/OSCIP-AMIGOS-DA-TERRA-AMAZONIA-BRASILEIRA-LANCA-EM-PARCEIRA-COM-A-OIT-O-ATLAS-DO-TRA.htm

Radio Novo Tempo

http://novotempo.com/radio/2012/05/29/no-dia-do-geografo-conheca-o-trabalho-escravo-no-brasil/

ONGs

Repórter Brasil 

http://reporterbrasil.org.br/blogdaredacao/?p=930

Instituto Ethos

http://www1.ethos.org.br/EthosWeb/pt/6749/servicos_do_portal/noticias/itens/pelo_fim_do_trabalho_escravo_em_todo_o_mundo.aspx

IHU On-line
http://www.ihu.unisinos.br/noticias/508544-primeiroatlasdotrabalhoescravotrazferramentadeprevencaoparaasempresas

GT de combate ao Racismo Ambiental
http://racismoambiental.net.br/2012/04/primeiro-atlas-do-trabalho-escravo-traz-ferramenta-de-prevencao-para-as-empresas/

 Grupo de estudos de geografia histórica:

http://geohistorica.wordpress.com/category/grupo-de-estudos-de-geografia-historica/noticias/

 Amigos da Agroecologia:

http://agroecologiace.blogspot.com.br/

Blogs

Hum Historiador

http://umhistoriador.wordpress.com/2012/05/27/atlas-do-trabalho-escravo-no-brasil-e-a-pec-438-01-do-senado/

Blog Quarto Poder
http://www.blogquartopoder.com.br/2012/04/primeiro-atlas-do-trabalho-escravo-traz.html

Margens, reflexões sociológicas

http://margensociologicas.blogspot.com.br/2012/05/atlas-do-trabalho-escravo-no-brasil.html

Professor News

http://www.professornews.com.br/index.php/component/content/article/93-tecnologia/2358-geografo-da-unesp-produz-atlas-do-trabalho-escravo

Diplomatizzando (Paulo Roberto de Almeida)

http://diplomatizzando.blogspot.com.br/2012/05/o-brasil-e-o-trabalho-escravo-atlas.html

Revista Giz

http://revistagiz.sinprosp.org.br/?p=2015


Les Inter-dits de Xultún

La revue Science (Vol. 336 no. 6082 pp. 714-717) vient de publier “Ancient Maya Astronomical T…

La revue Science (Vol. 336 no. 6082 pp. 714-717) vient de publier “Ancient Maya Astronomical Tables from Xultun, Guatemala”, un compte-rendu en quatre pages de la découverte de tables astronomiques mayas qui présentent deux particularités. Celle de leur support puisqu’elles furent écrites sur les murs d’une petite pièce et non sur la feuille d’un codex, et leur relative ancienneté puisqu’elles proviennent d’un complexe de ruines du IXe siècle. En voici le résumé à l’adresse http:// www.sciencemag.org/content/336/6082/714:

Abstract. Maya astronomical tables are recognized in bark-paper books from the Late Postclassic period (1300 to 1521 C.E.), but Classic period (200 to 900 C.E.) precursors have not been found. In 2011, a small painted room was excavated at the extensive ancient Maya ruins of Xultun, Guatemala, dating to the early 9th century C.E. The walls and ceiling of the room are painted with several human figures. Two walls also display a large number of delicate black, red, and incised hieroglyphs. Many of these hieroglyphs are calendrical in nature and relate astronomical computations, including at least two tables concerning the movement of the Moon, and perhaps Mars and Venus. These apparently represent early astronomical tables and may shed light on the later books.

Pour l’essentiel, l’argumentation repose sur les inscriptions numériques découvertes par William A. Saturno et ses collègues : David Stuart, Anthony F. Aveni et Franco Rossi. Les moins détériorées, photographiées et dessinées par Stuart, se présentent de la manière suivante1 :

La photo donne à voir quatre colonnes de signes dont les plus simples sont formés de points et de barres : les barres du haut de la première ligne sont verticales, et toutes les autres sont horizontales. Sans en être des sosies, ces 4 colonnes sont parfaitement semblables aux tables de nombres, notamment aux tables de multiples d’un entier, présentes par dizaines dans les codex, et surtout celui de Dresde justement célèbre pour ses tables vénusiennes et d’éclipses. D’où notre principale conjecture :

Déchiffrer, lire et faire parler2 ces 4 colonnes jusqu’à livrer leur vouloir dire sont des procédures qui pourraient être ouvertes par les clefs patiemment inventées et perfectionnées depuis le XIXe siècle par les savants qui réussirent à décrypter leurs semblables, les colonnes de chiffres du codex de Dresde.

C’est la position adoptée par les auteurs du rapport :

The columns contain […] numerals,  and they resemble calendrical and astronomical tables in the Dresden Codex, an ancient Maya hieroglyphic  composed centuries later […].

Given their similarity to numerical records in the Dresden Codex and other hieroglyphic manuscripts, we take these numbers to represent records of elapsed days using periods of the Long Count calendar [Il s’agit des multiples à trois chiffres de la demi-année lunaire, présentés plus loin]. The upper number would therefore represent multiples of the 360-day “tun” unit, the middle  number multiples of 20-day units known as the “winal,” and the final number would represent units of single days, known as “k’in.” (p. 715).

Dans le cadre de la conjecture que je viens d’expliciter, on peut défendre la thèse que les constellations de points et de barres du codex de Dresde mettent en signe des groupes de nombres qui se révèlent liés par diverses relations (par exemple être multiples/diviseurs les uns des autres, ou de nombres entiers culturellement distingués, comme par exemple la durée de l’année vague solaire ou de la ‘semaine’ divinatoire) et qui renvoient toujours3 à des durées temporelles, elles-mêmes associées à des dates (surtout de la forme αX des dates du tzolkin). D’où la première conclusion : La photo montre quatre nombres écrits en numération vigésimale de position avec zéro4.

Sans abus de langage, ces nombres peuvent être qualifiés de grands nombres, non parce qu’ils dépasseraient une limite donnée a priori, mais parce qu’ils ont chacun 5 chiffres significatifs : du coup, ils permettent de distinguer/définir/numéroter environ5 trois millions d’éléments, de dater 3 millions de jours en dates CL.

Les grands nombres mayas découverts jusqu’ici, y compris ceux des stèles 1 et 5 de Cobá célèbres pour aligner plus de 20 chiffres significatifs, se sont tous révélés représenter des durées exprimées en nombre d’unités de temps : elles sont conceptualisées en logique polynomiale (en béotien : on compte par paquets et paquets de paquets….), et mises en signe soit dans la forme Σ (ciPi) des monuments laquelle présente la particularité que tous les éléments de redondance ( périodes ou zéros) sont notés. Soit dans la forme (ci) des codex (sans aucun élément de redondance, mais en jouant parfois sur la couleur pour différencier par exemple une date d’une durée). Chez les Mayas, avoir 5 chiffres significatifs, c’est avoir le format des dates en Compte Long6 que l’on trouve par milliers dans les Séries Initiales. Rappelons que c’est seulement sur la stèle 1 de Pestac (Chiapas, Mexique, VIIe siècle) et massivement dans les pages des codex que ces nombres sont écrits sans la redondance et l’emphase que l’on observe sur les monuments publics; une redondance qui consiste à inscrire aussi les signes de toutes les unités de période, écrire 13-baktun 0-katun 0-tun; 0-uinal 0-kin et non  13.0.0.;0.0.. Les plus anciens Comptes Longs (Olmèques ou mayas) ne présentaient pas non plus cette redondance qui, pour cette raison, semble bien être une invention maya et marquer un retour réflexif et systématisant sur l’usage des unités de mesure de temps. En dehors des CL à cinq chiffres, les scribes ont écrit beaucoup de Nombres de distance, de longueurs diverses ; ceux qui ont 5 chiffres7 pourraient être confondus avec les dates CL. Tous ces nombres sont des durées, dont certaines (les CL) peuvent facilement aussi être considérées du point de vue ordinal c’est-à-dire comme des dates. On sait que les Mayas furent des champions de la distinction des deux faces du nombre, sa face numérique et sa face ordinale, et qu’ils savaient parfaitement bien transformer une date CL en date CR, et vice-versa.

Dans la mesure où tous les grands nombres mayas actuellement déchiffrés représentent des durées (et non pas, par exemple, des quantités de tributs), la valeur des positions dans l’écriture (ci) des codex est donnée par celle du système des unités de mesure de temps en usage. Le système des scribes mayas est vigésimal et sans aucune irrégularité si l’on convient que l’unité principale de mesure du temps est l’année tun. Ce n’est pas le cas pour une majorité d’américanistes qui sont convenus que l’étalon de temps est le jour (24 h) kin ; cette convention introduit inutilement un défaut de régularité dans le système maya8 des unités de mesure de temps (1-tun = 18-uinal). De plus, elle déprécie l’année mésoaméricaine traditionnelle, laquelle comptait, partout et jusqu’à la Conquête espagnole, 18 mois de vingt jours. Bien sûr on ajoutait un complément Uayeb de 5 jours (en général chômés et consacrés aux pénitences et à la préparation des fêtes de renouvellement) pour obtenir les 365 jours de l’année vague solaire (ha’ab), mais pas mal d’auteurs signalent que ces jours ‘aciagos’ (funestes) n’étaient pas datés (ce qui n’empêche pas de les compter).

Ce que l’on sait par le codex de Dresde conduit à la thèse que les 4 nombres de Xultún sont censément des nombres marquant des durées exprimées en nombre de jours. Il est peu probable qu’il s’agisse de dates CL, parce qu’une date CL est habituellement inscrite entre un GISI, glyphe introducteur de série initiale, et une date CR (suivie éventuellement d’une Série secondaire qui comprend surtout des données calendaires relatives aux phases de la Lune), et, d’autre part, parce qu’ils sont écrits sous 4 dates tzolkin dégradées et presque illisibles.

Tout ceci étant admis, les outils développés pour la lecture des codex permettent de déchiffrer chiffre à chiffre les 4 nombres de Xultún, de les lire et de les traduire en numération décimale et chiffres arabes. On obtient :

 

N1

N0

N3

N2

Transcription chiffre à chiffre 8.6.1.9.0.9 2.7.9.0.0. 17.0.1.3.0. 12.5.3.3.0.
Traduction décimale10 1 195 740 341 640 2 448 420 1 765 140

Ces nombres ne sont pas rangés dans l’ordre naturel des entiers (croissant, par exemple). Ils se terminent tous, sauf peut-être celui de la 1ère colonne, par un (ou deux) chiffre(s) zéro. Ils ne sont ni quelconques ni arrivés sur le mur de la pièce de Xultún par hasard. Un coup d’œil arithmétique le confirme : tous sont divisibles par 260 et les nombres des trois dernières colonnes sont liés par l’égalité :

N2 + 2 N0= N3

1 765 140 + (2 x 341 640) = 2 448 420

On peut se demander à quoi jouait le scribe en écrivant de telles combinaisons de nombres. La question est difficile. Commençons par nous demander quelles sont les propriétés des nombres de Xultún, et tentons d’identifier celles qui pourraient éveiller l’intérêt d’un scribe doté des compétences de l’auteur du codex de Dresde. Le coup d’œil arithmétique nous éclaire sur la nature du travail du scribe en nous faisant voir que N0, le plus petit des quatre nombres, est divisible par un tas de valeurs intéressantes pour un astronome/astrologue maya. Voici les principaux diviseurs de 341 640 :

260 car N0 = 1314 x 260 (durée du tzolkin, almanach divinatoire)

360 car N0 =  949 x 360 (durée du tun, unité principale du système de mesure de temps)

365 car N0 =  936 x 365 (durée du ha’ab, année vague solaire)

584 car N0 =  585 x 584 (durée de l’année vague vénusienne)

780 car N0 =  438 x 780 (durée de l’année vague de Mars)

Mais on ne peut pas tout avoir : N0 n’est pas multiple des durées mayas retenues pour le calcul des éclipses (148, 177 et 178) ; il n’est pas non plus multiple du cycle des Kauil (819). Par contre, son voisin N1 (1ère colonne) l’est, et ses trois voisins sont en plus divisibles par 365 et 780. Le nombre N par exemple est multiple de 819 et aussi de 365, (584+1) et 780:

N1 = 1 195 740 = 20 x 73 x  819 = 4 x 365 x 819 = 1  533 x 780

Réalisées en s’inspirant de l’intelligence arithmétique maya encapsulée dans les pages du codex de Dresde, les expériences de pensée précédentes conduisent à la conviction que les nombres de Xultún furent calculés dans le même esprit et en poursuivant les mêmes fins dans un même domaine d’expérience. Ce qui lève un peu le voile sur la fonction de l’outil arithmétique dans le champ des pratiques de comput et de divination au service des dirigeants d’une cité maya antique. Simplifiée par 4, l’équation N1 fait mieux apercevoir que le scribe de Xultún travaillait sur quelque problème qui implique l’usage de quelque chose qui ressemble aux bêtes noires des écoliers, les PPCM et PGCD de plusieurs entiers. En l’occurrence ¼ N1 = 5 x 73 x 819 = 365 x 819 apparaît comme le PPCM des nombres 365 et 819. PPCM(819, 365) = 298 935 = 819 x 365. Leur PPCM est égal à leur produit parce que 819 et 365 sont premiers dans leur ensemble. Ce qui a une signification concrète presque immédiate : un déplacement de 298 935 jours est la plus petite de toutes les translations qui laissent inchangées la position dans l’année vague solaire et la position dans le cycle des Kauil. Par pas de 298 935 jours, le même événement (célébration de l’idole, par ex.) revient avec la même date ha’ab. Les durées11a priori incommensurables 819 et 365 peuvent être plongées dans un multiple commun (par exemple leur produit) et fournir une nouvelle unité de compte des durées. Une nouvelle unité dont on sait qu’elles translatent les dates en laissant invariant leur composantes définies par les facteurs du multiple commun. De ce point de vue, le nombre N1 est remarquable pour un scribe maya puisqu’il rend commensurables : tzolkin, ha’ab, AZ (zodiac), AV (Vénusien), AM (Mars), Kauil12… : et pratiquement aussi le tun puisque 1 195 740 est divisible par 60.

Sur le terrain mieux balisé du codex de Dresde. un constat s’impose : dans leur immense majorité, les nombres y sont associés à des dates, et les tables de multiples y sont associées à des tableaux de dates, en général des dates αX de l’almanach divinatoire, rarement à des dates (αX, βY) du CR que l’on trouve seulement dans les pages vénusiennes de ce codex.

Dates et durées forment des chaînes d’équations « date d + durée T = date d’ ». Il en est peut-être ainsi à Xultún puisqu’il y a les traces de 4 dates tzolkin, une au-dessus de chacun des 4 nombres, mais dont on ne voit pas quelles en seraient les translatées :

Se familiariser avec la lecture des chaînes d’équations (parfois longues) des codex et des monuments fait naître et se développer l’idée que l’on est entrain d’expérimenter le plus puissant des outils du scribe-devin maya, homme à part et sur qui reposait la responsabilité de dire la divine couleur du temps, une couleur indissociablement infernale/astrale/humaine.

Je pense, en effet, que les ensembles « tables de multiples + tableaux de dates » comme ceux du Dresde sont les outils de base du devin maya, tout à la fois astrologue et astronome, comme ses collègues Mésoaméricains13. Cet outil permettait de dire le sort/destin/fortune… que recevraient ou prendraient les gens, les rois, les travaux, les alliances, les événements qui tomberaient sur telle ou telle date (ou telle ou telle phases des corps célestes). Un tel spécialiste de l’imprévisible passait son temps à dire, non pas « c’est chouette, le week-end sera plus long parce que 1er Mai tombera un lundi, », mais à déclarer le fonds de ses visions plus ou moins extatiques et appuyées sur sa connaissance du mouvement des corps célestes « ce jour serait favorable pour lancer une expédition militaire, car ce sera un lever de Vénus (une éclipse de Lune, etc.) », ou de pronostiquer « né en ce jour tzolkin sous les auspices de Muan et du maître de 13, le fils de notre roi aura un destin exceptionnel et sera une bénédiction pour le peuple qui aura de la nourriture en abondance »…

Le principe de la divination est simple et connu par le déchiffrement des dizaines et dizaines d’almanachs que contiennent les codex. Supposez pour faire simple que je dispose d’une table des multiples de 7 et que je la mette en relation avec les dates d’un calendrier des Postes. Je pourrais me déplacer dans le calendrier par pas de 7 jours sans jamais perdre le fil des jours de la semaine (qui donne, avec leur numéro, une couleur particulière au jour) : pas de changement de jour de la semaine parce que celle-ci compte invariablement 7 jours et que les bonds sont multiples de 7. Je pourrais même me déplacer par pas de n, non-multiple de 7, par exemple par pas de 13 ou 7 001 jours. Dans ce cas, les bonds conduisent à des jours qui portent des noms de semaine différents, mais le changement est facilement calculable : c’est le même que celui provoqué par le reste de la division de n par 7. Par exemple, si n = 15, son reste est 1, lequel fait passer d’un jour de la semaine au suivant : d’un dimanche à un lundi, et ainsi de suite. Avec un cycle de 819 jours c’est juste un petit peu plus compliqué sans calculatrice, mais le principe reste le même. La plus grande complexité14 du problème du devin maya ne vient pas de là, mais elle provient du fait qu’il doit se déplacer dans une forêt de cycles, des cycles de toutes natures et de toutes longueurs, enclins à se métisser et à produire de nouveaux cycles. Les plus connus sont, pêle-mêle et dans l’ordre croissant, ceux des : 4 points cardinaux, 4 couleurs, 5 jours Uayeb, 7 mers, 9 infra-mondes, 13 cieux, 20 jours du mois, 148 j (177/178) j des demi-années lunaires de 5 ou 6 lunaisons, 260 j du tzolkin, 360 j du tun ‘année de compte15a, 364 j de l’année du zodiac, 365 j du ha’ab année vague solaire, 584/585 j de l’année vague de Vénus, 780 j de l’année vague de Mars, 819 j du cycle des Kauil, 18 980 j du Calendrier Rituel, son double 37 960, 93 600 j de la ‘roue des Katun’ ainsi que ses multiples, dont le premier 1 872 000 j est supposée mesurer la durée d’une création d’humains, etc.

Parenthèse. Cette supposition est fragile : elle repose sur peu de faits : a) les mayanistes sont restés pendant des lustres sans un seul exemple de grand nombre dont le chiffre à la position des baktun ou au-delà était supérieur à 13, et b) sur la façon de noter l’origine de la chronologie maya. Du manque d’exemples de grands nombres avec des chiffres supérieurs à 13 à partir du 5ème rang, ils inféraient (à tort) que les compteurs ne pouvaient dépasser le chiffre 13 dans les positions commençant au baktun. Par ailleurs, les mayanistes ont été amené à dater le jour origine de la chronologie maya sous la forme

0.0.0.0.0. 4 Ahau 8 Cumku

et non pas comme les Mayas eux-mêmes qui écrivaient

13.0.0.0.0. 4 Ahau 8 Cumku

sans doute parce les programmes informatiques de traduction des CL en CR ne donnent pas, pour le CL 13.0.0.0.0. , la réponse attendue et attestée, à savoir

4 Ahau 8 Cumku

mais la réponse 4 Ahau 3 Kankin. C’est le plus fort argument pour émettre et soutenir l’hypothèse que les scribes faisaient usage d’un cycle (dont on ne sait pratiquement rien d’autre) de durée 13-baktun 0-katun 0-tun; 0-uinal 0-kin = 5 200 tun = 1 872 000 kin ≈ 5 129 ha’ab ≈ 5 125 années juliennes. Si l’on décide d’y voir un cycle créationnel, cela veut dire que ce qui fut créé le fut à la fin d’un cycle de 13-baktun (et donc aussi au début d’un autre). De là, à en faire la durée d’une humanité (d’une création) dont nous ferions partie et à prophétiser qu’à la fin du cycle, ce sera la Fin du monde…, il y a un fossé que personnellement je ne franchirai pas. Fin de parenthèse.

Voici, en page 24 du codex de Dresde, un tel outil; il occupe une demi-page. Il croise (associe) une table des multiples de 2 920 (c’est-à-dire des multiples de 5 x 584, où 584 est la valeur de l’année vague vénusienne adoptée par les Mayas) avec un tableau de dates tzolkin toutes de la forme α Ahau où le rang α prend toutes les valeurs possibles de α = 1 jusqu’à α = 13 :

Saluons au passage la maîtrise et l’économie de la mise en page, l’art de la calligraphie et l’usage des couleurs. Comment dégager et faire fonctionner l’outil enfoui dans les profondeurs de cette page 24 ?

Partons par exemple du 9 Ahau (en bas à droite) et effectuons un déplacement de 2 920 jours (8.2.0.) ; la date atteinte 9 Ahau est écrite à gauche de la date de départ 9 Ahau ; ce que le calcul permet de vérifier : 2 920 = 8 (modulo 13) et 2 920 = 0 (modulo 20) et donc 9 Ahau + 2 920 = 4 Ahau. Pour la même raison un autre saut de 2 920 jours fait parvenir au 12 Ahau juste à gauche de 4 Ahau puisque 4 Ahau + 2 920 = 12 Ahau. Et encore un pour arriver à 7 Ahau. Avec de la patience, on finira par arriver à une date de Nouvel an de Vénus, une date convenue être 1 Ahau, un jour où Vénus pourrait être supposée débordante d’énergie (favorable/défavorable ?).

La page 24 contient un fait encore plus étonnant.

Le quatrième (et avant-dernier) étage de son aile droite est habité par quatre intrus. Quatre nombres qui ne sont pas multiples de 2 920 et qui ne devraient pas se trouver au sein d’une table des multiples de cet entier. Ces nombres sont tous divisibles par 260, ce que confirme le fait que la date tzolkin qui leur est associée est devenue invariante et reste fixée sur le 1 Ahau. Le scribe a placé les quatre intrus dans l’ordre croissant (écriture/lecture de droite à gauche, en partant du bas vers le haut) :

1.5.14.4.0. = X4      9.11.7.0. = X3           4.12.8.0. = X2         1.5.5.0. = X1

185 120 = X4            68 900. = X3              33 280 = X2               9 100= X1

 Que viennent faire ces nombres dans une table des multiples de l’année Vénusienne (584) ? Les savants ont montré qu’ils peuvent servir à corriger l’inévitable accumulation des retards de l’année vague (vénusienne). Ce qui est un résultat remarquable et la preuve que sans horloge et sans lunette astronomique un savant mésoaméricain était capable (par accumulation d’observations) de découvrir qu’une année vague (définie par un nombre entier de jours) n’est jamais parfaitement en phase avec le mouvement du corps céleste qu’elle simule, et que le décalage qui s’accumule peut/doit être corrigé. Les inventeurs de Xultún, Saturno et alt.,  ont envisagé et répondu par la négative à l’éventualité d’un même usage des quatre nombres Ni ou des nombres liés à la Lune dont nous parlerons plus loin :

However, unlike the Dresden tables, the Xultun array does not seem corrected to correlate with precise eclipse phenomena. It would seem rather to be a simpler tally spanning a period of roughly 13 years. This end point is suggestive, because years and other time periods grouped in thirteens were of deep cosmological significance to the ancient Maya, forming the foundation of their “Grand Long Count” calendar.

Mais il y a beaucoup plus étonnant encore. Une combinaison simple des quatre nombres produit une valeur qui ne peut pas passer inaperçue aux yeux d’un contemporain amateur d’astronomie. Exprimons les durées en nombre de tzolkin (il suffit de diviser par 260), et formons la combinaison X1 + X2 + 2(X3 + X4). Il vient :

185 120 = 712 x 260 = X4 68 900 = 265 x 260 = X3 33 280 = 128 x 260 =  X2 9 100 = 35 x 260 = X1

X1 + X2 + 2(X3 + X4) = 260 x (712 + 265 + 128 + 35) = 2 117 tzolkin.

Comme le montre l’ égalité 2 117 x 260 = 1 508 x 365 ou 2117 tzolkin = 1 508 ha’ab, la combinaison des quatre intrus est un nombre entier d’années vagues solaires ha’ab. Présente-t-il un intérêt particulier sachant que peu de communautés humaines ont la possibilité de disposer d’archives d’observations se déroulant sur plus d’un millénaire et demi ?

L’amateur d’astronomie d’aujourd’hui connaît avec plus ou moins de décimales la durée de l’année solaire (tropique, sidérale ou autre) et cela lui permet de savoir que la meilleure approximation entière de l’année que l’on subit est donnée par la quasi-égalité15 b

1 507 x 365,242 190 517… ≈ 1 508 x 365

« 1 507 années tropiques font 1 508 années vagues »

un maya dirait plutôt « 1 507 années du Soleil font 1 508 ha’ab ou 2 117 tzolkin ».

L’idée est féconde. Il suffit de multiplier par 2 pour faire entrer Vénus dans la danse (AV = 584),

1 507 x 365,242… ≈   2 117 tzolkin = 1 508 ha’ab = (942,5 AV)

3 014 x 365,242… ≈   4 234 tzolkin = 3 016 ha’ab =  1 885  AV

et encore par 3 pour y inclure Mars (AM = 780) :

9042 x 365,242…≈12702 tzolkin=9048 ha’ab=5655  AV=4234 AM

Qu’il en fut conscient ou non, le scribe qui a placé les quatre intrus dans la table des multiples de 5 années vagues vénusiennes avait découvert un nombre entier permettant de suivre le retour d’un événement dans une quantité de calendriers et de cycles comprenant au moins la date tzolkin (almanach divinatoire), la date ha’ab, la phase de Vénus, la position de Mars. Étonnant, non?

En tous cas, il n’est plus permis de dire que les quatre nombres Xi de la page 24 du codex de Dresde sont des intrus; ce sont des nombres distingués, d’abord parce qu’ils sont associés aux pas de translation qui laissent invariante la date 1 Ahau, ensuite parce qu’ils permettent de corriger l’obsolescence du calendrier vénusien, enfin parce que leur combinaison pourrait (si elle ne l’a pas fait) déboucher sur une approximation de la durée de l’année tropique.

Le même genre d’expérience de pensée montre que le double de la combinaison C = N2 + 2 N0= N3 de Xultún, soit 2 C = 4 896 840 (pour un scribe, c’est 258 CR, Calendar Round) est multiple tout à la fois du tzolkin, du ha’ab, et des années vagues de Vénus et de Mars. Les quatre entiers du mur de Xultún pourraient donc être déclarés sosies des quatre Xi du Dresde car, comme eux, ils ne forment pas une table de multiples, mais ils permettent de conserver invariantes tout à la fois les dates tzolkin, ha’ab et des phases de Vénus et Mars.

Ce résultat est remarquable, mais il ne permet pas d’écrire que les quatre nombres de Xultún constituent, en eux-mêmes, une table astronomique, la plus ancienne jamais découverte, ou, plus exactement, jamais découverte sur un mur15c.

Le rapport en contient d’autres. Voici par exemple la découverte de nombres liés aux lunaisons.

Autre exemple : Les demi-années lunaires

Les connaissances tirées du codex de Dresde éclairent de la même lumière un autre groupe de données numériques couchées sur les murs de Xultún. Il s’agit d’une vingtaine ( ?) de nombres, très dégradés, disposés en colonnes et  qui tous semblent avoir trois chiffres significatifs et être placés sous un signe de divinité renvoyant à la Lune et évoquant celle en figure entière accrochée à la bande céleste dans les pages du Dresde que nous montrerons ci-dessous :

Visible atop at least five of the columns are individual “Moon” glyphs combined with facial profiles. Enough detail is visible on two of these glyphs to see that they are deities

Ces nombres forment la Structure 10K-2, photographiée par Saturno, et dessinée par Stuart :Pour déchiffrer et interpréter ces données, les auteurs du rapport font appel, à juste titre, à la similitude avec les huit pages (30/51 à 37/58) du Dresdensis qui constituent le chapitre dit des ‘pages éclipses’. Ces huit pages se lisent comme un almanach délivrant des dates tzolkin qui se déduisent les unes des autres par translation. Sous chaque date, le scribe a noté le pas de la translation, et au-dessus, il a enregistré le total des pas parcourus. Le pas de la plupart des translations est de 177 jours (8.17.), sinon, on a 148 jours (7.8.). Le compteur s’arrête à 11 958 (1.13.3.18.), ce qui équivaut à 405 lunaisons. Voici un extrait de ces pages qui montre que le scribe a organisé le tableau de dates tzolkin en sections (dix, au total) très nettement délimitées par une figure (dix, au total) accrochée ou pendue à une bande céleste, sur l’extrait ci-dessous : un signe d’éclipse à gauche et la jeune déesse de la Lune à droite

Le pas de translation est la durée qui sépare deux dates tzolkin voisines. Fait rarement rappelé dans la littérature américaniste, la valeur du pas de translation peut s’obtenir de deux façons : a) soit en le lisant sous la date tzolkin (à condition qu’il ne soit pas effacé) soit b) en faisant la différence des valeurs adjacentes dans le totalisateur. En principe ces deux manières d’opérer donnent le même résultat, mais ce n’est pas vraiment le cas. Outre les pas 177 et 148 explicitement écrits sous les dates (je n’ai trouvé qu’un 178, en p. 36a/57a), le calcul de la différence donne le pas de 178 jours (8.18.) et quelques autres valeurs qui peuvent ne pas du tout ressembler à des demi-années lunaires même si quelques unes peuvent facilement trouver explication (par exemple deux différences calculées en page 33c donnent un 97 suivi d’un 228 ; on peut penser que le scribe a ajouté d’abord 8.17. amputé de 4 vingtaines (pour quelque raison inconnue) et restituer ces 4 vingtaines à l’étape suivant, l’ajout d’une demi-année déficitaire 7.8. qui apparait cette fois avec la surcharge des 4 vingtaines : au final, on a bien progressé de deux semestres lunaires).

Malgré les différences qui restent inexpliquées et assez importantes, les américanistes considèrent que la suite des nombres à trois chiffres générée par le totalisateur est une progression arithmétique dont la raison n’est pas un entier au sens strict mais plutôt une durée-étalon, en l’occurrence la demi-année (ou le semestre) lunaire maya. C’est d’ailleurs ce qui se passe en calendrier grégorien où se déplacer de mois en mois c’est se déplacer en moyenne de 30,5 jours, mais en réalité par pas de 31, 30, 29 ou 28 jours. Dans ces conditions, les demi-années lunaires des pages éclipses du Dresde sont du type 177, 178 ou 148, chacun étant distingué et défini par une combinaison particulière de lunaisons de 29 et de 30 jours. Le plus fréquent est le type 177 qui combine 3 lunaisons de 29 jours et 3 lunaisons de 30 jours : 177 = [(3 x 30) + (3 x 29)]. Le type 178 favorise les lunaisons de 30 jours puisque : 178 = [(4 x 30) + (2 x 29)], enfin le moins fréquent est le type 148 ou déficitaire qui regroupe 5 lunaisons : 148 = [(3 x 30) + (2 x 29)]. On peut ici observer que les séries secondaires comportaient souvent à l’époque classique des données lunaires codées par ce que l’on appelle les glyphes D, C, B (X), et A. Le glyphe C attribue un numéro (variant de 0 à 5) et parfois un nom propre (qui variait en fonction du numéro) à la lunaison et plaçait tout son semestre sous le patronage de l’une des trois entités divines recensées par les épigraphistes : la déesse de la Lune, le dieu de la mort ou le jaguar de l’infra-monde. Ce qui donne un peu de chair historique aux déductions extraites du codex et posant qu’il y aurait trois types de demi-années lunaires placées sous les auspices de trois entités divines différentes et formées de 5 ou 6 lunaisons, elles-mêmes numérotées et parfois dotées d’un glyphe onomastique.

Exemple de lecture. La première date, 11 Cib a été atteinte au bout de 17-[tun] ; 14-[uinal] 8-[kin] = 6 408 jours, de là, une translation de 8-[uinal] 17-[kin] = 177 jours conduit au 6 Ben, et le totalisateur (incrémenté de 177 jours) passe à 18-[tun] ; 5-[uinal] 5-[kin] = 6 585 jours. Et ainsi de suite.

Dans cette convention de lecture, le Dresde applique des translations d’amplitude un semestre lunaire sur un tableau de dates tzolkin (sur 3 lignes et 69 colonnes) ; et ceci récursivement jusqu’à totaliser trois fois 405 lunaisons. Repartons pour Xultún.

Les inventeurs du site posent à juste titre que les nombres à trois chiffres pourraient renvoyer, comme ceux du codex de Dresde, à des semestres lunaires : « The presence of these lunar deity heads suggests that the number columns also have a lunar meaning ».

Pour tester cette interprétation, ils calculent la différence des nombres successifs, trouvent un écart de 177 et en concluent que c’est un semestre lunaire : « The span between the final two columns is a lunar “semester” of 178 days. […] The numbers 177 and 178 are important in ancient Maya astronomy. The eclipse tables on pages 51 to 58 of the Dresden Codex are based on these same intervals » (p. 715). Ce résultat est ensuite testé sur la deuxième différence, celle de l’avant-dernier nombre et de son prédécesseur, et ainsi de suite. Avec, un semestre lunaire de 178 jours, le calcul donne les valeurs possibles suivantes pour les nombres effacés (en bleu, ceux qui sont effectivement lisibles sur le mur) :

La publication du rapport de fouille par la revue Science a déclenché ou entretenu une floraison de titres racoleurs nourrissant et se nourrissant de la fièvre causée par le plus grand canular que j’ai jamais connu, celui de la fin du monde soi-disant prophétisée par les astronomes mayas. En voici deux pris au piège de la toile : « 2012: la fin du monde est (encore) reportée16 » et « Regardez-2012, l’apocalypse n’aura pas lieu17 ».

Comme nous venons de le voir, les écrits mayas de Dresde et de Xultún contiennent des trésors de comput calendaire, mais pas le moindre début de trace d’une quelconque allusion à la fin du monde, ce qui n’interdit pas de parler de déluges et d’autres catastrophes aussi ‘naturelles’ pour les Mayas que pour nous. Ne nous laissons pas emporter par la fièvre médiatique, ni par l’exagération (quatre, ou vingt, nombres ne font, à eux seuls, ni une table astronomique, ni les éphémérides des objets célestes observés dans la communauté, pas même un calendrier).

Les égalités couchées sur les pages du codex de Dresde ou peintes sur les murs de Xultún permettent d’en sortir des pépites, comme cette excellente approximation de l’année (tropique ou sidérale) donnée par le calcul sur les données de la page 24 du Dresde :

(1508 x 365) / 1507 = 365, 2422030524.

ou les nombreux diviseurs des nombres de Xultún.

Je laisse au lecteur la responsabilité de répondre oui ou non à la question « doit-on en déduire que les Mayas qui rédigèrent le codex de Dresde ou ceux qui peignirent les murs de Xultún avaient conscience d’avoir établi avec une grande précision la durée de l’année tropique et celle des révolutions synodiques de Mars et Vénus ? » et je l’invite à ne pas tomber dans le piège médiatique  appâté par le miroir des visions de fin du monde.

Donnons la parole aux spécialistes qui s’expriment sur la toile comme par exemple  :

Murals discovered at the Classic Period site of Xultún Guatemala are the earliest representations yet discovered of the astronomical tables used by the Maya to track the movements of Venus and the Moon. Such tables are best known from the Dresden Codex, a rare surviving book written in the 11th or 12th century by the ancient Maya. The Xultún calendars were first drawn in the late 8th century AD, at least 400 years earlier than the Dresden codex (http://archaeology.about.com/od/mayaarchaeology/ss/Classic-Maya-Astronomy-At-Xultun.htm)

non sans apporter un petit bémol à propos de la date plus reculée des inscriptions de Xultún par rapport aux tables et tableaux du codex de Dresde. D’abord, l’exemplaire dont dispose la bibliothèque de Dresde est vraisemblablement une copie de copie de copie d’un codex beaucoup plus ancien, mais cela on ne peut pas le démontrer (voir le second bémol). Ensuite, parce que les peintures murales résistent beaucoup mieux aux outrages du temps (surtout sous les tropiques) que les codex de papier d’écorce ! Et cette réalité toute bête pourrait bien expliquer pourquoi on ne trouve pas de codex aussi vieux, voire même plus vieux, que les murs de Xultún. D’autant qu’il y a des preuves archéologiques qui montrent que les techniques pour fabriquer les codex, pour les peindre, etc. sont ancestrales (je ne précise pas, car il y a des spécialistes pour le faire), et que l’on a retrouvé des tombes de scribes enterrés avec leur codex… dont il ne reste qu’un tas de poussière à côté des outils qui servirent à les peindre (encrier, par exemple) et qui attestent de l’identité du défunt.

Notes

[1] L’image qui circule sur la toile semble superposer la photo et le dessin.

[2] ‘Lire et faire parler un texte. Par qui et comment les pages 24 à 29 du Codex de Dresde peuvent-elles être traduites ?’ en ligne à l’adresse http://celia.cnrs.fr/FichExt/Am/A_23_08.htm

[3] Il y a bien sûr d’autres emplois du nombre, par ex. pour donner l’âge d’un prince, le nombre de ses prisonniers ou des ses enfants, voire le nombre des cadeaux ou de tributs. Mais ces emplois sont beaucoup plus rares, et les nombres engagés sont petits ou ronds et ne forment pas des groupes de nombres liés par des relations numériquement pertinentes.

[4] Pour Jean-Michel Hoppan (communication personnelle) « la graphie du zéro est très intéressante, comme si c’était une forme de transition entre la ‘fleur’ du Classique et la ‘coquille/lame’ du Postclassique […], comme une ‘fleur’ dont les pétales seraient tombés et dont il ne resterait que le pistil ». Une fois de plus, le signe du zéro (cardinal) renvoie à l’idée de fin, d’accomplissement, de mort (et donc de renaissance)…

[5]  3 199 999 en numération strictement vigésimale ; 2 879 999 en numération du CL (et coefficient des uinal bridé à 17.).

[6] Dater en Compte Long, c’est donner le numéro du jour atteint en comptant – en suivant ou en remontant le temps – les jours à partir d’une origine convenue, le jour zéro. Chez les Mayas, on part de 13.0.0.;0.0. origine que la concordance GMT fait correspondre au 12/08/-3113 (grégorien proleptique, et constante 584 284). Les scribes pouvaient préciser le sens du déplacement car ils disposaient des glyphes Indicateur de Date Antérieure/Postérieure qui jouent le rôle de nos signes +/–. On peut dire que le CL est infini dénombrable, isomorphe à l’ensemble N des entiers ou à l’ensemble Z des entiers relatifs. Mais l’était-il, en acte ou en puissance, pour le scribe maya de l’époque classique ? Les CL à plus de vingt chiffres des stèles 1 et 5 de Cobá donnent un début de réponse : certains scribes ont cherché, comme Archimède (dans l’Arénaire) ou Chuquet (dans la Tripartie), à étendre la capacité de leur numération vigésimale.

[7] Bien redondants, les signes de période sont presque toujours inscrits dans l’écriture des nombres qui s’affichent sur les monuments. En général et sur les monuments où ils sont exposés aux regards du public, les monômes (formés par un signe de période et son coefficient, même dans le cas où il est nul) sont placés soit dans l’ordre décroissant des unités de temps (cas habituel des CL) soit dans l’ordre croissant des mêmes unités (cas des Nombres de distance). Dans le codex de Dresde, chaque fois qu’ils forment un groupe de nombres (par exemple une table de multiples), les scribes ont pour habitus: a) de ne pas écrire les unités, et b) de placer les chiffres dans l’ordre décroissant des unités (non inscrites) qu’ils déterminent, ils suivent l’ordre attesté sur les monuments par les CL et non par les Nombres de distance. Le seul ( ?) nombre du Dresde écrit avec ses unités, 15katun 9-tun 1-uinal 3-kin (p. 40/61) suit l’ordre décroissant des CL. Dans la conjecture exprimée, les cinq chiffres des 4 nombres de Xultun doivent être supposés écrits dans l’ordre décroissant des unités.

[8] Selon que l’unité principale des mesures de temps est convenue être le kin ‘jour’ ou le tun ‘année de compte’, les grands nombres mayas de la forme (ci) des codex seront dits écrits en numération de position avec zéro (le nombre est coupé en une partie principale comptée en tun, et une partie complémentaire comptée en kin) ou en numération de disposition avec zéro (le nombre n’est pas scindé, mais le système n’est plus strictement vigésimal à cause de l’équation 1-tun = 18-uinal).

[9] Le dernier chiffre pourrait ne pas être 0. (on pourrait lire par ex. 19. ou 14.

[10]Ce sont les valeurs obtenues par les auteurs de l’article de Science. Ce qui confirme la lecture 8.6.1.9.0. en 1ère colonne.

[11] Il y a des résultats simples connus depuis plus longtemps : 73 tzolkin = 52 ha’ab ou 8 ha’ab = 5 AV (Vénus) que l’on trouve par exemple sous la forme 65 AV font 104 AS (année solaire = ha’ab) dans le codex de Dresde.

[12] 1 195 740 = 4 599 x 260 = 3 285 x 364 = 3 276 x 365 =2 044 x 585 = 4 599 x 819. N2 et N3 sont divisibles par 260, 365 et 780 (mais ni par 584, ni par 819).

[13] Les dizaines d’almanachs du codex de Dresde le prouvent, tout comme les pages du codex Borbonicus des Aztèques.

[14] C’est pourquoi je n’hésite pas à qualifier de théorèmeMayan Theorem of the Soothsayer – la découverte (sans doute maya ?) du cycle des Porteurs d’année qui donne un moyen effectif de (pré)dire la date tzolkin (en calendrier divinatoire) de tous les Nouvel ans de l’année vague solaire et, plus généralement, de n’importe quel jour de l’année vague solaire.

[15a] Le tun initialise la suite ouverte de ses multiples vigésimaux, dont une vedette médiatique le fameux 260-tun = 13-baktun censé représenter la durée d’une création d’êtres humains et conduire à la fin du monde de décembre 2012 –

[15 b] Pour plus de détails : Cauty, A., “2003, ‘Elzbieta Siarkiewicz, ‘The Solar Year and the Dresden Codex’, Literatures Journal. A Review of  American Indian Texts and Studies, vol. 17.2, Penn State Mc Deesport, p. 136-159″, Amerindia, n° 28, Paris : Association d’Ethnolinguistique Amérindienne, p.275-286.

[15c] À fréquenter les mille scènes d’intérieur représentées en couleur sur la céramique maya, on apprend et on finit par savoir a) que les Mayas avaient, dès le Classique, des murs peints et décorés, et b) qu’ils exploitaient pour ce faire les ressources de la calligraphie tant des signes de  l’écriture de la langue que des signes de l’écriture des nombres. On pouvait donc conjecturer et admettre qu’il était habituel, dès l’époque classique, d’écrire sur les murs, vraisemblablement pour un tas de motifs encore à étudier. La découverte de Xultún apporte la preuve que les figures, les textes et les nombres qui décorent les murs des scènes d’intérieur ne relèvent pas seulement de l’imagination créative du peintre/écrivain, calculateur ou devin, mais qu’elles sont aussi de l’ordre de la ‘photographie’ des lieux tels que l’artiste les voyait et les re-présentait. Autrement dit, et si l’on me permet de jouer sur l’orthographe, les choses que montrent les murs sur les vases (par ex. de la collection Justin Kerr) ne sont pas seulement des Fantasmes, venus des profondeurs de l’inconscient créatif mésoaméricain, mais aussi des PHantasmes de ce que la mémoire de ceux qui les peignirent avaient vu, traité et engrangé.

[16] http://www.sciencepresse.qc.ca/actualite/2012/05/14/2012-fin-monde-encore-reportee

[17] http://www.lepoint.fr/science/regardez-2012-l-apocalypse-n-aura-pas-lieu-14-05-2012-1461418_25.php

 

 

8 Cumku

André

Association d'Ethnolinguistique Amérindienne Professeur d'épistémologie et histoire des sciences

More Posts - Website

Vote en Caroline du Nord et mariage homosexuel aux États-Unis

À l’heure où la Caroline du Nord approuve un amendement prohibant le mariage gay, le Guardian …

À l’heure où la Caroline du Nord approuve un amendement prohibant le mariage gay, le Guardian fait le bilan des droits des gays aux États-Unis, par État.

Et le LA Times va devoir ajuster sa carte (à jour de février 2011) en assombrissant la couleur de la Caroline du Nord. Désormais, les mariages homosexuels n’auront (de nouveau?) plus d’existence légale dans le Dixieland.

En réalité, la carte du Pew Center on the States ressemble désormais plutôt à cela (le code couleur est ajusté)

En notant donc que la Caroline vient de se prononcer. POurtant, en août dernier, l’attitude de l’opinion publique paraissait aller dans un sens plus favorable à la cause gay.

Il sera donc intéressant d’observer le positionnement des Log Cabin Republicans face à cette tendance sudiste dans la campagne présidentielle. Il faut dire que à l’inverse de McCain qui s’opposait à cette interdiction (et que les Log Cabin avaient soutenu) et de W. Bush qui s’inscrivait sans réserve dans la mouvance religieuse (et dont les Log Cabin, pour la première fois depuis leur création en 1977, s’étaient distancés), Mitt Romney n’est pas toujours très clair sur les enjeux homosexuels – mais est-ce véritablement surprenant.

Avec la Caroline du Nord, c’est donc le 34e scrutin depuis 1998 sur le mariage gay. Et le 33e échec de la cause gay. Si l’opinion publique paraît globalement plus favorable aux droits des homosexuels qu’il y a dix ans, il reste que, dans le secret de l’isoloir, l’institution du mariage reste figée.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search