Le parcours professionnel d’un luthier à travers l’histoire du XXe siècle, de Mirecourt à Marseille

Pierre Claudot à Mirecourt en 1923
Hélène Claudot-Hawad, ethnologue, interroge son père Pierre Claud…

Pierre Claudot à Mirecourt en 1923

Hélène Claudot-Hawad, ethnologue, interroge son père Pierre Claudot, luthier à Marseille et originaire de Mirecourt comme la plupart des luthiers français de sa génération. Il s’agit ici de leur premier entretien. L’informateur descend d’une longue lignée de luthiers, mais n’a connu parmi eux que l’un de ses oncles, François Claudot, luthier à Dijon (auquel succèdera Albert Claudot, frère aîné de Pierre). Son père, Félix Claudot, luthier à Mirecourt, est décédé un mois après sa naissance, aussi la vie des ateliers ne lui était pas familière avant son apprentissage. A 12 ans, après le certificat d’étude, Pierre obtient un emploi de commissionnaire dans une banque. Sa mère, veuve, ne veut pas qu’il soit luthier. Il parvient à la convaincre grâce à l’instauration nouvelle, en 1920, d’un apprentissage rémunéré, destiné à former des luthiers d’art capables de fabriquer un violon complet (par opposition à la lutherie manufacturée où des ouvriers se spécialisent dans la fabrication de certaines pièces).

Extrait de l’enquête n°3483, L’apprentissage payé

Pierre Claudot témoigne d’un apprentissage long et exigeant pour atteindre la maîtrise parfaite de l’outil et de la matière

Extrait de l’enquête n°3493,  Les premiers contacts avec la matière et les outils

Après deux ans et demi d’apprentissage chez Thibouville, il reste encore six mois dans cette maison.

Violon réalisé par Pierre Claudot à 17 ans – face

Violon réalisé par Pierre Claudot à 17ans – dos

 

Inscription sur le fond d’un violon réalisé par Pierre Claudot à 17 ans

Puis il est sollicité par Amédée Dieudonné, luthier qui revient de Bruxelles et introduit des modèles d’instruments différents de ceux qu’on utilise alors à Mirecourt.

Extrait de l’enquête n°3493, Pierre Claudot chez Amédée Dieudonné

Pierre Claudot détaille les différentes opérations dans la fabrication d’un instrument. La plupart des ateliers confient la fabrication des têtes des instruments à des spécialistes et livrent les instruments en bois blanc à des vernisseurs.

Après avoir travaillé trois ans chez Dieudonné, Pierre Claudot part à Marseille où il est embauché par la maison Granier. L’informateur, à travers sa carrière de luthier, a vécu l’histoire du 20e siècle : de la crise économique mondiale de 1933 qui pousse son employeur à Marseille, le luthier Granier, à abandonner la lutherie et à lui céder son entreprise,

Extrait de l’enquête n°3483,  La crise de 1933 et ses conséquences dans les milieux de la lutherie

jusqu’à la seconde guerre mondiale qui maintient le commerce dans un fragile équilibre.

Pierre Claudot chez Granier à Marseille en 1928 (ici avec André, dit « Boubous », neveu de Denis Granier)

 

Au lendemain de la guerre, la profession connaît de nouvelles difficultés face au développement des techniques d’enregistrement audio entraînant la disparition de nombreux orchestres. Pierre Claudot situe enfin une renaissance de la profession à partir des années 1960, dûe entre autres à un retour culturel à la musique et à l’apprentissage d’un instrument par les nouvelles générations.

Ce billet est une proposition d’éditorialisation des notices qui présentent le corpus sonore réalisé par  Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt, déposé à la phonothèque de la MMSH en 2011. Présentation du corpus : L’enquête ethnologique menée par Hélène Claudot-Hawad concerne les luthiers de Mirecourt. La plupart des entretiens ont été effectués à Mirecourt dans les années 1980, alors que le terrain saharien de l’ethnologue était interdit d’accès. Mirecourt est une petite ville vosgienne où est née et s’est développée la lutherie de facture française. C’est l’un des trois grands pôles européens de lutherie, les autres étant Crémone en Italie et Garmish-Partenkirchen en Allemagne. La lutherie est un métier hautement spécialisé qui nécessite un long apprentissage (on dit qu’il faut 10 ans pour “faire la main” d’un luthier). Elle se caractérise par ses techniques artisanales complexes, son outillage particulier adapté à la main de chaque luthier, ses secrets de fabrication, son savoir sur l’histoire des instruments anciens qui circulent entre les musiciens et entre les ateliers de lutherie… Il s’agit enfin d’une corporation à laquelle on prête une culture, des opinions (notamment anticléricales) et des manières d’être originales. Les enquêtes se sont intéressées aux luthiers et archetiers mirecurtiens, à leur parcours, à la vie des ateliers, à la transmission du savoir, à l’apprentissage du métier, aux gestes du travail, aux coutumes vestimentaires, à la concurrence entre fabrications artisanale et industrielle des violons, enfin à l’histoire des grandes familles qui ont fait la réputation de la lutherie de Mirecourt du 17e au début du 20e siècle. Ces entretiens sont accompagnés de 1277 diapositives, portraits de luthiers et instantanés de leurs gestes au travail. En savoir plus…

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque  : http://phonotheque.hypotheses.org/7470

Citer cette enquête : Claudot, Pierre (informateur) ; Claudot-Hawad, Hélène. Le parcours professionnel d’un luthier à travers l’histoire du XXe siècle, de Mirecourt à Marseille. La Bouilladisse, janvier 1981. 1 cass. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°3483.

Crédits photographiques : fonds Pierre Claudot (image 1 et 5) et Hélène Claudot-Hawad. 

 

Enquêtes orales sur le légendaire sarrasin en France

Au cours des années 1990, Karine-Larissa Basset effectue une série d’enquêtes orales dans le cadre …

Au cours des années 1990, Karine-Larissa Basset effectue une série d’enquêtes orales dans le cadre de sa thèse de doctorat de troisième cycle d’Histoire portant sur le légendaire sarrasin1. Le corpus réunit une cinquantaine d’informateurs pour 69 heures d’enquêtes. Les notices documentant les 49 enquêtes déposées en 20082 sont désormais disponibles en ligne sur la base Ganoub.

Le terme de légendaire sarrasin désigne « l’ensemble des récits de tradition orale et écrite autour du thème des Sarrasins, ces Arabes musulmans venus, au VIIIème siècle, à la conquête de ce qui ne s’appelait pas encore l’Europe »3. Outre les ruines, monuments et toponymes attestées par les historiens, l’historiographie régionale a révélé « l’existence de traditions populaires évoquant les Sarrasins. […] Les traditions invoquées sont d’ordres divers; ce sont des légendes toponymiques (ex.: la grotte des Sarrasins), des motifs narratifs mêlant souvent thème historique et thème merveilleux (ex.: le trésor des Sarrasins) et, fait plus remarquable, un légendaire d’ascendance touchant certaines communautés villageoises ou certaines familles, qui revendiquent des ancêtres sarrasins ou sont désignées comme étant d’origine sarrasine ».

Trois grandes aires d’enquêtes forment ce corpus sonore : le pays du Véron et ses alentours en Indre-et-Loire, la région des Deux-Sèvres autour de Bressuire et Moulins, et le Languedoc. Un sous-corpus cohérent, formé par les enquêtes menées dans le Véron (Indre-et-Loire), se distingue. Trois communes forment le Véron (Savigny-en-Véron, Avoine, Beaumont-en-Véron) qui a pour particularité d’occuper le confluent de la Vienne et de la Loire. Dans cette aire d’enquête, les récits des Véronnais et ceux de leurs voisins d’outre-Vienne et d’outre-Loire témoignent de l’existence d’une légende d’ascendance : elle attribue à certains habitants des ancêtres Sarrasins. L’intérêt des enquêtes est de dévoiler le complexe de causes menant à l’existence et à la persistance de cette légende. Ainsi, le terrain spécifique sur lequel prend vie ce récit (l’isolement du Véron vis-à-vis des communes d’outre-Vienne et d’outre-Loire dû à son placement au confluent) semble déterminant dans l’apparition de cette légende. Il apparaît également que la légende s’inscrit dans un contexte de rivalité entre villages, cette légende d’ascendance ayant apparemment été suggérée en premier lieu par les villages alentours, peut-être dans un but de moquerie.

Les déclarations de cet informateur savignien, dans lesquelles l’utilisation du « on » est frappante, sont caractéristiques du discours que l’on peut retrouver dans les enquêtes du Véron (voir la notice de cette enquête) :

Un certain parti pris méthodologique caractérise aussi les enquêtes véronnaises. Celles-ci sont généralement conduites par un questionnement large sur les évènements liés à la région et à la commune. L’intérêt de cette méthode est de pouvoir assister à l’apparition « naturelle » de la légende dans le récit de chacun sans que le thème soit imposé, sa dynamique selon les régions et selon les individus.

Dans la région des Deux-Sèvres, les informateurs sont particulièrement attentifs aux toponymes pour prouver la présence sarrasine, comme dans le récit d’une habitante de Moulins qui relate une légende alliant légendaire historique et légendaire fantastique en assimilant les farfadets aux Sarrasins autour des rochers de Pyrôme.

Enfin, le témoignage particulier d’un habitant des Deux-Sèvres au sujet de ses nombreuses recherches sur l’occupation sarrasine dans sa région a fait l’objet d’une série de 8 enquêtes. Atteint d’une maladie du sang héréditaire, l’informateur considère que la présence de cette maladie dans les Deux-Sèvres, dont la région est un “foyer”, est liée au passage des Sarrasins, premiers porteurs selon lui de la maladie. L’enquêtrice s’est essentiellement intéressée aux motivations très personnelles de l’informateur, à la recherche des origines de sa maladie, dans une “quête autobiographique” comme l’a nommée Karine-Larissa Basset.

En-deçà de l’unité apparente du légendaire sarrasin, ce corpus d’enquêtes orales témoigne de la diversité des approches et appropriations de ces légendes, de sa manière de vivre dans le récit de chacun, du récit collectif au récit individuel.

Crédits photographiques: Charles Martel à la Bataille de Poitiers, détail de Charles de Steuben, Bataille de Poitiers en octobre 732, huile sur toile, 1834-1837, domaine public : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/e/e7/Steuben_-_Bataille_de_Poitiers.png/705px-Steuben_-_Bataille_de_Poitiers.png

  1. Karine Basset, “Nos ancêtres les Sarrasins” : une altérité originelle face à l’histoire : analyse historique d’un récit d’ascendance (France, XIXe-XXe siècles), thèse de doctorat, Paris 7, 2003 (voir notice SUDOC). La thèse a été publiée en 2006 sous le titre Le légendaire sarrasin en France : configurations et histoire d’un contre-récit national, XIXe-XXe siècles. Un compte-rendu par Pierre Guichard est paru dans la Revue des mondes musulmans en méditerranée en 2008.
  2. Un contrat de dépôt a été signé par l’enquêtrice. Les enregistrements sont disponibles en écoute à la phonothèque de la MMSH sur autorisation de l’auteur.
  3. Karine Basset, « Le légendaire Sarrasin : quelques enjeux de mémoire », Confluences, n°24, p. 65, Hiver 1997-1998

Fontaines et lavoirs du pays de Grignan (XIXe-début XXe siècle)

L’eau dans le village
La vision pittoresque d’un village est une place entourée de l’église, d…

L’eau dans le village

La vision pittoresque d’un village est une place entourée de l’église, de la mairie, d’un café tandis qu’au centre jaillit l’eau d’une fontaine. Il n’est pas de groupement humain ou animal sans un point d’eau à proximité. Comme partout ailleurs, les villages du canton de Grignan se sont implantés près d’un cours d’eau – voire de plusieurs –, qui contourne la butte lorsqu’ils sont perchés. Mais tous ne bénéficient pas d’une source sur place. Grâce à la présence d’une nappe phréatique, le puits est resté pendant très longtemps le mode de captage d’eau le plus utilisé. En 1447, le bail de la Grand’Grange, berceau du village de Montjoyer, fait mention d’une place publique et d’un puits commun1. Les châteaux et la plupart des maisons disposent de puits particuliers, presque toujours en place aujourd’hui et inutilisés. Le plan cadastral napoléonien, levé assez tard dans le canton (1835-1836), indique parfois les puits, mais pas systématiquement ; à Colonzelle, l’ancien puits commun, à l’origine hors les murs, n’y figure pas, bien qu’il ait donné son nom à la petite place du Puits sur laquelle il est conservé. Des trois puits publics dessinés à Salles, celui du château (rue de la Cure) existe toujours, un autre est devenu privé, le 3e a été remplacé par une fontaine et un lavoir, place du Cabaret. Sur le plan de Grignan sont portés également les puits privés.

Quelques éléments chronologiques

Avant la fin du XVIIIe siècle, l’eau courante à usage commun n’est pas présente dans tous les bourgs. Capter une source et, en dépit de la complexité du terrain, l’amener par un système de canalisations jusqu’à un point de l’agglomération relève d’un certain savoir-faire technique.

Les archives de l’Ancien Régime montrent que plusieurs villages possèdent une fontaine, dont les réparations apparaissent dans les comptes consulaires. Ainsi, ceux de la commune de Chantemerle consignent en 1613 « le prix-fait de la fontaine »2, probablement une construction neuve, puisqu’en 1638 sont payées cette fois des réparations à la fontaine3. A Rousset, vers 1672, le captage de la « Font-Neuve » vient augmenter le débit de la fontaine alimentée par une arrivée d’eau captée dans le Merdari4. La plupart de ces points d’eau sont cependant éloignés du centre du village, comme la fontaine de la Bourgade, dite de la Transhumance, hors les murs de Taulignan, qui abreuvait hommes et bêtes5. Il a fallu « une émeute de femmes » à Rousset en 1757, pour que les consuls décident de créer une fontaine sur la place qui prendra ce nom, sous la tour carrée6. Grignan n’est pas mieux loti : selon un rapport de 1728 il n’y a qu’une fontaine « qui est hors la ville »7. La Grande Fontaine de Chamaret, située au Colombier, à une centaine de mètres à l’ouest du village, est dessinée sur le cadastre de 1836 avec la légende « fontaine couverte » (section A 1, parcelle non numérotée). A l’intérieur du petit bâtiment au toit en pavillon (aujourd’hui en ciment), une pierre encastrée dans le mur est gravée d’une inscription, où figurent les noms de J.A. Roux, et B.A. Besset, consuls de l’époque. La date de 1781 surmonte l’inscription. Cette date, la plus ancienne inscrite sur un édicule des eaux dans le canton, commémore l’aménagement d’un bâtiment couvert, abritant à la fois une fontaine et un lavoir publics, peut-être à l’emplacement d’une fontaine antérieure.

Chamaret, le Colombier. Vue d’ensemble de la Grande Fontaine, datée de 1781.

Chamaret, le Colombier. Vue d’ensemble de la Grande Fontaine, datée de 1781. Phot. Alain Franchella © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 1999

Sauf exception, comme à Rousset et à Taulignan où les fontaines sont dessinées et identifiées, les fontaines de village ne figurent pas sur le plan cadastral napoléonien. La fontaine et le lavoir sont souvent confondus, et associés. En 1822, Valaurie remet en état son lavoir, avec des pierres de la carrière de Chamaret8. Ces édicules des eaux font l’objet de réparations régulières, ainsi la fontaine du hameau de Montjoyer en 1830, puis en 18439, ou celle de la Place à Rousset, réparée en 1836 par Louis Roussin, maçon du village10. Dans les années 1830-1840, de nouvelles fontaines sont bâties dans les communes qui en manquent. Salles construit une fontaine publique en 1832, puis en crée trois autres entre 1842 et 184611. En 1837 Taulignan décide la reconstruction de celle de la Bourgade12. Rousset fait appel à François Siffrein Tourre, géomètre à Taulignan, pour reconstruire sa fontaine principale en 1843 par suite de l’alignement de la route départementale13.

Grignan : un cas particulier

L’industrialisation qui se traduit dans le canton par l’essor des manufactures, de soie principalement, générant un accroissement de la population, et l’apparition des théories hygiénistes plus ou moins ressenties en milieu rural, incitent les municipalités à se doter de nouveaux équipements en matière d’eau.

A Grignan, chef-lieu de canton, revient l’apanage de posséder un lavoir et une fontaine monumentale dignes d’être élevés au rang de monuments publics urbains, que n’aurait pas désavoués Voltaire déplorant dans certains quartiers de Paris de « ridicules fontaines de village »14.

Sous le mandat du maire François-Auguste Ducros (1837-1868), attentif au bien public, Grignan bénéficie d’améliorations notoires tant du point de vue social qu’urbanistique. La gestion de l’eau est une de ses préoccupations. Dès 1839, il fait aménager un aqueduc souterrain15, pour alimenter convenablement sa ville en eau par une distribution planifiée, ce qui représente un progrès considérable pour la vie de la communauté. En 1840, il sollicite l’architecte Barthélemy, de Grillon (Vaucluse) pour la construction d’un lavoir public place du Mail16, dont le plan reprend celui du temple de l’Amour du petit Trianon, et l’agent voyer cantonal Pierre-Louis-Casimir Chaix pour l’établissement des fontaines17.

Grignan. Le lavoir du Mail, 1840 (inscrit M.H. le 24/12/1987).

Grignan. Le lavoir du Mail, 1840 (inscrit M.H. le 24/12/1987). Phot. Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2000

Différents quartiers sont pourvus de petites fontaines entre 1840 et 1842, comme celle qui subsiste à Coste-Chaude, datée de 1840, tandis que la place principale, dominée par la Tour de l’Horloge, en reçoit une plus importante, pour laquelle F-A. Ducros a un projet : placer sur cette fontaine une statue en hommage à Madame de Sévigné ; une souscription publique nationale permet la réalisation de son souhait. L’oeuvre en bronze, commandée au sculpteur parisien Louis Rochet, est inaugurée solennellement le 4 octobre 1857, sur le monument appelé depuis « fontaine de la marquise »18.

Grignan. Place de la Fontaine, fontaine monumentale. Le pilier central sert de piédestal à la statue de Madame de Sévigné, érigée en 1857.

Grignan. Place de la Fontaine, fontaine monumentale. Le pilier central sert de piédestal à la statue de Madame de Sévigné, érigée en 1857. Phot. Eric Dessert © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2000

L’exemple de cette fontaine, ornée dans un second temps de sa statue financée par des citoyens relativement aisés, montre que le budget d’une municipalité villageoise doit faire face à d’autres nécessités. Le décor est superflu et serait inadapté face aux besoins multiples d’une population rurale. La fontaine est avant tout utilitaire et reste modeste faute de fonds. L’agent voyer cantonal joue un rôle important dans le domaine technique de l’eau à cette époque. C’est souvent lui qui, à la demande des maires, dresse les plans, simples et fonctionnels, des fontaines, privilégiant l’installation du réseau hydraulique souterrain.

Lavoirs et fontaines, des aménagements souvent simultanés

Dans les 14 communes du canton de Grignan, le service de l’Inventaire a repéré 31 fontaines (enquêtes 1997-2000, 2009-2011). Au cours du XXe siècle, la suppression de nombreuses bornes-fontaines désaffectées a réduit le nombre de celles qui sont mentionnées dans les archives ; quelques fontaines ont été démolies puis reconstruites à un emplacement plus adapté. Une douzaine d’édicules réunissent lavoir et fontaine sous un même toit. 24 lavoirs repérés subsistent ; 3 ont été détruits.

Les communes rurales de province ne semblent pas directement concernées par le projet de loi sur les lavoirs qui s’inscrit en 1850 dans le courant hygiéniste urbain19. Beaucoup, nous l’avons vu à Chamaret et Valaurie, disposent déjà d’un lavoir qui est régulièrement réparé ou restauré.

Avant 1850, de petits bâtiments couverts associent fontaines, abreuvoirs et lavoirs. Sur le plan cadastral napoléonien du village de Chantemerle, à l’emplacement du lavoir actuel est dessiné un bassin (parcelle A 696), certainement le lavoir signalé en construction en 178820. Un acte de 1851 indique que la commune possède une fontaine et un lavoir public non couvert, et une souscription est lancée pour le faire couvrir. De fait, l’ensemble a été complètement reconstruit, puisque le maire Héraud fait établir en mai 1852 par C. Brun un projet de lavoir public approuvé par le préfet21. Construit en 1854, l’édicule, conforme au projet, comprend un lavoir couvert auquel est adossée une fontaine-abreuvoir à l’air libre à trois jets continus.

Département de la Drôme. Arrondissement de Montélimar. Commune de Chantemerle. Projet d’établissement d’un lavoir public. Plan, coupes et élévation, dessinés par C. Brun, 12 mai 1852.

Département de la Drôme. Arrondissement de Montélimar. Commune de Chantemerle. Projet d’établissement d’un lavoir public. Plan, coupes et élévation, dessinés par C. Brun, 12 mai 1852. Phot. Alain Franchella © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel / Archives communales de Chantemerle-lès-Grignan, ADAGP, 1997

 

Une pierre de grès en remploi, probablement d’une ancienne fontaine, couronne son fût ; elle est ornée d’un bas-relief fruste, figurant de larges godrons de part et d’autre d’un oiseau de profil (coq ?), où la tradition voit le merle de Chantemerle22.

Salles, qui souhaite des lavoirs depuis 1851, en fait construire trois en 1860-61, liés à ses fontaines existantes23.

Taulignan aménage son lavoir rue des Fontaines, tout près de la fontaine principale, dans l’ancienne salle de garde du château ; situé en étage de soubassement, le lavoir est abrité par une profonde voûte en berceau ouverte sur la rue.

Salles-sous-Bois. Place du Cabaret, fontaine et ancien lavoir, aujourd’hui transformé en jardinet, vus de trois quarts.

Salles-sous-Bois. Place du Cabaret, fontaine et ancien lavoir, aujourd’hui transformé en jardinet, vus de trois quarts. Phot. Geneviève Jourdan © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2010

 Vague de constructions dans la seconde moitié du XIXe siècle

Le souci de confort et de salubrité publique impose parallèlement l’implantation de nouvelles fontaines qui se multiplient à partir des années 1850 ; ainsi Salles en construit-elle une quatrième en 1860 et fait restaurer les plus anciennes en 188024, date que portent deux d’entre elles. Saint-Pantaléon édifie la sienne en 1858, sur les plans de P.-L. Casimir Chaix, agent voyer cantonal25, qui avait réalisé celles de Grignan, puis des lavoirs dans les communes de Chantemerle (1853) et de Rousset (1868). L’architecte Fontanille de Montélimar restaure la fontaine publique et les lavoirs de Montjoyer en 186726. En 1876-1877, le maire du Pègue, Bonfils, dote son village de trois fontaines. A Taulignan, la petite fontaine de la rue des Fontaines, est reconstruite en 1876 (date portée) et d’autres sont ajoutées dans différents quartiers en 188727. Grignan en installe de nouvelles, dont deux sur la place Castellane en 1890.

 

Le Pègue, place de la Bourgade. La fontaine principale, datée de 1877.

Le Pègue, place de la Bourgade. La fontaine principale, datée de 1877. Phot. Alain Franchella © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 1998

Dans le dernier tiers du XIXe siècle, les lavoirs qui ne l’étaient pas sont couverts, comme celui du Fraysse (commune de Montjoyer) abrité d’un hangar en 189328, et ceux nouvellement construits le sont systématiquement. Les travaux du lavoir public de Saint-Pantaléon sont exécutés en 1873, par l’entrepreneur Auguste Riousset, de Valréas29. A Taulignan, un second lavoir voit le jour en 1879, place de la République près du nouveau centre de l’agglomération30. Roussas abandonne un ancien lavoir pour en bâtir deux, en haut et en bas du village. Au hameau de Bayonne, commune de Grignan, la fontaine et le lavoir sont logés côte à côte dans deux petits édicules identiques. Valaurie établit ses fontaines publiques en 1891-1892 et fait couvrir son lavoir élevé sur la place, selon le devis de Léon Bernard, architecte31. A Chamaret, le legs d’un généreux donateur, Xavier Sylvestre, permet d’édifier en 1905 un nouveau lavoir vivement réclamé par les habitants. Il est l’œuvre de l’architecte valentinois Joannès Rey32.

Types, formes et décor des fontaines

Les fontaines du canton se rattachent aux deux types de fontaines habituels : fontaine isolée et fontaine adossée. Des 31 fontaines repérées, près de la moitié sont associées à un lavoir, ce qui explique que la fontaine adossée soit le type le plus répandu.

Les matériaux sont les mêmes pour les bassins de fontaines et de lavoirs, construits en pierre de taille de calcaire dur, excepté les plus récents (Colonzelle) ou ceux restaurés tardivement (Montjoyer) qui emploient le béton.

Les fontaines isolées comprennent aussi le peu de bornes-fontaines subsistantes, moins de 10. Celles-ci, œuvres de série, sont des dalles monolithes en pierre calcaire, taillées en demi-cercle à la partie supérieure (Colonzelle, Taulignan, Valaurie) ; à Chantemerle, c’est un pilier vertical de calcaire appareillé muni d’un système de pompe en fonte, probablement reliée à un puits.

La fontaine isolée se présente sous deux formes, les fontaines de plan centré (6 repérées), et celles dont le fût de distribution s’appuie contre un dosseret plat, imitant les fontaines adossées. Ces dernières sont peu nombreuses : fontaine de Citelles (Montjoyer), la plus rustique, adossée à un muret maçonné en moellon et reliée à un lavoir, fontaine-abreuvoir du hameau de Margerie (Colonzelle) ; deux autres sont les fontaines principales des villages de Saint-Pantaléon et de Chantemerle (partie haute du village), auxquelles un sobre décor sculpté – dosseret à ailerons, urne, palmette et vase en couronnement – confère un petit air monumental.

Chantemerle-lès-Grignan. Détail du plan du réseau d'eau de la commune et des aménagements à faire : Fontaine principale. Elévation et coupe, par A. Bertrand, architecte, février 1904, et sa réalisation, la fontaine principale alimentant le haut du village.

Chantemerle-lès-Grignan. Détail du plan du réseau d’eau de la commune et des aménagements à faire : Fontaine principale. Elévation et coupe, par A. Bertrand, architecte, février 1904, et sa réalisation, la fontaine principale alimentant le haut du village. Phot. Alain Franchella © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel / Archives communales de Chantemerle-lès-Grignan, ADAGP, 1997

Les fontaines de plan centré s’élèvent sur les places principales de Grignan (place de la Fontaine), Le Pègue (place de la Bourgade), Salles-sous-Bois (place des Aires), Taulignan (place du 11 Novembre), Colonzelle (place de l’Eglise) et Montjoyer. Elles privilégient le bassin polygonal : carré à pans coupés à Grignan, Salles et Colonzelle, ou octogonal au Pègue et à Montjoyer ; seule l’ancienne fontaine de la Bourgade à Taulignan, démontée en 1957, puis remontée plus loin en 2001, a un bassin circulaire. Le fût de distribution central est contenu dans un pilier plus ou moins épais aux angles abattus. Il sert de support à un éventuel décor : une colonne de pierre coiffée d’une girouette à Salles-sous-Bois, un simple vase en fonte au Pègue, et un socle octogonal piriforme à Montjoyer, portant une statue en fonte de Saint-Paulin, patron de l’église du village, placée en 1925 ; l’arrivée d’eau de cette fontaine sort du bec d’un cygne en bronze (?) ouvrant ses ailes à la base du fût. La fontaine de Montjoyer et celle dite de la Marquise à Grignan sont les seules couronnées d’une statue.

Montjoyer. La place du village, avec au centre la fontaine surmontée d'une statue de Saint-Paulin.

Montjoyer. La place du village, avec au centre la fontaine surmontée d’une statue de Saint-Paulin. Phot. Geneviève Jourdan © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2010

La fontaine adossée est composée d’un dosseret vertical en pierre de taille peu épais dissimulant le fût d’alimentation et d’un bassin ou d’une vasque pour recevoir l’eau. Certaines fontaines, au bassin rectangulaire bas, font aussi fonction d’abreuvoir (Chantemerle, Montjoyer et Le Fraysse).

Si un petit nombre de bassins sont de simples auges carrées ou rectangulaires (Roussas, petites fontaines du Pègue), la majorité est constituée de belles vasques, de plan demi-circulaire ou rectangulaire aux angles adoucis et à rebord en tore ; leur élévation est souvent galbée (fontaines de Coste-Chaude et de Bayonne à Grignan, du Colombier à Chamaret, de Salles-sous-Bois), parfois chantournée. Quelques-unes, comme trois des quatre fontaines de Salles-sous-Bois, identiques, sont posées sur un pied. Le dosseret, formé de dalles rectangulaires, se termine généralement par un entablement nu à corniche moulurée ; un fronton cintré monolithe couronne celui de la Grande Fontaine de Chamaret et une des fontaines de ce village présente un fût en forme d’obélisque. Trois fontaines adossées sont placées à l’intérieur d’une niche en plein cintre à Taulignan, Réauville et Rousset ; leur fût n’apparaît pas. La niche en cul-de-four de celle de Taulignan s’orne d’une coquille en bas-relief. Dans l’ensemble, l’équilibre entre les volumes et les formes pallie l’économie ornementale.

L’accent décoratif se concentre plutôt, dans toutes les fontaines, sur l’arrivée d’eau, simple dégorgeoir terminé en tête de dauphin, mais le plus souvent sortant d’un masque de lion en fonte ; ce mascaron est parfois en pierre, comme celui de la fontaine principale de Taulignan, et la mandegloire33 sculptée à la fontaine de Coste-Chaude à Grignan. Les dégorgeoirs participent au décor des fontaines isolées qui en sont pourvues de deux sur les côtés opposés du fût central, et placés côte à côte sur la fontaine de la Marquise à Grignan, disposition qui se retrouve sur quelques fontaines adossées (Saint-Pantaléon, Chamaret, fontaine-abreuvoir de Chantemerle). A l’aplomb du jet du dégorgeoir, tous les bassins sont munis de barres de métal pour poser les récipients.

Réauville. La fontaine du village adossée au lavoir ; remaniée en 1905, elle conserve son bassin antérieur.

Réauville. La fontaine du village adossée au lavoir ; remaniée en 1905, elle conserve son bassin antérieur. Phot. Alain Franchella © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 1999

Morphologie des lavoirs

 

Presque tous les lavoirs sont couverts ; seuls ceux du Pègue, du hameau de Citelles à Montjoyer et de la place du Cabaret à Salles sont à ciel ouvert. Quatre sont voûtés : ceux, situés en étage de soubassement des anciens châteaux, à Taulignan et Rousset, sont voûtés en berceau.

Montjoyer. Hameau de Citelles. Vue d'ensemble du lavoir à ciel ouvert.

Montjoyer. Hameau de Citelles. Vue d’ensemble du lavoir à ciel ouvert. Alain Franchella © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 1999

Taulignan. Le lavoir de la rue des Fontaines (encore ponctuellement utilisé, en 2000).

Taulignan. Le lavoir de la rue des Fontaines (encore ponctuellement utilisé, en 2000). Phot. Alain Franchella © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2000

Le lavoir dit La Grande Fontaine à Chamaret, le plus ancien, est isolé dans un petit bâtiment carré et ouvre sur le chemin par deux larges arcades en plein cintre ; couvert d’une voûte d’arêtes, il abrite la fontaine adossée à l’un des deux murs aveugles et le lavoir bâti dans son prolongement. Un lavoir plus récent (1893), Grande rue à Salles-sous-Bois, utilise le 1er niveau d’une maison voûtée d’arêtes où se loge aussi une fontaine.

Le lavoir du Mail à Grignan, de forme circulaire (11,30 m de diamètre), fait exception : entourant le bassin rond, 16 colonnes doriques en pierre de Chamaret portent une coupole surbaissée coiffée d’un petit dôme.

Partout ailleurs, ces petits bâtiments indépendants, généralement rectangulaires, de 4 à 10 m de long, adoptent un parti fonctionnel. L’édicule contenant le lavoir, largement ouvert en façade, est bâti en moellon de calcaire des carrières de Taulignan ou de Chamaret et couvert d’un toit de tuiles creuses, ou plates mécaniques, selon l’époque. Le toit en appentis ou à deux versants, à charpente apparente en bois, repose sur le mur du fond et les murs latéraux pour les plus simples, ceux isolés dans la campagne par exemple, mais plus fréquemment sur deux murs et un ou plusieurs piliers en pierre de taille (Chantemerle, Margerie à Colonzelle, Réauville, Roussas, Rousset, Valaurie). Ainsi, quatre piliers de pierre blanche soutiennent la toiture du lavoir de Valaurie appuyé au mur de fortification ; son toit à croupes est souligné d’un lambrequin de bois, décor qu’on retrouve au lavoir situé en bordure de la RD. 538 à Rousset.

 

Petit lavoir de La Font à Réauville.

Petit lavoir de La Font à Réauville. Phot. Alain Franchella © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 1999

 

Valaurie, place du Lavoir. Le lavoir vu de trois quarts.

Valaurie, place du Lavoir. Le lavoir vu de trois quarts. Phot. Geneviève Jourdan © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2011

Celui du village de Chamaret, à l’architecture élégante, s’ouvre sur la place du Bal par trois arcades en plein cintre retombant sur deux colonnes toscanes ; sous la corniche du toit, un fronton central affiche l’inscription « lavoir communal ». Son bassin en pierre de Chamaret est de forme elliptique ; il en existe un exemple proche, de forme allongée aux petits côtés convexes, Grande rue, à Salles-sous-Bois.

Chamaret. Le lavoir du village, construit en 1905 sur les plans de l’architecte Joannès Rey, de Valence, entrepreneur Charransol.

Chamaret. Le lavoir du village, construit en 1905 sur les plans de l’architecte Joannès Rey, de Valence, entrepreneur Charransol. Phot. Alain Franchella © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 1999

 

En majorité de plan rectangulaire, les bassins de lavoir sont constitués d’un muret appareillé et d’une margelle en pierre de taille de calcaire dur, en longues dalles plates ou en blocs plus épais à rebord taillé en tore sur tout le pourtour. Le bassin comprend deux compartiments, l’un plus petit que l’autre, et la margelle inclinée est la plupart du temps creusée d’une rigole en gorge le long de la partie interne à fleur d’eau qui refoule les remous vers le trop-plein. L’alimentation des lavoirs peut se faire par un simple tuyau en fonte ou en bronze à tête de dauphin (Roussas, Montjoyer, Saint-Pantaléon…), ou par l’intermédiaire d’une fontaine comme au village de Chamaret. Le sol de l’édicule est généralement dallé de calcaire, et parfois des banquettes de pierre courent le long des murs (le Colombier à Chamaret, Rousset, R.D. 538).

Les fontaines associées aux lavoirs sont de formes variées. A Valaurie, une borne distribue l’eau dans un bassin rectangulaire qui se déverse ensuite dans celui du lavoir auquel il est accolé. Plus souvent, la fontaine et le lavoir sont distincts, bien que communicants, comme à la Grande Fontaine de Chamaret. A Chantermerle et à Réauville la fontaine est à l’extérieur et communique avec le lavoir auquel elle s’adosse. Les trois fontaines identiques de Salles-sous-Bois sont adossées à côté des trois lavoirs, dont deux au bassin de même style.

Gestion communale optimisée de la ressource en eau

Au début du XXe siècle, et parfois avant, les municipalités réorganisent dans leur commune le réseau et la distribution de l’eau selon un plan d’ensemble. Elles s’adressent pour cela à des spécialistes. Des sources privées sont achetées pour augmenter la capacité, et des études techniques sont réalisées. Les travaux s’étalent sur plusieurs années. De 1881 à 1885, Guilliny, conducteur des Ponts et Chaussées et architecte à Nyons, s’occupe de construire de nouvelles fontaines à Rousset34. En 1893, Salles demande à Auguste Etienne, architecte à Grignan, d’installer un nouveau lavoir public au rez-de-chaussée d’une maison communale35 ; les réparations de l’ensemble des canalisations de la commune seront assurées en 1912 par Barnier, fontainier à Valréas. Le plan de distribution d’eau de Réauville, dressé en 1903, comprend l’implantation de 5 bornes-fontaines aux points cardinaux du village ; la date de 1905 gravée au-dessus de la fontaine-abreuvoir tournée vers la rue marque à la fois sa rénovation et la construction du lavoir auquel elle s’adosse.

Les travaux d’adduction d’eau sont aussi liés à la construction des écoles dont les normes sanitaires sont strictes. Pour cela, l’architecte et géomètre Maurice Durand, de Montélimar, est sollicité en 1906 par la commune de Montjoyer36, puis par celle de Rousset, lors de la construction de son groupe scolaire en 1907, pour l’adduction et le plan de distribution d’eau de source dans les communes du Pègue et de Rousset, travaux qui durent de 1909 à 191337. En 1906, le même architecte dresse le plan et réalise le réseau d’eau de la commune de Colonzelle et du hameau de Margerie, où aux fontaines et lavoirs s’ajoute une série de bornes-fontaines38.

Chantemerle choisit en 1906 Bertrand, architecte de Saint-Paul-Trois-Châteaux, pour moderniser et réorganiser sa gestion de l’eau39 ; une nouvelle fontaine principale alimente la partie haute du village qui bénéficie en plus de plusieurs bornes-fontaines.

En 1935, Maurice Durand signe la réception définitive des travaux d’adduction d’eau de Montjoyer, exécutés par l’entrepreneur Elie Marius Grosjeanne.

Colonzelle, hameau de Margerie. Plan du réseau hydraulique, par Durand, architecte, 1906.

Colonzelle, hameau de Margerie. Plan du réseau hydraulique, par Durand, architecte, 1906. Phot. Alain Franchella © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel / Archives communales de Colonzelle, ADAGP, 1997

Transfert de fonction : de l’utile à l’agréable

Aux premiers temps de l’installation de l’eau courante dans les maisons, les fontaines sont encore utilisées par habitude pour se rafraîchir en rentrant des champs, ou laver des fruits, des légumes, des ustensiles gratuitement. Puis, avec l’accélération des progrès techniques et le changement radical des façons de vivre, elles sont tombées en désuétude, appréciées seulement de quelques promeneurs, d’animaux contents de s’y abreuver et d’enfants joueurs toujours prêts à s’éclabousser.

L’usage du lavoir a perduré malgré l’invention de la machine à laver le linge, introduite lentement dans les campagnes, pas seulement à cause de son coût, mais parce qu’elle ne paraissait pas indispensable. L’exode rural des jeunes a sans doute contribué à apporter le confort moderne dans la maison familiale où ils revenaient. Mais vers la fin du XXe siècle, quelques ménagères encore se servaient du lavoir pour des tâches qu’elles ne pouvaient accomplir chez elles.

Aujourd’hui, si quelques lavoirs sont à l’abandon, la plupart des communes restaurent leurs fontaines et leurs lavoirs, conscientes de la valeur de ce petit patrimoine, témoin de la vie du village à une époque pas si éloignée. La fontaine est souvent fleurie, mais celui qui voudrait s’y désaltérer trouve presque partout un discret panneau apposé « eau non potable »…  Les règles drastiques actuelles sur la qualité de l’eau, auxquelles sont soumises les municipalités, leur imposent cet avertissement. Il faut espérer que de prochains contrôles sanitaires pourront démentir et lever cette mesure de précaution.

Salles-sous-Bois, place des Aires. La fontaine principale du village, à plan centré.

Salles-sous-Bois, place des Aires. La fontaine principale du village, à plan centré. Phot. Geneviève Jourdan © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, ADAGP, 2010

Geneviève Jourdan – Conservateur en chef du patrimoine à l’Inventaire général du patrimoine culturel, Région Rhône-Alpes

Pour citer cet article

Référence électronique

JOURDAN, Geneviève. « Fontaines et lavoirs du pays de Grignan (XIXe-début XXe siècle) », Les carnets de l’Inventaire : études sur le patrimoine – Région Rhône-Alpes [en ligne], 1er août 2012 [consulté le…]. URL : <http://inventaire-rra.hypotheses.org/980>

________________________________________________________________________
Notes

  1. BOUTON, R.P. Jean de la Croix. Au seuil de la Provence. Montjoyer, village paisible. Valence : Sorepi-Domergue, 1984, 263 p. : ill. ; 21 cm ; p. 60
  2. A. C. Chantemerle-lès-Grignan : Inventaire sommaire des archives de la commune de Chantemerle-les-Grignan (Drôme), [antérieures à 1790], comptes consulaires, CC7
  3. A. C. Chantemerle-lès-Grignan : ibid., CC10
  4. LAURENT-FILLIATRE, Marguerite. Clefs pour Rousset. Avignon : A. Barthélemy, 1983, p. 111-112
  5. HUGONNET, Huguette, Taulignan, notre village, Montélimar: Association des onze tours. Tome 1, 1995, 152 p. : ill., p. 134
  6. A. D. Drôme, 16 J 260, 2C2 : Annales de la paroisse de Rousset et du sanctuaire de Notre-Dame, 169 p. ; supplément aux notes de M. Denesson concernant la paroisse de Rousset, p. 113
  7. A. C. Grignan, CC 15
  8. AC Valaurie : série M, Lavoir
  9. A.D. Drôme : 2 O 628 – Montjoyer, liasse Eau, fontaines
  10. A.D. Drôme : 2 O 874 – Rousset, dossier Eau
  11. A.D. Drôme : 2 O 1041 – Salles-sous-Bois, liasse Eau, dossier Fontaines
  12. HUGONNET, Huguette. Taulignan, t. 2, 2000, p. 42
  13. A. D. Drôme 2O 674 – Rousset, Dossier Eau
  14. FALLEX, Eugène. Lettres choisies de Voltaire. Paris : Delagrave et Cie, 1867, t. 1, p. 146-147
  15. Grignan 2000 ans d’histoire / BRISSET, Roger, MIQUEL, Jean-Marie. 291 p. Annexe du Bulletin municipal, n° 18 (mars 1998) – n° 36 (février 2001), p. 107, 110
  16. A.C. Grignan : série M, Lavoir, 1840
  17. A. D. Drôme : 2O 429 – Grignan, Fontaines, adduction d’eau
  18. LACROIX, André. Histoire de l’arrondissement de Montélimar, t. 4 (1873). Réimpr. Nyons : Chantemerle, 1974. Grignan, p. 285-288 ; Grignan 2000 ans d’histoire ; ibid., p. 122-123
  19. Bains et lavoirs publics. Paris : Gide et J. Baudry, 1850
  20. MOISSONNIER, Maurice. Ils ont ouvert les temps nouveaux… Paysans de Chantemerle-lès-Grignan, 1788-1795. Grignan : Philippe Devoghel, 1992, p. 51
  21. A. C. Chantemerle-lès-Grignan : série M, lavoir 1851-1852
  22. Certains archéologues datent ce relief de l’Antiquité : BOISSE, Claude. Le Pays tricastin : petit guide du Tricastin à l’usage du tourisme éclairé. Les Granges-Gontardes : Soc. des amis de l’Abbé Boisse, 1976, n° 5 (numéro spécial), p. 51
  23. A.D. Drôme : 2 O 1041 – Salles-sous-Bois, ibid.
  24. A.D. Drôme : 2 O 1041 – Salles-sous-Bois, ibid.
  25. A.D. Drôme : 2 O 989, Saint-Pantaléon, Bâtiments publics : Fontaine publique, décembre 1850 – avril 1862 et A. C. Saint-Pantaléon, Registre de délibérations du conseil municipal 1853-1879 : 12 mai 1857, 13 juin 1862
  26. A. D. Drôme 2O 628 – Montjoyer, Dossier Eau, fontaines, lavoir public
  27. HUGONNET, Huguette. Taulignan, t. 2, 2000, p. 127
  28. A. D. Drôme 2O 628 – Montjoyer, ibid.
  29. A.C. Saint-Pantaléon-les-Vignes : Délibération du conseil municipal, 23 mars 1873
  30. HUGONNET, Huguette. Taulignan, ibid.
  31. A. D. Drôme : 1O 1544- Valaurie, Comptes an I-1900, et 2O 113, Valaurie, Lavoir public
  32. A. D. Drôme, 2 O 176 Chamaret – Lavoir public
  33. Figure humaine dont les traits s’achèvent en feuillage
  34. A. D. Drôme : 2O 674 – Rousset, Dossier Eau
  35. A. D. Drôme : 2 O 1041, ibid.
  36. A. D. Drôme : 2O 628 – Montjoyer, Adduction d’eau
  37. A.D. Drôme 2O 674 – Rousset, dossier Adduction d’eau
  38. A.C. Colonzelle. Plan du réseau hydraulique, septembre 1906
  39. A.C. Chantemerle-lès-Grignan : série O, Adduction d’eau 1903-1908, plan général et dessin des ouvrages, 1904

L’Italie rendue silencieuse : une loi supprime la Discoteca di Stato

 

En Italie, la Discoteca di Stato a été créée en 19281 et elle a, au fil du temps, engrangé d…

 

En Italie, la Discoteca di Stato a été créée en 19281 et elle a, au fil du temps, engrangé des milliers d’enregistrements sur le terrain : des millers de voix et de musiques qui ont été archivées, cataloguées, numérisées et mises en ligne sur le site de cette institution. La Discoteca di Stato avait aussi la fonction de centraliser le dépôt légal des documents sonores édités, organisation rare en Italie où souvent les institutions culturelles sont dispersées sur le territoire. En 2007, elle avait changé de nom2 pour devenir l’Istituto Centrale per i Beni Sonori ed Audiovisivi (ICBSA), continuant de développer ses collections et de les mettre à disposition de tous les publics. Mais voilà, elle vient d’être purement et simplement supprimée le 6 juillet dernier, par le Decreto legge 95 6 luglio 2012 (article 12) qui a pour titre “Dispositions urgentes pour la révision de la dépense publique”3

Une pétition vient d’être lancée pour soutenir celle qui est restée pour tous la Discoteca di Stato. De nombreux journaux italiens la relaient et les journalistes se désolent de la médiocrité de ce “gouvernement de techniciens” qui ne s’inquiète que des marchés et ne s’intéresse pas à la conservation de la mémoire orale de l’Italie contemporaine. L’inquiétude est grande pour savoir ce que deviendront les collections sonores et tous sont stupéfaits des économies dérisoires qui seront faires, au regard de la perte irréparable de cette suppression.

Alessandro Portelli publie dans Il Manifesto du 17 juillet 20124 un très bel article, sous le titre Silenzio di Stato. Il y écrit à propos du gouvernement Monti :

“La politique de ce “gouvernement de techniciens” en direction de la culture – les écoles, les universités, les instituts de recherche (comme par exemple l’Institut national de physique nucléaire) – m’a convaincu d’une chose : un technicien n’est pas nécessairement une personne cultivée. Un technicien peut effectuer un certain nombre d’opérations spécifiques dans un secteur défini, mais pour autant il n’est pas tenu  de comprendre tout ce qui peut être en dehors de son territoire, et encore moins d’avoir de l’imagination ou une vision du monde . Comme le seul secteur qui compte pour ce gouvernement et le seul pour lequel il déclare avoir des compétences, est celui de  l’économie et des marchés financiers, voilà que la devise attribuée à Tremonti se réalise : Con la cultura non si mangia (Ce n’est pas avec la culture que l’on peut manger)5”.

A la manière de Francesco de Gregori, Andrea Sarta dans L’Unità dit adieu à l’Italie qui lutte, qui prie, qui se rebelle, qui danse, qui chante, qui s’amuse et qui laisse des traces (22 juillet 2012).

Angelo D’Orsi, sur La Repubblica du 17 juillet 2012, s’en prend aussi à ce “gouvernement de professeurs”‘, avec un titre sobre mais incisif Salviamo la discoteca di Stato. Il revient sur la richesse et l’importance de cette institution et s’insurge : “C’est une décision absurde, d’un point de vue économique (les coûts de l’Institut sont modestes),  mais aussi honteuse d’un point de vue culturel. Un Etat moderne doit  avoir une institution dont la mission est de recueillir et de conserver le son des témoignages de son histoire nationale, le rendant disponible à la communauté”.

Signez la pétition contre la fermeture de la Discoteca di Stato !

http://www.unita.it/culture/italia-senza-memoria-audiovisiva-br-non-chiudete-la-discoteca-di-stato-1.429068

 

Crédits photographiques : Mount Vesuvius and children from covered homes, par Shaffer, Melvin, 1944. Part Of : World War II photographs, Medical Museum and Arts Service. Place: Italy; San Sebastiano al Vesuvio; Vesuvius. Collection of SMU Central University Libraries. No known copyright restrictions

 

  1. loi du 10 août 1928
  2. Le DPR n. 233 du 26 novembre 2007, DM del 7 ottobre 2008 transforme la Discoteca di Stato en ICBSA – Istituto Centrale per i Beni Sonori ed Audiovisivi
  3. Disposizioni urgenti per la revisione della spesa pubblica con invarianza dei servizi ai cittadini
  4. Professeur de littérature anglo-américaine à Rome, critique musical et historien spécialiste d’histoire orale Alessandro Portelli travaille sur les collections sonores de la Discoteca di Stato. Il a en particulier publié en 1999 un ouvrage sur le massacre des fosses Ardéatines qui s’appuie sur des témoignages oraux.
  5. A cette phrase attribuée au Ministre de l’économie italien Giulo Tremonti Umberto Eco a répondu une lettre sur Alphabeta2 L’anorexie culturelle ne nourrit pas, le 27 janvier 2011

Les vestiges du moule à cloche de l’église

La fouille de la partie ouest de la nef de l’église Saint Martin a permis la mise au jour d’une stru…

La fouille de la partie ouest de la nef de l’église Saint Martin a permis la mise au jour d’une structure dont l’identification s’est révélée ardue. Cette structure de forme circulaire, d’environ 60 centimètres de diamètre est composée de briques biseautées liées par une argile rouge et fine ; sans trop de conviction, elle avait initialement été qualifiée de « four ».

Cependant, la fouille minutieuse des alentours a fourni de précieux indices : le niveau archéologique sur lequel reposait la structure était parsemée de charbons, de nodules métalliques et de fragments de terre brûlée.

C’est finalement la découverte d’un sédiment de terre charbonneuse, dégagée à proximité, qui a fait toute la lumière sur la véritable nature du « four » : en réalité, un moule à cloches.

 

Il est en effet fréquent de découvrir, lors des fouilles d’églises, des moules à cloches à l’intérieur des édifices . Le coulage d’une cloche comportant des étapes précises, l’organisation des vestiges retrouvés est facilement identifiable d’un point de vue chronologique :

  • Creusement d’une fosse d’une taille proportionnelle à celle de la future cloche ;
  • Installation au fond de cette fosse de la structure interne du moule, en brique ;
  • Recouvrement de ce moule en brique par le moule externe en terre, un espace étant réservé entre les deux moules et une ouverture ménagée au sommet ;
  • Comblement de la fosse ;
  • Coulage du métal en fusion dans l’ouverture au sommet des moules. Le métal utilisé est, sauf de rare exceptions, de l’airain (un alliage de cuivre et d’étain, choisi pour des questions de qualités de la sonorité) ;
  • Déblaiement de la fosse, afin de briser le moule externe puis de libérer la cloche.

Le moule à cloche de l’église Saint-Martin ainsi identifié comme tel, l’organisation de la zone autour de lui peut être réinterprétée d’un œil neuf. L’ébauche de mur composée de deux assises de briques isolant la zone du moule du reste de la nef, d’abord interprétée comme un caveau, est en fait un reste de maçonnerie construite par les ouvrier fondeurs afin de renforcer un côté de la fosse creusée pour couler la cloche. Les nodules métalliques éparpillés autour du moule sont des déchets de fonderie. Les charbons témoignent de l’intense chaleur dégagée lors du coulage de la cloche. Quant au sédiment de terre charbonneuse, il s’agit trés certainement du moule externe, brisé et jeté là par les ouvriers lors du déblaiement de la fosse pour récupérer la cloche refroidie.

Il est relativement difficile de dater ce moule. En effet, les techniques de fonte des cloches sont quasi identiques depuis l’Antiquité jusqu’à l’époque Moderne. Deux petites monnaies ont été découvertes près du moule à cloche de l’église Saint-Martin, malheureusement rongées par la corrosion et illisibles. Cependant, il est possible d’évaluer la profondeur de la fosse, ce qui donnerait une idée de la hauteur du sol à l’époque ou fut fondue la cloche. Cette indication, qui reste peu précise, ainsi que le diamètre caractéristique de la cloche (un peu plus de soixante centimètre de diamètre) permettent de supposer une datation aux alentours du XVIIIe siècle.

Il serait intéressant de consulter les archives, en quête du document officiel de commande de la (ou des) cloche(s). Une telle découverte permettrait d’affiner la datation de cette structure très partiellement conservée.

Jo JOGUET

Pourquoi les Tsiganes aiment les hérissons

Le hérisson occupe une place prépondérante dans la culture tsigane. Il est même reconnu comme un sym…

Le hérisson occupe une place prépondérante dans la culture tsigane. Il est même reconnu comme un symbole. D’où provient l’engouement culinaire des Tsiganes pour cet animal ?
« On mange du cochon, et le cochon mange tout ; tandis que le hérisson, c’est une viande saine parce qu’il est propre. Si nous mangeons des poulets, pourquoi ne mangerions-nous pas des hérissons ? Les poulets sont malpropres parce qu’ils mangent tout ce qu’ils peuvent trouver. »*
Les Tsiganes se soumettent à une série d’interdits, notamment sur le plan alimentaire, par souci d’hygiène et pour des motivations d’ordre symbolique. Ces interdits reposent sur une distinction entre l’extérieur et l’intérieur du corps social autant que du corps physique et sur une interprétation de la sexualité . En substance, il faut éviter d’ingérer des aliments contaminés par la souillure des Gadjé, par les sécrétions externes du corps humain (tels les cheveux et les pellicules), par l’impureté cyclique et temporaire de la femme, par le comportement de certains animaux (notamment sur le plan de la toilette et des pratiques alimentaires). Ainsi, grâce à ses piquants qui le protègent de la saleté extérieure, le hérisson est propre et il aurait même des vertus thérapeutiques. Par son mode de vie et sa psychologie, le hérisson serait donc un peu le Tsigane du règne animal…

Pour en savoir plus :

Hérisson oriental

• Des livres :
Des Tsiganes en Europe. Sous la direction de Patrick Williams.
“Nous, on n’en parle pas.” Les vivants et les morts chez les Manouches , de Patrick Williams.

• Des articles :
* “Les ‘compagnons du buisson’. Le hérisson au pays des Tsiganes” , Alain Reyniers, Terrain, n° 10, Des hommes et des bêtes (texte intégral).

• Sites et Blogs :
Urba-Rom, la revue Études Tsiganes.

La situation sanitaire et sociale des « Rroms migrants » en Île-de-France, une référence indispensable sur la question

Dans son étude sur la Situation sanitaire des « Rroms migrants » en Île-de-France publiée en 2012, e…

Dans son étude sur la Situation sanitaire des « Rroms migrants » en Île-de-France publiée en 2012, et disponible sur le site de l‘Observatoire Régionale de la Santé , la socio-démographe, Sandrine Halphen fait un état des lieux désormais indispensable pour tous ceux -travailleurs sociaux, professionnels de la santé, acteurs associatifs, acteurs politiques, chercheurs et simples citoyens – qui s’intéressent aux migrants roms en situation précaire dans la région-capitale et, plus largement, en France.

Le rapport est construit en trois parties. La première examine les « déterminants sociaux » de la santé des migrants roms en région parisienne en s’attachant à la fois à présenter les populations concernées, les difficultés d’accès aux droits (emploi, séjour, protection maladie) que ces dernières rencontrent, tandis que la seconde partie met davantage l’accent sur l’état de santé « très dégradé » des populations en question. Enfin, l’auteure s’attache à décrire les actions engagées par les pouvoirs publics pour remédier à cette situation tout en soulignant les freins à l’amélioration de leur situation sanitaire et sociale.

Parmi les idées fortes de cette étude, je retiendrai pour ma part le lien étroit que fait l’auteure entre les processus sociaux et politiques à l’origine de la grande précarité des migrants roms, d’une part, et l’état de santé des populations en question, d’autre part. « Les Rroms présentent surtout les caractéristiques sanitaires de l’exclusion » écrit en effet S. Halphen, qui précise à l’occasion la nature du lien entre précarité et (mauvais) état de santé. Pour la sociologue, ce lien réside notamment : dans le problème de l’accès aux soins et aux droits à la santé, qui peut résulter, entre autres choses, du refus de soins à l’égard des bénéficiaires la Couverture Maladie Universelle (CMU) par certains médecins ou professionnels de la santé ; dans le recours tardif aux soins, qui serait lié à l’absence d’ouverture de droits, aux « logiques de l’urgence » modifiant l’ordre des priorités des personnes, par exemple après une expulsion ; et dans l’inadaptation de dispositifs de soins, lesquels sont territorialisés ou « sectorisés » selon l’expression de l’auteure, alors que les migrants roms en situation précaire sont contraints à la mobilité, voire à l’errance à cause des évacuations de terrain qui ont pris une tournure systématique.

Un autre intérêt de l’étude réside à mon avis dans la comparaison des publics en situation de grande précarité. Dans quelle mesure les migrants roms se distinguent-ils d’autres publics en situation précaire ? Faut-il invoquer la culture ? Certainement pas selon la sociologue qui insiste plutôt sur les différences suivantes : l’absence de perspectives et de possibilités d’insertion pour les migrants roms en France, la stigmatisation et discrimination dans les pays d’origine favorisant l’instauration d’un sentiment de méfiance vis-à-vis des institutions ; et la méconnaissance des populations roms
par les professionnels sanitaires et sociaux qui vont alors « recourir à des explications culturalistes pour qualifier les comportements des populations rroms, niant par là-même les processus sociaux et politiques qui conduisent à ces comportements, aboutissant alors à des réponses parfoisinappropriées et/ou des traitements inéquitables » (p. 86).

Enfin, le travail de S. Halphen conduit à identifier quelques freins à l’amélioration de la situation sanitaire et sociale des migrants roms en situation précaire, à savoir les mesures de rejet (dont les réformes récentes de l’Aide médicale Etat qui restreignent l’accès aux droits à la santé) ; la crainte de l’ « appel d’air », souvent exprimée par les acteurs locaux et les contradictions au sein de l’action publique qui oscille en effet entre rejet et accompagnement des migrants roms en situation précaire.

Bien sûr, il est possible d’émettre quelques réserves à la lecture de cette étude. Le problème des sources peut ainsi être souligné dans cette étude comme dans tant d’autres travaux sur la question qui, en définitive, se basent en grande partie sur des sources associatives. S. Halphen le rappelle d’ailleurs volontiers : « les données disponibles sur la santé des populations rroms en Île-de-France [sont] issues dans leur quasi-totalité des interventions conduites par Médecins du Monde » (p. 71).En outre, on peut s’interroger sur la « mise en cohérence » des politiques que l’auteure appelle de ses vœux. Cette mise en cohérence ne risque-t-elle pas, en effet, d’aboutir à la généralisationde dispositifs d’hébergement et d’insertion qui, à défaut d’assurer l’insertion effective ou de renforcer l’autonomie des publics visés, soient surtout des instruments de gestion des mobilités et d’encadrement des personnes ?

Mais ces critiques sont minimes à côté de l’intérêt que représente cette étude. Solidement étayé par une cinquantaine d’entretiens réalisés dans la sphère institutionnelle et dans le milieu associatif,ainsi que par une recherche bibliographique et documentaire approfondie, le travail de Sandrine Halphen présente tout à la fois des synthèses et des pistes de réflexion sur l’état de santé des migrants roms en France aujourd’hui en Île-de-France, des informations nombreuses et actualisées
sur cette question mais aussi sur les politiques publiques et les pratiques administratives, ainsi que des éléments de comparaison avec les pays voisins.

Au terme de cette lecture rapide, la question est, me semble-t-il, de savoir ce que les commanditaires de ce travail, à savoir l’Etat (Préfecture de région d’Île-de-France et Direction régionale des affaires sanitaires et sociales- désormais Agence régionale de santé d’Ile-de-France) et le Conseil régional d’Île-de-France vont faire de ce rapport. En effet, celui-ci est très intéressant mais aussi quelque peu dérangeant car il met en avant le rôle et par conséquent la responsabilité des pouvoirs publics dans la dégradation de l’état de santé des migrants roms en situation précaire sur le territoire francilien.

Georges Lefranc:entre histoire, socialisme et résilience

quelques livres de Lefranc sur le bureau
«L‘auteur a vécu l’événement comme membre de la S.F.I.O. et…

quelques livres de Lefranc sur le bureau

«L‘auteur a vécu l’événement comme membre de la S.F.I.O. et de la C.G.T., mais en bon universitaire, il a voulu écrire une histoire sans passion.»[1] C’est ainsi que Michel Winock présente en 1966 dans les Lettres françaises Georges Lefranc, auteur de L’Histoire du Front populaire[2] qui est l’objet dans la revue d’un compte rendu. Cette citation à propos d’un livre que Winock juge quand même «un tantinet ennuyeux » explique parfaitement ce que je voudrais étudier dans ce billet. En effet dans le cadre de la réflexion sur les historiens du socialisme et le rapport qu’ils entretiennent à leur objet d’étude, le cas de Georges Lefranc me semble intéressant. Comment devient-on historien du socialisme alors qu’on a soi-même été un acteur important de ce mouvement politique ?

                Pour qui s’intéresse à l’histoire de la SFIO, lire les ouvrages de Georges Lefranc est un passage obligé. Auteur du premier «Que Sais-Je?» sur le Front populaire[3] mais aussi d’une histoire générale du parti socialiste sous la IIIe république[4], ou encore contributeur à L’Histoire générale du socialisme dirigée par Jacques Droz[5], cet historien est l’auteur d’une œuvre importante et reconnue sur le socialisme français. Il m’arrive d’ailleurs souvent de rechercher chez des bouquinistes des livres que Lefranc a publiés et qui pour la plupart ne sont plus réédités aujourd’hui. Pourtant il n’est pas certain que, comme l’affirmait Winock en 1966, ce soit l’auteur d’une histoire dépassionnée du socialisme.

Le parcours d’un militant :

               Né en 1901, Georges Lefranc devient étudiant à l’École normale supérieure de la rue d’Ulm et obtient l’agrégation d’histoire en 1927. Militant à la fédération nationale des étudiants socialistes, il organise au début des années 1930 une tendance, «Révolution constructive », qui regroupe quelques jeunes intellectuels et universitaires qui souhaitent renouveler le socialisme et le syndicalisme en France. Marqués par les travaux de Henri de Man et par le planisme, les militants de cette tendance voulaient développer des structures capables de créer une culture ouvrière qui bouleverserait la civilisation bourgeoise et entraînerait ainsi l’avènement du socialisme. Dans cette optique, Lefranc et ses compagnons organisent également au sein de la CGT le centre confédéral d’éducation ouvrière (CCEO) qui rassemble des «écoles» militantes partout en France. Il est, avec sa femme Emilie, le superviseur de cette organisation au sein de la CGT qui accueille, de plus, favorablement les idées planistes[6]. Ce n’est pas le cas au sein de la SFIO où la tendance de Lefranc se désagrège peu à peu devant l’hostilité très forte de la majorité des socialistes vis-à-vis des idées développées par le militant et son groupe. Georges Lefranc se retrouve à la fin des années 1930 dans la tendance « Redressement » souvent composée d’intellectuels qui ont pour programme politique le pacifisme, l’anticommunisme et la volonté de transformer la SFIO et l’ensemble de la société sur des bases nouvelles.

                Lefranc est durant cette période celui qui s’occupe au sein de l’Institut supérieur ouvrier de la CGT de l’enseignement de l’histoire : il publie des brochures qui servent de manuels dans tous les collèges du travail[7]. On retrouve ainsi des brochures sur l’histoire économique et sociale, mais aussi sur l’histoire du mouvement ouvrier. Par exemple le 6e cours sur l’histoire du mouvement ouvrier a pour thème « le syndicalisme depuis la guerre ; la CGT au lendemain de la guerre ; les grèves de 1920 ; les caractères actuels du syndicalisme ». On voit donc qu’il s’agit certes d’un enseignement de l’histoire mais surtout d’une éducation militante dont les attendus dépassent le simple cadre de l’histoire scientifique.

  Juin 1940 : «bilan de notre socialisme» :

Esprit, juin 1940

Georges Lefranc publie dans la revue Esprit  en juin 1940 un article intitulé « Bilan de notre socialisme »[8]. Le constat est amer : le socialisme semble incapable d’arriver au pouvoir, « cette espérance est touchée à mort », « nous sommes devant un monceau de ruines ». Pour Lefranc, c’est l’ensemble de l’édifice du mouvement ouvrier qui s’écroule depuis le début de la guerre. Il écrit surtout une attaque en règle contre les militants ouvriers qui sont coupables de ne pas avoir adhéré aux idées défendues par Lefranc, et son jugement est très négatif : « nous avons compté sans l’infériorité intellectuelle du grand nombre, sans sa faiblesse morale, sans sa paresse aussi». Il veut ensuite développer de nouveaux principes : tout d’abord donner le premier rôle aux «élites», ensuite adopter le principe d’ «autorité» et enfin il faut que la volonté de changement qu’il souhaite à présent s’incarne dans une «foi» nouvelle car l’homme «a besoin de se sentir relié à une communauté qui le dépasse ». Enfin, l’avènement d’une ère nouvelle se fera dans le cadre national car la nation est un horizon indépassable. On retrouve dans cet article de nombreuses idées développées au même moment par Henri de Man et ses amis ; Lefranc souligne d’ailleurs que ce ne sont pas en réalité des idées nouvelles mais que cela fait écho à des « discussions commencées en d’autres temps, sous d’autres cieux ». Assurément avec le recul de l’historien, le contenu de cet article  peut étonner tant il semble faire écho aux idées défendues par de nombreux partisans d’un nouveau régime à partir de juin 1940. J’y retrouve également de nombreuses résonnances avec le contenu du livre de Zeev Sternhell, Ni droite ni gauche, l’idéologie fasciste en France[9] qui offre une histoire de la généalogie du fascisme en insistant sur l’importance des courants planistes comme incubateurs de cette idéologie. Il est d’ailleurs étonnant que Sternhell n’ait pas utilisé cet article, sauf erreur de ma part, à l’appui de sa thèse, lui qui utilise par ailleurs fréquemment les écrits de Lefranc ou ceux parus dans Esprit.

                Surtout, l’article cité montre une conversion de Lefranc en 1940, et peut-être même avant, à de nouvelles idées, éloignées de celles défendues traditionnellement par la SFIO. Le militant ouvrier choisit de soutenir Pétain à partir de juin 1940 et écrit dès lors dans plusieurs journaux de la gauche collaboratrice où il retrouve d’autres anciens socialistes attachés au pacifisme, à l’anticommunisme et séduits par le projet de Vichy[10]. Mais cette conversion en entraîne une autre puisque victime ensuite de l’épuration en 1944-1945, Georges Lefranc abandonne la sphère militante pour se consacrer à la carrière d’historien du socialisme et du mouvement ouvrier.

L’historien du socialisme :

                Écarté à la Libération, Georges Lefranc peine à retrouver un poste d’enseignant. Peu à peu toutefois, il devient un historien réputé du mouvement socialiste. Ses travaux, reconnus et multiples, sont de réels apports à la connaissance de l’histoire du socialisme en France et il n’y a aucun doute sur ce point. Cependant, puisqu’il est question de cet aspect dans cette série de billets, j’aimerais poursuivre l’analyse sur le positionnement adopté par Lefranc vis-à-vis de son sujet d’étude.

                M.Winock, que je citais en introduction, voyait dans le travail de Lefranc une histoire dépassionnée du mouvement ouvrier et du Front populaire. C’est d’ailleurs ainsi qu’il caractérise lui-même  également son travail : ainsi dans la préface de son livre Essais sur les problèmes socialistes et syndicaux [11] paru en 1970 date à laquelle son œuvre d’historien est pleinement reconnue par le public et l’institution (il est devenu docteur sur titres à la même date) il explique que s’il a « joué un rôle actif. » « [ S’il a] vécu les événements », il a toutefois adopté une méthode historique éprouvée : « j’ai essayé d’infléchir les faits avant d’en écrire l’histoire, trente ou quarante ans plus tard »[12]. On peut donc voir que l’historien Lefranc au travail s’oblige à faire une histoire la plus distanciée possible du socialisme en France. Et cette volonté est incontestable dans les différents travaux de l’auteur. Mais toutefois dans cette configuration bien particulière d’« engagement et distanciation » en histoire ouvrière, l’ancien militant  fait preuve d’une réflexivité sincère sur sa pratique d’historien : ainsi dans la même préface, il écrit que malgré toutes les précautions prises pour faire œuvre d’historien, « il (l’historien) ne peut affirmer qu’il n’est pas resté enfermé dans une vision égocentrique. Il a été guetté par le danger qui menace habituellement les auteurs de Mémoires, par le double risque de présenter une vue complaisante des choses en ce qui le concerne et de se laisser glisser à un réquisitoire contre ceux qui ont, à un moment, gêné ou contrarié son action »[13]. On peut lire dans ces lignes que l’historien est bien conscient des difficultés de son entreprise et que ce qu’il écrit est soumis à de multiples tensions, entre la distanciation nécessaire à tout travail d’historien, la fidélité des engagements passés et la volonté de justifier ses actions voire ses erreurs d’analyse.

                C’est que Lefranc est profondément marqué par son vécu durant la Seconde Guerre mondiale et par les difficultés qu’il a ensuite connues. Aussi, on peut voir dans plusieurs des ses livres qu’il laisse tout de même fréquemment apparaître des jugements personnels rétroactifs. Et pourtant il fait encore une fois un travail d’historien remarquable toujours très utile aujourd’hui et reconnu à sa juste valeur. Deux considérations a priori contradictoires sont ici réunies et me font penser dans ce cas précis au concept de résilience. Pour Lefranc, écrire l’histoire du socialisme, c’est comme trouver le chemin pour continuer à être fidèle à son engagement d’origine par d’autres moyens d’action. On peut définir la résilience comme la capacité à dépasser un événement traumatique, à transformer en une issue positive un épisode de la vie qui n’est en soi que négatif. Et comme le souligne Boris Cyrulnik « le malheur n’est jamais pur, pas plus que le bonheur. Mais dès qu’on en fait un récit, on donne sens à nos souffrances, on comprend longtemps après, comment on a pu changer un malheur en merveille, car tout homme blessé est contraint à la métamorphose »[14].

                Dans son œuvre que je qualifie ici de « résiliente », Georges Lefranc n’en oublie pas non plus de justifier sa propre action et son état d’esprit de l’époque : ainsi à la relecture de tout ce qui vient d’être dit jusqu’à présent, il est certain qu’à plusieurs reprises dans ses travaux, l’historien sort de la distance scientifique dont il se revendique pour en quelque sorte régler des comptes sur le dos du passé du mouvement socialiste. Ainsi, il est volontiers critique à propos de l’épuration qui touche le mouvement ouvrier dans l’immédiat après guerre, il renoue également bien souvent avec son anticommunisme de militant lorsqu’il évoque le PCF ou la CGT. Surtout, et cela m’a surpris à la relecture de ses livres que j’ai faite pour rédiger ce billet, il est particulièrement ambivalent lorsqu’il évoque la personnalité de Léon Blum, dont il valorise objectivement l’action déterminante pour le mouvement ouvrier en France et qu’il étudie à plusieurs reprises. Mais lorsqu’il s’agit de caractériser l’homme, le militant, l’intellectuel, on peut lire des formules qui n’arrivent pas à cacher une certaine et réelle hostilité : ainsi « la personnalité de Léon Blum est une personnalité à facettes » et certaines de ses convictions par exemple « demeurent, provisoirement, dans l’ombre, pour des raisons tactiques »[15]. On pourrait relever dans les livres de l’historien sur Blum mais aussi sur d’autres leaders socialistes, des jugements de valeur qui dépassent le cadre habituel  du travail de l’historien. Sans doute est-ce parce que Blum en tant que leader de la SFIO dans l’entre-deux-guerres a fait beaucoup pour que les idées planistes défendues par Lefranc ne deviennent jamais majoritaires au sein du parti, et Lefranc s’en souvient lorsqu’il relate les écrits de Blum à propos de la jeunesse : « Lorsque Léon Blum écrit ces lignes oublie-t-il qu’il vient de faire barrage – avec efficacité- contre les jeunes socialistes qui, pour la plupart âgés de moins de trente ans, souhaitaient l’inflexion du socialisme vers le planisme ? »[16]. On voit bien ici que l’historien laisse place très régulièrement à l’ancien militant qui entend justifier son action passée. Souvent Georges Lefranc porte un regard sur son objet d’étude qui a des résonances avec ce qu’il pouvait penser dans l’entre-deux-guerres. On peut ainsi déceler facilement une influence durable des idées de Henri de Man sur ses propres conceptions du rôle des intellectuels au sein du mouvement socialiste ou encore en ce qui concerne la nécessaire éducation des « masses ».

Que retenir pour le moment ?

                Le cas de Georges Lefranc me paraît intéressant dans l’analyse du thème d’ensemble que j’ai choisi ce mois-ci pour la Villa réflexive parce qu’il offre l’exemple d’un ancien militant qui devient un des plus importants historiens du socialisme, et que, ce faisant, il s’oblige à analyser son rapport à l’objet. Voulant écrire, avec les outils scientifiques de l’historien, une chronique du mouvement socialiste, Georges Lefranc fait également œuvre de résilience en donnant un sens nouveau à son expérience militante et à sa connaissance intime du sujet. Mais s’il se place dans un cadre purement scientifique, il s’écarte toutefois souvent de l’«objectivité » de l’historien pour soutenir une position bien plus affirmée qui est une relecture personnelle de son propre passé. Mais peut-être que l’essentiel est que Lefranc ait toutefois réussi à constituer une œuvre d’historien reconnue encore aujourd’hui, ce qui prouve sans doute qu’il a réussi à trouver la bonne distance.

Programme à venir :

                Je continue dans les prochains billets à étudier les multiples facettes de l’engagement et de la distanciation en histoire ouvrière. Après avoir abordé dans le prochain billet le cas d’Ernest Labrousse, je ferai un premier bilan plus personnel du thème général abordé ici jusqu’à présent. Ensuite seront mis à contribution non plus des historiens professionnels mais des militants du mouvement ouvrier qui en rédigeant leurs mémoires ont toutefois voulu faire un travail d’historien. L’avant dernier billet concernera encore un autre cas de figure : non pas un historien ou un militant, mais l’évocation d’un philosophe qui a étudié bien des éléments en jeu ici : il s’agit de Paul Ricoeur, et il n’est pas dû au hasard cependant que je choisisse ce penseur car il a été aussi avant 1940 un militant socialiste en Bretagne. L’ultime billet, enfin, reviendra sur l’expérience de ce mois d’écriture et tentera d’apporter quelques idées saillantes sur l’importance de la réflexivité dans la pratique de l’historien lorsqu’il étudie le mouvement ouvrier.

stéréogrammes ( autour de 1910), coll.particulière

  Les deux billets qui seront davantage centrés sur les question de réflexivité, d’engagement et de la distanciation et sur mon expérience personnelle auront une autre caractéristique. Comme il est devenu une tradition ici, j’ai essayé de trouver des illustrations dont la présence incite encore davantage à la réflexion. Le hasard a voulu que je tombe dernièrement sur une série de stéréogrammes qui me semblent parfaitement adaptés : ces stéréogrammes, deux planches photographiques a priori identiques collées en parallèle sur un support cartonné, m’ont dans un premier temps surpris. Mais j’ai ensuite appris le principe qu’ils révèlent : pour lire ces stéréogrammes, il faut un appareil simple qui permet de donner la sensation de visionner le document en relief. Les deux surfaces ne font alors plus qu’une et l’impression de relief donne un nouveau rapport à l’image et à son contenu. Je trouve que c’est une métaphore adaptée à ce que j’essaye de faire ici : relater d’un côté des œuvres historiques élaborées selon un modus operandi scientifique et les confronter aux parcours des auteurs qui souvent sont eux-mêmes plongés dans les événements qu’ils analysent. Il s’agit de deux visions d’une même réalité, mais deux visions parallèles, comme le sont les deux parties d’un stéréogramme, identiques, mais différentes aussi. L’utilisation obligée d’un appareil spécifique pour découvrir une réalité augmentée de l’image peut s’assimiler au travail que j’ai entrepris ici. J’espère seulement que cela ne sera pas trop flou.

[1] Michel Winock «à la recherche du Front populaire », Les Lettres françaises, 23 juin 1966.

[2] Georges Lefranc, Histoire du Front populaire, Payot, Paris, 1965.

[3] Georges Lefranc, Le Front populaire, PUF, Paris, Que Sais-Je ?, 1965. Aujourd’hui il y a deux autres « Que Sais- Je ? » sur le Front populaire, l’un écrit par Jean-Paul Brunet, l’autre plus récent écrit par Jean Vigreux. Les trois livres forment un ensemble très utile à la connaissance de cette période et sur l ‘évolution de l’historiographie sur le sujet.

[4] Geroges Lefranc, Le Mouvement socialiste sous la Troisième République (1875-1940), Payot, Paris, 1963.

[5] Jacques Droz (dir.), Histoire générale du socialisme, 4 tomes, PUF, Paris, Quadrige, 1997 (Première édition : 1977)

[6] Morgan Poggioli « Le Centre confédéral d’éducation ouvrière : un mouvement d’éducation populaire dans les années 1930 » in Guy Brucy et alii, Mouvement ouvrier et formation, L’Harmattan, Paris, 2009, pp.111-126. Le CCEO a été à plusieurs reprises étudié, cet article offre la synthèse la plus récente sur le sujet.

[7] Je m’intéresse dans le cadre de ma thèse au collège du travail de Brest auquel participait l’intellectuel Jean Gosset qui rend compte de cette expérience dans la revue Esprit en 1938. Si l’action éducative de la CGT est globalement bien connue aujourd’hui, ce n’est pas le cas des actions en province. Sur le collège de Brest, il n’existe pas pour le moment d’étude hormis ce témoignage de Jean Gosset. Ce dernier participe ensuite à la Résistance et meurt après son arrestation en 1944. Il a écrit plusieurs articles dans le journal Le Finistère syndicaliste avant 1940.

[8] Georges Lefranc «  Bilan de notre socialisme », Esprit, n°92, juin 1940. Les citations qui suivent sont issues de ce texte.

[9] Zeev Sternhell, Ni Droite, ni gauche, l’idéologie fasciste en France, Éditions Complexe, Bruxelles, nouvelles édition, 2000. Ce livre, dont on peut contester certains aspects, est un des livres qui a le plus influencé ma recherche en cours sur de très nombreux aspects. C’est en particulier une très intéressante étude sur le courant planiste.

[10] Sur le parcours de Georges Lefranc durant l’occupation, l’étude de Jean-François Sirinelli fournit de précieuses et nombreuses indications : Génération intellectuelle. Khâgneux et normaliens dans  l’entre-deux-guerres, Fayard, Paris, 1988.

[11] Georges Lefranc, Essais sur les problèmes socialistes et syndicaux, Payot, Paris, 1970.

[12] Georges Lefranc, op.cit., p.8.

[13] Georges lefranc, ibid.

[14] Boris Cyrulnik, Un merveilleux malheur, O.Jacob, Paris, 2002, p.8.

[15] Georges Lefranc, Jaurès et le socialisme des intellectuels, Aubier, Paris, 1968, p.132.

[16] Georges Lefranc, op.cit., p.139.

Les établissements de bains (βαλανεῖα) dans le patrimoine des élites athéniennes

Étude réalisée par Julien FAGUER (ENS – Univ. Paris Ouest Nanterre La Défense) dans le cadre d…

Étude réalisée par Julien FAGUER (ENS – Univ. Paris Ouest Nanterre La Défense) dans le cadre du séminaire de master d’Histoire ancienne animé par Marie-Françoise Boussac (Univ. Paris Ouest Nanterre La Défense).

Bain grec (Th. Fournet)

Deux plaidoyers d’Isée, prononcés dans les années 390-360, fournissent l’inventaire partiel d’un patrimoine où figure un établissement de bains, βαλανεῖον : le discours V, Sur la succession de Dikaiogénès, et le discours VI, Sur la succession de Philoktémon1.

Les deux patrimoines en question, celui de Dikaiogénès (II), mort dans une bataille navale à Cnide aux alentours de 412/411, et de son fils adoptif Dikaiogénès (III) et celui d’Euktémon, père de Philoktémon, présentent la particularité d’être à la fois fonciers et urbains. Euktémon de Képhisia possédait au moins une ferme, ἀγρός, près de son dème paternel, à Athmônon, tandis que la fortune de Dikaiogénès de Kydathénaiôn, dont le grand-père a été stratège vers le milieu du Ve siècle, devait inclure plusieurs biens fonds dans les plaines environnant la cité : le patrimoine dilapidé par le fils adoptif aurait comporté un grand nombre de biens immobiliers, κτήματα, et de domaines agricoles, ἀγροί2. Au moment où les procès ont lieu, les deux patrimoines comportent ou ont comporté également un volet urbain, à caractère locatif, en particulier des immeubles de rapport (συνοικίαι), ainsi que, pour le second, des esclaves ouvriers (δημιουργοί) qui ont pu travailler en atelier ou à l’extérieur de l’oikos, selon le régime de l’apophora.

On tente de voir dans ce qui suit la fonction que pouvaient remplir ces établissements de bains dans les ressources de membres éminents de la classe liturgique athénienne.

1- Nature et fonctionnement des βαλανεῖα d’après les sources du IVe siècle

D’autres témoignages du IVe siècle permettent d’entrevoir la place importante que tiennent les établissements de bains dans la vie quotidienne et d’en reconstituer, dans les grandes lignes, le fonctionnement. Quatre des trente portraits dressés par Théophraste dans ses Caractères font ainsi référence à des établissements de bains3. Aux bains, l’« homme sans scrupules », ἀναίσχυντος, « s’approche des chaudières, χαλκεῖα, y plonge un broc, ἀρύταιναν, et, malgré les protestations du baigneur, βαλανεύς, s’asperge lui-même de la tête aux pieds : “Me voilà lavé, dit-il en partant, et je ne te dois pour cela nul gré4 !” » (IX, 8). Visiblement, le traducteur emploie ici « baigneur » au sens qu’il a encore chez Littré, où il désigne celui qui tient un bain public, ou le valet de bains. Le « répugnant », δυσχερής, se distingue en usant aux bains d’une huile rance, ἐλαίῳ σαπρῷ ἐν βαλανείῳ χρώμενος5 (XIX, 6). Quant au « tard instruit », ὀψιμαθής, il tente d’imiter les athlètes : « Dans l’établissement de bains, il fait rouler ses hanches en luttant pour se donner l’air d’un sportif6 » (XXVII, 14). Enfin, « Le profiteur éhonté », ἀσχροκερδής, accuse un esclave, παιδάριον, — probablement le sien — de lui avoir acheté de l’huile rance, et saisit ce prétexte pour s’approprier celle de son voisin7 (XXX, 8).

Le témoignage de Théophraste permet d’appréhender plusieurs spécificités des établissements de bains au IVe siècle. Dès cette époque, il s’agit de bains collectifs et ils sont chauffés, ce qui implique sans doute une forte consommation en bois et des esclaves pour entretenir les chaudières, χαλκεῖα. Cette caractéristique est confirmée par un fragment du traité Sur le feu, Περὶ πυρός, dans lequel Théophraste fait remarquer que, tout comme les chambres sudatoires, ἀλειπτήρια8, les établissements de bains, βαλανεῖα, nous paraissent plus chauds en hiver qu’en été, et au nord qu’au sud9. Quant au balaneus, qui désigne plus tard le gérant d’un bain, il paraît exercer à Athènes une fonction subalterne, consistant essentiellement à asperger les clients à l’aide d’une patère, à l’instar du παραχύτης des sources hellénistiques10 : la grossièreté de l’« homme sans scrupules » consiste à priver le βαλανεύς de son dû en s’aspergeant lui-même. De la même façon, dans le premier livre de la République de Platon, Thrasymaque déverse ses paroles sur les épaules de son public — il les « asperge », καταντλήσας —, « comme le ferait un balaneus11 ». Les fonctions de ce dernier sont a priori limitées à cette tâche : pour le reste, il semble que les clients viennent accompagnés de leurs propres esclaves, παιδάρια, qui les aident à s’enduire d’huile. De fait, comme à la palestre et comme plus tard dans les thermes romains, l’huile est un ingrédient important des établissements de bains, mais, à l’inverse des institutions civiques que sont les gymnases hellénistiques étudiés par Pierre Fröhlich12, elle est ici apportée par les clients, et non fournie par l’établissement : vu le contexte du dernier portrait — il s’agit de l’avarice éhontée, αἰσχροκέρδεια, — s’emparer de l’huile du voisin n’a de sens que si les particuliers apportent la leur. Les frais d’entretien pour le propriétaire ou le gérant devaient donc concerner l’eau, le bois de chauffage et les esclaves employés à entretenir les chaudières. Le fait que les deux propriétaires d’établissement connus par Isée soient en même temps des propriétaires fonciers pourrait suggérer qu’ils produisaient eux-mêmes le bois de chauffage. Mais, vu le profil de leur patrimoine, on serait plutôt enclin à considérer qu’ils louaient l’établissement à un gérant.

Vase G291 (©Musée du Louvre)

Jeune homme au bain, avec son équipement (strigile, aryballe, éponge)

On voit que le bain collectif constitue dans les œuvres de Platon et de Théophraste un lieu commun, ce qui suggère qu’il était familier à la masse des citoyens aussi bien qu’au public savant et cultivé de l’Académie et du Lycée. Le plaidoyer de Démosthène Contre Conon tendrait à le confirmer : le jeune Ariston y rapporte comment, attaqué un soir sur l’agora par d’anciens compagnons d’éphébie, il est accueilli chez lui par ses servantes et conduit aux bains, βαλανεῖον. Il ne s’agit pas ici d’une pièce de la maison, mais clairement d’un de ces bains collectifs décrits par Théophraste :

« [9] (…) Pour moi, dépouillé de mon manteau, avec lequel ils étaient partis, je fus ramassé par des passants ; quand je fus arrivé à ma porte, ce ne fut qu’un cri d’émoi de la part de ma mère et des servantes : on me porta au bain à grand’peine et, quand on m’eut lavé, on me montra aux médecins. Pour preuve de ce que je dis, je vais produire des témoins. (…)
« [10] Par hasard, juges, Euxithéos que voici, du dème de Cholléides, un parent à nous, revenait d’un banquet avec Midias : ils me rencontrèrent quand j’étais déjà près de chez moi, ils m’accompagnèrent pendant qu’on me portait au bain, et ils étaient là quand on amena le médecin. J’étais tellement faible au sortir du bain que les assistants jugèrent prudent de ne pas me porter aussi loin que chez moi, mais de me faire coucher, ce soir-là, chez Midias, ἵνα μὴ μακρὰν φεροίμην οἴκαδ’ ἐκ τοῦ βαλανείου, ἐδόκει τοῖς παροῦσιν ὡς τὸν Μειδίαν ἐκείνην τὴν ἑσπέραν κομίσαι : ainsi fut fait13. (…) »

Manifestement, la route est longue, μακράν, entre la maison du plaideur et l’établissement de bains, οἴκαδ’ ἐκ τοῦ βαλανείου, ce qui suggère que ces établissements étaient peu nombreux. En même temps, on voit qu’il n’y avait d’autre possibilité, même dans une riche maison, pour nettoyer un blessé de ses souillures avant l’examen du médecin : bien qu’on ne sache pas grand chose de cet Ariston14, il est probable qu’il appartienne à la bonne société, puisqu’il recourt aux services de Démosthène pour rédiger son plaidoyer15 et qu’il obtient lors de son procès, aux alentours de 343 ou 341, l’appui comme témoin de Nikératos (III), arrière-petit-fils du stratège Nicias et trésorier de la caisse militaire (ταμίας στρατιωτικῶν) en 345/4 ou 344/316. Sans qu’on puisse établir si Ariston appartenait lui-même à la classe liturgique, il apparaît donc qu’il avait parmi ses amis des pentacosiomedimnes, issus de la meilleure société athénienne. Le Midias qui est évoqué ici, sans plus de précision, a des chances d’être le fameux adversaire de Démosthène, connu pour sa richesse et ses intérêts miniers17.

La rareté des bains privatifs, même parmi les élites, et la familiarité qu’évoque le bain collectif dans les œuvres littéraires et scientifiques impliquent une forte fréquentation. De toute évidence, un établissement de bains était une affaire rentable, bien qu’on ne puisse fournir aucune indication concernant les prix de revient et d’entretien.

2- L’établissement de bains de Dikaiogénès

Les deux établissements de bains connus par Isée ont pour point commun d’avoir été vendus ou hypothéqués avant même la tenue du procès. Ils font partie de ces biens immobiliers spéculatifs que les citoyens de la classe liturgique ont tendance à engager ou à aliéner plus facilement qu’ils ne le feraient d’une terre ou d’une maison familiale18. Le cas de Dikaiogénès (II) est assez éclairant sur ce point.

Celui-ci laisse à sa mort, en 412/411, quatre filles et aucun héritier mâle. Un parent se prévaut alors d’un testament l’instituant héritier adoptif, qui est par la suite déclaré frauduleux : ce Dikaiogénès (III), qui a d’abord obtenu un tiers de la fortune, puis l’intégralité, est finalement condamné à restituer les biens aux petits-fils de Dikaiogénès (II), héritiers du défunt par les femmes. Seulement, au moment où il restitue les biens immobiliers et fonciers, ceux-ci sont presque tous grevés d’hypothèques (VI, 21), vendus à réméré (prasi épi lusei) ou engagés pour des prêts : la stratégie du fils adoptif a été de réaliser le capital pour le transformer en argent (cf. §43). Le plaideur déclare qu’il n’a pu recouvrer qu’une infime partie des biens : deux petites maisons (οἰκίδια) hors les murs et un domaine de soixante plèthres dans la plaine, ἐν πεδίῳ (§22). Il a préféré ne pas engager de procédure pour recouvrer les autres biens, qui étaient en possession des créanciers : la seule exception concerne un établissement de bains, βαλανεῖον, que Dikaiogénès (III) avait engagé à un certain Mikion. En vue de recouvrer ce bien, le plaideur a dû s’endetter (ὤφλομεν) pour quarante mines (pas loin d’un talent), « par la faute de Dikaiogénès ». Ce passage fournit plusieurs indices sur le prix et la fonction probable que remplissait ce βαλανεῖον dans le patrimoine de Dikaiogénès.

On note ainsi que, pour recouvrer l’établissement, le plaideur a dû s’endetter (ὀφλισκάνειν) pour 40 mines, c’est-à-dire, probablement, reprendre à son compte la dette contractée sur ce bien par Dikaiogénès (III). L’usage dans les ventes à réméré et les hypothèques est d’engager une propriété d’une valeur bien supérieure à la somme empruntée : on considère en général que le rapport est d’au moins un pour un et demi, ou même d’un pour deux19. Par conséquent, un prêt de 40 mines suggère pour ce βαλανεῖον une valeur d’au moins un — et plus raisonnablement deux — talents. Le fait que le plaideur ait voulu recouvrer ce bien, en dépit de l’hypothèque qui pesait sur lui, suggère en outre que le revenu était assez important.
Le fait que le patrimoine de Dikaiogénès compte également un immeuble de rapport (§26) incite à penser que l’établissement de bains avait pour première fonction de fournir des revenus réguliers, probablement sous la forme d’un loyer payé par le gérant. Certains frais de réparation (ou d’équipement : ἐπισκευή) et de construction (οἰκοδομία) étaient néanmoins à la charge du propriétaire20. Un tel bien était en même temps une forme de monnaie d’échange : pendant les vingt ans au cours desquels Dikaiogénès (III) a été en possession de la fortune, il a montré une nette tendance à aliéner de préférence les biens immobiliers urbains : outre ce βαλανεῖον, il a préféré engager pour quarante mines un immeuble de rapport, συνοικία, au Céramique en guise de promesse de dot — sans doute comme forme d’ἀποτίμημα dotal — plutôt que de verser la dot en argent, ἀντὶ δὲ τῆς προικὸς τὴν οικίαν αὐτῷ τὴν ἐν Κεραμεικῷ παρέδωκε (§26).

3- L’établissement d’Euktémon

L’établissement de bains possédé par Euktémon de Képhisia semble remplir des fonctions analogues. Le βαλανεῖον constitue une pièce importante dans un patrimoine immobilier urbain qui vient consolider la fortune, originellement foncière, de ce notable d’origine rurale. Il fait ainsi partie des biens immobiliers liquidés à sa mort, peut-être avec son consentement, par des collatéraux : outre l’établissement de bain, la vente évoquée au §33 porte sur des esclaves, des troupeaux et deux immeubles de rapport qui sont en fait des maisons closes21. Il se trouve que l’établissement d’Euktémon n’est autre que le complexe de bains du Sérangeion, τὸ δ’ ἐν Σηραγγίῳ βαλανεῖον (§33), bien connu par la littérature, mais aussi par l’archéologie. Il a été mis au jour à la fin du XIXe siècle au pied de la colline de Munychie, dans le port du Pirée22. Une description détaillée en est donnée en 192523, accompagnée d’un plan du complexe :

Plan des bains du Pirée

Il s’agit d’un des rares βαλανεῖα du monde grec à exploiter des cavités naturelles —ici, les cavernes de la colline de Munychie. Un corridor creusé dans la roche, d’une quinzaine de mètres environ, donne accès à deux salles circulaires d’environ six mètres de diamètre. Le complexe comporte les traces d’un bassin destiné vraisemblablement à l’immersion dans l’eau froide, mais aussi deux pièces ayant pu contenir des chaudières et des réservoirs24. Deux mosaïques, situées à l’entrée du site, ont été conservées. Une cavité naturelle pouvait présenter un intérêt face au risque d’effondrement qui menaçait la charpente des βαλανεῖα, à en croire le témoignage de Théophraste25. Vu la description, on peut mettre en doute que les 3000 drachmes rapportées par la vente du bien (§33) — prix assez courant pour une maison de ville dans le corpus des Orateurs attiques — correspondent à la véritable valeur de l’établissement. Le parallèle fourni par l’autre établissement de bains évoqué plus haut, engagé pour 4000 drachmes (donc valant potentiellement beaucoup plus), suggère que la « vente » dont il s’agit ici constitue plutôt une vente à réméré, c’est-à-dire une forme d’hypothèque (prasis épi lusei). Le prix serait alors de l’ordre d’un ou deux talents26.

Les deux discours nous renseignent également sur le profil des propriétaires de tels établissements. Dikaiogénès n’est pas un nouveau riche. Il est le rejeton d’une dynastie d’officiers et de mécènes où l’on compte des stratèges, des phylarques et des triérarques depuis le milieu du Ve siècle jusqu’au début de la guerre lamiaque27. Aux alentours de 390, le plaideur peut déjà évoquer une illustre légende familiale :

« Et pourtant, juges, nos ancêtres, qui ont acquis et laissé une telle fortune, se sont acquittés de toutes les chorégies, ils ont versé à la cité des sommes considérables pour la guerre : ils n’ont à aucun moment cessé d’exercer la triérarchie. Vous avez comme témoins de leur conduite les offrandes qu’ils ont consacrées dans les sanctuaires sur l’excédent de leur fortune, monuments de leurs vertus civiques, dans le sanctuaire de Dionysos, les trépieds que leur ont valus leurs victoires chorégiques, d’autres dans le Pythion. Sur l’Acropole aussi, ils ont consacré la dîme de leur avoir ; ils ont orné ce lieu sacré de statues de bronze et de marbre dont le nombre est grand pour une fortune privée. Eux-mêmes sont morts en combattant pour la patrie, Dikaiogénès (I) le père de mon grand-père, à la bataille d’Éleusis où il était stratège ; Ménéxénos, son fils, à Spartôlos dans le domaine d’Olynthe, comme commandant de cavalerie, φυλαρχῶν ; Dikaiogénès (II), le fils de Ménéxénos à Knide, comme commandant de la galère paralienne28. »

Cette famille, où l’on exerce de père en fils les plus hauts commandements militaires, sur terre comme sur mer, et où l’on déploie pour la Cité des formes de mécénat qui vont bien au-delà des obligations liturgiques, possède donc, à côté d’un large patrimoine foncier, des sources de revenus annexes, dont cet établissement de bains fait partie. Par conséquent, la nature spéculative de ces propriétés urbaines ne doit pas induire en erreur : il s’agit d’un moyen pour une riche famille de consolider un patrimoine et pas tant d’une affaire permettant à des « hommes nouveaux » d’accéder à la richesse. L’identité d’Euktémon, qui a marié ses filles à une riche famille de la classe liturgique29, et qui a lui-même exercé sept fois la triérarchie30, confirme que la possession de ce genre de biens n’a rien d’exceptionnel pour l’élite athénienne et relève plutôt d’une forme d’accumulation pragmatique de biens immobiliers. De même que la possession d’un atelier ne fait pas nécessairement de son propriétaire un artisan, bien qu’Aristophane ait tendance à faire le raccourci31, la réputation sulfureuse du βαλανεύς32 ne s’étend pas au propriétaire du bain, pour lequel un βαλανεῖον reste une source de revenus aussi honorable qu’une autre.

1. Voir Isée V, 21-22 ; VI, 33. Le premier discours aurait été prononcé vers 389, plus de vingt ans après la mort de Dikaiogénès (II), une fois que le testament dont s’était prévalu le fils adoptif Dikaiogénès (III) avait été reconnu frauduleux : cf. Wyse, The Speeches of Isaeus, Hildesheim, Olms, 1967, p. 405. Le second discours daterait des années 360 : Euktémon de Képhisia est mort à l’âge de 96 ans en 365/4 ou 364/3. Cf. Wyse, op. cit., p. 484.

2. Voir Isée, V, 43.

3. IX, 8 ; XIX, 6 ; XXVII, 14 ; XXX, 8.

4. Théophraste, Caractères. Texte établi et traduit par Octave Navarre, Paris, Les Belles Lettres, 1952, p. 58.

5. Ibid., p. 77.

6. Ibid., p. 94.

7. Ibid., pp. 99-100 : « Au bain, il apostrophe l’esclave qui le frictionne : “Mais, c’est de l’huile rance que tu m’as achetée, garnement !” et, ce disant, il s’approprie celle du voisin. » (trad. Navarre, pp. 99-100).

8. On rencontre ces installations dans les gymnases : cf. H. Liddell, R. Scott, H. Jones, A Greek-English Lexicon (1843), Oxford, Clarendon Press, 1996, s.v. ἀλειπτήριον.

9. Fr. 13 Coutant, l. 1-3 : πολλὰ δὲ τοιαῦτα ἐπὶ τοῦ θερμοῦ λαβεῖν ἔστιν· οἷον καὶ τὰ ἀλειπτήρια καὶ τὰ βαλανεῖα θερμότερα καὶ χειμῶνος ἢ θέρους καὶ βορείοις ἢ νοτίοις. « On pourrait faire bien des expériences de ce genre concernant la chaleur : par exemple, aussi bien les chambres sudatoires que les établissements de bain sont plus chauds en hiver qu’en été, et au nord qu’au sud » (nous traduisons).

10. Voir notamment P.Cair. Zen. 59799, l. 7 : la liste des dépenses distingue les παραχύται, valets de bains, et le χαλκιοφύλαξ, vraisemblablement chargé d’entretenir la chaudière.

11. Platon, République, I, 344: ὥσπερ βαλανεύς.

12. « Les activités évergétiques des gymnasiarques : la fourniture de l’huile », dans O. Curty (éd.), L’huile et l’argent. Gymnasiarchie et évergétisme dans la Grèce hellénistique. Actes du colloque tenu à Fribourg (Suisse) du 13 au 15 octobre 2005 publiés en l’honneur du Prof. Marcel Piérart à l’occasion de son 60e anniversaire, Fribourg, 2009, pp. 57-94.

13. Démosthène, Plaidoyers civils, Paris, Les Belles Lettres, 1954-1960, t. 3, pp. 105-106.

14. Johannes Kirchner, dans sa Prosopographia Attica (= PA 2139), se refuse à tout rapprochement. L’hypothesis du discours nous informe uniquement sur le fait qu’Ariston était citoyen : Ἀρίστων Ἀθηναῖος.

15. Le discours est considéré généralement comme authentique : cf. la notice de Louis Gernet dans Démosthène, Plaidoyers civils, Paris, Les Belles Lettres, 1954-1960, t. 3, p. 100.

16. Cf. Davies, Athenian Propertied Families (=APF), Oxford, 1971, p. 406.

17. Sur ce dernier, cible du Contre Midias de Démosthène, voir Davies, APF, pp. 386-387.

18. La différence qui existe entre ce genre de biens immobiliers spéculatifs et la maison ou les terres héréditaires de la famille apparaît bien dans le choix des biens donnés en dot ou fournis en garantie, ἀποτίμημα, à l’occasion du mariage : voir A.-M. Vérilhac et Cl. Vial, Le mariage grec du VIe siècle avant J.-C. à l’époque d’Auguste, Paris, De Boccard, 1998, p. 187.

19. G.E.M. de Ste Croix applique par exemple ce principe au domaine de Phénippos : « The Estate of Phaenippus (Ps.-Dem., xlii) », dans Ancient Society and Institutions, 1966, p. 110.

20. Cf. §28 : « Mais les réparations de l’établissement de bains et les frais de construction ? Dikaiogénès (III) a déjà déclaré et, maintenant encore sans doute, déclarera que nous nous étions engagés à rembourser ces dépenses, que nous ne l’avons pas fait et que, pour cette raison, il ne peut désintéresser les créanciers ni nous restituer ce qu’il nous doit. »

21. Cf. §§19-20.

22. Cf. « Archeological News », American Journal of Archeology 1, n° 4/5, 1897, (pp. 333-387), p. 350.
23. Cf. Ιάκωβος Χ. Δραγάτσης, « Τὸ ἐν Πειραιεῖ Σηράγγειον », Archeologike Ephemeris 1925-1926, pp. 1-8.

24. Voir le résumé en anglais de la contribution de C. di Nicuolo, qui paraîtra dans les actes du colloque Balnéorient de Damas.

25. Théophraste, dans ses Recherches sur les plantes, V, 6, 1, indique que le bois de châtaigner fait entendre un craquement prémonitoire avant de rompre, citant l’exemple de l’établissement de bains d’Antandros, où le public eut le temps de se précipiter dehors. Voir le commentaire de Suzanne Amigues dans : Théophraste, Recherches sur les plantes, Paris, Les Belles Lettres, t. 3, p. 85, n. 4 : « Ce sont en effet les alternances de sécheresse et d’humidité qui altèrent le plus vite le châtaignier ; des voliges dont une face était quotidiennement imprégnée de vapeur d’eau, tandis que l’autre se trouvait au contact des tuiles brûlantes et de l’air sec, avaient peu de chance de durer ».

26. Sur les problèmes posés par le vocabulaire de la vente dans le lexique grec, voir Moses I. Finley, Studies in Land and credit in Ancient Athens, 500-200 B.C.The Horos Inscriptions, New Brunswick, Rutgers University Press, 1951 ; rééd., New Brunswick, Transaction Books, 1985, p. 31 sq. Le terme employé ici est ἀποδίδομαι, qui signifie généralement vendre, mais peut aussi bien signifier « rendre », ou « céder ».

27. Un Dikaiogénès, lointain descendant de Dikaiogénès (II) est attesté par l’épigraphie comme stratège en charge du Pirée en 324/323, cf. Davies, APF, p. 147.

28. Isée, V, 41-42. Cf. Isée, Discours, Texte établi et traduit par Pierre Roussel, Paris, Les Belles Lettres, 1926.

29. Voir Isée, VI, 10 : l’une des filles a épousé Phanostratos de Képhisia, l’autre un certain Chéréas, qui appartient probablement à la même famille, vu la parenté de son nom avec celui du fils de Phanostratos, Chérestratos. Fait assez rare, le plaideur souligne que les deux fils de Phanostratos ont exercé des activités liturgiques (§60), ce qui en dit long sur la richesse et le statut de la famille.

30. Ibid., §38.

31. J. K. Davies, Wealth and the power of wealth in classical Athens, New York, Arno Press, 1981, p. 43.

32. Voir les deux passages d’Aristophane indiqués par le LSJ, s.v. βαλανεύς : Les Cavaliers, v. 1403, et Les Grenouilles, v.710. Dans le premier passage, l’évocation d’un garçon ou gérant de bains, βαλανεύς, côtoie celle des prostituées, πόρναισι ; dans le second, il est question du petit Kleigénès, « le pire des baigneurs », ὁ πονηρότατος βαλανεύς.

Le FN à Paris: la fin d’un cycle ? (par Matthieu Jeanne, juillet 2012)

Working paper n°8 – PDF à télécharger
A propos de l’auteur :
Professeur agrégé, Matthieu…

Working paper n°8 – PDF à télécharger

A propos de l’auteur :

Professeur agrégé, Matthieu Jeanne enseigne l’Histoire-Géographie dans un collège de Seine Saint-Denis. Il est actuellement doctorant à l’Institut Français de Géopolitique. Dans le cadre de ses recherches, il a collaboré à plusieurs reprises avec la rédaction du Nouvel Observateur pour le supplément ParisObs. La thèse qu’il prépare sous la direction de Béatrice Giblin s’intitule Analyse Géopolitique de Paris. Elle accorde une place centrale aux rivalités de pouvoirs qui s’exercent sur la capitale à travers l’analyse spatiale des comportements électoraux et l’étude des mutations sociales et urbaines de Paris.

matthieu.jeanne@club-internet.fr

————————————————————————————————————–

Au premier tour des élections présidentielles de 2012, Marine Le Pen a recueilli près de 13,95% des suffrages des électeurs inscrits à l’échelle nationale. C’est une nouvelle progression après le scrutin présidentiel de 2002, où Jean-Marie Le Pen et Bruno Mégret avaient rassemblé ensemble 13,28% du corps électoral. Ces deux poussées ont suscité une production scientifique importante en sciences politiques et géographie électorale visant à analyser les ressorts politiques et spatiaux du vote frontiste. Ces analyses se sont focalisées tôt sur les espaces les plus favorables au vote d’extrême-droite à l’échelle nationale notamment la France du Nord, de l’Est et l’arc méditerranéen [Alidières, 2004; Alidières 2012] et, à l’échelle régionale, les espaces périurbains et ruraux [Ravenel, Buléon et Fourquet, 2003; Le Bras, 2002]. Peu d’études ont analysé une autre évolution majeure du vote frontiste : le reflux de ce dernier au centre des espaces métropolitains. Le premier d’entre eux, l’agglomération parisienne, fut dans les années 1980 un bastion du FN, quand ce dernier apparut soudainement sur la scène politique nationale. D’abord élu poujadiste en 1956, Jean-Marie Le Pen, son leader fait de Paris son fief dès 1983 [Lacoste, 1986, p.601]. Au contraire, aujourd’hui, la capitale figure parmi les territoires les plus réfractaires à l’extrême-droite. En 2012, Paris intra muros est au sein des communes peuplées de plus de 30 000 habitants celle qui accorde le moins de suffrages au Front National. Cette évolution est-elle unique sur le territoire français ou au contraire caractéristique des centre-villes ? Quelles sont les origines de cette nouvelle géographie électorale ?
Il convient d’abord d’analyser le vote frontiste à Paris en le comparant, à l’échelle nationale, aux autres centres des espaces métropolitains pour en mesurer sa spécificité. Néanmoins, le vote parisien ne peut se comprendre sans l’analyse au plan local du contexte économique, social et culturel [Giblin, 2012], et celui de l’ensemble de l’aire urbaine parisienne, de laquelle on ne peut extraire la capitale. Il faut donc s’interroger sur la spécificité du vote parisien  à l’échelle francilienne[1].

Enfin, au sein du territoire parisien, l’étude des évolutions spatiales du vote FN depuis 1988 apportent des premières clés d’explication du reflux de l’extrême-droite. Cette approche multiscalaire est au coeur même de l’analyse géopolitique.

1. Le vote FN à Paris depuis 1983 : apogée et déclin

Comme sur l’ensemble du territoire français, le Front National connaît une ascension fulgurante dans le paysage politique parisien dans les années 1980. La comparaison des différents scrutins permet d’établir la chronologie précise de l’essor et du déclin du Front National à Paris.

Graphique 1: Le FN à Paris aux différents scrutins, en % des inscrits.

De 1983 à 1992, le parti de Jean-Marie Le Pen surgit brutalement sur la scène parisienne. Marginal aux élections présidentielles de 1974, absent au scrutin de 1981, Jean-Marie Le Pen apparaît soudainement en 1983 en parvenant pour la première fois à se maintenir au second tour des élections municipales de 1983 dans le 20ème arrondissement. Le FN provoque ici sa première triangulaire. Ce succès lui permet de siéger au Conseil de Paris[2] à partir de ce scrutin, sa progression est rapide. En 1984, aux élections européennes, le FN recueille plus de 15% des suffrages exprimés dans l’ensemble de la capitale, soit 8,48% des inscrits. Deux ans plus tard, lors élections législatives qui se déroulent au scrutin proportionnel, le Front National obtient à l’échelle nationale un groupe de 35 députés. Parmi eux figurent deux élus parisiens, Jean-Marie Le Pen et Edouard Frédéric-Dupont. En 1988, au premier tour des élections présidentielles, pour la première fois il rassemble à Paris plus de 10% des inscrits. Enfin, l’année suivante, aux élections municipales, le FN poursuit sons ascension. Il progresse par rapport au scrutin municipal précédent en recueillant plus de 58 000 voix, soit 4,76% des inscrits, et en provoquant quatre triangulaires dans les quartiers populaires de l’Est et du Nord parisien[3]. En 1992, la progression du FN ralentit, mais le parti semble s’installer durablement dans le paysage politique parisien.

Cette courte séquence électorale, 1988-1992, constitue l’apogée du votre frontiste à Paris. En effet dès 1989, malgré sa présence au deuxième tour dans quatre arrondissements, le FN n’obtient aucune représentation au Conseil de Paris. Aucune fusion des listes n’est alors envisagée avec le RPR et lorsque les listes FN se maintiennent, leurs résultats au second tour demeurent trop faibles. Surtout, à partir de 1995, le FN commence à décliner : aux élections présidentielles, il perd alors plus du tiers de ses électeurs.

Ce reflux est en partie lié à la baisse de la participation assez sensible dans les quartiers populaires dans lesquels le FN obtenait ses meilleurs résultats sept années auparavant[4]. Néanmoins, il conserve un “pouvoir de nuisance” [Alidières, 2012, p.27] face à la droite. Aux élections municipales de la même année, il provoque 5 triangulaires dans le Nord et l’Est parisien qui contribuent à la défaite de plusieurs maires de la majorité sortante. En effet, dans 5 arrondissements le FN parvient toujours à dépasser le seuil minimum de 10% des exprimés nécessaire pour se maintenir au second tour.

Enfin, la décennie 2001-2010 confirme le déclin du FN à Paris. En 2001, aux élections municipales, le FN ne parvient à se maintenir nulle part au second tour : il ne rassemble nulle part 10% des exprimés. Malgré les succès qu’elle remporte lors des élections présidentielles de 2002 et des élections régionales de 2004 au niveau national, l’extrême-droite demeure marginale à Paris. à la fin de la période, en 2012, pour la première fois, le FN progresse de nouveau. Il profite en partie de la désaffection dont pâtit Nicolas Sarkozy, notamment dans les quartiers populaires[5].

Mais il ne parvient pas à rassembler plus de 62 000 électeurs, soit deux fois moins qu’en 1988 au même scrutin.

Cette chronologie faite d’une ascension fulgurante et d’un lent déclin entamé dès 1995 se distingue nettement de l’évolution nationale. La comparaison des résultats obtenus aux scrutins présidentiels l’illustre clairement.

Graphique 2 : Evolution comparée du vote FN en France et à Paris au premier tour des élections présidentielles, en % des inscrits.

En France, sur le long terme, les positions du FN progressent lentement dans l’électorat de 1988 à 2012. Seul le scrutin présidentiel de 2007 marque une rupture : du fait du transfert massif de voix de l’extrême-droite vers l’UMP dans certaines régions, le FN marque un recul inédit. Néanmoins, si, en 2002, on ajoute aux voix obtenues par Jean-Marie Le Pen celles de Bruno Mégret, l’extrême-droite semble connaître à l’échelle nationale une hausse régulière. La situation est inverse à l’échelle parisienne.

2. L’évolution singulière du territoire parisien au sein des métropoles françaises

A l’échelle nationale, le territoire parisien n’est pas le seul à connaître une baisse importante du vote FN. Au coeur de chaque aire urbaine, dans les centre villes des grandes agglomérations [Ravenel, Buléon et Fourquet, 2003; Lévy et Le Bras, 2012], le FN obtient désormais ses résultats les plus faibles.  Les villes-centre[6] des plus grandes agglomérations connaissent ainsi un reflux du vote FN depuis 1988. L’étude des villes-centre des 10 aires urbaines les plus peuplées en 2009 permet néanmoins de mettre en valeur l’évolution divergente de ces espaces urbains selon leur position dans l’espace français mais aussi la singularité du territoire parisien.

Graphique 3 :Le vote Le Pen aux présidentielles dans les villes-centre des 10 aires urbaines les plus peuplées, en % des inscrits

Sur le long terme, dans l’ensemble des espaces centraux des 10 premières aires urbaines à l’exception de Lille le vote FN décroit. Surtout, le comportement électoral de ces espaces se singularise. En 1988, les villes-centre des métropoles se répartissent de façon presque égale autour de la moyenne nationale du résultat obtenu par Jean-Marie Le Pen. A l’Est, à l’exception de Paris, les métropoles (Marseille-Aix, Nice, Strasbourg, Lyon et Lille) votent plus massivement pour l’extrême-droite que l’ensemble du territoire français. Au contraire, les métropoles situées à l’Ouest accordent moins de suffrages à l’extrême-droite. En 2012 seules les villes-centre de l’arc méditerranéen se distinguent par un vote frontiste plus élevé que la moyenne nationale. Dans la majorité de ces espaces moins de 10% des inscrits accorde son suffrage à l’extrême-droite. Enfin, le territoire parisien se distingue des autres espaces centraux. Dans la capitale, la baisse est plus forte et le FN est presque marginalisé : la formation d’extrême-droite y rassemble moins de 5% des inscrits. De fait, Paris est désormais la ville où l’on vote le moins pour le FN.

La cartographie du vote FN à l’échelle communale sur le territoire français en 2012 permet de préciser les fractures nationales et régionales observées précédemment.

Carte 1 : Le vote Front National à l’échelle des communes.

L’opposition des zones de force en rouge (supérieures à la moyenne nationale) et des zones de faiblesse en bleu (inférieures à la moyenne nationale permet de distinguer deux lignes de fracture dans la géographie électorale du FN : une ligne Le Havre-Valence-Montpellier [Alidières, 2012] et une forte opposition entre les centres et les périphéries à l’échelle des agglomérations. Toutefois, les espaces les plus réfractaires au vote Front National ne recoupent que partiellement les espaces centraux des grandes agglomérations. C’est le cas, à l’Ouest d’une ligne Rouen-Montpellier : on repère facilement les centres des agglomérations de Caen, Rennes, Saint-Nazaire, Nantes, Bordeaux et Toulouse. ils offrent tous peu de suffrages au Front National. Néanmoins, dans cette France occidentale, le vote FN est faible aussi dans des espaces ruraux ou faiblement urbanisés, tels que la Bretagne, le Limousin ou les Pyrénées. A l’Est de cette ligne, les espaces urbains centraux semblent moins réfractaires au vote Front National, où seuls les centres des agglomérations parisienne et lyonnaise se distinguent réellement par la faible adhésion à l’extrême droite. Mais dans l’arc méditerranéen et la vallée du Rhône les bastions frontistes sont aussi des espaces urbains densément peuplés. L’Ile-de-France est un des espaces les plus contrastés : le vote FN y est très faible dans un espace central assez vaste, et au contraire très élevé dans les périphéries régionales.

3. L’exacerbation des contrastes spatiaux du vote FN en Ile-de-France

Graphique 4 : Le Front National en France, en Ile-de-France et à Paris. Premier tour des élections présidentielles, en % des inscrits.

L’étude diachronique des résultats obtenus par le FN en Ile-de-France permet de préciser la spécificité de ce territoire parisien. Paris est au coeur d’une région dont l’évolution est inédite. D’abord sur l’ensemble de la période le vote pour l’extrême-doite connaît une forte érosion. Ensuite, depuis 1995, l’Ile-de-France accorde moins de suffrages à l’extrême-droite que l’ensemble du territoire français. Cette tendance s’accentue depuis 2002. En 2012, Marine Le Pen y obtient 4,5 points de moins que sur l’ensemble du territoire français. Ainsi, l’Ile-de-France est devenue la région la plus réfractaire au FN alors qu’elle constituait une zone de force du parti de 1974 à 1986 [Bon, Cheylan, 1986, p.251]. En 1986, sur les 35 députés frontistes élus au scrutin proportionnel, 10 étaient issus des 8 départements franciliens.
Néanmoins, au sein de l’espace francilien, le reflux du vote frontiste n’est pas homogène. Alors que l’extrême-droite se maintient dans les quatre départements périphériques, elle régresse assez fortement à Paris et dans les trois départements de la petite couronne.

Carte 2 : Le vote FN de 2002 à 2012 par commune au premier tour des élections présidentielles, en % des inscrits.

La baisse de l’audience de l’extrême-droite entre les scrutins de 2002 et 2012 à l’échelle francilienne cache en réalité des évolutions opposées. La hausse de l’écart-type de la distribution communale du vote FN (5,86 en 2012 contre 4,42 en 2002) traduit bien l’accentuation des contrastes de la géographie du vote frontiste. Au coeur de l’agglomération francilienne (Paris, Hauts-de-Seine, Nord du Val-de-Marne et Ouest de la Seine-Saint-Denis, l’extrême-droite régresse de 2002 à 2012. Bien qu’elle ne soit pas aussi faible en 2012 qu’en 2007, la tendance est à la baisse. Aux limites départementales de la petite et de la grande couronne, le FN paraît assez stable. En revanche, aux marges de l’Essonne et de la Seine-et-Marne, le vote FN prospère. Marine Le Pen dépasse les résultats obtenus par son père et Bruno Mégret dix ans auparavant.
Le clivage politique fondé sur la distance aux villes [Ravenel, Buléon, Fourquet, 2003, p.469] observé dès 2002 ne cesse donc de se renforcer. En effet, depuis ce scrutin, le candidat frontiste obtient dans le coeur des agglomérations un score plus faible que dans les périphéries urbaines et rurales. Le maximum est atteint entre 20 et 50 km du centre des agglomérations. Si les géographes s’accordent sur l’importance de la distance à la ville dans l’explication du vote, les analyses divergent sur l’origine de ce dernier. Jacques Lévy et Hervé Le Bras estiment pour leur part que la localisation de l’habitat est devenu un élément plus prédictif de l’orientation politique que les distinctions socio-économiques [Lévy, Le Bras, 2012]. A l’opposé, Jean Rivière dénonce le piège du spatialisme [Rivière, 2012] et appelle à l’analyse des déterminants sociaux contextuels. De fait, le gradient d’urbanité est bien l’illustration des dynamiques socio-spatiales centrifuges à l’oeuvre dans les grandes agglomérations. Les classes populaires sont aujourd’hui sur-représentées loin des centre-villes du fait du prix du foncier et de la géographie de l’emploi. Du fait de la pénurie de logements sociaux en Ile-de-France et de la hausse du prix du foncier, certaines familles aux revenus modestes ont été contraintes de s’installer dans l’Oise [Giblin, 2012b]. Pour autant, la composante spatiale du vote n’est pas à négliger. Même quand les géographes s’efforcent de neutraliser les effets de la structure sociale, en dissociant vote réel et vote théorique[7], le FN demeure sous-représenté au coeur des aires urbaines et sur-représentés entre 20 et 50 km des centre-villes [Ravenel, Buléon, Fourquet, 2003, p.476]. Le vote FN semble alors exprimer un sentiment d’abandon [Giblin, 2012b] et une part du ressentiment lié à une relégation spatiale subie : à l’évidence, il constitue une défiance à l’égard des élites économiques et politiques qui résident dans les territoires centraux des agglomérations. Le sociologue Jean Viard évoque ainsi les rancoeurs face à “l’indifférence urbaine au prix de l’essence” et à “un certain soutien bobo-écologiste à la hausse répétée des carburants”[8]. Mais le vote FN traduit aussi les angoisses qui président au choix du repli spatial des habitants des espaces périurbains: la volonté de se mettre à distance de la grande ville et la crainte d’être “rattrapé par la banlieue” [Fourquet, 2012, p.51]. Ici géographie sociale et géographie politique se conjuguent. Les différents votes des classes populaires traduisent donc leur localisation dans l’espace urbain mais aussi les stratégies résidentielles qu’elles adoptent.

4. Au coeur de la métropole parisienne, les évolutions du vote parisien

Lorsque Jean-Marie Le Pen se présente en 1974 aux élections présidentielles, il obtient 0,77% des inscrits dans l’ensemble de la capitale. La distribution de ses résultats est relativement homogène à l’échelle de la capitale. Ces derniers oscillent entre 0,47% dans le quartier Monnaie (6ème arrondissement) et 1,16% dans le quartier Chaussée d’Antin (dans le 9ème arrondissement).

Carte 3 : Les zones de force du vote frontiste en 1984 et 1988, en % des inscrits

La période 1983-1986 constitue pour le Front National une phase de « décollage » [Mayer 2002, p.31] au cours de laquelle la géographie du vote frontiste est assez changeante. Après le premier succès de Jean-Marie Le Pen dans le 20ème arrondissement en 1983, le Front National s’implante dans l’ensemble de la capitale et parvient à fédérer des électorats très différents. Aux élections européennes de 1984, l’extrême-droite obtient ses meilleurs résultats dans les arrondissements bourgeois (7ème, 8ème, 16ème) quand le 13ème arrondissement plus populaire est le territoire qui résiste le mieux à la poussée frontiste. Le discours lepéniste s’adresse alors à un électorat de droite déçu, exaspéré par la victoire des socialistes. La mobilisation des beaux quartiers traduit la radicalisation de l’électorat conservateur qui ne se reconnaît pas la candidature de Simone Veil qui symbolise la politique progressiste de Valéry Giscard d’Estaing [Mayer, 1987, p. 902]. Le FN profite d’une crise de représentativité des grands partis traditionnels [Giblin, 2005, p.170].

Le RPR est dépassé par la frange la plus à droite de son électorat. Le PCF perd quant à lui son rôle sa fonction tribunitienne en participant au gouvernement, puis en le soutenant au parlement.

Dès les élections législatives de 1986, le Front National remporte ses plus grands succès dans les quartiers périphériques du Nord et de l’Est parisien d’Epinettes à Charonne. Le discours lepéniste est désormais tourné vers la dénonciation de l’insécurité et la stigmatisation de la présence immigrée. C’est donc dans les quartiers à forte présence étrangère, spécialement maghrébine et turque, que Jean-Marie Le Pen remporte ses plus grands succès. Le FN s’implante dans les quartiers de gauche [Giblin, 2012a, p.5] et séduit un électorat populaire confronté au quotidien aux difficultés que peut poser l’intégration d’une population étrangère qui a rapidement crû. L’électorat conservateur de l’ouest est quant à lui revenu vers l’UDF et le RPR préférant, à l’occasion d’élections décisives, un vote non plus protestataire, mais utile.

Carte 4 : Le FN de 1974 à 2007 aux élections présidentielles, en % des inscrits.

A partir de 1995, la décrue du vote frontiste semble se réaliser en deux temps. Le reflux du FN se concentre d’abord dans les quartiers populaires précédemment décrits. Seuls trois quartiers « résistent » : La Chapelle, Goutte d’or et Pont de Flandres. La géographie du vote frontiste à Paris devient alors plus homogène (écart-type fortement réduit en 1995 et 2002). A partir de 2007, le vote FN se marginalise et, à l’échelle du quartier, seuls trois quartiers dépassent le seuil de 6% des inscrits

Le reflux du FN à Paris paraît de prime abord assez paradoxal. Le territoire parisien réunit en effet de nombreuses caractéristiques sociologiques propices à l’implantation durable de l’extrême-droite : chômage, violence individuelle et fortes proportions d’immigrés maghrébins [Bon, Cheylan, 1988, p.245]. Si le chômage n’atteint pas des records dans la capitale, en revanche la présence des étrangers y est plus forte qu’ailleurs [Pinçon, Pinçon-Charlot, 2004, p. 31] et la violence y demeure très élevée[9].

En effet, quand le FN fait irruption dans le paysage politique parisien entre 1983 et 1988, la capitale connaît tout d’abord une forte augmentation du poids des étrangers depuis plus de 20 ans. à Paris, du fait de la baisse démographique et de la hausse du nombre d’étrangers et de naturalisés, la part des étrangers est exceptionnellement élevée. Elle est passée de 8% en 1962 à 16,61% en 1982[10]. Si l’on compte les naturalisés, près d’un parisien sur cinq est d’origine étrangère en 1982. Malgré cela, dès la période 1984-1986, le FN obtient dans la capitale des résultats plus faibles que l’on attendrait en fonction de la corrélation observée à petite échelle, à l’échelle des départements français, entre le vote frontiste et la présence des immigrés maghrébins [Bon, Cheylan, 1988, p. 256; Perrineau, 1997, p.146]. Alors que Paris est le département accueillant la plus forte proportion d’étrangers avec la Seine-Saint-Denis, la capitale n’arrive qu’en 9ème position des départements accordant le plus de suffrages exprimés au Front National en 1984 et en 20ème position en 1986 [Mayer, 1987]. Néanmoins, à grande échelle, la géographie du vote FN est étroitement corrélée à la présence des populations étrangères dès 1986 : +0.40 avec la proportion des Maghrébins à l’échelle du quartier en 1986 [Mayer, 1987]. Mais la baisse constatée du FN dès 1995 vient contredire cette relation. Elle ne correspond en aucune façon à un recul de la population étrangère à Paris. Si cette dernière a atteint son poids maximum dans la population parisienne en 1982, elle demeure importante au cours des décennies suivantes et sa hausse est continue si on y ajoute les naturalisations. Surtout, cette corrélation a aujourd’hui quasiment disparu. Aux élections présidentielles de 2007, elle est quasi nulle : le coefficient de corrélation entre vote FN et présence étrangère est de 0,008[11](0,086 si l’on prend en compte les immigrés). En 2012, la corrélation est même devenue négative (-0,15 et -0,05). La présence étrangère peut donc expliquer la chronologie de la croissance du vote FN, sa géographie dans la décennie 1980, mais elle se révèle inefficiente pour expliquer sa décrue.

L’insécurité apparaît par ailleurs comme un des éléments les plus prédictifs du vote FN, comme l’a démontré Bernard Alidières.

« Alors que le rôle de l’immigration a éte fortement discuté, la question de l’insécurité a été presque totalement délaisseée dans les analyses du «symptôme Le Pen». Pourtant, ce que l’on a pu observer très précisément à l’échelle d’une ville moyenne comme Tourcoing, où le FN obtient en 1984 son meilleur score pour les villes de plus de 30 000 habitants [Alidières, 2004, 2006], se vérifie pour l’ensemble de la France: la percée électorale du Front national a été précédé par une nette hausse de la délinquance constatée entre le milieu des années 1970 et 1983. (…) Les zones de force du vote FN se localisent dès 1984 (et jusqu’à aujourd’hui) exclusivement à l’est de cette même ligne, là même où est enregistrée la plus forte dégradation de la sureté » [Alidières, 2012a, p. 22]

C’est en Ile-de-France et à Paris que cette violence progresse le plus de 1997 à 2006 [Alidières, 2012a, p.31] et c’est dans ces mêmes espaces que le Front National régresse le plus sur cette même période et qu’il obtient en 2012 ses plus mauvais résultats.

En réalité, plus que l’insécurité ou l’importance relative de la présence des différentes communautés étrangères, ce sont les évolutions des structures sociales et politiques des quartiers où ces dernières sont installées qui éclairent le reflux du vote Le Pen à Paris. En effet, depuis 1982, la population parisienne a connu un important renouvellement et de profondes mutations sociologiques. Si les ménages qui ont quitté la capitale ne sont pas majoritairement issus des classes populaires, en revanche, au sein des arrivants les classes supérieures sont surreprésentées [Korsu, Wenglenski, Aguiléra, Proulhac, Massot, 2007, p.107]. Aujourd’hui la capitale est marquée par une sur-représentation des cadres et professions intellectuelles supérieures (CPIS) et sous-représentation des classes sociales populaires. Au total, ces dernières ont perdu presque neuf points dans la population des ménages parisiens entre 1982 et 1999, alors qu’elle n’en ont perdu que six en France [Clerval, 2008, p.155].

Dans les espaces du vote du FN de 1986, le changement sociologique est radical. Au recensement de 1982, dans les quatre arrondissements les plus favorables au FN, si l’on s’en tient à la seule population française – qui peut donc être inscrite sur les listes électorales – les ouvriers et employés sont majoritaires. 26 années plus tard, ce n’est plus le cas. Seul le 19ème arrondissement compte plus d’ouvriers et d’employés que de cadres et professions intellectuelles supérieures. Ailleurs, c’est le contraire. Et les seconds sont presque deux fois plus nombreux que les premiers dans le 10ème arrondissement (46% de CPIS).

Tableau 1: Les ouvriers et les employés dans la population active française à Paris.

1982 2008
10ème arrondissement 51% 26%
11ème arrondissement 50% 23%
18ème arrondissement 55% 31%
19ème arrondissement 56% 37%
20ème arrondissement 54% 34%
(Source : RGP 1982, 2008.)

Les premiers bastions du FN au Nord et à l’Est ont donc disparu en grande partie du fait du fort renouvellement de population. Désormais dans les 10ème et 11ème arrondissement, on observe une sociologie et une pyramide des âges particulières : les jeunes actifs (25-40 ans), fortement diplômés y sont fortement surreprésentés. Or ce sont ces derniers qui grâce à leur capital culturel sont aujourd’hui les réfractaires aux thématiques de repli identitaire développées par le Front National [Fourquet, Mergier, 2011] et au contraire plus sensibles aux valeurs d’ouverture et de tolérance [Fourquet, 2012]. Ce même phénomène a été aussi observé à l’étranger, notamment en centre ville de la Haye [Wouter, Sako, 2012, p.107].

La dernière explication du repli du FN à Paris tient au jeu des acteurs politiques. Aussi massifs que soient les flux de population, ils ne peuvent à eux seuls expliquer une évolution des comportements électoraux contraire à celle observée à l’échelle nationale. A partir du début des années 1990, le contexte politique parisien devient défavorable à la croissance du FN. Le départ de Jean-Marie Le Pen de la capitale constitue une première brèche. Elu conseiller de Paris en 1983, puis député en 1986, Jean-Marie Le Pen perd successivement ses deux mandats politique parisien : en 1988 lors des élections législatives organisées au scrutin majoritaire et en 1989 lors des élections municipales. Son départ pour la région Provence-Alpes-Côte d’Azur lors des élections régionales de 1992 prive le FN parisien et francilien d’un leader très médiatique. En 1995, l’efficacité de la campagne de Jacques Chirac qui cible un électorat populaire avec des thématiques sociales empêche le FN de progresser dans la capitale. Dans son fief, le Maire de Paris conserve une grande popularité et parvient alors à capter une partie de l’électorat populaire qui s’était tourné vers le FN sept ans plus tôt. La scission de 1998 fragilise ensuite particulièrement l’appareil militant parisien et francilien [Alidières, 2012b] qui peine à se trouver un nouveau leader avant le parachutage éphémère de la fille du leader historique du FN, Marine Le Pen. Cette dernière hésite avant 2007 à choisir une stratégie territoriale claire. Elle est d’abord candidate aux élections législatives à Paris en 1993, dans la 16ème circonscription qui correspond au 17ème arrondissement. Elle est ensuite élue conseillère régionale du Nord-Pas-de-Calais de 1998 à 2004. En 2004, elle se présente cette fois en Ile-de-France : elle est élue au Parlement européen et au conseil régional d’Ile-de-France. Ce n’est qu’en 2007 que Marine Le Pen décide de s’implanter à Hénin-Beaumont, une commune ouvrière de 26 000 habitants située dans l’ancien bassin minier du Pas-de-Calais. Les hésitations politiques de Marine Le Pen achèvent de fragiliser le FN en Ile-de-France, toujours dépourvu de leader depuis 2007.

Conclusion

Après une rapide ascension de 1984 à 1988, et près de 20 ans de déclin, le FN semble assez marginalisé dans le paysage politique parisien. Traditionnellement, l’Ile-de-France, et singulièrement Paris, est un creuset politique, un lieu propice à la formation d’idées neuves [Lacoste, 1986, p.602]. C’est ainsi à Paris que s’est développé le courant écologiste dès les élections municipales de 1977. Apparu spectaculairement à Paris, le FN est désormais solidement ancré dans certains territoires français. Il n’est plus une formation aux idées neuves, pour qui Paris constitue une “scène sur laquelle il est utile de monter pour faire une carrière de haut niveau” [Le Bras, 2002, p.180]. Au-delà des mutations sociologiques profondes de la population parisienne, essentielles pour comprendre le déclin du FN dans la capitale, il faut certainement aussi prendre en compte cette notion de cycle politique qui s’achève désormais.

[1] Les limites de l’aire urbaine ne coïncident pas exactement avec les frontières de l’Ile-de-France. Néanmoins, les résultats électoraux sont collectés à l’échelle départementale puis régionale. L’étude du territoire francilien est donc plus aisée.

[2] Jean-Marie Le Pen est le seul Conseiller de Paris. Il ne peut pas fonder de groupe politique.

[3] Le FN parvient à se maintenir dans les 10ème, 18ème, 19ème et 20ème arrondissement.

[4] Les distributions de la baisse de la participation et du recul du FN sont corrélées positivement (0.19).

[5] Les évolutions du vote Sarkozy et du vote Le Pen sont corrélées négativement (-0.29) et plus encore dans les arrondissements populaires du Nord et de l’Est (-0,31).

[6] Les villes-centre des agglomérations ne recoupent pas exactement les espaces de centre-ville que l’on définit par la spécificité des fonctions urbaines, la densité de population et la morphologie urbaine. Les espaces peuvent déborder des limites administratives des villes-centre. Au contraire, certaines villes-centre intègrent dans leur territoire de façon marginale des espaces s’apparentant à de la banlieue ou du périurbain. C’est le cas de Marseille, dans laquelle les quartiers Nord qui s’apparent à des espaces de banlieue sont pourtant dans le territoire communal (Giblin, 2012). Néanmoins, pour la collecte des résultats électoraux, la prise en compte des limites communales administratives est plus aisée.

[7] Le modèle de Johnston définit le vote théorique comme le vote attendu pour un espace donné en fonction de sa structure sociale. On projette sur cet espace le comportement électoral de chaque CSP au niveau national. Ce modèle permet donc d’estimer le vote d’une zone comme si chaque électeur avait voté conformément au comportement des électeurs sondés nationalement. [Ravenel, Buléon, Fourquet, 2003, p.474]

[8] Tribune de Jean Viard dans Libération, 3 mai 2012.

[9] Frédéric Bon et Jen-Paul Cheylan retiennent deux critères pour mesurer la violence individuelle : le port d’arme prohibée et les outrages et violences envers les agents de l’autorité. A chaque fois, Paris figure dans les territoires les plus touchés par ces formes de violence (Bon, Cheylan, 1988, p.246)

[10] Source : RGP, Insee.

[11] Source : Chiffres de l’INSEE 2006 par quartiers.

Bibliographie

Alidières, B., 2004, « Anciens et nouveaux territoires du vote Front national : le cas du Nord-Pas-de-Calais », Hérodote, 2004/2 N°113, p. 48-67.

Alidières B., 2012a, « Les temps du vote Front national et de ses représentations», Hérodote, 2012/1 n° 144, p. 18-37.

Le Bras, H., Une autre France, Paris : Odile Jacob, 2002

Alidières B., 2012b,”Le vote Marine Le Pen en 2012 : quelle progression ?”, Working-atlas pour l’Institut Français de Géopolitique.

Clerval, A., 2008, La gentrification à Paris intra-muros : dynamiques spatiales, rapports sociaux et politiques publiques, Thèse sous la co-direction de Petros PETSIMERIS et de Catherine RHEIN

Bon, F., Cheylan, J-P.,1988, La France qui vote, Paris : Hachette.

Fourquet, J., Mergier, A., 2011, Le point de rupture, Enquête sur les ressorts du vote FN en milieux populaires, Fondation Jean Jaurès.

Gibin, B. (dir), 2005, Nouvelle géopolitique des régions françaises, Paris: Fayard.

Giblin, B., 2012a, « Extrême droite en Europe : une analyse géopolitique », Hérodote, 2012/1 n° 144, p. 3-17.

Giblin, B., 2012b, « La géographie du FN, une carte aux contours de plus en plus nets », Libération, 26 avril 2012.

Korsu, Wenglenski, Aguiléra, Proulhac, Massot, 2007, Paris à l’épreuve de la déconcentration, Paris: Belin.

Lévy, J., Le Bras, H., « La France des marges s’est fait entendre le 22 avril », Le Monde, 25 avril 2012, pp.8-9Lacoste, Y, (dir), 1986, Géopolitique des régions françaises, Paris : Fayard.

Le Bras, H., 2002, Une autre France, Paris : Odile Jacob

Mayer, N., 1987, « De Passy à Barbès : deux visages du vote Le Pen à Paris », Revue français de science politique, 37ème année n°6, pp.891-906.

Mayer, N., 2002, Ces Français qui votent Le Pen, Flammarion.

Rivière, J., 2012, « Vote et géographie des inégalités sociales : Paris et sa petite couronne », Métropolitiques, 16 avril 2012. URL : http://www.metropolitiques.eu/Vote-et-geographie-des-inegalites.html

Perrineau, P., 1985, « Le Front National : un électorat autoritaire », Revue politique et parlementaire, p.24-31

Perrineau, P., 1997, Le symptôme Le Pen, Paris : Fayard.

Ravenel, L., Buleon, P. , Fourquet, J., Vote et gradient d’urbanité: les nouveaux territoires des élections présidentielles de 2002″, Espace, populations et sociétés, 2003-3, p.469-482

Salmon, F., 2001, Atlas électoral de la France, Paris : Seuil.

Van Gent Wouter et Musterd Sako, « Les transformations urbaines et l’émergence des partis populistes de la droite radicale en Europe. Le cas de la ville de La Haye », Hérodote, 2012/1 n° 144, p. 99-112