Nyócker : quand le ghetto rom de Budapest se met en scène

Nyócker! est le nom d’un film d’animation hongrois réalisé en 2005 par Áron Gauder. Ave…

Nyócker! est le nom d’un film d’animation hongrois réalisé en 2005 par Áron Gauder. Avec un rendu graphique proche de la série Southpark, il raconte l’amourette entre un jeune tzigane Richie Lakatos et une jeune roumaine Julie Csorba dans le ghetto rom du 8e arrondissement de Budapest. Si le film est peu connu du grand public français, il a pourtant reçu le prix du meilleur film d’animation du festival d’Annecy en 2005. Cette production originale est dans une certaine mesure symptomatique de l’ethnicisation du ghetto dans les représentations dominantes mais aussi et surtout de l’appropriation et la revendication de codes culturels spécifiques, propres aux jeunes du quartier. Le travail d’Eszter György, doctorante en sociologie travaillant sur cette thématique permet de bien comprendre les enjeux que cette production recouvre.

Le 8e arrondissement de Budapest, sans doute le plus vaste du centre-ville de la capitale hongroise, est souvent réduit dans les représentations à un quartier très pauvre, particulièrement dangereux, dans lequel les sans-abris côtoient les familles tziganes, où sévissent la drogue, la prostitution et le vol. Jusqu’aux vingt dernières années, la culture positive qui y était associée était celle des violonistes tziganes, considérés comme la bourgeoisie rom, souvent partis en tournée à travers le monde (les 100 violons tziganes de Budapest en font partie) ou gagnant leur vie en mettant l’ambiance dans les restaurants à touristes de la ville. Depuis le changement de régime et l’ouverture culturelle de la Hongrie, une transformation s’est cependant opérée au sein même du quartier, au cours de laquelle les plus jeunes générations ont délaissé le vieux folklore tzigane pour embrasser la culture hip-hop.

Dans Nyócker!, le hip-hop est omniprésent et entièrement approprié par les jeunes du quartier. A l’instar de la France ou des Etats-Unis, il se fonde à la fois comme l’expression d’une identité locale, celle du quartier et de ses habitants, mais aussi d’une identité internationale, celle d’une culture urbaine mondialisée, cristallisant la relégation sociale et spatiale d’une jeunesse désoeuvrée, transformant la contrainte de la rue en des codes sociaux positifs et légitimes. A l’échelle de Budapest, il ancre le quartier dans des représentations qu’Eszter György qualifie de “ludiques”. A l’échelle de la société hongroise, il permet de justifier la nouvelle place des populations pauvres des marges urbaines dans l’imaginaire culturel national, au risque de contribuer à l’ethnicisation des populations dites Roms et d’entretenir les frontières symboliques entre “majorité” et “minorités”. Enfin, à l’échelle mondiale, il positionne symboliquement ces quelques rues du 8e arrondissement dans la catégorie des quartiers de ségrégation urbaine, victimes comme les districts noirs américains ou les banlieues françaises de la roue de l’infortune de l’expansion spatiale du néo-libéralisme.

Ludovic Lepeltier-Kutasi

Pour aller plus loin :

Ludovic Lepeltier-Kutasi

Diplômé de l'EHESS. Doctorant contractuel en charge d'activités complémentaires d'enseignement en géographie urbaine et régionale à l'Université François-Rabelais (Tours). / Sujet de thèse (titre provisoire) : "La dimension spatiale des processus de marginalisation sociale. Ethnographie multisituée à Budapest (Hongrie) et Casablanca (Maroc)", sous la direction de Nora Semmoud et Olivier Legros, au sein de l'équipe Monde arabe Méditerranée du l'UMR CITERES (Tours). // Informations complémentaires : CV académique / Me suivre sur ResearchGate / Me suivre sur Academia

More Posts

Quand les Roms entrent en campagne

La semaine dernière, les Roms ont à nouveau fait parler d’eux. Le tir ne vient pas cette fois…

La semaine dernière, les Roms ont à nouveau fait parler d’eux. Le tir ne vient pas cette fois de Nicolas Sarkozy, dont le discours de Grenoble en 2010 a valu à l’époque de chaudes polémiques. Mais de la gauche, avec les dernières déclarations de François Hollande sur Canal plus, où il a évoqué la création de « camps » pour faire face en partie aux « conditions indignes » dans lesquelles vit « cette population qui n’est acceptée nulle part » en Europe, en suggérant notamment une restriction ciblée des circulations à l’échelle de l’espace communautaire . Il ne s’agit aucunement ici de donner des arguments au procès intenté par les responsables de l’UMP mais l’initiative du candidat socialiste interroge. Au-delà de l’utilisation malheureuse du mot « camp », le problème ici n’est pas tant le terme choisi que les orientations politiques exprimées par le candidat socialiste.

De fait, pour peu qu’on compare ces orientations aux actions en cours, il est possible d’identifier quelques tendances majeures. D’abord, la métaphore est désormais admise par tous : les Roms sont cette population flottante qui s’installe plus ou moins longtemps dans les marges des villes françaises et pose « problème ». La deuxième tendance remarquable est l’appel à une gouvernance européenne des mobilités intracommunautaires, à commencer par celle des migrants roms. Souhaitée par François Hollande, cette maîtrise des mobilités – qui est donc synonyme de restriction de la liberté de circulation des plus pauvres – se construit jour après jour au travers des nouvelles dispositions juridiques à l’abus du droit à la libre circulation, des accords franco-roumains sur la coopération policière, et des dispositifs de fichage des migrants reconduits à la frontière tels que OSCAR. Quant à l’« encampement », qui horrifie apparemment Nadine Morano et Jean-François Copé, c’est déjà l’un des modes d’intervention privilégié des pouvoirs publics comme le montrent les recherches en France et en Italie.

Si un constat s’impose en fin de compte, c’est bien celui d’un consensus ou de positions communes aux principales forces politiques en présence dans des domaines où l’on s’attendait pourtant à des clivages marqués, comme la lutte contre la pauvreté, les politiques migratoires ou le « droit à la ville » (qui comprend le droit au logement par exemple). Faut-il en conclure à un virage à droite du parti socialiste, se traduisant notamment par l’appropriation de principes sécuritaires (et libéraux dans d’autres domaines) assortis d’une rhétorique humanitaire ? Quoiqu’on en pense, une chose est certaine : la réduction du débat démocratique au choix entre une « politique sécuritaire » ou  une « politique très sécuritaire ». En tout cas, c’est probablement à ce genre de dilemme que l’électeur sera confronté lors du second tour des élections présidentielles en mai prochain.

Olivier Legros et Ludovic Lepeltier-Kutasi

Podcasts : Séminaire “Bourdieu et le politique” 2011-2012

Enregistrements des séances du séminaire “Bourdieu et le politique”, organisé par Phili…

Enregistrements des séances du séminaire “Bourdieu et le politique”, organisé par Philippe Combessie, Stéphane Dufoix, Christian Laval, Christian Lazzeri.

 

10 décembre 2011 – Philippe Corcuff, maître de conférences en science politique, IEP de Lyon
“La critique sociale et  l’émancipation : de la productivité intellectuelle et politique des tensions  Bourdieu/Rancière”.

 

 

 

11 février 2012, Christian Laval, professeur de sociologie, Université Paris-Ouest Nanterre
“La lecture bourdieusienne du néolibéralisme et ses implications politiques”

 

 

 

Suite à un problème technique, la séance du 21 janvier 2012 qui a accueilli Franck Poupeau n’a pas pu être enregistrée.

 

Les multiples sources de l’histoire de l’intégration européenne

Xavier Häpe en CC via Wikicommons
Si, comme nous l’avons constaté dans un précédent billet, il exist…

Xavier Häpe en CC via Wikicommons

Si, comme nous l’avons constaté dans un précédent billet, il existe de bonnes raisons pour s’intéresser à l’histoire de l’intégration européenne, d’autres questions se posent. Où commencer ? Où l’historien peut-il trouver ses sources ? Il est évident que celui qui veut écrire une histoire véritablement « européenne », dépassant la seule perspective nationale, devrait voyager beaucoup pour consulter diverses archives partout en Europe. Cette dispersion des archives pose un obstacle logistique majeur auquel se trouvent confrontés de nombreux jeunes chercheurs, et a fortiori les étudiants en Master qui, souvent, ne disposent pas des ressources financières et temporelles suffisantes pour effectuer une telle recherche. Néanmoins, il y a un nombre croissant de base de données en ligne qui proposent d’accès direct à de nombreux documents originaux. Outre l’introduction à des approches plus traditionnelles, notre présentation des sources se focalise donc sur ces possibilités qu’offre l’Internet à l’historien de l’intégration européenne.

*

Sources éditées et publications officielles

Les premiers travaux sur l’histoire de l’unification européenne s’appuyèrent avant tout sur l’exploitation des archives nationales. Il en résulta des études décrivant le processus d’intégration européenne dans la perspective nationale de chaque auteur, fondées sur un corpus de sources extrait des sites nationaux. Si une nouvelle génération de chercheurs se met aujourd’hui à écrire une histoire transnationale de l’Europe, basé sur l’exploitation et le croisement de plusieurs archives nationales, il s’agit surtout de bien connaître les particularités des différents sites nationaux. Il faut alors savoir, pour chacun des pays pris en considération, quelles furent les institutions nationales en charge de la politique européenne. Tandis que dans la majorité des pays membres ce sont les ministères des Affaires étrangères qui la coordonnent, c’est, par exemple, en Allemagne le ministère de l’économie qui joua longtemps un rôle prépondérant.

Mais avant d’aller dans les archives on peut se référer à divers recueils de sources éditées. À part les éditions effectuées par des institutions nationales, par exemple La Documentation française, il faut ici mentionner les travaux du « groupe de liaison des professeurs de l’Europe contemporaine auprès de la Commission des Communautés européennes ». C’est avant tout Walter Lipgens qui lança la publication de nombreuses sources importantes.[1] Mais beaucoup d’autres historiens de ce groupe figurent également d’éditeurs de sources, surtout Wilfried Loth, le disciple de Lipgens qui continua l’édition de ces quatre grands volumes sur l’intégration européenne après la mort de son maître.

Au-delà, les autobiographies, les mémoires et les discours des hommes politiques (il n’y en a presque pas de femmes), engagés dans le processus de l’unification européenne, représentent un genre de littérature qui influença particulièrement la première vague de l’historiographie de l’intégration européenne. Quoique ces écrits posent des problèmes d’interprétation non négligeables, les historiens les utilisèrent notamment pour l’analyse des périodes où il y avait encore peu de documents accessibles dans les archives. On s’appuya donc autant sur les œuvres des hommes d’État nationaux, comme Charles de Gaulle, Konrad Adenauer ou Winston Churchill, que sur les publications des représentants des institutions européennes, par exemple Jean Monnet ou Walter Hallstein. Cette approche, pourtant, avait tendance à renforcer l’image téléologique de l’intégration européenne marquée par les « pères fondateurs » dans leurs écrits autobiographiques (sur cette question, voir le billet précédent : « Pourquoi s’intéresser à l’histoire de l’intégration européenne ? ».

Pour compléter la liste des sources éditées il nous faut finalement renvoyer aux documents et publications officielles des institutions européennes elles-mêmes. Le portail de l’Union européenne en donne une vue d’ensemble (voir ici). On y trouve des informations sur les publications actuelles, les archives historiques, les bibliothèques et centres de documentations ainsi que sur les possibilités de commander les documents. Le défi pour l’historien, pourtant, c’est que toutes ces publications changent fréquemment de noms au cours du processus de l’intégration européenne. Cela explique le fait que le titre d’un journal soit modifié à plusieurs reprises pendant seulement quelques années – c’est souvent le cas lors des élargissements de la Communauté européenne. Par conséquent, il est nécessaire de commencer par identifier les publications successives. L’historien économique et social, enfin, peut recourir à la base de données que propose Eurostat, la direction chargée de l’information statistique (voir ici). Elle fournit de multiples statistiques sur les indicateurs économiques de l’Union européenne ; celles-ci ne se réfèrent pas uniquement à la situation actuelle, mais, selon le cas, offrent également des données plus anciennes. À cela s’ajoutent les sondages Eurobarométre que la Commission européenne effectue depuis 1973 et qui peuvent éclairer l’évolution de l’opinion publique envers le processus de l’unification européenne (voir ici).

Archives des institutions européennes

En ce qui concerne les archives nous nous concentrons ici uniquement sur les fonds des institutions européennes, vu qu’une présentation de toutes les archives nationales des pays membres de l’UE qui contiennent des informations sur le processus de l’intégration dépasserait certainement le cadre de notre article. Chaque institution de l’Union européenne dispose donc de son propre service d’archives qui propose des informations spécifiques sur les fonds de ces différents organes. Pour s’en faire une première idée d’ensemble, il convient de se tourner d’abord vers la page web des « services des archives des institutions de l’Union européenne » (voir ici). De plus, le service d’archives du Conseil de l’Union européenne met à la disposition un « guide bleu » assez détaillé qui n’informe pas seulement sur les fonds d’archives des institutions européennes, mais également sur ceux des ministères des Affaires étrangères des États membres (voir ici). Ce guide – qui est complété par une « base de données sur l’intégration européenne » permettant de procéder à une méta-recherche dans les divers fonds d’archives nationales et européennes (voir ici) – constitue un premier outil très utile pour découvrir quels types de sources peuvent être mobilisés dans quelles archives et sur quels sites. Outre des informations pratiques concernant les conditions d’accès et de brèves esquisses historiques des archives, on y trouve des listes des inventaires les plus importants ainsi que quelques ouvrages de référence. Ensuite, les pages web de chaque service d’archives fournissent des informations plus précises, incluant outils de recherche avancée qui permettent de fouiller les fonds d’archives.

Les fonds d’archives des institutions européennes sont déposés aux « Archives historiques de l’Union européenne », qui sont administrées par l’Institut universitaire européen à Florence. Sa page web propose également une vue d’ensemble des différents fonds y déposés ainsi qu’un outil de recherche (voir ici). Les Archives de l’Union européenne suivent la règle de trente ans, ce qui signifie que seuls les dossiers élaborés il y a plus de trente ans sont accessibles au public. Il faut, de plus, prendre en considération le fait que la production des inventaires prend quelques années après l’ouverture des fonds, ce qui complique encore la recherche.

Les bases de données en ligne

Le problème d’accessibilité des archives peut être contourné, en partie, par le recours à des bases de données en ligne qui offrent accès à de nombreux documents numérisés. Une première liste de ressources électroniques se trouve sur la page web de l’Institut universitaire européen (voir ici). La plus intéressante en constitue la base DORIE – « Documentation et Recherche sur les questions Institutionnelles Européennes » – mise en place par la Commission européenne (voir ici). Cette base offre des documents composés par les services de la Commission au cours du processus de l’intégration européenne pour des besoins internes, des comptes rendus des réunions par exemple. Néanmoins, pour le moment, la base de données est encore en construction et il n’y a qu’un nombre limité des documents déjà numérisés.

L’université de Pittsburgh aux États-Unis entretient une autre banque numérique très utile, l’Archive of European Integration (AEI) (voir ici). Il s’agit d’une coopération entre la bibliothèque et le centre de la recherche sur l’Union européenne à Pittsburgh ainsi que l’European Research Papers Archive et l’European Union Studies Association. Deux genres de documents y peuvent être mobilisés. D’une part, on trouve des articles scientifiques portant sur la construction européenne ; d’autre part, des documents officiels de la Communauté européenne sont rendus accessibles. L’AEI constitue donc probablement la base de données la plus importante, librement accessible en ligne, qui offre un nombre toujours croissant de dossiers numérisés. De surcroît, ses outils de recherche avancée permettent une recherche très détaillée.

Ensuite, la page web du Centre Virtuel de la Connaissance sur l’Europe (CVCE), un établissement public luxembourgeois, dispose d’une vaste bibliothèque numérique qui rassemble plusieurs milliers de documents concernant l’évolution de la construction européenne depuis ses origines après la Seconde Guerre mondiale (voir ici).[2] Dans ses collections on ne trouve pas seulement des documents papiers numérisés, mais aussi des sources multimédia, comme des vidéos, des entretiens, des photos, des cartes interactives, etc. Les sources sont regroupées en dossiers thématiques et classées par ordre chronologique. Dans l’ensemble, il s’agit d’une page très riche et varié, sur laquelle on peut juste « surfer » pour se faire une idée plus complète de la chronologie de l’unification européenne.

Finalement, nous renvoyons au portail European History Primary Sources qui était crée par l’Institut universitaire européen il y a encore peu de temps (voir ici). Ce  portail ne constitue pas une base de données en lui-même, mais propose un index de pages web offrant accès à des sources numérisées. Cependant, les références ne se limitent pas à la construction européenne d’après-guerre, mais concernent l’histoire du continent depuis l’Antiquité, quoique l’accent soit mis sur le XXe siècle. Avec le nombre de bases de données en ligne augmentant d’une façon continue, ce site devrait se révéler de plus en plus utile.

Bibliothèques et recherche de littérature

Nous concluons notre article par la présentation des quelques outils qui peuvent aider à la recherche de la littérature spécialisée portant sur le processus de l’unification européenne. Vu que l’Institut universitaire européen à Florence, crée en 1972 par les États membres de la Communauté, représente un des centres les plus importants de la recherche sur l’intégration européenne, sa bibliothèque dispose certainement des fonds les plus complets (voir ici). De plus, le catalogue CADMUS permet de chercher les nombreuses thèses de doctorat qui sont soutenues à l’institut et qui sont, en partie, accessibles en ligne (voir ici).

Une autre bibliothèque très riche est celle de la Commission européenne, crée dès 1958 (voir ici). Les collections de la Bibliothèque centrale de la Commission européenne couvrent donc toute la période de l’unification européenne depuis ses origines dans les années cinquante jusqu’à aujourd’hui. La recherche dans ses fonds peut être effectuée via le catalogue ECLAS qui regroupe plusieurs bibliothèques et centres de documentations spécialisés, coordonnés par la Bibliothèque centrale (voir ici). Cet instrument se prête surtout à la recherche des publications officielles des institutions européennes.

Depuis les années 1960 la Commission européenne a également installé un réseau européen d’information, regroupant quelque centaines de centres d’information et de documentation. Sur la page web du service europe direct les différentes institutions nationales peuvent être repérées (voir ici). Ce sont donc surtout les centres de documentations, attachés souvent à des universités, qui mettent à la disposition des publications officielles des institutions européennes ainsi que de la littérature spécialisée.

Quant aux revues scientifiques, le Journal of European Integration History (JEIH), édité depuis 1995 par « le groupe de liaison des professeurs de l’Europe contemporaine auprès de la Commission des Communautés européennes », prend un rôle prépondérant (voir ici). Publié en trois langues – anglais, français, allemand –, il constitue la seule revue scientifique dédiée exclusivement à l’histoire de l’intégration européenne. Excepté les numéros de l’année en cours, les exemplaires de la revue sont téléchargeables sur la page web du groupe de liaison. Enfin, l’European Research Papers Archive (ERPA) offre l’accès aux papiers et revues électroniques des quelques 18 institutions membres dans le domaine de recherche sur l’intégration européenne (voir ici). Les publications couvrent donc plusieurs disciplines académiques qui font partie des études européennes.

*

Ce bref tour d’horizon a montré qu’il existe de plus en plus d’outils qui facilitent la recherche sur l’histoire de la construction européenne d’après-guerre. L’Internet offre aujourd’hui de multiples possibilités qui peuvent épargner de longs séjours dans les archives. Dans le même temps, le nombre croissant de ressources électroniques risque toutefois d’obscurcir  la situation plutôt que de l’éclairer – une tendance qui est encore renforcée par le fait que la construction européenne n’a pas encore trouvé sa fin. Il s’agit donc de ne pas se laisser écraser par l’offre existant, mais de l’explorer avec persévérance !

 

Récapitulatif des liens cités

________

  • Publications officielles

Portail de l’Union européenne : http://europa.eu/documentation/index_fr.htm

Eurostat : http://epp.eurostat.ec.europa.eu/portal/page/portal/eurostat/home/

Eurobaromètre : http://ec.europa.eu/public_opinion/index_fr.htm

  • Archives des institutions européennes

Services des archives des institutions de l’Union européenne : http://ec.europa.eu/dgs/secretariat_general/archives_services/index_fr.htm

Guide bleu des archives : http://www.consilium.europa.eu/documents/archives/blue-guide?lang=fr & http://www.eui.eu/HAEU/MFAdb/Welcomefr.htm

Archives historiques de l’Union européenne : http://www.eui.eu/Research/HistoricalArchivesOfEU/Index.aspx

  • Bases de données

Institut universitaire européen (IUE) : http://www.eui.eu/Research/HistoricalArchivesOfEU/FindingAidsAndResearch/LibraryandE-Ressources.aspx

Documentation et Recherche sur les questions Institutionnelles Européennes (DORIE) : http://ec.europa.eu/dorie/home.do?locale=fr&

Archive of European Integration : http://aei.pitt.edu/

Centre Virtuel de la Connaissance sur l’Europe (CVCE) : http://www.cvce.eu/

European History Primary Sources : http://primary-sources.eui.eu/

  • Bibliothèques / littérature

Bibliothèque de l’IUE : http://www.eui.eu/Research/Library/Index.aspx

Catalogue de thèses CADMUS : http://cadmus.eui.eu/handle/1814/7088

Bibliothèque centrale de la Commission européenne : http://ec.europa.eu/libraries/doc/index_fr.htm

Catalogue collectif des bibliothèques de la Commission européenne ECLAS : http://ec.europa.eu/libraries/doc/catalogues/index_fr.htm

Europe direct : http://europa.eu/europedirect/meet_us/index_fr.htm

Journal of European Integration History : http://www.eu-historians.eu/Journal

European Research Papers Archive : http://eiop.or.at/erpa/erpainfo.htm

[1] Walter Lipgens (dir.) : Documents on the History of European Integration, 4 vol., Berlin : de Gruyter, 1985-1991.

[2] Cette page succède à l’european navigator (ena) qui se trouvait sur www.ena.lu

A Budapest, des néo-nazis célèbrent l’amitié germano-hongroise

Un rassemblement néo-nazi s’est tenu samedi 11 février dernier sur les hauteurs de Budapest. …

Un rassemblement néo-nazi s’est tenu samedi 11 février dernier sur les hauteurs de Budapest. Réunis à l’initiative de plusieurs organisations « hungaristes » et nationales-socialistes, 300 sympathisants et militants d’extrême-droite ont rendu hommage aux soldats allemands et hongrois tombés devant les Russes lors de la bataille de Budapest en 1945.

Les bus des lignes 21 et 21A sont étrangement bondés pour un samedi après-midi à la station Széll Kálmán tér. De nombreux jeunes aux looks hétéroclites y prennent tranquillement place à côté des dames un peu âgées qui ne comprennent pas tout à fait à quoi est due cette soudaine affluence. On distingue quelques crânes fraichement rasés, des pin’s de la Grande Hongrie, quelques tatouages skinhead mais aussi de vieux uniformes de l’armée hongroise, façon années quarante.

Ce 11 février, c’est le « Becsület napja », le « jour de l’honneur » célébré chaque année par le mouvement hungariste, légataire idéologique du parti des Croix Fléchées. Au pouvoir quelques mois entre 1944 et 1945, ce parti a été le principal ordonnateur de l’alliance avec l’Allemagne nazie et le principal responsable de la déportation de centaines de milliers de Juifs, Roms et homosexuels hongrois dans les camps d’extermination polonais. Le jour de l’honneur représente, pour l’extrême-droite hongroise, la fin du siège de Budapest. Le 13 février 1945, alors que la Hongrie est l’un des derniers piliers du IIIè Reich, les Soviétiques lancent une offensive meurtrière sur sa capitale, le bilan en pertes humaines se situe entre 50 000 et 150 000 victimes de chaque côté du front.

Sur les pentes abruptes du Svábhegy, là où précisément les Allemands ont battu en retraite, notre bus peine à monter la côte ainsi chargé. A l’approche de Normafa – lieu du rassemblement -, la présence policière se fait de plus en plus sentir. A quelques arrêts du terminus, des agents montent afin de garantir la bonne tenue de la diligence. Les plus virulents des passagers s’indignent de se faire traiter ainsi dans leur propre pays, avant de charger bruyamment le parti au pouvoir et les institutions financières internationales, responsables de tous leurs maux. Même le Jobbik [le parti parlementaire d’extrême-droite, NDLR] en prend pour son grade.

Sur place, les fourgons de la police hongroise quadrillent les abords du rassemblement. Les jeunes néo-nazis se dirigent en file indienne vers la clairière dans laquelle des enceintes ont été installées et diffusent pendant une quinzaine de minutes des airs rappelant l’ambiance des congrès de Nuremberg. Les drapeaux rouge, blanc et noir se déploient et des banderoles en allemand et en hongrois encerclent la petite foule. On y reconnait la bannière des Croix Fléchées et des organisations nationales-socialistes. Les quelques touristes venus arpenter les pistes de ski prennent des photos, intrigués.

L’amitié entre l’Allemagne et la Hongrie revisitée

Des porte-parole de la Ligne de front nationale hongroise (Magyar Nemzeti Arcvonal, hungaristes), du mouvement de jeunesse des soixante-quatre comitats (Hatvannégy Vármegye Ifjúsági Mozgalom, le HVIM partisan de la grande Hongrie), de l’Armée des hors-la-loi (Betyársereg, skinheads), du Parti révolutionnaire national (Nemzeti Forradalmi Párt, fascistes) et du Front national-socialiste (Nemzetiszocialista Front, néonazis) se succèdent à la tribune. Chacun rivalise pour dénoncer le bolchévisme, exulter les valeurs traditionnelles nationalistes et mettre en garde contre la prédation sioniste (sic !). L’horizon civilisationnel est l’Europe des nations blanches, dans laquelle la Hongrie historique a évidemment toute sa place. On y célèbre la “fraternité d’armes” entre Allemands et Hongrois lors d’une intervention remarquée en allemand. Un “Sieg Heil !” retentit une fois dans l’assistance et une personne isolée tente un salut romain, façon Adolf Hitler, derrière l’épaule.

A 17h, après une heure et demie de recueillement dans la neige et le froid, la foule se dissipe aussi rapidement qu’elle s’était formée. Certains repartent en voiture, d’autres dans un car affrété pour l’occasion et la majorité en bus. Le chauffeur du retour ne prend même plus la peine de s’arrêter aux arrêts entre les deux terminus. Une fois en ville, les sweats « Lonsdale » et « Harcos » permettent encore de reconnaître quelques participants au rassemblement dans la foule anonyme des passants. Mais il s’agit d’une sorte de persistance rétinienne, car à Budapest comme ailleurs en Hongrie, ça n’est pas encore à tous les coins de rue que l’on croise des néo-nazis.

Crédits photographie : Benoît Braban

Article initialement publié sur Hu-lala.org.