« Dans l’ombre de Charonne » ou les lumières d’une restitution graphique

 
 Nous aurions pu évoquer une actualité brûlante pour justifier l’entretien qui va suivre : l’anni…

 

 Nous aurions pu évoquer une actualité brûlante pour justifier l’entretien qui va suivre : l’anniversaire de l’indépendance algérienne, l’ère du « changement » qui se traduira peut-être par la reconnaissance de massacres d’Etat encore dans les limbes de la mémoire officielle, les nouveaux programmes de 3ème, 1ère et Terminale… Mais on peut aussi tout simplement admettre qu’il y a des coups de cœur qui suffisent au désir de faire connaître et perpétuer ce genre d’initiatives et que cela justifie la mise en ligne ici de cet entretien croisé dont Véronique Servat et moi-même avons eu simultanément l’idée.

 Alain et Désirée Frappier sont deux individus qui font couple et s’inquiètent, comme nous, de l’ordre des choses.  Le projet de consacrer une bande dessinée au massacre de Charonne naît alors d’une constellation de rencontres. Il y a les survivants, témoins pudiques et encore amputés de leur vérité ; il y a les historiens, jamais vraiment étrangers à l’émotion de leur objet ; il y a enfin, comme il se doit, l’orchestration invisible qui accompagne toute fabrication d’un livre.

Dans ce décor, Alain et Désirée sculptent les mots, les visages, et les lieux qui nous plongent dans les coulisses de cette sombre histoire.

Alain Dewerpe avait su/pu mobiliser l’outillage historien et anthropologique pour interroger le « massacre d’Etat » qui l’avait privé de sa mère Fanny.

Mais, Dans l’ombre de Charonne  emprunte d’autres sentier, et l’on comprend que les chemins de l’intelligibilité d’un événement ne résident pas seulement dans sa restitution méthodique et distanciée. La bande dessinée assume le caractère fictionnel qu’il y a dans le récit, y compris historique. Porte voix de ceux qui, comme Yves Bernard, ont crié sans être entendus, Dans l’ombre de Charonne donne vie aux anonymes du passé dont l’évocation susurre quotidiennement à qui veut bien l’entendre : Don’t forget

 Entretien avec Alain et Désirée Frappier, co-auteur-e-s , réalisé par Véronique Servat et Laurence De Cock et Mis en ligne également sur le site Samarra hist-géo box 

Comment a germé l’idée de ce récit graphique ?

 DF : Depuis 20 ans que nous vivons et travaillons ensemble, Alain et moi avions le désir de réaliser un ouvrage en commun.

 AF : La guerre d’Algérie, vécue du côté français, fait partie de notre histoire. Elle est à la fois notre passé et notre présent. Les massacres du 17 octobre, les manifestants algériens jetés dans la Seine ou pendus dans le bois de Boulogne, les ratonnades en plein Paris sont des événements qui se sont déroulés durant notre enfance et dont les faits sont parvenus à nos oreilles sans être accompagnés d’explications. L’horreur qu’ils nous ont inspirée est un des éléments fondateurs sur lequel se sont forgées nos convictions.

 DF : Après, avec l’énorme envie de faire quelque chose, il y a l’heureux hasard des rencontres : Maryse Tripier, notre héroïne, Laurence Santantonios, notre éditrice, La projection du film de Daniel Kupferstein, Mourir à Charonne pourquoi ?, le lycée de Sèvres, Stéphane Vilar…

 Comment avez-vous procédé pour articuler avec équilibre les trajectoires individuelles (que ce soit celles des acteurs ou de leurs descendants) et le récit collectif autour de l’événement «Charonne»?

 DF : L’équilibre s’est articulé de façon assez naturelle, « C’est en poussant le particulier jusqu’au bout que l’on atteint le général »  — Cette phrase très juste de Michel Leiris a été reprise par notre éditrice pour sa ligne éditoriale. Par ailleurs, même s’il s’agit ici d’une histoire vraie, nous souhaitions qu’elle garde une dimension romanesque. Dimension qui nait justement du choc que constitue la rencontre entre trajectoire individuelle, et histoire collective. Tout au long de l’écriture de ce livre, nous avons été frappés de constater à quel point la guerre d’Algérie dont «Charonne» — manifestation qui en découle — a bouleversé des trajectoires individuelles de façon excessivement durable.

Aviez-vous dès le départ le souci d’insérer dans le récit différents points du vue (celui de votre témoin, celui de Saïd), et différentes mémoires sur l’évènement (celle de votre témoin, celles des «héritiers» de Charonne) ?

 A.F. Au départ, nous souhaitions appuyer notre récit sur le témoignage de Maryse, mais le choix des différents points de vue et des différentes mémoires s’est très vite imposé à nous. D’abord parce que nous avons débuté nos investigations par la projection du film de Daniel Kupferstein qui nous a tout de suite donné envie d’intégrer Yves Bernard, fils d’une des victimes de «Charonne», au récit.

 DF : La projection se déroulait dans un amphi, à l’université de Tolbiac. La moyenne d’âge des spectateurs s’approchait des 65 ans et le débat qui a suivi était particulièrement houleux. Agressif même. Il y était question de « vote des pouvoirs spéciaux », d’opposition entre PSU et Parti communiste, du choix des slogans — «Paix en Algérie» contre «Algérie aux Algériens»—, du laxisme des Français lors des massacres du 17 d’octobre 1961… Je ne sais pas ce qu’en ont retenu les quelques étudiants terrés au dernier rang, témoins impuissants de ce règlement de compte inattendu. Je n’y comprenais, pour ma part pas grand-chose, si ce n’est que ces réactions épidermiques étaient le résultat d’un passé mal digéré dans lequel se heurtaient des avis très contrastés. Il nous a donc semblé intéressant de comprendre ces divergences d’opinions et de les retranscrire.

 AF : Par ailleurs, la mémoire de notre témoin, Maryse, souffrait de nombreuses lacunes engendrant des modifications historiques sur un événement dont elle avouait « garder très peu de souvenirs et beaucoup de séquelles ». Ces lacunes étaient nécessaires à l’intrigue, car nous faisions aussi un livre sur la mémoire. Il n’était donc pas question de les effacer. Par contre, nous devions trouver un moyen pour restituer autrement une vérité historique sur cet événement.

 DF : Le fait que Maryse nous mette en contact avec ses anciens copains du lycée de Sèvres a été excessivement précieux. Stéphane Vilar et Claude Bureau gardaient des souvenirs très vifs de cette période. Leurs témoignages ont apporté beaucoup d’humour et de pertinence à l’histoire. Quand je me suis intéressée à Saïd et à Paul, Claude et Stéphane les connaissaient bien, contrairement à Maryse, souvent agacée par leurs comportements. Ils ont donc pu nous révéler de nombreux détails sur leurs actions et sur leurs attitudes, qui ont permis l’élaboration de leurs personnages. La multiplicité des voix m’offrait aussi la possibilité de rester fidèle à ma conviction littéraire. À ce titre, je reprendrais la phrase de Zweig : « Ne faisant pas partie du ministère public, il m’a toujours paru plus intéressant de tenter de comprendre les gens au lieu de les juger. »

 

 Quelle fut votre bibliographie pour construire ce récit graphique ? Sur quelles sources et documents historiques vous êtes vous appuyés ?

 AF : Avant tout, Dans l’ombre de Charonne étant notre premier livre, il faut préciser qu’il nous a fallu inventer et mettre en place très rapidement nos méthodes d’investigation et de travail, car nous avions très peu de temps.

 DF : Nous avions déjà beaucoup lu sur la période, livres historiques, articles, témoignages, romans aussi. Nous avons d’ailleurs tenu à remercier les auteurs de ces ouvrages en annexe de notre livre pour la richesse de leur apport. Leurs travaux nous ont procuré un complément indispensable aux témoignages recueillis.

 AF : Concernant la manifestation de Charonne, le livre de l’historien Alain Dewerpe, lui-même fils de victime, Charonne, 8 février 1962. Anthropologie d’un massacre d’État, a carrément fait figure de bible. Il s’agit d’un travail de reconstitution et d’analyse absolument remarquable. Tout y est. Je l’ai lu, épluché, fait des fiches…

 DF : Alain s’est concentré sur les livres indispensables à la rigueur historique des événements et moi sur la chair des personnages et la crédibilité des dialogues. Je me suis donc plus particulièrement penchée sur la collection complète pour l’année 1961 de l’hebdomadaire Avant garde prêté par Yves Bernard, les articles de Laure Pitti sur La main d’oeuvre algérienne dans l’industrie automobile, Le 17 octobre des Algériens de Marcel et Paulette Péju, L’histoire de la guerre d’Algérie de Bernard Droz et Évelyne Lever ou le magnifique livre-objet de Tramor Quemeneur et Benjamin Stora : Lettres carnets et récits des Français et des Algériens dans la guerre.

 AF : Beaucoup de nos notes et de nos recherches n’apparaissent pas dans le livre.

 DF : À ce propos, j’aime bien citer une anecdote concernant Visconti. Dans Le Guépard, tandis que l’accessoiriste prend soin de remplir de linge d’époque et d’objet précieux l’armoire et la table de nuit meublant la chambre du prince Fabrizio Corbera, Burt Lancaster demande au réalisateur à quel moment il doit les montrer à la caméra. Ils ne sont pas faits pour être vus, lui répond Visconti, mais pour ajouter à la crédibilité du décor, une armoire vide se voit à l’écran. C’est un peu ça, les écrits des autres, utilisés ou non dans le récit, ont rempli nos armoires.

 Avez-vous rencontré certains historiens spécialistes de la question comme B. Stora ou A. Dewerpe ? Ont-ils éventuellement relu votre récit ? Quel impact ont eu ces rencontres et échanges dans l’élaboration de Dans l’ombre de Charonne ?

 AF : Les rencontres avec les historiens se sont effectuées principalement à travers leurs écrits. En ce qui concerne Alain Dewerpe, c’est quelqu’un d’excessivement discret sur le sujet et qui nous inspire beaucoup de respect. Nous n’avons pas osé le contacter, d’autant plus que je ne vois pas trop ce qu’il aurait pu ajouter qui ne figure pas déjà dans les 800 pages de son excellent livre.

 DF : Benjamin Stora n’est pas un spécialiste de Charonne, mais plutôt de la guerre d’Algérie. C’est un ancien collègue et ami de Maryse. Notre éditrice souhaitait qu’il fasse notre préface. Je l’ai rencontré une fois. Je me suis rendue chez lui avec un vague synopsis et les premières planches d’Alain. Il a adoré les dessins, m’a posé tout un tas de questions et quelques minutes plus tard je me suis retrouvée dans la rue avec l’envie de sauter à la corde parce qu’il avait accepté d’écrire la préface. Par la suite, nous lui avons envoyé la première partie, mais nous n’en avons reçu aucun commentaire (Alain m’a dit : pas de nouvelle, bonne nouvelle) ! Lorsque le livre est sorti, il m’a téléphoné pour nous dire son enthousiasme. Il était intarissable ! Cela dit, nous avons lu tous ces livres, à commencer par La gangrène et l’oubli lors de sa sortie en 92.

Comment mettez-vous l’image au service du récit historique ?

 AF : En premier lieu, nous avons consulté les fonds photographiques de l’Humanité à Bobigny, les archives de la ville de Sèvres, regardé de nombreux films de fiction d’époque ou d’aujourd’hui, les actualités Pathé, sur le web ou aux Forum des images de Paris, consulté des magazines, des journaux, archives photos privées, ainsi que de nombreux sites web. Internet est à présent un fabuleux outil.

L’anecdote sur Luchino Visconti, citée par Désirée, concerne aussi l’image. Un récit graphique ancré dans l’histoire s’inscrit forcément dans le registre réaliste, voire documentaire. Il est nécessaire d’accumuler quantité de détails sur l’époque. Sur les flippers, les coiffures, les moyens de transport, l’état des rues, des magasins, la pub, les journaux, l’intérieur des logements, les vêtements, le système pileux, à quoi ressemblaient les télés et les radios, les patinoires, les ponts, que sais-je ? Quand Maryse dit qu’elle prend le 171 pour aller au lycée, eh bien, je me retrouve à consulter les sites internet de passionnés de la RATP qui savent exactement quel type de bus circulait sur la ligne à cette époque. Bien d’autres choses ne sont pas représentées dans notre récit mais, ici aussi, remplissent nos armoires.

 DF : Nous avons procédé aussi à un véritable casting des personnages de l’histoire, avec photographies d’époque (ils avaient 17 ans en 61-62) pour ceux que nous connaissions, et séances de photos (portraits et actions) pour les inconnus.

 AF : Représenter la charge elle-même, la violence policière et la chute des manifestants dans l’escalier a été pour moi la plus grande difficulté. Échaudée par les preuves apportées par les photos d’Elie Kagan lors des massacres du 17 octobre 61, la police fut très vigilante pour que les violences du 8 février n’apparaissent sur aucun cliché. C’est ainsi que le photographe Gérald Bloncourt, dont nous parlons dans notre récit, s’étant fait détruire ses deux appareils et confisqué sa pellicule, n’a pu sauver que les clichés pris avant la charge, qu’il avait précautionneusement remis à un camarade. Par ailleurs, la presse du PCF ayant pour mission de privilégier les photos mettant en évidence la force et l’unité de la classe ouvrière aux dépens de la répression dont elle pouvait faire l’objet, impossible d’y trouver une photographie montrant cette violence policière en action. Nous nous sommes donc équipés des accessoires de la police de l’époque (casque et «bidule») pour pouvoir mimer, mettre en scène des situations décrites par les différents témoins et victimes de la manifestation, et les photographier. Nous avons également fait des repérages sur les lieux, pris les mesures de la bouche du métro (nombre de marches, largeur et profondeur de la bouche), estimé le nombre de personnes ayant pu s’entasser dans ce gouffre. J’ai simulé une représentation en 3 dimensions sur ordinateur afin de comprendre l’événement dans l’espace.

 DF : Lorsqu’on nous a demandé d’intervenir dans les lycées, nous avons fait un diaporama de tout ce travail en reprenant les croquis, les documents d’époque, les animations en 3D pour montrer aux élèves, à l’aide d’un vidéo projecteur, comment nous nous y sommes pris pour mettre en scène l’époque, les personnages et la violence. Au début, Alain était un peu inquiet, il avait peur que ce soit trop laborieux, mais ça a remporté beaucoup de succès.

 AF : Si nous parlons de «casting», de «mise en scène», de Visconti, c’est parce que nous aimons beaucoup le cinéma et en particulier le cinéma indien (nous avons bien dû voir 200 films). Quel rapport entre le récit historique, l’image, Bollywood et Dans l’ombre de Charonne ? Le mélange des genres. Dans un film de 3 heures, vous pouvez passer du romantique au gore, du thriller à la caricature grotesque, de l’eau-de-rose au sinistre, le tout entrecoupé de chants et de danses. C’est un peu ce que nous nous sommes autorisé à faire, et c’est ce qui nous plaît dans le récit graphique, plus souple que la bande dessinée traditionnelle. L’image, la forme graphique sont au service de notre propos, des exigences du récit. Dans l’ombre de Charonne voit coexister des pages de textes, des planches classiques de vignettes et de bulles, des plans, des organigrammes, des montages de documents, des photos même. Des passages dramatiques sans textes illustrent des moments très durs, d’autres empruntent dessins et textes aux cartoons américains pour évoquer des souvenirs plutôt comiques. Enfin, l’utilisation du noir et blanc a été un outil privilégié pour l’évocation historique. Il permet de créer la distance avec le présent, mais aussi de disposer d’une plus grande latitude pour mettre en scène la violence extrême des massacres du 17 octobre et de la manifestation de Charonne sans tomber dans la bande dessinée gore. J’ai toutefois un peu l’impression d’avoir fait de la couleur avec le noir et blanc en utilisant toutes les gammes pour installer les ambiances et mettre en scène les années 60.

 Y a-t-il dans votre démarche un souci de rendre accessible le récit au plus grand nombre l’histoire de cet événement ? Quelles sont dans ce cas, les vertus didactiques de la BD ?

 AF : L’aspect didactique n’est pas une volonté en soi. Au départ, «Charonne» a un intérêt romanesque, parce que tragique et très fort, mais il est aussi le résultat d’une époque, d’un contexte historique, d’une façon de penser, d’une politique et d’un système… Dès que nous nous sommes plongés dans la manifestation du 8 février 1962, nous nous sommes aperçus qu’il était impossible d’en parler sans prendre en compte tous ces éléments. Mais nous ne pouvions pas non plus nous contenter de les prendre en compte, il nous fallait aussi les expliquer. Ne pas apporter d’explications c’était en quelque sorte nier une réalité. Car il faut savoir qu’en France cette guerre a été largement occultée et reste de fait étonnamment méconnue.

 DF : L’âge des protagonistes était une réelle opportunité. À 16, 17 ans, on souhaite être acteur de sa propre vie, se penser dans la société au dehors du cercle familial. C’est ainsi que nos personnages se forment au débat politique par le biais de la guerre d’Algérie en s’engueulant et en se questionnant sans cesse. Toutefois, sans contextualisation, ces discussions seraient incompréhensibles à quantité de lecteurs et perdraient, de fait, une grande part de leur intérêt.

 AF : Les vertus didactiques du récit graphique résident dans le fait qu’il favorise la reconstitution visuelle d’une époque. Il permet l’insertion de documents, de montages photos, schémas, plans, organigrammes, d’objets, de vêtements, de décors qui donnent chair aux événements historiques. Expliquer c’est aussi montrer. De plus, l’information passe par deux médiums, l’image et le texte et percute de deux manières différentes et simultanées pour donner une impression de compréhension plus complète de l’histoire.

 DF : Il y a aussi une notion d’accessibilité que porte le récit illustré. Historiquement, la bande dessinée n’a jamais été réservée à une élite. Le livre oui. Et un aspect ludique. Les enseignants nous disent : « Nous avons distribué votre BD, les élèves étaient ravis… »

Dans l’ombre de Charonne est-elle une oeuvre engagée et si oui en quoi prolonge-t-elle vos engagements individuels ?

 DF : Toute création m’apparaît forcément comme engagée. L’art pour l’art est une invention marchande. Il y a toujours quelque chose qui nous pousse à créer et ce quelque chose est inséparable de notre façon d’appréhender la vie. Mes engagements sont multiples et à la hauteur de mes utopies. Engagement qui se situe principalement aux côtés des humains et de l’écriture, mais de la compréhension surtout. Écrire aide à se situer, à se construire. Il en va de même de l’histoire. J’ai beaucoup travaillé auprès d’adultes précarisés et déplacés dont la vie avait été profondément malmenée par de violents conflits survenus dans leur pays, comme au Rwanda par exemple. Comprendre que l’horreur subie ne relevait pas d’une fatalité les enfermant dans le rôle de victime, mais s’inscrivait dans un contexte et dans une suite de faits historiques les replaçait dans le statut valorisant du témoin et de l’acteur de ces événements. Une véritable démocratie ne peut s’instituer comme telle que si le peuple a les moyens de s’instruire sur son histoire et de réfléchir avec et sur les mots.

 AF : Notre livre est évidemment une oeuvre engagée. Malgré la complexité du contexte, nous y affirmons clairement une vision anticolonialiste. Pour nous la responsabilité première de tout ce gâchis humain, social, et économique revient à la France. Après, on peut toujours dénoncer les violences et les massacres perpétrés par le FLN. Mais si, un jour, les dominants de la France du XIXe siècle n’avaient pas, selon la «loi du plus fort», décidé d’aller piller les richesses de cette région d’Afrique, cela aurait évité quelques millions de morts et de déportés, pour n’évoquer que cela. Dès le début, pour nous, «raconter» Charonne c’était exprimer ce point de vue.

Pensez vous poursuivre cette exploration de l’histoire contemporaine en menant à bien d’autres projets ?

 AF et DF : Le livre est très bien accueilli, ce qui nous donne les moyens de continuer et l’envie bien sûr. Nous restons sur la période contemporaine. Cependant, le récit graphique sur lequel nous travaillons sera plus autobiographique. Et puis ensuite, nous reviendrons sans doute sur la période de la guerre d’Algérie — élément fondateur pour la France et l’Algérie d’aujourd’hui — mais vue du côté sud de la Méditerranée.

 Bonus : Petit jeu pour les lecteurs :

Retrouver quelques participants à la manif de Charonne que nous avons placé en pages 74-75 :

l’éditeur François Maspero, la comédienne Marina Vlady, la chanteuse Barbara, le compositeur Jean-Claude Petit, deux «futures» victimes de Charonne, Anne Godeau et Édouard Lemarchand.

Et deux questions dures de dures : retrouver, dans la première partie du récit, un futur grand éditeur, Charles-Henri Flammarion ; et, dans la deuxième partie, Stig Dagerman (qui, lui, n’a rien à voir avec l’événement Charonne, mais c’est juste parce qu’on l’aime bien).

La France et la Charte Européenne des Langues Régionales ou Minoritaires – Mael GARREC

 
Riche de nombreuses langues et cultures originales issues de son histoire et de sa géographie…

 

Riche de nombreuses langues et cultures originales issues de son histoire et de sa géographie particulière au sein de l’Europe, la France n’a jamais brillé par la mise en valeur de cette diversité culturelle. La concernant, il serait plus juste de constater que « de l’ordonnance de Villers-Cotterêts adoptée en 1539 au refus persistant de la France de ratifier la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires en passant par la « loi Toubon » de 1996, l’histoire du droit des langues régionales est marquée par le sceau de la réglementation bien plus que par celui de la liberté. »[1]

Le député Jean-Jacques Urvoas, un des plus fervents défenseurs des langues régionales au Parlement,  dénonçait récemment le fait que « les langues régionales n’ont pas en France d’existence officielle et sont au mieux tolérées du bout des lèvres, au pire combattues comme autant d’entraves au plein épanouissement d’un grand dessein national marqué du sceau de l’uniformisation. »[2]

Adoptée en 1992 par le Conseil de l’Europe, la Charte Européenne des langues régionales ou minoritaire a ceci d’intéressant qu’elle vient questionner la conception française du régime républicain, voire la construction même de l’Etat-Nation français. En apparence la conception très centraliste de la nation et la construction de l’identité française presque « par le haut », via des politiques d’unification et de normalisation linguistiques, administratives et normatives sont tout à fait contradictoire avec l’esprit de la Charte. Un esprit que certain qualifieront de « différentialiste »[3] tant le contraste est fort. Il suffit de rappeller les saillies de certains députés jacobins des premières heures de la Révolution, l’imposition du français dans les campagnes durant la IIIe République ou même, plus récemment, l’inscription du français comme « langue de la République » à l’article 2 de la Constitution.

L’impossibilité de la ratification de la Charte est longtemps resté un facteur de ressentiment envers le pouvoir central et perçu comme un fossé idéologique entre les cultures de la « province » et celle de la capitale. Cependant l’inscription récente de la reconnaissance des langues régionales dans la constitution au titre de « patrimoine de la France » vient réactiver l’intérêt vis à vis des droits linguistiques concernant les langues régionales et minoritaires. Serait-ce une ouverture vers un processus conduisant à la ratification de la fameuse charte, à défaut de le permettre dès aujourd’hui ?

Il s’agira donc ici de détailler ici l’importance du rôle joué en France de la langue dans la définition de l’identité et des rapports entre l’Etat et la Nation (1ère partie), puis d’étudier les tentatives récentes d’avancées en faveur des droits de la part du pouvoir politique et les obstacles formulés par les plus hautes juridictions françaises à la signature de la Charte des Langues Régionales ou Minoritaires (2ème partie). Enfin nous envisagerons quelques solutions qui pourraient mener à une ratification de la Charte en réconciliant la norme constitutionnelle avec les droit européen des langues.


[1] Les langues régionales dans la constitution française : à nouvelles donnes, nouvelle réponse ?, Laurent Malo , P.U.F. Revue française de droit constitutionnel , n° 85 , 2011, p. 70

[2] Langues et cultures régionales, En finir avec l’exception française, Armand Jung, Jean-Jacques Urvoas, Editions Fondation Jean-Jaurès, 2012

[3] « Le statut des langues régionales ou minoritaires : la “tolé-

rance constitutionnelle” française », F. Mélin-Soucramanien, JCP G, 2002, I, 157,

n° 7 , p. 230.

 

 

 

 

Télécharger l’intégralité de l’article ici

Réalité augmentée et diorama, évolution et permanence de dispositifs illusionnistes

Visiteurs utilisant un dispositif de réalité augmentée dans le cabinet de travail de Charles V. Chât…

Visiteurs utilisant un dispositif de réalité augmentée dans le cabinet de travail de Charles V. Château de Vincennes,  châtelet, 2009. Photo : Axyz.

Hier virtuelle, la réalité se doit désormais d’être augmentée…  Cette technique de visualisation, qui consiste à superposer en temps réel sur un flux vidéo une image en deux ou trois dimensions, a ainsi récemment été exploitée dans des dispositifs de médiation du patrimoine monumental se proposant d’évoquer des états passés de monuments historiques. Un exemple intéressant a en particulier fait l’objet de quelques publications et permet d’ores et déjà d’interroger les spécificités de cet outil1.

Depuis 2007, le laboratoire CNRS/MCC MAP-Gamsau (Modèles et simulations pour l’Architecture, le Paysage et l’urbanisme) poursuit en effet des recherches sur cette technique2 en l’expérimentant notamment sur l’église conventuelle de la Chartreuse de Villeneuve-lez-Avignon. Aurélie Favre-Brun3 précise notamment qu’”un premier dispositif de visualisation 3D temps réel est accessible au public à la chartreuse. Il s’agit d’une hybridation réel/virtuel, c’est-à-dire de la superposition d’une image virtuelle sur une photographie de l’état actuel4. Et l’auteure de poursuivre : “la maquette numérique hypothétique a été intégrée dans un spectacle multimédia – Genius Loci -, crée par trois laboratoires et présenté en juillet 2011 lors des 38e Rencontres d’été de la chartreuse. Il s’agit d’une installation de réalité augmentée à l’échelle 1 projetant des images anamorphiques de la maquette 3D sur les murs de l’église.

Chœur de l’église de la Chartreuse de  Vileneuve-lez-Avignon. Superposition d’une image de synthèse de l’église dans son état post-révolutionnaire sur une photographie de l’état actuel. Genius Loci, projection à l’échelle 1 de l’état  passé et hypothétique de l’église. Image : MAP-Gamsau.

Le terme d’hybridation exploité ici est intéressant à plus d’un titre car réel et virtuel ou passé et présent ne sont pas les seuls concepts à s’entrecroiser dans ces dispositifs à la fois techniques et scéniques. Le premier constat est que ces derniers n’en finissent pas de confirmer la fusion entre monument et document pressentie par Louise Merzeau5 et conceptualisée par Patrick Fraysse6 ;  la copie virtuelle acquiert implicitement le statut du monument et la fonction de mémoire ou d’enseignement est désormais dévolue à ce double numérique qui, lui-même, va entrer dans un processus de patrimonialisation. Mais si ces nouvelles formes de médiation du patrimoine mélangent ces deux régimes de traces, elle font aussi se rejoindre culture scientifique et culture médiatique selon une tendance générale de notre univers visuel qui se caractérise ici par l’immersion du visiteur dans le monument virtuel. Il s’agit de « captiver » ce dernier, de le faire pénétrer totalement dans l’Histoire, dans « un temps et un lieu particuliers »7. Sans occulter les bases scientifiques sur lesquelles est construite cette expérimentation, il est clair que cette dernière s’inscrit dans une logique de sensibilisation et de fictionnalisation du patrimoine monumental dont l’origine remonte au moins au XIXe siècle8. Comment en effet ne pas penser au diorama de Louis Daguerre créé pour l’église de Bry-sur-Marne en 1842 et actuellement en cours de restauration9 ?

Chœur d’une église gothique par Louis Daguerre, 1842. Diorama (en cours de restauration). Huile sur toile, 513 x 597 cm. Bry-sur-Marne, église. Photo : Didier Rykner.

Procédé de peinture en trompe l’oeil mis au point en 1822, le diorama repose sur l’idée de l’illusion et, tout comme le projet Genius Loci10, exploite une scénographie théâtrale pour atteindre la sensibilité du spectateur : “Avec les fantasmagories, les “théâtres d’ombres” d’Henri Rivière présentés au célèbre Chat Noir de Montmartre et les autres lanternes magiques, les dioramas constituent des spectacles populaires animés, avant l’invention des projections du cinématographe.”11 Si nouveauté il y a, elle réside donc essentiellement dans l’exploitation par les acteurs du patrimoine des notions telles que la fiction, l’immersion et la sensibilisation, autant de codes qui appartiennent à l’origine au monde du divertissement. Objet muséographique et patrimonial intentionnellement ludique et pédagogique, cette création ouvre en définitive de nombreux questionnements sur l’avenir de la représentation du passé dans une société de plus en plus aux prises avec les industries culturelles…

  1. Favre-Brun, Aurélie, De Luca, Livio et Hartmann-Virnich, Andreas. (2011) : « De l’acquisition 3D à la réalité augmentée : le cas de la chartreuse pontificale de Villeneuve-lez-Avignon (Gard) », dans Christian Père, & Juliette Rollier (éd.), Actes du colloque Arch-I-Tech 2010, Archéovision n° 5, Bordeaux, éd. Ausonius, pp. 109-117.
  2. Dans le cadre du programme national de numérisation du patrimoine 3DMonuments http://www.map.archi.fr/3D-monuments/
  3. Doctorante laboratoire CNRS/MCC MAP-Gamsau (Modèles et simulations pour l’Architecture, le Paysage et l’urbanisme), laboratoire UMR CNRS/Université de Provence 5572 LAMM (Laboratoire d’Archéologie Médiévale Méditerranéenne.
  4. http://www.infos-patrimoinespaca.org/index.php?menu=9&num_article=228&num_page=4
  5. http://www.mediologie.org/collection/07_monuments/merzeau.pdf
  6. Fraysse, Patrick. (2006) : Le patrimoine monumental en images : des médiations informationnelles à la conversion monumentaire des documents, Université de Toulouse Le Mirail : thèse de doctorat en Sciences de l’Information et de la Communication.
  7. Belaën, Florence. (2005) : « L’immersion dans les musées de science : médiation ou séduction ? », Culture & Musées, n°5, pp. 91-110.
  8. On pourrait à vrai dire faire remonter ce dispositif à des temps plus anciens où la technique du trompe l’oeil était alors l’apanage des artistes comme la célèbre peinture murale de la Cène réalisée par Léonard de Vinci à l’extrême fin du XVe siècle dans le réfectoire du couvent dominicain de Santa Maria delle Grazie à Milan
  9. http://www.latribunedelart.com/la-renaissance-du-diorama-de-louis-daguerre-a-bry-sur-marne-article002574.html
  10. Celui-ci regroupe trois équipes : l’équipe Gamsau du MAP, le laboratoire LIMSI (équipe Vida) et le laboratoire Victor Vérité qui réalise une scénographie culturelle et sensorielle.
  11. Montpetit, Raymond. (1996) : “Une logique d’exposition populaire : les images de la muséographie analogique”, Publics et Musées, n°9, p. 63.

Jessica de Bideran

Jessica de Bideran est maîtresse de conférences à l'université Bordeaux Montaigne. Chercheuse au MICA, elle participe ainsi à plusieurs programmes de recherche où il est question de numérisation et de valorisation numérique des patrimoines (monumental, documentaire, littéraire, etc.)...

More Posts - Website - Twitter - LinkedIn

“Les sourds-muets et les anthropologistes”, analyse d’un texte militant sourd de 1896.

Les sourds-muets et les anthropologistes, mémoire d’Eugène Née, lu au Congrès de Genève, en 1896. 26…

Les sourds-muets et les anthropologistes, mémoire d’Eugène Née, lu au Congrès de Genève, en 1896. 26 p. (Lien direct)

Introduction

C’est le premier billet consacré à l’analyse d’un texte ou de mémoire écrit par un sourd. Il inaugure une ligne de réflexion sur les écrits des sourds de leur temps, et de l’analyse de leurs revendications. L’intérêt est de comprendre s’il y a une constance, et donc d’un fil rouge des actions des militants sourds pour leur égalité sociale, et donc de lutte contre les préjugés leur entourant.

Ainsi, le premier texte étudié est l’un des textes les plus percutants et surtout qui préfigurent les argumentations militantes de la fin du XXe siècle et du XXIe siècle. C’est un texte qui peut sembler extrémiste au premier abord puisqu’il revendique le rejet de la médicalisation de la surdité, et du droit à la différence.

L’auteur

Eugène Née (1863-1907)
Source : Le journal des sourds-muets du 20 février 1895

Les sourds-muets et les anthropologistes est un texte fondamentalement revendicatif avec un ton si particulier à l’auteur qui a un parcours assez particulier, peu représentatif des sourds-muets de l’époque. C’est ainsi un personnage atypique, ayant été à l’Université royale de Gand où il a été parmi les 5 diplômés sur les 30 candidats. Ses voyages à travers la France et le Bénélux, par le métier de son père, directeur de théâtre, l’ont conduit à obtenir des informations et surtout une culture assez élevée.

A Reims, dans les années 1880, il collabore Le Petit Ardennais, et au journal Guêpe. Mais, jusqu’en 1893, il ne s’implique pas dans le mouvement silencieux, et c’est sa rencontre avec Henri Gaillard qui va l’inciter à s’investir dans les actions, et surtout à prêter sa plume. Sa réputation grandit rapidement au cours des années 1890, et plus particulièrement au Loiret, où il s’investit en faveur des sourds de ce département. Néanmoins, sa santé fragile ne lui laisse pas le temps de continuer le combat. Il meurt à l’hôpital Boucicaut, à Paris, vraisemblablement d’une tuberculose, après une retraite de trois ans à Bruxelles, en 1907. Sa mort laisse un grand vide, où, outre Gaillard, personne ne se trouve à la hauteur de ses écrits.

Son rapport Sourds-muets et anthropologistes est une réponse à un médecin danois, Holger Mygind (1855-1928) qui a proclamé, dans son article Die angeborene Taubheit. Beitrag zur Aetiologie und Pathogenese der Taubstummheit (La surdité de naissance. Article sur l’étiologie et la pathogénie de la surdi-mutité) en 1890 que les sourds-muets sont, en résumé, des êtres inférieurs à l’intelligence réduite par leur état. Il assimile ainsi les sourds aux aliénés mentaux ce qui a fait indigner Eugène Née, sourd diplômé universitaire…

Ainsi, son mémoire, présenté au congrès des sourds-muets de Genève, dont il existe un ouvrage numérisé sur Gallica, a suscité une forte adhésion aux arguments de Née. Ce succès a conduit à sa publication, aux frais de l’auteur en 1898.

La préface

Dans la préface, Henri Gaillard présente l’auteur comme un polémiste retoudable, par manque de moyens. Il dit : «A des gens méticuleux, coupeurs de cheveux en quatre et en huit comme les Anthropologistes, il faudrait certainement des répliques pied à pied, ligne à ligne, mot à mot.» Gaillard, dans cette phrase utilise le mot «Anthropologiste». Or, ce mot est à différencier d’Anthropologue, un métier scientifique. Dans le contexte de la fin du XIXe siècle et du scientisme, «Anthropologiste» désigne ceux qui réfléchissent sur l’être humain, et sur les tares de l’humanité, de l’application politiques des recommandations médicales.

Ainsi, pour Gaillard, la difficulté de répondre aux Anthropologistes, c’est de disposer d’une argumentation précise et détaillée, scientifique en soi, ce qui est difficilement à portée des sourds, non pour des raisons intellectuelles, mais matérielle, puisque la plupart entre eux sont «obligé de gagner son pain par le travail manuel. Eugène Née aux prises avec les difficulté de la vie était dans cette dure impossibilité.»

En conclusion,  Née a choisi d’être un polémiste pour s’attaquer aux conclusions du docteur Mygind, non par facilité, mais par manque de moyens financiers. Née a choisi de protéger «leur dignité insultée et méconnue par les parvenus de la fausse science, de la science à tapage et à chamarres, et du professorat intéressé, du professorat aux tintamarres de foire et à bourses pleines…».

Il s’agit donc d’une attaque contre une science détachée des faits et qui semblait méconnaitre la réalité de la vie du sourd.

Le Rapport

Née cite Mygind «Les trois-quarts des sourds-muets peuplent les asiles d’aliénés», une phrase provenant d’un travail «analysé et communiqué à l’Académie des Sciences» vers 1895.

Holger Mygind (1855-1928)
Source : Wikipedia

A partir de cette phrase, Née développe tout un argumentaire basée sur la dignité du sourd bafouée par les raccourcis sur la complaisance intellectuelle et sur l’incertitude de leurs recherches. Il déplore le fait que des scientifiques se réduisent à de tels raccourcis, et ainsi engendrent des difficultés auxquels se buttent les sourds dans leur lutte «contre la destinée».

Il dit : «nos efforts se débattent dans le vide, parce qu’un jour il a plu à des morticoles fin de siècle d’enfanter une brochure quelconque et qui traitent ce sujet comme ils auraient traité celui de la transmissibilité du virus d’un chien à un cobaye.» Cette phrase pointe un fait intéressant. En effet, de nos jours, les militants sourds déplorent le fait de séparer l’état physique du sourd : sa surdité, de son état social : sa vie de sourd. Cette séparation, et donc d’oublier l’être humain pour s’attacher à un fait purement médical. Or, la phrase de Née pointe un fait émergeant en 1896 : la médicalisation de la surdité, où des médecins interviennent de plus en plus sur la vie des sourds, et présentent des rapports sur la surdité.

Née déplore leur méconnaissance de la réalité, s’attachant uniquement à la surdité, et non à la vie du sourd. Il leur reproche de : «attacher à toute une humanité, cette étiquette infamante, ce relan de folie et d’incapacité?» Et il ajoute «Est-ce que pour éviter de reconnaître une erreur séculaire, est-ce que pour ne pas mentir quelqu’une de vos formules sacramentelles ?» C’est une reproche à leur dogmatisme quasiment religieux.

Une explication est nécessaire pour comprendre cette partie. Tout d’abord, traditionnellement, jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, le sourd-muet est souvent assimilé à l’aliéné. Cette confusion réside sur la méconnaissance du sourd, et de la difficulté de discuter avec lui sans autre moyen que des gestes vagues. Ainsi, en absence de discussion approfondie avec le sourd, l’entendant se tient aux impressions extérieures et donc assimile, par méconnaissance et par paresse, le sourd à l’aliéné. Or, l’effort et le combat des militants sourds a fait que cette assimilation disparaît au profit d’une différenciation.

Mais, l’article de Mygind semble ruiner les efforts de sensibilisation sur la spécificité des sourds, et c’est ce dont reproche Née. Il reproche Mygind de se livrer à des raccourcis intellectuels par facilité et par dogmatisme au lieu de tenter de discuter avec les sourds eux-mêmes. La crainte de Née va aux «petits, des humbles, des galvaudeux, de la masse, de la légion» qui se buttent aux préjugés, renforcés par les propos provenant  «des gens d’autant plus écoutés qu’ils parlent au nom de la science».

Le reproche est d’autant plus fort qu’il déplore le détournement de la science pour des motifs peu brillants, et surtout qui brisent des vies : «pour le commun de nous, les conditions du struggle for life sont bien plus difficiles que pour nos frères les entendants, et  combien tombent en route, de ces vaincus de sots préjugés». Par la suite, il revient sur la superficialité des recherches sur la surdité : «les médecins surtout, qui ont voulu s’occuper de nous, nous étudier, ne l’ont fait que très superficiellement et le plus souvent basé leurs hypothèses sur des apparences trompeuses qu’ils ne se donnaient même pas la peine de pénétrer, ces hommes si forts en auscultations et en analyses ne se sont jamais mêlés à notre vie intime, à notre langage si clair, si précis, toujours logique et sûr.»

Le reproche est fort, puisqu’il s’attaque à leurs méthodes de travail, qu’il considère comme non-scientifique. Ce reproche est une attaque directe sur les médecins qui avaient reproché aux sourds de discuter de leurs soins.  Née dresse tout un paysage de reproches où il pointe les légèretés de la réflexion du docteur Mygind, et de la néfaste proximité administrative entre les établissements éducatifs de sourds-muets et des hôpitaux psychiatrique. Donc, cette proximité administrative serait l’une des causes de la confusion entre le sourd-muet et l’aliéné.

Puis, il cite des exemples, avec Ronsard, fameux poète de la Pléiade et qui est devenu sourd à seize ans. Il cite ensuite le frère d’Auguste Blanqui qui est sourd et qui a gardé les archives de l’Enfermé durant sa captivité. Il cite aussi trois sourds militaires, engagés volontaires. L’auteur s’attache particulièrement sur l’exemple du sourd Amet, militaire en 1870, et de nombreux infirmiers et brancardiers durant la guerre franco-prussienne. Il dresse toute une liste sur les sens artistiques, littéraire, politique, de famille où il cite d’autres exemples.

Il termine la liste par : «je ne vois vraiment pas ce qui peut justifier l’opinion du Dr Mygind et de ses coreligionnaires à moins qu’ils n’aient basé leur jugement sur quelques individualités pour les appliquer à la généralité.». Il a utilisé le terme «coreligionnaires» pour leur reprocher leur dogmatisme, et de leur légèreté de méthode de recherche.

A l’approche de la fin de l’ouvrage, Née explique la nécessité de lutter contre ces préjugés par des actions de sensibilisation comme « un comité de vulgarisation de l’alphabet manuel, pour faciliter nos relations avec les entendants». Ce comité est une vraie révolution puisqu’il inverse les échelles. Il suppose le fait que c’est à l’entendant d’apprendre la langue des signes pour s’adapter aux sourds. Cet état d’esprit est une opposition aux positions en vigueur depuis 1880 : c’est au sourd de s’adapter à l’entendant par la parole.

Il appuie son argumentation par «Soyez logiques : ou vous êtes des professeurs sortis de l’Université et des Ecoles normales; ou vous êtes de simples aides-carbins, de garçons de salle d’hôpital pour idiots et crétins, il n’y a guère moyen de vous vanter alors : il n’y a pourtant pas de milieu». Cette phrase est une attaque directe sur le dogmatisme et l’absence de débat de fond, de réflexion réellement scientifique, il déplore ainsi le consensus autour du texte de Mygind, et qui ôte tout débat.

Il termine par une citation des propos de Paul Deschanel qui a été invité à un banquet, en 1896, dont en voici un extrait : «Si la parole est parfois inspiratrice des grandes actions, le silence est l’inspirateur des grands sentiments et de grandes pensées. Il faut n’avoir point vécu pour ne pas comprendre ce que le silence dans lequel vous vivez, l’espèce de recueillement et de concentration continue, où naissent et se développent vos sentiments et vos pensées, doivent ajouter de pénétration, d’intensité, et de saveur à votre goût esthétique, à votre sens d’idéal et aussi aux passions les plus hautes et les plus pures qui puissent agiter vos âmes : les affections de famille, votre solidarité fraternelle, l’amour de la patrie, le noble tourment de la Justice.»

Née utilise les phrases de Deschanel en opposition aux mots de Mygind. Il montre deux visions sur les sourds, et donc deux positions antagonistes.

Il conclut par une adresse aux médecins plus particulièrement : «Qu’ils daignent descendre de leur piédestal, qu’ils viennent se mêler à nous, qu’ils nous analysent en connaissance de cause dans notre vie la plus intime, qu’ils scrutent nos pensées jusqu’au plus profond de leurs replis, nous ne demandons que cela, mais qu’ils ne s’en tiennent pas à de froides études de laboratoire…» Et «Ils trouveront leur chemin de Damas».

La conclusion est une demande d’abandon de dogmatisme, et de facilité intellectuelle, afin que les deux parties puissent s’entendre et se connaître mieux. Le terme «Chemin de Damas» est une expression intéressante à plus d’un titre puisque Née utilise les termes religieux pour reprocher aux Anthropologistes de transformer la Science en une espèce de religion.

Conclusion

Le texte de Née est intéressante à plus d’un titre, puisqu’il présente le point de vue d’un militant sourd sur les recherches conduites par des médecins pour évaluer l’intelligence des sourds.

Née déplore le fait que ces recherches ne reflètent pas la réalité et sont ainsi biaisées. Or, ces recherches parties sur des bases biaisées entraînent des conclusions dangereuses. Ces conclusions, pour Née, renforcent des préjugés séculaires, puisqu’ils sont alimentées par des hommes censés représenter la modernité.

Ce paradoxe est pointé par l’auteur qui remarque la paresse intellectuelle et surtout le dogmatisme pour ménager les susceptibilités. Il leur reproche ainsi de rester dans leurs tours d’ivoire, et donc de ne pas regarder la réalité.  Ce reproche se retrouve encore de nos jours, et ainsi, il est intéressant de voir, à plus d’un siècle de distance, les reproches des sourds adressés aux médecins restent équivalent : méconnaissance de la réalité et dogmatisme.

Il est frappant de voir cette constance, et donc de ce refus de la médicalisation de la surdité. Cette médicalisation, pour les sourds, est vue comme un déshumanisation du sourd, et donc de rabaisser le sourd à une «étude de laboratoire». Ce rejet, après une éclipse de 60 ans (suite à un abandon de la défense de la langue des signes entre 1920 et 1980 de la part des sourds fortement oralisés), revient en vigueur.

Pourquoi donc ? La déshumanisation du sourd équivaut pour à un déni de l’existence de l’aspect culturel, et linguistique du sourd, et donc, bien que l’auteur ne le dise pas directement, au déni de l’existence d’une «Culture sourde» présentée avec force de nos jours, et donc les racines se trouvent justement à la Belle Epoque, et où les militants de l’époque tentent de préserver la fierté d’utiliser la langue des signes. Fierté en voie de disparition en 1890…

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, commissaire de l'exposition "L'Histoire Silencieuse des Sourds" au Panthéon (juin-octobre 2019), auteur de "Les Témoins Silencieux", "Dictionnaire biographique des Grands Sourds en France, les Silencieux de France (1450-1920)", et "La communauté sourde de la Belle Epoque"

More Posts - Website - Twitter

Bienvenue Chez Roger la Frite

Le téléscopage de deux commentaires et d’un magnifique enregistrement évoquant le funk et les …

Le téléscopage de deux commentaires et d’un magnifique enregistrement évoquant le funk et les soirées au Globo dans les années 1980 m’ont donné envie de revenir sur cet épisode de l’histoire de la danse à Paris, et accessoirement de l’appropriation du hip hop en France. Imaginez une scène des tontons flingueurs, à la cuisine bien entendu, en train de découper le sauciflard en sirotant une chose liquide transparente qui fume et se décarcasser les neurones pour trouver le nom de ce  qui pourrait être […]

Sciences et communication : comment voit-on l’avenir ?

Il est difficile de savoir quels impacts auront les recherches actuelles sur le monde de demain. Com…

Il est difficile de savoir quels impacts auront les recherches actuelles sur le monde de demain. Comment journalistes et scientifiques repèrent-ils les recherches d’avenir ? Stéphane PEYREGNE et Natalia FORERO SERNA, étudiants en Master Biosciences de l’ENS de Lyon, ont réalisé un dossier sur cette question, dans le cadre du cours “Sciences et société: éthique et communication scientifiques”. Ils nous livrent ici leurs analyses.

 

L’avenir de la science ne se prévoit pas, il se construit. De ce fait, la prospective est une démarche nécessaire pour encadrer l’avancée de la science : il ne s’agit pas de divination mais de redéfinir continuellement les priorités en fonction des besoins actuels et des moyens disponibles. Que sera donc la science de demain d’après de telles analyses prospectives ?

10 innovations qui vont changer la vieNous sommes deux étudiants en biologie et nous abordons ici cette question sous l’angle du journalisme scientifique : quels sont les laboratoires du futur qui nous sont suggérés par les médias ? Nous avons pour cela étudié un dossier spécial intitulé « 10 innovations qui vont changer la vie », paru dans la revue Sciences et Vie en avril 2004 (n° 1039), ainsi qu’une série d’articles « Les labos du futur », publiée dans Le Monde au cours de l’été 2011. Les journalistes y proposent de découvrir les innovations et les lieux phares où se construit la science de demain.

 

Comment les médias identifient-ils les recherches d’avenir ?

Le paysage scientifique n’a pas tellement changé entre 2004 et 2011. Les thématiques abordées dans les deux dossiers de vulgarisation scientifique sont globalement les mêmes. Ainsi, répondre à la demande énergétique, en développant des sources alternatives et durables d’énergie, est souvent présenté comme un but majeur pour la science. Les recherches sur le cerveau, qui pourraient servir à soigner des maladies telles que Alzheimer ou Parkinson et/ou à créer des intelligences artificielles, figurent également en bonne place.  Enfin, une autre thématique retenue par les journalistes est d’utiliser l’infiniment petit pour créer des matériaux avec de nouvelles propriétés. Cependant, aucune recherche liée à la génétique n’est citée alors que celle-ci révolutionne actuellement la biologie. Comment les journalistes ont-ils donc identifié ces recherches d’avenir ?

Prenons l’exemple du projet de « feuille artificielle » du chimiste Nathan Lewis, évoqué dans la série « Les labos du futur ». Ce projet vise à développer des moyens pour convertir l’eau et l’énergie solaire en carburant pour nos voitures, et donc rendre nos sociétés moins dépendantes du pétrole. Cette recherche renvoie à une demande sociétale majeure : réduire l’empreinte de l’homme sur la planète. Elle conjugue ainsi de forts enjeux économiques et sociétaux, comme la plupart des « recherches d’avenir » identifiées par les journalistes. La recherche sur l’autisme, trouble au coût sociétal énorme, ou encore le développement de technologies qui utilisent de moins en moins de matière et d’énergie en sont d’autres exemples.

Enfin, les sciences purement théoriques sont exclues de l’analyse des journalistes car, très probablement, leurs applications ne sont pas directement introduites et visibles dans la société. Cependant, les sciences de demain, appliquées ou théoriques, bénéficieront certainement de leurs avancées.

 

Et les scientifiques, comment abordent-ils l’avenir ?

Comme tout citoyen, les scientifiques sont sensibles à l’intérêt sociétal de leurs recherches. Néanmoins, le type d’approche nous semble, en tant qu’étudiants en science, bien plus important. En effet, une analyse prospective consiste à redéfinir les priorités, en fonction des besoins actuels, certes, mais aussi en fonctions des moyens disponibles. Le scientifique attachera ainsi beaucoup d’importance à la façon de procéder : à la suite d’une découverte, de nouvelles idées émergent et le but du chercheur sera alors de mettre en place les moyens et connaissances nécessaires à leur réalisation.

Anopheles gambiae – Un moustique hôte du parasite responsable du paludisme
CDC/James Gathany (WikiCommons)

Le cas des recherches contre le paludisme est éclairant : avec 216 millions de personnes touchées en 2011 selon l’Organisation Mondiale de la Santé, le paludisme constitue un problème majeur de santé publique. Il est causé par un parasite transmis par la piqûre de certains moustiques. Jusqu’à présent, les approches qui se sont révélées les plus efficaces dans la lutte contre le paludisme visaient les moustiques. Ainsi, moustiquaires et insecticides ont été utilisés pour se protéger des piqûres mais cela n’est malheureusement toujours pas suffisant pour limiter la transmission de la maladie. L’émission d’insecticides s’est même révélée inefficace à long terme car des résistances se sont développées au sein des populations de moustique. Avec la possibilité récente de manipuler la génétique de ces moustiques, plusieurs nouvelles approches ont émergé, qui ciblent  de façon spécifique et plus efficacement l’insecte vecteur de la maladie : par exemple, en rendant les moustiques résistant au parasite ou en introduisant des stérilités dans les populations de moustiques concernées par l’infection.

Les scientifiques examinent donc les différentes possibilités et concentrent ainsi leurs efforts sur les méthodes les plus abordables, efficaces ou avantageuses. Ceci illustre l’idée que l’on se fait d’une analyse prospective entreprise par des scientifiques : ceux-ci font état des connaissances disponibles afin d’identifier les problèmes qu’ils sont en mesure d’aborder. Leur analyse repose ensuite sur une confrontation des idées qui en émanent afin d’identifier celles qui ont le plus d’avenir. Ce n’est donc pas la finalité d’une recherche qui est essentielle, mais ce sont les moyens et les connaissances qu’elle offre qui en font une recherche d’avenir.

 

Les priorités de recherche font donc l’objet d’analyses différenciées selon qu’elles sont conduites par des journalistes ou des scientifiques. Pour réduire cet écart, les efforts d’ouverture et de dialogue entre science et société méritent d’être soutenus. Une base commune suggère et encourage d’ailleurs une collaboration entre les deux professions : « la conviction que les conclusions nécessitent des preuves ; que ces preuves devraient être accessibles à tous ; et que tout est sujet au questionnement », comme le soulignait la revue Nature dans l’un de ses éditos (lire l’édito en anglais dans son intégralité). La science de l’avenir sera vraisemblablement une science qui communique.

La Nuit des Chercheurs qui sera organisée le 28 septembre 2012 à Villeurbanne et un peu partout en Europe participe de cet effort d’ouverture de la science à la société. Vous êtes tous conviés à y participer !

 

Stéphane PEYREGNE et Natalia FORERO SERNA

 

En savoir plus sur la Nuit des Chercheurs

Télécharger le dossier complet “Science et Communication – Comment voit-on l’avenir” réalisé par Stéphane PEYREGNE et Natalia FORERO SERNA dans le cadre du cours “Sciences et société : éthique et communication scientifiques” (unité d’Enseignement du Master Biosciences – 1ère année de l’ENS de Lyon).

Quatorze photos pour une exécution

Je faisais des recherches pour un projet de bande dessinée historique et je suis tombée sur une des …

Je faisais des recherches pour un projet de bande dessinée historique et je suis tombée sur une des photos de la triple exécution de Valence. Je me suis alors mise à “tirer les fils”. Voilà le résultat : 14 photographies de la triple décapitation de 1909.

Sept minutes ont suffi pour exécuter ces trois hommes. 

 

Triple exécution de Valence – 23 septembre 1909

Les « Chauffeurs de la Drôme » sont une bande armée qui ravage la campagne valentinoise de 1905 à 1908. Octave-Louis David, Pierre-Auguste Berruyer, et Urbain-Célestin Liotard sont arrêtés et condamnés à mort. Un quatrième complice est parvenu à s’enfuir. Il s’agit de Jean Lamarque qui est condamné par contumace, puis arrêté en 1910. Sa condamnation à mort est alors commuée par Armand Fallières en travaux forcés à perpétuité.

Le but de cet article n’est en aucun cas de refaire l’historique de leurs sanglantes agressions ou exactions, ni leur procès. La seule chose qui nous préoccupe ici est leur exécution, modèle du genre.

Les trois condamnés sont guillotinés à tour de rôle : Pierre-Auguste-Louis Berruyer (36 ans), puis Octave-Louis David (36 ans) et enfin Urbain-Célestin Liottard (46 ans) passent sur « la bascule à Charlot ». Le bourreau n’est autre que le très célèbre Anatole Deibler : 54 ans de carrière dont 40 en tant qu’exécuteur en chef. L’exécution a lieu sur le parvis de la prison de Valence.

La Guillotine est installée sur les rames du tramway de la ville : nous pouvons supposer que cela sert à la maintenir efficacement.

 

 

Photo 1 : arrivée du condamné, qui sort par la porte principale de la prison. Il s’agit de Pierre-Auguste-Louis Berruyer. La foule est maintenant très nombreuse : on l’estime entre 1500 et 2000 personnes. Il faut dire que les exécutions ont été rares ces dernières années du fait de « l’abolition de fait » pendant 3 ans entre1906 et 1908. En outre, il s’agit là d’une triple exécution, chose plutôt rarissime. Enfin, ces brigands ont focalisé contre eux toute la haine possible du fait de leurs terribles exactions. Ils sont pour la population « impardonnables ».

Photo 2 : idem. Arrivée du condamné, qui sort par la porte principale de la prison

Photo 3 : quelques secondes avant la première exécution (il s’agirait de Octave David)

Photo 4 : le condamné est installé sur la bascule par Deibler. Il s’agit du condamné Berruyer.

Photo 5 : pendant l’exécution ; on voit le mouvement du couperet qui tombe…

Photo 6 et 7 : description inutile… 

Photos identiques : les exécuteurs ramassent la tête dans la bassine pour la poser dans le panier

Photo 8 : pendant l’exécution (le bourreau remonte le couperet avec sa corde, personne ne paraît bouger). Nous sommes précisément entre 2 exécutions : on voit un corps dans le panier.

Photo 9 et 10 : idem (fin de la remontée du couperet) [les 2 photos sont identiques mais avec un traitement différent ; cela peut aider à la lisibilité]

Photo 11 : arrivée de la nouvelle et dernière exécution, celle de Urbain-Célestin Liotard (Ocatve-Louis David a été exécuté en second)

Photo 12 : idem, à quelques secondes près et avec une vue plus proche de la scène.

Photo 13 : le couperet est plein de sang, les aides bourreaux commencent à ranger, les paniers sont prêts à être fermés.

Photo 14 : les exécutions sont terminées : on ne voit même plus les paniers (rangés dans la voiture ?) les aides bourreaux nettoient la guillotine, la foule se remet en marche, les gendarmes ont baissé leurs armes.

 

Derniers mots des condamnés :

Berruyer  ”Je proteste…”

David (quand on coupe le col de sa chemise) “Ce n’était pas la peine de me la donner si chic pour la couper !” (en marchant) “Nom de Dieu, ce que vous m’avez serré, vous n’aviez pas cependant à avoir peur que je m’échappe !” (marche dans une flaque) “Je vais m’enrhumer” (devant la machine) “Salut ! Salut !” (sur la bascule) “Allez, envoyez !”

Liottard  ”Vive Deibler et mort aux vaches !”

 


 

 

Photo 1 : arrivée du condamné, qui sort par la porte principale de la prison. Il s’agit de Pierre-Auguste-Louis Berruyer. La foule est maintenant très nombreuse : on l’estime entre 1500 et 2000 personnes. Il faut dire que les exécutions ont été rares ces dernières années du fait de « l’abolition de fait » pendant 3 ans entre1906 et 1908. En outre, il s’agit là d’une triple exécution, chose plutôt rarissime. Enfin, ces brigands ont focalisé contre eux toute la haine possible du fait de leurs terribles exactions. Ils sont pour la population « impardonnables ».

 

 

Photo 2 : idem. Arrivée du condamné, qui sort par la porte principale de la prison

 

 

 

 

Photo 3 : quelques secondes avant la première exécution (il s’agirait de Octave David)

 

 

 

Photo 4 : le condamné est installé sur la bascule par Deibler. Il s’agit du condamné Berruyer.

 

 

 

Photo 5 : pendant l’exécution ; on voit le mouvement du couperet qui tombe…

 

 

Photo 6 : description inutile…

 

 

Photo 7 : description inutile…

 

 

Photo 8 : pendant l’exécution (le bourreau remonte le couperet avec sa corde, personne ne paraît bouger). Nous sommes précisément entre 2 exécutions : on voit un corps dans le panier.

 

 

 

Photo 9 : idem (fin de la remontée du couperet) [les photos 10 et 11 sont identiques mais avec un traitement différent ; cela peut aider à la lisibilité]

 

 

Photo 10 :

 

 

Photo 11 : arrivée de la nouvelle et dernière exécution, celle de Urbain-Célestin Liotard (Ocatve-Louis David a été exécuté en second)

 

 

Photo 12 : idem, à quelques secondes près et avec une vue plus proche de la scène.

 

 

 

Photo 13 : le couperet est plein de sang, les aides bourreaux commencent à ranger, les paniers sont prêts à être fermés.

 

 

 

Photo 14 : les exécutions sont terminées : on ne voit même plus les paniers (rangés dans la voiture ?) les aides bourreaux nettoient la guillotine, la foule se remet en marche, les gendarmes ont baissé leurs armes.

 

[pour l’ensemble des photos : DR]

Marie Gloris Bardiaux-Vaïente

Bibliographie : --- Ouvrages de bande dessinée --- - L'Enfer est vide, tous les démons sont ici, Glénat, 2021, (Scénario, Marie Bardiaux-Vaïente ; Dessin, Malo Kerfriden) - La Guillotine, (dessiné par Rica), prépublié dans La Revue dessinée numéro 3 (2014), chez Eidola Editions, 2019 - L’Abolition, le combat de Robert Badinter, Glénat, 2019, (Scénario, Marie Bardiaux-Vaïente ; Dessin, Malo Kerfriden) - Fille d’Œdipe, 6 Pieds sous Terre, 2018, (Scénario, Marie Gloris Bardiaux-Vaïente ; Dessin, Gabriel Delmas) - Féministes, (Collectif de onze bandes dessinées), Vide Cocagne, 2018, (Scénario et coordination éditoriale) - Cléopâtre, La Reine fatale, Delcourt, Paris, Coll. « Histoire et Histoires » T.1-2-, 2017 à 2019 (Scénario, Marie Gloris, Thierry Gloris ; Dessin, Joël Mouclier ) - Isabelle, La louve de France, Delcourt, Paris, Coll. « Histoire et Histoires » T.1-2, 2012-2014. (Scénario, Marie Gloris, Thierry Gloris ; Dessin, Jaime Calderon) --- Ouvrages universitaires --- - La Bande dessinée, langage pour la recherche ; Essais, Revue interdisciplinaire d’Humanités, Études réunies par Nicolas Labarre et Marie Gloris Bardiaux-Vaïente, École doctorale Montaigne-Humanités, Université Bordeaux Montaigne, Pessac, 2018. - Histoire de l’abolition de la peine de mort dans les six pays fondateurs de l’Union Européenne, thèse de doctorat, soutenue le 9/07/2015, à l’Université Michel de Montaigne, Bordeaux III, sous la direction de Mr Bernard Lachaise. - Revue numérique, Le carnet de l’abolition, Catalogue BnF, 2012. - Feuilleton historique (22 épisodes en ligne) pour l’association ECPM (2012/2014)

More Posts - Facebook - YouTube

La plaque du mois de Septembre 2012

La plaque de septembre 2012
SUISSE. Vue générale du massif de la Napf. Type de modèle de ma…

La plaque de septembre 2012

SUISSE. Vue générale du massif de la Napf. Type de modèle de maturité

Auteur : Fritz Nussbaum et Mettler

Date reconstruite : avant 1931

Cote : eu372(008)

1-Le cliché d’un auteur étranger

Ce cliché a été pris par Fritz Nussbaum (1879-1966) et un certain Mettler, en Suisse, plus précisément dans le massif de la Napf (à l’est du canton de Berne et proche du canton de Lucerne). F. Nussbaum est un géographe suisse de langue allemande (1879-1966). N’ayant pour le moment aucune information sur le second auteur attribué au cliché, le dénommé Mettler, je ne m’intéresse ici qu’à F. Nussbaum. La présence d’une plaque de verre d’un auteur étranger signifie que ce dernier l’a donnée à E. de Martonne pour alimenter sa collection parisienne. Cela en évidence le réseau d’échangesprofessionnels mis en place par le géographe français pour enrichir son fonds. La recherche de photographies fait en effet partie de ses préoccupations habituelles, comme l’indique sa correspondance privée. Il utilise régulièrement les photographies pour les besoins de son enseignement, les plaques de verre étant projetées aux étudiants dans l’amphithéâtre de l’Institut de géographie, et pour illustrer ses articles et ses livres.

F. Nussbaum lui a envoyé un cliché d’une région qu’il a étudiée et qu’il connaît bien. Ce géographe suisse est un spécialiste de géographie physique, plus particulièrement des Alpes et des Pyrénées. Sa thèse d’habilitation, réalisée en 1909 sous la direction de Max Friederichsen à l’université de Berne, s’intitule „Die Täler der Schweizer Alpen“ [trad : les vallées dans les Alpes suisses]. Il a en outre écrit en 1911 dans la revue Mitteilungen der naturforschenden Gesellschaft in Bern un article sur le massif de la Napf intitulé „Talbildung im Napfgebiet“ [trad : la formation des vallée dans la zone de la Napf]. F. Nussbaum et E. de Martonne entretiennent des liens professionnels suffisamment amicaux pour s’échanger des clichés. Ils ont pu faire connaissance lors de rencontres internationales comme le Congrès international de Géographie de Genève en 1908, les grandes excursions organisées par le géographe américain William Morris Davis (1850-1934) à travers l’Europe en 1908/1909 et 1911 (excursions aussi appelées pilgrimages) ou encore lors de la grande excursion transcontinentale à travers les Etats-Unis en 1912.

2-Une légende photographique ouvertement davisienne

L’analyse épistémologique de la légende du cliché renvoie à une dénommination davisienne. En effet, „type de modèle de maturité“ fait référence à la théorie du cycle de l’érosion de W. M. Davis. La théorie du relief qu’il développe pendant un quart de siècle en fonction des critiques américaines, françaises et allemandes „développe une géomorphologie des équilibres dynamiques dans l’espace et le temps“ (Giusti, 2004). Par sa théorie, W. M. Davis „explique l’évolution générale du relief par une progression en différents stades, de la jeunesse à la maturité, jusqu’à la vieillesse (pénéplaine) puis la sénilité (plaine d’érosion)“ (Hallair, 2011). A qui attribuer cette légende : à E. de Martonne ou à F. Nussbaum ? Les deux solutions sont possibles : tous les deux sont davisiens, ont connu et côtoyé W. M. Davis lors de recontres et d’excursions internationales. Quoi qu’il en soit, cette légende exprime la référence des géographes européens au géographe américain W. M. Davis dans la pratique de terrain, et plus spécifiquement dans la „description explicative du paysage“ selon une expression davisienne. C’est en cela que j’étudie le rôle de W. M. Davis comme figure de pivot pour les géographes de cette première moitié du XXe siècle.

3- Analyse archivistique

Sur le plan descriptif, le cliché représente un paysage montagneux : la vue d’ensemble est prise à partir d’un point haut. Le premier plan se concentre sur la végétation, et le second, sur la montagne. Aucun habitat n’est visible, mais des chemins de montagne parcourent le massif et le découpage rectiligne de certaines parcelles de forêt font référence au défrichement et donc à l’anthropisation de ce milieu montagnard.

Dans la collection, la plaque de verre est classée dans la rubrique „Suisse“, puis dans la sous-région „plateau suisse“. Le critère retenu pour le classement des sous-régions suisses est d’ordre géomorphologiques (le plateau, le massif alpin, les Préalpes) et non par cantons (districts politiques). Ce cliche est le seul de F. Nussbaum. J’ai tenté de reconstituer la date en comparant ce cliché avec d’autres sources. La photographie a été utilisée pour illustrer la partie relative à la Suisse dans la seconde partie du tome 4 de (page 418) de la „Géographie Universelle“ (GU) rédigée par Emmanuel de Martonne sur l’Europe centrale. Dans la GU, le cliché n’est attribué qu’à F.  Nussbaum. Je peux donc avancer que le cliché a été pris avant la date de publication de la GU, à savoir avant1931.

La légende inscrite sur la bordure de la plaque de verre est quasi identitique à la légende retenue par E. De Martonne pour la GU, mais cette dernière est plus complète. Elle précise „Massif du Napf, vue sur le Golgraben. Relief de maturité accidenté d’un massif de mollasse ayant échappé à la grande glaciation alpine. Au-dessus de la vallée étroite (Graben), replats déboisés (Eggen).“Dans le corps du texte de la GU, E. de Martonne fait référence au cliché dans un paragraphe de géographie régionale, combinant l’approche géomorphologique et humaine : „ Les collines du centre (Napf, Entlebuch, Emmental, Mittelland). Des contrastes plus nuancés apparaissent dans la partie du canton de Berne qui appartient à la zone des collines et dans les districts voisins du canton de Lucerne. Le relief est plus accidenté et comprend un massif atteignant 1400 mètres, qui a pu échapper à la submersion totale par la glaciation quaternaire la plus étendue. Le Napf offre l’exemple, extrêmement rare dans les collines suisses, d’une montagne dont le modelé est dû à peu près exclusivement au travail des eaux courantes. De son faîte descend un réseau étoilé de vallées profondes, que le paysan appelle „fossés“ (Graben), ne laissant entre elles que des crêtes étroites (Eggen). Les longs hivers, les difficultés des communications n’ont pas arrêté la colonisation, qui a progression ici jusqu’au XVIIe siècle, défrichant très haut les Eggen. La forêt se limite aux pentes les plus raides des versants, coupés par les rubans verts des prairies suivant les replats structuraux, qu’on appelle Gang. On signale maintenant une tendance au reboisement, et la population diminue dans ce pays purement rural“ (p. 414-415). E. De Martonne fait référence aux travaux de F. Nussbaum dans la bibliographie relative à ce chapitre.

Bibliographie

Archives de la Bibliothèque de Géographie-Sorbonne, fonds de Martonne.

DAVIS William Morris, 1899, « The Geographical Cycle » in Geographical Journal, 14, p. 481-504.

EGLI Hans-Rudolf, 1998, « Nussbaum, Fritz » in Neue Deutsche Biographie 19, p. 378, url : http://www.deutsche-biographie.de/pnd117071749.html

GIUSTI Christian, 2004, « Géologues et géographes français face à la théorie davisienne (1896-1909) : retour sur „l’intrusion“ de la géomorphologie dans la géographie » in Géomorphologie : relief, processus, environnement 3, p. 241-254.

HALLAIR, Gaëlle, 2010, Histoire croisée entre les géographes français et allemands de la première moitié du XXe siècle : la géographie (Landschaftskunde) en question, Thèse

de doctorat sous la direction de M.-C. Robic et S. Lentz, Université Paris 1 et Université

de Leipzig, 2 vol., 900 p.http://www.qucosa.de/recherche/frontdoor/?tx_slubopus4frontend[id]=urn:nbn:de:bsz:15-qucosa-64798, en particulier chapitre 8, p. 270-299.

HALLAIR Gaëlle, 2011, « Téorie du paysage et théorie du relief dans la première moitié du XXe siècle : Siegfried Passarge (1867-1958) versus William Morris Davis (1850-1934) » in Géomorphologie : relief, processus, environnement, n°3, p. 319-334.

MARTONNE Emmanuel de, 1931, Europe centrale, « Géographie Universelle », tome 4, partie 2, p. 414-415-418.

NUSSBAUM Fritz, 1911, Talbildung im Napfgebiet (Vortrag), S. A. aus Mitteilungen der naturforschenden Gesellschaft in Bern, 2 p.

Synthétiser l’évolution socio-démographique des 36 000 communes françaises depuis 1968

Dans le cadre de ma thèse portant sur le vote pour le Front national en région PACA, je me suis posé…

Dans le cadre de ma thèse portant sur le vote pour le Front national en région PACA, je me suis posé la question de savoir si la trajectoire socio-démographique d’une commune influe sur le niveau du vote FN dans cette commune. En d’autres termes, la manière dont les effectifs des différentes catégories socio-professionnelles évolue au cours du temps a-t-elle un impact politique ? Spontanément, je tendrais à faire l’hypothèse que oui. On peut imaginer plusieurs mécanismes reliant les deux phénomènes : par exemple, que l’évolution locale objective de la structure sociale influe sur la perception subjective de l’évolution de la société par les habitants d’une commune. Ou encore, que le déclin numérique de la classe sociale à laquelle on appartient induit un sentiment de déclin généralisé. Il y aurait bien évidemment encore bien d’autres hypothèses possibles.

En réalité, j’avais déjà examiné cette question dans une communication que j’avais faite au congrès de l’AFSP, en 2009. J’utilisais la variable de l’évolution socio-démographique de la commune comme variable indépendante dans des modèles multi-niveaux ayant pour variable dépendante le vote en faveur du Front national. Mais, déjà lorsque j’avais rédigé ce texte, je n’étais pas très content de la manière dont j’avais procédé.

En effet, habitué à manier des variables quantitatives continues (l’habitude de travailler sur des données agrégées…), je cherchais à avoir ce type de variable. En partant de la composition de la population active par catégorie sociale (nomenclature CS en six positions) à tous les recensements de 1968 à 1999, j’avais estimé un modèle multiniveau de croissance pour chaque CS. Ce modèle est un modèle linéaire – c’est là mon premier souci : rien ne permet de penser a priori que les évolutions socio-démographiques, sur une durée de trente ans, sont linéaires. Un groupe social peut croître puis décroître, la croissance d’un autre peut être exponentielle plutôt qu’arithmétique. J’avais bien envisagé de faire une modélisation quadratique, mais je me sentais beaucoup moins à l’aise pour utiliser ces coefficients comme variables par la suite, car leur interprétation est moins directe.
Les coefficients issus de cette modélisation linéaire multiniveau (12 coefficients par commune tout de même) étaient ensuite passés à la moulinette d’une ACP, afin d’en dégager les dimensions les plus significatives (toujours le même problème d’ordonner et synthétiser des données trop abondantes pour être interprétées). La position de chaque commune sur les trois premières composantes issues de l’ACP étaient ensuite utilisée comme variable explicative dans le “gros” modèle multiniveau. Cette analyse donnait des résultats substantiels, mais demeurait pourtant problématique. Outre le problème de la modélisation linéaire déjà évoqué, les données sont fragiles : elles sont issues de l’exploitation complémentaire du recensement, c’est-à-dire d’un sondage au quart. Ce qui signifie que, dans les petites communes au moins, les données sont très bruitées. La procédure que j’ai utilisée ne supprime pas ce bruit. Ce n’est pas dramatique en soi, car s’il y a du bruit, il n’y a pas de biais, mais ça diminue la puissance explicative (ou prédictive, comme on voudra) de cette variable indépendante. De plus, c’est une procédure très analytique, qui étudie les effets distincts de plusieurs composantes de l’évolution socio-démographique des communes, mais sans permettre facilement de revenir à des cas typiques, des sortes d’idéal-types permettant d’appréhender quelques profils d’évolution. Plus je vais et plus je tends à préférer les procédures permettant de comparer les effets de quelques cas plutôt que donnant des coefficients abstraits – l’influence d’Andrew Gelman et Gary King, sûrement.

En revenant sur cette question durant la rédaction de ma thèse, je me suis dit qu’il serait sans doute plus simple, et plus intéressant substantiellement, de dégager quelques types de trajectoire socio-démographique des communes. Je n’avais pas d’outil précis en tête, alors j’ai un peu farfouillé, notamment du côté des analyses de séquence en histoire. Mais, pour ce que j’en ai compris – corrigez-moi si je me trompe, amis historiens ! -, ce type d’analyse ne s’applique qu’à des variables qualitatives, discrètes. Ca ne faisait donc pas mon affaire. J’ai aussi été voir du côté de la modélisation de classes latentes, mais je ne suis pas très à l’aise avec les équations structurelles, donc tant que je ne les comprendrai pas mieux, je ne les utiliserai pas.

Et puis je me suis dit qu’il suffisait de faire simple. J’ai donc décidé de calculer, sur chaque période intercensitaire, un taux de croissance pour chaque CS (sur la base des effectifs absolus). Ensuite, il suffit de faire tourner une procédure classificatoire sur ces variables. Facile, a priori. Sauf que mon premier réflexe a été de recourir à une classification ascendante hiérarchique (CAH), notamment en raison de sa proximité méthodologique avec l’analyse géométrique des données (le directeur de mon labo, Frédéric Lebaron, en est un des spécialistes, donc je suis tombé dedans quand j’étais petit). Sauf que… c’est une méthode relativement lourde d’un point de vue computationnel (O(n3), je crois), et ni mon ordinateur personnel, ni une instance Amazon avec 16 Go de RAM ne s’en sortis. J’ai donc changé mon fusil d’épaule, et j’ai essayé une K-means (vous connaissez une bonne traduction française pour cela ?). Mais, outre la difficulté classique (et facile à résoudre empiriquement) de savoir combien de classes il faut chercher, cette procédure ne convient pas en l’espèce car les effectifs des classes produites sont très dissemblables – l’algorithme est très sensible aux outliers, et comme les données sont fortement bruitées… En cherchant, j’ai découvert l’existence d’un autre algorithme, les K-médoïdes. L’idée est globalement la même que celle consistant à substituer la médiane à la moyenne comme mesure de centralité : c’est un algorithme plus robuste, moins sensible aux outliers. Exactement ce qu’il me fallait… Seul inconvénient : c’est plus gourmand en temps de calcul que les K-means (presque deux heures sur une instance AWS avec 16 Go de RAM, sur un tableau de 36000 lignes et 60 colonnes). Et puis, comme les K-means, ce n’est pas un algorithme déterministe, donc idéalement il faudrait l’estimer plusieurs fois, mais vu le temps de calcul requis, on s’en passera.

Une fois que j’ai dégagé mes classes, il n’y a plus qu’à les analyser. Pour cela, le plus simple est de les visualiser. On peut faire de l’ACP (là aussi, il va falloir tricher un peu, car l’ACP est aussi intense computationnellement ; un moyen est de faire une K-means dégageant, mettons, 1000 groupes, et d’ensuite faire l’ACP sur les centres de ces groupes – on perd de fait très peu d’information), mais en l’occurrence je n’ai pas trouvé cela très parlant. Je préférais voir, vraiment, les différentes trajectoires. Après avoir tâtonné un peu (oui, ça a beaucoup tâtonné, cette histoire…), j’ai décidé de tracer une courbe par CS par groupe. Avec R et ggplot2, ce n’est pas trop compliqué de faire ça à peu près proprement. Et voilà le résultat (cliquez sur l’image pour la télécharger en pdf) :

Maintenant, reste à interpréter… mais c’est une autre histoire !

Les données de l’INSEE utilisées pour l’analyse sont , et mes données et mon code complets pour dupliquer l’analyse sont sur mon github (poke François !).

Si vous avez en tête d’autres manières de mener ce genre d’analyse, dites-le moi en commentaire !

EDIT : j’ai oublié de préciser deux choses, nécessaires à la compréhension du graphique :

  • Le jeu de données de l’INSEE que j’ai utilisé ne concerne que les actifs de 25 à 54 ans (en raison de changements méthodologiques au fil du temps), et distingue entre chômeurs et actifs occupés. La tranche d’âge concernée explique le faible niveau de chômage.
  • J’ai ajouté aux graphiques, outre la moyenne, les 1er et 3e quartiles, afin de visualiser la dispersion interne à chacun des groupes. Comme la moyenne a été pondérée par la population active des communes, elle peut parfois ne pas être comprise entre les 1er et 3e quartiles – ou pourquoi la moyenne n’est pas toujours un bon indicateur de centralité…

Paulhan,le Mongol extraordinaire et le socialisme en Bretagne

              L’étude localisée du milieu partisan socialiste implique une recherche détaillée sur l…

              L’étude localisée du milieu partisan socialiste implique une recherche détaillée sur les structures de l’organisation militante et sur le rôle attribué à chaque adhérent. Cette collecte d’informations peut se faire grâce aux très nombreuses biographies du Maitron, à la recension des données contenues dans la presse militante et par l’utilisation des comptes rendus de réunions politiques que l’on trouve dans les archives. Le traitement de ces informations peut ensuite faire l’objet d’un traitement prosopographique[1] ou aider à une meilleure connaissance de ce que signifie être militant socialiste à cette époque. Ma démarche, qui vise davantage à une sorte d’ethnographie historique du mouvement socialiste, nécessite une utilisation d’autres sources, plus personnelles, qui permettent une tentative d’appréhension du for intérieur socialiste dans l’entre-deux-guerres. Mais disposer de traces personnelles comme des témoignages écrits, des journaux intimes ou des correspondances, n’est pas si fréquent en ce qui concerne des militants socialistes qui bien souvent n’ont laissé que très peu de papiers personnels permettant de rendre compte a posteriori de leur expérience militante. Il y a d’ailleurs fort à parier qu’une telle démarche est bien plus fréquente pour des personnes issues d’un milieu intellectuel que pour les autres catégories sociales, ne serait-ce qu’au niveau de l’existence et de la conservation des écrits personnels. Il faut donc chercher également à collecter ce type d’informations, ce que j’essaye de faire dans le cadre de ma recherche.

le Dr Choffé publie une revue politique ” Comprendre” qui se situe à la gauche de la SFIO

                Dans ce domaine il me semble que la fédération socialiste des Côtes du Nord témoigne d’un caractère particulier. On trouve en effet, aux côtés de nombreux enseignants souvent responsables des sections dans les communes, plusieurs militants fédéraux que l’on peut qualifier d’«intellectuels ». Bien sûr, cette catégorie doit être appréhendée avec précision, aussi faut-il sans doute passer par une définition du terme, ainsi que par une connaissance des liens qui unissent les intellectuels au socialisme. On dispose d’une très utile étude sur ce point, qui inspire ma recherche: il s’agit du livre de Christophe Prochasson, Les Intellectuels, le Socialisme et la Guerre 1900-1938[2], qui permet d’avoir une excellente connaissance de ces questions, d’autant qu’elles sont étudiés également sous l’angle de l’influence de la guerre de 1914-1918, ce qui constitue encore davantage pour moi une importante piste de réflexion.

                Ce qui me semble être une particularité dans les Côtes du Nord, l’importante présence d’intellectuels dans l’encadrement fédéral de la SFIO, m’occupe en ce moment. En effet, dans les années Trente, on peut y retrouver Guy Robert, professeur de lettres et futur spécialiste de Zola comme secrétaire fédéral, Augustin Hamon, essayiste et  traducteur des œuvres de l’Anglais Bernard Shaw, Yves Le Lay qui fut le premier traducteur en France de Freud et de Jung, ou bien encore le médecin Frédéric Choffé sur lequel je voudrais me pencher plus en détail dans ce billet.

                Frédéric Choffé est l’auteur d’une thèse sur la tuberculeuse, ce qui l’amène à être responsable de plusieurs sanatoriums dont celui de Trestel dans les Côtes du Nord dans les années Trente. Il est déjà à sa venue un militant socialiste aguerri et il poursuit en Bretagne son activité politique. Il devient ainsi secrétaire fédéral adjoint, se présente aux élections municipales de Trévou-Tréguignec où il est élu conseiller municipal. Il se porte également candidat de la SFIO lors des élections législatives de 1936 mais il est assez largement battu. On peut connaître son action militante par les sources habituelles, comme ses articles qu’on trouve dans la presse socialiste du département, mais aussi, cas plus exceptionnel, grâce à une publication qu’il dirige : la revue  Comprendre qui se place sur une ligne de gauche au sein de la SFIO, et enfin par une correspondance qu’il a échangé avec son beau-père Jean Paulhan.

                Paulhan est à l’époque un intellectuel respecté et influent du Monde des lettres qui dirige la NRF et Choffé a épousé sa fille née d’un premier mariage. Les deux hommes deviennent très liés, d’autant qu’ils partagent des opinions politiques communes. Mais Paulhan, même s’il est conseiller municipal de Chatenay-Malabry garde une distance, parfois amusée, vis-à-vis des partisans de la gauche française et du socialisme. Ainsi, séjournant régulièrement à Trestel, il a l’occasion d’assister à un meeting socialiste en avril 1936 :

« J’ai aussi suivi des réunions électorales : un extraordinaire Mongol, debout, la main dans la poche, récitait deux heures durant, en mélopée, le programme S.F.I.O… C’était très beau »[3]

      Évidemment cet extrait montre toute l’ironie de Paulhan dont il faut régulièrement preuve. Ainsi à la même période, il échange souvent avec Louis Guilloux : ce dernier lui signale dans une de ses lettres qu’Augustin Hamon est inquiété par les autorités à cause d’un numéro spécial de la Charrue Rouge sur la guerre. Paulhan lui répond alors que Hamon aurait mérité d’être pendu pour ses traductions de B.Shaw !

    L’ironie mordante de Paulhan se retrouve donc dans la description qu’il fait de ce meeting au temps du Front populaire. Marcel Parent, auteur d’une très bonne étude sur l’action politique de Paulhan, nous dit que cela se passait en compagnie de son beau-fils et il explique :

«  Il y a tout lieu de penser que Philippe Le Maux est l ‘ extraordinaire Mongol, debout, la main dans la poche…’ Loin de Châtenay, Jean Paulhan se pose en spectateur ironique, et même féroce, d’une réunion publique à laquelle il a pris la peine d’assister.»[4]

     Peut-être faut-il préciser que Philippe Le Maux, candidat socialiste paysan, fut élu député, même si Paulhan semble s’être ennuyé à l’une de ses réunions électorales. On retrouve sans doute le regard distancié de l’intellectuel qui peut-être méprise une forme de pratique politique trop éloignée de ses habitudes parisiennes. Quoi qu’il en soit, de tels témoignages sont aussi très utiles pour mieux appréhender la connaissance du socialisme à cette période en Bretagne.

      Mais revenons à Frédéric Choffé. Il entretient donc une correspondance avec Jean Paulhan, dont on peut lire des extraits dans le livre de Marcel Parent. Là encore, ses lettres peuvent aider à une connaissance approfondie de l’enracinement de la SFIO dans ce territoire. Sans doute qu’une exploitation  de ses lettres serait nécessaire – la correspondance est conversée à l’IMEC– car Frédéric Choffé semble y commenter régulièrement son action militante : il relate l’arrêt du journal fédéral « faute d’argent » et en conséquence il ne peut poursuivre son analyse du fascisme qu’il souhaitait faire dans ses articles, il y commente également l’actualité du Parti et sa participation à la vie politique locale  comme dans cette lettre:

« Mardi 16 avril 1935

Mon cher Jean,

Peut-être serez-vous déjà en route vers Trestel quand ma lettre arrivera à Châtenay.

Je ne crois que les marchands de canon – qui sont en même temps gros industriels et gros banquiers, propriétaires ou actionnaires des grands journaux- veulent la guerre. Les menaces de guerre, qui leur permettent de placer leurs marchandise, leur suffisent bien »[5]

      On peut voir dans ces quelques extraits que Frédéric Choffé, mais aussi Paulhan, apportent des informations utiles pour la connaissance du milieu partisan socialiste. S’il faut traiter celles-ci avec un regard d’historien, elles offrent la possibilité de saisir au plus près les pensées et les discours de certains militants. Il me semble que dans ce domaine, la forte présence d’intellectuels socialistes dans la fédération des Côtes du Nord, peut être à même de fournir des sources importantes. Encore faut-il en retrouver les traces, donc l’enquête continue !


[1] Sur ce point voir la thèse récente de François Prigent, Les réseaux socialistes en Bretagne des années 1930 aux années 1980 soutenue à l’Université de Rennes 2 en 2011.

[2] Christophe Prochasson, Les Intellectuels, le socialisme et la guerre, 1900-1938, Paris, Seuil, 1993.

[3] Lettre de Paulhan à Etiemble, 13 avril 1936, cité par Marcel Parent, Paulhan citoyen, Paris, Gallimard, 2006, p.111.

[4] M.Parent, op.cit., p.113.

[5] M.Parent, op.cit., p.222.