L’inauguration du Marmaray

Timbre commémoratif édité pour l’inauguration du Marmaray. Il superpose les deux projets de tu…

pul_marmaray1

Timbre commémoratif édité pour l’inauguration du Marmaray. Il superpose les deux projets de tunnel sous-marin

Dans le cadre du cycle de visites sur les gares à Istanbul, il convient de revenir sur l’inauguration du Marmaray. Ce projet, lourd de conséquences sur la plupart des gares étudiées, est encore loin d’être terminé : sur les 37 gares qui seront réhabilités ou reconstruites et les 3 nouvelles gares prévues, seules 5 sont actuellement en fonctionnement. Néanmoins, les observations effectuées lors de la cérémonie d’inauguration, nous permettent de tirer quelques éclairages utiles à la réflexion engagée jusqu’ici sur les transformations des gares à Istanbul.

L’inauguration du Marmaray a été marquée par la profusion de gestes symboliques qui fournissent une source abondante d’interprétations. Des choix dans l’organisation de l’événement, qui se tenait à Üsküdar, le jour des 90 ans de la République, en compagnie de personnalités internationales tel que le premier ministre japonais Shinzo Abe, aux slogans, « c’était un rêve, c’est devenu une réalité », « deux continents en quatre minutes », qui se trouvaient tant sur les affiches que dans la bouche des orateurs successifs ; des signes disséminés ça et là tels que les grues dressées autour du public, l’effigie du président de la République, du premier ministre et d’Atatürk qui flottant côte à côte dans les airs, aux discours, précédés par la mélodie de Üsküdar’a gider iken, rythmée par le tonnerre d’applaudissement des partisans AKP, et qui revenaient tant sur la conquête de Constantinople que sur le troisième aéroport, en passant par la prière qui a clos la cérémonie, tout tend à faire penser qu’il ne s’agit pas d’un simple projet de transport urbain.

marmaray-akparti-istanbul

Cette forêt de symboles contraste fortement avec les constats que l’on a pu faire lors des visites que l’Observatoire urbain d’Istanbul a menées sur les gares affectées par le Marmaray, où les symboles semblaient l’objet d’un dédain manifeste. On se référera notamment au rapport de Charlotte Horny sur les projets d’Haydarpaşa qui proposent tantôt un nouveau Manhattan tantôt une petite Venise, mais semblent peu soucieux de mettre en exergue la valeur symbolique de cette gare historique. De plus, là où nos visites nous avaient fait apparaître l’État comme une boîte noire fort éloignée d’enjeux locaux liés tant à la mobilité urbaine qu’aux mutations fonctionnelles de l’espace, c’est bien une certaine figure de l’État et de ses représentants qui sont mis en valeur par les symboles de la cérémonie d’inauguration. Ce contraste laisse à penser que cette cérémonie d’ouverture constitue le point phare des moyens mis en place par le gouvernement turc pour établir ce projet urbain, parmi d’autres, comme un enjeu politique national. D’une part, cette manœuvre se traduit par l’accentuation des symboles clivant, et galvanisant l’identité politique du parti au pouvoir. D’autre part, elle s’inscrit dans une stratégie d’associer son action aux notions de modernisation et de croissance.

Le projet de Marmaray naît dans une division bien orchestrée. En ce jour des 90 ans de la république turque, un rassemblement est prévu à 14 heures par les kémalistes à la place de Tünel. Avant de se rendre à la cérémonie à Üsküdar à 15 heures, il était donc possible de tenter de longer la rue d’Istiklal, où l’on voyait une foule brandissant des drapeaux à l’effigie de Mustafa Kemal, encerclée par des policiers postés à chaque coin de rue et qui s’interposaient régulièrement pour atténuer le flux se rendant à Tünel. Si souvent cette bipolarité se prête mal à la réalité socio-politique complexe d’Istanbul, ce jour, on faisait face à une situation archétypique : deux rives, deux camps. Du côté de Tünel, on entend ‘nous sommes les soldats d’Atatürk’, on propose gratuitement des tatouages de sa signature. La foule est jeune et chante par intermittence les slogans du mouvement Gezi: ‘Taksim est partout’, ‘Nous ferons les comptes’. Côté Üsküdar, ce sont des drapeaux de l’AKP qui sont agités, la foule est plus âgée, beaucoup d’hommes, de familles. Les slogans sont d’une toute autre teneure : « Avec toi, la Turquie est fière », est martelé lorsque le premier ministre prend la parole.

Grue

Le choix d’inaugurer ce projet le jour anniversaire de la République turque, tout en affrétant des transports publics pour faire venir une foule de partisans sur le lieu de la cérémonie  constitue une mise en scène d’un clivage partisan. Au delà d’une orchestration de la division, le pouvoir actuel semble porteur d’une construction symbolique nouvelle. Les grues qui encerclaient la foule à Üsküdar à proximité de drapeaux turcs attestent de ce travail de construction identitaire.

Visages

Le gouvernement AKP ne part pas de zéro, mais s’appuie sur l’héritage républicain, tout en y inscrivant sa marque. Les trois effigies d’Atatürk de Gül et de Erdoğan témoignent de cette volonté d’inscrire leur empreinte dans l’histoire républicaine turque.

Dans son discours, Erdoğan ne tarit pas d’adjectifs pour qualifier ce qu’il revendique avoir construit contre ses adversaires : « Avec ce projet, non seulement nous glorifions notre république, mais nous donnons la preuve de ce qui commence aujourd’hui, dans une république démocratique, stable, sûre, fraternelle, solidaire »1.

Dans cette perspective, le fait que le Sultan Abdülmecid ait évoqué l’éventualité d’un tunnel ferroviaire souterrain en 1860 lors des travaux qui ont raccordé Istanbul à l’Orient Express, représentait une aubaine pour inscrire le Marmaray dans la rhétorique de réhabilitation de l’héritage ottoman. Dans son discours, Erdoğan se pose dans la continuation de la conquête et de l’entreprise du souverain qui l’avait précédé2. Ainsi, au cours de cette cérémonie, ce projet de transport urbain, qui revêt à l’évidence des objectifs locaux non clivant, à savoir, l’amélioration de la mobilité dans une métropole congestionnée et sous équipée en transport publics ferrés, en y apposant artificiellement le sceaux d’une division partisane.

La cérémonie d’ouverture du Marmaray porte le marque de la figure l’Etat modernisateur. Le discours d’Erdoğan inscrit ce projet tant dans la lignée des développement d’infrastructures3. Il cite le nombre d’aéroports construits depuis son arrivée au pouvoir, inscrit ce projet comme l’une des pierres d’un vaste édifice en construction en rappelant certains projets phares qu’il porte à Istanbul comme le troisième aéroport et le troisième pont.

La place essentielle jouée par la métropole d’Istanbul dans cette affirmation d’un État modernisateur est manifeste. Ce discours souligne également que les infrastructures portées à Istanbul sont au bénéfice de l’ensemble du pays : « Le Marmaray est au même moment le projet d’Izmir et de Trabzon »4. L’ancien maire d’Istanbul qui a attribué à la ville une importance toute particulière depuis qu’il a pris les rennes de l’Etat, rappelle ainsi avec le projet de Marmaray, sa propension à puiser dans le développement d’Istanbul, comme une ressource pour se légitimer à l’échelle nationale.

Enfin, l’inauguration du Marmaray met l’accent sur la dimension internationale du projet. L’invitation d’hommes d’État de Roumanie, de Somalie et du Japon confère à l’événement un caractère diplomatique et vient rappeler que c’est un projet qui a fait appel à une expertise internationale. Elle vient surtout donner du crédit à la prétention symbolique affirmée par le premier ministre: « Une ligne Pékin-Tokyo-Londres-Üsküdar, c’est possible ». On peut voir tant la rhétorique de la ville globale que la mention d’Üsküdar, qui représente pour Erdoğan un point d’ancrage symbolique et politique.

La visite de cette cérémonie d’inauguration s’inscrit manifestement dans le programme d’excursions sur les gares d’Istanbul, en soulignant le rôle essentiel joué par l’Etat dans ce système de gares en mutations. Plus généralement, elle fournit un témoignage de la manière dont les projets urbains stambouliotes sont portés comme des enjeux nationaux. Ce phénomène qui n’est pas propre au Marmaray permet de comprendre l’embrasement face au projet menaçant l’intégrité du parc de Gezi, en défiance du pouvoir à l’échelle nationale.

 Si les projets urbains ont appuyé la légitimité du gouvernement qui a pu mettre en avant les projets comme des signes de développement, ils portent également en eux des risques de contestation. Dans son discours, Erdoğan a exprimé sa compréhension pour les dérangements rencontrés par les habitants d’Üsküdar du fait des travaux, tout en ironisant que ‘toute naissance heureuse est douloureuse’5. On peut se demander si ce n’était pas un symbole de trop. Le lendemain, les premières coupures d’électricité ont fait pleuvoir les critiques quant à l’empressement des travaux et les risques non évalués de cette ‘naissance prématurée’.

Jérémie Molho

  1. “Bu büyük projeyle, hem Cumhuriyetimizi yüceltiyor hem de demokratik bir cumhuriyetin, istikrar içinde, güven içinde, kardeşlik ve dayanışma içinde bir cumhuriyetin neleri başarabileceğini bugün ispat ediyoruz” (Extrait du discours inaugural de Recep Tayyip Erdoğan)
  2. « 1453′te şehre girdiği andan itibaren işte bu dizelerinde ifade etiği gibi, İstanbul’u imar etmek, halkın gönlünü kazanmak için çalışmış, halkın gönlünü ‘abad etme’ vazifesini bizlere bir miras olarak bırakmıştı. Bu anlamlı günde, bu şehrin fatihi Sultan 2. Mehmet’i bir kez daha rahmet ve minnetle yad ediyorum. Açılışını yaptığımız projenin hayallerle yetinmeyip bu hayali kağıtlara, planlara, projelere döken Sultan Abdülmecid ve Sultan Abdülhamid’e de Rabbimden rahmet niyaz ediyorum » (Extrait du discours inaugural de Recep Tayyip Erdoğan)
  3. “İnşa ettiğimiz bölünmüş yollarlar, demiryolları ve uçaklarla kuzeyi güneye doğuyu batı ile kucaklaştırdık.” (Idem)
  4. “Marmaray aynı zamanda İzmir’in Trabzon’un tüm türkiye’nin projesidir” (ibid.)
  5. “İnşaat dolayısıyla burada büyük sıkıntılar oldu. Ben Üsküdarlarlı hemşehrilerim haklarını helal etsinler. Her kutlu doğum sancılı olur. Bu da bir kutlu doğumdur.” (ibid.)

Mise en perspective des évolutions du marché domestique du gaz naturel en Turquie depuis 2001

Malgré la clémence saisonnière dont jouissent les habitants d’Istanbul ces derniers jours, les hiver…

Malgré la clémence saisonnière dont jouissent les habitants d’Istanbul ces derniers jours, les hivers sont chaque année des périodes sensibles à traverser pour les gouvernements turcs tous focalisés sur leur politique énergétique. Le gouvernement actuel, déjà fragilisé par les révélations quotidiennes d’affaires de corruption, n’a pas échappé cet hiver à toute une série d’imprévus : de nombreuses coupures d’électricité liées à un défaut d’approvisionnement des centrales thermiques à gaz ont plongé des quartiers de nombreuses villes1 dans la pénombre et provoqué le mécontentement des habitants (exemple à Esenyurt) ; un nouveau record de consommation diurne a été battu début février (197 millions de m3) ; la recrudescence de l’inflation et la dépréciation relative de la livre turque ont récemment obligé le 1er ministre en personne à enchaîner les visites d’État en Russie et en Iran pour renégocier les termes des contrats d’approvisionnement en gaz naturel. Dans le même temps, le facteur énergétique joue également un rôle majeur dans les perspectives d’amélioration des différends politiques entre Grecs et Turcs à propos de Chypre suite à la découverte de gisements gaziers offshore au large de l’île. Cette actualité pléthorique, sans liens toujours évidents, laisse peu de répit pour une mise en perspective globale de la politique énergétique turque. Dans ce contexte, la parution le 10 février dernier, d’un rapport commandité par The Oxford Institute for Energy Studies intitulé « Natural gas in the Turkish domestic energy market – Policies and challenges » est tombée à point nommé.

Malgré une prise de position ouvertement inspirée par la doxa économique libérale des organismes financiers internationaux – l’auteure, Gulmira Rzayeva, d’origine azerbaidjanaise, travaille au sein de nombreux think tank et centres de recherches internationaux comme le « Centre de recherche stratégique » rattaché au gouvernement Azerbaïdjanais (SAM) ou l’institut Hazard travaillant sur la région Caspienne – le présent rapport s’avère précieux par la quantité d’informations qu’il contient. Comme le constate en avant-propos, le directeur du « Programme Gaz Naturel » de l’institut d’Oxford, les pays émergents enregistrent désormais les niveaux de consommation de gaz naturel les plus élevés dans le monde et sont paradoxalement ceux où les données sont les plus rares. En effet, malgré plus de dix années écoulées depuis la loi de 2001 sur la libéralisation du marché du gaz naturel en Turquie et sa profonde restructuration subséquente, de nombreuses zones d’ombre et d’inconnues demeuraient. Le travail de Gulmira Rzayeva est à ce titre fort louable puisqu’il met à disposition des informations recueillies à leur source, c’est-à-dire auprès d’acteurs stratégiques tels que l’EPDK (Enerji Piyasası Düzenleme Kurumu soit l’Autorité régulatrice du marché de l’énergie) ou BOTAŞ (Boru Hatları ile Petrol Taşıma Anonim Şirketi soit la Société nationale gérant l’importation et la transmission de pétrole et de gaz).

La presse généraliste turque n’a pas, à notre connaissance, relayé massivement ce rapport, si ce n’est pour y trouver une nouvelle preuve – irréfutable et objective car venant de la renommée université étrangère d’Oxford – de la puissance énergétique turque. İngilizlerin dünyaca ünlü üniversitesi Oxford’a göre, Türkiye stratejik konumuyla bölgenin enerji merkezi olmak için en güçlü aday pouvait-on ainsi lire sur le site du quotidien progouvernemental Akşam (voir également ici ou ). Pourtant, une lecture – moins partisane nous l’espérons –  du rapport ne nous engage pas à autant d’optimisme, au contraire. Nous avons fait le choix de sélectionner une série d’informations qui nous ont paru pour certaines inédites, pour d’autres particulièrement importantes et sensibles pour comprendre les perspectives de développement du marché du gaz naturel. Ce faisant, cette présente note s’attarde sur quelques risques inhérents à la géographie politique de la Turquie coincée entre une demande toujours plus importante de son marché intérieur et une perspective de resserrement à court et moyen termes des quantités importées de gaz. Dans une prochaine Dipnot, nous continuerons en évoquant le processus de libéralisation du secteur entamé au début des années 2000, en passe de recevoir un nouveau coup de fouet législatif dès 2014.

1. Consommation croissante, géopolitique des contrats d’approvisionnement et menaces des pénuries à court et moyen terme

Réduire la dépendance gazière nationale : une douce chimère politique

L’un des arguments majeurs du rapport est de prouver sur la base de prévisions des volumes de gaz naturel consommés à long terme, que les objectifs actuels de la politique énergétique gouvernementale, cherchant à réduire la proportion du gaz naturel dans la production d’électricité de 45 à 30%, n’est pas tenable de manière réaliste. Selon des études menées par BOTAŞ en 2012, la demande va au minimum doubler d’ici 2030 passant de 45 à 81 billions de m3. Malgré une prévision que l’auteure juge surestimée (70 billions de m3 maximum), de nombreux facteurs contribuent à envisager une courbe de la demande toujours croissante. Tout d’abord, la demande d’électricité devrait continuer d’augmenter de 6 à 7% chaque année jusqu’en 2023. D’ici là, les 3 centrales nucléaires (celle de Mersin (Akkuyu), celle de Sinop et la 3ème centrale qui devrait être située sur les rives de la mer Noire à proximité de la frontière bulgare), censées assurer à moyen terme 10% de la production d’électricité nationale, ne seront pas encore en service. Les premiers retards de livraison ont même déjà été annoncés. En conséquence, l’EPDK continue d’octroyer majoritairement des licences d’exploitation pour des centrales thermiques à gaz, le retour sur investissement étant, semble-t-il, avantageux (en 2012, 148 nouvelles centrales à gaz ont reçu une autorisation avec une capacité totale de production de 33 000 MW, loin devant les 16 000 MW des 26 nouvelles centrales à charbon). Ce marché juteux n’a d’ailleurs pas échappé aux grands groupes industriels turcs (voir ici et ). Le groupe Limak a par exemple prévu d’investir 2 billions de dollars dans deux nouvelles unités de production à Hamitabat2 .

D’un autre côté, la demande croissante en gaz naturel du secteur résidentiel ne vient pas soutenir les objectifs gouvernementaux et ce malgré l’apparition des premières mesures d’efficacité énergétique. Des taux de croissance annuels de l’ordre de 12 à 13% sont en effet prévus par BOTAŞ jusqu’en 2030 (8-9 Bm3 aujourd’hui contre 22,7 Bm3 en 2030). Le principal moteur de cette croissance ne concernerait pas tant l’extension des réseaux dans les dernières provinces encore non raccordées que le processus de modernisation de l’habitat dans les plus grandes villes turques déjà connectées au réseau depuis quelques années :

« The main driver of this growth in the residential sector is not the connection of the few remaining provinces unconnected to the BOTAS main transportation grid, but the growth and modernization of cities already connected, such as Istanbul, Ankara, Izmir, Gazientep and Adana. These are growing rapidly, with the construction of new housing and apartment blocks which contribute significantly to the natural gas demand growth in the household sector ». p.6

Cette affirmation confirme l’une de nos hypothèses personnelles de recherche qui tend à identifier la logique tacite faisant de la politique de renouvellement urbain initiée à l’échelle nationale et déclinée de manière intense à Istanbul un vecteur de la transition énergétique. Le développement massif de nouvelles formes urbaines (habitat collectif vertical) aurait entre autres pour effet l’adoption de nouvelles normes de confort thermique basées sur l’utilisation du chauffage centralisé individuel ou collectif. Conscient que le parc immobilier turc non isolé à 80% va devenir une source colossale de dépenses énergétiques, le Ministère de la Ville et de l’Environnement et celui de l’Énergie ont conjointement fait adopter une série de mesures législatives depuis le milieu des années 2000 – en lien avec le processus d’harmonisation à l’acquis communautaire européen – en faveur de l’efficacité énergétique des bâtiments. Ceci s’est traduit entre autres par l’obligation d’installer des systèmes de chauffage collectif dans les immeubles neufs dont la surface habitable construite est supérieure à 1000 m2. Afin d’éviter les écueils d’une tarification collective souvent mal perçue par les usagers, ce système est combiné avec l’installation sur les radiateurs de vannes thermostatiques pour réguler la température de chaque pièce et de sondes thermiques (Pay ölçer) permettant de mesurer la consommation individuelle de chaque logement pour in fine répartir les charges collectives des dépenses individuelles. Ces technologies ont été pour la première fois expérimentées dans la ville-nouvelle de 60 000 logements de Kayaşehir en périphérie Ouest d’Istanbul. Suite à l’arrivée de factures de gaz exorbitantes et provoquant de fortes tensions chez les habitants, l’efficacité supposée de telles mesures doit être discutée à l’aune de la réalité du terrain. En l’état actuel, nous pouvons simplement affirmer que les causes du dysfonctionnement sont autant liées à des critères techniques et une gestion discutable du conflit par les institutions concernées qu’à des questions d’acceptabilité sociale face à ces innovations technologiques.

Les problèmes d’universalisation du service en réseau sur le territoire national

Pendant que le Premier ministre turc s’exclamait début décembre à Muğla que la Turquie était désormais entrée dans l’ère de la « civilisation du gaz naturel » avec 72 provinces raccordées3, son ministre de l’Énergie Taner Yıldız évoquait les problèmes économiques rencontrés pour atteindre certaines provinces où la densité de population et la demande restaient faibles. Un seuil de 10 000 habitants déjà connectés au réseau électrique aurait été établi comme le seuil de rentabilité minimal pour décider de l’extension des lignes. Cependant, ce seuil ne serait pas dans les faits viables pour BOTAŞ qui demande alors une participation dépositaire de 335 TL aux futurs abonnés. Dans les provinces de Balıkesir, Kırsehir et Manisa, des centaines d’habitants n’ont toujours pas accès au réseau de gaz 6 mois après s’être pourtant acquittés du dépôt auprès de la banque habilitée Halkbank. Les tensions se sont ensuite accrues à partir du moment où la banque a refusé d’effectuer les remboursements. Plus à l’Est, les investissements ne seraient toujours pas viables dans des provinces comme Hakkari ou Sirnak. Toutefois, toujours selon le même rapport, le (fragile) processus de paix engagé avec le PKK aurait fait de Zorlu Enerji une entreprise intéressée pour desservir ces dernières provinces non raccordées. Ces exemples montrent à quel point le processus d’universalisation du réseau à l’échelle du pays n’est pas uniforme et linéaire, notamment dans les espaces faiblement urbanisés et ruraux dans lesquels se superposent souvent des enjeux fortement politiques et idéologiques. Au moment où les frontières administratives vont une nouvelle fois subir une réactualisation de leurs contours sous l’effet d’un réaménagement statistique arbitraire pour définir l’urbain en Turquie, une lecture  géographique et politique du développement socio-territorial du réseau de gaz à l’échelle nationale pourrait apporter un éclairage intéressant sur la gestion territoriale du parti AKP.

Pénuries de gaz et coupures d’électricité dès 2015 ?

 dipnotgaz01

Après avoir détaillé l’ensemble des ressorts influant sur la demande de gaz naturel en Turquie, le rapport de Gulmira Rzayeva pointe du doigt la menace sérieuse des pénuries d’approvisionnement et des coupures d’électricité. L’importation via le TANAP des réserves azerbaidjanaises du Shah Deniz II n’étant pas prévue avant 2018, la probabilité est élevée de voir un premier déséquilibre entre demande et production dès 2015-2016 (voir graphique). Des raisons macro-structurelles contingentes au secteur énergétique turc accentuent ce risque, auxquelles viennent se superposer des facteurs environnementaux cycliques. En effet, les capacités de stockage et le nombre de stations de compression ou de GNL sont largement insuffisants en Turquie, ce qui a par exemple contraint BOTAŞ en 2008, 2009 et 2010 à ne pouvoir importer l’intégralité des volumes prévus dans les contrats. Pourtant, la nature des contrats Take-or-Pay oblige la Turquie à payer une quantité fixe de gaz qu’elle n’est pourtant pas en capacité d’importer et de consommer. À l’horizon 2015, aucun contrat n’est pour l’instant prévu pour accompagner la progression de la demande. Seule la Russie est en mesure de fournir des volumes plus conséquents mais la Turquie se montre réticente à investir d’avantage aux prix en vigueur. Pris de cours par une facture énergétique qui s’est envolée suite à la dépréciation de la monnaie turque4 , le gouvernement devait absolument renégocier les termes des contrats avec l’Iran et la Russie (d’où les récentes visites d’Erdoğan dans ces 2 pays). D’autre part, à moyen et long terme, la Turquie souhaite alléger sa dépendance russe en important le gaz nord-irakien et celui de l’Azerbaïdjan via le TANAP, dont les prix sont bien plus attractifs (voir figure 2). Notons au passage que c’est l’entreprise Siyahkalem qui a obtenu la première licence d’importation du gaz nord-irakien prévue pour débuter en 2014. C’est cette même société qui a récemment achevé la majestueuse construction du nouveau complexe des archives nationales ottomanes à Kağıthane5 sur un terrain appartenant à TOKI !

dipnotgaz02

Pour éviter le pire en 2015, le gouvernement turc fait le pari actuel d’une intensification des importations de gaz liquéfié (un nouveau contrat aurait été signé début 2014 avec l’Algérie) et mise sur la capacité des centrales hydro-électriques à prendre le relais des centrales à gaz. Pari risqué si l’on considère l’essoufflement de la production du gaz liquéfié algérien, principal pourvoyeur de la Turquie6 et la sécheresse qui s’abat actuellement sur l’ensemble de la Turquie.

Le rapport annonce une seconde période de forte instabilité géopolitique après 2021-2022 lorsque les contrats avec la Russie et l’Iran en vigueur aujourd’hui arriveront à terme. La question de leur renouvellement suscitera sans nul doute de houleux débats stratégiques d’autant plus que la nature des intérêts aura été redistribuée d’ici là. Une prochaine Dipnot détaillera ainsi les effets attendus d’un nouveau projet de loi sur la libéralisation du marché de gaz naturel pressenti pour être adopté en 2014.

Lire la suite : Le marché du gaz naturel : vers une libéralisation totale ?

  1. « Gaz kullanımı arttı karanlıkta kaldık », Milliyet, 15/12/13, p.26
  2. Holding impliquée entre autres dans la construction du 3ème aéroport d’Istanbul et gérant 4 sociétés de distribution d’électricité en Turquie
  3. Voir la une du quotidien Birgün du 1 décembre 2013 « Doğalgaz uygarlığı ! » dans lequel R.T. Erdogan se serait exclamé en ces termes « Bugün 72 ilde doğalgaz vardi. Medeniyet budur »
  4. Pour un ordre d’idée, en 2012, année plutôt stable économiquement, les dépenses énergétiques atteignaient 60 billions de dollars
  5. Pour une description plus détaillée du lieu : lire « The end of an Era : The less than grand opening of the new ottoman archives », http://www.jadaliyya.com/pages/index/11370/the-end-of-an-era_the-less-than-grand-opening-of-t, Avril 2013
  6. Jean-Pierre Séréni, « Baisse de pression du gaz algérien », Orient XXI (2014), http://orientxxi.info/magazine/baisse-de-pression-du-gaz-algerien,0503.

L’information sur le nucléaire en débats : Réversibilité de la décision et (non) publics. Autour du centre de stockage des déchets de Bure. IDRéP.

Bilan En quoi l’information constitue-t-elle un enjeu essentiel à la participation/non participation…

Bilan En quoi l’information constitue-t-elle un enjeu essentiel à la participation/non participation des publics aux choix technoscientifiques ? Prenant pour cas d’étude les « débats publics » (DP) autour de la réversibilité de l’enfouissement des déchets nucléaires à Bure (Cigéo, … Continue reading

Série “Café géo Ville et BD” (1) : La ville, la géographie et la bande dessinée

Ce texte est un extrait du compte-rendu du Café géographique de Paris du 28 janvier 2014 où Aymeric …

Ce texte est un extrait du compte-rendu du Café géographique de Paris du 28 janvier 2014 où Aymeric Landot et Bénédicte Tratnjek étaient invités à intervenir sur le sujet “Représenter l’espace urbain dans la bande dessinée” suite à la journée d’études du Laboratoire junior Sciences Dessinées du 18 septembre 2013 : Ville et bande dessinée, avec Benoît Peeters comme invité du grand entretien. L’intégralité du compte-rendu est à paraître sur le site des Cafés géographiques que nous remercions de cette invitation. Voir tous les billets de la série “Café géo Ville et BD”.

 

LA VILLE, LA GÉOGRAPHIE ET LA BANDE DESSINÉE :
QUELQUES POINTS INTRODUCTIFS

Bénédicte Tratnjek rappelle d’emblée que les Cafés géo, en 2001, avaient organisé une soirée pour décrypter l’« Hergéographie » [1]. Alors que la bande dessinée a connu de grandes difficultés à être reconnue comme objet géographique, et plus généralement objet pour l’ensemble des recherches universitaires, les Cafés géo ont été précurseurs sur cette question d’une approche de la BD par la géographie. Il faut dire que les liens entre géographie et bande dessinée sont particulièrement forts et riches. « Un café géographique ne s’interrogeait-il pas il y a quelques années sur le fait de savoir si Tintin, le héros de BD, reporter de profession, n’était pas géographe ? Et de constater que si le goût pour le voyage et pour la confrontation avec l’Autre était commun aux deux figures, Tintin utilisait peu les outils du géographe et analysait peu l’espace. Tintin est moins un géographe qu’il n’est l’objet d’une géographie à déconstruire » [2]. C’est à cette invitation du géographe Alexis Sierra que se propose de répondre, partiellement tout du moins, le Café géographique de ce soir, portant sur les représentations de la ville dans la bande dessinée, entre rêves [3] et fantasmes, entre peur et fascination, autour de plusieurs types de bande dessinée. Pourquoi un tel Café géo, la veille de l’ouverture du 41eFestival international de la bande dessinée à Angoulême, et quelques jours après la parution d’un ouvrage sur Rodolphe Töpffer [4], considéré comme l’inventeur de la bande dessinée ? Le Laboratoire Junior Sciences Dessinées a organisé, le 18 septembre 2013, une journée d’études intitulée « Ville et bande dessinée », avec Benoît Peeters comme invité du grand entretien (voir les enregistrements audio de cette journée d’études). Cette journée d’études a été l’occasion d’interroger les représentations de la ville dans de nombreuses bandes dessinées, et notamment dans les œuvres qui s’imposent par leur lien « évident » entre ville et BD, et notamment la série des Cités obscures de François Schuiten et Benoît Peeters et l’incontournable Little Nemo in Slumberland de Windsor McCay, en passant par Aya de Yopougon, les comics tel que Daredevil ou encore les mangas. Plutôt que s’intéresser à la séparation des bandes dessinées en différents genres, il s’agit, ce soir, de questionner la manière dont la ville est représentée dans le 9e Art.

Ville et bande dessinée entretiennent un lien très ancien, dès l’apparition des suppléments du dimanche publiés dans les grands quotidiens étatsuniens au début du XXe siècle. Ces publications témoignent de cette période de fascination de la métropole. Les comics sont un type de bande dessinée qui apparaît comme urbaine « par essence » : les super-héros qui naissent à la fin des années 1930 (tels que Batman et Superman qui seront décryptés plus tard dans la soirée) veillent sur leur ville. Depuis, les liens entre bandes dessinées et villes se sont renforcés. Et la ville, entre rêve, fascination, indifférence et détestation (les frontières entre les différentes approches affectives de la ville dans la BD étant souvent très minces), apparaît comme un leitmotiv de la bande dessinée. La BD semble ne pas pouvoir contourner la ville et les réflexions sur les différentes formes urbaines, comme le rappellent de récentes expositions, à très grands succès, telles que Archi & BD. La ville dessinée (Cité de l’architecture et du patrimoine, 2010) ou Mangapolis. La ville japonaise dans les mangas (exposition itinérante, 2012). A travers différentes études de bandes dessinées et de grandes thématiques des études urbaines, ce Café géo se propose d’interroger ces liens : penser, dessiner et représenter la ville dans la bande dessinée, voilà quelques thèmes pour cette soirée.

 

 

Ville et bande dessinée : des liens dès la naissance de la BD

Avant de se plonger plus en avant dans la réflexion sur les liens BD/ville, Bénédicte Tratnjek propose quelques pistes introductives, en revenant sur les origines des liens entre ville et bande dessinée d’une part, et ceux entre géographie et BD d’autre part. Comment, pour parler de la ville dans la BD, ne pas commencer en évoquant l’incontournable Little Nemo in Slumberland ? Publiées, planche par planche, dans les suppléments du dimanche du New York Herald puis du New York Ameriana de 1905 à 1913, les aventures du personnage, Little Nemo, illustrent tout autant la naissance de la bande dessinée comme 9e Art que ses très forts liens avec la ville, et surtout avec le paysage urbain. Chaque semaine, les lecteurs découvraient une nouvelle étape des voyages rêvés du personnage, avançant de plus en plus dans sa découverte de lieux imaginaires. Le petit Nemo, dans ses rêves, sort de son lit et voyage dans les métropoles naissantes des Etats-Unis (New York et Chicago) et pose la question de la place de l’individu dans ces paysages urbains, notamment face à leur verticalité. La planche dite « du lit qui marche » est certainement la plus célèbre pour évoquer ces liens : le lit se transformant au gré des besoins de Little Nemo pour traverser la ville doit s’adapter à la verticalité de celle-ci. Au gré de ses aventures, Little Nemo quittera la ville pour parvenir, plus loin dans ses rêves, par les airs, par un souterrain, par des chemins de traverse ou encore par la mer (son lit se transformant en moyen de transport) plus près de Slumberland, qu’il tente de rejoindre. Plus qu’une accumulation de planches, Little Nemo in Slumberland constitue un véritable parcours pour son personnage qui tente ainsi de rejoindre un monde fantastique, par-delà la ville. La verticalité et le gigantisme de la métropole y sont notamment montrés par la disproportion : les personnages sont tour à tour petits ou géants. « Les larmes de Nemo inondent la ville entière, les immeubles deviennent minuscules, les mûres et les framboises grossissent de façon redoutable et le crâne du grand-père peut servir de patinoire » [5]. L’espace est représenté par des métaphores, des disproportions, des fantasmes spatiaux. Windsor McCay va faire de la métropole un thème fort de ses planches [6]. Ses planches témoignent de la fascination de la ville que l’on retrouvera, par la suite, dans de nombreuses bandes dessinées.

 

 

La géographie et la bande dessinée : des liens très intimes

Pour poursuivre dans ces questionnements introductifs, Bénédicte Tratnjek rappelle que géographie et bande dessinée ont de nombreux liens. Si les publications sur géographie et bande dessinée sont assez dispersées, il n’en reste pas moins qu’elles sont assez nombreuses [7]. Une thèse de doctorat en géographie a même été soutenue en 2010 : L’espace dans la bande dessinée (Julien Champigny, Université Paris 7, sous la direction de Christian Grataloup). La cartographie est peut-être celui qui nous interpelle en premier lieu à la lecture d’une bande dessinée. Comment ne pas évoquer la célèbre carte de la Gaule qui introduit toute aventure d’Astérix ? « En 52 av. J.-C., toute la Gaule est envahie par les Romains. Toute ? Non. Car un village d’irréductibles Gaulois résiste toujours à l’envahisseur ». La carte de la Gaule accompagnant ce célèbre texte invite le lecteur à « zoomer » sur ce village gaulois, grossi par la présence d’une loupe. Le territoire est posé : la Gaule est passée aux mains de l’envahisseur, mais ce petit point sur la carte va, à lui seul, remettre en cause la conquête romaine. La carte expose aussi au lecteur le très fort lien entre le territoire et l’identité : les « irréductibles Gaulois » dont le lecteur va suivre les aventures sont situés dans l’espace et dans le temps. Pourtant, dans la même série, des lieux vont, volontairement ne pas être localisés. Sur la carte du monde d’Astérix, impossible de situer avec précision Alésia. Les auteurs, René Goscinny et Albert Uderzo, notamment dans Le Bouclier averne, joueront des disputes actuelles des historiens et archéologues sur la localisation précise du site de la bataille d’Alésia, pour renforcer ce lien entre carte, territoire et identité. « Alésia ? Connais pas Alésia ! Je ne sais pas où se trouve Alésia ! Personne ne sait où se trouve Alésia ! », feront-ils dire au chef Abraracourcix. A l’opposé, Lutèce devient rapidement, au fur et à mesure des albums une référence identitaire, depuis les paroles du barde Assurancetourix jusqu’au druide, prisonnier dans des geôles des Goths, qui chante « Revoir Lutèce » (qui n’est pas sans rappeler « Revoir Paris » de Charles Trénet). Ces liens sont encore renforcés par l’association entre territoires et gastronomie : l’identité est parodiée [8], mais toujours associée à un fort sentiment d’appropriation et d’appartenance. Toutes les références à l’identité territoriale sont convoquées dans cette bande dessinée, jusqu’au Tour de Gaule, clin d’œil explicite à deux « tours » très franco-français : Le Tour de France par deux enfants, manuel scolaire de référence de la IIIe République, et le tour de France comme épopée cycliste [9]. Que ce soit dans leur périple en Gaule ou dans des pays étrangers, les albums des Aventures d’Astérix témoignent du fort ancrage territorial de l’identité, en montrant des peuples associés à des paysages et des pratiques spatiales. Et l’on pourrait citer bien d’autres héros qui, par leurs aventures, rencontrent « l’Autre » et se confrontent à l’apprentissage de la diversité et de l’altérité : de Corto Maltese [10] (Hugo Pratt) à Tintin [11], en passant par Naruto (Masashi Kishimoto) qui découvre d’autres paysages et d’autres manières d’habiter l’espace en se rendant dans les autres villages cachés (tous symbolisés par un des cinq éléments japonais : le feu, l’eau, la foudre, la terre et le vent auxquels sont associés des identités territoriales), les parcours des personnages montrent combien les liens entre espace et identité sont particulièrement forts dans la bande dessinée.

La bande dessinée représente à la fois des espaces imaginaires et réels, mais tous ont beaucoup à nous dire de notre manière de nous représenter et d’habiter le monde. Les cartes ne sont pas toujours présentes dans les bandes dessinées, ou parfois (à l’image de la carte des Cités obscures produite par l’IGN pour le 2e tome de La Frontière invisible) elles sont produites après la parution de la bande dessinée. Le géographe Olivier Marlet a, ainsi, exploré les différents liens entre les cartes et la bande dessinée, à travers un corpus questionnant les mondes imaginaires tout comme les représentations du monde réel : dans la bande dessinée, « objet éminemment visuel, la carte est aussi mobilisée pour faire vagabonder notre imagination. Car elle fait beaucoup plus que situer des lieux, des frontières et des hommes : elle engendre le rêve et l’évasion. Elle crée une ambiance, raconte déjà toute une histoire et donne une atmosphère au récit » [12]. Et, l’utilisation de la carte dans la bande dessinée rappelle les très forts liens entre géographie et BD. La figure du voyage est aussi, par sa forte prégnance dans la bande dessinée, une invitation à penser les liens entre géographie et bande dessinée, comme en témoignent les aventures de ces héros que tout le monde connaît : Astérix, Tintin ou Corto Maltese. Toute bande dessinée questionne l’espace, à travers la figure de l’île, de la ville, des territoires du quotidien, des espaces domestiques… La géographie questionne à la fois la représentation de l’espace dans la bande dessinée et l’utilisation de la planche comme espace pour figurer l’espace.

Enfin, Bénédicte Tratnjek précise que, pendant ce café géo, Aymeric Landot et elle proposent à l’auditoire une géographie subjective. S’ils lisent de nombreuses bandes dessinées, ils avouent qu’aucun n’est spécialiste de la bande dessinée argentine ! Les liens entre ville et bande dessinée seront principalement explorés ce soir par un parcours entre BD franco-belge, comics étatsuniens et mangas japonais. La ville n’est pas seulement représentée par l’architecture, par le bâti : elle n’est pas seulement un espace-décor dans la bande dessinée, un support à des fictions. De nombreuses bandes dessinées font de la ville un élément central des fictions : parce que l’histoire est fortement située dans le temps et dans l’espace (y compris dans des mondes imaginaires), de nombreuses bandes dessinées montrent, questionnent, « titillent » l’urbanité, c’est-à-dire la manière dont on vit la ville. C’est une géographie sensible qui se dessine dans la bande dessinée.

 

 

La bande dessinée : laboratoire de l’urbain ?

Bénédicte Tratnjek précise que la bande dessinée, par sa représentation de la ville, questionne de nombreux thèmes forts des études urbaines. Parmi ceux-ci, on peut retrouver dans la bande dessinée une exploration des rythmes urbains, et tout particulièrement une géographie de la nuit [13]. Entre le rêve de Little Nemo de Windsor McCay et le Paris nocturne d’Adèle Blanc-Sec [14] de Jacques Tardi, la nuit urbaine telle que représentée dans la bande dessinée rappelle l’importance de ces temporalités quotidiennes dans les espaces urbains. Ainsi, avant d’atteindre les mondes fantastiques, Little Nemo doit affronter la ville. La ville n’est pas seulement un espace-décor : les « villes dessinées » produisent des images, des identités, des histoires, des rencontres. L’exemple du lien entre comics et nuit (que l’on abordera en détail plus tard) est certainement l’un d’un plus démonstratifs pour évoquer la représentations de la nuit urbaine dans la bande dessinée. De Batman à Superman, en passant par Daredevil ou Spiderman, la nuit urbaine confronte les personnages aux noirceurs de la ville [15]. Plus encore, c’est la nuit urbaine qui produit ces personnages : loin de la lumière, des « méchants » sortent pour commettre leurs méfaits, et pour confronter le héros à des espaces urbains inquiétants. De la même manière, dans Les Aventures d’Adèle Blanc-Sec, Jacques Tardi a volontairement exploré la nuit urbaine pour situer son personnage dans une ambiance cohérente avec son polar dessiné. Il précise ainsi, à propos de la nuit urbaine, qu’il a voulu « exploit[er] les traits imaginaire nocturne habituel en faisant de la nuit le monde louche et funèbre de l’irrégularité, de la suspicion et du danger » [16]. Aya de Yopougon (bande dessinée qui narre les aventures d’Aya et de ses proches dans l’agglomération abidjanaise, dans le quartier de Yopougon, à la fin des années 1970/début des années 1980) nous propose une autre manière d’appréhender la nuit urbaine [17] : celle de la fête, du plaisir, de la drague, des amours cachés. La nuit urbaine est ici représentée par le prisme des territoires du quotidien, tels qu’ils sont vécus et pratiqués par des habitants « ordinaires ». Alors que la géographie de la nuit reste un champ émergent dans la géographie, la bande dessinée nous rappelle combien les rythmes et les temporalités urbains, dans leur quotidienneté, fabriquent des pratiques spatiales particulières, que nous devons appréhender. Dans ces trois cas, la ville n’est pas un espace-support interchangeable, la bande dessinée est fortement située dans le temps et dans l’espace, mais surtout la « ville dessinée » façonne les personnages, leurs actions et leurs pratiques spatiales.

Les liens entre mobilités urbaines et bande dessinée sont un autre moyen d’appréhender la BD comme laboratoire de l’urbain. Les bandes dessinées proposent ainsi au lecteur des géographies subjectives : il suit les personnages dans leurs déplacements, qu’ils soient des migrations [18] ou des mobilités quotidiennes, qu’ils soient « ordinaires » ou pénibles. Dans de nombreux mangas, le dessin représente le train comme structurant l’espace : les lignes des trains et métros tokyoïtes sont ainsi des figures récurrentes du paysage urbain tel qu’il est représenté dans le manga, reflétant des pratiques urbaines quotidiennes « cohérentes » avec les déplacements des habitants. « A Tôkyô, deux réseaux se rencontrent : l’éventail des lignes régionales et nationales vient buter sur les principales gares de la Yamanote, qui délimite le contour du centre et le territoire du métro. Ces gares, lieux de passage obligés, se doublent depuis bien longtemps d’une dimension commerciale. Non loin des trains, se dressent ainsi de grands magasins sous l’enseigne de la compagnies des chemins de fer – Keio, Hankyû, Odakyû, Seibu, Tôbu ou Tôkyû » [19]. Rien de tel que le célèbre City Hunter (le célèbre manga de Tsukasa Hōjō, plus connu en France sous le titre de Nicky Larson du nom de l’adaptation en dessin animé tel qu’il a été traduit en France et diffusé par le Club Dorothée) pour rappeler la forte présence des gares dans le manga. Dans Le choix d’Ivana (Tito), le lecteur suit les parcours « ordinaires » d’une jeune femme, Ivana, dans le Sarajevo qui découvre l’arrestation de Radovan Karadžić. Le touriste qui visiterait Sarajevo prendrait le célèbre tramway (qui a même donné son nom au titre d’un récit de voyage dessiné de Jacques Ferrandez : Les tramways de Sarajevo. Voyage en Bosnie-Herzégovine) avec un goût d’exotisme. Mais le lecteur du Choix d’Ivana découvre une autre manière de pratiquer et de vivre cette mobilité : loin de la découverte teintée d’un imaginaire touristique dans cette ville-symbole, le lecteur découvre la ville de Sarajevo tel qu’elle est vécue dans son « ordinarité ». Dans le tramway, moyen de transport « ordinaire » (c’est-à-dire inscrit dans les quotidiennetés) pour Ivana, la jeune femme se retrouve confrontée au poids des événements. Le tramway, présent sur la couverture de cette bande dessinée, témoigne tout d’abord des liens entre territoire et identité dans cette ville dessinée : il permet au lecteur de se situer dans l’espace. Le tramway de Sarajevo est, en effet, un symbole identitaire pour cette ville. Mais, il est aussi un espace pratiqué dans les quotidiennetés d’Ivana. Et c’est dans cet espace qu’elle se retrouve rattrapée par sa propre histoire, confrontée à des inconnus lisant un journal ou discutant de l’arrestation de Radovan Karadžić. Les mobilités de la ville dessinée appréhendent notre propre confrontation à la foule, à l’anonymat, à notre propre relation à l’espace.

Ivana prenant le tramway à Sarajevo, le lendemain de l’arrestation de Radovan Karadžić Source : Tito, 2012, Le choix d’Ivana, extrait de la planche 4, © Casterman.

Ivana prenant le tramway à Sarajevo, le lendemain de l’arrestation de Radovan Karadžić
Source : Tito, 2012, Le choix d’Ivana, extrait de la planche 4, © Casterman.

La bande dessinée, dans son rapport à la ville, nous bouscule en se focalisant sur les espaces « ordinaires » dans la ville, tels qu’ils sont pratiqués et vécus par les personnages : elle permet de repositionner les regards des géographes sur la confrontation espace domestique/espace public. Les mobilités quotidiennes sont représentées dans de nombreuses bandes dessinées, témoignant de pratiques spatiales qui diffèrent d’une ville à l’autre, et nous plongent dans des réalités urbaines par-delà ce que nous apprennent les manuels de géographie. Aya de Yopougon nous confronte à la marche dans la ville africaine, Le choix d’Ivana à l’utilisation des modes de transports comme vécu, City Hunter à la foule de la gare de Shinjuku, où Ryo (Nicky dans la version animée) et Kaori (Laura) vont quotidiennement scruter les annonces sur le tableau central pour voir s’ils ont un client. Le lecteur suit également Ryo dans les différents modes de transport de la ville de Tokyo : les lignes de métro et de train (telles que la célèbre ligne Yamanote) ou les autoroutes urbaines sont autant d’espaces que le lecteur découvre à la lecture de ce manga et de nombreux autres qui situent l’action dans le centre de Tokyo. Dans les périphéries tokyoïtes, où sont situés bon nombre de mangas tels que Ranma 1/2, Sailor Moon, Card Captor Sakura ou encore les premiers tomes de Death Note, la marche est bien plus présente : le personnage n’est plus confrontée à la densité de la ville-centre, mais à un périurbain où la marche est bien davantage une mobilité quotidienne.

Certains auteurs vont plus loin encore dans leurs représentations des mobilités urbaines, en questionnant la « ville mobile ». Cette figure de l’itinérance non plus dans la ville, mais de la ville est récurrente dans l’imaginaire dessiné, de Little Nemo in Slumberland au Château ambulant (film d’animation du célèbre Hayao Miyazaki [20], 2004). Une fois encore, mobilisons Little Nemo in Slumberland, précurseur dans cette manière de représenter et de penser la ville mobile. De la planche du « lit qui marche » à la planche de « la ville qui marche », Windsor McCay questionne bien les mobilités dans la ville. Dans cette seconde planche, Little Nemo se trouve confronté à des maisons qui se mettent en mouvement. Alors que les personnages se promènent, en rêve, dans la ville, celle-ci n’est plus statique : les habitations deviennent mobiles. Alors que dans un grand nombre de planches, le personnage se déplace dans une ville figée, cette planche offre un retournement de situation : Little Nemo est contraint de se réveillé, chassé de son rêve par la mise en mouvement des habitations. « L’itinérance d’une ville est-elle nécessairement menaçante ? Cette observation pourrait n’être qu’anecdotique si elle n’était pas récurrente dans l’imaginaire des villes mobiles. un bel exemple nous est donné dans la bande dessinée Little Nemo in Slumberland : le réveil des immeubles provoque celui du héros, littéralement chassé de son rêve urbain » [21]. Les personnages cessent alors d’être les acteurs de leurs parcours, la ville elle-même devient actrice des parcours de Little Nemo dans la ville de ses rêves. Par-delà la figure de la ville mobile, cette planche témoigne d’une des formes de représentations de la ville dans la bande dessinée (que l’on pourrait également retrouver dans la littérature) : si la ville peut être représentée comme un espace-décor (c’est-à-dire un espace-scène où se déroulent des actions qui dépassent le seul cadre de la ville) et le plus souvent comme un espace-support (c’est-à-dire un espace qui, parce qu’il situe fortement l’action dans le temps et dans l’espace, n’est pas interchangeable et donne corps à l’action) dans la BD, elle peut parfois devenir bien plus, un espace-personnage (c’est-à-dire un espace-acteur qui agit) [22]. Autre exemple incontournable : la ville d’Urbicande dans La fièvre d’Urbicande (l’un des tomes des Cités obscures de François Schuiten et Benoît Peeters), qui n’est pas seulement un espace-décor où se déroule l’action, mais bien plus un espace-personnage, tant la ville elle-même agit. Dans tous les cas, la bande dessinée est un espace de réflexion sur la manière d’habiter et de pratiquer l’espace, par sa représentation des mobilités pénibles, des contraintes spatiales… La bande dessinée s’avère être un laboratoire de l’urbain, dans la mesure où elle illustre les grandes utopies urbaines, dessine l’imaginaire des villes, confronte le lecteur à son propre habiter par des mondes réalistes ou fantasmés. Elle est aussi une confrontation des allers-retours entre l’espace réel et l’imaginaire spatial, entre les réalités des territoires du quotidien et les utopies/uchronies urbaines, entre les rêves/désirs et les peurs/menaces. De la ville « réelle » à la ville imaginaire, toutes les villes sont représentées dans la bande dessinée, et sont bien plus que des espaces-décors : « selon les inspirations variées et diverses motivations des dessinateurs ou scénaristes, tous les modes, structures, ensemble et « moments » architecturaux sont abordés, explorés, induits, exploités et investis. Qu’elles soient politiques, réalistes ou nostalgiques, documentaires, soucieuses d’exotisme, d’utopie ou de fiction, sociales, policières, historiques, fantastiques, régionalistes ou d’aspiration, leurs raisons conduiront ces créateurs à ne rien négliger et tout appréhender » [23].

Windsor McCay, Little Nemo in Slumberland, planche publiée le 21 mars 1909. Source : site The Comic Strip Library

Windsor McCay, Little Nemo in Slumberland, planche publiée le 21 mars 1909
Source : site The Comic Strip Library

La bande dessinée comme laboratoire de l’urbain offre également de nombreux questionnements sur des enjeux sociaux très brûlants : citons la représentation de la ville-menace par la figure de l’attentat, de la ville sécuritaire par la représentation de la vidéo-surveillance, ou de la ville-exclusion par la représentation de groupes marginaux (on citera, à titre d’exemples, Des nouvelles d’Alain d’Emmanuel Guibert, qui narre le périple du reporter-photographe Alain Keler à travers l’Europe à la rencontre des Roms). La bande dessinée met en scène des manières très ambivalentes de se déplacer dans la ville, en fonction de son appartenance ou des « normes » de la société urbaine. La bande dessinée dite de « non-fiction » [24] connaît un grand succès, et témoigne de l’importance de la BD comme médium pour représenter les enjeux politiques, sociaux mais aussi spatiaux les plus brûlants. Pour son lancement, La Revue dessinée a ainsi proposé des reportages sur les conflits fonciers dans les espaces ruraux du Nord de la France, sur les enjeux géopolitiques du gaz de schiste, sur les conséquences environnementales et sanitaires de la catastrophe à Fukushima…

Emmanuel Lepage, 2013, « Les plaies de Fukushima », La Revue dessinée, n°2.

Emmanuel Lepage, 2013, « Les plaies de Fukushima », La Revue dessinée, n°2.

 

Bénédicte Tratnjek propose à l’auditoire de s’arrêter quelques temps sur le cas de la vidéosurveillance telle qu’elle est représentée dans la bande dessinée : si ce thème est largement médiatisé (tous les grands médias disposent d’un dossier et de nombreux articles sur le sujet – y compris des articles questionnant cette focalisation sur la vidéosurveillance), la bande dessinée offre réellement une approche complémentaire. Les articles journalistiques décrivent les enjeux politiques, les acteurs, les lobbyings… La bande dessinée, elle, montre ce que vivre dans une ville marquée par la surprésence de caméras signifie en termes de mobilités, d’ambiance urbaine, d’angoisses urbaines. Au Royaume des aveugles de Frédérik Salsedo et Olivier Jouvray témoigne de cette très forte capacité de la bande dessinée à nous montrer l’urbain comme espace de vie, et pas seulement comme espace politique et espace du politique. La vidéosurveillance à outrance est un thème majeur de cette bande dessinée, tout comme son acceptation par les citadins (qui l’acceptent, ou plus précisément ont oublié cette présence). Pourtant, des habitants, qui deviennent des acteurs de leur habiter, vont s’opposer à cette surveillance à outrance. La bande dessinée est située dans un temps futuriste (2060) et un espace urbain (Londres) : si l’on peut classer cette BD dans la science-fiction, c’est bien de l’urbain d’aujourd’hui dont elle nous parle. Le point de départ est un débat brûlant qui questionne notre habiter : la vidéosurveillance comme menace de la vie privée des habitants « ordinaires » dans l’espace public. L’approche spatiale est d’autant plus soulignée par le sous-titre du premier tome : Les invisibles. La question de la visibilité et de l’invisibilité dans la ville, de la gestion de la foule et de l’anonymat, de la surveillance et de la sécurité, de la distinction espace privé/espace public… sont bel et bien des problématiques fortes de la géographie, et plus généralement des études urbaines. Bien d’autres BD prennent la surveillance des individus dans l’espace public urbain comme thèmes majeur : « poursuivis, traqués. Dans MediaEntity, Au Royaume des Aveugles et Spyware, il existe une constante : nos héros sont contraints de fuir face à la technologie toute puissante. Ils engagent une course effrénée contre un instrument démesuré, capable de les broyer » [25]. Ces BD questionnent également les espaces virtuels, et montrent la ville comme espace-scène et comme espace-enjeu des espaces virtuels et surtout du contrôle de la société par l’utilisation des espaces virtuels (et notamment les réseaux sociaux). Espaces virtuels et vidéosurveillance dessinent la ville comme un espace de surveillance, de contrôle et de domination, et sont au cœur de récits portant sur l’urbaphobie. En ce sens, la bande dessinée, en ce qu’elle montre de nos espaces (par le biais de mondes réalistes ou imaginaires) est un témoignage de ce qui fait l’urbain, dans ses menaces comme dans ses utopies. Entre urbaphilie (amour de la ville) et urbaphobie (peur de la ville), la bande dessinée nous montre la ville comme un territoire du quotidien pour des personnages qui, par leurs propres pratiques spatiales, nous parle de notre manière de pratiquer la ville, entre les espaces que nous fréquentons, mais aussi ceux que nous contournons : à titre d’exemple, la représentation des spatialités des groupes marginaux nous rappellent combien nous ne pratiquons pas tous l’espace urbain de la même façon. Peu d’entre nous sont allés voir un village d’insertion de Roms (y compris lorsqu’ils sont proches de notre espace de vie) ou une « jungle » de réfugiés. Pourtant, ces implantations spatiales (qu’elles soient légales ou informelles, visibles ou invisibles, insérées dans le tissu urbain ou squattant une friche urbaine…) participent de la production de notre espace urbain. La BD de reportage mais aussi la BD de fiction se servent de l’espace de la planche et de la case pour évoquer et pour montrer des spatialités que l’on connaît parfois mal, et nous entraînent dans ces réalités spatiales en les représentant comme des espaces de vie pour les personnages. C’est dans toutes ses perspectives qu’on appréhende ici la bande dessinée comme laboratoire de l’urbain.

 

 

Les espaces de la ville dans la bande dessinée

Dernier point introductif pour présenter les liens ville/BD proposé par Bénédicte Tratnjek : la question des différents espaces et des différentes échelles représentés dans la bande dessinée. La bande dessinée Aya de Yopougon sert ici d’exemple pour discuter de la manière dont la bande dessinée joue de la multiscalarité. Cette bande dessinée, en six tomes, raconte l’histoire d’une jeune femme, Aya, à Yopougon, commune située dans l’Ouest de l’agglomération abidjanaise, à la fin des années 1970/début des années 1980[26]. La fin du « miracle ivoirien » ne se fait pas encore sentir dans cette périphérie urbaine, marqué par la présence d’une classe moyenne émergente, par un habitat « moderne » (Yopougon peut être assimilé à une ville nouvelle, assez éloignée et isolée du reste de l’agglomération abidjanaise, qui s’est développée du fait d’un étalement urbain et d’une volonté étatique forte au moment du « miracle ivoirien »[27]). La bande dessinée est fortement située dans le temps et dans l’espace : la rue, les territoires de la fête ou encore les espaces domestiques qui nous sont donnés à voir témoignent de ce fort ancrage territorial. Ainsi, cette bande dessinée présente un excellent exemple pour montrer combien la BD parle des différentes échelles de la ville. En premier lieu, Aya de Yopougon met particulièrement en scène l’espace domestique dans le Yopougon de la fin des années 1970. L’habitat qui nous est montré témoigne de la forte identité de Yopougon, ville « moderne », où l’habitat a été construit en opposition à l’habitat « traditionnel », celui de l’espace-cour marqué par la présence du puits au centre d’une cour partagée par plusieurs habitations[28]. A Yopougon, la « modernité » de l’habitat se traduit par l’absence du puits et par le non-partage de la cour, qui n’appartient qu’à une famille. Dans Aya de Yopougon, comme en témoigne le titre même de la bande dessinée, le lecteur est plongé dans un quartier à très forte identité. Les aventures d’Aya et de ses proches se déroulent dans ce quartier marqué par une modernité inachevée, dont on ne connaît pas encore la future marginalisation, par l’effondrement de l’économie ivoirienne. L’espace domestique que l’on découvre dans la bande dessinée témoigne de cet ancrage dans le quartier de Yopougon : « Ainsi, les espaces domestiques dans cette bande dessinée permettent à la fois au lecteur de se situer dans le temps et dans l’espace, mais aussi lui permettent de parfaire sa connaissance de l’habiter dans Yopougon à la fin des années 1970/début des années 1980 » [29]. A ce titre, la bande dessinée, par-delà cet exemple précis, montre des espaces qui sont peu donnés à voir et à penser dans la recherche. Malgré des publications très particulièrement intéressantes au début des années 2000[30], les espaces domestiques sont restés une marge dans la recherche en géographie. Pourtant, aborder l’espace par ce qu’il a de plus proche de nous est au cœur des programmes scolaires en primaire et dans le secondaire (programme de sixième en géographie notamment). Et par-delà ces enjeux, dans la mesure où, dans toute société, « le foyer est le lieu privilégié d’institutions sociales essentielles : le couple et la famille »[31], cette « géographie de l’intérieur » telle qu’elle est représentée dans la bande dessinée témoigne de la société urbaine qui est dessinée, offre une représentation subjective de la place de l’espace domestique (qui, souvent, polarise les pratiques spatiales des personnages) dans l’habiter urbain, et questionne le rôle de l’espace domestique dans notre propre imaginaire spatial et notre vécu urbain.

Marguerite Abouet et Clément Oubrerie, 2007, Aya de Yopougon, tome 3, planche 14.

L’espace-cour à Yopougon à la fin des années 1970 : un espace-témoin de la « modernité » de cette périphérie abidjanaise en plein « miracle ivoirien »
Marguerite Abouet et Clément Oubrerie, 2007, Aya de Yopougon, tome 3, planche 14, © Gallimard.

Dans cette bande dessinée, le lecteur est également confronté à une forte prégnance de la rue : de même que les espaces domestiques (mais dans une moindre mesure), la rue comme objet géographique [32] reste moins explorée que d’autres objets. La rue n’est pas appréhendée dans Aya de Yopougon par le prisme d’enjeux urbanistiques ou d’enjeux de propriétés (entre privatisation et publicisation), mais comme un espace vécu, un espace de pratiques spatiales et sociales particulières. Aya de Yopougon nous montre des pratiques urbaines centrées sur la marche et polarisées par le quartier : la rue est un espace vécu rassurant, que l’on pratique dès l’enfance. Le lecteur découvre ainsi de très nombreuses scènes quotidiennes qui se déroulent dans la rue : c’est tout à fait cohérent avec l’espace urbain tel qu’il est pratiqué à Yopougon dans à la fin des années 1970/début des années 1980. Dans cette ville dessinée, « la rue comme espace public devient un véritable espace de rencontres et de sociabilisation » [33]. De même, la bande dessinée Aya de Yopougon plonge le lecteur à la rencontre des territoires de la nuit, de la fête et de la « drague » [34], et questionne ainsi les pratiques spatiales au prisme des rythmes urbains. C’est aussi par la ville comme espace de loisirs et d’activités récréatives qui nous est montrée dans la BD. Les célèbres maquis de Yopougon sont autant montrés le jour (où Aya et ses amis se rejoignent pour déjeuner) que la nuit (où les tables laissent place à des pistes de danse). La très forte relation entre identité et quartier est symbolisé par le personnage de Tantie Affoué, « la patronne du plus célèbre maquis de Yop City » (Marguerite Abouet et Clément Oubrerie, 2007, Aya de Yopougon, Gallimard, tome 3, planche 41). Si les maquis sont précisément nommés dans la bande dessinée (le « Ça va chauffer » ou le « Secouez-vous »), on ne sait jamais où se situe précisément se situe la fiction dans Yopougon. C’est toute l’identité de Yopougon qui est mise en scène dans cette BD. Par-delà cette bande dessinée, la pratique des espaces publics, qui diffère fortement d’une ville à l’autre (entre la ville européenne où la rue est principalement un espace de circulation et la ville africaine où la rue devient un espace de vie, approprié par les habitants, et un espace de sociabilisation), montre le lien entre la ville dessinée et les espaces de la ville tels que nous les pratiquons, tels que nous les habitons, à toutes les échelles. La bande dessinée nous donne, ainsi, à voir une géographie subjective, une géographie sensible de la ville.

Marguerite Abouet et Clément Oubrerie, 2005, Aya de Yopougon, tome 1, planche 40.

Scène de vie quotidienne dans les rues de Yopougon
Source : Marguerite Abouet et Clément Oubrerie, 2005, Aya de Yopougon, tome 1, planche 40, © Gallimard.

 

[1] Voir également :

[2] Alexis Sierra, 2011, « Géographie et media : des coopérations à construire », EchoGéo, n°16, mars/mai 2011.

[3] Voir, en ce moment, l’exposition Nocturnes : le rêve dans la bande dessinée, à la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image à Angoulême (20 décembre 2013 – 30 mars 2014).

[4] Thierry Groensteen, 2014, M. Töpffer invente la bande dessinée, Les impressions nouvelles, collection Réflexions faites, Bruxelles, 320 p.

[5] Benoît Peeters, 2003, Lire la bande dessinée, Flammarion, collection Champs Arts, Paris, 2e édition (1e édition : 1998), p. 35.

[6] « Windsor McCay (1867-134) se distingue de ses contemporains, fascinés par les gadgets de l’époque – avion, automobile, cinéma… Lui est un baroque tardif né en pleine période Art nouveau. Ce qui l’intéresse, c’est la confrontation entre l’homme et le gigantisme de la métropole. Avec son personnage Little Nemo, il joue sur les échelles de plans mais, aussi avec des dinosaures égarés entre les gratte-ciel. McCay maîtrise à la perfection la perspecyive, c’est encore plus évident dans les films d’animation qu’il a réalisés et qui ont influencé King Kong, Godzilla et même Jurassic Park. Ce n’est pas un hasard si François Schuiten ou Marc-Antoine Mathieu lui vouent une grande admiration : ils prolongent sa vision de la ville comme une illusion, semblable à un immense labyrinthe » (Thierry Smolderen, 2010, cité dans Etienne Sorin, « Quand la BD croque la ville », L’Express, 9 juin 2010).

[7] A ce propos, voir la bibliographie sur la bande dessinée proposée par le Laboratoire junior Sciences Dessinées.

[8] Pour une approche sociologique d’Astérix, voir :

  • Nicolas Rouvière, 2006, Astérix ou les lumières de la civilisations, PUF/Le Monde, collection Partage du savoir, Paris, 221 p.
  • Nicolas Rouvière, 2008, Astérix ou la parodie des identités, Flammarion, collection Champs, Paris, 337 p.

[9] A ce propos, voir notamment :

[10] Voir notamment :

[11] Voir notamment les travaux de Benoît Peeters sur Tintin.

[12] Olivier Marlet, 2007, « Voyage dans la bande dessinée à travers quelques cartes », Mappemonde, n°87, n°3/2007.

[13] A ce propos, voir notamment :

[14] A ce propos, voir : Géraldine Molina, 2007, « Le Paris des Aventures extraordinaires d’Adèle Blanc-Sec de Jacques Tardi. Une « ville noire » ? », Géographie et cultures, n°61, pp. 61-78.

[15] A ce propos, voir : Aymeric Landot, 2013, « De Métropolis à Gotham », carnet de recherches Sciences Dessinées, 13 octobre 2013.

[16] Jacques Tardi, cité dans : Géraldine Molina, 2007, « Le Paris des Aventures extraordinaires d’Adèle Blanc-Sec de Jacques Tardi. Une « ville noire » ? », Géographie et cultures, n°61, pp. 61-78.

[17] A ce propos, voir : Bénédicte Tratnjek, 2013, « Série Aya de Yopougon (5) : Les territoires de la nuit, de la fête et de la drague », carnet de recherches Sciences Dessinées, 13 octobre 2013.

[18] A ce propos, voir en ce moment l’exposition Albums. Bande dessinée et immigration (1913-2013) au Musée de l’histoire de l’immigration (16 octobre 2013 – 27 avril 2014, Paris).

Voir également :

[19] Xavier Guibert, 2012, « Anatomie de la rue japonaise », dans Jean-Philippe Martin et Xavier Guibert (dir.), 2012, Mangapolis. La ville japonaise contemporaine dans le manga, Le Lézard Noir, Poitiers, p. 18.

[20] A ce propos, voir notamment : Emmanuel Trouillard, 2011, « Géographie animée : l’imaginaire spatial d’Hayao Miyazaki », compte-rendu de la présentation du 11 mai 2011 au séminaire « Géographie, arts et littérature » (ENS-Ulm, Paris).

[21] Philippe Gargov, 2010, « Entre guerre et paix : la ville mobile dans la culture populaire », blog pop-up urbain, 26 avril 2010.

[22] A ce propos, voir : Bénédicte Tratnjek, 2013, « Représenter l’espace urbain dans la bande dessinée », introduction à la journée d’études Villes et bande dessinée (18 septembre 2013, Laboratoire junior Sciences Dessinées, ENS de Lyon) : power-point et enregistrement audio.

[23] Jean-Marie De Busscher, 1984, « L’architecture dans la bande dessinée », dans Jean Dethier (dir.), 1984, Images et imaginaires d’architecture, Centre Georges Pompidou/CCI, Paris, p. 124.

[24] A ce propos, voir :

[25] Pierre Ropert, « Vie privée : l’Homme face à la machine ! », CultureBD, 24 janvier 2014.

[26] Pour plus d’éléments de contextualisation autour de la bande dessinée, voir : Bénédicte Tratnjek, 2013, « Série Aya de Yopougon (2) : Le quartier (quelques éléments de contextualisation) », carnet de recherche Sciences Dessinées, 22 juillet 2013.
Pour une approche plus complète, se reporter à : Jean-Fabien Steck, 2008, « Yopougon, Yop City, Poy… périphérie et modèle urbain ivoirien », Autrepart, n°47, n°3/2008, pp. 227-244.

[27] A ce propos, voir : Jean-Fabien Steck, 2008, « Yopougon, Yop City, Poy… périphérie et modèle urbain ivoirien », Autrepart, n°47, n°3/2008, pp. 227-244.

[28] A ce propos, voir : Bénédicte Tratnjek, 2010, « Carte postale d’un habitat sur cour (Abidjan) », Cafés géographiques, rubrique Cartes postales du monde, 23 juin 2010.

[29] Bénédicte Tratnjek, 2013, « Série Aya de Yopougon (3) : La représentation des espaces domestiques », carnet de recherche Sciences Dessinées, 23 juillet 2013.

[30] Sur la géographie des espaces domestiques :

  • Jean-François Stazack (dir.), 2001, « Espaces domestiques », Annales de Géographie, vol. 110, n°620.
  • Béatrice Collignon et Jean-François Stazack (dir.), 2003, Espaces domestiques. Construire, habiter, représenter, Bréal, Paris.

[31] Staszak, Jean-François, « L’espace domestique : pour une géographie de l’intérieur », Annales de Géographie, vol. 110, n°620, p. 340.

[32] A ce propos, voir : Antoine Fleury, 2004, « La rue : un objet géographique ? », Tracés, n°5, pp. 33-44.

[33] Bénédicte Tratnjek, 2013, « Série Aya de Yopougon (4) : La représentation de la rue », carnet de recherche Sciences Dessinées, 22 août 2013.

[34] Bénédicte Tratnjek, 2013, « Série Aya de Yopougon (5) : Les territoires de la nuit, de la fête et de la drague », carnet de recherche Sciences Dessinées, 13 octobre 2013.

Bénédicte Tratnjek

Doctorante en géographie (géographie de la ville en guerre), agrégée de géographie, Institut de recherche stratégique de l'École militaire (IRSEM), Université Blaise Pascal, Laboratoire junior Sciences Dessinées, Cafés géographiques, co-responsable du séminaire Géographie des émotions (ENS-Ulm).

More Posts - Website - Twitter - Facebook - LinkedIn - Pinterest

La nuit, nouvel objet de sauvegarde face à l’urbanisation des territoires ?

Un billet de Samuel Challéat, issu des actes (édition en cours) du colloque international Las Cosas …

Un billet de Samuel Challéat, issu des actes (édition en cours) du colloque international Las Cosas de la Noche, Mexico, 18 et 19 octobre 2012. Colloque organisé par Les Nocturnes (1), groupe de recherche en anthropologie de la nuit. Pour citer ce billet : CHALLEAT S., « La nuit, nouvel objet de sauvegarde face à l’urbanisation des territoires ? », Carnets du Collectif RENOIR – Ressources Environnementales Nocturnes, tOurisme, territoIRes [carnet de recherche], 24 novembre 2013. [En ligne] URL : http://renoir.hypotheses.org/158 (consulté le…) Introduction « Réserve Internationale de Ciel Etoilé ». Ce label, […]

Samuel Challéat

Samuel Challéat est chercheur en Géographie de l'environnement à l'UMR CNRS 5193 LISST de l'Université de Toulouse 2. Il est l’auteur, en 2010, de la première thèse de Doctorat portant sur la problématique émergente de la pollution lumineuse. Ce travail, intitulé « "Sauver la nuit". Empreinte lumineuse, urbanisme et gouvernance des territoires », explore les mutations de la fabrique et de la gouvernance de l’éclairage urbain face aux nouvelles préoccupations environnementales et économiques dans les territoires à l’échelle nationale, et ouvre des pistes de recherche sur les notions d’empreinte lumineuse, de trame noire ou encore de paysages nocturnes. Depuis 2013, Samuel Challéat coordonne le Collectif de recherche RENOIR (Ressources environnementales nocturnes & territoires), démarche collective qui opère la jonction entre l’approche de la nuit par les sciences de la société et les approches de la pollution lumineuse par les sciences du vivant. Ses travaux actuels portent la focale – suivant le cadre d’analyse des socio-écosystèmes – sur l’environnement nocturne, qu’il s’attache à construire en objet de recherche interdisciplinaire.

More Posts - Website

Les accrochages de l’affiche dans Paris-Berlin et Paris-Moscou

Par Clémence Imbert
Eté 1978, été 1979. A un an d’intervalle, le cinquième étage du Centre Georges P…

Par Clémence Imbert

Eté 1978, été 1979. A un an d’intervalle, le cinquième étage du Centre Georges Pompidou accueille Paris-Berlin puis Paris-Moscou, deux grandes expositions chargées d’exprimer, en actes, le programme ambitieux de la jeune institution : pluridisciplinarité, accessibilité de la culture au plus grand nombre, innovation en matière de présentation des œuvres d’art. Les deux expositions proposent un regard qui se veut comparatif : entre deux pays (la France et l’Allemagne, puis la France et la Russie) emblématisés par leurs capitales, mais surtout entre différentes formes de création. Pour la première fois, on n’expose plus seulement des peintures et des sculptures, mais des livres, du mobilier, des maquettes d’architecture… et des affiches. Ces dernières, dit-on, ne sont pas faites pour être exposées dans les musées. Art commercial, éphémère, elles sont conçues pour la rue, pour le regard distrait du passant ou de l’automobiliste. Les exposer au regard appuyé du visiteur de musée les dénature. Pour Jacques LICHNEROWICZ, le scénographe de Paris-Berlin et Paris-Moscou, les défis étaient par conséquent nombreux : rendre lisible dans l’espace le comparatisme culturel, disposer harmonieusement un corpus d’objets bi- et tridimensionnels, présenter des objets issus du cadre de vie quotidien dans le contexte sacralisant du musée… Les scénographies de Paris-Berlin et Paris-Moscou sont proprement expérimentales et l’accrochage de l’affiche fait partie des terrains d’expérimentation muséographique : les dispositifs de présentation y sont très variés. Il nous a paru intéressant de les décrire, car leur inventaire ouvre de nombreuses pistes de réflexion sur le statut de l’affiche au sein d’un musée d’art moderne.

Roman Cieslewicz, affiche (à gauche), et couverture du catalogue (à droite) pour Paris-Berlin, 1978. (Archives MNAM)

Roman Cieslewicz, affiche (à gauche), et couverture du catalogue (à droite) pour Paris-Berlin, 1978. (Archives MNAM)

Roman Cieslewicz, affiche (à gauche) et couverture du catalogue (à droite) pour Paris-Moscou, 1979. (Archives MNAM)

Roman Cieslewicz, affiche (à gauche) et couverture du catalogue (à droite) pour Paris-Moscou, 1979. (Archives MNAM)

Le design graphique, dont l’affiche a été longtemps considérée comme le genre noble, est entré au Centre Pompidou sous l’égide du Centre de Création Industrielle (CCI), qui se consacre à la valorisation, non seulement de l’architecture et du design industriel, mais également de la “communication visuelle”. Les premières manifestations du CCI en ce domaine témoignent d’une conception très large de la discipline, englobant le graphisme, la typographie, mais aussi la signalétique, l’illustration et la bande dessinée.

Si les disciplines dont s’occupe le CCI n’étaient pas représentées en 1977 dans l’exposition inaugurale du Centre, Paris-New York[1], l’année suivante, Paris-Berlin revendique pour la première fois un vrai programme pluridisciplinaire. La couverture du catalogue, création originale de Roman CIESLEWICZ, énumère fièrement, disposées en diagonales sous le monogramme noir et rouge, les formes artistiques présentes dans l’exposition : “art, architecture, graphisme, littérature, objets industriels, cinéma, théâtre, musique” [2]. La même ambition est à l’œuvre, mais pour une autre aire culturelle, dans Paris-Moscou, l’année suivante. Pontus HULTEN avait initialement l’idée d’une exposition Paris-Moscou-Berlin[3], censée faire pendant à Paris-New York, en un diptyque symbolique en cette époque de Guerre Froide : “Paris et l’Ouest” / “Paris et l’Est”. Finalement, le projet Paris-Moscou-Berlin donnera lieu à deux expositions distinctes, mais qui garderont, de leur genèse commune, un sensible air de famille. Il n’est que de comparer les préfaces écrites par le président du Centre, Jean MILLIER, pour les deux catalogues, pour s’en rendre compte[4]. A ce titre, dans “la série des Paris-… ”[5], Paris-Berlin et Paris-Moscou méritent un traitement à part.

S’il est difficile voire impossible de savoir avec précision quelles affiches les visiteurs du Centre ont pu voir au 5e étage en 1978 et 1979[6], il est plus facile de savoir comment ils les ont vues, grâce, notamment, aux reportages photographiques réalisés par Jacques FAUJOUR, numérisés, disponibles en ligne via le catalogue de la Bibliothèque Kandinsky. En croisant ces informations visuelles avec les descriptifs donnés dans les dossiers de presse et les Petits Journaux, on peut sans trop de difficultés se représenter les parcours des deux expositions et leur scénographie.

Le corpus d’affiches exposé dans Paris-Berlin était réparti dans plusieurs espaces de la Grande Galerie. Il s’agit presque exclusivement d’espaces dont l’aménagement était confié au CCI, à l’exception de la “salle Berlin”, qui a été préparée par une équipe dépendant du MNAM.

D’après le plan de l’exposition et les précisions salle par salle du Petit Journal, le visiteur de Paris-Berlin pouvait voir successivement des affiches dans :

– L’espace 4, “Mise en espace de la modernité”, où étaient présentées, entre autres choses, des affiches exemplaires du style “Sachplakat“, illustratif et dépouillé, concentré, comme son nom l’indique, sur la “chose” que l’affiche cherche à vendre. Les maîtres du genre sont Lucian BERNHARD, Ludwig HOHLWEIN ou encore Julius GIPKENS pour l’Allemagne. On peut leur trouver un équivalent français en la personne de Leonetto CAPPIELLO.

– L’espace 5, “La Guerre”, consacré à la littérature et aux affiches produites pendant le conflit de 1914-1918.

– L’espace 8, dit “Salle Berlin”, qui est une présentation  de la vie politique, économique et culturelle de la capitale allemande au moyen d’”affiches, publicités, feuilles volantes, presses bourgeoises et ouvrières” et autre “documentation photographique ” (Petit Journal).

– L’espace 10 “Environnement fonctionnaliste”, consacré à l’architecture et au design du Bauhaus, de l’Esprit Nouveau et de l’UAM. Y était aménagée une petite section spécifiquement consacrée aux affiches, et plus largement aux imprimés, produits dans les ateliers de typographie du Bauhaus (MOHOLY-NAGY, Joost SCHMIDT, Herbert BAYER)

Paris-Berlin, 1978. Archives MNAM, photographie Jacques Faujour. Cimaise de l’espace « Mise en place de la modernité » : affiches de Lucian Bernhard, Julius Gipkens, Julius Klinger. Au premier plan, une cimaise présentant, à l’aide d’illustrations architecturales, la controverse Muthesius/Van de Velde.

Paris-Berlin, 1978. Archives MNAM, photographie Jacques Faujour. Cimaise de l’espace “Mise en place de la modernité” : affiches de Lucian Bernhard, Julius Gipkens, Julius Klinger. Au premier plan, une cimaise présentant, à l’aide d’illustrations architecturales, la controverse Muthesius/Van de Velde.

M5050_X0031_MUS_19781911_009_P

Paris-Berlin, 1978. Archives MNAM, photographie Jacques Faujour. Espace « La guerre 1914-1918 ». Diverses affiches françaises et allemandes. Dans les vitrines, objets ayant appartenus à des poilus, presse et littérature de guerre.

Paris-Berlin, 1978. Archives MNAM, photographie Jacques Faujour. Espace “La guerre 1914-1918″. Diverses affiches françaises et allemandes. Dans les vitrines, objets ayant appartenus à des poilus, presse et littérature de guerre.

M5050_X0031_MUS_19781911_015_P

Paris-Berlin, 1978. Archives MNAM, photographie Jacques Faujour. Vues de la « Salle Berlin ».

Paris-Berlin, 1978. Archives MNAM, photographie Jacques Faujour. Vues de la “Salle Berlin”.

Paris-Berlin, 1978. Archives MNAM, photographie Jacques Faujour. Espace « L’Environnement fonctionnaliste ». Au mur, à droite affiches de Walter Dixel et Jan Tschichold.

Paris-Berlin, 1978. Archives MNAM, photographie Jacques Faujour. Espace “L’Environnement fonctionnaliste”. Au mur, à droite affiches de Walter Dixel et Jan Tschichold.

Paris-Berlin, 1978. Archives MNAM, photographie Jacques Faujour. Espace « L’Environnement fonctionnaliste ». Au mur à gauche, affiches de Leistikow, Dexel, Molzahn, à droite Alfred Arndt et Joost Schmidt. Dans les vitrines, au premier plan, prospectus et annonces publicitaires contemporains.

Paris-Berlin, 1978. Archives MNAM, photographie Jacques Faujour. Espace “L’Environnement fonctionnaliste”. Au mur à gauche, affiches de Leistikow, Dexel, Molzahn, à droite Alfred Arndt et Joost Schmidt. Dans les vitrines, au premier plan, prospectus et annonces publicitaires contemporains.

Paris-Berlin, 1978. Archives MNAM, photographie Jacques Faujour. Espace « L’environnement fonctionnaliste ». Au mur, affiches de Cassandre (L’Intransigeant), Paul Colin (La Revue Nègre) Fix Masseau (Exactitude), Charles Loupot (Exposition internationale des Arts Décoratifs et Industriels Modernes). Mobilier fonctionnaliste français.

Paris-Berlin, 1978. Archives MNAM, photographie Jacques Faujour. Espace “L’environnement fonctionnaliste”. Au mur, affiches de Cassandre (L’Intransigeant), Paul Colin (La Revue Nègre) Fix Masseau (Exactitude), Charles Loupot (Exposition internationale des Arts Décoratifs et Industriels Modernes). Mobilier fonctionnaliste français.

Paris-Berlin, 1978. Archives MNAM, photographie Jacques Faujour. Espace « L’environnement fonctionnaliste. Au mur, Nord Express, affiche de Cassandre. Mobilier fonctionnaliste français.

Paris-Berlin, 1978. Archives MNAM, photographie Jacques Faujour. Espace “L’environnement fonctionnaliste”. Au mur, Nord Express, affiche de Cassandre. Mobilier fonctionnaliste français.

Le reportage photographique de Jacques FAUJOUR couvre la totalité de ces espaces et permet d’identifier les affiches dans leurs diverses situations d’accrochage. Comparé à la peinture, qui est scénographiée de manière assez classique dans Paris-Berlin (accrochage espacé des tableaux, à mi-hauteur des cimaises), il est frappant que l’affiche n’est jamais exposée seule mais toujours en groupe : le plus souvent dans des ensembles de plusieurs affiches, mais aussi parmi d’autres objets (photographies, arts décoratifs, objets industriels).

L’accrochage en groupe d’affiches s’observe par exemple pour les “Sachplakaten” de l’espace “Mise en espace de la modernité”, qui sont disposées sur trois hauteurs, en mosaïque, en jouant sur leur identité de format ; et, plus librement, des affiches du Bauhaus dans l’espace “Environnement fonctionnaliste”, qui sont groupées sur les cimaises. Le dispositif est poussé à son comble dans les salles “La Guerre” et la “Salle Berlin”, où les affiches, mêlées à d’autres documents, couvrent les cimaises du sol au plafond.

Quelques rares affiches[7] sont exposées seules au milieu d’autres objets, dans des ensembles qui rappellent fortement l’accrochage de type “period room”. Des meubles emblématiques de l’histoire du design sont disposés sur des estrades immaculées de manière à reconstituer des intérieurs fictifs : quelques fauteuils autour d’une table basse, une chaise devant son bureau sur lequel est placée une lampe. Dans ce contexte, l’affiche, accrochée au mur, tient le même rôle qu’un tableau dans un intérieur bourgeois. D’ailleurs, contrairement aux autres espaces où elles semblent accrochées à même le mur, derrière une fine plaque de plexiglas, les affiches de ces “period rooms” sont encadrées.

Comment expliquer que l’affiche soit généralement accrochée en groupe ? Pour répondre à cette question il faut prendre du recul et commenter la scénographie non plus à l’échelle de la cimaise, mais du parcours d’exposition dans son ensemble, comme traduction spatiale d’un discours[8], et, par conséquent, se demander : quelle est la fonction de ces ensembles d’affiches et/ou d’objets dans le discours général de l’exposition?

Paris-Berlin et Paris-Moscou se laissent assez bien décrire par les outils d’analyse proposés par Sandra SUNIER dans son article “Le scénario d’une exposition”[9]. L’auteur repère dans la construction des parcours d’exposition les mêmes impératifs sémantiques que ceux qui gouvernent l’écriture d’un texte : cohésion thématique, construction hiérarchique de l’information… Et, de même que la forme de discours la plus répandue est le récit, rythmé de pauses descriptives[10], la majorité des expositions est construites selon une trame narrative, étayée de séquences descriptives. De ce point de vue, les scénarios de Paris-Berlin et Paris-Moscou, sont assez typiques : les deux expositions sont construites sur des trames chronologiques, et alternent espaces historiques, faisant “avancer” le scénario, et espaces monographiques ou thématiques, offrant la possibilité d’une attention plus longue sur un mouvement artistique, un artiste, ou un objet.

Les affiches exposées dans Paris-Berlin se répartissent entre ces deux types de séquences. Les salles consacrées à la guerre de 14-18 et la salle Berlin sont des salles-récit, elles “racontent” l’Histoire, afin de faire progresser le scénario globalement chronologique de l’exposition (de 1900 à 1933). Les affiches y ont une fonction documentaire, celle de témoins historiques des événements. Elles pourraient sans mal être remplacées par des textes muraux. A l’inverse, les salles sur la Modernité et le Bauhaus suspendent ce déroulé chronologique pour présenter en détail un moment de l’histoire des formes. Ici les affiches sont exposées pour leur forme et leur contenu (ce qu’elles vendent ou annoncent) est secondaire.

L’accrochage en groupe a donc un but différent selon les espaces. Dans les séquences “descriptives”, la présentation en groupe vise à souligner les similitudes stylistiques des affiches entre elles, ou avec d’autres objets. A l’inverse, dans les salles “narratives” comme “La Guerre” ou la Salle Berlin, l’impression d’ensemble est beaucoup plus hétéroclite. Il s’agit d’exprimer un foisonnement d’événements historiques : la trépidante actualité politique et culturelle à Berlin dans ce premier tiers du XXe siècle, ou le feu des messages politiques lors d’une époque sombre et oppressante, la Première Guerre mondiale. “Sombre” et “oppressant”, ce sont d’ailleurs les qualificatifs qui caractérisent la scénographie de cette salle aux cimaises peintes en noir, étroite et encombrée d’une grande vitrine-table.

Les photographies de Paris-Berlin montrent des affiches dans des situations d’accrochages à première vue très homogènes : systématiquement à la verticale, au mur, dans des ensemble de même style ou de même époque. En réalité, nous l’avons montré, une même scénographie à petite échelle (celle de la cimaise) peut masquer une vraie différence dans l’usage scénaristique qui est fait des affiches exposées, et le regard que le spectateur est incité à adopter sur elles.

Comparé à celles de Paris-Berlin, les vues de Paris-Moscou révèlent des modes d’accrochage beaucoup plus variés et plus audacieux. Jacques LICHNEROWICZ semble s’être efforcé de trouver des procédés de présentation de l’affiche plus innovants que le placage vertical sur les cimaises. Certes, on retrouve certaines affiches, encadrées, dans des décors de  ”Period room” archétypaux, avec mobilier, bibelots, et mannequin habillé en costume d’époque. C’est le cas des espaces consacrés au “Tournant du siècle” en France. Mais la plupart des affiches font l’objet d’un traitement très différent.

Paris-Moscou 1979. Archives MNAM, photographie Jacques Faujour. Vue de l’espace « Le Tournant du siècle ». Au mur, au fond, L.W., « Cycles Gladiator ».

Paris-Moscou 1979. Archives MNAM, photographie Jacques Faujour. Vue de l’espace “Le Tournant du siècle”. Au mur, au fond, L.W., “Cycles Gladiator”.

Paris-Moscou, 1979. Archives MNAM, photographie Jacques Faujour. Au mur, affiche d’Auguste Herbin.

Paris-Moscou, 1979. Archives MNAM, photographie Jacques Faujour. Au mur, affiche d’Auguste Herbin.

MUS_197912_M5050_X0031_MUS_19791214_004_P

Paris-Moscou, 1979. Archives MNAM, photographie Jacques Faujour. Espace « Agit prop », Fenêtres ROSTA en vitrines.

Paris-Moscou, 1979. Archives MNAM, photographie Jacques Faujour. Espace “Agit prop”, Fenêtres ROSTA en vitrines.

  Paris-Moscou, 1979. Archives MNAM, photographie de Jacques Faujour. Allée centrale avec kiosque de propagande.

Paris-Moscou, 1979. Archives MNAM, photographie de Jacques Faujour. Allée centrale avec kiosque de propagande.

 

Paris-Moscou est organisée selon une grande allée centrale, autour de laquelle sont disposés des espaces thématiques. Dans les avant-projets consultables aux archives, les commissaires désignent cette allée centrale comme une “rue”, chargée d’évoquer métaphoriquement le cadre urbain de l’art de propagande soviétique. A mi-longueur de l’allée centrale est aménagé un espace circulaire consacré à l’Agit Prop, avec en son centre, la spectaculaire reconstitution de la maquette du Monument à la IIIe Internationale de TATLINE. En périphérie de cette “place” sont exposées à la verticale, dans des vitrines, un ensemble de Fenêtres ROSTA. Ces affiches (généralement composées d’un dessin et d’un court paragraphe de texte) diffusées entre 1919 et 1922 par la société télégraphique ROSTA, étaient conçues pour être exposées dans les vitrines des magasins. Aussi, la présentation en vitrine, souvent jugée artificielle, “décontextualisante”, prend ici tout son sens.

Selon le même principe, Jacques LICHNEROWICZ a choisi d’exposer certaines affiches russes sur les volets mobiles de kiosques de propagande. De tels kiosques ont été dessinés par des artistes constructivistes, notamment Gustave KLUCIS et Alexandre RODTCHENKO. Ceux présents dans l’exposition sont vraisemblablement des reconstitutions d’après des photographies ou des dessins ou des créations de ferronnerie “librement inspirées de”[11]. Nous sommes ici face à un cas très intéressant où la scénographie (la structure du kiosque) et l’objet présenté (les affiches) ne font qu’un pour constituer un troisième “expôt” (le kiosque en “fonctionnement”), dans lequel les formes graphiques et le design industriel se corrèlent en un pur produit constructiviste.

Paris-Moscou, 1979. Archives MNAM, photographie Jacques Faujour. Reconstitution de kiosque d’agit-prop avec affiches de Rodchenko (Resinotrest) et Maiakovski et Stepanova (L’Education fera l’exploitation agricole plus prospère)

Paris-Moscou, 1979. Archives MNAM, photographie Jacques Faujour. Reconstitution de kiosque d’agit-prop avec affiches de Rodchenko (Resinotrest) et Maiakovski et Stepanova (L’Education fera l’exploitation agricole plus prospère)

MUS_197912_M5050_X0031_MUS_19791214_001_P

Paris-Moscou, 1979. Archives MNAM, photographie Jacques Faujour. Vue de l’allée centrale avec affiches suspendues au plafond.

Paris-Moscou, 1979. Archives MNAM, photographie Jacques Faujour. Vue de l’allée centrale avec affiches suspendues au plafond.

Enfin, idée scénographique très forte, la majorité des affiches ont été suspendues au plafond au dessus de l’allée centrale. L’effet produit est celui d’une nuée d’images, qui rappelle la nature pléthorique de l’affiche, qu’elle soit commerciale ou de propagande. Cet accrochage redonne à l’affiche sa fonction originelle : le défi d’attirer l’attention du passant, dans un cadre où elle n’est pas l’objet prioritaire des regards[12]. Suspendue, l’affiche ne court plus le risque d’être assimilée à un tableau, comme lorsqu’elle est encadrée et fixée sur un mur blanc. Les scénographes ont dû juger nécessaire cependant de les faire “ressortir” sur le fond chaotique que constitue le plafond-machine du bâtiment de PIANO et RODGERS : d’où leur placage sur carton blanc, qui les encadrent de marges neutres.

Les affiches suspendues au plafond ne sont pas réparties selon des subdivisions thématiques, stylistiques ou chronologiques. Leur seul point commun est d’appartenir toutes à la période post-révolutionnaire (1917-1930). Ainsi, leur fonction scénaristique, si l’on souhaite réemployer les catégories précédemment citées, est plus du côté du narratif (historique) que du descriptif (esthétique). Cela dit, les affiches ne sont pas exposées comme indices des évènements dont elles portent la trace (Il faudrait d’ailleurs se demander si les visiteurs pouvaient avoir connaissance du contenu des textes en cyrillique. Y’avait-il des cartels pour ces affiches suspendues ? Où étaient-ils installés ?), mais pour évoquer de manière atmosphérique (comme les affiches des salles Berlin ou La Guerre dans Paris-Berlin) un environnement urbain saturé des formes de l’art d’Agit prop. Le procédé, très pertinent pour les affiches russes, a été étendu à quelques affiches françaises, pour lesquelles la notion de propagande est inadaptée. Peut-être faut-il imaginer que ces affiches, beaucoup moins nombreuses comparé au corpus d’affiches russes, n’avaient pas trouvé leur place sur les cimaises bien remplies de Paris-Moscou, et qu’on a choisi de les accrocher là où il restait de la place !

Nous avons tenté ici de décrire et commenter quelques uns des dispositifs d’accrochage dont l’affiche peut faire l’objet au sein des expositions pluridisciplinaires telles que le Centre les a inventées à la fin des années soixante-dix. Les deux scénographies de Jacques LICHNEROWICZ soulèvent avec une acuité accrue les problématiques matérielles et symboliques liées à l’exposition de ces objets non immédiatement muséaux. Une affiche peut faire l’objet de discours scénographiques très différents. Elle peut se trouver tour à tour désignée comme document historique, comme œuvre d’art, ou comme média typique d’une époque. Sur ce point, nous avons repéré un élément de comparaison particulièrement probant dans les séries photographiques de Jacques FAUJOUR : la même affiche de Cassandre, Nord Express, que l’on aperçoit encadrée dans un environnement de type “period room” dans Paris-Berlin, et l’année suivante suspendue au-dessus de l’allée centrale parmi la nuée d’affiches de Paris-Moscou, “ni tout à fait la même, ni tout à fait une autre”.

[1] Le CCI a néanmoins organisé, dans ses espaces, des petites expositions dites “en marge de” Paris-New York : Les avatars de Miss Liberty (exposition sur les images de la Statue de la Liberté), Design aux USA, et Milton Glaser (exposition monographique consacrée à ce grand illustrateur et graphiste américain, membre du studio Push Pin. Il s’agit de l’accueil au Centre d’une exposition produite par le Musée Royal d’Art Moderne de Bruxelles).

[2] Étonnamment  sur l’affiche en revanche ne figure qu’un panel réduit de ces disciplines : “art architecture littérature cinéma théâtre musique”.

[3] On trouve trace de ce projet dans les archives. Archives MNAM-CCI, versement 1992022/125.

[4] “Cette manifestations répondant à la vocation pluridisciplinaire du Centre Georges Pompidou met l’accent sur la diversité des expressions artistiques : arts plastiques, architecture et communications visuelles, graphisme et typographie ; littérature, musique, cinéma, théâtre” (Paris-Berlin, catalogue de l’exposition, p.5)
“L’approche globale de cette présentation, répondant à la vocation interdisciplinaire du Centre Georges Pompidou, reflète les tentatives de synthèse et de décloisonnement caractéristiques de la période : arts plastiques, architecture, urbanisme, objets industriels, littérature, musique, photographie, théâtre et ballet, cinéma, affiches, sont confrontés pour donner l’image d’un foisonnement de forces créatrices.” (Paris-Moscou, catalogue de l’exposition, p.6)

[5] Bernadette DUFRÊNE a traité de manière comparative les trois expositions internationales et inaugurales, Paris-New York, Paris-Berlin et Paris-Moscou dans sa thèse de doctorat Art et médiatisation : le cas des grandes expositions inaugurales du Centre Georges Pompidou (Paris-New York, Paris-Berlin, Paris-Moscou), Grenoble, 1998.

[6] Nous ne pouvons nous fier aux listes d’œuvres fournies dans les catalogues (listes éditées en fin de volume pour Paris-Moscou, et, pour Paris-Berlin, sous la forme d’une brochure d’une quarantaine de pages, de même format que le catalogue mais portant un autre ISBN). Ces listes, envoyées à l’impression bien avant l’ouverture de l’exposition, ne peuvent que vaguement nous renseigner sur les œuvres qui furent réellement présentées sur les cimaises.

[7] Il s’agit des affiches françaises des années 1920-1930 (Cassandre, Paul Colin…) exposées dans l’espace “Environnement fonctionnaliste”. C’est d’ailleurs  vraisemblablement en raison de leur trop petit nombre (6 en tout d’après la liste du catalogue éditée en supplément) qu’elles ne sont pas exposées en groupe ; contrairement aux affiches allemandes ou aux affiches de guerre empruntées sous forme de lots à différents musées (principalement au Bauhaus Archiv pour les affiches du Bauhaus, à la Kunstbibliotheek Staatlichen Museen Preussischer Kulturbesitz pour les Sachplakaten, au Musée des Deux Guerres mondiales – BDIC – pour les affiches de guerre)

[8] Nous souscrivons ici à la conception, aujourd’hui partagée, de l’exposition comme dispositif communicationnel. Cf. les travaux de Jean DAVALLON, notamment le recueil de ses articles dans L’Exposition à l’œuvre. Stratégies de communication et médiation symbolique, Paris, L’Harmattan, 1999.

[9] SUNIER Sandra, “Le scénario d’une exposition”, in Publics et Musées, 11-12, jan-déc. 1997. Sandra SUNIER emprunte largement aux travaux de Jean DAVALLON.

[10] Sandra SUNIER s’appuie sur ce point sur les travaux du linguiste Jean-Michel ADAM. Elle identifie cependant d’autres types de discours-expositions : expositions argumentatives (fondées sur une thèse), descriptives (fondées sur la contemplation) ou poétiques (fondées sur des parallèles sensibles plus que logiques).

[11] Nous n’avons pas été en mesure de trouver dans les archives un document qui permette de préciser ces hypothèses.

[12] Les rapports de public de Paris-Moscou démontrent que les affiches et l’art de propagande ont relativement bien retenu l’attention des visiteurs : “Ce sont : les tableaux (66,9%), les affiches (27,3%), les objets arts déco (7,8%) qui ont dans l’ordre attiré l’attention des personnes interrogées. ” (Rapport de public, RAP2002024)

Leçons de la crise chypriote

Il est temps désormais de tirer les leçons de la crise chypriote. Cette dernière a été importante no…

Il est temps désormais de tirer les leçons de la crise chypriote. Cette dernière a été importante non pas du fait de la taille du pays – Chypre ne représente que 0,2% du PIB de la zone Euro – mais en raison des mesures prises et de leurs conséquences. Elles prouvent que Chypre, aussi petit qu’elles soit, a ébranlé dans ses profondeurs la zone Euro.

La crise de l’Euro est passée dans une phase qualitativement supérieure

Tout d’abord, cette crise a fait sauter le tabou d’une ponction sur les comptes bancaires. Bien entendu, on ne touchera pas aux comptes de moins de 100 000 euros, en dépit du premier plan de sauvetage, approuvé par l’ensemble de l’Eurogroupe. En tout cas, on n’y touchera pas tout de suite… Mais, l’idée que Chypre constituait un cas exceptionnel, ce qu’a répété François Hollande jeudi 28 mars à la télévision, est morte et bien morte. Klaas Knot, membre du Conseil de la BCE, a ainsi déclaré vendredi 29 mars1 son accord de principe avec la déclaration très controversée de Jeroen Dijsselbloem le Président de l’Eurogroupe2. Cette nouvelle politique découle directement de la pression allemande. Madame Merkel a décidé, à l’occasion de la crise Chypriote, d’indiquer clairement qu’il n’était pas question que le contribuable allemand continue d’être ponctionné3. C’est une position que l’on peut parfaitement comprendre. Mais elle porte en elle la fin de la zone Euro et ceci pour deux raisons. D’une part, si l’on peut comprendre que l’on mette à contributions les actionnaires d’une banque, toucher aux déposants est largement contre-productif en raison des effets de panique (le « bank run ») que cela risque de provoquer. Ensuite, si l’Allemagne ne veut plus payer, et elle devrait débourser de 8% à 10% de son PIB chaque année pour que la Zone Euro fonctionne4, cette dernière est condamnée. Ainsi, cette crise se révèle non pas comme un épisode mineur dans un processus qui serait sous contrôle, comme l’a prétendu notre Président sur France-2, mais bien comme un nouveau saut qualitatif comme le dit Paul de Grauwe, économiste à la London Business School5. C’est la seconde leçon que l’on peut tirer de cette crise. Ce saut qualitatif, dont on aura l’occasion de voir les effets sur la Slovénie qui demandera d’ici quelques semaines l’aide de la Troïka, a déjà des conséquences sur les deux pays les plus menacés par la nouvelle doctrine Bruxello-Allemande : l’Espagne et l’Italie. Il faudra surveiller dans les semaines à venir l’évolution du montant des dépôts dans les banques italiennes.

Le marché se plie aux réglementations des États

Ces leçons ne furent pas les seules. Nous avons pu vérifier du 16 mars au 29 mars deux choses importantes. Tout d’abord des contrôles sur les mouvements de capitaux fonctionnent. Certes, ils ne sont pas complètement étanches, mais ils ont empêché la panique bancaire à Chypre lors de la réouverture des banques. Cependant, ces contrôles doivent être complets. Si la fermeture des banques chypriotes n’a pas empêché certains de sortir leur argent, c’est parce que l’on avait omis de fermer les filiales, ou du moins d’interdire à ces dernières toute opération mettant en cause les comptes dans les banques « mères » (Cyprus Popular et Bank of Cyprus). C’est la raison pour laquelle les prélèvements sur les comptes de plus de 100 000 Euros seront au minimum de 60% et non de 30% comme initialement annoncé. Les contrôles n’ont pas été suffisamment réfléchis en amont, où peut-être a-t-on assisté à des connivences à l’intérieur du système bancaire chypriote6. Quoi qu’il en soit, il n’aurait pas été très difficile de procéder à une fermeture des banques qui soit réellement étanche.

Mais, cela veut dire que de telles mesures ne s’improvisent pas. Elles doivent être élaborées par des personnes connaissant les diverses astuces, on dirait en franco-russe les « schémas », pour tourner de genre de réglementation. Ceci impose de donner des pouvoirs importants et discrétionnaires à la Banque Centrale du pays concerné, en particulier celui d’interrompre tous les liens informatiques entre les banques, et fait de cette Banque Centrale un élément clef de la sécurité économique du pays qui doit donc repasser impérativement sous la tutelle de l’État. Voilà qui valide, à posteriori ce que j’avais pu écrire en 2006 sur la nécessité d’un « article 16 économique », permettant au gouvernement de s’abstraire des règles normales et des traités signés pour faire respecter le contenu du préambule de la Constitution7. J’étais revenu sur ce point dans un document de travail diffusé en avril 2011 et intitulé: “S’il faut sortir de l’euro…“. Il est clair que les mesures nécessaires imposent de subordonner étroitement la Banque Centrale, et donc dans notre cas la Banque de France, au gouvernement, ne serait-ce que de manière temporaire.

Le contrôle des capitaux et la sortie de l’Euro

Une autre série de leçons concerne alors les mesures de sauvegarde prises par la Banque Centrale de Chypre, et en particulier l’établissement d’un strict contrôle des changes. Notons, ici encore, que ce retour des contrôles de capitaux, et du contrôle des changes, était prévisible, comme cela avait été dit dans une des notes précédentes8. Cela correspond tant à une réalité, comme on a pu le voire dans d’autres pays (Russie, Argentine)9, qu’à une évolution spectaculaire de la doctrine des organisations internationales, et au premier plan desquelles le FMI10. Mais l’important ici est que l’on a, sans drame et sans façons, crée deux euros, l’un chypriote dont la fongibilité est limitée, et l’autre pour le reste de la zone Euro. Les concepteurs de ce système ne ce sont pas rendus compte qu’ils administraient ainsi la démonstration que rien ne serait plus facile que de quitter la zone Euro. Tous les discours sur les aspects catastrophiques d’une telle sortie s’effondrent devant les faits : en réalité, une fois que l’on a accepté de renouer avec une forte « répression financière » (encore que ce sont des gens ou des opinions que l’on puisse réprimer mais certainement pas des flux financiers…), rien ne serait plus simple que de sortir de l’Euro. Comme Alexandre Delaigue l’explique sur le site de France Info :

« Comme l’ont remarqué de nombreux commentateurs, depuis que des contrôles des capitaux sont en place à Chypre, si la monnaie chypriote s’appelle toujours l’euro, en pratique, un euro dans une banque chypriote n’est plus équivalent à un euro ailleurs. Les comptes supérieurs à 100 000 euros sont bloqués, les retraits sont limités, ainsi que les capacités de transfert de son argent hors des frontières chypriotes. Tant que ces contrôles sont en place – et on ne sait pas quand ils seront levés – Chypre a une autre devise, dont la parité est officiellement fixée à un euro, comme le dollar des Bahamas par rapport au dollar américain. Ces contrôles lèvent l’un des principaux obstacles avancés jusqu’à présent à la sortie de l’euro d’un pays; la désorganisation économique qui en résulterait, la nécessité de mettre en place des contrôles de capitaux drastiques pour éviter des sorties de devises le temps du changement de monnaie. Ces contrôles sont en place et une bonne partie des sorties de capitaux a déjà eu lieu; En pratique, il devient donc possible pour le pays de revenir à son ancienne devise, la livre chypriote. » ((Alexandre Delaigue, « Chypre doit-elle quitter la zone euro? », France-Info, 31 mars 2013, URL : http://blog.francetvinfo.fr/classe-eco/2013/03/31/chypre-doit-elle-quitter-la-zone-euro.html))

Ainsi, en voulant à tout prix conserver Chypre dans la zone Euro a-t-on administré la démonstration la plus éclatante qu’une telle sortie était techniquement possible sans drame ni crise apocalyptique. Telle n’est pas la moindre des leçons de la crise chypriote, et l’une qu’il convient d’apprendre par cœur.

 

  1. (Reuters) – European Central Bank Governing Council member Klaas Knot said on Friday there was “little wrong” with Eurogroup chair Jeroen Dijsselbloem’s recipe for dealing with future euro zone banking crises, Reuters, le 29 mars 2013, URL : http://www.reuters.com/article/2013/03/29/us-eurozone-cyprus-ecb-knot-idUSBRE92S05P20130329
  2. Claire Gatinois et Jean-Pierre Stroobants, Les débuts difficiles de Jeroen Dijsselbloem, rebaptisé “Dijsselbourde” , Le Monde, 27 mars 2013, http://www.lemonde.fr/economie/article/2013/03/27/les-debuts-difficiles-de-jeroen-dijsselbloem-rebaptise-dijsselbourde_3148601_3234.html
  3. M Persson, « Euro crisis: After the Cyprus bank raid fiasco, Germany is being painted as the EU’s chief villain », The Telegraph,  31 mars 2013, URL : http://www.telegraph.co.uk/news/worldnews/europe/cyprus/9962825/Euro-crisis-After-the-Cyprus-bank-raid-fiasco-Germany-is-being-painted-as-the-EUs-chief-villain.html
  4. Jacques Sapir, “Le coût du fédéralisme dans la zone Euro”, billet publié sur le carnet Russeurope le 10/11/2012, URL: http://russeurope.hypotheses.org/453
  5. RTBF, « Chypre: “La zone euro est devenue plus fragile, le risque a augmenté” », 31 mars 2013, http://www.rtbf.be/info/economie/detail_chypre-la-zone-euro-est-devenue-plus-fragile-le-risque-a-augmente?id=7959913
  6. La Voix de la Russie, « Chypre : la famille du président sort sans préjudice des millions de Laiki Bank », 31 mars 2013, URL : http://french.ruvr.ru/2013_03_31/Chypre-la-famille-du-president-sort-sans-prejudice-des-millions-de-Laiki-Bank/
  7. Jacques Sapir, « La Crise de l’Euro : erreurs et impasses de l’Européisme » in Perspectives Républicaines, n°2, Juin 2006, pp. 69-84.
  8. Jacques Sapir, “Les contrôles de capitaux : une idée qui fait son chemin”, billet publié sur le carnet Russeurope le 29/01/2013, URL: http://russeurope.hypotheses.org/792
  9. B.J. Cohen, “Contrôle des capitaux: pourquoi les gouvernements hésitent-ils?”, in Revue Économique, vol. 52, n°2/mars 2001, pp. 207-232, p. 228.
  10. J. Ostry et al., « Capital Inflows: The Role of Controls », International Monetary Fund Staff Position Note, Washington (D. C.), FMI, 2010

Chypre: Draghi use du Blocus monétaire

Le « blocus monétaire » de Chypre qui vient d’être mis en œuvre par la BCE est un acte d’une extraor…

BCELe « blocus monétaire » de Chypre qui vient d’être mis en œuvre par la BCE est un acte d’une extraordinaire gravité, dont les conséquences doivent être soigneusement étudiées. La décision de M. Mario Draghi porte sur deux aspects : tout d’abord la BCE n’alimente plus la Banque Centrale de Chypre en billets (point qui n’est semble-t-il pas essentiel car les réserves de « cash » semblent importantes) et ensuite elle interrompt les transactions entre les banques chypriotes et le reste du système bancaire de la zone Euro. C’est cette dernière mesure qui est de loin la plus grave. D’une part, elle condamne à court terme les banques chypriotes (mais aussi les entreprises basées à Chypre, qu’elles soient chypriotes ou non) car désormais elles ne peuvent plus faire de transactions avec le reste de la zone Euro. D’autre part, elle équivaut à un « blocus » économique, c’est-à-dire dans les termes du droit international à une action qui équivaut « acte de guerre ». C’est donc dire la gravité de la décision prise par Mario Draghi. Elle pourrait d’ailleurs se prêter à contestation devant les cours internationales. C’est donc dire la responsabilité prise par Mario Draghi qui pourrait, à ce compte, se retrouver un jour devant un tribunal, international ou non.

Sur l’interruption des relations entre banques chypriotes et la zone Euro, l’argument invoqué est le « doute » sur la solvabilité des dites banques chypriotes. C’est à l’évidence un pur prétexte car des « doutes » il y en a depuis juin dernier. Tout le monde sait qu’avec les conséquences du « haircut » imposé sur les créanciers privés de la Grèce, on a considérablement fragilisé les banques de Chypre. La BCE n’avait pas réagi à l’époque et ne considérait pas le problème de la recapitalisation de ces banques comme urgent. Elle se décide à le faire au lendemain du rejet par le Parlement chypriote du texte de l’accord imposé à Chypre par l’Eurogroupe et la Troïka. On ne saurait être plus clair. Le message envoyé par Mario Draghi est donc le suivant : ou vous vous pliez à ce que NOUS avons décidé ou vous en subirez les conséquences. Ce n’est pas seulement un message, c’est un ultimatum. On mesure ici que toutes les déclarations sur le « consensus » ou l’« unanimité » qui aurait présidé à la décision de l’Eurogroupe ne sont que des masques devant ce qui s’avère être un Diktat.

————————————————————————————————————————————————–

 Le communiqué de la Commission Européenne du 20 mars 2013

European Commission statement on Cyprus

Since the autumn of 2011, the possibility of assistance to Cyprus under a programme has been under discussion by the Cypriot authorities with the Commission. In July 2012, Cyprus formally asked for assistance under a programme. The need for assistance comes essentially from problems in the Cypriot banking sector which was unsustainably large for the size of the Cypriot economy. However, it was not possible to conclude negotiations on a programme with the previous Cypriot government.

Finally, last Saturday, in the Eurogroup, there was a unanimous agreement between the Member States including Cyprus on a programme that met the conditions fixed by the Member States, the ECB and the IMF, agreeing to lend EUR 10 bn to Cyprus. These conditions included reaching an acceptable level of debt sustainability and the corresponding financing parameters.

Whilst this programme did not in all its elements correspond to the Commission’s proposals and preferences, the Commission felt the duty to support it since the alternatives put forward were both more risky and less supportive to Cyprus’s economy.

This programme was not accepted by the Cypriot parliament.

It is now for the Cypriot authorities to present an alternative scenario respecting the debt sustainability criteria and corresponding financing parameters. The Commission has done its utmost to assist Cyprus and to work for a Constructive and managed solution. However, decisions are taken by the Member States and no decision can be taken without their cooperation including Cyprus itself. The Commission continues to stand ready to facilitate solutions and is continuing contacts with Cyprus, the other Member States in the Eurogroup, the EU institutions and the IMF.

Regarding the one off levy on deposits BELOW 100.000 €: The Commission made it clear in the Eurogroup BEFORE the vote in the Cypriot parliament, that an alternative solution respecting the financing parameters would be acceptable, preferably without a levy on deposits below 100.000 €. The Cypriot authorities did not accept such an alternative scenario. 

————————————————————————————————————————————————-

Mais il y a un message dans le message. Mario Draghi vient, d’un seul geste, de faire sauter la fiction d’une décision collective au sein de la BCE, car le Président de la Banque Centrale de Chypre n’a pas donné son accord. Les règles n’ont ainsi même pas été respectées. Il vient, ensuite, d’affirmer au reste du monde que les décisions ne sont pas prises par l’Eurogroupe ou l’Union Européenne mais par lui et lui seul, fonctionnaire désigné et non élu, irresponsable au sens le plus politique du terme. La nature profondément tyrannique des institutions mises en place dans le cadre européen se révèle pleinement dans cet incident. Les grands discours sur la coopération et sur l’expertise cèdent la place au froid rapport des forces et sentiment de puissance.

Il met un terme au concours d’hypocrisie auquel s’étaient livrées les différentes instances européennes parlant d’un accord décidé à l’unanimité (avec le pistolet sur la tempe). Il en va de même avec le “respect du vote” du Parlement chypriote, dont on voit bien que Mario Draghi se moque comme d’une guigne. Désormais les choses sont claires et, en un sens, c’est tant mieux. Mais il ne faudra plus s’étonner si les partis, souvent qualifiés de “populistes”, qui sont opposés aux institutions européennes montent rapidement dans les sondages. De même ne faudra-t-il plus s’étonner si la violence contre les institutions européennes et leurs représentants monte rapidement dans les pays les plus touchés par la crise. Car il est dans la nature des choses que la Tyrannie appelle la violence.

Les conséquences de cette décision seront, quoi qu’il advienne, dramatiques. Il est possible que le Parlement chypriote se déjuge sous la pression, mais ce faisant il ouvrira une crise ouverte avec son peuple. La tradition de violence politique que l’on a à Chypre ne doit alors pas être négligée. Il est aussi possible que l’on aille jusqu’au bout de cette crise et que Chypre soit de facto expulsée de la zone Euro du fait de la décision de Mario Draghi. Le précédent ainsi établi aura dans ce cas des conséquences profondes pour l’ensemble des autres pays. Nous aurons des indications sur le cours que les événements vont prendre d’ici 48 heures.

Citation

Jacques Sapir, “Chypre: Draghi use du Blocus monétaire”, billet publié sur le carnet Russeurope le 20/03/2013, URL: http://russeurope.hypotheses.org/1065

Vers une crise de régime ?

Les sondages indiquent un effondrement de la popularité du Président, mais aussi du Premier Ministre…

Les sondages indiquent un effondrement de la popularité du Président, mais aussi du Premier Ministre et des ministres du gouvernement. Moins d’un an après l’élection présidentielle, et les élections législatives, c’est un phénomène très rare de désaffection massive1, qui conduit certains commentateurs à parler d’« enfer ». François Hollande se retrouve avec seulement 33% de réponses lui accordant leur confiance pour résoudre les problèmes du pays. Il est au plus bas d’un Président dans l’année suivant l’élection2. Jean-Marc Ayrault, avec pour sa part 30% d’opinions favorables, enregistre un record absolu. De manière significative, la chute des opinions favorables est la plus forte chez les ouvriers et les employés ainsi que chez les jeunes (avec 30%), et la plus faible chez les cadres. Notons enfin le faible nombre de réponses « ne se prononce pas » avec 5% de l’échantillon. Les résultats du sondage sont donc représentatifs de l’opinion des Français. Des résultats à peu près similaires avaient été obtenus dans un sondage IFOP-Paris Match réalisés quelques jours auparavant3. On dira que ce gouvernement et ce Président l’ont bien cherché. Rarement a-t-on vu en aussi peu de temps autant de promesses se transformer en leurs contraires. Rarement aussi aura-t-on vu s’établir, dans le cadre d’une supposée alternance politique, une telle continuité avec la politique du précédent gouvernement, politique qui avait été rejetée tant aux élections présidentielle que législatives du printemps dernier. Ceci explique sans doute la chute de François Hollande dans les sondages, chute à la hauteur des espérances qui s’étaient portées sur sa personne. À cela ajoutons un style de gouvernement quelque peu déroutant. Et l’on sait bien que « le style c’est l’homme » (ou la femme).

L’effondrement de la popularité du pouvoir et ses conséquences

Le problème posé par cet effondrement de la cote de popularité tant du Président que du gouvernement est qu’a priori ceci ne devrait pas avoir de conséquences. Les prochaines échéances électorales sont en 2014. Et c’est l’un des raisons pour lesquelles le pouvoir fait actuellement le dos rond, espérant qu’une amélioration de la situation économique se produira entre la fin de cette année et le début de l’année prochaine. On a déjà, et à plusieurs reprises, expliqué pourquoi une telle hypothèse avait très peu de chance de se réaliser. La France s’enfoncera progressivement dans la récession, à moins qu’un effondrement de la consommation des ménages ne provoque un basculement de la récession vers la dépression, et une accélération brutale de la progression du chômage (Chômage, la marée noire qui nous menace). Les implications politiques de la trajectoire économique doivent donc être étudiées avec attention.

Au mieux, les élections prévues en 2014 se transformeront en un vote sanction qui sera d’autant plus massif que les enjeux électoraux sont limités. Car en matière d’élections, nous serons servis pour 2014. Tout d’abord nous aurons en mars 2014 des élections municipales, les élections cantonales et régionales devant être repoussées à 2015. Dans des élections municipales, le facteur « local » a traditionnellement une grande importance. C’est ce qui explique qu’à l’heure actuelle on ne prévoit pas de grands déplacements de voix4. Mais, ceci pourrait changer d’ici aux élections. Dans le contexte probable qui dominera en France, il n’est pas impossible qu’elles puissent prendre l’allure d’un test national. Puis, en juin 2014, se tiendront les élections européennes. Ces élections prendront, elles, naturellement la dimension d’un test national. Mais elles auront aussi des enjeux limités, compte tenu des faibles pouvoirs du Parlement européen. Il est donc probable que le message envoyé par les électeurs soit très clair, mais qu’il soit ignoré par le pouvoir et les états-majors politiques. On voit très bien qu’il n’est pas impossible que le Front National, ou l’un de ses avatars, se hisse à plus de 30% des suffrages dans une élection marquée par ailleurs par une faible participation. Ce serait un coup de tonnerre dans la vie politique française, mais un coup de tonnerre que les médias n’auraient de cesse de transformer en coup de cymbales. Tout sera mis en œuvre pour que les leçons d’un tel scrutin ne soient pas entendues, et nous continuerons, en brinquebalant, à aller jusqu’à l’élection présidentielle de 2017. Tel est, fondamentalement, le scénario dans lequel François Hollande met ses espérances, comptant bien être réélu, en dépit de tout ce qu’il a fait et n’a pas fait, s’il devait affronter au deuxième tour Marine Le Pen. Ce pari est risqué ; bien des choses peuvent changer d’ici 2017. Cependant, convenons qu’il est tentable. Il est en tout cas dans la logique « mitterrandienne » qui inspire aujourd’hui François Hollande.

Mais une autre hypothèse, tout aussi et même plus probable, est aujourd’hui parfaitement possible. Elle représente le pire, du point de vue du pouvoir actuel, et ne doit pas être écartée à la légère. Si l’économie française connaît une chute brutale d’activité dans le cours de 2013, la perte de crédibilité du gouvernement et du Président se transformera en une perte de légitimité. Cette crise de légitimité pourrait survenir de la conjonction de trois mouvements dont on sent dès aujourd’hui la montée dans la société : une colère politique, une colère sociale, une colère issue d’un sentiment de la perte d’identité. C’est là l’hypothèse la plus sérieuse sur laquelle il convient de réfléchir, car la crise de légitimité implique une crise de régime.

Les trois colères

La colère politique est facile à prévoir. Elle s’enracine sur un mécontentement allant s’approfondissant et sur le fait que ce dernier ne peut, en théorie, trouver de solution d’ici 2017. Ce mécontentement est redoublé du fait qu’une partie des électeurs qui font partie du socle traditionnel de la gauche s’estime flouée par la politique actuelle du Président et du gouvernement. Ceci est visible dans les sondages récents où le recul de François Hollande est le plus important dans les catégories qui l’ont le plus soutenu : les ouvriers, les employés, les professions intermédiaires et les jeunes. Une partie des responsables du Parti Socialiste s’en inquiète d’ailleurs. Cette déception pourrait, si elle s’enracinait d’ici les prochains mois, se transformer en un mouvement d’abstention massif lors des élections de mars 2014, modifiant ainsi brutalement les rapports de force. Mais, il convient immédiatement de dire que la droite traditionnelle n’est pas une alternative, et qu’elle est encore très peu audible sur les préoccupations de cet électorat. Voilà qui incite à penser que cette colère politique pourrait s’exprimer hors du cadre électoral, ou s’incarner dans tout mouvement rejetant d’emblée les partis traditionnels.

Des salariés de l'usine Continental de Clairoix après l'annonce de la fermeture du site, le 12 mars 2009 (photo Reuters)La colère sociale est elle aussi facilement prévisible. Elle s’exprime à la fois dans la montée de la violence sur des sites qui sont devenus emblématiques de la crise (PSA-Aulnay, Continental-Amiens) et dans une désespérance très sensible dans des milliers de petits sites où, à une échelle plus réduite, se rejoue le même drame. L’échec relatif de la mobilisation syndicale contre le projet d’accord ANI entre le MEDEF et quelques syndicats minoritaires ne doit pas faire illusion. Il n’y a eu échec que parce que l’on a proposé à des gens en colère et désespérés des formes bien trop traditionnelles d’expression de leur colère et de leur désespérance. Cet échec est avant tout celui des formes classiques de mobilisation syndicale. Notons déjà que la conjonction de la colère politique et de la colère sociale est redoutable. Le potentiel d’une explosion massive ne fait donc que se renforcer, mais cette explosion suivra des voies différentes de celles qui ont été tracées par les syndicats. Seuls ceux qui sauront s’y adapter y survivront. Cette explosion sera, selon toute vraisemblance, violente. Elle confrontera directement les organes du maintien de l’ordre (Police et Gendarmerie) au choc frontal avec cette colère. Comme ces organismes sont eux aussi travaillés, pour des raisons générales mais aussi des raisons particulières, par un fort mécontentement, nul ne peut dire quelle sera l’issue de ce choc. Si le gouvernement met en œuvre une politique directement répressive, il risque d’aggraver dans des proportions considérables la fracture politique qui se dessine. S’il tergiverse, il peut être emporté par une succession de mouvements se renforçant l’un l’autre.

La colère issue du sentiment de perte de l’identité est un phénomène encore plus complexe à décrypter. Elle a, bien entendu, une dimension politique, qui s’enracine dans le déni de démocratie auquel on a assisté en 2005 lors du référendum sur le projet de constitution européenne. Les partisans du « non », largement victorieux, ont été dépossédés de leur victoire, une manœuvre à laquelle François Hollande a été connivent. Les Français ont eu, à ce moment, le sentiment d’être dépossédés de la démocratie, de leur démocratie. Les gouvernants et une partie de l’opposition ont cru que ce sentiment serait passager. C’était oublier le lien très profond, enraciné dans l’histoire, qui unit en France le peuple avec le principe de la démocratie (et non nécessairement ses formes). De là date une fracture symbolique5. Cette fracture s’est transformée en une facture qu’il faudra bien solder. Il n’est pas sans une certaine ironie que cette facture retombe sur François Hollande qui, en tant que dirigeant du Parti Socialiste, a beaucoup fait pour l’existence de cette fracture et de cette facture. Cette colère a aussi une dimension sociale, en ceci que le mouvement de désindustrialisation qui s’accélère aujourd’hui nous confronte à l’image d’une France qui n’est plus celle que nous connaissions, ou que nous pensions connaître : un pays fier de ses réalisations industrielles. Une partie importante de la population, qui excède de loin le nombre des simples ouvriers d’industrie, est très profondément attachée à cette image de la France. C’est ce qui explique le succès initial du Ministère du « Redressement productif ». Mais la maîtrise du verbe ne masque qu’un instant les réalités. L’importance de ce sentiment de perte de l’identité, qui peut s’incarner passagèrement dans un rejet de l’« autre », tient en ce que s’articulant avec la colère politique et la colère sociale, il va provoquer provoquer une délégitimation massive du pouvoir.

Vers la guerre civile ?

La crise qui s’annonce va faire voler en éclats l’idée d’une « démocratie apaisée ». D’une part, cette expression est une contradiction dans les termes. Les intérêts qui divisent une société ne sont pas de ceux qui peuvent se régler dans le calme feutré des cénacles privés. Leur exposition au grand jour, qui est l’une des conditions nécessaires à l’existence d’une véritable démocratie, implique un degré d’affrontement qui rend illusoire toute idée d’apaisement. D’autre part, quand les conditions d’exercice de la démocratie sont à ce point fautives que des colères convergentes ne trouveront pas de formes institutionnelles d’expression, il est illusoire de chercher à s’abriter derrière l’idée d’une « démocratie apaisée ». Il faut d’ailleurs remarquer que, de ce point de vue, la France n’est nullement une exception. C’est à un phénomène du même ordre que l’on a assisté lors des récentes élections italiennes.

Dès lors, le pouvoir actuel a devant lui trois options. Il peut rester « droit dans ses bottes », et supporter la totalité du choc de ces trois colères. Il est possible qu’il y survive, mais au prix d’une répression qui le fera changer de nature et se transformer en Tyrannie. Il est aussi possible, et c’est l’hypothèse la plus probable, qu’il soit brisé par cet affrontement, ouvrant alors une période d’incertitudes politiques et institutionnelles comme la France n’en a pas connues depuis 1958. Il peut chercher à dévier la lame de fond qui monte, en organisant des élections anticipées, donnant ainsi une forme d’expression dans le cadre institutionnel actuel à ces trois colères. Mais, le système électoral français est ici mal adapté. Rien ne serait pire que l’élection d’un nouveau Parlement qui ne soit pas à l’unisson des sentiments de la majorité de la population. Il peut, enfin, chercher à anticiper sur ces événements et changer radicalement de politique, apaisant ainsi la colère sociale et la colère identitaire. C’est la voie de la logique et de la raison, chose dit-on la plus mal partagée au monde…

Citation

Jacques Sapir, “Vers une crise de régime ?”, billet publié sur le carnet Russeurope le 09/03/2013, URL: http://russeurope.hypotheses.org/1007
  1. La cote de Hollande au plus bas, Les échos, 07/03/2013
  2. Nicolas Sarkozy était tombé à 38% d’opinions favorables en mars 2008.
  3. Sondage: François Hollande toujours en baisse, 20 minutes, 05/03/2013
  4. Municipales : premier sondage avant le scrutin, Le Figaro, 08/03/2013
  5. J. Sapir, La Fin de l’eurolibéralisme, Paris, Le Seuil, 2006.

Pour qui sonnent les cloches de Bâle?Les délégués bretons au congrès socialiste international de 1912

Bulletin périodique du BSI, sur le congrès de Bâle de 1912
Revenir sur le congrès socialiste interna…

Bulletin périodique du BSI, sur le congrès de Bâle de 1912

Bulletin périodique du BSI, sur le congrès de Bâle de 1912

Revenir sur le congrès socialiste international de Bâle de 1912 avant d’évoquer le congrès de la Sfio à Brest s’explique par l’importance du contexte international et du problème de la guerre pour les socialistes avant 1914. Entre ce grand rassemblement international et le déclenchement de la Première Guerre mondiale, un large mouvement social défendant la paix se développe en Europe mais l’adhésion  durant l’été 1914 des socialistes à la guerre dans chacun des pays belligérants a eu tendance à l’occulter. Pourtant, si on cherche à comprendre ce que l’on perçoit souvent au mieux comme un revirement inexplicable, au pire comme une trahison, un retour sur la période 1912 à 1914 permet de suivre les sinuosités du mouvement socialiste d’opposition à la guerre. Le congrès de Bâle en est à la fois un accélérateur et une vitrine comme peut l’illustrer le roman de Louis Aragon Les Cloches de Bâle publié pour la première fois en 1934, mais dont le contenu est influencé par les évènements postérieurs. L’écho de Bâle se mesure également lors de la tenue du congrès brestois, où il est à plusieurs reprises évoqué. C’est pourquoi je voudrais dans ce premier billet d’ouverture évoquer le congrès international, mais selon un angle particulier : quelques délégués bretons sont en effet présents à Bâle où l’opposition  socialiste à la guerre se trouve au cœur des débats.

Les délégués bretons à Bâle

127 délégués français sont présents en Suisse les 24 et 25 novembre 1912. Parmi eux, on trouve le député de Brest Émile Goude ainsi que le maire de la ville, Hippolyte Masson. Ils sont accompagnés par Augustin Hamon et sa femme habitants des Côtes du Nord. On peut ajouter au groupe breton Charles Brunellière, originaire de Nantes, qui est surtout l’ancien responsable de la Fédération Socialiste de Bretagne, une structure qui rassemblait tous les socialistes de Bretagne afin sa disparition voulue entre 1907 et 1908 afin de constituer des fédérations départementales dans l’ensemble de la région. Si on compare ce petit groupe au reste des délégués, on peut se rendre compte qu’outre les dirigeants les plus en vue de la Sfio, sont présents des représentants des plus grosses fédérations départementales. Il n’y a pas, ainsi, de représentant du Morbihan ni de l’Ille-et-Vilaine, fédérations socialistes bien plus petites à l’époque. Si chaque militant breton présent à Bâle s’est engagé dans des actions contre la guerre, comme par exemple Masson qui vient au même moment de perdre son pouvoir de police à Brest pour avoir conduit une manifestation pacifiste agitée le 16 novembre dans sa ville, ce n’est sans doute une raison suffisante pour expliquer leur présence. En effet,au mois d’août de la même année, un socialiste de Lorient, Louis Cren s’était illustré au congrès des instituteurs de Chambéry où l’opposition à la guerre fut exprimée et il n’est pourtant pas présent à Bâle alors qu’il est un des dirigeants fédéraux. On peut alors penser aussi que la présence des deux Brestois s’explique par la proche tenue du congrès de la Sfio dans leur ville. Être présents à Bâle permet tout d’abord à Masson et Goude d’être connus et reconnus par les autres délégués, mais surtout cela peut leur donner peut-être des idées sur l’organisation du congrès national qu’ils doivent accueillir quelques mois plus tard.

Si on connaît bien le déroulement du congrès international grâce aux compte rendus de l’époque mais aussi par des travaux historiques, on peine toutefois à avoir des données sur le séjour des Bretons lors de ce congrès. Mais même dans le cas de militants dont on a conservé des écrits personnels, on peut noter qu’on ne dispose pas forcément de beaucoup de détails sur cette conférence internationale. Ainsi Marcel Cachin, qui est à ce moment un des responsables de la propagande au sein de la Sfio, précise dans son carnet le trajet effectué – Paris-Nancy- Bâle en passant par Strasbourg – mais il ne s’arrête que très peu sur le déroulement en lui-même :

« À la réunion de la cathédrale, des vieux, K.Hardie, Greulich et Bebel qui ne peut plus causer. Les drapeaux rouges, une centaine dans le chœur. Les cloches. »[1]

On ne trouve pas d’autre précision et dans ce cas, c’est donc un résumé bien rapide que nous pouvons lire. En ce qui concerne les Hamon pour le moment, je n’ai pas trouvé de compte rendu de leur participation au congrès. Lié à de nombreux militants socialistes étrangers, l’intellectuel Augustin Hamon a pourtant sans doute écrit à ce propos, mais il me faut encore chercher sur cette question. Quant aux deux Brestois, ils rendent compte de leur participation au congrès de Bâle lors d’un meeting quelques jours après leur retour à Brest.

Le compte rendu à Brest

5000 personnes assistent au meeting de Brest contre la guerre en décembre 1912. En effet, l’un des principes adoptés à Bâle était l’organisation d’une agitation militante contre la guerre afin de sensibiliser le maximum de personnes sur ce point. On retrouve en conséquence dans tout le pays une série de manifestations ou de meetings pacifistes. Masson en profite pour dire ce qu’il faut retenir de la mobilisation internationale :

« Le maire de Brest, dans ce langage clair et ferme qui lui est particulier, rend compte du Congrès de Bâle et comment le manifeste. Eloquemment, il s’élève contre les terribles méfaits de la guerre et parle de la magnifique manifestation qui se composait de 30.000 socialistes et qui se déroula pacifiquement dans les rues de Bâle. »[2]

C’est ensuite Goude qui intervient :

« Le député de Brest clôt la série des orateurs. Son apparition est saluée par les applaudissements. Au début, il fait part des impressions qu’il a ressenties au Congrès de Bâle auquel il a assisté avec son ami Masson. Rarement, dit-il, il a été donné de voir manifestation plus imposante et les chauvins à l’esprit étroit et guerrier ont reçu là une excellente et forte leçon. »[3]

La manifestation qui est évoquée par les deux Brestois s’est déroulée à l’ouverture du congrès. On en connaît  la description par le compte rendu analytique paru dans le bulletin périodique du Bureau socialiste international[4] et par des travaux historiques: outre l’ensemble des publications de l’historien Georges Haupt sur le sujet, une étude récente Gegen den Krieg, Der Basler Friedenskongress 1912 und seine Aktualität[5] – dont on peut lire un extrait en ligne – offre de nombreux renseignements sur le congrès. On y trouve en particulier de nombreux documents qui illustrent le dispositif nécessaire au bon déroulement de cette grande réunion internationale.

L’ensemble documentaire donne une vision assez précise de la réunion à laquelle les délégués bretons ont pu assisté. La description du cortège nous est fournie par le bulletin du Bureau Socialiste international :

« Vers 2 heures, le cortège partit de la cour de la caserne. Il était précédé de l’Union ouvrière cycliste ‘Solidarité’ et d’un groupe d’enfants habillés de blanc et portant des palmes symboliques de la paix. Sur leurs drapeaux, on lisait des inscriptions pacifistes : ‘Il est plus honorable de sécher des larmes que de verser des flots de sang’.Venaient ensuite les membres du Bureau Socialiste International. Derrière eux, marchaient les groupes nationaux qui chantaient leurs chants de parti (…)De nombreux corps de musique figuraient dans le cortège, animé d’une multitude de bannières rouges claquant au vent. »[6]

Cette liturgie socialiste a marqué les esprits et Masson précise lors du meeting brestois son admiration pour une telle organisation:

«Dans une superbe envolée il établit la différence des procédés des deux pays et exprima le regret de ne pouvoir à Brest commencer une manifestation à la caserne Fautras pour la terminer à l’église St Louis. »[7]

 Comment organiser un congrès socialiste?

Le maire de Brest, sachant qu’il doit organiser un grand rassemblement socialiste quelques mois plus tard, a sans doute accordé beaucoup d’importance à l’organisation de ce congrès de Bâle. A-t-il pour autant emprunté des éléments de mise en scène ? On aimerait pouvoir en savoir davantage, tout comme on voudrait en savoir davantage sur ce qu’ont pensé les délégués bretons de ce grand rassemblement contre la guerre. La seule chose qu’on peut mentionner à ce sujet pour le moment est un rapport du sous-préfet de mars 1913 relatant la préparation du congrès national de la Sfio dans la ville de Masson. Sur le même principe des bannières et des oriflammes qu’il a vu à Bâle, le maire souhaite en effet décorer les rues de la ville, et le sous-préfet de préciser les choses :

«En vue du prochain congrès socialiste qui doit se tenir samedi prochain, la Municipalité fait ériger dans les rues de Brest des mâts rouges surmontés d’une oriflamme également rouge portant les initiales P.S du parti socialiste. J’estime que ces oriflammes ne constituent pas un emblème séditieux. »[8]

Ce courrier du sous-préfet, qui précise aussi qu’il ne souhaite pas prendre des mesures coercitives contre la municipalité socialiste durant cette période où tous les leaders socialistes nationaux seront présents, nous montre donc un aspect de la préparation du congrès de la Sfio. Comme à Bâle, les socialistes bretons ont souhaité décoré les rues tout au long du parcours du cortège qui est prévu. Passant de Bâle à Brest, j’y reviendrai dans un prochain billet ; mais avant cela deux étapes d’escale seront faites : le Pré-Saint-Gervais et Rennes, où les manifestations contre la guerre et contre la loi des trois ans mobilisent les forces  socialistes. Entre temps, il me faudra aussi finir de lire Les Cloches de Bâle d’Aragon, que je trouve par bien des côtés ennuyeux, ainsi que Gegen Den Krieg. Dans ce dernier cas,  lisant très mal l’allemand, je le ferai sans doute avec grande difficulté, un peu comme les congressistes qui lors de la réunion à Brest ont écouté le discours du socialiste allemand Molkenbuhr avant qu’on traduise dans un second temps ses propos.Mais je reviendrai aussi plus tard sur cet aspect! Enfin le congrès de Bâle a fait l’objet d’une commémoration en novembre dernier : on peut avoir davantage de renseignements en consulter le site de ce centenaire .

[1] Marcel Cachin, Carnets 1906-1916, Paris, Cnrs éditions, 1993, p.677.

[2] Le Cri du Peuple, 14 décembre 1912 «  le meeting contre la guerre ».

[3] Idem.

[4] Georges Haupt (édit.) Congrès international extraordinaire, Bâle, 24-25 novembre 1912, Genève, Minkoff reprint, 1980.

[5][5] Bernard Degen et alii, Gegen den Krieg, Der Basler Friedenskongress 1912 und seine Aktualität, Bâle, C.Merian Verlag, 2012.

[6] G.Haupt, op.cit, p.30

[7] Le Cri du Peuple, 14 décembre 1912.

[8] Rapport du 19 mars 1913, Archives départementales du Finistère, 1M218.