Robespierre, bourreau de la Vendée ?

Après la rediffusion mercredi 23 janvier 2013 sur France 3 du documentaire “Robespierre, bourr…

Après la rediffusion mercredi 23 janvier 2013 sur France 3 du documentaire “Robespierre, bourreau de la Vendée ?” et le dépôt le 16 janvier dernier d’une nouvelle proposition de loi sur “la reconnaissance du génocide vendéen“, la Société des études robespierristes renouvelle les protestations qu’elle a exprimées dans son communiqué du 22 mars 2012, reproduit ci-dessous.

Pour les amateurs d’histoire désireux de mieux connaître le personnage complexe de Maximilien Robespierre, hors de toute intention polémique ou hagiographique, nous conseillons la lecture de l’ouvrage collectif publié sous les auspices de la SER : Robespierre, portraits croisés (Armand Colin, 2012).

Communiqué de la Société des études robespierristes du 22 mars 2012 :

Par le communiqué suivant, la Société des études robespierristes condamne l’entreprise de désinformation historique menée dans le cadre de l’émission « L’ombre d’un doute », diffusée le 7 mars dernier sur France 3 et titrée « Robespierre : bourreau de la Vendée ? ».

Comme dans ses précédentes émissions, Franck Ferrand entend mettre en valeur des thèses « iconoclastes » qui contredisent une histoire officielle, élaborée par des universitaires supposés « corporatistes » et soucieux de perpétuer les vieux mythes du roman national républicain. Bien qu’inscrite dans une démarche quelque peu démagogique de critique du « politiquement correct », l’intention pourrait paraître  louable si chaque partie était équitablement interrogée dans un débat conclusif, ce qui n’a pas été le cas ici.

Dès son titre l’émission ignore les réalités les mieux établies par le travail des historiens : jamais Robespierre n’a commandé la « destruction » de la Vendée. Il n’a d’ailleurs jamais pris spécifiquement position sur le sujet lors de ses interventions à la tribune de la Convention. Affirmer en outre qu’il dirigeait le Comité de Salut public est une pure contre-vérité, reprenant le vieux mythe thermidorien de « la dictature de Robespierre ». L’absolue nécessité de la répression de l’insurrection vendéenne était une évidence pour l’ensemble des députés présents à la Convention à cette époque. Alors pourquoi laisser à Robespierre la seule responsabilité de toutes les violences de la période 1793-1794 ? Pour faciliter les comparaisons abusives avec les totalitarismes du XXe siècle ? Pour, à des fins idéologiques plus ou moins avouables, donner à la Révolution française son Hitler ou son Staline, quitte à travestir totalement la réalité ? Les téléspectateurs de France 3, férus d’histoire de France, méritent mieux que cela. L’action politique de Robespierre n’est pas une donnée historique acquise et fait l’objet de réévaluations constantes, qui ne sont pas hagiographiques. L’Institut d’Histoire de la Révolution française (Paris I) lui consacre ainsi cette année un séminaire, ouvrant de nouvelles perspectives de recherche (http://ihrf.univ-paris1.fr/spip.php?article635), tandis qu’un collectif d’historiens de la Société des études robespierristes s’apprête à publier une biographie  sans a priori idéologique, destinée à dissiper aussi bien la légende noire que la légende dorée qui environnent le personnage.

Quant à la question du « génocide » vendéen, la Société des études robespierristes ne cherche évidemment pas à nier, et encore moins à justifier, les massacres de populations civiles à grande échelle opérés par les armées républicaines dans certains départements de l’Ouest. Il faut rappeler simplement que les violences de 1793-1794 ne se sont pas limitées à la région qualifiée de « Vendée » : des mouvements répressifs très brutaux ont également été menés dans d’autres départements, théâtres d’insurrections ou menacés d’invasion, comme le Lyonnais, le Bordelais ou le Midi. Le vocabulaire d’« extermination », notamment celui de « race rebelle » et de « destruction des brigands », y était tout autant employé qu’en Vendée, mais avec des conséquences humaines bien différentes, ce qui invalide totalement la théorie dite du « génocide par petits bouts de papier » défendue dans l’émission. En outre, les généraux républicains n’étaient pas les seuls à exercer des représailles sur la population civile dans le cadre de ce qui a pu être qualifié par certains historiens de « guerre totale ». Rappelons, par exemple, que l’armée autrichienne s’est livrée à des actes de tortures et à des massacres de populations civiles dans la vallée de la Moselle en septembre 1793. L’ampleur et les modalités d’exécution de ces violences de masse, pas uniquement en « Vendée » et pas uniquement en 1793-1794, restent encore largement à étudier, contrairement à ce qu’avancent péremptoirement les journalistes de l’émission « L’Ombre d’un doute ».

De la même façon, la Société des études robespierristes désapprouve les motifs de la proposition de loi déposée le 6 mars dernier, veille de la diffusion de l’émission – hasard du calendrier ? –, par un groupe très restreint de députés appartenant à la majorité présidentielle (http://www.assemblee-nationale.fr/13/propositions/pion4441.asp). Contrairement à ce qu’affirment ces députés, les faits ne sont pas « clairement établis ». Les « dépouillements minutieux » d’archives n’ont pas été réalisés : il reste encore beaucoup à faire, tant dans les dépôts locaux que nationaux. La recherche sur les politiques de la Terreur est aujourd’hui conduite, sans aucune complaisance, par les historiens universitaires et amateurs, recherche à laquelle participent activement les membres de la Société des études robespierristes. Les travaux les plus récents, comme ceux qui sont en cours sur les comités de surveillance (http://ser.hypotheses.org/362), démontrent très bien que les organes répressifs n’ont jamais fonctionné de manière uniforme, qu’il est important de distinguer la part des initiatives locales des instructions du pouvoir central. Avant de se livrer à des comparaisons hâtives avec l’Allemagne nazie, l’Union soviétique ou le Kampuchea démocratique, il faut mieux connaître l’histoire de la violence politique et militaire en France dans les années 1790 et la comparer avec les pratiques antérieures de violences à l’égard des populations civiles (guerres de Louis XIV et Guerre de Sept Ans notamment).

Face à l’accumulation des erreurs historiques présentes dans l’émission et l’ignorance du travail des chercheurs spécialistes de la période qu’elle manifeste, la Société des études robespierristes estime devoir demander un droit de réponse à la direction de France 3. Elle lui propose d’organiser un débat de qualité entre historiens, afin d’offrir aux téléspectateurs les moyens de saisir plus objectivement les enjeux de cette période complexe ainsi que leurs résonnances mémorielles dans la France contemporaine.

 Communiqué rédigé collectivement à la demande de l’Assemblée générale de la SER réunie le 17 mars 2012 à Paris par Serge Bianchi, Paul Chopelin, Anne Jollet, Julien Louvrier et Fanny Panhaleux.

L’homme de Vitruve

On désigne souvent sous le nom d’homme de Vitruve, le célèbre dessin de Léonard de Vinci [1] e…

On désigne souvent sous le nom d’homme de Vitruve, le célèbre dessin de Léonard de Vinci [1] et on le met en rapport avec le traité de l’architecture inclus dans la Divina proportione de Luca Pacioli. En effet Léonard de Vinci qui fut son élève, en a réalisé plusieurs illustrations, mais l’homme de Vitruve ne s’y trouve pas : essayons d’en comprendre la raison.

L’origine du dessin est un passage du De Architectura de Vitruve. Comme le signale Philippe Fleury dans l’introduction de l’édition des Belles Lettres du texte de Vitruve [2], celui-ci était peu connu dans l’Antiquité : il est cité seulement par Pline et Frontin puis, plus tardivement, par Sidoine Apollinaire. Comme Vitruve dédie ses Dix livres de l’architecture à Octave, il aurait pu exercer sa profession sous César.

A la Renaissance, Vitruve devient la référence en matière d’architecture et il inspire le De re aedificatoria (1485) d’Alberti. Outre le traité de Pacioli déjà cité (publié en 1509), il faut citer Les quatre livres de l’architecture d’Andrea Palladio (1570) dont le titre même évoque Vitruve puisque le De Architectura était connu sous le nom des Dix livres d’architecture de Vitruve, titre employé pour sa traduction (1673) par Claude Perrault, célèbre comme architecte de la colonnade du Louvre.

 On peut donc dire que des villas palladiennes (dont la fameuse Rotonda de Vicenze utilisée pour le tournage du Don Giovanni de Joseph Losey), à la colonnade du Louvre et à toute l’architecture classique, y compris dans ses développements plus récents (et même, comme on le verra, chez Le Corbusier), l’influence de Vitruve reste toujours forte. Il vaut donc la peine de lire (en version sous-titrée) le passage de Vitruve du livre 3, chapitre 1, 3 où il définit les rapports du corps humain avec les deux figures du cercle et du carré.

 Item corporis centrum medium naturaliter est umbilicus.
En outre le point central du corps est par nature au nombril
Namque si homo conlocatus fuerit supinus,
car si un homme est couché sur le dos
manibus et pedibus pansis,
mains et jambes écartées
circinique conlocatum centrum in umbilico eius,
et la pointe du compas sur son nombril
circumagendo rotundationem
en décrivant un cercle
_____utrarumque manuum et pedum
_____des deux mains et des pieds
digiti
les doigts
_____linea tangentur.
_____seront touchés par la ligne

Cette première inscription de l’homme dans un cercle est représentée isolément dans l’ouvrage de Claude Perrault qui souligne que les figures originales de Vitruve “ont été perdues par la négligence des premiers copistes qui ne savaient pas dessiner, et qui d’ailleurs ne les ont pas vraisemblablement jugées nécessaires ; parce que la vue de ces figures les ayant instruits des choses elles-mêmes dont il est parlé dans le texte, il leur a semblé assez intelligible ; de même qu’il arrive toujours que l’on entend bien ce qui est dit, quoi qu’obscurément, quand les choses sont claires d’elles-mêmes” (préface) [3]

Après ce qu’on a appelé l’homo ad circulum, est défini l’homo ad quadratum :

Non minus
Néanmoins,
quemadmodum schema rotundationis in corpore efficitur,
de même que la figure du cercle est opérante sur le corps
item quadrata designatio in eo invenietur
de même la disposition carrée se trouve en lui

nam si
car si
_____a pedibus imis ad summum
_____de la plante des pieds jusqu’en haut
caput mensum erit,
l’extrémité était mesurée

eaque mensura relata fuerit ad manus pansas,
et que cette mesure était reportée sur les mains tendues

invenietur eadem latitudo uti altitudo,
on trouvera même largeur que hauteur
quemadmodum areae,
comme pour les surfaces
quae ad normam sunt quadratae
qui sont [tracées] carrées à l’équerre.

Vitruve ne suggère pas que le carré soit inscrit dans le cercle : le centre de la figure humaine était défini comme étant le nombril, alors que dans le cas du carré, le centre de la figure se trouve sur le pubis, comme indiqué dans la figure de Claude Perrault.

Luca Pacioli lui est ambigu : il ne traduit pas Vitruve mais le paraphrase. L’interprétation de cette description est qu’il y aurait la même distance entre les deux pieds qu’entre une main et un pied. [4]. On trouve cette représentation par exemple dans une autre traduction de Vitruve de Cesare Cesariano de 1521 et il est possible que soit à l’époque l’interprétation la plus habituelle de l’homme de Vitruve [5] :

La solution de Léonard de Vinci est tout autre que cet homme en X dont la disproportion est évidente et l’on comprend mieux son absence de l’ouvrage de Pacioli dont l’interprétation est différente. Dans l’homme de Vitruve, le carré n’est pas inscrit dans le cercle mais ils sont tangents à la base.

Mettre deux bras et deux jambes en plus sur le même corps est une évocation de la décomposition du mouvement qui n’est pas une interprétation de notre époque, mais date de l’époque même de Léonard de Vinci. En effet Erwin Panofsky [6], a attiré l’attention sur un disciple de Léonard, Carlo Urbino, qui a décomposé des mouvements en une série d’instantanés [7].

_____

Au terme de ce parcours il faut revenir à Vitruve qui explique que s’il a présenté  les rapports entre les dimensions du  corps humain, c’est pour que l’architecte respecte aussi une proportion entre les composants de l’architecture et le monument dans son entier. Mais il ajoute ceci (chap. 1, 5) :

Nec minus mensurarum rationes,
Et néanmoins le système des mesures
quae in omnibus operibus videntur necessariae esse,
dont la nécessité se manifeste en toute œuvre
ex corporis membris collegerunt,
on l’a emprunté au corps humain
uti digitum, palmum, pedem, cubitum
comme le doigt, la main, le pied, la coudée.

 Ceci est un rappel que, au sens matériel même, l’homme est la mesure de l’homme ; que dans sa vie pratique, les mesures qu’il utilise sont issues de son corps. Il aurait pu noter que l’homo ad quadratum nous manifeste que la longueur des bras étendue, la brassée, est égale à la taille.

C’est cette perspective de l’architecte qui prend ses modules de construction sur le corps humain qu’a voulu retrouver Le Corbusier quand il a présenté le Modulor, silhouette humaine dont les différentes dimensions doivent permettre de construire un environnement propice à l’épanouissement de ceux qui s’y trouvent.

Le Corbusier veut faire la synthèse de l’hommo ad quadratum et de l’hommo ad circulum en imaginant le centre du corps (comme pour l’hommo ad circulum), situé au nombril mais qui est à la moitié de la hauteur bras levé, le geste du bras de l’homme étant prolongé vers le haut et inscrit dans une surface rectangulaire.

Notons pour terminer que la métrologie d’Ancien régime était issue de celle de l’Antiquité, basée sur la mesure de l’homme. Les Révolutionnaires lui ont donné pour base la terre et nous sommes fiers du système métrique. Le Corbusier qui n’était pas de nationalité française mais helvétique partageait moins ce sentiment et reprochait au système métrique sa prise de distance par rapport au corps humain et sa division décimale, si pratique pour la science mais qui nécessite d’autres divisions pour la vie courante (comme la progression par moitié et double pour les unités de monnaie).

  1. conservé à Venise, Galleria dell’Academia
  2. De l’architecture . Livre I / Vitruve ; texte établi, trad. et commenté par Philippe Fleury, traduction de : De architectura libri X les Belles lettres, 1990
  3. Les dix livres d’architecture de Vitruve corrigés et traduits en 1684 par Claude Perrault, Liège, Mardaga, réédition en fac simile, 1996
  4. Argante Ciocci, Luca Pacioli e la matematizzazione del sapere nel Rinascimento, Bari, Cacucci, 2003, p. 79
  5. Ciocci, p. 82
  6. Erwin Panofsky, Le codex Huygens et la théorie de l’art de Léonard de Vinci, Flammarion, 1996, traduction et présentation de Daniel Arasse
  7. Codex Huygens, Folio 27. Source : Sergio Marinelli,  The Author of the Codex Huygens,  Journal of the Warburg and Courtauld Institutes, Vol. 44 (1981), pp. 214-220

Philippe Cibois

Philippe Cibois, né en 1941, est professeur émérite de sociologie de l'université de Versailles - St-Quentin en Yvelines.

More Posts - Website

Le port perdu d’Ostie

Les textes antiques nous apprennent qu’Ostie a été fondée par Ancus Marcius, le quatrième roi de Rom…

Les textes antiques nous apprennent qu’Ostie a été fondée par Ancus Marcius, le quatrième roi de Rome vers le milieu du VIIe siècle av. J.-C. Cette fondation devait répondre à trois objectifs : il fallait donner à Rome un débouché à la mer, assurer son ravitaillement en blé et en sel et enfin, empêcher une flotte ennemie de remonter le Tibre.

Á Ostie, les fouilles archéologiques successives ont montré que le noyau urbain initial (castrum) date au plus tôt au tournant du IVe siècle et du IIIe siècle av. J.-C. Les principaux axes de circulation urbaine ont été dégagés ainsi que les grands édifices (thermes, théâtre, capitole, marché, forum, entrepôts…) mais l’emplacement exact du port fluvial d’embouchure d’Ostie restait inconnu. Pour certains, ce dernier était considéré comme un “port perdu”.

En effet, depuis la Renaissance, de nombreuses tentatives de localisation du port d’Ostie ont été entreprises, sans succès. Il faut attendre les XIXe et XXe siècles pour que des archéologues italiens identifient un secteur au nord-ouest de la ville, proche du Palais Impérial, comme le site potentiel. En 2002, des archéologues allemands confirment la probable localisation du bassin, dans ce secteur nord, au moyen de prospections magnétiques. Toutefois, pour certains, l’absence de structures archéologiques dans cette parcelle attestait la présence d’un bassin, tandis que pour d’autres elle impliquait davantage la présence d’une place ou d’un espace dédié au débarquement des marchandises et à leur manœuvre.

Il n’y avait donc toujours pas consensus sur la localisation exacte du port et le débat restait vif.

Vue aérienne oblique (vers l’est) des vestiges de la ville antique d’Ostie. A gauche (au nord) le Tibre. Au premier plan le site portuaire antique.
(cliché : Pr. Simon Keay)

Une équipe pluridisciplinaire franco-italienne (associant géoarchéologue (J.-P. Goiran, F. Salomon, E. Pleuger) biologiste (I. Mazini), sédimentologue (C. Vittori), archéologue (A. Pellegrino) et historien (P. Arnaud)) a donc tenté de vérifier définitivement l’hypothèse d’un port dans ce secteur nord-ouest grâce à l’utilisation d’un carottier géologique.

Ces carottages ont permis d’obtenir une stratigraphie remontant jusqu’au début du 1er millénaire avant J.-C.

Trois étapes se distinguent :

1) L’unité basale (la plus profonde), antérieure à la fondation d’Ostie, indique que la mer était présente dans ce secteur au début du 1er millénaire av. J.-C.

2) La strate médiane, riche en sédiments argilo-limoneux de couleur grise, est caractéristique d’un faciès portuaire. Les calculs donnent une profondeur de 6 m au bassin au début de son fonctionnement, daté entre le IVe et le IIe siècle av. J.-C. Cette profondeur a été calculée par rapport au niveau marin antique de l’époque romaine positionné à environ 1m sous le niveau marin actuel. Considéré jusqu’alors comme un port essentiellement fluvial, ne pouvant accueillir que des bateaux à faible tirant d’eau, le port d’Ostie bénéficiait en réalité d’un bassin profond susceptible d’accueillir de grands navires maritimes. Cette information confère à cet aménagement une importance bien plus grande que celle qu’on lui accordait jusque là.

3) Enfin, la strate la plus récente, constituée d’accumulations massives d’alluvions, témoigne de l’abandon du bassin à l’époque romaine impériale. Grâce aux datations au radiocarbone, il est possible d’en déduire qu’une succession d’épisodes de crues majeures du Tibre est venue colmater définitivement le bassin portuaire d’Ostie entre le IIe siècle av. J.-C. et le premier quart du Ier siècle ap. J.-C. (et ce, malgré d’éventuelles phases de curage). Á cette période, la profondeur du bassin est inférieure à 1 m et rend toute navigation impossible. Ces résultats sont en accord avec le discours du géographe Strabon (58 av. J.-C. – 21/25 ap. J.-C.) qui indique un comblement du port d’Ostie par des sédiments du Tibre à son époque. Il a alors été abandonné au profit d’un nouveau complexe portuaire construit à 3km au nord de l’embouchure du fleuve, du nom de Portus.

Opération de carottage mécanique-rotatif, afin d’extraire les archives sédimentaires du sous-sol d’Ostie. Ces carottages seront ensuite analysés en laboratoire (OMEAA à Lyon et à la Sapienza à Rome)

Cette découverte du bassin portuaire d’embouchure d’Ostie, au nord de la ville et à l’ouest du Palais Impérial, va permettre de mieux comprendre les liens entre Ostie, son port et la création ex nihilo de Portus, commencé en 42 ap. J.-C et achevé sous Néron en 64 ap. J.-C. Ce gigantesque port de 200 ha deviendra alors le port de Rome et le plus grand jamais construit par les romains en Méditerranée.

En somme, ces travaux ont permis de faire progresser nos connaissances sur Ostie dans trois domaines : géographique, bathymétrique et chronologique.

1. La localisation du bassin portuaire d’Ostie est maintenant connue : au nord-ouest de la ville, proche du palais impérial.

2. La profondeur du bassin lors de son creusement est de l’ordre de 6m sous le niveau marin antique. Cette profondeur permettait à certains navires maritimes de fort tonnage et tirant d’eau d’y accéder (et pas seulement les navires fluviaux).

3. Les premiers sédiments qui se déposent au fond du bassin sont datés entre le IVe et IIe siècle av. J.-C. et les sédiments sommitaux, d’origine fluviale, sont datés entre le Ier siècle av. J.-C. et le Ier siècle ap. J.-C.

Institutions ayant contribué à la réalisation de cette recherche :

École française de Rome, Soprintendenza speciale per i beni archeologici di Roma – Sede di Ostia, CNRS, Institut Universitaire de France (Chaire du Professeur P. Arnaud), Université de Lyon 2, MSH Maison de l’Orient et de la Méditerranée (UMR 5133-Archéorient), Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (UMR 6573-Centre Camille Julian), Università degli studi Roma 3 (IGAG-CNR), ANR JC

La Russie entre fantasmes et réalité (suite)

Le gouvernement russe se caractérise par des déclarations « libérales » assez tonitruantes depuis de…

Le gouvernement russe se caractérise par des déclarations « libérales » assez tonitruantes depuis de nombreuses années. Prises au pied de la lettre, elles impliqueraient que la Russie soit un paradis pour les riches et un enfer pour les pauvres. Mais, quand on regarde les statistiques sur la nature, la dispersion, et l’origine des revenus, le tableau change. En fait, la Russie a connu un « tournant social » depuis 2005. Ce tournant n’a jamais fait l’objet de grandes déclarations de la part des autorités. Il n’en est pas moins aujourd’hui évident. Il a été rendu possible par les revenus des exportations et l’enrichissement général du pays. Mais il témoigne aussi d’une sensibilité importante des autorités, locales comme fédérales, à la question sociale.

Tableau 1

Source : Comité d’État aux Statistiques de Russie

L’existence d’une petite catégorie de « super-riches » est bien connue. Mais les « oligarques » ne doivent pas masquer l’enrichissement général de la population. En 2011, si le revenu moyen était de 713 euros par mois, le revenu médian s’établissait autour de 530 euros1, soit un rapport de 1,34 entre la moyenne et la médiane. En 2005, ce rapport était de 1,39. De même le seuil de pauvreté était à 37,2% du revenu moyen, alors qu’il est tombé en 2011 à 30,8%, et le nombre de personnes vivant au-dessous de ce seuil, qui était de 21% en 2005, est passé en 2011 à 12%. Certes, on peut contester le critère retenu par les autorités russes, et considérer un seuil de pauvreté à un niveau de revenu plus élevé. Mais, même dans ce cas, le mouvement de réduction de la pauvreté serait sensible.

Bien entendu, le niveau moyen des revenus reste faible, et largement inférieur à ce qu’il est dans les pays de l’Europe occidentale. Mais le niveau général des prix est, lui aussi, faible en Russie, avec des différences importantes entre la région de Moscou, où les prix se rapprochent de ceux de l’Europe occidentale, et les autres régions (Volga, Oural, Sibérie) où le niveau des prix est bien plus faible. L’émergence d’une « classe moyenne », définie ici par sa structure de consommation, est donc une réalité en Russie, même si elle reste encore relativement peu développée hors des grandes villes de la Russie occidentale.

Un point intéressant est que le salaire moyen est supérieur de 14,4% au revenu moyen en 2011. Ceci indique que les revenus salariés sont globalement plus importants que ceux des paysans ou des petits commerçants. Il faut y voir l’effet des politiques de rattrapage des salaires qui ont été menés depuis 2005 tant dans les services que dans l’administration et dans l’industrie, dans ce dernier secteur du fait de la pénurie relative en travailleurs qualifiés.

Une deuxième observation importante réside dans la composition de ces revenus. Il faut rappeler que ces chiffres ne concernent que les revenus issus de Russie. La part relativement faible des revenus de la propriété s’explique par le fait que de nombreuses grandes entreprises privées ne sont plus de droit russe mais de droit suisse, luxembourgeois et d’autres « paradis fiscaux ». Une partie des revenus de la propriété n’est donc pas comptabilisée, phénomène qui existe aussi en France et dans des pays de l’UE.  Néanmoins, et même en tenant compte de ce problème de minoration des revenus de la propriété, on voit assez nettement se dessiner le « tournant social » pris par les autorités depuis 2005-2007.

Graphique 1

Source : Idem Tableau 1

Les transferts sociaux étaient faibles en 2005-2007. Ils ont considérablement progressé depuis, atteignant en 2011 pas moins de 18,2% du total des revenus. L’une des raisons de cette augmentation a été bien évidemment la crise de 2008-2010. La montée brutale du chômage a contraint le gouvernement à augmenter les allocations chômage. Mais le retour progressif au plein emploi que l’on constate depuis 2010 ne s’est pas traduit par une baisse des transferts sociaux, bien au contraire. Autrement dit, leur hausse n’a pas été que conjoncturelle et a bien marqué un tournant dans la politique du gouvernement. Les pensions de retraites ont ainsi été revalorisées durant l’année 2010 de 35% en termes réels. De nouvelles allocations, tant fédérales que régionales, sont apparues (ciblant les mères isolées en particulier). Le résultat de tout cela a été d’une part la baisse du pourcentage de la population vivant sous le seuil de pauvreté, et d’autre part la montée très forte du pourcentage des allocations dans l’origine des revenus, où elles atteignaient donc en 2011 le chiffre de 18,2%.

Ceci soulève alors une autre question, celle de la part de l’État dans l’origine des revenus en Russie. La part des salaires provenant directement de l’État (salaires des fonctionnaires et soldes des militaires) et des entreprises d’État (Gazprom, Transneft, Rosneft, etc…) est au minimum de 40%, et probablement plus élevée que ce chiffre. En effet, depuis 2005, certains salaires comme ceux du personnel médical et des enseignants ont été revalorisés fortement en termes réels (soit hors effets de l’inflation). Autrement dit, compte tenu du fait que les salaires représentent 67,5% des revenus, si la part de l’État est de 40% elle représenterait 27% de l’origine des revenus. Quand on y ajoute les transferts sociaux, ce serait donc 45% des revenus qui auraient pour origine l’État, et il faut considérer cette estimation comme un minimum. Voilà qui incite à relativiser l’idée d’une Russie totalement convertie au libéralisme. En effet, on est dans des ordres de grandeur qui sont équivalents et mêmes supérieurs à ceux des pays d’Europe continentale dits de tradition social-démocrate (France, Italie, Allemagne, Suède). On peut comprendre les raisons idéologiques qui conduisent les autorités russes à insister sur leur adhésion au libéralisme. Mais la réalité n’en est pas moins bien moins différente. Compte tenu du fait que la fiscalité russe repose largement sur les exportations (pétrole et gaz en particulier), cela ne se traduit pas par une charge fiscale trop importante sur la population mais plutôt par une captation d’une partie de la rente des matières premières qui est ainsi recyclée en revenus pour la population. C’est pourquoi il n’est pas faux de se demander si la Russie, depuis 2007, n’est pas en train d’évoluer vers un modèle d’État social qui serait, sur la question des revenus, le pendant du tournant interventionniste qui a été constaté dans les investissements et la production.

Dans la mesure où les investissements permettent d’améliorer la productivité et d’étendre la production du secteur rentier, et de ce point de vue le développement rapide de Rosneft, mais aussi d’autres compagnies tant dans le secteur des hydrocarbures que dans celui des métaux en est un bon exemple, ce modèle d’État social pourrait être tout à fait soutenable. La mise en place de ce modèle d’État social ne correspond pas, semble-t-il, à un plan préconçu. Elle résulte d’une part des politiques d’adaptation à la crise des années 2008-2010 et d’autre part de la consolidation de mesures sociales dictées, entre autres, par la crise démographique que connaît la Russie. Mais, pour être le produit d’une évolution non intentionnelle, c’est bien à un modèle global de développement que l’on est confronté. Nous aurions donc, dans le cadre d’un régime politique semi-autoritaire, le développement d’un discours complètement déconnecté de la réalité et ne servant qu’à rassurer les marchés occidentaux. Dans la réalité, un modèle interventionniste-social se développerait en utilisant les gains de productivité et de production du secteur des matières premières, et leur valorisation sur les marchés extérieurs, avec un tournant de plus en plus prononcé vers l’Asie.

La réalité russe s’avère, une fois de plus, bien différente des apparences. L’affaire Depardieu, en réactivant les fantasmes de toute nature ainsi que le fond anti-russe d’une partie de la presse française, ne contribue pas à un examen objectif de cette réalité.

Citation

Jacques Sapir, “La Russie entre fantasmes et réalité (suite)”, billet publié sur le carnet Russeurope le 05/01/2013, URL: http://russeurope.hypotheses.org/674

Lire le billet précédent

La Russie, entre les fantasmes de l’affaire Depardieu et la réalité, publié le 4 janvier 2013

Traduction

English version : Russia between fantasies and reality (2)

 

  1. Rappelons que la moyenne est le rapport du revenu global par le nombre de personnes, tandis que le revenu médian est celui qui partage l’échantillon en deux parties égales. Dans une population où les « super-riches » accumulent une part importante du revenu, l’écart entre la moyenne et la médiane sera plus important.

Le document du mois : novembre 2012

Une architecture temporaire protégée au titre des monuments historiques
Baraquement de la Siedlung s…

Une architecture temporaire protégée au titre des monuments historiques

Baraquement de la Siedlung subsistant sur sa parcelle d’origine et inscrit au titre des monuments historiques, auteur : Séverine Wodli, 2011 (Ministère de la culture).

« De belles maisons en bois… Cela fut une bonne idée de construire les nouveaux logements des habitants […] Ces solides constructions en bois massif reposent sur de bonnes fondations. Avec leur peinture rouge sombre, elles se fondent bien dans le paysage d’automne. […] Ils sont heureux d’avoir un toit au dessus de leur tête et de pouvoir travailler. Même les familles nombreuses ont pu trouver de la place pour leur progéniture […] Un nouveau Marckolsheim surgit, vous savez tous que les logements actuels ne sont que d’un secours provisoire, jusqu’à ce que des maisons en dur soient reconstruites. » Strasburger Neue Nachrichten, 20.10.1940

La Conservation régionale des monuments historiques (CRMH) mène depuis 2008 une campagne de protection thématique autour du patrimoine de la reconstruction allemande en Alsace entre 1940 et 1944. À ce titre, plusieurs édifices ou ensemble d’édifices sont en cours d’étude. En ce qui concerne le patrimoine industriel de cette époque, l’usine List de Rhinau, construite en 1942 par Ernst Neufert a été inscrite au titre des monuments historiques le 14 décembre 2009. Pour ce qui est du patrimoine rural, la Cité paysanne de Marckolsheim, l’une des communes concernées par le programme de l’Ordre Nouveau, a été inscrite par arrêté préfectoral du 24 octobre 2012.

À l’occasion de l’étude patrimoniale de cet ensemble de fermes modèles, des entretiens ethnologiques avec les habitants ont révélé l’importance dans la mémoire collective de la Siedlung dont il subsiste seulement deux baraquements dont un seul se trouve encore sur sa parcelle d’origine. En effet, Marckolsheim a été détruite à plus de 60% en juin 1940 alors que la plus grande partie des ses habitants s’étaient réfugiés dans le Périgord.

Vue aérienne : destruction de Marckolsheim suite aux bombardements de juin 1940 (Archives municipales de Marckolsheim).

Lorsqu’en octobre de la même année ces derniers reviennent en Alsace, ils sont installés dans cette cité temporaire construite avec des baraquements en bois. Elle est composée de soixante baraquements au sud-est de la commune.

Construction de la Siedlung (collection Raymond Baumgarten).

Baraquements de la Siedlung (collection Raymond Baumgarten).

Elle constitue durant toute la période de guerre, et même après, un véritable quartier de la ville, comptant surtout des logements mais également les équipements principaux de l’administration, des cuisines, la boulangerie, la laverie, le coiffeur, des écoles, etc.

Baraquement de la mairie à la Siedlung (collection Raymond Baumgarten).

Baraquement du restaurant Babalöffel à la Siedlung (collection Raymond Baumgarten).

Ces lieux sont fréquentés également par les habitants de Marckolsheim qui ont trouvé ou retrouvé à se loger dans des habitations “ en dur ”. C’est également à la Siedlung que se déroulent la plupart des cérémonies officielles et c’est aussi cela qui explique l’attachement des habitants pour ce quartier. La vie s’organise de manière communautaire et il est alors bien compréhensible que les habitants interrogés de la Cité Paysanne, et de Marckolsheim en général, évoquent spontanément ces installations qui ont concerné l’ensemble de la population.

Le plan de ces baraquements est assez sommaire.

Projet de baraquement : plan, coupe, élévation (Archives municipales de Marckolsheim).

Des documents retrouvés dans les Archives municipales permettent de bien imaginer ces structures légères, peu cloisonnées, non isolées. Leur traitement extérieur est soigné, mais ils sont destinés à une durée de vie assez courte.

Présentation commerciale de baraquement temporaires d’habitation (recto). Ce n’est pas ce modèle qui a été retenu pour la Siedlung de Marckolsheim (Archives municipales de Marckolsheim).

Présentation commerciale de baraquements temporaires d’habitation (verso). Ce n’est pas ce modèle qui a été retenu pour la Siedlung de Marckolsheim (Archives municipales de Marckolsheim).

Démontables, certains baraquements ont été déposés ou déplacés en totalité ou en partie. La commune de Marckolsheim en compte encore deux :

  • l’un d’eux a fait l’objet de modifications à cette occasion pour le transformer en logement : on a modifié la toiture isolée avec de la toile bitumée, on a repris les menuiseries et les panneaux de bois extérieurs, etc. ;
  • l’autre est resté sur sa parcelle d’origine, à son emplacement de départ et il sert aujourd’hui d’abris de jardin. Il présente un état sanitaire assez dégradé pour toutes les raisons que nous avons évoquées jusque là.

Baraquement de la Siedlung subsistant mais ayant fait l’objet de travaux et ayant été déplacé, auteur : Séverine Wodli, 2011 (Ministère de la culture).

Pourtant, considérant l’importance patrimoniale de cet éléments au regard de l’histoire de la commune et plus largement de la région, la Commission régionale du patrimoine et des sites (CRPS) s’est prononcée favorablement à son inscription au titre des monuments historiques, au même titre que les fermes modèles de la Cité paysanne. Cette position est l’occasion de réfléchir aux critères de protection d’un édifice à ce titre et témoigne de la volonté de conserver une architecture qui n’est par nature pas destinée à être transmise aux générations futures.

Baraquement de la Siedlung subsistant sur sa parcelle d’origine et inscrit au titre des monuments historiques, auteur : Séverine Wodli, 2011 (Ministère de la culture).

Localisation de la Siedlung et de la Cité paysanne en vue de leur protection au titre des monuments historiques (Ministère de la culture).

À propos du “Le Pen. Une histoire française”, de Philippe Cohen et Pierre Péan

Les journalistes Philippe Cohen et Pierre Péan viennent de publier une copieuse (550 pages) biograph…

Les journalistes Philippe Cohen et Pierre Péan viennent de publier une copieuse (550 pages) biographie de Jean-Marie Le Pen. Sa parution a fait beaucoup de bruit dans les médias, tant à cause de son sujet que du parti pris des auteurs : “l’aborder [JMLP] comme un sujet d’enquête banal, sans a priori” (p. 10) – ce qui, interprété par certains, revient à faire preuve d’indulgence envers Le Pen et le Front national. De plus, les auteurs adoptent un ton volontairement polémique à l’égard de leurs collègues journalistes, accusés d’”autisme bibliographique” – les ouvrages consacrés à la vie de JMLP seraient tous soit hagiographiques, soit entachés du pêché originel de l’animosité à l’égard de leur objet. Seule la biographie de Christian Lionet et Gilles Bresson, deux journalistes qui officient alors (en 1994) à Libération, trouve grâce à leurs yeux.

On ne fera pas ici une recension “classique” de l’ouvrage, tant il a déjà été discuté dans de nombreuses arènes, que ce soit pour être voué aux gémonies (y compris par Maurice Szafran, rédacteur en chef de Marianne, employeur de Philippe Cohen) ou au contraire porté au pinacle. La discussion s’est d’ailleurs même déplacée sur le terrain judiciaire, puisque JMLP a déclaré qu’il attaquerait les auteurs, concernant ses histoires d’argent (auxquelles tout un chapitre est consacré), semble-t-il. Il ne s’agit pas davantage de juger le travail d’investigation – réel – mené par les journalistes, car je ne suis pas spécialiste de la biographie du président d’honneur du Front national, ni même historien. D’autres sont mieux qualifiés que moi pour porter un jugement sur ces points.

Il semble en revanche intéressant de lire cette biographie au prisme des savoirs produits par les sciences sociales sur le Front national et son président. Comment cet ouvrage se situe-t-il par rapport à ces connaissances, et peut-il être utile à un chercheur en sciences sociales travaillant sur le Front national ?

Ce questionnement m’est venu en lisant l’introduction du livre, pour deux raisons. En premier lieu, les auteurs insistent sur leur démarche, se voulant dépassionnée, dénuée d’a priori, presque empathique – même si le mot n’est pas employé. Cela semble suffisamment important et n’allant pas de soi pour que les auteurs y reviennent à plusieurs reprises dans le livre. Or, pour le chercheur en sciences sociales, cela ne semble guère problématique, tant la neutralité axiologique fait partie de l’éthique professionnelle la plus largement partagée – même si c’est avec des cas comme celui de l’extrême droite qu’elle semble parfois toucher à ses limites, du moins du point de vue de certains chercheurs. (On peut d’ailleurs se demander à quoi rimerait une neutralité axiologique qui ne s’appliquerait qu’aux objets qui ne nous dérangent pas). En second lieu, c’est l’interprétation que les auteurs proposent de la trajectoire de JMLP qui m’a conduit à m’interroger sur le rapport de cet ouvrage avec les sciences sociales. Il me faut d’abord résumer en quelques mots la thèse des auteurs : pour eux, Jean-Marie Le Pen n’est pas intrinsèquement un fasciste, ni même un idéologue – et, au fond, ce n’est pas tant ce qu’il est qui compte, que ce qu’on en a fait. “Il est surtout une construction, un monument érigé peu à peu au centre de notre vie politique […]. Au fond, la force et la faiblesse de Le Pen ont été d’aller au-devant du rôle que tous ceux-là entendaient lui faire jouer”, écrivent les auteurs en introduction (p. 12-13). Ce sont donc des interactions entre JMLP et d’autres acteurs politiques (Mitterrand, Tapie, Chirac, Sarkozy) et médiatiques, voire associatifs (SOS Racisme) qui ont “fait” Jean-Marie Le Pen. Or, cette thèse a déjà largement été défendue en sciences sociales. C’est sans doute Jacques Le Bohec qui, parlant de “phénomène Le Pen” pour bien en souligner le caractère co-construit, l’a le plus clairement démontré en analysant les interactions entre Jean-Marie Le Pen et les journalistes. Mais d’autres chercheurs ont également contribué à cette approche ; Magali Boumaza, par exemple, a souligné le rôle que la stigmatisation jouait dans la construction de l’identité des (jeunes) militants frontistes. Plus largement, les approches constructivistes, interactionnistes ou encore en termes de rôle ont largement contribué à la compréhension du Front national et du rôle de son dirigeant historique. Or c’est bien une approche par la carrière extrémiste que nous livrent les auteurs, en montrant qu’en rien le jeune Jean-Marie Le Pen n’était “destiné” à devenir le président du Front national. C’est bien une succession de carrefours biographiques, marqués aussi bien par la contingence que par les dispositions antérieures, qui le conduisent d’abord à l’engagement à l’extrême droite, ensuite à la direction du FN, enfin à son enfermement dans son rôle de “diable de la République”. L’importance du fameux épisode du “point de détail de l’Histoire”, en 1987, est ainsi soulignée : c’est de ce jour (“le jour où Le Pen est devenu Le Pen”, titrent plaisamment Cohen et Péan) que daterait la relégation définitive de Le Pen en marge du champ politique français, relégation acceptée et entretenue par le principal intéressé à travers ses fameux “dérapages” (en réalité largement contrôlés).

La proximité de la ligne directrice des auteurs avec celles de certains chercheurs, et notamment de Le Bohec, est d’autant plus troublante que les chercheurs en sciences sociales ayant travaillé sur Le Pen ne sont quasiment pas cités dans l’ouvrage. À peine sont-ils convoqués parfois à l’appui de leurs arguments – et avec, semble-t-il, une connaissance médiocre de la littérature, à telle enseigne que le nom de Nonna Mayer, probablement la plus connue des spécialistes françaises du Front national, est doublement écorché (“Nona Meyer”, p. 517). Laurent Bouvet et la “gauche populaire” sont également mobilisés, mais il s’agit là davantage d’une convergence (en tout cas perçue par les auteurs) du point de vue des réponses politiques à apporter au Front. En revanche, Le Bohec par exemple n’est jamais cité.

N’ayant pas de raison particulière de penser que les auteurs auraient ici volontairement omis de citer leurs lectures, il faut en conclure qu’ils arrivent aux mêmes conclusions qu’une partie de la littérature scientifique sans l’avoir lue. Et il faut alors le regretter, car aussi bien leur travail que la littérature académique gagnerait à des échanges intellectuels entre une œuvre de journalisme d’investigation comme celle-ci et des travaux plus distanciés et plus théorisés.

Car le livre de Péan et Cohen sera aussi utile pour le chercheur intéressé par le Front national et la figure de son président d’honneur. Il y trouvera un matériau détaillé qui fait malheureusement défaut dans la littérature académique, et pourra en nourrir ses analyses. Certes, il pourra ici ou là ne pas adhérer aux interprétations proposées par les auteurs, et devra sans doute attendre que d’autres journalistes (ou chercheurs ?) réfutent ou précisent telle ou telle information. Mais dans l’ensemble, je pense qu’il s’agit d’un livre utile, qui mérite d’être lu sans passion et sans a priori, loin des oppositions au sein du champ journalistique que les prises de position au sujet de l’ouvrage révèlent incidemment.

EDIT : ce billet a été repris par nonfiction.fr.

Florange: la trahison… BIS

Ainsi, c’était donc ça. L’accord avec MITTAL, sur lequel on pouvait déjà avoir des doutes importants…

Ainsi, c’était donc ça. L’accord avec MITTAL, sur lequel on pouvait déjà avoir des doutes importants compte tenu de la « réputation » de la société à ne pas tenir ses promesses, se révèle n’être qu’un plan social camouflé. On annonce déjà plusieurs centaines de départs en préretraite. Les investissements promis ne sont que ce qui était prévu avant la négociation, essentiellement pour le partie « froide » du site. Les travailleurs ont été roulés dans la farine par le Premier ministre et le Président. À vrai dire, on s’y attendait. Mais pas que le vernis craque aussi vite, en moins de 72h. Le problème, en l’occurrence, est que ceci était d’emblée dans la tête de J.-M. Ayrault, qui semble avoir été plus intéressé à sauver des emplois dans sa région que par le sort des ouvriers de Florange. Tel est le « secret » d’un accord qui n’en est pas un et qui constitue une capitulation en rase campagne de la part du gouvernement.

Reprenons depuis le début ; MITTAL veut liquider la partie « chaude » du site (les hauts-fourneaux), mais tient à garder la partie « froide » qui fabrique des emballages à partir du métal, et qui gagne de l’argent. MITTAL, par ailleurs, emploie 20 000 ouvriers sur divers sites en France. Le gouvernement a fait l’erreur de traiter ce problème de manière parcellaire, se mettant ainsi lui-même la tête sur le billot, et celle des ouvriers de Florange par la même occasion. On lit sans problème la stratégie de MITTAL, qui consiste à menacer, en cas de nationalisation de l’ensemble du site de Florange, de cesser ses investissements dans le reste du pays, et qui menace donc l’emploi. Cette stratégie est efficace, mais elle ne l’est que parce que le gouvernement ne veut pas traiter du problème dans son ensemble, c’est-à-dire de l’ensemble des installations de MITTAL en France. On dira que le coût serait extrêmement élevé. Non, si on le fait dans une logique où ces activités seraient reprises par un ou plusieurs repreneurs. La question de la gestion et des activités commerciales serait réglée par des sociétés déjà existantes.

Jean-Marc Ayrault prétend que ce repreneur n’existe pas. Or, les deux sites de Florange sont connus pour intéresser beaucoup de monde, le groupe russe SEVERSTAL entre autres, mais pas seulement. La possibilité de trouver un repreneur était bien présente, mais à la condition d’une reprise globale du site. C’est sur cette ambiguïté qu’a jouée le Premier ministre pour imposer l’accord qu’il voulait. Cet homme, de Notre-Dame-des-Landes à Florange, sera désespérément resté un élu local.

Le problème fondamental est celui de la logique financière qui est celle du groupe MITTAL. Entendre qualifier « d’entrepreneur » Lakshi Mittal a de quoi faire se retourner dans sa tombe Joseph Schumpeter. Dors en paix, pauvre Joseph, ils ne savent pas ce qu’ils disent. Lakshi Mittal est essentiellement un financier, sans logique industrielle d’ensemble, qui n’est intéressé que par le rendement immédiat de ses entreprises. Il n’a de cesse, pour utiliser une expression un peu vulgaire, que de faire « pisser du cash », et ceci sans souci du moyen ou du long terme. Un entrepreneur, et il faut le rappeler à tous ceux qui n’ont que ce mot à la bouche, y compris au MEDEF et à la sinistre Parisot, est quelqu’un qui entreprend une activité dont il pense que grâce à une innovation de produit ou de procédé, il tirera profit. Un entrepreneur industriel, de plus, a dans la tête la notion de filière et de pérennité de son entreprise. Pas un opportuniste ou un preneur de rente.

La mise en place d’une logique industrielle d’ensemble cohérente est la seule réponse possible à l’attitude du groupe MITTAL. Les éléments de cette logique existent, ainsi que les partenaires, qu’il s’agisse de sociétés françaises ou de sociétés étrangères. Mais, cette logique étant contradictoire avec celle de MITTAL, il convient donc de se débarrasser de ce groupe, et pour cela d’en nationaliser l’ensemble des établissements sur le territoire français. On fera l’objection des obstacles que pourrait soulever l’Union européenne. Mais, étant contributrice nette à hauteur de 7 milliards d’euros par an, la France peut parler fort à Bruxelles. La véritable réponse à l’arnaque que prépare MITTAL, avec l’assentiment du Premier ministre, est bien une nationalisation d’ensemble, mais accompagnée de la constitution d’un syndicat de repreneurs, appelé à reprendre les diverses activités et à les développer dans la lignée de ce que l’on a décrit dans la première note. Ici encore, cela implique une politique industrielle d’ensemble sur la filière sidérurgique de la part du gouvernement français. Or, c’est bien ce qui manque aujourd’hui.

Ou, plus précisément, c’est bien la volonté de penser le développement d’ensemble de l’industrie, les coexistences de filières sur un même site, qui est aujourd’hui absente dans le pôle libéral de ce gouvernement, représenté par Sapin, l’homme qui accepte le chômage, par Moscovici, l’homme qui accepte l’Euro et les pertes de compétitivité qui en découlent, et par Ayrault, Premier ministre plus attaché à sa circonscription qu’aux intérêts du pays et de l’ensemble de ses travailleurs.

Oui, le « socialisme » compassionnel a bien trahi les travailleurs de Florange, et d’autres trahisons se préparent, qui laisseront toutes un goût de plus en plus amer. Jusqu’à ce que ce gouvernement soit régurgité par ceux-là même qui l’ont élu.

Citation

Jacques Sapir, “Florange: la trahison… BIS”, billet publié sur le carnet Russeurope le 03/12/2012, URL: http://russeurope.hypotheses.org/567

La Russie à la recherche d’une stratégie de croissance

L’économie russe pourrait être sérieusement affectée par la récession qui s’annonce au sein de la zo…

L’économie russe pourrait être sérieusement affectée par la récession qui s’annonce au sein de la zone Euro, mais qui menace aussi dans un certain nombre d’autres pays. D’ores et déjà on voit un certain nombre d’indicateurs commencer à se dégrader. Le ralentissement de l’économie pourrait se confirmer au quatrième trimestre de 2012 comme semblent l’indiquer les résultats de ces derniers mois.

Graphique 1

Source : Comité d’État aux statistiques et Banque Centrale de Russie

Certes, la hausse du revenu moyen se maintient et le chômage est retombé à un niveau très bas. Mais, ceci est, semble-t-il, dû à la hausse des prestations sociales ainsi qu’aux interventions de l’État. Si la situation n’apparaît pas encore comme dangereuse, et si l’ampleur des réserves de la Banque Centrale (522 milliards de dollars) et la faiblesse de la dette publique (11% du PIB) sont des bons points de l’économie russe, il est clair que la dynamique de croissance reste bien trop liée à la croissance des principaux marchés de la Russie, et de l’Europe en particulier.

Graphique 2

Source : Comité d’État aux statistiques et Banque Centrale de Russie

Ceci met en lumière, une nouvelle fois, la dépendance de l’économie russe vis-à-vis des exportations. C’est à dessein que l’on a écrit « exportations » et non « exportations de matières premières ». En effet, le problème ici provient essentiellement de la dépendance du pays par rapport à une demande extérieure. On retrouve ce problème au Japon ou en Allemagne, deux pays dont les profils durant la crise de 2008-2009 ont été identiques, et semblables à celui de la Russie. Mais il est exact que la Russie exporte essentiellement des matières premières et des produits semi-finis comme les métaux. Cette structure de l’économie pose, bien entendu, un problème, pour un pays largement peuplé. On le mesurera avec les deux tableaux suivants.

Tableaux 1 et 2

Structure par produits des exportations et importations russes

 

Source : Comité d’État aux statistiques

Il convient cependant de lire ces tableaux en se souvenant que le prix relatif des minéraux (pétrole et gaz) par rapport aux prix des équipements et machines a fortement augmenté dans la période 2000 – 2010. C’est en particulier vrai pour le pétrole, dont le prix sur le marché international a augmenté de près de 2,5 fois dans la période. La Russie mise donc sur la diversification et la modernisation de son économie pour résoudre en partie ce problème. Ce n’est pas une nouveauté. Néanmoins, cette priorité a été répétée tant par des personnalités éminentes. Ceci invite à s’interroger sur ce que pourrait être une stratégie cohérente de développement pour les dix années qui viennent.

(i) Du bon usage des matières premières

De manière symptomatique, une question fréquemment posée est de savoir si le pire pour la Russie était des prix mondiaux des matières premières faibles ou élevés. Certains experts réunis soutiennent que des prix élevés des matières premières bloquent le processus de modernisation et de diversification de la Russie. Il est exact que des revenus très importants issus des matières premières peuvent créer un sentiment d’euphorie économique qui n’est pas favorable à des réformes de structure. Cependant, on ne peut nier qu’il est de l’intérêt de la Russie que les prix restent élevés ne serait-ce que pour pouvoir financer ces dites réformes.

Par ailleurs il a été souligné que les activités extractrices pouvaient favoriser la modernisation et la diversification de l’économie. C’est absolument exact, et c’est un fait souvent ignoré des profanes. En effet, ces activités font de plus en plus usage de techniques avancées voire très avancées, qu’il s’agisse du processus d’extraction ou de recherche de nouvelles sources. Les effets induits de ces activités sur le reste de l’industrie sont potentiellement loin d’être négligeables. Ils peuvent conduire à la mise en place de filières modernisatrices dans le tissu industriel russe, en particulier en ce qui concerne les compresseurs, les robots, l’électronique de télécommande, etc… Cela implique cependant l’entrée en Russie d’entreprises étrangères qui maîtrisent ces techniques (soit sous la forme d’investissements directs soit sous celle de cession de licences). De même, la disponibilité de ressources importantes, incluant l’agriculture, peut être la base du développement d’industries de transformation, qui elles-mêmes seront très sophistiquées. L’agriculture ne sera plus, et ce dès un proche avenir, productrice uniquement de produits alimentaires. Les biotechnologies et les biomatériaux utiliseront de plus en plus la matière première en provenance de l’agriculture.

Cela implique le renforcement des activités agricoles, et le développement d’une chaîne complète de transformation, incluant la biochimie et le développement des biomatériaux. Ici aussi, l’entrée de firmes étrangères est largement souhaitée.

(ii) L’impact de la réorganisation du secteur pétrolier

C’est dans ce contexte qu’il faut analyse la consolidation qui est en train de se produire au sein non seulement du secteur pétrolier mais aussi du secteur gazier.

L’accord entre ROSNEFT, société contrôlée par l’État, et BP pour le rachat des parts de BP dans la société TNK-BP est à cet égard symptomatique. Cet accord à plusieurs conséquences : il fait de ROSNEFT l’une des toutes premières compagnies pétrolières dans le monde avec des réserves prouvées égales à 5% du total mondial ; il confère à ROSNEFT un rôle dominant en Russie et lui donne un quasi-monopole sur les ressources dans l’Arctique russe. Désormais, toute compagnie désireuse d’exploiter ces ressources devra en passer par ROSNEFT. C’est ce qui explique l’empressement d’Exxon-Mobil à passer un tel accord et ce dès 2011. Dans le même temps, BP rachète des actions de ROSNEFT « libres » et a eu la possibilité de réinvestir dans les actions détenues par l’État à hauteur de 5,7%. En conséquence, BP est désormais associée au capital de ROSNEFT à hauteur de 20%, ce qui en fait le premier partenaire privé de l’État russe. Mais on sait que BP est fragilisée financièrement par la catastrophe de 2010 dans le golf du Mexique. Il n’est donc pas dit qu’à terme BP conserve la totalité des actions de ROSNEFT qu’elle possède. Elle pourrait les céder à d’autres sociétés (pourquoi pas chinoises…) voire à l’État russe lui-même s’il lui venait l’idée de renforcer son contrôle sur ROSNEFT.

Mais les aspects « cachés » de cet accord sont tout aussi importants. ROSNEFT a obtenu l’accès à la technologie de BP. ROSNEFT avait déjà accès à la technologie d’Exxon-Mobil par l’accord de 2011. Ces deux accord combinés aboutissent à transférer à ROSNEFT des capacités techniques de premier ordre tant dans l’exploitation du pétrole « conventionnel » et du gaz associé (qui est pour l’instant largement perdu en Russie) que dans l’exploitation du gaz et de l’huile de schistes par des méthodes peu ou même non-polluantes. ROSNEFT devient ainsi la première société russe à disposer de ces capacités, et deviendra à relativement court terme un acteur majeur dans le secteur du gaz où elle sera le principal concurrent de GAZPROM. Le développement technologique correspond exactement à ce que décrivent les autorités russes. Il a de plus l’intérêt de déstabiliser GAZPROM, dont la qualité de gestion interne est très déficiente et qui fait mauvaise figure face à ROSNEFT qui, elle, est bien gérée. GAZPROM apparaît comme indirectement le grand perdant de cet accord. Mais, avec GAZPROM c’est toute l’équipe du Premier ministre Dmitry Medvedev qui est affaiblie.

Dans le même temps, le contrôle ainsi acquis sur TNK-BP va permettre aux autorités russes de mettre fin à l’un des scandales restant dans l’industrie pétrolière. La direction de TNK-BP utilisait environ 70% des profits de la société en dividendes. Les investissements représentaient moins d’un cinquième des dividendes. Si ce rachat a eu pour conséquence le paiement d’une somme importante à M. Veckselberg, cette somme (22 Milliards de dollars) ne représente qu’un peu plus de trois ans de dividendes de la société. L’État russe a ainsi récupéré une des principales sources de financement qui lui échappait encore et va pouvoir à terme augmenter les investissements dans l’industrie pétrolière.

Enfin, les autorités britanniques ayant accepté l’accord, on les voit mal relancer la question des actifs de YOUKOS qui avaient été rachetés par ROSNEFT en 2004-2005.

L’accord entre ROSNEFT et BP constitue donc un pas très important dans la restructuration et la consolidation de l’industrie du gaz et du pétrole, qui peut être le début d’une modernisation massive de ce secteur. Il marque aussi un changement important dans le rapport des forces entre GAZPROM et ROSNEFT, et il fait de ROSNEFT l’un des tout premiers acteurs mondiaux en lui donnant un accès aux réserves et à la technologie nécessaire pour les exploiter.

(iii) Attirer plus d’investissements directs étrangers (IDE)

La question des Investissements Directs Étrangers (IDE) est donc posée, et la volonté des autorités de renforcer le flux actuel ne fait aucun doute. Mais, ceci pose plusieurs problèmes dont la sécurité des investissements et la protection légale des actionnaires, le développement des infrastructures en particulier si ces investissements directs doivent se déployer sur des parties peu développées du territoire enfin la stabilité et la prévisibilité des impôts et des prix des produits relevant de l’administration (énergie, eau, chauffage). Aujourd’hui, la structure des IDE est la suivante :

Tableau 3

 

Source : Comité d’État aux statistiques

Il convient de remarquer le poids relativement important de Chypre et des Îles Vierges. On peut penser que les capitaux qui entrent en Russie en provenance des ces pays sont des capitaux qui étaient sortis, il y a quelques années, et qui profitent des opportunités d’investissement qui s’offrent à eux. L’effort de ces dernières années de la part des autorités commence à lentement porter ses fruits. Le développement de l’industrie automobile et de la filière automobile est largement le fait d’Investissements Directs Étrangers (Renault, mais aussi Ford-Allemagne, Volkswagen…). Une partie de la modernisation et de la diversification de l’industrie russe est portée par ces investissements étrangers.

(iv) Développer les investissements russes en Russie elle-même

Les conditions d’une bonne réception des IDE dépendent néanmoins du flux des investissements en Russie elle-même. De ce point de vue il est clair qu’il existe une synergie entre les investissements internes et les IDE, tout comme il existe une forte complémentarité entre les investissements publics et les investissements privés. Les autorités ont clairement fait comprendre qu’elles cherchaient à favoriser les investissements privés russes en Russie. Plusieurs types de projets ont été présentés, comme une défiscalisation pour des investissements réalisés dans des entreprises directement issues de la recherche (développement des technoparcs  et des  incubateurs), des aides pour des investissements dans différentes branches considérées comme prioritaires, et enfin le développement du partenariat public-privé.

L’objectif est d’encourager l’investissement privé russe et de favoriser le rapatriement en Russie des investissements russes aujourd’hui faits à l’étranger.

(v)  La nécessité d’améliorer le cadre institutionnel

Ceci conduit au problème de l’amélioration du cadre institutionnel en Russie. Le problème a été souligné par les différentes autorités rencontrées ces quatre jours, mais avec des inflexions significatives. Les personnes proches du gouvernement, et certains experts russes insistent beaucoup sur l’idée que la Russie n’aurait pas aujourd’hui d’institutions et que ces dernières sont largement à créer. Les personnes proche du Président, d’autres experts russes et des experts étrangers insistent en fait sur le processus d’amélioration des institutions actuelles, et surtout de l’amélioration de leurs moyens de mise en œuvre, point sur lequel tout le monde convient que sans eux la meilleure des institutions du monde ne saurait fonctionner.

Les principales voies d’amélioration qui ont été évoquées ont été une simplification du cadre administratif, une meilleure protection réelle des droits de propriété, et la lutte contre la corruption. Celle-ci est largement le produit de la complexité du cadre institutionnel actuel qui n’offre que trop d’occasions à des fonctionnaires corrompus de lever leur rente. La mise en œuvre des différentes mesures qui semblent importantes pour tous sera par nature un processus complexe. Il est clair à cet égard que l’on ne peut attendre qu’un cadre institutionnel « parfait » soit mis en place pour développer l’investissement. L’amélioration de l’efficacité économique est tout autant le résultat de la croissance que l’une de ses pré-conditions. Ceci explique le retour en force des idées de planification stratégique.

(vi) Un intérêt poussé pour l’expérience française des années 1950-1970

Un des aspects les plus intéressants des débats actuels en Russie est l’importance particulière accordée au thème de la planification stratégique et principalement à l’expérience française en ce domaine jusqu’au années 1990, via le Commissariat Général au Plan. Très clairement la complexité du processus de mise en œuvre d’une politique économique visant à faire structurellement pivoter l’économie russe vers un modèle plus entrepreneurial implique une centralisation des principales orientations. La multiplicité actuelle des centres de décision en matière de politique économique est bien souvent dénoncée comme l’une des principales sources d’inefficacité actuelle de l’économie.

Dans ce cadre, la possibilité de concentrer une réflexion stratégique et la définition de certaines priorités dans un comité à la planification stratégique a été ouvertement discutée. Elle a, naturellement, l’appui des économistes qui travaillent sur le développement des territoires de la Fédération de Russie. La création d’un tel comité pourrait survenir d’ici au printemps 2013. Il est probable qu’il serait rattaché à la Présidence, car le travail de l’équipe présidentielle a été défini comme « stratégique » par opposition aux tâches du gouvernement qui sont elles plus concernées par la gestion au jour le jour des problèmes courants.

(vii) Une perte relative d’influence des « libéraux »

Dans ce cadre, il est clair que l’on assiste actuellement à une relative perte d’influence des « libéraux », et en particulier des personnes entourant le Premier ministre, M. Medvedev. Cette perte d’influence se fait dans un cadre particulier où tous les acteurs se réclament, à un titre ou à un autre, du « libéralisme ». Ceci doit être compris comme une réaction au modèle soviétique de développement mais n’implique pas nécessairement une adhésion au néo-libéralisme, qu’il soit économique ou politique, tel qu’il est habituellement défini dans les pays occidentaux.

Cette perte d’influence a été constatée par la montée en puissance de S. Glazyev (conseiller du Président à l’intégration eurasiatique et délégué présidentiel au conseil national des banques de Russie). De même, on peut constater la montée dans l’entourage du Président de partisans d’un rôle clairement interventionniste de l’État. Vladimir Poutine l’a d’ailleurs rappelé à de nombreuses reprises. Il a décrit l’économie de la Russie comme un « capitalisme d’État » (goskapitalizm) mais un capitalisme d’État par défaut et en raison du manque de vitalité du secteur privé plus enclin à prendre des rentes de court terme que de développer le pays. S’il a clairement exprimé la volonté de réduire à terme le périmètre d’intervention de l’État, il a aussi montré un intérêt très vif pour une meilleure coordination, qui implique, bien entendu, la notion de plan stratégique.

La Russie apparaît bien aujourd’hui à la recherche d’une véritable stratégie de croissance. Si elle s’est déjà dotée de  mesures relativement efficaces, ces dernières nécessitent une mise en cohérence. Pour franchir ce pas, le pays doit tourner le dos à l’idéologie néo-libérale et ne pas hésiter à utiliser les méthodes qui firent le succès de pays comme l’Italie ou la France dans les années cinquante et soixante.

Citation

Jacques Sapir, “La Russie à la recherche d’une stratégie de croissance”, billet publié sur le carnet Russeurope le 24/11/2012, URL: http://russeurope.hypotheses.org/532

Dossier figaro-histoire : L’œuvre de Marc Bloch dévoyée (par Suzette Bloch)

Rédactrice :  Suzette Bloch,  Journaliste, petite-fille de Marc Bloch
 (NDLR : Nous publions ci-dess…

Rédactrice :  Suzette Bloch,  Journaliste, petite-fille de Marc Bloch

 (NDLR : Nous publions ci-dessous, avec l’accord de l’auteure,  une tribune écrite par Suzette Bloch à la suite de la parution du Figaro Histoire d’octobre 1012 que nous avons analysé dans un dossier. Cette tribune est parue dans Libération du 12 novembre 2012).
A la lecture du Figaro Histoire numéro 4, mes cheveux se sont dressés sur la tête. Marc Bloch, le grand historien qui a payé de sa vie son engagement dans la résistance contre les nazis, y est mis sur le même plan que le maurassien pro-mussolinien et antisémite Jacques Bainville, membre de l’Action française, journal de l’ultradroite monarchiste.

Ce n’est pas la première fois que l’œuvre à portée universelle et la vie irréprochable de Marc Bloch sont récupérées pour tenter de rendre vertueuse une idéologie douteuse qui prône le retour à la préférence nationale. Nicolas Sarkozy, épaulé de ses conseillers, le souverainiste Henri Guaino et l’extrême droitiste Patrick Buisson, était un habitué du genre. En décembre 2009, avec l’historien Nicolas Offenstadt, j’avais tapé du poing sur la table, dans une tribune au Monde intitulée «M. Sarkozy, laissez Marc Bloch tranquille».

Cela n’a pas suffi. Le dernier numéro du Figaro Histoire met à nouveau en exergue ce passage de l’Etrange Défaite – livre posthume décrivant le désastre de 1940 – cité, recité et même rabâché dans une version tronquée et sortie de son contexte afin de pouvoir caser Marc Bloch, dans, dixit le Figaro Histoire, le «panthéon des ferments d’unité nationale». Voici cette phrase : «Il est deux catégories de Français qui ne comprendront jamais l’histoire de France : ceux qui refusent de vibrer au souvenir du sacre de Reims ; ceux qui lisent sans émotion le récit de la fête de la Fédération.» Sauf qu’incluse dans le paragraphe complet, elle a un tout autre sens. Marc Bloch y évoquait le Front populaire de 1936 et critiquait l’égoïsme du patronat et des élites et leur incapacité à saisir l’élan des luttes ouvrières. Voici le début du paragraphe : «Surtout, quelles qu’aient pu être les fautes des chefs, il y avait dans cet élan des masses vers l’espoir d’un monde plus juste, une honnêteté touchante à laquelle on s’étonne qu’aucun cœur bien placé ait pu rester insensible. Mais, combien de patrons, parmi ceux que j’ai rencontrés, ai-je trouvé capables, par exemple, de saisir ce qu’une grève de solidarité, même peu raisonnable, a de noblesse : passe encore, disent-ils, si les grévistes défendaient leurs propres salaires.»

Mais il y’a pire. Voilà ce que l’on peut encore lire à propos de l’Etrange Défaite : «Marc Bloch dresse un tableau éblouissant des faiblesses récurrentes de la France : luttes des classes, élites coupées du peuple, ouvriers plus préoccupés de l’esprit de jouissance que de celui de sacrifice…» une fin de phrase qui n’apparaît nulle part dans le livre de Marc Bloch et qui reprend, en fait, presque mot à mot le discours de Philippe Pétain le 20 juin 1940 : «Depuis la victoire, l’esprit de jouissance l’a emporté sur l’esprit de sacrifice.» Les auteurs de ce dossier cherchent à s’approprier la figure héroïque de Marc Bloch tout en accusant l’école des Annales, fondée par ce même Marc Bloch avec Lucien Febvre, de tous les maux. Le chapeau d’un article intitulé «Vie et mort du roman national» dit ceci : «L’enseignement de l’histoire à l’école a longtemps visé à entretenir le patriotisme des jeunes Français. La volonté de le ramener à l’objectivité sous l’influence de l’école des Annales a paradoxalement conduit à conjuguer l’ignorance avec le communautarisme.»

J’aurais pu traiter par le mépris cette façon de faire mais ce numéro du Figaro Histoire va trop loin. Au fil des pages l’ensemble de ce dossier consacré à «la vérité sur l’histoire à l’école», décline clichés nostalgiques, positions conservatrices, héros virils et guerriers du roman national, positions réactionnaires, distillant racisme et xénophobie, utilisant le témoignage d’anonymes comme si nous n’étions pas en démocratie. «Têtes blondes, traite des Noirs, mère maghrébine, la place de l’homme européen, l’identité française, la France chrétienne» : ces mots sont agencés dans un discours xénophobe appuyé par une iconographie orientée où l’on peut voir des écoliers mis en contrepoint avec des reproductions de manuels scolaires incriminés, dont l’une avec une étoile de David et le drapeau nord-américain. Dans un dossier détaillé publié par le collectif Aggiornamento histoire-géographie, des historiens décortiquent les différents articles.

Je lance l’alerte. Il y a tentative répétée de mettre le feu à la démocratie. Ne laissons pas le discours d’une extrême droite continuer à se diffuser dans le discours public et envahir le champ intellectuel à la faveur des déclarations tonitruantes de la droite décomplexée «pain au chocolat». Plaidoyer d’un côté pour un retour à «l’histoire-récit» sous forme d’un grand roman national magnifié par les grands héros tels Vercingétorix, Saint-Louis, Jeanne d’Arc ou… Pétain ; occupation de l’autre de la mosquée de Poitiers par des membres du Bloc identitaire : voilà deux facettes d’une réalité alarmante. Il faut lire et relire Marc Bloch qui, dans ses écrits clandestins, esquissait les contours d’une réforme de l’enseignement : «Il importe bien davantage à un futur citoyen français de se faire une juste image des civilisations de l’Inde ou de la Chine que de connaître, […] la suite des mesures par où “l’Empire autoritaire” se mua, dit-on, en “Empire libéral”.» «Le passé lointain inspire le sens et le respect des différences entre les hommes, en même temps qu’il affine la sensibilité à la poésie des destinées humaines», ajoute-t-il. «L’histoire est un effort vers le mieux connaître», affirme-t-il encore dans Apologie pour l’histoire ou métier d’historien.

Des intellectuels et des historiens ont souhaité approuver ce texte :
Roger Grenier, Dominique Kalifa, Jacques Le Goff, Gérard Noiriel, Antoine Prost, Benjamin Stora, Nicolas Offenstadt, Sylvie Aprile, Maurice Aymard, William Blanc, André Burguière, Bernard Chambre, Christophe Charle, Sonia Combe, Christian Delacroix, Olivier Dumoulin, Patrick Garcia, Pascal Jeanne, Elisabeth Lalou, Christophe Maneuvrier, Massimo Mastrogregori, Vincent Milliot, Joseph Morsel, Didier Panfili, Peter Schöttler, François-Olivier Touati, Pierre Toubert, Sophie Wahnich.

Paul Ricoeur : La mémoire, l’histoire, l’oubli – CR de lecture par Pauline Seguin

CR de lecture de Pauline Seguin. Ouvrage de réf. : Paul Ricoeur, La mémoire, l’histoire, l’oubli, P…

CR de lecture de Pauline Seguin. Ouvrage de réf. : Paul Ricoeur, La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Editions du Seuil, Points Seuil, Essais, 2000, 689 p.

Paul Ricoeur, intellectuel français majeur du XXème siècle, a profondément marqué toute la pensée en sciences sociales, aussi bien en France qu’à l’étranger, notamment aux Etats Unis, où il enseigna pendant plusieurs années.

Sa vie de philosophe éclairé et militant s’est achevée en 2005, et il est fort probable que nous ne soyons pas encore en mesure de saisir toute l’ampleur de la portée de sa pensée, sur l’ensemble du champ des sciences humaines.

Maintes fois cité, dans des domaines souvent extérieurs à sa discipline, la philosophie, il s’agit là d’un grand penseur humaniste qui apparaît déjà comme absolument incontournable sur plusieurs questions, et notamment sur la question qui nous intéresse, à savoir, la mémoire.

Il s’agit donc d’essayer, en toute modestie, de faire un compte rendu synthétique, au risque de sembler schématique, des thèses complexes défendues dans l’ouvrage La mémoire, l’histoire, l’oubli (Edition du Seuil, Paris, 2000), et de mettre à jour quels sont les enseignements majeurs que l’on peut en retenir afin d’éclairer notre étude sur la mémoire de la décolonisation en Indochine.

Tout en gardant à l’esprit que la complexité du langage et des concepts employés est telle que l’étude de cet ouvrage mériterait d’y consacrer beaucoup plus de temps, et d’en proposer un compte rendu plus abouti et mûri que la présente note de synthèse.

La démarche consiste tout d’abord, à faire une brève présentation de l’auteur, un éclairage sur les éléments de contexte déterminants pour la compréhension de cet ouvrage, avant de retracer, à grands traits, les thèses défendues par l’auteur.

Paul Ricoeur (1913‐2005) est né à la veille de la première guerre mondiale, en 1913, et sera fait prisonnier de guerre entre 1940 et 1945, en Poméranie, lors de la deuxième guerre mondiale. Il apparaît donc d’emblée comme quelqu’un de « profondément marqué par un siècle tragique qu’il traverse en s’engageant pleinement dans ses enjeux majeurs, pour en éclairer le sens » [1]. Les drames et les tragédies du XXème siècle, auxquels il semble très sensible, marquent profondément sa pensée et son questionnement, et cette sensibilité accrue est perceptible tout au fil de son œuvre.

Influencé par la phénoménologie de Husserl (dont il semble être un héritier direct) et par l’existentialisme, il construit, en intégrant les apports de la psychanalyse, et de la pensée de Freud, une philosophie de l’interprétation, et apparaît comme un des représentants majeurs de l’herméneutique contemporaine. Les grandes questions qui marquent toute son œuvre sont celles de la volonté, du temps, du sujet, de l’altérité et des valeurs, dans la perspective d’un humanisme chrétien optimiste.[2]

Le temps et l’histoire constituent, dés les années 1950, un de ses thèmes privilégiés de recherche. Il publie Histoire et Vérité [3] en 1955, où il tente une définition délicate de la notion de vérité en histoire, et détermine les contours de l’objectivité en histoire (à distinguer de l’objectivité en sciences exactes). En 1983, il poursuit sa réflexion en publiant, en trois volumes, Temps et Récit [4], où il s’interroge sur les ressources de la narrativité, du récit et de la fiction, et sur leurs incidences sur le récit du temps passé.

Le présent ouvrage se définit, dès les premières pages, comme une réponse à ces deux ouvrages précédents, où Ricoeur se propose d’approfondir sa réflexion en palliant les lacunes de ses écrits antérieurs, et d’explorer les problématiques liées aux relations entretenues entre les trois pôles d’accès au passé que sont la mémoire, l’histoire, et l’oubli.

Si Ricoeur s’intéresse très tôt à l’histoire et aux problématiques soulevées par son écriture, ce n’est jamais dans la perspective de constituer une philosophie de l’histoire, ou d’établir une reconstruction téléologique de l’histoire.

Cet ouvrage publié en 2000 peut apparaître comme le résultat de la somme des réflexions que les drames du XXème siècle et les questionnements de l’historiographie contemporaine ont inspiré à l’auteur, conjuguée à la lecture croisée des différents philosophes et penseurs ayant écrit sur l’histoire. En effet, l’auteur s’ingénue à entrecroiser les textes de nombreux penseurs ayant écrit sur la mémoire, l’histoire et son écriture ; comme il le dit lui même, c’est un auteur « devant qui tous les livres sont simultanément ouverts » [5]. Il a tout lu, des philosophes, en passant par les sociologues, les historiens, les linguistes et les scientifiques. Et cette étude se présente donc à la fois comme l’expression de la thèse originale de son auteur, et comme une synthèse de tout ce qui a été pensé et publié avant, sur le sujet.

Pour resituer cet ouvrage sur le plan des idées, il convient de préciser que cette étude s’inscrit, en histoire, dans la lignée des travaux des historiens de la fin du XXème siècle (il fait notamment référence à J. Le Goff, P. Nora, M. de Certeau) qui s’interrogent sur la pratique de l’histoire et sur son écriture. En philosophie, cette recherche fait écho aux réflexions phénoménologiques sur l’essence des phénomènes de mémoire, sur les structures fondamentales de l’historiographie et de l’écriture de l’histoire, entreprises par des philosophes tels que Husserl ou Bergson. Par rapport aux sciences sociales, l’auteur se situe dans l’héritage de Foucault et de Halbwacks (auteur de travaux sur les questions de mémoire collective [6]), et tente de déchiffrer les enjeux identitaires et politiques des usages et des détournements, ou abus, aussi bien de la mémoire que de l’oubli.

Mais Paul Ricoeur est avant tout un humaniste et un philosophe militant qui revendique son devoir de citoyen. Il écrit cet ouvrage en réaction aux thèses négationnistes, et dans l’espoir de pouvoir indiquer à ses contemporains la voie d’une mémoire apaisée, réconciliée, et la voie du pardon.

Dès la première page, l’auteur annonce son engagement. Il précise que ce livre, issu d’une réflexion sur les problèmes relatifs aux liens entre mémoire et histoire, est une réponse « aux troubles (suscités) par l’inquiétant spectacle que donnent le trop de mémoire ici, le trop d’oubli ailleurs, pour ne rien dire de l’influence des commémorations et des abus de mémoire et d’oubli. L’idée d’une politique de la juste mémoire est à cet égard un de (ses) thèmes civiques avoués ».[7]

La problématique d’ensemble de l’ouvrage concerne la question de la représentation du passé, « qu’en est-il de l’énigme d’une image […] qui se donne comme présence d’une chose absente marquée par le sceau de l’antérieur » [8], annonce t-il dès son introduction. Il entend rendre compte de cette problématique à travers une triple perspective : la phénoménologie de la mémoire, l’épistémologie de l’histoire, l’herméneutique de la condition historique, où s’inscrit une réflexion sur la question de l’oubli.

Dans la partie consacrée à la phénoménologie de l’histoire, il pose la question suivante : de quoi se souvient-on quand on se souvient ? Il entend par là faire référence au débat philosophique traditionnel qui oppose réalité et fiction. Il part du présupposé que la mémoire prétend être fidèle au passé, alors qu’elle relève de l’ordre de l’affection et du sensible. Quand on se souvient, nous dit‐il, se souvient‐on de cette impression sensible ou de l’objet réel dont elle procède ? A la suite de Platon et d’Aristote, P. Ricoeur distingue deux types de mémoire, la mnémé et l’anamésis. La mnémé désigne cette mémoire sensible, qui nous affecte, sans qu’il y ait intervention d’une volonté, alors que l’anamésis renvoie à ce que l’auteur appelle le rappel, et qu’il entend comme une mémoire exercée, une recherche active et volontaire, dirigée contre l’oubli. En effet, en ce sens, une des principales fonctions de la mémoire consiste à lutter contre l’oubli, et de là, l’idée de devoir de mémoire renvoie, en fait, à celle d’un « devoir de ne pas oublier » [9].

Abus de mémoire

La principale différence entre la mémoire et l’imagination, alors que l’une et l’autre relève de la problématique de la présence de quelque chose d’absent, et que la mémoire est le garant du caractère passé de ce dont elle déclare se souvenir [10]. La mémoire est forcément mémoire de quelque chose qui n’est plus, mais ayant été, elle fait donc référence à un réel antérieur. Mais la mise en image du souvenir premier suppose une reconstruction, ce qui pose la question de la fiabilité de la mémoire, et avec elle, celle de sa vulnérabilité structurelle. En effet, c’est cette vulnérabilité, issue du rapport entre l’absence de la chose souvenue et sa présence sur le mode de la représentation, qui fait que la mémoire est sujette à de multiples formes d’abus.

L’auteur distingue trois types d’abus : la mémoire empêchée, la mémoire manipulée, et la mémoire obligée [11]. En s’appuyant sur les apports des théories psychanalytiques, il entend par mémoire empêchée la difficulté de se souvenir d’un traumatisme. Dans l’idéal, un tel souvenir nécessite le recours à un travail de mémoire, qui passe par un travail de deuil, afin de pouvoir renoncer à l’objet perdu et de pouvoir tendre vers une mémoire apaisée, et vers une réconciliation avec le passé. En effet, le souvenir traumatique, que peut constituer par exemple, à l’échelle de la mémoire collective, la « blessure de l’amour propre national » [12], s’il ne fait pas l’objet d’un travail de remémoration, impliquant un réel travail de deuil et de recul critique, s’expose au danger de ce que les psychanalystes appelle la « compulsion de répétition » [13] (manifeste notamment en cas de « trop de mémoire » ou de répétition de célébrations funèbres, comme dans le cas du sanctuaire de Yasukuni au Japon). Seul un travail de deuil et de recul critique, fondé sur l’effort de remémoration, permet à une société de tendre vers une réconciliation apaisée avec son passé.

Dans le cas de la mémoire manipulée, l’auteur fait référence aux manipulations idéologiques de la mémoire. En effet, les détenteur du pouvoir mobilisent la mémoire à des fins idéologiques « au service de la quête, de la reconquête ou de la revendication d’identité » [14]. Ce type de phénomènes idéologiques vise à légitimer l’autorité du pouvoir en place, à la faire apparaître comme un « pouvoir légitime de se faire obéir » [15]. L’auteur pose le caractère narratif du récit comme principal agent de l’idéologisation de la mémoire. Le récit, par définition, est sélection et mise en cohérence. C’est donc de la narrativité du récit que relève les stratégies d’oubli et de remémoration. L’histoire officielle est donc aussi une mémoire imposée, au sens où c’est elle qui est enseignée, « apprise, et célébrée publiquement » [16]. Todorov et ses travaux sur les abus de la mémoire [17] précisent que tout travail sur le passé est un travail de sélection et de combinaison réfléchie des évènements les uns avec les autres, c’est un travail qui est nécessairement orienté, non vers une recherche de vérité objective, mais vers une recherche du bien (selon le contexte, il peut s’agir de la recherche d’une certaine paix sociale, de légitimation de pouvoir en place etc.). Ce penseur révèle aussi que la manipulation de la mémoire a souvent tendance à user des stratégies de victimisation, dans la mesure où revendiquer la position de victime place le reste du monde en position de redevable, et de là, la victime apparaît légitime de se plaindre, de protester, de réclamer. En ce sens, la manipulation du souvenir traumatique permet de revendiquer une attente sur le futur, car la mémoire du passé traumatique oriente le projet assigné au futur.

Avec la mémoire obligée, l’auteur entend traiter de la question de « devoir de mémoire ». Lors de sa conférence sur la juste mémoire [18], il prend soin de préciser que le devoir de mémoire n’est pas comme tel un abus, c’est un vrai devoir qui consiste à rendre justice aux victime et à la cause (qui fait que les victimes sont des victimes), et à identifier les victimes et l’agresseur. Et c’est sur l’authenticité de ce devoir légitime que se greffe la possibilité des abus. C’est en effet, aux vues des conditions historiques et du contexte dans lequel ce devoir de mémoire est requis, que l’on est à même d’en saisir l’enjeu moral, la signification et la vision du futur dont il est porteur. L’idée de devoir de mémoire fait nécessairement intervenir la notion de dette, dans la mesure où il place les contemporains dans la position de redevables à l’égard de ceux qui les ont précédé. Ricoeur suppose ensuite qu’il y ait une constitution distincte mais mutuelle de la mémoire collective et de la mémoire individuelle, et il émet notamment l’hypothèse d’une triple attribution de la mémoire, à soi, aux proches et aux autres [19].

Mémoire, histoire et oubli : entrelacements

L’analyse de l’épistémologie de la connaissance historique fait apparaître les problèmes issus des rapports entre connaissance, pratique de l’histoire et expérience vive. L’auteur présuppose qu’il y a un rapport de concurrence et de confrontation entre l’intention de vérité de l’histoire et la prétention de fidélité de la mémoire. Le travail de distanciation, selon des méthodes propres aux historiens, permet à la connaissance historique de s’autonomiser et de prendre ses distances par rapport à l’expérience de la mémoire vive. La matière de l’historien est constituée, pour une large part, par les archives, elles‐mêmes issues du témoignage des hommes du passé. Ce qui renvoie encore une fois, à la question de la fiabilité du témoignage, car celui‐ci comprend les composantes narrative et rhétorique, il répond en effet à l’exigence de la cohérence et à celle de convaincre son interlocuteur. L’historien doit donc passer par une nécessaire confrontation entre les différents témoignages, afin d’être en mesure d’établir un récit probable, et plausible des événements. Le recours au témoignage est pleinement justifié, dans la mesure où l’objet de l’histoire, ce n’est pas le passé, ce n’est pas le temps, mais ce sont « les hommes dans le temps » [20]. P. Ricoeur prend le soin de préciser la différence qu’il existe entre le fait historique et l’événement réel remémoré, différence qui peut, notamment, occasionner des conflits entre la mémoire des survivants et l’histoire écrite.

Le fait historique est construit par le travail qui le dégage d’une série documentaire. L’histoire affirme que tel fait a eu lieu, « tel qu’on le dit ? C’est là toute la question » [21]. L’historien ne peut rien affirmer sans preuve, or, pour qu’un document puisse faire office de preuve, il faut que celui qui le consulte lui pose une question, et la question posée est nécessairement sous tendue par un projet d’explication [22]. L’interprétation, et ses écueils, sont donc présents à tous les niveaux de l’opération historiographiques (à savoir : niveau documentaire, niveau explicatif, niveau de la représentation narrative du passé) [23]. L’interprétation apparaît ainsi comme une composante structurelle de l’intention de vérité de toutes les opérations historiographiques. Cependant, l’historien a la prétention de « représenter en vérité le passé » [24], et, en ce sens, l’histoire apparaît comme le « prolongement critique » [25] de l’ambition de fidélité au passé de la mémoire, l’histoire se veut « l’héritière savante de la mémoire » [26]. Or P. Ricoeur se plait à remettre en cause la capacité du discours historique à représenter en vérité le passé, ce qui renvoie directement à la dialectique de la mise en récit, supposant une double composante narrative et rhétorique. Avant d’être l’objet de la connaissance historique, un événement est d’abord objet de récit (archive), d’où le retour de l’aporie rencontrée sur la question de la mémoire, à savoir celle du débat entre réalité et fiction. Qu’elle différence y a‐t‐il entre histoire (history) et fiction (story), si l’une et l’autre raconte, c’est à dire, mettent en récit ? [27] Il s’agit de ce que l’auteur appelle « l’aporie de la vérité en histoire », manifeste notamment lorsque à partir d’événements identiques, des historiens construisent des récits différents [28]. De là, l’historien n’est pas un agent neutre, c’est un être social, qui est dans une position de « spectateur engagé » (R. Aron) [29], ce que rend d’autant plus manifeste les événements « aux limites » [30], où l’historien a clairement une « responsabilité à l’égard du passé » [31]. La distinction entre récit historique et récit de fiction réside « dans la nature du pacte implicite » [32] passé avec le lecteur. En effet, il est convenu que l’historien traite d’événements, de situations, de personnages qui préexistent au récit qui en est fait [33]. De même, ce pacte comprend une prétention à la correspondance et à l’adéquation au passé [34]. Mais, il s’agit là d’une adéquation présumée [35], et pas forcément effective, entre la représentation historienne et la réalité du passé.

Dans la partie concernant l’herméneutique de la condition historique, l’auteur met en exergue la relation d’interdépendance qui existe entre la lecture historique du passé, la manière dont le « présent est vécu et agi », et les attentes qu’on assigne au futur [36]. « La projection du futur est (effectivement) […] solidaire de la rétrospection sur les temps passés » [37]. Or, l’historien, comme le juge, occupe une position de tiers, et, de fait, aspire à l’impartialité [38]. Mais, il s’agit là d’une aspiration nécessairement inassouvie, au sens où l’impartialité totale est impossible. L’historien ne peut, ni ne veut, porter un jugement historique (et quand bien même il le ferait, le jugement historique est par nature provisoire et sujet à controverse) [39]. Dans le prolongement, de même qu’il est impossible d’accéder à l’impartialité absolue, l’historien n’a pas les moyens d’écrire une histoire globale, qui annulerait les différences entre points de vue [40], une histoire unique qui embrasserait celle des exécutants, celles des victimes et celles des témoins [41]. P. Ricoeur pose par là la question du traitement historiographique de l’inacceptable. En effet, « comment traiter de l’extraordinaire avec les moyens ordinaires de la compréhension historique ? » [42]. Ce type d’événements « aux limites », dont l’auteur fut à la fois témoin et victime, rend d’autant plus manifeste le caractère inévitable de l’intervention de la subjectivité en histoire. Le phénomène d’interprétation est présent d’un bout à l’autre des opérations historiographiques, et il est toujours possible d’interpréter quelque chose autrement. La controverse semble donc inévitable, et l’histoire est vouée à un perpétuel révisionnisme [43].

L’oubli relève de la problématique de la mémoire et de la fidélité au passé. Il englobe la problématique du pardon, au sens où celui‐ci apparaît comme la dernière étape du cheminement de l’oubli. Le pardon relève de la problématique de la culpabilité et de la réconciliation avec le passé. Mais, tous deux tendent vers l’horizon d’une mémoire apaisée [44]. Dans son acception courante, l’oubli est d’abord ressenti négativement, comme une atteinte à la prétention de fiabilité de la mémoire [45]. Or, selon l’auteur, il convient de distinguer deux sortes d’oubli. La figure négative de l’oubli, d’une part, qui est source d’angoisse, c’est l’oubli par « effacement des traces » [46]. Et la figure positive de l’oubli, d’autre part, dit « oubli de réserve » [47], celui qui est source de plaisir, quand, à l’instar de M. Proust avec la fameuse madeleine de La recherche du temps perdu, on se souvient de ce que l’on a un jour vu, entendu, éprouvé, acquis. Cette idée fait écho à la théorie d’un oubli réversible, défendue par Bergson dans Matière et Mémoire [48], ou encore, renvoie à l’hypothèse de l’inconscient et à l’idée d’inoubliable, représentées par Freud. L’œuvre de mémoire est dirigée contre l’oubli par effacement des traces. Celui‐ci a donc partie liée avec la mémoire [49], il constitue en quelque sorte son versant négatif, voire la condition même de la mémoire et de son exercice. En effet, « le souvenir n’est possible que sur la base d’un oublier, et non pas l’inverse » [50]. Et c’est en tant que pendant négatif de la mémoire que l‘oubli peut être l’objet des mêmes abus que celle‐ci.

Dans le cas de la mémoire empêchée d’un événement traumatique, la compulsion de répétition vaut oubli, au sens où elle empêche la prise de conscience de l’événement traumatique. En ce qui concerne la mémoire manipulée, les abus de mémoire sont aussi des abus d’oubli [51] (car la mémoire étant récit, elle est par définition sélective), il est toujours possible de raconter différemment « en supprimant, et en déplaçant les accents d’importance » [52]. Mais pour l’auteur, ce « trop peu de mémoire », s’il est imposé d’en haut, est assimilable à une sorte d’oubli « semi passif », dans la mesure où il suppose une certaine complicité des acteurs sociaux, qui font preuve d’un « vouloir-ne-pas-savoir » [53]. Dans le cadre de l’oubli commandé et institutionnalisé, l’auteur entend traiter principalement du cas de l’amnistie, dont la proximité phonétique avec amnésie éveille son questionnement [54]. L’amnistie constitue pour lui une forme « d’oubli institutionnel » [55], il s’agit d’un « déni de mémoire […] (qui) éloigne en vérité du pardon après en avoir proposé la simulation » [56]. L’amnistie revient à faire comme si de rien n’était, c’est une injonction de l’État à « ne pas oublier d’oublier » [57]. Mais il s’avère que le prix à payer est lourd, car en cas d’amnésie institutionnalisée, la mémoire collective est privée de la crise identitaire salutaire qui permettrait à la société concernée d’effectuer une réappropriation lucide du passé et de sa charge traumatique, en passant par un travail de mémoire et un travail de deuil, tous deux guidés par l’esprit de pardon. L’oubli, selon P. Ricoeur, a une fonction légitime et salutaire, non pas sous la forme d’une injonction, mais sous celle d’un vœu. S’il devoir d’oubli il y a, ce n’est pas « un devoir de taire le mal, mais de le dire sur un mode apaisé, sans colère » [58].

Le pardon apparaît alors comme « l’horizon commun d’accomplissement » [59] de la mémoire, de l’histoire et de l’oubli, mais il ne s’agit en aucun cas d’un « happy end » [60], il ne peut être question que d’un «pardon difficile » [61], « ni facile, ni impossible » [62]. Il est de l’ordre du vœu, de l’idéal vers lequel tendre. L’auteur souligne la fonction politique d’une mémoire apaisée et du pardon, en se demandant si la politique ne commence pas là où finit la vengeance, dans la mesure où il serait contre productif pour une société de rester indéfiniment en colère contre elle‐même [63]. L’auteur tient à mettre en garde ses contemporain en rappelant à la toute fin de son ouvrage, que ce n’est que par un travail de deuil, guidé par l’horizon de réconciliation avec le passé, et par l’idéal du pardon, qu’une société est à même de se séparer définitivement du passé, afin de faire place au futur [64].

Un texte profond

Il s’agit là d’un texte très profond, et cité à maintes reprises, mais qui gagnerait à d’avantage de clarté dans l’expression. Le langage hautement conceptualisé, employé par l’auteur, en rend la lecture laborieuse, et il est fort regrettable que la difficulté de l’expression en limite quelque peu l’accès. C’est un ouvrage qui a beaucoup à apprendre aux peuples et aux dirigeants d’aujourd’hui et de demain, mais dont l’audience effective n’est pas à la hauteur des enseignements qu’il apporte.

Sur le fond, il convient de remarquer que , bien que l’auteur soit un rhéteur hors pair et que son raisonnement soit parfaitement mené, si brèche il y a, elle serait à chercher du côté de ses présupposés. En effet, il fonde son raisonnement sur l’idée d’une ambition de vérité de l’histoire, et d’une prétention à la fidélité de la mémoire, et ce, sans la questionner. Or la notion de vérité semble très discutable, car fondamentalement relative. En effet, l’historien a à cœur de prouver ce qu’il pense être la vérité, en s’appuyant sur de vrais documents hérités du passé, mais est‐ce à dire pour autant que la thèse qu’il défend à prétention à être vraie, absolument ? Si l’histoire, comme on l’entend souvent, et l’histoire des vainqueurs, l’ambition première des artisans historiens n’est‐elle pas moins la vérité que la démonstration de la grandeur et de la légitimité de ses commanditaires ?

En ce qui concerne la prétention de la fidélité à la mémoire, il s’agit là d’un point tout aussi discutable. La mémoire semble au contraire assumer sa subjectivité et revendiquer sa sensibilité. Elle se sait certainement bien plus malléable et sujette à caution, que ce que l’auteur semble bien vouloir en dire. Modulable à souhait, en fonction d’exigences extérieures, il est à croire qu’elle aurait des difficultés à désapprouver la maxime de Nietzsche: « “J’ai fait cela”, dit ma mémoire. “Impossible !” dit mon orgueil, et il s’obstine. En fin de compte, c’est la mémoire qui cède. » |65].

Pauline Seguin

 

Notes

1 Site Fonds Ricoeur : http://www.fondsricoeur.fr

2 Référence à l’article sur P. Ricoeur dans Le Grand Larousse Illustré.

3 P. Ricoeur, Histoire et Vérité, Edition du Seuil, Paris, 2001.

4 P. Ricoeur, Temps et Récit, T. 1, T. 2, T. 3, Edition du Seuil, Paris, 1991.

5 P. Ricoeur, La mémoire, l’histoire, l’oubli, Edition du Seuil, Paris, 2000, p. III.

6 M. Halbwachs, La Mémoire collective, PUF, Paris, 1950.

7 P. Ricoeur, Histoire et Vérité, op. cit., p. I.

8 Ibid. p. II.

9 Ibid. p. 37.

10 Ibid. p. 26.

11 Ibid. p. 82.

12 Ibid. p. 96.

13 Ibid. p. 96.

14 Ibid. p. 98.

15 Ibid. p. 101.

16 Ibid. p. 104.

17 T. Todorv, Les abus de la mémoire, Paris, Arléa, 1995.

18 A écouter sur le site de France culture : http://www.radiofrance.fr/chaines/franceculture2/emissions/repliques/fichedoc.php?diffusion_id=31937&dos=2005/ricoeur

19 P. Ricoeur, Histoire et Vérité, op. cit., p. 152.

20 Ibid. p. 214

21 Ibid. p. 228

22 Ibid. p. 231

23 Ibid. p. 235.

24 Ibid. p. 295.

25 Ibid. p. 296.

26 Ibid. p. 304.

27 Ibid. p. 311.

28 Ibid. p. 311.

29 Ibid. p. 336‐337.

30 Ibid. p. 337.

31 Ibid. p. 337.

32 Ibid. p. 339.

33 Ibid. p. 359.

34 Ibid. p. 365.

35 Ibid. p. 366.

36 Ibid. p. 394.

37 Ibid. p. 404.

38 Ibid. p. 413.

39 Ibid. p. 421.

40 Ibid. p. 427.

41 Ibid. p. 334.

42 Ibid. p. 429.

43 Ibid. p. 447‐448.

44 Ibid. p. 536.

45 Ibid. p. 537.

46 Ibid. p. 543.

47 Ibid. p. 539.

48 H. Bergson, Matière et Mémoire, PUF, Paris, 1963.

49 P. Ricoeur, Histoire et Vérité, op. cit., p. 553.

50 Ibid. p. 573.

51 Ibid. p. 579.

52 Ibid. p. 580.

53 Ibid. p. 580.

54 Ibid. p. 586.

55 Ibid. p. 586.

56 Ibid. p. 586.

57 Ibid. p. 587.

58 Ibid. p. 589.

59 Ibid. p. 376.

60 Ibid. p. 376.

61 Ibid. p. 376.

62 Ibid. p. 593.

63 Ibid. p. 651.

64 Ibid. p. 649.

65 F. Nietzsche, Par delà le bien et le mal, in 4ème partie Maximes et intermèdes, Edition Christian Bourgois, Paris, 1990, p. 113.

Note de lecture rédigée par Pauline Seguin dans le cadre du séminaire dirigé par François Guillemot : « Décolonisations en Péninsule indochinoise : Regards internes au Viêt-Nam, Laos et Cambodge » (Année universitaire 2008-2009, M2 Asie Orientale Contemporaine – ASIOC, Semestre 1). Publiée avec l’autorisation de l’auteure. Pauline Seguin, diplômée du Master ASIOC en 2009, mention “Très bien”, est actuellement basée à Pékin au poste de responsable des affaires culturelles à la Délégation générale de la Fondation Alliance française en Chine.

    * * *