Bâle : aux portes de Pétra

Il peut sembler curieux de tenter un rapprochement entre Bâle, chef-lieu du canton suisse du même no…

Il peut sembler curieux de tenter un rapprochement entre Bâle, chef-lieu du canton suisse du même nom et Pétra, l’antique capitale du royaume nabatéen, se trouvant dans le sud de l’actuelle Jordanie. Pourtant, le 22 août 1812, c’est un Bâlois, Jean-Louis Burckhardt, qui allait être le premier Européen à se rendre sur le site de Pétra. Il avait été commissionné par l’African Association, en 1806, pour suivre la route caravanière allant du Caire à Tombouctou. Au cours d’un voyage de préparation réalisé dans le but de parfaire sa maîtrise de l’arabe, dès 1809, J.-L. Burckhardt, alias Sheikh Ibrahim Ibn Abdallah, se rendit en Syrie, au Liban, en Transjordanie, en Égypte, en Nubie, ainsi qu’en Arabie et dans le Sinaï. Il ne put malheureusement jamais entreprendre l’expédition projetée et mourut au Caire en 1817.

À l’occasion du bicentenaire de la redécouverte du site, l’Antikenmuseum de Bâle propose, depuis le 23 octobre 2012 et jusqu’au 17 mars 2013, de revenir sur l’héritage laissé par J.-L. Burckhardt, en mettant plus particulièrement l’accent sur les découvertes archéologiques des équipes suisses travaillant à Pétra. Les 150 pièces que comprend cette exposition sont réparties sur deux salles. Malheureusement, la scénographie, apparentée à un jeu de piste, se révèle déroutante. Si cela ne pose pas de problème au visiteur familier de la culture nabatéenne et qui n’est guère embarrassé dans son parcours, on peut en éprouver quelque gêne quand on manque de connaissances en la matière.

Les premiers panneaux retracent la vie de J.-L. Burckhardt et présentent également quelques publications d’explorateurs du xixe siècle ayant effectué à sa suite un séjour d’étude plus ou moins long à Pétra.

Figure 1 : Bétyle dans sa niche. Siq de Pétra (Photo A. Hamm)

Figure 1 : Bétyle dans sa niche. Siq de Pétra (Photo A. Hamm)

Les vitrines suivantes nous introduisent à la culture nabatéenne. Un point sur l’écriture concerne notamment l’inscription la plus ancienne de Pétra, qui se trouve dans le triclinium d’Aslah, fouillé par le R. Wenning, Professeur à l’Université de Münster, et L. Gorgerat, de l’Antikenmuseum de Bâle (The International Aslah Project, IAP). Ensuite, le visiteur aborde la religion nabatéenne. Il découvre la signification des bétyles, ces pierres de forme généralement cubique ou rectangulaire qui représentent les divinités et qui peuvent être taillées, semi-taillées ou non-taillées (Wenning, 2001) [Figure 1]. Les temples de Khirbetal-Dharih et de Khirbet al-Tannur, situés à 80 kilomètres au nord de Pétra, sont également évoqués. Distants l’un de l’autre de 7 kilomètres, ces deux monuments se trouvent par ailleurs sur l’axe nord-sud du royaume, ce qui permet de supposer que chacun constituait également une station caravanière (Villeneuve 1988, p. 461), dont l’importance est notamment soulignée par la richesse et l’omniprésence du décor architectural. L’exposition de Bâle en présente un petit échantillon.

Une parenthèse est ensuite ouverte sur la culture urbaine du nord de la Jordanie, avec une évocation des cités de Philadelphia (l’actuelle Amman) et de Gerasa (aujourd’hui Jerash), qui formaient la Décapole, groupées avec huit autres cités de la rive orientale du Jourdain. Une courte présentation de leur production artistique souligne le poids de la culture hellénistique dans cette région.

Les espaces suivants sont consacrés aux découvertes archéologiques de Pétra. Dans un premier temps, une animation multimédia réalisée par l’École polytechnique fédérale de Zürich (ETH) présente l’ingénierie des Nabatéens qui étaient parvenus à capter et à redistribuer les eaux de pluie en élaborant un système hydraulique ingénieux.

L’accès à la seconde salle, où se trouvent véritablement exposées les splendeurs de Pétra, se fait grâce à un passage matérialisé par deux cartons couleur grès évoquant le « Siq », cette gorge étroite qui conduit à la cité rocheuse. Au bout de celui-ci, comme au bout du véritable « Siq », se trouve la « Khazneh » (le « trésor », nom arabe que les bédouins ont donné à ce célèbre tombeau-temple), ici représentée par une photographie. Au sol sont projetés des extraits de films rappelant que la bande dessinée (Tintin, Coke en stock) et le cinéma (Indiana Jones et la dernière croisade, Transformers 2) ont revisité le site de Pétra, pour le meilleur et pour le pire.

Un premier focus est fait sur le centre monumental de la ville, incluant des vues du « Great Temple », du « Temple aux lions ailés », ainsi que du « Qasr al-Bint » (le « Château de la fille »), avec la porte monumentale de son téménos. Malheureusement, l’absence de plan rend la restitution du contexte topographique difficile à saisir pour le visiteur ne connaissant pas le site. Les pièces présentées témoignent néanmoins de la richesse du décor architectural de Pétra. Ainsi l’un des chapiteaux à tête d’éléphant exposé dans la salle semble encore plus imposant que ses répondants qui se trouvent encore au sommet des colonnes du « Great Temple » (Joukowsky 1998) [Figure 2].

Figure 2 : Chapiteau à tête d’éléphant in situ. ”Great Temple”, Pétra (Photo A. Hamm)

Figure 2 : Chapiteau à tête d’éléphant in situ. “Great Temple”, Pétra (Photo A. Hamm)

La présentation du « Qasr al-Bint » évoque en particulier l’exèdre de cet imposant monument, qui abritait notamment les deux statues monumentales de Lucius Verus et de Marc-Aurèle, la tête du second ayant été découverte en 2004 par la mission française. Un panneau explicatif fait également découvrir au visiteur le décor de stuc qui habillait l’ensemble du bâtiment (Zayadine, Larché, Dentzer-Feydy 2003) [Figure 3].

Figure 3 : Angle nord-est du Qasr al-Bint avec décor stuqué, Pétra (Photo A. Hamm)

Figure 3 : Angle nord-est du Qasr al-Bint avec décor stuqué, Pétra (Photo A. Hamm)

La présence de ce décor d’applique offre une parfaite transition avec l’architecture privée abordée dans un second temps. Deux secteurs de Pétra sont présentés. D’une part, la villa d’ « al-Zantur IV » (The International Ez-Zantur Project, IEZP), fouillée et restaurée par l’équipe dirigée par B. Kolb, Professeur à l’Université de Bâle, et, d’autre part, le complexe palatial mis au jour par S. G. Schmid, Professeur à l’Université Humboldt de Berlin, et son équipe, au sommet de l’« Umm al-Biyara » (The International Umm al-Biyara Project, IUBP). La présentation du décor stuqué et peint de la villa nabatéenne permet au visiteur de mesurer combien la finesse des réalisations nabatéennes n’a rien à envier aux fresques de Pompéi dont elles reprennent par ailleurs les codes. Quant aux découvertes réalisées au sommet de l’ « Umm al-Biyara », elles fournissent un parallèle aux palais hérodiens qui, eux aussi, dominaient leur environnement.

Puis le visiteur abandonne l’architecture pour se consacrer trop brièvement à l’artisanat nabatéen. En effet, la céramique et la coroplastie (représentations animales ou humaines en terre cuite) se trouvent rapidement résumées en quelques vitrines ; il en va de même pour les petits objets ou les bijoux.

Les dernières étapes de l’exposition sont consacrées aux fameuses façades rupestres. Une photo présente le « Deir » (« monastère », en arabe), l’une des réalisations rupestres les plus célèbres de Pétra. L’accent est mis ensuite sur la restitution en trois dimensions du complexe du « Tombeau du Soldat Romain », qui se trouve dans le secteur du Wadi Farasa. Elle résulte des fouilles menées par le Stephan G. Schmid dans la première décennie des années 2000 (The International Wadi Farasa Project, IWFP). Il est néanmoins regrettable qu’une part plus grande n’ait pas été consacrée aux questions rupestre et funéraire. De la sorte, une grande partie du site n’a pas été présentée. Par ailleurs, un point sur la typologie des façades, suivi de leur restitution tridimensionnelle, aurait permis une approche plus pédagogique, puisque le visiteur aurait compris que Pétra ne se résume pas à ses seules façades rupestres.

En fin de compte, l’exposition rend hommage à J.-L. Burckhardt et célèbre le site de Pétra. Elle offre également l’occasion d’aborder la culture nabatéenne en Europe. Pourtant, sa scénographie est pour le moins troublante, même si l’intention était de rendre le visiteur moins passif. L’absence d’un plan de Pétra rend aussi difficile la perception de la topographie de la ville. Enfin, la part réduite réservée à l’artisanat, ainsi que l’absence d’une introduction à la typologie des façades, ne manque pas de frustrer celui qui connaît les richesses de la culture nabatéenne.

Le catalogue fournit toutefois un bon complément permettant de pallier certains manques de l’exposition, puisqu’il réunit globalement des articles rédigés par les spécialistes de chacun des domaines abordés.

Ressources citées

Petra. Begleitbuch zur Ausstellung Petra – Wunder in der Wüste. Auf den Spuren von J. L. Burckhardt alias Scheich Ibrahim, Antikenmuseum Basel und Sammlung Ludwig, Bâle, 2012.

The Association for the Understanding of Ancient Cultures (AUAC), The International Aslah Project (IAP). [En ligne]http://www.auac.ch/iap/

The Association for the Understanding of Ancient Cultures (AUAC), The International Ez-Zantur Project (IEZP). [En ligne] http://www.auac.ch/iezp/

The Association for the Understanding of Ancient Cultures (AUAC), The International Umm al-Biyara Project (IUBP). [En ligne] http://www.auac.ch/iubp/

The Association for the Understanding of Ancient Cultures (AUAC), The International Wadi Farasa Project (IWFP). [En ligne] http://www.auac.ch/iwfp/

Villeneuve François et Al-Muheisen Zeidoun, 1988, « Fouilles à Khirbet-Edh-Dharih (Jordanie), 1984-1987 – un village, son sanctuaire et sa nécropole aux époques nabatéenne et romaine (ierive siècles ap. J.-C.) », Comptes-rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres 132/2, p. 458479. [En ligne] DOI : 10.3406/crai.1988.14625

Wenning Robert, 2001, « The Betyls of Petra », Bulletin of the American Schools of Oriental Research 324, p. 79-95. [En ligne]  http://www.jstor.org/stable/1357633

Zayadine Fawzi, Larché François et Dentzer-Feydy Jacqueline, 2003, Le Qasr Al-Bint de Pétra : l’architecture, le décor, la chronologie et les dieux, Paris, Éd. Recherche sur les civilisations.

Pour citer ce billet : Aurore Hamm, « Bâle : aux portes de Pétra  », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypotheses.org), 30 janvier 2013. [En ligne] http://ifpo.hypotheses.org/4767

Aurore Hamm, doctorante (Aide à la mobilité internationale) en archéologie, est basée à Amman depuis septembre 2011 pour une période de deux ans. Inscrite en thèse depuis septembre 2010 à l’Université de Strasbourg sous la direction de Jean-Yves Marc (Université de Strasbourg) et de Jacqueline Dentzer-Feydy (CNRS 7041), elle s’intéresse à la question des influences du décor architectural nabatéen. Elle est associée à la mission archéologique française de Pétra.

Page personnelle : http://www.ifporient.org/aurore-hamm

Tous les billets de Aurore Hamm

Camps et “villages de toile” en Palestine

Des tentes sur le sol palestinien : dans la presse on les appelle tantôt des « colonies sauvages »,…

Des tentes sur le sol palestinien : dans la presse on les appelle tantôt des « colonies sauvages », tantôt des « villages de toile ». Les premières, ce sont les implantations illégales des extrémistes israéliens, qui finissent – à quelques exceptions près – par se transformer en « colonies de peuplement » tout à fait légales. Les seconds, ce sont les « villages » que les militants palestiniens ont imaginé de créer, sans doute moins pour contrer l’inexorable annexion de leurs terres que pour tenter, une fois de plus, d’alerter l’opinion mondiale sur leur situation.

A force d’être utilisés, les mots ont fini par perdre leur sens. C’est tout de même une des erreurs majeures de la propagande israélienne que de n’avoir pas perçu assez vite le côté terriblement négatif du mot settler, beaucoup plus anodin en anglais. En français comme dans beaucoup d’autres langues, « colon » ne renvoie pas aux pionniers de la nation, à l’assaut des terres vierges de l’Ouest sauvage (au passage dérobées à leurs habitants indiens). Il évoque davantage les réalités nettement moins glorieuses de l’expansionnisme colonial européen. D’où les efforts, dans quelques médias notamment, pour substituer aux inquiétantes « colonies » – sauvages qui plus est ! – de bien plus innocents « points de peuplement », qui pourraient faire oublier la réalité d’« Israël, fait colonial », comme l’affirmait déjà Maxime Rodinson dans un article célèbre publié en 1967 dans Les temps modernes, alors dirigés par Sartre.

On remarque la même gêne dans la presse occidentale lorsqu’il s’agit d’évoquer le nouveau phénomène que constitue la création, par les Palestiniens, de « points de peuplement » sur leurs terres. On parle de « village » sans doute, mais avec des guillemets qui soulignent leur caractère « virtuel » (l’adjectif est souvent employé). Jusqu’à cette trouvaille de la langue de bois médiatique, ces « villages de toile » (dans le Nouvels Obs par exemple), qui permettent de donner à l’actualité politique hivernale un cachet de vacances estivales parfaitement anodin. En gros, des jeunes gens faisaient une sorte de Rave Party quelque part dans la banlieue de Jérusalem durant le week-end, et la police est venue y mettre bon ordre…

La réalité, c’est que, le vendredi 11 janvier, des Palestiniens ont installé des tentes quelque part entre la Cisjordanie et Jérusalem-Est, sur le site d’un projet de colonisation. Après avoir évacué de force les quelque 200 militants (dont des internationaux) le dimanche, l’armée « nettoyait » définitivement les 24 tentes, en dépit d’un jugement de la Cour suprême qui ordonnait un délai d’une semaine et malgré « l’infiltration » de quelques nouveaux venus qui avaient réussi à tromper un court moment la vigilance des militaires en se faisant passer pour une noce ! Deux jours plus tard, nouvelle opération, cette fois-ci à Beit Iksa, un village pris en sandwich entre plusieurs colonies illégales, à une dizaine de kilomètres au nord-ouest de Jérusalem. L’armée vient de les évacuer mais les militants promettent déjà d’autres actions.

Dans la presse arabe, ces actions, répliques en miroir aux procédés utilisés depuis des années par les colons israéliens, ont suscité beaucoup d’intérêt. Par leur nom d’abord. « Porte de la dignité » (Bab al-karama) pour la dernière en date, en écho aux slogans scandés dans les soulèvements arabes probablement, mais peut-être aussi à la légendaire (pour les Palestiniens !) bataille de Karameh, au nord-est de Jéricho, qui marqua la véritable apparition du Fatah comme force combattante, en mars 1968. Quant à la première action de ce genre, « La porte du soleil » (Bab al-shams), son nom fait écho au célèbre roman d’Elias Khoury, publié en 1998 (traduction en français en 2001 chez Actes Sud/Sindbad) et porté au cinéma par l’Egyptien Youry Nasrallah en 2004.

Un texte mis en ligne par le romancier libanais sur sa page Facebook et repris dans la presse (ici par exemple) a beaucoup circulé. Il mériterait d’être traduit en entier (avis aux amateurs!) mais voilà au moins quelques extraits :

الجديد في تجربة باب الشمس يتمثل في ثلاث مسائل:
الأولى هي اسلوبها الجديد. فبدل رد الفعل لجأ المناضلات والمناضلون الفلسطينيون الى اخذ المبادرة، وبدل الاحتجاج السلبي لجأوا الى الاحتجاج الايجابي.

Trois points font la nouveauté de l’expérience menée à Bab al-Shams. Premièrement, son style : au lieu de se contenter de réagir, les militantes et militants palestiniens ont pris l’initiative, d’une opposition négative, ils sont passés à une opposition positive. (…)

الثانية هي ان هذا الأسلوب الجديد يعكس مناخات استعادة روحية النضال بعد الجدب الذي صاحب انطفاء الانتفاضة الثانية، اي ان تغيير الاساليب ليس مسألة شكلية، بل هو تعبير عن نضج ثقافي وسياسي.

En second lieu, ce nouveau mode de protestation reflète un état d’esprit, celui d’un retour de l’esprit combatif après la stérilité qui a suivi la fin de la Seconde intifada. En d’autres termes, ce changement des modalités du combat est bien plus que formel, il manifeste une maturité culturelle et politique. (…)

الثالثة هي ان النضال السلمي الذي سيشكل بوصلة العملية النضالية في فلسطين اليوم، ليس نقيضا او بديلا لأشكال النضال الأخرى. لا نريد ان ننتقل من تقديس احادية البندقية ورفض كل الاشكال الأخرى، الى تقديس النضال السلمي. النضال السلمي هو الشكل الملائم اليوم، لكنه لا ينسخ الأشكال الأخرى، بل يكملها وقد يصل في مرحلة لاحقة الى استخدام بعضها.

Troisièmement, la lutte pacifique, boussole du combat en Palestine aujourd’hui, ne vient pas en contradiction avec les autres formes de lutte, non plus qu’elle ne les remplace. Il ne s’agit pas de remplacer le culte exclusif du fusil et le refus de toutes les autres formes de lutte, par celui de la lutte pacifique. Celle-ci constitue la forme adaptée à la situation d’aujourd’hui, mais elle n’abroge pas les autres, elle les complète, quitte à devoir retourner à certaines des anciennes modalités par la suite. (…)

المخيم الجديد هو مخيم استعادة الأرض، والانغراس فيها وتعميدها بالعرق والدم والصمود.
تحية الى الذين صنعوا قريــــتنا التي فتحـــت باباً لشمس الحرية.

Le camp d’aujourd’hui, c’est le camp pour la récupération de la terre, pour s’y enraciner, pour la bénir par la sueur, par le sang et par la résistance tenace (sumûd). Salut à ceux qui ont fait notre village, un village qui ouvre la porte au soleil de la liberté.

Rarement à l’honneur dans les soulèvements arabes – si l’on excepte le poète tunisien du début du siècle, Aboul-Qassem Chebbi (أبو القاسم الشابي), dont les slogans d’aujourd’hui font écho à l’un de ses vers (اذا اراد الشعب يوما الحياة Si le peuple veut un jour la vie…) –, écrivains et poètes ont salué avec bonheur cette allusion littéraire. Dans un article publié sur le site d’Al-Jazeera, Amjad Nasser fait ainsi défiler tous les grands noms des lettres arabes qui ont habité si longtemps la cause palestinienne.

Parmi ceux-ci, Ghassan Kanafani bien entendu, fondateur comme le rappelle le poète et romancier jordanien de ce qu’on a appelé le « roman des frontières » (رواية الحدود ). Kanafani, assassiné en 1972 par un commando israélien à Beyrouth et à qui on laissera le dernier mot, celui qu’il a choisi comme titre pour une nouvelle du recueil célèbre, Umm Saad (أم سعد), publié en 1969. Parlant de son fils parti rejoindre le campement des feddayins à la frontière israélienne, Umm Saad tente d’expliquer ce départ au « fils des patrons » chez qui elle travaille… Khayma 3an khayma tafraq « Une tente et une tente, ce n’est pas pareil ! » (Texte arabe, ici.) La tente du camp de réfugiés et celle des combattants, ce n’est pas la même chose…

A leur manière, les jeunes militants en Palestine disent bien qu’on est en train de changer d’ère. Passer du camp de réfugiés aux tentes de toile qui se revendiquent village, ce n’est pas la même chose, c’est même tout un symbole.

Le dossier nucléaire iranien : La Turquie face aux défis de la médiation

(CU Independent Illustration/Josh Shettler)
L’Iran et l’occident ont toujours eu deux visions diverg…

(CU Independent Illustration/Josh Shettler)

L’Iran et l’occident ont toujours eu deux visions divergentes sur la question du nucléaire : en Iran l’énergie nucléaire est considérée comme un moyen pour moderniser et diversifier les sources d’énergie, ce qui est nécessaire pour répondre aux exigences d’une population à forte croissance démographique ; d’autre part, les gouvernements occidentaux doutent de la position iranienne et pensent que le programme nucléaire civil sert à la production d’armes nucléaires. En particulier, la crise nucléaire entre les États-Unis et leurs alliés d’ une part et l’Iran de l’autre est à la une des débats politiques depuis les déclarations de l’Iran de posséder des sites nucléaires, notamment dans les villes de Natanz et Arak en 2002.

L’implication de la Turquie dans la question du nucléaire iranien a commencé en 2009 dans le cadre des discussions autour de l’approvisionnement en carburant pour le réacteur de recherche de Téhéran (RRT), une installation construite par les États-Unis pour l’Iran du Shah et utilisée pour la recherche scientifique. En 2009, l’Iran avait demandé de l’aide à l’AIEA, l’Agence internationale de l’énergie atomique, pour trouver de nouveaux fournisseurs de carburant, et les États-Unis y virent l’occasion d’entamer de nouvelles négociations, en particulier sur la question de l’uranium faiblement enrichi (UFE). La réunion entre l’Iran et le P5 +1, c’est-à-dire le groupe des cinq membres permanents du Conseil de Sécurité de l’ONU plus l’Allemagne, fin 2009, ne permit pas d’aboutir à un accord et l’Iran commença à enrichir le combustible seul. Dans une tentative pour sortir de l’impasse, le directeur de l’AIEA Mohamed ElBaradei proposa de garder l’UFE iranien sous contrôle de l’AIEA dans un site situé dans un pays neutre dans cette affaire, et mentionna publiquement la Turquie comme site possible. Ainsi, une occasion se profilait pour la Turquie d’affirmer sa figure de médiateur et de gagner en prestige sur la scène internationale. En effet, on lui donnait l’opportunité de jouer un rôle dans un dossier aussi délicat que caractérisé par une longue histoire d’échecs diplomatiques. Cependant, le cas iranien a été révélateur d’une méfiance de la part des puissances occidentales envers la Turquie, et a fini par pousser cette dernière à revêtir un rôle controversé. La position de la Turquie, à la fois troisième partenaire commercial de l’Iran et membre de l’OTAN, était la garantie de sa neutralité et de sa crédibilité dans la poursuite des négociations. D’un côté elle reconnaissait le droit de l’Iran à l’enrichissement d’uranium, et s’opposait à toute attaque contre ce pays ainsi qu’à la suprématie des États-Unis sur le droit de décider qui peut avoir accès à l’énergie nucléaire civile. Néanmoins, elle partageait avec Washington et Bruxelles l’opposition à l’acquisition d’armes nucléaires par l’Iran. Par ailleurs, la Turquie était extrêmement motivée pour obtenir un accord sur la question nucléaire. Cela découle de sa vision du dossier iranien, selon laquelle il y a seulement trois options. Tout d’abord, une frappe militaire, qu’elle considère comme une catastrophe vu les tensions déjà existantes dans la région. Deuxièmement, les sanctions. D’une manière générale, Ankara estime que le régime iranien ne se rendra pas aux pressions occidentales et que les répercussions économiques de ces sanctions renforcent la position des extrémistes dans le pays. En outre, elles ont un coût très élevé pour la Turquie, surtout en considérant qu’un cinquième du gaz naturel et un tiers du pétrole utilisés en Turquie sont de provenance iranienne. Et troisièmement, les négociations. Cette dernière option est celle soutenue par la Turquie. Sa position est due à des considérations pragmatiques : à l’avenir, elle pourrait en effet avoir besoin de mener son propre programme d’enrichissement d’uranium. Elle a donc tout intérêt à affirmer ce droit contre le contrôle des États-Unis et de l’Europe en matière nucléaire. En général, même s’il y a des rivalités et des désaccords avec l’Iran, la Turquie a tendance à ne pas le considérer comme un ennemi. Pourtant, Ankara se trouve aujourd’hui beaucoup plus près de la position de Washington, ce qui a provoqué un réchauffement des relations avec les États-Unis.

Les bonnes relations avec les deux parties et un intérêt marqué pour trouver un accord diplomatique ont fait de la Turquie un médiateur fiable aux yeux des toutes les parties concernées. À côté du soutien de la part de l’AIEA déjà mentionné, Téhéran voyait favorablement un accord conclu par une puissance émergente comme la Turquie : il aurait ainsi affirmé le rôle du Sud dans un monde traditionnellement dominé par le Nord. En revanche, la position des États-Unis était ambiguë : officiellement ils appuyaient la Turquie, mais ils demandèrent également la participation du Brésil dans les négociations. En effet, le président Obama avait personnellement envoyé une lettre à la Turquie et au Brésil où il appuyait leurs engagement et décrivait les paramètres d’un accord acceptable (A Single Roll of the Dice: Obama’s Diplomacy with Iran Trita Parsi, 2012). Cette lettre fut aussi montrée aux Iraniens par les Turcs et cela fut décisif pour convaincre les Iraniens de conclure un accord (In Heavy Waters: Iran’s Nuclear Program, the Risk of War and Lessons from Turkey Crisis Group Middle East and Europe Report N°116, 23 February 2012). Dans le même temps, les États-Unis faisaient pression pour l’approbation des nouvelles sanctions contre l’Iran au sein du Conseil de Sécurité des Nations Unies. En général, l’administration Obama supportait les négociations sans vraiment croire en leur réussite et en agissant aussi par d’autres voies.

Entre-temps, faisant pression sur l’Iran pour accepter l’accord, et poursuivant des pourparlers permanents avec les États-Unis, l’Union Européenne et l’IAEA,  la Turquie et le Brésil réussirent à obtenir l’accord connu comme Déclaration de Téhéran en mai 2010 : l’Iran acceptait de déposer 1,200 kg d’UFE en Turquie, qui devait rester propriété de l’Iran. En outre, l’Iran et les observateurs de l’AIEA auraient pu disposer des observateurs pour surveiller l’uranium faiblement enrichi en Turquie. La République islamique d’Iran se déclarait prête à appliquer ces dispositions dans le mois : dans le même temps, le Groupe P5 +1 aurait dû livrer 120 kg de carburant nécessaire pour le réacteur de recherche civil iranien (TRR) dans un délai d’un an. ElBaradei, le directeur de l’AIEA, salua l’accord ; comme le fit l’establishment politique iranien. Pourtant, la percée apparente fut reçue froidement à l’Ouest car les États-Unis et ses alliés le trouvaient inacceptable. Ils affirmaient que l’Iran avait continué à produire de l’uranium enrichi afin que 1200 kg ne représentent que 50% de l’arsenal, et non pas 75% comme début 2009. Les responsables américains avaient donné à leurs homologues turcs et brésiliens des repères pour un accord, mais Erdoğan et Lula les avaient vus comme le résultat ultime à atteindre. On voit bien ici à quel point la position américaine était controversée. Un responsable turc a soutenu que pendant les négociations les diplomates turcs avaient été « en contact étroit avec les Américains et que ce qu’ils avaient fait était conforme à ce qu’Obama avait exposé dans sa lettre ». Pour ces raisons, la Turquie et le Brésil ont réagi avec étonnement et colère à la position de l’Occident.

Pour la Turquie, les résultats de sa diplomatie ont été mitigés. Elle a enregistré un certain succès avec la Déclaration de Téhéran, mais les concessions de l’Iran ont été jugées insuffisantes. De plus, elle a provoqué la colère des États-Unis et d’autres alliés en votant contre de nouvelles sanctions au sein de l’ONU (voir notre édition du 29 juin 2010). En autre, elle a affaibli sa crédibilité aux yeux des Iraniens : comment la croire lors d’une future négociation? Cependant elle a agi professionnellement, essayant de concilier les deux positions et finalement elle a su obtenir un accord dont elle était certaine qu’il allait être accepté par toutes les parties. Pourquoi alors un tel échec ? Au-delà du changement de position des États-Unis et de ses conséquences, ce cas suggère aussi le manque de confiance envers la Turquie de la part de l’Occident, ainsi qu’une certaine volonté européenne de conserver l’hégémonie sur les questions délicates. Par exemple, un analyste européen a déclaré que l’Iran avait conclu un accord avec la Turquie pour instrumentaliser cette dernière dans sa lutte contre l’Occident.

L’expérience de la Déclaration de Téhéran montre que la Turquie peut agir comme médiateur professionnel et efficace. Cependant, elle met aussi en lumière toutes les faiblesses des relations turco-européennes, les contradictions du style politique américain et la rigidité du système des relations internationales ; des facteurs contre lesquels même le meilleur des médiateurs ne peut rien.

Verdict sévère, image désastreuse, fabrication totalitaire – foi contre foi

Les accusés au Tribunal de Vinh le 9 janvier 2013. AFP/VNA
Assurément le régime communiste vietnamie…

Les accusés au Tribunal de Vinh le 9 janvier 2013. AFP/VNA

Assurément le régime communiste vietnamien prend peur. Il entend mener sa guerre contre « l’ennemi intérieur » avec détermination. Un groupe de 14 jeunes catholiques [1] vient de passer devant le Tribunal populaire de la province de Nghe An, localisé à Vinh, et de récolter, après deux jours de procès, un total cumulatif de près de 80 ans de prison comme l’affiche dans son titre le journal en ligne Dan Tri [2]. Le groupe a été accusé d’avoir ni plus ni moins fomenté un complot visant à « renverser le gouvernement populaire » (hoạt động nhằm lật đổ chính quyền nhân dân) selon la formule consacrée [3]. Ils étaient donc sous le coup de l’article 79 du code pénal vietnamien et passibles de la peine de mort [4]. Accusés d’être des membres du parti Viêt Tân, une organisation pro-démocrate exilée étiquetée « terroriste » par la Sécurité publique, ces quatorze citoyens entendaient mettre en pratique les principes de « l’évolution pacifique » (diễn biến hòa bình) par des « moyens non violents » (bất bạo động) pour déstabiliser le régime selon l’organe officiel du PCV (Parti communiste vietnamien) à Hanoi [5].

L’acte d’accusation rappelle qu’ils auraient mené des activités politiques depuis le début de l’année 2009, qu’ils auraient intégré l’organisation Viêt Tân qui leur aurait attribué des pseudonymes, fournis de l’argent et des documents pour mener à bien leur opération de subversion [6]. Selon le journal Tuoi Tre [Jeunesse], le chef de ce groupe serait Ho Duc Hoa, un catholique né en 1974 qui aurait reconnu les faits et se serait montré coopératif lors de l’enquête, explication de la « clémence de sa peine » (13 ans au lieu des 20 ans précisés dans la loi, voire la prison à vie ou la peine de mort pour les cas les plus graves) [7]. Sur 17 inculpés au départ, trois sont encore en fuite selon les autorités policières : il s’agit de Nguyễn Xuân Kim, Thái Văn Tư et Lê Sỹ Sáng aujourd’hui activement recherchés [8]. L’avenir nous dira s’il s’agissait d’agents infiltrés ou de réels « comploteurs ». La précision de l’acte d’accusation donne à penser que le groupe était infiltré et pour le moins très régulièrement suivi.

Le catholique Đặng Xuân Diệu à la barre. Source : Tuổi Trẻ

Le 9 janvier le verdict implacable est tombé : Hồ Đức Hòa, Lê Văn Sơn, Đặng Xuân Diệu écopèrent de 13 années de prison. Đặng Nguyễn Minh Mẫn de huit ans ; Nguyễn Văn Oai, Nguyễn Văn Duyệt, Thái Văn Dung, Trần Minh Nhật, Nguyễn Đình Cường chacun de quatre ans d’emprisonnement ; Đặng Ngọc Minh, Nguyễn Xuân Anh, Hồ Văn Oanh, Nông Hùng Anh chacun de trois ans d’emprisonnement. Toutes ces peines de prison ferme sont accompagnées de 2 à 5 d’assignation à résidence. Seul  Nguyễn Đặng Vĩnh Phúc écopa de trois ans de prison avec sursis [9].

Comme le démontrent les images qui circulent sur la blogosphère le procès se déroula dans une atmosphère oppressante avec la présence policière de « centaines de fonctionnaires de la police de Nghe An » pour assurer le bon fonctionnement du procès et « protéger le tribunal » comme le rappelle le chapeau d’un photographie publiée sur Tuoi Tre Online (Hàng trăm cán bộ, chiến sĩ Công an Nghệ An tham gia bảo vệ phiên tòa) [10]. La condamnation souleva un tollé de protestation des organisations de protection des droits de l’homme (Amnesty International, Human Rights Watch), des ambassades américaine et française (voir ci-dessous) ou de journalistes. La revue en ligne Eglises d’Asie ne manque pas de souligner les effets désastreux attendus de ce procès au verdict très lourd et met en doute sa véritable efficacité [11]. De son côté, l’agence Reporters Sans Frontières a déjà officiellement démenti, photo à l’appui, la version donnée par les autorités au sujet de Paulus Le Van Son en ces termes :

“Nous avons la preuve que les autorités vietnamiennes utilisent des prétextes fallacieux pour condamner les blogueurs critiques à son encontre. Paulus Le Son n’a jamais participé à un événement du Viet Tan entre le 25 et le 30 juillet 2011 pour la simple et bonne raison qu’il participait à une formation organisée par Reporters sans frontières, à Bangkok. Cette formation, à l’intention de blogueurs en provenance de différents pays d’Asie du Sud-Est, portait sur la gestion des réseaux sociaux et l’e-reputation. Cette condamnation n’illustre rien d’autre que la paranoïa des autorités qui, non seulement surveillent les moindres déplacements de ses citoyens mais sont aussi mal informées par leurs services de renseignement” [12].

Ce démenti ne nous apprend rien de nouveau si ce n’est qu’il met à jour de façon éclairante la fabrication de l’acte d’accusation concernant un des jeunes catholiques lourdement condamnés. La pratique est ancienne et le montage de dossiers à charge pour les “ennemis intérieurs” est une affaire qui remonte au moins à l’année 1946 lorsque la Sécurité publique et les Forces d’assaut du Viêt-Minh-PCI incriminèrent le VNQDD.

Enfin, les dirigeants du Viet Tan, qui s’opposent ouvertement ces pratiques totalitaires, ont dénoncé dans un communiqué de presse un simulacre de procès : “Viet Tan rejette les propos colportés par le tribunal communiste visant à rationaliser les charges de “subversion”” [13]. Les jeunes eux-mêmes ont refutés l’accusation de manipulation ou d’appartenance au Viet Tan en affirmant qu’ils ont agi par “patriotisme” [14]. L’affaire révèle néanmoins que les méthodes non-violentes d’opposition au pouvoir communiste divulguées par le Viet Tan font de plus en plus d’émules. Et la publicité que fait le pouvoir sur cette organisation, passée de la lutte armée dans les années 1980 à la lutte pacifique au milieu des années 1990, risque de se révéler à double tranchant. Le caractère “révolutionnaire” (cách mạng) de l’organisation (indiqué dans son appellation en vietnamien) et son association à des méthodes pacifiques pour mener à la “réforme” (canh tân) du système fait immédiatement penser aux soulèvements populaires qui ont mis à bas les régimes communistes de l’Europe de l’Est dans les années 1990 et les régimes autoritaires lors du “Printemps arabe” de 2010-2011. Plus près du Viêt-Nam, la véritable angoisse est illustrée par le Myanmar (engagé dans un processus démocratique) comme le souligne, dans le journal Le Monde, Tran Duc un des responsables du Viet Tan : “Les ‘printemps arabes’ ont échaudé le pouvoir, il a peur, d’autant plus que la situation politique birmane les inquiète” [15].

Bandeau hommage aux prisonniers de conscience catholiques sur le site du diocèse de Vinh à Hanoi.

L’impact de cette affaire est déjà connu à travers les micro-reportages des reporters de RFA (Radio Free Asia) [16]. La sévérité du verdict ne fait qu’encourager les jeunes catholiques dans leur foi et confère aux condamnés une aura de “martyrs”. En donnant la parole à d’autres catholiques pour recueillir leur avis, RFA a pu fournir la clé de ce verdict imposant :

« Beaucoup pensent que les autorités ont prononcé de très lourdes condamnations ; mais je pense autrement. C’est précisément à cause de la fermeté de leur foi chrétienne que les peines ont été si lourdes. D’habitude, pour alléger leur peine, les inculpés reconnaissent leur faute et demandent l’indulgence. Les jeunes catholiques sont restés fermes dans leur conviction et, avec persévérance, ont proclamé leur innocence. Ils ont été conduits par le désir de justice et de paix. Ils sont allés au-delà de leur peur au point de ne pas craindre l’internement… C’est à cause de cela que les autorités les ont condamnés si lourdement. » [17]

Il apparaît donc que c’est une affaire de foi qui a opposé les deux parties et qui mobilise aujourd’hui massivement le parti et la propagande d’Etat contre les catholiques. Les accusés les plus lourdement punis ont réfuté les accusations du tribunal en s’en remettant à leur foi chrétienne. Cet affront de la foi divine contre la foi totalitaire est sans doute à l’origine de la leçon infligée au-delà même de ce procès à tous ceux qui désireraient se mettre en travers du chemin dicté par le PCV pour ce pays. Avertissement donc pour les catholiques, les protestants, les bouddhistes, Hoa hao et autres caodaïstes qui seraient tenter de « se servir de leur foi » pour contrer la foi du prince, la foi autoritaire d’un régime qui n’entend pas se réformer mais se préserver. Et la justice dans tout cela ? C’est justement pour deux conceptions de justice que les deux parties s’opposent : une justice citoyenne contre la justice de l’Etat-Parti.

Qu’on ne s’y trompe pas la RSVN n’était pas menacée par un groupe de fous de Dieu désireux d’instaurer un Etat nationaliste religieux (le renouveau du Diemisme en quelque sorte). Non, elle avait affaire à une poignée de cyber-citoyens et bloggers inspirés par la lutte pacifiste pour transformer l’Etat-Parti en une réelle démocratie respectueuse des droits de ses citoyens. Brad Adams, le directeur Asie de l’organisation Human Rights Watch, considère cette affaire contreproductive pour le pouvoir :

“Au lieu de les emprisonner, le gouvernement vietnamien devrait leur rendre hommage pour leurs efforts déployés afin de traiter les multiples problèmes auxquels est confronté le pays, que le gouvernement a lui-même identifiés” [18].

En condamnant fortement ces jeunes activistes non violents, les autorités risquent fort de liguer un peu plus contre elles la partie de la population la moins bien lotie du système et de figer encore un peu plus les initiatives pour assouplir le régime. L’Etat-Parti s’est donc trompé de cible au risque de se perdre dans une répression sans fin face à une “autoévolution pacifique” redoutée mais devenue inévitable et même aujourd’hui souhaitable.

FG, 16/01/2013.

Notes

[1] Hồ Đức Hòa (1974-), Đặng Xuân Diệu (1979-), Lê Văn Sơn (1985-), Nguyễn Đặng Minh Mẫn (1985-), Nguyễn Đình Cương (1981-), Đặng Ngọc Minh (1957-), Nguyễn Văn Duyệt (1980), Nguyễn Văn Oai (1981-), Nông Hùng Anh (1983-), Nguyễn Xuân Anh (1982-), Hồ Văn Oanh (1985-), Thái Văn Dung (1988-), Trần Minh Nhật (1988-), Nguyễn Đặng Vĩnh Phúc (1980-). Voir : “Xét xử 14 đối tượng ‘âm mưu lật đổ chính quyền’”, VOV Online, 10/01/2013. (theo TTXVN).

[2] Voir : Hoàng Lam, “Gần 80 năm https://indomemoires.hypotheses.org/wp-admin/post.php?post=5253&action=edit&message=10tù cho nhóm đối tượng hoạt động nhằm lật đổ chính quyền”, Dân Tri, 10/01/2013.

[3] Voir en détail l’acte d’accusation sur Thanh Niên Công Giao [TNCG – Jeunesse Catholique] : “Bản cáo trạng của vụ 17 thanh niên Công Giáo và Tin Lành theo tội danh “Hoạt động nhằm lật đổ chính quyền nhân dân”, 02/12/2012. Repris par Dan Luan.

[4] Voir : “Bộ luật Hình sự Việt Nam sửa đổi, bổ sung 2009/Chương XI”, Wikisource.

[5] “Xét xử vụ án hoạt động nhằm lật đổ chính quyền nhân dân”, Nhân Dân, 10/01/2013.

[6] Voir l’article cité de VOV et l’acte d’accusation sur Dân Luân ou TNCG.

[7] Vu Toan, “Đề nghị mức án các bị cáo trong vụ Hồ Đức Hòa”, Tuoi Tre, 09/01/2013.

[8] VOV Online, art. cit.

[9] Voir par exemple: Xét xử 14 đối tượng ‘âm mưu lật đổ chính quyền’, Viet Nam Net, 10/01/2013. Le jugement a été reproduit en boucle à partir des informations de l’agence officielle TTXVN. Le site du Premier ministre Nguyen Tan Dung a également fait état du procès en cours le 09/01/2013. Deux sites locaux de la Cong An ont repris la dépêche : Cong An Da Nang et Cong An Nghe An (article de Hữu Nguyễn). Voir aussi le reportage de la télévision locale mis en ligne sur You Tube (intégré ici en fin d’article) : Việt Nam kết án tù 13 người Thiên chúa giáo với tội “lật đổ chính quyền”.

[10] Voir l’article sur TTO : Vu Toan, “Xử vụ Hồ Đức Hòa cùng đồng phạm hoạt động lật đổ chính quyền”, Tuoi Tre Online, 10/01/2013. Voir aussi : “Phiên Tòa Xét Xử 14 Thanh Niên Công Giáo Và Tin Lành ngày 08/01/2013″, Lien Ket Nguoi Viet, 08/01/2013 et les reportages sur le déroulement du procès sur RFA : Quỳnh Chi, “Tường thuật phiên toà xử các thanh niên Công giáo”, RFA, 08/01/2013 et Gia Minh, “Nhiều người bị ngăn cản tại phiên tòa xử 14 thanh niên Công giáo”, RFA, 08/01/2013.

[11] “Nghê An : les lourdes peines prononcées contre les jeunes chrétiens seront-elles aussi « dissuasives » que l’espèrent les autorités ?”, EDA, 14/01/2013.

[12] “RSF détient les preuves de l’innocence de Paulus Le Son”, RSF, 11/01/2013.

[13] “Quatorze défenseurs des droits de l’homme condamnés au cours d’un simulacre de procès au Vietnam”, Viet Tan, 09/01/2013.

[14] “Au Vietnam, 14 chrétiens condamnés à 80 ans de prison”, Radio Vatican, 11/01/2013.

[15] François Bougon, “Vague de répression au Vietnam contre des blogueurs catholiques”, Le Monde, 11/01/2013.

[16] Voir : Quỳnh Chi, “Kết quả phiên xử các thanh niên Công giáo và Tin lành”, RFA, 09/01/2013 et Khánh An, “Liệu những bản án mang tính “răn đe” có hiệu quả?”, RFA, 10/01/2013.

[17] EDA, art. cit. traduit de RFA.

[18] Le Monde, art. cit.

 

Pour en savoir plus :

* * *

Vietnam – Peines de prison prononcées à l’encontre de défenseurs des droits de l’homme (11 janvier 2013)

La France condamne les lourdes peines de prison prononcées le 9 janvier à l’encontre de 14 défenseurs des droits de l’homme par la Cour populaire de la province de Nghe An, au Vietnam. Plusieurs décisions similaires ont été prises ces derniers mois par les autorités vietnamiennes.

De telles décisions portent gravement atteinte aux droits de l’homme, notamment aux libertés d’opinion et d’expression et à la liberté d’association. La France rappelle que ces droits et libertés sont garantis par le Pacte international relatif aux droits civils et politiques, auquel le Vietnam est partie. Elle relève également que l’ASEAN vient d’adopter une Déclaration sur les droits de l’homme, visant à renforcer leur plein respect en Asie.

Source : Ministère des Affaires étrangères

* * *

La prononciation des peines par le Tribunal populaire de la province de Nghe An (reportage de la télévision locale)

La Palestine en réseaux : mobilisations sociopolitiques et enjeux identitaires

Ramallah, rassemblement populaire, 2 décembre 2012, photo DR.
L’Université de Birzeit (Territoires p…

Ramallah, rassemblement populaire, 2 décembre 2012, source V. G.

Ramallah, rassemblement populaire, 2 décembre 2012, photo DR.

L’Université de Birzeit (Territoires palestiniens) a accueilli le 3 décembre 2012 la deuxième rencontre du séminaire thématique du Département des études contemporaines (DEC) de l’Ifpo : « La Palestine en réseaux : du concept à l’étude de cas ». Au-delà de la diversité des objets de recherche, des méthodes d’enquête et des appartenances disciplinaires, les participants ont axé leur réflexion sur la recomposition des « identités » palestiniennes au regard des mobilisations sociopolitiques appréhendées sur le temps long, des enjeux mémoriels et des phénomènes de transnationalisation des modes d’action militants. Dans une perspective résolument critique à l’égard des conceptions culturalistes, essentialistes et romantiques de la « question palestinienne » – qui restent trop souvent dominantes dans le champ intellectuel dès lors qu’on traite du sujet passionnel de la Palestine –, trois études de cas ont été présentées : les mobilisations de la communauté afro-palestinienne dans la vieille ville de Jérusalem (Raed Bader, Assistant Professor à l’Université de Birzeit), les réseaux militants autour de la Palestine internationalisée (Nicolas Dot-Pouillard, chercheur à l’Ifpo, par vidéoconférence) et les « nouveaux » mouvements protestataires palestiniens dans le sillage des printemps arabes (Abaher Al-Saqqa, directeur du département de sociologie à l’Université de Birzeit). Malgré l’extrême hétérogénéité des objets traités, c’est bien la Palestine comme réservoir de sens et d’identifications collectives qui est interrogée par les participants du séminaire à travers les récits de vie, l’analyse des statuts sociaux passés et hérités, l’étude des modes d’insertion différentiels dans l’univers palestinien (local, régional, transnational) mais aussi l’évolution des représentations et des mentalités des acteurs sociaux. En effet, si la « cause palestinienne » agit incontestablement, depuis plus de cinquante ans, comme un puissant vecteur de mobilisation politique, d’émotions et de passions collectives, cette permanence imaginaire cache aussi des ruptures, des discontinuités, des modes de revendication et d’expression publiques, qui intègrent très largement les transformations sociopolitiques à l’œuvre dans l’environnement régional et international.

Miniature persane représentant Bilal, le premier muezzin de l’islam

Miniature persane représentant Bilal, le premier muezzin de l’islam

Ethnicité noire et identité palestinienne : un mode fusionnel ?

La communauté noire de la vieille ville de Jérusalem est estimée selon les sources de 350 à 500 individus, soit une quarantaine de familles vivant dans le quartier dit « africain » à quelques centaines de mètres de la mosquée Al-Aqsa. Revendiquant ouvertement leur identité palestinienne, profondément ancrée dans la citadinité (gardienne des lieux saints), reconstruite souvent sur un mode imaginaire et héroïque (références récurrentes aux périodes glorieuses de l’histoire islamique et notamment au personnage de Bilal, le muezzin noir du Prophète), les Afro-Palestiniens cherchent simultanément à euphémiser leurs origines serviles (l’esclavage reste un sujet tabou dans la communauté), tout brandissant une « identité afro-palestinienne » de plus en plus assumée. Ils rejettent catégoriquement la qualification de ‘abid (« serviteur » en arabe), rappelant trop la condition d’esclave mais, qui est parfois employée à leur égard par certains Palestiniens « blancs » pour les désigner péjorativement.

Une stratégie d’ethnicité complexe, où l’attachement à l’identité palestinienne et l’engagement actif dans la résistance contre l’occupation israélienne (nombreux parmi les Afro-Palestiniens sont des anciens fedayins) se combinent à des modes d’affirmation particulariste, où l’exaltation d’une certaine négritude (même si le terme peut paraître inapproprié dans le contexte palestinien) est brandie comme un gage de loyalisme et de fidélité à « la cause ». Ici, les récits mythiques sur les origines migratoires des Afro-palestiniens de Jérusalem fonctionnent comme une forme de réassurance identitaire, où le particularisme noir s’exprime moins en réaction à une identité dominante (comme chez les Afro-Américains à l’égard de la majorité WASP), que comme preuve d’appartenance incontestable à l’univers palestinien, et comme volonté de se démarquer à tout prix de la figure du colon (l’Israélien). Les contacts avec les autres Noirs séjournant à Jérusalem sont rares, voire proscrits : le Juif d’origine éthiopienne (Falacha), par exemple, n’est jamais perçu comme un « frère de race » mais toujours comme un oppresseur. Le projet de recherche initié par Raed Bader sur la « communauté noire » d’Al-Qods et, dans une perspective plus globale, sur les Afro-Palestiniens (majoritairement concentrés à Gaza, Jéricho et dans le désert du Néguev) ne prétend pas verser dans l’exotisme anthropologique ou la curiosité folkloriste – à l’instar de ces touristes européens qui viennent visiter Harlem en bus climatisé –, mais interroger les différentes manières d’être Palestinien par-delà des visions unanimistes et romantiques d’un peuple supposé culturellement et ethniquement homogène.

La vieille ville de Jérusalem, décembre 2012, source V. G.

La vieille ville de Jérusalem, décembre 2012, photo DR

Palestine internationalisée : une déterritorialisation militante ?

Cette identification inconditionnelle à « la cause » peut apparaître encore plus surprenante quand il s’agit d’étrangers, n’ayant aucune racine familiale attestée sur la terre de Palestine. C’est précisément l’objet de la recherche développée par Nicolas Dot-Pouillard qui s’intéresse à ces militants arabes, européens, latino-américains, japonais, etc., qui se sont engagés dans la résistance palestinienne. À partir d’une approche prosopographique inédite, retraçant les carrières de plusieurs dizaines d’activistes pro-palestiniens, l’auteur recourt à la notion de « Palestine internationalisée », dont les ressorts de mobilisation reposent principalement sur une forme de déterritorialisation militante, des flux d’échanges idéologiques et symboliques qui ont la particularité de se manifester à distance (Europe, Amérique, Asie) ou aux périphéries de la Palestine historique (Jordanie, Liban, Syrie, etc.). On est en présence d’une forme spécifique d’engagement militant, qui non seulement s’exerce en dehors des frontières du territoire qu’il prétend libérer mais, en plus, mobilise des acteurs non-nationaux, dont les trajectoires familiales – souvent hétérogènes – ne les prédestinaient en rien à se sacrifier ou à mourir pour la Palestine. Avec le temps, ces modes d’engagements radicaux (lutte armée, terrorisme, kidnappings, etc.) cèdent la place à des formes de lutte plus pacifiques qui empruntent très largement aux répertoires d’action des nouveaux mouvements sociaux (sit-in, pétitions, mémorandums, manifestations de rue, tribunes médiatiques, etc.). Ce processus de pacification de la militance pro-palestinienne se produit sous l’effet conjugué de deux phénomènes distincts : d’une part, les anciens activistes ont généralement opéré une reconversion pacifique de leur capital protestataire radical (renonciation à la violence), tout en restant fidèles à « la cause » (légalisme mais pas de repentance) ; d’autre part, l’émergence de nouvelles générations militantes peu portées à l’action violente et davantage soucieuses de renforcer la crédibilité démocratique de leur engagement pro-palestinien. Toutefois, l’on ne saurait parler de « rupture générationnelle », dans la mesure où les relations entre les « anciens » et les « nouveaux » activistes pro-palestiniens sont fréquentes. Ainsi, selon N. Dot-Pouillard, convient-il davantage de parler de continuité historique de la « Palestine internationalisée » qui, en dépit des transformations des modes d’action et des cadres idéologiques, reste un puissant levier de mobilisation à l’échelle arabe et internationale.

Ramallah, rassemblement populaire, 2 décembre 2012, source V. G.

Ramallah, rassemblement populaire, 2 décembre 2012, photo DR.

Vers une recomposition des espaces protestataires palestiniens ?

Si, en ce début de XXIe siècle, la Palestine continue à mobiliser des militants étrangers aux quatre coins du monde, le phénomène inverse est également vrai : les nouvelles générations militantes palestiniennes, qui n’ont pourtant connu que la Palestine comme cadre de vie quotidienne, ont tendance à calquer leurs modes d’actions sur les standards internationaux et à se décentrer de la cause palestinienne, comme unique moteur de leurs mobilisations collectives. Dans ses recherches, Abaher Al-Saqqa s’intéresse aux nouveaux mouvements de contestation palestiniens qui ont émergé dans le sillage des révolutions tunisienne et égyptienne. L’auteur met en évidence un certain processus de « décentration » de la cause palestinienne qui n’est plus vécue sur un mode exclusif et unanimiste mais qui intègre désormais la revendication démocratique. Les manifestants palestiniens ne dirigent plus seulement leur colère contre l’occupant israélien mais aussi contre l’autoritarisme de leurs propres gouvernants et leurs courroies de transmission politique et idéologique au sein de la société palestinienne, à savoir le Fatah en Cisjordanie et le Hamas dans la bande de Gaza. Ces nouveaux mouvements protestataires sont relativement composites, puisqu’ils rassemblent à la fois des anciens activistes déçus par les organisations classiques, des syndicalistes, des jeunes politisés refusant la tutelle des partis dominants. Leurs sources d’inspiration protestataire ne puisent plus seulement dans l’histoire politique palestinienne mais très largement dans les mouvements contestataires du monde arabe qui ont contribué à renverser les régimes autoritaires : les nouveaux héros de la contestation sont désormais tunisiens, égyptiens, yéménites et pas exclusivement palestiniens. Leur rhétorique contestataire s’alimente très largement de celle des autres manifestants arabes, comparant le pouvoir « trop paternel » du Fatah et du Hamas à celui de Ben Ali ou de Moubarak. Toutefois, ce processus de décentration produit ses propres limites, très largement exploitées par les autorités palestiniennes en Cisjordanie comme à Gaza pour étouffer la contestation : le caractère toujours plus pesant de l’occupation israélienne constitue à la fois un frein objectif à la réussite de la mobilisation et aussi un puissant facteur de dissuasion, au risque d’être accusé de diviser la résistance palestinienne face à l’ennemi commun : l’État d’Israël.

À travers ces trois études de cas, on comprend dès lors la nécessité d’intégrer la réflexion sur les identités politiques palestiniennes « en réseaux » dans une perspective plus large, faisant définitivement sortir la Palestine de sa situation d’isolat politique et, au-delà, de son statut d’isolat scientifique, dans laquelle on la cantonne trop souvent dans le champ des sciences sociales.

Pour citer ce billet : Vincent Geisser, « La Palestine en réseaux : mobilisations sociopolitiques et enjeux identitaires », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypothèses.org), 9 janvier 2013. [En ligne] http://ifpo.hypotheses.org/4666

Vincent Geisser est chercheur CNRS à l’Ifpo de Beyrouth depuis le 1er septembre 2011. Il anime un programme de recherche sur « Femmes et Pouvoir au Liban » et coordonne le séminaire général du Département des études contemporaines : « Liban, quel État pour quels citoyens ? ». Parmi ses dernières publications, l’ouvrage Renaissances arabes. Sept questions sur des révolutions en marche, paru aux éditions de l’Atelier en 2011 (avec Michaël Béchir-Ayari) et Dictateurs en sursis. La revanche des peuples arabes, éditions de l’Atelier, 2009 (avec Moncef Marzouki).

Page web : http://www.ifporient.org/vincent-geisser

Tous les billets de Vincent Geisser

On a dansé sur la lune ! (1/2) Dabke on the moon ندبك عالقمر

La vague d’enthousiasme soulevée par le « Printemps arabe » n’est plus que faibles clap…

La vague d’enthousiasme soulevée par le « Printemps arabe » n’est plus que faibles clapotis et les rappeurs d’outre-Méditerranée, un temps à l’honneur dans les médias célébrant les nouvelles voix de la révolution, sont bel et bien oubliés. Il est vrai que cela ne change pas grand chose pour ceux qui, de toute façon, n’ont jamais vraiment intéressés les grands canaux d’information parce qu’ils n’avaient pas leur place dans le récit trop lisse des soulèvements.

Cela concerne, entre autres musiciens, ceux du groupe Dam, défricheurs à la fin des années 1990 du rap palestinien, lui-même pionnier (avec ses équivalents au Maroc, en Tunisie et au Liban) du rap arabe – on a déjà eu à plusieurs reprises l’occasion de parler d’eux (ici par exemple, il y a un peu plus de 6 ans !) et de leur formidable morceau Qui est le terroriste ? Trop « politiques », trop « engagés », pas assez conformes aux catégories toutes faites (bons garçons laïcs vs vilains barbus) et trop dérangeants avec leur statut complexe d’« Arabes israéliens »… En tout cas, pas au bon endroit du « Printemps arabe » car il n’était pas prévu au programme que la grande geste de la libération concerne également les quelque cinq millions de Palestiniens vivant sur le territoire de la Palestine historique.

Le groupe phare de la scène rap palestinienne a donc sorti un titre remarquable, à plus d’un titre, mais on n’en a guère parlé. Deux trois références sur Google News en remontant jusqu’en décembre pour la requête « Dam + Rap » alors que le groupe a sorti, cinq ans après le précédent, son second album. Cinq ans, c’est un délai étonnant pour des musiciens dont certains titres – Born Here ou Who’s the terrorist? par exemple – ont été visionnés sur YouTube plus d’un million de fois. Cela est dû en grande partie à la volonté du groupe d’être fidèle à ses convictions en se tenant en marge de l’industrie du disque, qu’il s’agisse des sociétés de production israéliennes ou des majors de l’entertainment business arabe du type Rotana. Pour contourner l’obstacle, les trois musiciens ont eu l’idée, il y a quelques mois, de s’autoproduire en lançant une souscription (avec une petite vidéo plutôt sympa) sur le site de financement participatif (crowd funding) Indiegogo. Cela n’a pas tout à fait aussi bien fonctionné que prévu mais la moitié de la somme attendue a tout de même été réunie.

Remarquable, le nouvel album l’est surtout artistiquement. Le titre, déjà, tranche avec le ton presque toujours très engagé et rarement comique du groupe. Nadbuk 3al qamar – Dabke on the moon –, la tonalité est nettement plus légère qu’à l’habitude. Musicalement aussi, le ton a changé, avec, pour une fois une chanson à la fois en anglais et comique, voire sarcastique : Mama I’ fell in love with a Jew! « She was going up, I was going down » rappelle tout de même le refrain de ce titre racontant l’improbable rencontre d’un Palestinien et d’une Israélienne dans un ascenseur en panne… Déjà pratiqué également, avec la chanteuse Abeer al-Zinati alias Sabreena Da Witch pour le titre Born here par exemple, le recours à des contributions extérieures au trio passe par la participation de chanteuses comme Mouna Hawa ou Amal Murkus, mais également d’invités moins attendus. Les frères Jubran, bien connus en France, et au piano Bachar Khalifé, le fils du célèbre chanteur et joueur de oud libanais, interviennent ainsi sur Lettre de prison (Risâla min zinzâna) un titre sorti un peu avant les autres morceaux, pour accompagner, en mai 2012, la longue grève de la faim, en définitive victorieuse, de quelque 1550 détenus palestiniens en Israël.

Cinq années ont passé depuis le précédent disque (Ihdâ’), et nul doute que le groupe Dam a vieilli. Il a mûri, plutôt, car sa révolte, intacte, est plus maîtrisée, moins spontanée peut-être mais plus construite. A l’image des paroles de Lettre de prison que le groupe a écrites en travaillant avec Addameer, la principale organisation palestinienne de soutien aux prisonniers, qui a communiqué lettres et documents sur lesquels sont basés les trois « récits » des personnages de la chanson. (A noter que les textes, en arabe et en anglais, sont disponibles sur le site du groupe.)

Publié sur le site Jadaliyya, un entretien donne la parole à un des interprètes, Tamer Nafar, qui explique ainsi que cette Lettre de prison évoque, au-delà des seuls prisonniers, la situation de tous les Palestiniens, occupés dans leur propre pays. Une prison devenue plus insupportable encore à vivre au temps des soulèvements arabes. Une dabké sur la lune, c’est une manière d’exprimer cette envie terrible de décoller, quitte à jeter par-dessus bord les vieux dictateurs qui empêchent le vaisseau spatial de décoller. We are trying to fly a spaceship, but it doesn’t fly because it is overweight. So we have to throw out all the leaders and dictatorships. As soon as we throw them over we can fly and reach the moon and dabke.

Dabke on the moon, c’est aussi le manifeste de ceux qui se sont mis à croire en eux-mêmes et à se dire qu’au lieu de creuser des tunnels à Gaza ils pouvaient aussi rêver d’atteindre la lune… They [the US] are responsible for that because if the US didn’t sponsor Israel, then Israel would not have money to build walls and put Gaza under siege, and maybe we would have the chance to reach the moon instead of digging tunnels. So we fantasized about it and suddenly the Arab Spring came and we said “fuck it,” we can change things, and we want go to the moon. Armstrong went to the moon and he put up the flag. We don’t really like flags and patriotism… we are artists, so we decided to go to the moon and dabke.

(La suite la semaine prochaine…)

mais tout de suite, une très belle vidéo, sortie un peu avant Dabke on the moon, en hommage au metteur en scène Julian Mer Khamis, assassiné devant son théâtre, dans le camp de Jénine, le 4 avril 2011 (jour anniversaire de la mort de Martin Luther King en 1968). C’est lui qui avait réalisé la vidéo de Born Here en 2004, et c’est lui qu’on voit sur le clip, ainsi que les enfants de son théâtre filmés lors de son enterrement. Comme ils le disent dans cet article, Juliano’s way est un très bel hommage des artistes du groupe Dam à quelqu’un qui pensait que son foyer se trouvait là où vivent ceux qui subissent l’oppression.

Photo en haut du billet : une œuvre, à juste titre très célèbre, de Larissa Sansour, artiste palestinienne à qui il arrive d’être censurée en Europe…

Le feuilleton syrien et la crise (feuilletons et géopolitique : 2/2)

En bonne logique, les choses devraient être assez simples : fierté du pays sous les Assad, l’…

En bonne logique, les choses devraient être assez simples : fierté du pays sous les Assad, l’industrie syrienne du feuilleton télé, largement aux mains des soutiens du régime, devrait être la cible de toutes les attaques. Avec pour arme de destruction massive, un produit concurrent plébiscité par le public arabe, le feuilleton turc, en provenance d’un pays en première ligne dans le conflit qui fait rage dans une région laquelle, il n’y pas seulement un siècle, était encore une province ottomane. La logique voudrait encore que dans cette bataille la drama égyptienne, éternelle rivale de la syrienne, soit l’alliée de la Turquie puisque « pharaon » tout comme « le dernier des sultans » (sur ces expressions, voir le précédent billet) appellent l’un comme l’autre à la chute de la maison Assad…

Naturellement, ce n’est pas aussi simple et il se trouve que, dans l’univers de la production télévisée, le monde arabe fait en quelque sorte front commun contre l’envahisseur du Nord dont les feuilletons captent une partie toujours plus grande du public. Le Turc et ses trucs de femmes étant le grand danger, on se dit au Caire que le marasme de l’industrie locale pourrait être surmonté en injectant une dose de romansiyya alla turca dans la production (article en arabe ), quitte à commencer par des coproductions histoire de se faire la main avec les pro du genre (re-article en arabe). Pendant ce temps-là, à Damas, la société Clacket, une des grosses boîtes de production, se donne pour mission de faire « mieux que les séries turques » (article en arabe).

Un projet aussi ambitieux a de quoi étonner car Clacket fait partie de ces nombreuses sociétés qui devrait être dans une situation particulièrement difficile. Et comment pourrait-il en être autrement alors que la situation que vit le pays depuis bientôt deux ans rend les tournages quasi impossibles, que bien des acteurs ont quitté le pays, que la plupart des chaînes arabes se rangent aux consignes officieuses de leurs propriétaires pour boycotter tout ce qui vient du pays des Omeyyades et que, pour couronner le tout, les recettes du doublage en arabe sont en principe taries puisqu’elles étaient réalisées pour des feuilletons turcs, en provenance par conséquent d’un pays pas loin d’être en guerre avec la Syrie ?

Mais justement, les nouvelles à propos de l’industrie du feuilleton en Syrie sont presque aussi contradictoires que celles qui parviennent du conflit armé sur le terrain ! Comme le régime de Bachar El-Assad, la drama syrienne pourrait se révéler plus solide que prévu ! Pour la prochaine saison (à savoir ramadan 2013), une bonne dizaine de projets, au moins, sont désormais en route, ce qui est un résultat un peu en deçà des années précédentes, mais tout de même assez inattendu au regard des circonstances. Clacket par exemple, la société de Laith Hajjo, une de ces personnalités proches du régime à qui les pressions internationales devraient rendre la vie fort difficile, loue désormais des studios à Beyrouth pour y réaliser ce qu’elle ne peut arriver à faire en Syrie. Quant aux tournages en extérieur, la question se pose surtout pour les intrigues à caractère socio-politique, tandis que le produit phare, le feuilleton historique « à la damascène », trouve plus facilement à s’abriter dans les studios ou même dans les rues de la vieille ville, une des zones moins troublées que les autres jusqu’à présent. Pour ce qui est du doublage, les sociétés spécialisées affirment que les commandes viennent de l’étranger et ne sont donc pas affectées par la situation économique du pays. Quant au fait qu’une partie des acteurs et actrices vedettes, réfugiées à l’étranger, ne soient pas disponibles, c’est l’occasion, pour certains, de donner sa chance à une nouvelle génération, et en tout cas de produire à des prix encore plus bas !

Reste LE feuilleton syrien par excellence, l’immensément célèbre Bab al-Hara dont le public arabe, toutes sensibilités politiques confondues, attend avec impatience une nouvelle saison. Côté régime, certains accusent désormais cette saga populaire d’avoir contribué aux soulèvements en diffusant une image trop favorable de la révolte contre l’injustice du pouvoir ! D’ailleurs, ne voyait-on pas dans certaines scènes flotter l’ancien drapeau syrien repris notamment par l’Armée syrienne libre (voir l’image en haut de ce billet) ? Côté production, la première chaîne concernée, la très saoudienne MBC, ne peut bien entendu pas imaginer une seconde acheter un produit made in Syria, alors que la solution d’un tournage en studio, à Dubaï, a été repoussée dans un premier temps parce que trop onéreuse… Un argument qui peut étonner d’ailleurs, et qui peut donner à penser que ce n’est pas le seul problème.

Il pourrait y avoir celui des acteurs. Nombreux sont ceux qui ont pris position contre le régime, parfois après de longues hésitations comme le très célèbre Jamal Souleiman, « ambassadeur du feuilleton syrien » et même « artiste du pouvoir » (il est le gendre d’un ministre important de Hafez el-Assad : portrait nuancé dans cet article en arabe). Mais à l’image de la société syrienne, la profession, divisée, compte également pas mal de soutiens au régime. Pour ne rien dire de ceux qui ont définitivement disparu. Peu signalée en dehors du monde arabe, la mort du comédien Muhammad Rafea (محمد رافع : voir ci-dessus justement dans Bab al-Hara) au début du mois de novembre a beaucoup marqué l’opinion qui, pour une bonne part, a eu du mal à croire qu’un de ses acteur préférés ait pu être un collaborateur, un indic armé des shabbiha, ce qui lui a valu d’être tué par des miliciens se revendiquant des forces rebelles.

Mais la vraie difficulté sans doute, c’est que personne dans le monde arabe n’imagine pouvoir trouver plaisir à suivre, au prochain ramadan, les péripéties à la fois exaltantes et savoureuses des héros de Bab al-Hara, à un moment où ce pays, qualifié naguère par les théoriciens du Baath de « cœur de battant de l’arabité » continuerait à se déchirer. Et le monde arabe avec lui…

Une achoura version turque (2)

Le Blog de l’OVIPOT publie aujourd’hui le deuxième volet du reportage de Jean-Paul Burdy, consacré à…

Le Blog de l’OVIPOT publie aujourd’hui le deuxième volet du reportage de Jean-Paul Burdy, consacré à la cérémonie d’ouverture de l’achoura (așura) des chiites d’Istanbul, qui s’est tenue, le samedi 24 novembre 2012, dans la métropole. Après les rites et l’ambiance de l’événement largement évoqué dans le premier volet (cf. notre édition du 17 décembre 2012), ce second volet montre que cette achoura turque a pris aussi l’aspect un long meeting politique, ancré dans l’actualité du Proche-Orient…

Un long défilé d’orateurs

 Les trois heures d’interventions s’expliquent par un long défilé d’orateurs, selon un protocole minutieux, hiérarchisé et minuté qui n’est pas sans rappeler parfois la période et les rites soviétiques: lecture des messages des autorités nationales puis locales qui n’ont pas pu faire le déplacement (le président de la République 3, le premier ministre, le président de l’Assemblée nationale, le président du Diyanet, le maire d’Istanbul, etc.), lecture des messages de fraternité confessionnelle des autorités sunnites, et surtout des alévis-bektashis, puis succession de discours de personnalités, et enfin discours des trois figures essentielles de la cérémonie. Les orateurs « laïques non élus politiques» ont une tenue vestimentaire uniforme: costume noir, chemise blanche à col ouvert -on est là clairement dans le modèle iranien. Au revers de la veste, une cocarde verte et jaune ornée du portrait de Ali. Les politiques turcs respectent en revanche le code costume-cravate, les quelques mollahs iraniens et irakiens portant les habituels turbans blancs ou noirs sur une robe marron ou noire. Les orateurs de 2012 sont, sous bénéfice d’inventaire détaillé, les mêmes que lors des années précédentes: le président du groupe parlementaire CHP à l’Assemblée et plusieurs autres représentants nationaux ou stambouliotes de ce parti 4 ; différents élus du parti AKP au pouvoir (en général des parlementaires ou conseillers de la mairie métropolitaine d’Istanbul), le parti d’extrême-droite nationaliste MHP, le parti islamiste de la Félicité (Saadet). Il est aussi rappelé que d’autres achouras ja’faries se tiennent ailleurs en Turquie ce même jour: à Izmir, mais surtout à Iğdir et Kars, deux des principales villes d’origine des ja’faris d’Istanbul.

 Mais les trois « morceaux de choix », en fin de matinée, étaient les discours respectifs du « leader des chiites ja’faris de Turquie » Selahattin Özgündüz , du président du Majlis iranien Ali Larijani, et du président de la commission des Affaires étrangères du Parlement irakien, le mollah Humam Khammudi. Avec ces trois orateurs, on est passé des discours protocolaires, répétitifs et convenus, et pour tout dire fastidieux, à des interventions politico-religieuses offensives. La dimension religieuse était évidente, y compris parce que ces discours ont respecté les codes du lamento chiite. A plusieurs reprises, le propos de Selahattin Özgündüz sur le martyre de Hussein a ainsi été cassé par des sanglots de l’orateur, avec larmes en gros plan sur les écrans géants, provoquant en une forme de répons pleurs et sanglots parmi la foule, et slogans à la gloire de Hussein lancés par les jeunes des premiers rangs et repris, bras levés, par la foule (masculine et féminine). Ali Larijani, qui a présenté à l’auditoire les salutations du Guide suprême iranien Ali Khamenei aux chiites turcs, a semblé déclamer un poème plus que prononcer un discours, dans une belle langue persane scandée: il a souligné l’importance du « mode de vie de l’achoura chiite comme modèle pour une vie humaine et fraternelle ». Quand à l’orateur irakien, c’est un prêche en arabe qu’il a prononcé, haché par une traduction en turc tonitruante. Tous trois ont longuement évoqué Kerbala, Ali et Hussein, l’importance de l’achoura, la solidarité des chiites, l’unité des musulmans, l‘oumma. Mais ils ne se sont pas confinés au religieux.

De la politique intérieure turque aux questions régionales…

Au plan de la politique intérieure turque, les relations des dirigeants des ja’faris avec le gouvernement AKP n’apparaissent ainsi pas aussi bonnes qu’elles pouvaient sembler l’être deux ou trois ans auparavant. Selahattin Özgündür (photo de droite) a donc vivement critiqué l’attitude de la Direction des Affaires religieuses, le Diyanet, lui reprochant de disposer des crédits et de moyens de l’Etat sans en faire bénéficier l’ensemble des citoyens: à l’évidence, les ouvertures espérées par les chiites ja’faris et les alévis n’ont pas eu lieu, et ces deux confessions se considèrent toujours comme ignorées et discriminées par le sunnisme hanéfite officiel. Critiques également contre l’Education nationale, et contre la TRT (les chaînes officielles de la Radio-Télévision de Turquie) pour les mêmes motifs de non-prise en compte de la diversité « des idées et des croyances ». Il en appellera donc à une « nouvelle constitution plus juste et plus égalitaire » dans ces domaines.

Au plan régional, les discours de Selahattin Özgündüz et d’Ali Larijani (photo de gauche, plus bas) ne pouvaient également que retenir l’attention. Car ils ont longuement évoqué l’Iran, et l’amitié et le soutien de la République islamique d’Iran à ses frères chiites ja’faris turcs. A.Larijani a rappelé « le coup porté par la révolution islamique et les principes de Hussein » à l’impérialisme américain, en Iran puis en Irak. Sur l’Irak, l’orateur turc a stigmatisé la menace du terrorisme salafiste qui frappe la population irakienne, majoritairement chiite. Tous deux ont longuement stigmatisé Israël, ou plus exactement « le complot impérialiste-sioniste » qui était en train de frapper le peuple palestinien à Gaza: Israël, Etats-Unis et Angleterre ont été mis dans le même panier des responsables et acteurs de ce complot. Les deux leur ont opposé « le courage et l’audace des Palestiniens et du Hezbollah libanais » inspirés, a ajouté le mollah irakien Khammudi, par « l’esprit du sacrifice de Kerbala ».S.Özgündür s’est réjoui des « victoires remportées par les Palestiniens sur Israël grâce aux missiles [iraniens] Fajr-3 et Fajr-5 ». Il a également clairement manifesté le soutien des ja’faris à l’Azerbaïdjan dans son conflit avec l’Arménie: une forme de rappel aux origines orientales de la communauté chiite d’Halkalï: les régions turques d’ Iğdir et d’Agri, mais aussi la Transcaucasie azérie.

La Syrie a été longuement cité par les deux orateurs. Selahattin Özgündüz a stigmatisé « le complot impérialiste et terroriste contre la Syrie, inspiré par les Etats-Unis et les régimes qatari et saoudien à leur solde », et mis en cause et en garde les salafistes menaçant Damas et les lieux saints chiites de Sayyeda Zeinab et de Rukayye. En 2011 déjà, il avait affirmé haut et fort, à propos de la Syrie, la solidarité et l’unité « des alévis, des nusaïris (alaouites), des bektashis et des chiites ja’faris ». Pour l’essentiel, Ali Larijani a tenu les mêmes propos, avec la même vigueur 5. On peut d’ailleurs s’étonner qu’une personnalité de son niveau 6 puisse tenir un discours aussi virulent devant un public turc « non officiel », étant entendu que si terrain commun il peut y avoir entre Téhéran et Ankara pour dénoncer la politique d’Israël à Gaza, les divergences sont actuellement majeures entre les deux capitales sur l’Irak, et surtout sur la Syrie. Le discours d’Ali Larijani pouvait, dès lors, être considéré comme une forme d’ingérence dans les affaires intérieures et diplomatiques turques, et était en tous cas une remise en cause explicite de la diplomatie du gouvernement Erdoğan (même si, bien évidemment, la Turquie n’a à aucun moment été citée). Il est vrai que les révolutions arabes ont largement rebattu les cartes régionales, et que les dirigeants des chiites ja’faris ne sont actuellement plus sur la même longueur d’onde que le premier ministre AKP, que ce soit sur l’Irak, et plus encore, bien évidemment, sur la Syrie 7.

Cérémonie religieuse ou meeting politique ?

Notre interrogation de départ, à l’ouverture de cette achoura turque était: allons-nous assister à une cérémonie religieuse, à une cérémonie religieuse et politique, ou à une cérémonie politique? Au regard des trois interventions principales, la réponse ne fait aucun doute. Il s’agissait bel et bien pour une part essentielle d’un meeting politique en direction des télévisions et autres organes de presse présents, plus que d’une cérémonie religieuse en direction du public très populaire qui était présent là. Le défilé d’Halkalı était loin de la démonstration de force des milices du Hezbollah le même jour dans son fief de la « Dahiye », la banlieue sud de Beyrouth. Et les propos de Selahattin Özgündüz, s’ils étaient identiques sur le fond, étaient moins radicaux que ceux tenus (par écrans géants interposés) par le secrétaire général du Hezbollah Hassan Nasrallah. Mais, dans les deux cas, on ne peut cependant que souligner la dimension très politique des interventions, qui peut surprendre qui s’attend à une cérémonie « religieuse », mais aurait oublié la forte politisation qui a accompagné la visibilité publique croissante du chiisme au Moyen-Orient depuis 1979, et que les récents « Printemps arabes » ont exacerbé, d’abord autour du Bahreïn 8 , puis avec la radicalisation de la crise syrienne.

A Halkalı, la dimension plus populaire a repris le dessus après ces trois discours, avec la représentation sur scène du Tazieh, longue geste, souvent émouvante, parfois larmoyante, de l’épopée d’Ali et de Hussein, retransmise en direct sur plusieurs chaînes de télévision locale: elle est très suivie par un public qui en connaît visiblement d’avance tous les épisodes. Un soleil froid a d’ailleurs eu la bonne idée de réapparaître enfin, au grand soulagement des spectateurs restés sur place…

TEXTE ET PHOTOGRAPHIES :  © Jean-Paul Burdy

NOTES

3  Selahettin Özgündüz a été reçu par le président Gül au palais de Çankaya le 13 novembre 2012. Sa stratégie de reconnaissance et de notabilisation est évidente, au vu des nombreuses photos de ses rencontres avec des personnalités politiques, et en particulier le premier ministre et le président de la République.

4   Le nom du CHP nous est apparu plus souvent cité que celui du parti AKP au pouvoir. En décembre 2010 le premier ministre Erdoğan avait en personne assisté à l’achoura d’Halkali; en 2011, c’est M.Kılıçdaroğlu président du parti d’opposition CHP qui avait été la personnalité politique turque marquante

5   M.Larijani était dans une tournée régionale l’ayant déjà mené à Damas et Beyrouth. Après l’achoura d’Halkalı, il a rencontré le premier ministre turc au palais de Dolmabahce, avant une étape officielle à Ankara le lendemain.

6  Ali Larijani est ancien secrétaire du Conseil national de sécurité, ancien négociateur du dossier nucléaire avec les Occidentaux, actuel président du Majlis, potentiel candidat à l ’élection présidentielle du printemps 2013: il est donc l’une des toutes premières personnalités de la République islamique

Nous renvoyons sur ce volet à notre article:  Jean-Paul BURDY, Les chiites jafaris de Turquie: une composante d’une « politique régionale chiite » de l’AKP ?, in PARLAR DAL Emel (dir.),  La politique turque en question. Entre imperfections et adaptations, Paris, L’Harmattan, octobre 2012, 256p., p.141-156

8 Bien que toute manifestation sur la voie publique soit interdite depuis deux mois au Bahreïn, suite à deux attentats à la bombe, les cérémonies de l’achoura chiite se sont néanmoins tenues dans tout l’archipel. Plusieurs cortèges portaient des cercueils vides, à la mémoires des dizaines de morts de la répression du mouvement démocratique depuis février 2011. A l’issue du défilé principal à Manama, les processionnaires ont tenté de se diriger vers la Place de la Perle, épicentre du « Printemps de Manama » de 2011: ils en ont été violemment empêchés par les forces de sécurité. C’est la première fois depuis longtemps qu’une cérémonie confessionnelle majeure (achoura ou arbaïn) se transforme en cortège politique offensif.

Une achoura version turque (1)

La petite communauté chiite ja’farie turque est peu connue et peu étudiée, car souvent confond…

La petite communauté chiite ja’farie turque est peu connue et peu étudiée, car souvent confondue avec la communauté alévie. Originaire de l’Est de l’Anatolie et de Transcaucasie azérie, désormais largement installée à Istanbul, elle a gagné en visibilité religieuse ces dernières décennies, et en puissance politique plus récemment. A la fois parce qu’elle s’inscrit dans la plus grande visibilité du chiisme au Proche et Moyen-Orient; parce qu’elle a quelques leaders dynamiques entrés en relations avec l’Iran et l’Irak; et parce que l’AKP (représentant pourtant l’islam sunnite hanéfite) semblait il y a peu vouloir lui accorder une forme de reconnaissance semi-officielle.

Samedi 24 novembre s’est tenue à Istanbul la cérémonie d’ouverture de l’achoura (așura) des chiites de la métropole. L’achoura, qui commémore le martyre de Hussein est le temps fort du mois du deuil (moharram) dans toutes les communautés chiites du Proche et du Moyen-Orient. Le Blog de l’OVIPOT publie les impressions et photographies de Jean-Paul Burdy (IEP de Grenoble) aidé par Sebnem Cansun (Université Sabahattin Zaim, Istanbul) sur une cérémonie radicalement politique, en deux volets, le premier publié aujourd’hui est consacrée à la cérémonie en elle-même, le second à paraître dans une prochaine édition, traitera de la dimension politique de l’événement. Ne le manquez pas ! En attendant, pour en savoir plus sur la communauté chiite ja’farie turque, on se reportera également à l’article de Jean-Paul Burdy récemment paru dans : Emel Parlar Dal (dir.) La politique turque en question, entre imperfections et adaptations, L’Harmattan, 2012 (cf. notre édition du 3 novembre 2012)

Rendez-vous à Halkalı, le 24 novembre 2012

Halkalı, au nord-ouest de l’aéroport d’Istanbul: un de ces lointains quartiers de la mégapole où le visiteur ne se rend jamais, et où il est difficile de se repérer, faute de plan disponible, et compte tenu des vastes lotissements souvent fermés pour classes populaires et moyennes qui y poussent comme des champignons, et modifient sans cesse un paysage urbanisé, mais que l’on peut difficilement qualifier d’urbain 1. Nombre d’habitants sont là depuis peu, et connaissent mal leur environnement. Il n’y a pas de centre ville digne de ce nom. Dans l’un des quartiers, une rue commerçante un peu animée: un vaste quadrilatère en pente, entouré de petit immeubles modestes de quelques étages et de quelques années d’âge, ou très récemment achevés. Sur les façades, des banderoles colorées évoquant les moments forts de la bataille de Kerbala: des portraits de Hussein, son cheval blanc près du corps gisant de son maître, l’épée Zulfikar à deux pointes, des invocations, des prières et des slogans en arabe, mais calligraphiés à l’iranienne. En revanche, à la différence des espaces urbains chiites iraniens ou du Golfe, pas de drapeaux noirs aux fenêtres: ils sont pourtant classiquement des marqueurs identitaires forts de l’appartenance au chiisme. La cérémonie d’achoura est annoncée dans tout l’ouest d’Istanbul par une banderole unique tendue sur les principales avenues, et portant portrait de Hussein, et annonce de la date et du lieu: Halkalı, le 24 novembre. Des spectateurs et spectatrices sont installés nombreux aux fenêtres et sur les balcons. D’autres ont pris place aux différents étages d’un squelette d’immeuble en construction, sur un des côtés de la place. Les nombreuses télévisions ont installé leurs caméras sur les terrasses qui dominent la scène: certaines chaines, en particulier Cem TV, la chaine alévie, retransmettront en direct les cérémonies pendant toute la journée.

Une ambiance moins martiale qu’ailleurs

Avant d’accéder à l’enceinte de la cérémonie, un défilé s’est formé. En tête, une nuée de banderoles en arabe et en turc avec l’invocation mille fois répétée et scandée: « Ya Huseyn !». Puis des groupes, très bien structurés, en majorité des jeunes entièrement vêtus de noir ou de blanc, le front ceint d’un bandeau noir, ou vert, ou rouge au nom de Hussein. Des groupes de femmes, en tchador noir, portant banderoles et bandeaux au front au nom de Zeyneb (ou: Zeinab) ou de Zahra 2 . Certaines portent des enfants en bas âge tout de vert vêtus, un voile vert sur la tête tenu par un bandeau rouge glorifiant Hussein. Des hommes en noir, plus âgés, qui se frappent la poitrine en cadence. Un petit groupe d’hommes âgés et barbus porte une tunique blanche, et un étrange bonnet noir de pêcheur sarde, frappé du portrait de Hussein. On n’est pas dans les flagellations sanglantes d’une partie du monde chiite du Golfe, d’Irak, d’Iran ou du Pakistan. Point non plus de processionnaires qui se tailladent le cuir chevelu pour que leur tunique blanche s’imprègne de sang à la mémoire des 73 martyrs de Kerbala. Par comparaison avec des défilés iraniens, irakiens, bahreïnis ou libanais, l’ambiance est moins martiale, moins rigoureuse. En queue de cortège, quelques dizaines de femmes en tchador brandissent leurs poings entravés par des chaînes, rappel du sort des femmes et des enfants épargnés lors du massacre de Kerbala, et déportés et assignés à résidence à Damas par le calife Yazid. A mi-parcours, un stand enveloppé de tentures noires brodées d’argent distribue gratuitement verres de sirops ou de thé, et des biscuits. Beaucoup de participants ont autour du poignet, distribué au long du cortège par des bénévoles, un lien vert parfumé, signe d’appartenance à la communauté chiite -autrefois en coton, il est maintenant coupé dans des pelotes synthétiques arrivées tout droit de Chine. Les mêmes volontaires distribuent une brochure en turc « L’Imam Hussein et Kerbala », signée par « Selahattin Özgündüz, Leader des ja’faris de Turquie », ou vendent pour quelques kurus un tirage spécial du bulletin « Caferiyol » (La Voie des ja’faris).

A l’arrivée du cortège sur les lieux de la cérémonie, hommes et femmes, déjà séparés pendant le défilé, gagnent les espaces qui leur sont réservés, bien délimités par une allée centrale close de barrières métalliques. Le terrain est en pente. En haut, une tente chauffée abrite les officiels. Au premier rang, dans des fauteuils, les personnalités, et en particulier les invités étrangers, fortement encadrés par un service d’ordre rigoureux, costume noir, chemise blanche ouverte, avec badges de différents niveaux. En bas, une vaste scène, avec un pupitre pour les discours, et un décor de toiles peintes couleur terre et de palmiers, qui servira à la représentation théâtrale du tazieh. Deux écrans géants, un devant le carré des femmes, un devant le carré des hommes. Une caméra de télévision sur un bras articulé, qui alimentera les écrans en gros plans des orateurs, en plans larges des groupes organisés des premiers rangs, en très gros plans de participants « exemplaires » -portant des bandeaux au front, et sanglotants lors des passages les plus émouvants de l’évocation du martyre de Hussein. Devant et autour de la tribune, brandis informellement par des participants, bannières et drapeaux. Les bannières sont celles, classiques, de la geste chiite: invocations à Hussein, avec son portrait, à la mémoire du martyre, à Kerbala, au deuil d’achoura. L’arabe (en graphie persane) et le turc sont mêlés. Parmi les dizaines de drapeaux dans l’enceinte: quelques drapeaux turcs seulement (très nettement moins, donc, que dans la moindre cérémonie « turque », quel qu’en soit le motif), un drapeau azerbaïdjanais (rappelant les origines géographiques de la grande majorité du public), des drapeaux jaune et vert du Hezbollah libanais, brandis par des adolescents. Pas de portrait d’Atatürk, au contraire des tribunes alévies qui en sont toujours décorées. Pas de drapeau iranien, pas de drapeau irakien, ni de drapeau syrien -alors que des personnalités iraniennes et irakiennes prendront la parole. Tous les discours sont traduits en langage des signes: l’image de la traductrice, non voilée, est inscrustée sur les écrans géants.

Un don de sang fraternel substitué aux rituels traditionnels

Il tombe une pluie froide venue de la mer Noire sur la cérémonie -comme lors des achouras des dernières années, au mois de décembre. Le terrain est boueux, toujours pas aménagé ou empierré. Ecouter debout, pendant trois heures pleines, les discours officiels sera donc une épreuve pour les spectateurs transis, en particulier du côté des femmes venues avec des enfants en bas âge, ou avec des grands-mères. Les petits vendeurs en profitent: aux écharpes colorées ornées de la figure christique de Hussein et aux bandeaux noirs, verts ou blancs au nom du martyr, ils ajoutent quelques parapluies chinois, vite écoulés, et des imperméables légers en plastique, vendus quelques livres. A la pluie et au vent s’ajoute, toutes les deux minutes, le grondement strident des réacteurs des avions qui décollent de l’aéroport international: banlieue majoritairement populaire (et à cet endroit très populaire), Halkalı est en bout des pistes, et en subit les nuisances sonores. Si l’on y ajoute le vacarme du muezzin de la mosquée sunnite voisine qui, pour l’occasion, a sans doute poussé à fond le son de ses hauts-parleurs, on comprend qu’il ne soit pas toujours très facile de suivre les propos des orateurs. Le temps glacial et la durée des discours décourageront d’ailleurs une partie du public, qui abandonnera progressivement les lieux. Avant même la fin de la cérémonie officielle, les tentes du Croissant rouge turc étaient ouvertes pour le don du sang des volontaires: on sait que l’une des principales innovations introduites par Selahattin Özgündüz dans le chiisme ja’fari turc a été de substituer aux rituels sanglants du chiisme un don du sang fraternel. Et, de fait, les donneurs ont été nombreux; le don était aussi ouvert aux femmes, mais dans des espaces dissimulés au regard, qui ne permettaient donc pas d’apprécier la fréquentation du lieu. Cette année, le don du sang est fait « au profit des victimes palestiniennes à Gaza ».

TEXTE ET PHOTOGRAPHIES :  © Jean-Paul Burdy

NOTES

1   Les « gated  communities » prolifèrent dans les métropoles turques comme dans nombre de métropoles arabes, et dans toute l’Asie, en particulier en Chine. Relevons que si, au Caire ou dans le Golfe, elles s’adressent à de riches acheteurs et investisseurs, à Istanbul elles visent aussi les classes moyennes en plein développement, et les couches supérieures des classes populaires. C’est le cas à Halkalı.

2   Zeinab bint Muhammad est la fille aînée de Mahomet et de Khadidja ; Fatima Zahra est leur quatrième fille. D’où le mausolée et quartier éponymes de Sayyeda Zeinab à Damas, et le nom de la grande mosquée chiite en construction à Halkalı.

Prospection géophysique et archéologique à Dahaneh-e Gholaman (Iran)

Les travaux à Dahaneh-e Gholaman sont conduits dans le cadre de ma thèse de doctorat intitulée ̶…

Les travaux à Dahaneh-e Gholaman sont conduits dans le cadre de ma thèse de doctorat intitulée “L’étude de l’urbanisme des villes achéménides : reconnaissance de surface et prospection géophysique à Dahaneh-e Gholaman (Sistan, Iran)”, sous la direction de Rémy Boucharlat.

Figure 1a : Localisation du site de Dahaneh-e Gholaman (Iran) 

Les opérations de terrain que je dirige à Dahaneh-e Gholaman depuis 2007 sont placées sous la tutelle de l’Organisation iranienne du Patrimoine culturel, de l’artisanat et du tourisme (ICHHTO), bureau de Zabol et Zahedan. Ces opérations ont bénéficié de l’aide logistique de l’ICHHTO ainsi que de l’aide financière du laboratoire Archéorient (UMR 5133, CNRS/Université Lyon 2) qui a mis également à ma disposition le matériel de prospection géophysique. Par ailleurs, l’Institut Français de Recherche en Iran (IFRI) a prêté son tachéomètre.

Figure 1b : Carte de Dahaneh-e Gholaman (fond de carte inédit de la mission italienne). Localisation des zones nord et sud, des surfaces prospectées par la méthode magnétique en 2011 et 2012 et des réservoirs modernes. (cliquer sur l’image pour agrandir)

Dahaneh-i Gholaman (“la Porte des Esclaves”) est situé à 44 km au sud-ouest de Zabol dans la province du Sistan – Baloutchistan à l’est de l’Iran (fig. 1a). Apparemment, ce site a été densément construit durant les VIème et Vème siècles av. J.-C., lors de la période Achéménide, puis abandonné (fig. 1b). Le site avait été exploré de 1962 à 1965 par une mission italienne dirigée par U. Scerrato (Scerrato 1970). Les fouilles n’ont repris ensuite qu’en 2000, dans le cadre d’une mission iranienne dirigée par S. M. S. Sajjadi qui s’est achevée en 2005 (Sajjadi et Saber Moghaddam 2004). Les travaux de ces deux missions archéologiques ont permis de dégager plusieurs bâtiments dont la fonction reste cependant difficile à identifier (fig. 2). Les fouilles ont aussi permis de mettre au jour des structures d’habitat domestique, qui reste rare et mal connu pour la période achéménide. Les principales problématiques de mes recherches actuelles touchent aux questions de l’étendue et du mode de l’occupation, ainsi qu’à celles de la fonction du site et des raisons de son abandon.

Figure 2 : Partie nord- est du site avec au premier plan le bâtiment 3, interprété comme un édifice religieux par U. Sceratto et S.M.S Sajjadi. (photo K. Mohammadkhani)

Prospection géophysique par méthode magnétique

En 2012, le programme de terrain prévu à Dahaneh-e Gholaman visait à achever la prospection géophysique et la reconnaissance archéologique du site. Nous avons prospecté par méthode magnétique environ 6 hectares répartis en 2 hectares dans la zone sud et à peu près 3.5 hectares dans la zone nord de Dahaneh-e Gholaman (fig.1b et 3).

Figure 3 : Image satellite de la zone sud de Dahaneh-e Gholaman (Google Earth, 2011).

En 2011, lors de la prospection géophysique de la zone sud du site, à 2 km de distance de l’ensemble des grands bâtiments, nous avions trouvé un bâtiment très important (fig. 4) dont le plan s’est révélé comparable à celui de certains palais achéménides du Fars dans le centre de l’Empire ainsi qu’à d’autres exemples ailleurs dans l’Empire, en Azerbaïdjan (Mohammadkhani 2012). En 2012 nous avons établi un carroyage de 100 mètres sur 200 mètres dans la partie septentrionale de la zone prospectée en géophysique en 2011 (fig. 1b). La carte magnétique montre que, dans ce nouveau secteur, il n’existe aucun vestige archéologique.

Figure 4 : Carte magnétique de la surface prospectée dans la zone sud en 2011 (partie sud) et 2012 (bande nord) de Dahaneh-e Gholaman. (cliquer sur l’image pour agrandir)

Dans la zone nord, en 2012, nous avons prospecté le sud du bâtiment 3, érigé sur les collines, et le canal (fig. 1b), et nous avons poursuivi la prospection au sud jusqu’à une grande colline dénommée localement “la tombe de Zoroastre”. La carte magnétique a permis de révéler la présence de trois bâtiments sur les collines. Nous avons également relevé des anomalies magnétiques correspondant à un nouveau segment de canal (fig. 5).

Figure 5 : Carte magnétique de la surface prospectée dans la zone nord de Dahaneh-e Gholaman (2011 et 2012).
(cliquer sur l’image pour agrandir)

Poursuite de la prospection archéologique sur les collines

En 2011, nous avions rapidement réalisé une reconnaissance de surface des collines naturelles qui occupent la partie centrale du site et le secteur sud-ouest. En 2012, nous avons entrepris la prospection systématique de la partie centrale du site, et nous avons de nouveau visité le secteur sud-ouest, mais plus rapidement puisque celui-ci a été détruit par la construction de bâtiments modernes pour l’organisation de la distribution d’eau. Nous n’avons trouvé aucun vestige archéologique dans ces deux secteurs. Nous avons également recherché des tombes sur les collines centrales, sans succès ; jusqu’à présent aucune nécropole n’a été repérée sur le site. Par ailleurs, sur les cartes de nos prédécesseurs, U. Scerrato et S. M. S. Sajjadi, un canal est présent dans la partie nord du site et ce canal ferait un grand coude dans sa partie orientale. A la suite de notre prospection, nous avons pu mettre en évidence qu’il s’agissait en fait de segments appartenant à deux canaux différents, qui ne sont pas reliés entre eux.

Relevé topographique du canal achéménide

Nous avons complété la carte topographique du canal achéménide dans la zone nord du site. L’objectif était de mesurer la direction de l’écoulement de l’eau dans le canal, ce que les missions italienne et iranienne ne précisaient pas (est-ouest ou ouest-est ?). D’après nos mesures, le sens de l’écoulement se faisait de l’ouest vers l’est. Nous avons également mesuré la hauteur de la terrasse naturelle de Dahaneh-e Gholaman par rapport à la plaine : le dénivelé atteint environ 11 m, de sorte que le nouveau segment de canal que nous avons mis en évidence ne peut pas venir du nord, mais probablement de l’est ou du nord-est.

Á l’issue de ces missions de terrain, la carte archéologique du site de  Dahaneh-e Gholaman a pu être complétée.  Les prospections ont mis en évidence dans la zone nord du site de nouveaux bâtiments dont l’existence était inconnue jusqu’à alors, ainsi qu’un grand bâtiment de plan typiquement achéménide dans la zone sud. Nos travaux ont également permis de rectifier certains tracés, en particulier celui de la partie orientale du grand canal, où il y aurait, non pas un, mais deux canaux, presque parallèles, qui tous deux coulent vers l’est et le sud-est dans le Réservoir n° 3 (moderne), qui est une dépression naturelle. Les données recueillies lors des prospections archéologiques pédestres sont en cours d’étude. Avec les nouvelles données acquises sur la topographie, elles permettront de rectifier ou de compléter les informations que nous avons obtenues sur l’organisation spatiale et les limites du site.

Bibliographie

Mohammadkhani K. 2012. Une nouvelle construction monumentale achéménide à Dahaneh-e Gholaman, Sistan, Iran. Arta 2012.1, [en ligne] http://www.achemenet.com/document/2012.001-Mohammadkhani.pdf

Sajjadi S. M. S., Saber Moghaddam F. 2004. Peintures et gravures murales découvertes à Dahan-e-Gholâmân, Sistan, Studia Iranica 33 (2), 285-296.

Scerrato U. 1966. Excavation at Dahaneh-e Ghulaman (Sistan- Iran), First Preliminary Report (1962- 1963), East and West, NS 16/1-2, 9-30.

Scerrato U. 1970. La missione archeologica italiana nel Sistan persiano, Il Veltro Rivista della civilta Italiana, 11 (1-2), 123-140.