La Turquie et la crise ukrainienne

Alors même que la Turquie a été plutôt discrète jusqu’à présent mais que les tensions s’accroissent …

Turquie-Urkaine1Alors même que la Turquie a été plutôt discrète jusqu’à présent mais que les tensions s’accroissent entre Moscou et les capitales occidentales, un certain nombre d’indices commencent à permettre une lecture plus complète de la position turque sur la crise ukrainienne.

Feu vert turc dans les Détroits

Les autorités turques ont donné leur accord, le 5 mars, au passage d’un navire de guerre américain en mer Noire. Cette décision rapide est l’indice intéressant d’un positionnement plus résolu d’Ankara aux côtés Turquie-Urkaine2de ses alliés occidentaux qu’en 2008, au moment de la crise géorgienne. À cette époque, la question du passage de navires américains par les Détroits avait suscité des réactions embarrassées de la diplomatie turque. En dépit de son appartenance à l’OTAN, la Turquie, sous la pression de Moscou (qui avait gelé les importations industrielles turques en Russie pendant plusieurs semaines), avait affecté une posture assez circonspecte (cf. nos éditions du 25  août 2008  et du 30 août 2008).

Il est vrai qu’en 2008 les 3 navires, que les Etats-Unis voulaient envoyer au secours de la Géorgie, excédaient le tonnage fixé par le Traité de Montreux (qui a fait de la Turquie en 1936, la gardienne des Détroits du Bosphore et des Dardanelles). Mais il s’agissait de navires hôpitaux destinés à une mission humanitaire. Alors qu’aujourd’hui c’est bel et bien un navire de guerre qui doit franchir les Détroits, même s’il ne devra pas excéder 45 000 tonnes, comme le prévoit le Traité en question.

Prudence affichée à l’égard de la situation en Crimée

La Turquie demeure toutefois prudente. Le 4 mars, Recep Tayyip Erdoğan et Vladimir Poutine se sont entretenus au téléphone. Officiellement le premier ministre turc aurait quant même nettement dit au président russe «que c’est aux Ukrainiens qu’il appartient de résoudre la crise de leur pays», en appelant au respect du droit international et en soulignant qu’une «instabilité en Ukraine aurait une incidence négative pour l’ensemble de la région». Mais le communiqué du Kremlin n’évoque, quant à lui, que la Ukraine Protestssituation en Crimée et suggère que les deux dirigeants sont tombés d’accord : «Les deux parties ont exprimé la certitude que, malgré les actions agressives des forces radicales et extrémistes du Maïdan, la paix interethnique ou interreligieuse et le calme en Crimée finiront par prévaloir.»

Le 3 mars, Ahmet Davutoğlu a reçu des associations de Tatars de Crimée. Ces derniers sont nombreux à travailler en Turquie, et le ministre turc des affaires étrangères les a assurés que son gouvernement suivait la situation actuelle de très près, notamment par l’intermédiaire de son consulat d’Odessa. Il a annoncé aussi le déplacement d’une équipe de techniciens turcs en Crimée prochainement. Pour autant, il s’est gardé de faire des déclarations alarmistes et fracassantes sur la situation et le sort de la minorité turcophone de la péninsule qui souhaite que la Crimée reste ukrainienne.

Pas de crise gazière à l’horizon

La Russie restant le principal fournisseur de gaz de la Turquie (près de 60%), on comprend qu’elle soit là Turquie-Urkaine4encore incitée à la modération. Taner Yıldız, le ministre turc de l’énergie (photo à droite), a estimé que la crise ukrainienne ne menaçait pas pour l’instant l’approvisionnement en gaz de la Turquie. Il a rappelé néanmoins la dépendance de la Turquie à l’égard des ressources gazières russes et de leur acheminement ukrainien : «Si le West Stream est coupé, il est clair que nous serons affectés. Le West Stream permet à la fois l’approvisionnement du secteur public et du secteur privé.» Pourtant, selon Taner Yıldız, rien n’indiquerait qu’une crise gazière soit imminente : «Dans les discussions que nous avons eues avec Gazprom, ses représentants nous ont dit qu’ils ne croyaient pas possible une coupure de l’approvisionnement en gaz. C’est pourquoi je pense que nous n’aurons pas de problème.»

Soutien turc à l’intégrité de l’Ukraine

La visite du président polonais Bronislaw Komorwski en Turquie du 4 au 6 mars a été l’occasion d’une réaffirmation de l’attachement de la Turquie à l’intégrité de l’Ukraine. Lors d’une conférence de presse conjointe avec son homologue polonais, et dans le sillage de la conversation que Recep Tayyip Erdoğan a Turquie-Urkaine5eue la veille avec Vladimir Poutine, le président turc, Abdullah Gül, a répété qu’il était important que l’unité politique, la souveraineté et l’intégrité territoriale de l’Ukraine soient préservées, et que les tensions en Crimée soient évitées. «La Turquie, l’Ukraine et la Russie sont trois pays du littoral de la mer Noire, c’est pourquoi le maintien de leur stabilité et de leur sécurité sont notre premier souci.», a déclaré le chef de l’Etat turc, avant d’ajouter : «Ankara veut que ces incidents soient résolus par le dialogue, en évitant de nouvelles tensions. Une nouvelle ère de Guerre froide ou une seconde Guerre froide est dangereuse pour tout le monde et ne profitera à personne. Nous devons donc à tout prix éviter cela. Et pour l’empêcher, il faut se conformer au droit international.»

Si la Turquie demeure ainsi prudente, en pensant au sort des Tatars de Crimée et à son approvisionnement en gaz russe via l’Ukraine, elle affiche un soutien à ses alliés occidentaux alors même que, lors de la crise géorgienne, elle avait paru vouloir faire passer au second plan son appartenance à l’OTAN et la solidarité que cela pouvait impliquer. Il faut dire qu’Ankara revendiquait alors volontiers une marge de manœuvre à l’égard de ses alliés, c’était un moment où l’on évoquait d’ailleurs souvent une dérive de la Turquie vers l’est et une forme de non-alignement de sa part. La crise syrienne, où Ankara et Moscou se sont retrouvées sur des positions diamétralement opposées, a changé la donne et vu la diplomatie turque revenir vers l’ouest. C’est sans doute à l’aune de cette tendance stratégique nouvelle qu’il faudra lire le positionnement turc à l’égard de la crise ukrainienne dans les prochains jours.

Jean Marcou

Publications médicales : 1914-1917

Page de titre de l’Index medical war supplement 1914-1917
Parcourir l’Index medicus war …

Page de titre de l'Index medical war supplement 1914-1917

Page de titre de l’Index medical war supplement 1914-1917

Parcourir l’Index medicus war supplement : a classified record of literature on military medicine and surgery 1914-1917, c’est voyager en compagnie d’une humanité meurtrie et malmenée par les années de guerre et les terribles combats. Cette bibliographie médicale, éditée par The Carnegie Institution of Washington, en 1918,  rassemble en 260 pages et 16 thématiques, près de 10 000 références d’articles, de brochures, de livres parus pendant les trois premières années du conflit.

Dans le contexte de ces billets écrits autour de la thématique de la médecine de guerre, il est tout à fait remarquable de noter que c’est un médecin militaire, John Shaw Billings, chirurgien aux armées pendant la Guerre de Sécession, qui est à l’origine de l’Index medicus dont Jacques Archimbaud, conservateur de la BU de santé de Clermont-Ferrand jusqu’à sa mort, en 1978, et grand bibliographe médical, dit qu’il est ” le plus important répertoire bibliographique sur le plan international pour les sciences biomédicales” 1. En effet, John Shaw Billings, en charge, dès 1865, de la Library of the Office of the Surgeon general of the army, constitua en quelques années une collection de plusieurs milliers de volumes et en établit le catalogue. Il décida également de créer un index de la littérature médicale. L’Index medicus, dont la publication s’est arrêtée en 2004, est l’ancêtre de Medline la base de données de référence de la National Library of Medicine que tous les chercheurs en sciences biomédicales connaissent, grâce à son interface de recherche Pubmed.

Cette parenthèse faite, l’importance des publications médicales dans la diffusion des connaissances est soulignée, dans la préface du Larousse médical illustré de la grande guerre édité en 1917, par  le Dr Galtier-Boissière qui rappelle que “depuis 4 ans, la vie scientifique s’est en grande partie, concentrée dans les journaux de médecine, et en premier lieu, la Presse médicale et le Paris médical qui ont dû multiplier leurs efforts dans les conditions difficiles actuelles pour mettre les praticiens à même d’être bien renseignés”.  Il est aussi utile de se reporter à une tribune écrite dans le Paris médical, par G. Linossier, le 4 décembre 1915, qui fustige l’attitude des autorités allemandes qui empêchent la diffusion des connaissances médicales de peur que les médecins ennemis ne se servent de ces connaissances pour sauver leurs propres soldats. “Il semble vraiment que les Allemands éprouvent une satisfaction maladive à se rendre odieux au monde civilisé. Il y a quelques semaines, plusieurs journaux annonçaient que leur ministère de la Guerre avait interdit l’expédition à l’étranger, et même dans les pays neutres, de toutes publications médicales, livres, brochures, revues et journaux. La raison d’une telle mesure ? Oh, vous la chercheriez en vain ! La voici textuellement : “empêcher l’ennemi de profiter des méthodes curatives découvertes depuis le début des hostilités” 2. Nous ne savons si ce blocus des publications médicales allemandes fut efficace mais il n’empêche que ce supplément de l’Index medicus témoigne de la richesse des publications médicales de langue anglaise, française, italienne, espagnole mais aussi allemande.

 Une somme bibliographique

Sommaire de l'Index medicus war supplement 1914-1917

Sommaire de l’Index medicus war supplement 1914-1917

Mais que nous dit cette somme bibliographique sur la médecine durant la Première guerre mondiale ? Tout d’abord que les médecins militaires s’intéressent à l’ensemble des aspects de la vie humaine. Si la chirurgie de guerre reste la discipline phare (128 pages sont consacrées à cette thématique), les publications de cette époque traitent également :

  • de l’hygiène (pas moins de 15 pages de références sur des sujets aussi divers que les mouches, les poux et les puces, l’assainissement des cantonnements, les bains-douches, la désinfection et la dératisation des tranchées, les latrines et feuillées-fosses, la stérilisation de l’eau et la fourniture d’eau potable)
  • de l’alimentation : des articles s’intéressent aux conserves de légumes ou de viande, à la ration des soldats, à la « diététique sur le front », au pain (36 articles figurent sous la rubrique “war bread”) et à l’alcool.
  • des pathologies et de la prophylaxie des maladies contagieuses et des épidémies. Si des écrits abordent les affections qui touchent les corps (fièvres, anthrax, choléra, dengue, diphtérie, dysenterie, lèpre, tétanos, tuberculose, typhus, maladies vénériennes, méningites cérébro-spinales, surdité, cécité, variole, gangrènes gazeuses et pathologies respiratoires), d’autres traitent des maux psychiques et neurologiques et des traumatismes (commotions par explosion, shell-shock ou obusite, troubles d’origine émotives chez le combattant, « blessures indirectes du système nerveux par le vent de l’explosion »).
  • d’organisation sanitaire et de structures de soins : le service de santé aux armées, les magasins d’approvisionnement, les hôpitaux (hôpitaux auxiliaires, hôpitaux d’évacuation, abris pour blessés, postes chirurgicaux avancés, hôpitaux de campagne pour contagieux, postes de secours, trains et navires-hôpitaux, …), les ambulances y compris les ambulances-flottantes et les ambulances chirurgicales automobiles appelées autochir, les voitures radiologiques mobiles dites “petites Curie” les brancards,  la Croix-Rouge.
  • de pharmacie, de soins infirmiers, de chirurgie dentaire, de médecine vétérinaire et de médecine navale. A la marge, la vie civile , les femmes, les enfants font également l’objet de quelques parutions essentiellement sur le plan du travail féminin et de ses implications pour la maternité comme par exemple dans un article intitulé « La protection maternelle et infantile dans les usines de guerre » paru, en 1917, dans le tome XXXIX, de la Revue d’Hygiène et de pharmacie. Enfin, neuf articles traitent des viols (allemands cela va sans dire) et de leurs conséquences.

Deux autres thématiques ont plus particulièrement retenu notre attention car elles concernent des particularités de  cette guerre de position : les mutilations volontaires et les maladies des tranchées.

Les simulations et mutilations volontaires

Tableau reprenant les 16 procès pour mutilations volontaires du CG 3EDI

Source : E. Saint-Fuscien. A vos ordres ? La relation d’autorité dans l’armée française de la Grande guerre. Paris, France : EHESS, 2011 4

Plusieurs thématiques évoquent les blessures que certains soldats s’infligèrent pour échapper aux combats ou les moyens de simuler des maladies propres à les éloigner du front : malingering (simulation) et self- inflicted wounds (automutilations) mais aussi picric acid jaundice (ictère provoquée par ingestion d’acide picrique). Le tableau ci-contre dresse la liste de 16 soldats traduits devant le Conseil de guerre de la 3e Division d’Infanterie pour mutilations volontaires et rappelle les motifs des poursuites.

Dans Les Fusillés de la Grande Guerre et la mémoire collective 3, publié aux éditions Odile Jacob, Nicolas Offenstadt évoque le rôle ambigu des médecins, auxiliaires de la justice militaire dans la traque à l’automutilation et à la simulation : «Du côté du commandement, on traque la blessure suspecte de celui qui préfère s’auto-mutiler plutôt que de s’exposer aux risques du combat… Les médecins, érigés en experts de la « vraie blessure », établissent des diagnostics parfois douteux et lourds de conséquences… Plusieurs décisions de médecins militaires furent remises en cause pendant et après la guerre. » Il raconte un peu plus loin le cas d’un soldat breton  :« Blessé à la main gauche dans la nuit du 1er octobre 1914 (…) François Laurent, Breton s’exprimant mal en français , fut examiné par le docteur Buy à Châlons-sur-marne qui vit une présomption de mutilation volontaire. Il est exécuté avec toute une série d’autres soldats condamnés pour le même délit (…)”.

Les diagnostics n’étaient pas toujours fiables et souvent réalisés dans l’urgence. Certains des articles référencés dans l’Index medicus ont pour vocation de conseiller les médecins dans leurs efforts pour démasquer les usurpateurs. Ainsi “De la simulation : étude des qualités que doit posséder le médecin militaire expert” publié par E. Blum, en 1916 dans la Gazette hebdomadaire des sciences médicales de Bordeaux ou “Deux épreuves pratiques pour dépister les simulateurs de surdité” publié par L. Oudet dans la Presse médicale, 1917, volume XXV. En 1917, dans la Presse médicale, un article intitulé “Essai sur l’insincérité chez les accidentés de la guerre”  5 s’efforce de démonter les mécanismes psychologiques de la simulation et classe les simulateurs en 6 groupes : le simulateur émotif, le simulateur hypocondriaque, le simulateur revendicateur, le simulateur suggestible, le simulateur par réaction, le simulateur mythomane. 

Les maladies des tranchées ou trench diseases

Affiche produite par le service médical des armées américaines invitant les soldats a surveiller l'hygiène de leurs pieds.Cet Index medicus est également une source historique intéressante pour mesurer l’importance d’une thématique à partir du nombre des publications qui lui ont été consacrées. En voici un exemple : en 2004, le Docteur Christian Régnier a fait paraître, dans un numéro d’Histoire des Sciences médicales, un article intitulé Le pied des tranchées : controverses étiologiques 6.

En préambule, il détaille les pathologies spécifiques qui affectèrent les soldats en raison de leurs conditions de vie très difficiles.  Ces pathologies sont regroupées dans l’Index medicus sous la rubrique Trench diseases. En voici la liste telle qu’établie par C. Régnier : la constipation des tranchées, la fièvre des tranchées, la diarrhée des tranchées, le rhumatisme des tranchées, la néphrite des tranchées, l’héméralopie des tranchées (ou cécité nocturne), la main des tranchées et enfin le pied des tranchées. Grâce au supplément de l’Index medicus, il recense 202 textes traitant de cette dernière affection qui touchait un nombre très important de soldats et 662 articles et ouvrages de dermatologie.

En conclusion

Les collections de la bibliothèque universitaire de santé sont riches de certains de ces périodiques médicaux qui ont continué à informer un corps médical confronté à l’horreur des champs de bataille et à son impuissance face aux  nombre de blessés et à la gravité des blessures. De nombreux témoignages, dont celui de l’aspirant Laby 7 permettent de mesurer les difficiles conditions d’exercice.  Il est intéressant de constater, à leur lecture, que se côtoient au sein d’une même parution des articles au ton patriotique plus proche de la tribune littéraire que du texte scientifique et des articles dont l’objet est de faire évoluer les connaissances scientifiques. Dans un prochain billet, nous explorerons plus en détail, le contenu de certaines de ces publications (Revue Internationale de médecine et de chirurgie, Bulletin des sciences pharmacologiques).

Références

1. Archimbaud, J. Bibliographie et recherche documentaire en médecine et pharmacie. Rueil-Malmaison, France : Sandoz Ed., 1973

2.  Linossier G. Les publications médicales allemandes et la guerre. Paris Méd. 4 déc 1915;(30):525.

3.  Offenstadt N. Les fusillés de la Grande guerre et la mémoire collective, 1914-2009. Paris, France: O. Jacob; 2009. 309 p.

4 . Saint-Fuscien, E. À vos ordres ? La relation d’autorité dans l’armée française de la Grande Guerre. Paris, France : Editions de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, 2011, 310 p.

5.  Laignel-Lavastine M, Courbon P. Essai sur l’insincérité chez les accidentés de la guerre. Paris Méd. 1917;XXV:14‑15.

6.  Régnier C. Le pied des tranchées. Controverses étiologiques. Hist Sci Médicales [en ligne]. 2004;38(3):315‑332 Disponible sur :  http://www2.biusante.parisdescartes.fr/hsm/index.las

7. Laby, Lucien. Les carnets de l’aspirant Laby médecin dans les tranchées : 28 juillet 1914-14 juillet 1919. Paris, France : Bayard, 2013, 351 p.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le patrimoine immatériel, quels enjeux pour les musées ?

Article paru dans la Lettre de l’ICOM -Lettre du Comité national français, ICOM-France, n° 29, avril…

Article paru dans la Lettre de l’ICOM -Lettre du Comité national français, ICOM-France, n° 29, avril-octobre 2005. Le thème de patrimoine immatériel rassemble un réseau de problématiques parallèles et complémentaires. L’ensemble des professionnels du patrimoine reconnait la portée de son investissement tant les apports de son exploration sont tentaculaires. Plus qu’un cadre de réflexion, le patrimoine immatériel marque une conjoncture favorable à l’adoption d’une compréhension du concept de patrimoine, non pas nouvelle, mais en quête de pérennité. Par un déplacement du regard, il interpelle notre esprit et bouscule nos présupposés acquis sur les caractéristiques fondamentales de ce phénomène culturel. D’une certaine manière, la redécouverte de sa signification réaffirme l’existence d’une relation fusionnelle entre le musée et le fait patrimonial et permet de cerner globalement les enjeux du patrimoine immatériel pour ses acteurs. Depuis quelques années, les milieux concernés connaissent les prémices d’un mouvement réactionnel contre l’exclusivité accordée aux « biens meubles et immeubles » dans le processus patrimonial. Par cette limitation, les acteurs du patrimoine ont occulté des pans entiers du réel. Les débats actuels souhaitent étendre son application à l’ensemble des manifestations du réel exprimées en matière et perceptible par les cinq sens : goût, ouïe, vue, odorat, toucher. Par conséquent, […]

L’inauguration du Marmaray

Timbre commémoratif édité pour l’inauguration du Marmaray. Il superpose les deux projets de tu…

pul_marmaray1

Timbre commémoratif édité pour l’inauguration du Marmaray. Il superpose les deux projets de tunnel sous-marin

Dans le cadre du cycle de visites sur les gares à Istanbul, il convient de revenir sur l’inauguration du Marmaray. Ce projet, lourd de conséquences sur la plupart des gares étudiées, est encore loin d’être terminé : sur les 37 gares qui seront réhabilités ou reconstruites et les 3 nouvelles gares prévues, seules 5 sont actuellement en fonctionnement. Néanmoins, les observations effectuées lors de la cérémonie d’inauguration, nous permettent de tirer quelques éclairages utiles à la réflexion engagée jusqu’ici sur les transformations des gares à Istanbul.

L’inauguration du Marmaray a été marquée par la profusion de gestes symboliques qui fournissent une source abondante d’interprétations. Des choix dans l’organisation de l’événement, qui se tenait à Üsküdar, le jour des 90 ans de la République, en compagnie de personnalités internationales tel que le premier ministre japonais Shinzo Abe, aux slogans, « c’était un rêve, c’est devenu une réalité », « deux continents en quatre minutes », qui se trouvaient tant sur les affiches que dans la bouche des orateurs successifs ; des signes disséminés ça et là tels que les grues dressées autour du public, l’effigie du président de la République, du premier ministre et d’Atatürk qui flottant côte à côte dans les airs, aux discours, précédés par la mélodie de Üsküdar’a gider iken, rythmée par le tonnerre d’applaudissement des partisans AKP, et qui revenaient tant sur la conquête de Constantinople que sur le troisième aéroport, en passant par la prière qui a clos la cérémonie, tout tend à faire penser qu’il ne s’agit pas d’un simple projet de transport urbain.

marmaray-akparti-istanbul

Cette forêt de symboles contraste fortement avec les constats que l’on a pu faire lors des visites que l’Observatoire urbain d’Istanbul a menées sur les gares affectées par le Marmaray, où les symboles semblaient l’objet d’un dédain manifeste. On se référera notamment au rapport de Charlotte Horny sur les projets d’Haydarpaşa qui proposent tantôt un nouveau Manhattan tantôt une petite Venise, mais semblent peu soucieux de mettre en exergue la valeur symbolique de cette gare historique. De plus, là où nos visites nous avaient fait apparaître l’État comme une boîte noire fort éloignée d’enjeux locaux liés tant à la mobilité urbaine qu’aux mutations fonctionnelles de l’espace, c’est bien une certaine figure de l’État et de ses représentants qui sont mis en valeur par les symboles de la cérémonie d’inauguration. Ce contraste laisse à penser que cette cérémonie d’ouverture constitue le point phare des moyens mis en place par le gouvernement turc pour établir ce projet urbain, parmi d’autres, comme un enjeu politique national. D’une part, cette manœuvre se traduit par l’accentuation des symboles clivant, et galvanisant l’identité politique du parti au pouvoir. D’autre part, elle s’inscrit dans une stratégie d’associer son action aux notions de modernisation et de croissance.

Le projet de Marmaray naît dans une division bien orchestrée. En ce jour des 90 ans de la république turque, un rassemblement est prévu à 14 heures par les kémalistes à la place de Tünel. Avant de se rendre à la cérémonie à Üsküdar à 15 heures, il était donc possible de tenter de longer la rue d’Istiklal, où l’on voyait une foule brandissant des drapeaux à l’effigie de Mustafa Kemal, encerclée par des policiers postés à chaque coin de rue et qui s’interposaient régulièrement pour atténuer le flux se rendant à Tünel. Si souvent cette bipolarité se prête mal à la réalité socio-politique complexe d’Istanbul, ce jour, on faisait face à une situation archétypique : deux rives, deux camps. Du côté de Tünel, on entend ‘nous sommes les soldats d’Atatürk’, on propose gratuitement des tatouages de sa signature. La foule est jeune et chante par intermittence les slogans du mouvement Gezi: ‘Taksim est partout’, ‘Nous ferons les comptes’. Côté Üsküdar, ce sont des drapeaux de l’AKP qui sont agités, la foule est plus âgée, beaucoup d’hommes, de familles. Les slogans sont d’une toute autre teneure : « Avec toi, la Turquie est fière », est martelé lorsque le premier ministre prend la parole.

Grue

Le choix d’inaugurer ce projet le jour anniversaire de la République turque, tout en affrétant des transports publics pour faire venir une foule de partisans sur le lieu de la cérémonie  constitue une mise en scène d’un clivage partisan. Au delà d’une orchestration de la division, le pouvoir actuel semble porteur d’une construction symbolique nouvelle. Les grues qui encerclaient la foule à Üsküdar à proximité de drapeaux turcs attestent de ce travail de construction identitaire.

Visages

Le gouvernement AKP ne part pas de zéro, mais s’appuie sur l’héritage républicain, tout en y inscrivant sa marque. Les trois effigies d’Atatürk de Gül et de Erdoğan témoignent de cette volonté d’inscrire leur empreinte dans l’histoire républicaine turque.

Dans son discours, Erdoğan ne tarit pas d’adjectifs pour qualifier ce qu’il revendique avoir construit contre ses adversaires : « Avec ce projet, non seulement nous glorifions notre république, mais nous donnons la preuve de ce qui commence aujourd’hui, dans une république démocratique, stable, sûre, fraternelle, solidaire »1.

Dans cette perspective, le fait que le Sultan Abdülmecid ait évoqué l’éventualité d’un tunnel ferroviaire souterrain en 1860 lors des travaux qui ont raccordé Istanbul à l’Orient Express, représentait une aubaine pour inscrire le Marmaray dans la rhétorique de réhabilitation de l’héritage ottoman. Dans son discours, Erdoğan se pose dans la continuation de la conquête et de l’entreprise du souverain qui l’avait précédé2. Ainsi, au cours de cette cérémonie, ce projet de transport urbain, qui revêt à l’évidence des objectifs locaux non clivant, à savoir, l’amélioration de la mobilité dans une métropole congestionnée et sous équipée en transport publics ferrés, en y apposant artificiellement le sceaux d’une division partisane.

La cérémonie d’ouverture du Marmaray porte le marque de la figure l’Etat modernisateur. Le discours d’Erdoğan inscrit ce projet tant dans la lignée des développement d’infrastructures3. Il cite le nombre d’aéroports construits depuis son arrivée au pouvoir, inscrit ce projet comme l’une des pierres d’un vaste édifice en construction en rappelant certains projets phares qu’il porte à Istanbul comme le troisième aéroport et le troisième pont.

La place essentielle jouée par la métropole d’Istanbul dans cette affirmation d’un État modernisateur est manifeste. Ce discours souligne également que les infrastructures portées à Istanbul sont au bénéfice de l’ensemble du pays : « Le Marmaray est au même moment le projet d’Izmir et de Trabzon »4. L’ancien maire d’Istanbul qui a attribué à la ville une importance toute particulière depuis qu’il a pris les rennes de l’Etat, rappelle ainsi avec le projet de Marmaray, sa propension à puiser dans le développement d’Istanbul, comme une ressource pour se légitimer à l’échelle nationale.

Enfin, l’inauguration du Marmaray met l’accent sur la dimension internationale du projet. L’invitation d’hommes d’État de Roumanie, de Somalie et du Japon confère à l’événement un caractère diplomatique et vient rappeler que c’est un projet qui a fait appel à une expertise internationale. Elle vient surtout donner du crédit à la prétention symbolique affirmée par le premier ministre: « Une ligne Pékin-Tokyo-Londres-Üsküdar, c’est possible ». On peut voir tant la rhétorique de la ville globale que la mention d’Üsküdar, qui représente pour Erdoğan un point d’ancrage symbolique et politique.

La visite de cette cérémonie d’inauguration s’inscrit manifestement dans le programme d’excursions sur les gares d’Istanbul, en soulignant le rôle essentiel joué par l’Etat dans ce système de gares en mutations. Plus généralement, elle fournit un témoignage de la manière dont les projets urbains stambouliotes sont portés comme des enjeux nationaux. Ce phénomène qui n’est pas propre au Marmaray permet de comprendre l’embrasement face au projet menaçant l’intégrité du parc de Gezi, en défiance du pouvoir à l’échelle nationale.

 Si les projets urbains ont appuyé la légitimité du gouvernement qui a pu mettre en avant les projets comme des signes de développement, ils portent également en eux des risques de contestation. Dans son discours, Erdoğan a exprimé sa compréhension pour les dérangements rencontrés par les habitants d’Üsküdar du fait des travaux, tout en ironisant que ‘toute naissance heureuse est douloureuse’5. On peut se demander si ce n’était pas un symbole de trop. Le lendemain, les premières coupures d’électricité ont fait pleuvoir les critiques quant à l’empressement des travaux et les risques non évalués de cette ‘naissance prématurée’.

Jérémie Molho

  1. “Bu büyük projeyle, hem Cumhuriyetimizi yüceltiyor hem de demokratik bir cumhuriyetin, istikrar içinde, güven içinde, kardeşlik ve dayanışma içinde bir cumhuriyetin neleri başarabileceğini bugün ispat ediyoruz” (Extrait du discours inaugural de Recep Tayyip Erdoğan)
  2. « 1453′te şehre girdiği andan itibaren işte bu dizelerinde ifade etiği gibi, İstanbul’u imar etmek, halkın gönlünü kazanmak için çalışmış, halkın gönlünü ‘abad etme’ vazifesini bizlere bir miras olarak bırakmıştı. Bu anlamlı günde, bu şehrin fatihi Sultan 2. Mehmet’i bir kez daha rahmet ve minnetle yad ediyorum. Açılışını yaptığımız projenin hayallerle yetinmeyip bu hayali kağıtlara, planlara, projelere döken Sultan Abdülmecid ve Sultan Abdülhamid’e de Rabbimden rahmet niyaz ediyorum » (Extrait du discours inaugural de Recep Tayyip Erdoğan)
  3. “İnşa ettiğimiz bölünmüş yollarlar, demiryolları ve uçaklarla kuzeyi güneye doğuyu batı ile kucaklaştırdık.” (Idem)
  4. “Marmaray aynı zamanda İzmir’in Trabzon’un tüm türkiye’nin projesidir” (ibid.)
  5. “İnşaat dolayısıyla burada büyük sıkıntılar oldu. Ben Üsküdarlarlı hemşehrilerim haklarını helal etsinler. Her kutlu doğum sancılı olur. Bu da bir kutlu doğumdur.” (ibid.)

L’État libanais : le grand absent des politiques de l’habitat ?

Le Département des Études contemporaines (DEC) de l’Ifpo a lancé en 2012 un séminaire intitulé « Li…

Le Département des Études contemporaines (DEC) de l’Ifpo a lancé en 2012 un séminaire intitulé « Liban : quel État pour quels citoyens ? ». Rompant avec le discours récurrent et stérile sur l’exception libanaise dans ses multiples versions (« îlot démocratique », « démocratie consensuelle », « État mercenaire », « État confessionnel », etc.), le parti scientifique de ce séminaire est de prendre au sérieux le phénomène étatique au Liban, en analysant de manière empirique les mécanismes de production des politiques publiques, leurs modes de diffusion dans les différents secteurs de la société (armée, justice, éducation, santé, logement…) et, en retour, les mobilisations citoyennes qu’ils suscitent.
La séance du 16 janvier 2014 était consacrée au thème : « L’État libanais : le grand absent des politiques de l’habitat ? », avec la participation de Guillaume Boudisseau (RAMCO Real Estate Advisers), Mona Fawaz (Associate Professor à l’American University of Beirut), Ghassan Moukheiber (député, membre de la commission des lois), et Caecilia Pieri (responsable de l’Observatoire urbain de l’Ifpo).

L’anarchie du paysage urbain beyrouthin. Place des Martyrs.

L’anarchie du paysage urbain beyrouthin. Place des Martyrs.
© Caecilia Pieri

Que l’on soit profane ou expert, la première impression qui se dégage à la vue des paysages urbains libanais est celle du désordre et de la fragmentation. Tout se passe comme si le domaine de la construction semblait laissé, sans contrôle ni régulation, à la spéculation immobilière privée. Ainsi prévaut la vision d’une « jungle urbaine » : partout, y compris dans les zones partiellement couvertes par une protection patrimoniale, les tours « grand standing », inspirées du modèle du Golfe, côtoient des îlots insalubres en attente de destruction et des ruines de la guerre civile, mais aussi des friches urbaines. Sur ce plan, la situation actuelle de la capitale libanaise, ville dont le parc bâti date essentiellement du vingtième siècle, est emblématique d’un rapport ambivalent des Libanais à leur mémoire : en dépit des associations de protection du patrimoine, Beyrouth semble perdre progressivement son identité et sa culture urbaines au profit de projets immobiliers désincarnés, mus exclusivement par des logiques capitalistiques et spéculatives. Pourtant, au-delà de cette représentation d’une « mondialisation urbaine » mal maîtrisée, nous émettrons l’hypothèse que les acteurs publics ne sont pas complètement absents, ne serait-ce que pour protéger les intérêts d’acteurs privés en relation avec l’État. D’où une série d’interrogations : peut-on encore parler de politiques publiques de l’habitat et du logement au Liban ? Si oui, quels sont les acteurs pertinents qui contribuent à leur conception et à leur application ? Quels sont les réseaux et les transactions entre décideurs publics et entrepreneurs privés ? Dans un contexte social ultralibéral, existe-t-il malgré tout des dispositifs publics visant à protéger les propriétaires individuels et les locataires ?

Le charme trompeur du marché immobilier libanais

L’un des principaux arguments avancés par les investisseurs privés et les représentants de l’État pour justifier de l’extrême flexibilité des règles relatives à la construction est le dynamisme du marché immobilier, secteur perçu généralement comme productif et donc porteur pour l’économie libanaise : il est courant d’entendre dire que « le pétrole libanais, c’est son foncier ». En somme, la spéculation immobilière effrénée serait à la fois un signe de l’attractivité économique du Liban et un moyen parmi d’autres d’atténuer les retombées négatives de la crise mondiale. D’où une tendance au laisser-faire, afin de ne pas enrayer l’action des entrepreneurs privés présentés comme les « sauveurs », sinon les « moteurs », de l’économie nationale. Pourtant, à y regarder de plus près, ce dynamisme immobilier, que d’aucuns présentent comme une « marque de fabrique libanaise », doit être largement relativisé. S’il est vrai, comme le rappelle Guillaume Boudisseau, que depuis 2005-2006, les investisseurs privés, attirés par la hausse des prix (en particulier à Beyrouth), sont arrivés en masse sur le marché immobilier libanais, celui-ci a récemment subi un certain ralentissement. De plus, ce dynamisme du marché immobilier ne concerne pas tous les secteurs : il se concentre principalement dans les quartiers huppés de Beyrouth, tels que Sursok, Hamra, Clemenceau ou Furn el-Hayek, portés par des réseaux d’entrepreneurs, fondés sur des relations de proximité familiale et d’interconnaissance. C’est donc une gestion en réseaux, en grande partie artisanale, dont le fonctionnement est loin de renvoyer à un marché immobilier structuré par des professionnels aguerris. Ensuite, il convient de nuancer le fait que le marché libanais serait attractif pour les étrangers. L’idée que le Liban constituerait pour les investisseurs étrangers un « eldorado immobilier » relève largement du mythe. Ces derniers (essentiellement des ressortissants du Golfe) ne représentent que 5 % de l’ensemble des investisseurs, 95 % étant des nationaux, dont 30 % environ d’expatriés (Libanais d’Afrique noire, du Golfe ou d’Amérique latine). Ceux-ci recherchent généralement des grandes surfaces (200 à 350 m2) dans les nouveaux quartiers huppés (el-Jnah au sud de Beyrouth par exemple) et sont prêts à investir des sommes supérieures aux Libanais de l’intérieur, contribuant ainsi sensiblement au renchérissement du marché. En revanche, les résidents permanents paraissent davantage sensibles à la situation sécuritaire (d’où la peur de s’engager dans des projets immobiliers) et investissent dans des surfaces plus modestes, quand ils ne renoncent pas purement et simplement à acheter du fait d’un contexte économique incertain. De ce fait, le centre de Beyrouth apparaît de plus en plus comme sujet à un processus de gentrification ultra-sélectif, avec effet cumulatif d’expulsion des classes populaires et moyennes vers les périphéries, de destruction d’un patrimoine moderne remarquable, et de dévitalisation des pratiques citadines qu’entraîne cette nouvelle typo-morphologie urbaine : disparition de commerces et de métiers, mais aussi des espaces de sociabilité qu’étaient les ruelles et cours d’îlots (el-Achkar 2012).

Spéculation immobilière côtoyant immeubles vétustes, friches et ruines de la guerre civile à Achrafieh Spéculation immobilière côtoyant immeubles vétustes, friches et ruines de la guerre civile à Achrafieh

Spéculation immobilière côtoyant immeubles vétustes, friches et ruines de la guerre civile à Achrafieh, Beyrouth.
© Caecilia Pieri

« L’État est présent par son absence »

Contrairement à une idée reçue, l’État libanais n’est pas absent des politiques de l’habitat et du logement. Comme le relève le député Ghassan Moukheiber avec sa longue expérience des commissions parlementaires, l’État libanais est présent, mais selon des logiques propres et à l’image du fonctionnement du reste d’une société marquée par le clientélisme. Il en résulte une inefficacité et une lenteur des dispositifs d’action publique qui laissent le champ libre aux investisseurs privés, ceci au détriment des propriétaires individuels et des locataires. Depuis 1962, le Liban a connu sept organismes différents gérant la planification urbaine et l’habitat. La Direction générale de l’urbanisme (DGU) possède de réels pouvoirs mais ceux-ci sont rarement mis en pratique car neutralisés, sinon freinés, par les interventions des élus et notables locaux en faveur de leur clientèle électorale. À titre d’illustration de cette « inertie volontaire » de la puissance publique, la loi libanaise sur les anciens loyers (décrets-lois n° 159 et 160 comparables dans ses grandes lignes à la loi française de 1948 ou encore à la loi 82-526 dite loi Quilliot – cf. Marot 2012) a connu plusieurs propositions de réforme, afin de continuer à protéger les locataires modestes, sans réussir à freiner la possibilité pour les propriétaires de tirer un revenu viable de leurs biens immobiliers. Or, malgré un long travail de négociations en commissions parlementaires, le vote définitif n’a jamais lieu, les élus libanais ne voulant mécontenter ni les locataires ni les propriétaires. La conclusion du député Moukheiber est sans appel : l’État libanais est présent par son absence. C’est la politique de l’autruche. Si l’inefficacité législative perdure, c’est qu’elle est délibérée.

Ras el-Nabah. Au premier plan, immeubles à anciens loyers.

Beyrouth, Ras el-Nabah. Au premier plan, immeubles à anciens loyers.
© Caecilia Pieri

Au Liban, l’informel est une pratique d’État

L’analyse de Mona Fawaz tend à montrer que l’habitat informel au Liban est moins une pratique « par le bas », de populations pauvres cherchant à contourner systématiquement les règles d’urbanisme, qu’une pratique d’État relativement ancienne. En effet, contrairement à d’autres États du Sud – Tunisie, Jordanie, Égypte, Syrie, Irak notamment – le Liban n’a pas connu les politiques développementalistes ambitieuses, en matière d’habitat et de logement (le public housing), des années 1950-1960. Au pays du Cèdre, les politiques du logement public ont très vite tourné court. Et, contrairement à une idée reçue, cette pratique de l’informel, encouragée directement par la puissance publique, n’est pas une conséquence de la guerre civile (1975-1990) : elle existait bien avant. Dès le début des années 1970, une étude conduite par une équipe du CERMOC (Centre d’études et de recherches sur le Moyen-Orient) traitait déjà de la question des bidonvilles de Beyrouth, comme une politique de l’informel délibérément pensée et voulue par l’État libanais (Bourgey & Pharès 1973). Ce n’est pas tant l’absence d’État qu’il convient de pointer du doigt dans l’évaluation des politiques d’urbanisme et d’habitat qu’un « retrait volontaire et stratégique ». Et si l’État libanais est bien présent, c’est qu’il cherche toujours plus à « informaliser » les règlements de la construction et de l’aménagement urbain. Il les rend de plus en plus flexibles et informels en accordant des permis de complaisance ou encore en légalisant a posteriori des projets non-conformes.

Constructions informelles en plein centre de Beyrouth. Mar Mikhaïl, le long de l’ancienne voie ferrée.

Constructions informelles en plein centre de Beyrouth. Mar Mikhaïl, le long de l’ancienne voie ferrée.
© Caecilia Pieri

En somme, l’analyse du rôle des acteurs publics dans les politiques de l’habitat illustre une nouvelle fois l’hypothèse centrale de ce séminaire : au Liban, ce n’est pas tant l’absence d’État qui doit servir de grille analytique aux modes de gouvernance, qu’un fonctionnement particulier, où la puissance publique organise très largement son retrait au bénéfice des intérêts privés et clientélistes.

Informalité en pleine ville, beyrouth, Ras el-Nabah. Photo Mona Fawaz.

Informalité en pleine ville, Nabah. ©  Mona Fawaz.

Bibliographie

  • Bourgey André et Pharès Roger 1973, « Les bidonvilles de l’agglomération de Beyrouth », Revue de géographie de Lyon 48/2, p. 107-139. [En ligne] http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/geoca_0035-113x_1973_num_48_2_1623
  • El-Achkar, Hicham, 2012, « The Lebanese State as Initiator of Gentrification in Achrafieh », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypothèses.org), 5 juillet 2012. [En ligne] http://ifpo.hypotheses.org/3834
  • Marot, Bruno, 2012, « La loi sur les “anciens loyers” : frein ou accélérateur de la gentrification à Beyrouth ? », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypothèses.org), 28 septembre 2012. [En ligne] http://ifpo.hypotheses.org/4266

Pour citer ce billet : Vincent Geisser & Caecilia Pieri, « L’État libanais : le grand absent des politiques de l’habitat ? », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypotheses.org), 25 février 2014. [En ligne] http://ifpo.hypotheses.org/5779

Vincent Geisser est chercheur CNRS à l’Ifpo de Beyrouth depuis le 1er septembre 2011. Il anime un programme de recherche sur « Femmes et Pouvoir au Liban » et coordonne le séminaire général du Département des études contemporaines : « Liban, quel État pour quels citoyens ? ». Parmi ses dernières publications, l’ouvrage Renaissances arabes. Sept questions sur des révolutions en marche, paru aux éditions de l’Atelier en 2011 (avec Michaël Béchir-Ayari) et Dictateurs en sursis. La revanche des peuples arabes, éditions de l’Atelier, 2009 (avec Moncef Marzouki).

Page web : http://www.ifporient.org/vincent-geisser

Tous les billets de Vincent Geisser

Caecilia Pieri est responsable de l’Observatoire urbain de l’Ifpo.

Page web : http://www.ifporient.org/caecilia-pieri

Tous les billets de Caecilia Pieri

Les généraux au tribunal du cinéma anglo-saxon

La BCU détient dans ses collections deux des films les plus connus inspirés par la Première Guerre m…

La BCU détient dans ses collections deux des films les plus connus inspirés par la Première Guerre mondiale : Le crépuscule des aigles (The Blue Max), de John Guillermin et Les sentiers de la gloire (Paths of Glory), de Stanley Kubrick.

Des oeuvres d’art

Adolphe Menjou, Général trois étoiles, chez Kubrick

Le crépuscule des aigles, offert au public en 1966, met en situation un jeune roturier allemand, Bruno Stachel (joué par G. Peppard), qui réussit, à force de volonté, à quitter l’uniforme de l’Armée de terre pour rallier le corps prestigieux des officiers aviateurs. Sa hargne brutale et sa volonté de gagner dérangent le cercle des aristocrates, ses pairs, qui tiennent à respecter le Junkertum l’esprit des Junkers- et le raffinement des salons (NOTE 1). Le film tient en trois temps : l’arrivée dans l’escadrille du héros, la compétition entre Stachel et Willi von Klugermann (Jeremy Kemp) avec les deux enjeux que sont la croix du mérite et la jeune comtesse (Ursula Andress) et, enfin, la chute dans tous les sens du terme de Stachel, qui s’écrase au sol, aux manettes d’un prototype. Le crépuscule des aigles reste remarquable pour les combats aériens filmés avec une aisance et une fluidité que reconnaît au metteur en scène un Jacques Lourcelles . Quant aux Sentiers de la gloire, tous s’accordent à parler de chef d’oeuvre. Cinq actes découpent cette intrigue réglée au millimètre. En quelques mots, il s’agit d’une offensive mal préparée, voulue par le Quartier général, qui débouche sur un fiasco (des troupes ayant refusé de quitter la tranchée) et sur l’exécution pour l’exemple de trois hommes. Unité de temps (tout se joue en quelques jours), unité de lieu (la zone de front), unité d’action (une attaque avortée). Dans ces deux films, le rôle moteur dans le déroulement des événements n’est autre que celui d’un général.

Le rôle des généraux

Broulard (joué par A. Menjou), général français de division, et von Klugermann, général allemand régentant l’aviation, ourdissent, en effet, la trame des récits et, comme les Parques, décident de la mort, non d’ennemis, mais de compatriote(s). Dans les deux cas, ils semblent des manipulateurs consommés, cherchant à punir ce qu’ils considèrent comme des manquements graves, tout en occultant leurs responsabilités propres. Un Broulard est dépêché par le Quartier général pour pousser le général de brigade Mireau à prendre l’offensive. Sans doute, on le devine, avait-il fait miroiter en haut lieu la quasi-certitude d’une victoire sur la “cote 110″. Aussi l’échec militaire est-il bien un échec personnel. Mais, d’accord avec Mireau, il va faire payer à des simples soldats, passés par les armes, le revers militaire cuisant.Il n’hésitera pas non plus, dans un second temps, à sacrifier Mireau, qui avait donné l’ordre de tirer sur ses propres troupes, dès l’instant où cet ordre scandaleux a fuité.

Von Klugermann, pour sa part, avait persuadé son supérieur, d’abord rétif, de la nécessité d’un programme technologique devant déboucher sur un nouvel avion de chasse. Or, la scène finale est l’occasion de découvrir que cet avion représente un danger réel pour le pilote. En confiant l’avion à un Stachel connu pour sa témérité excessive, von Klugermann est certain du crash et donc de la disparition et d’un héros devenu gênant et d’un appareil manifestement pas fait pour le combat aérien. Il faudrait ajouter l’inconduite de la jeune femme de von Klugermann, la lascive comtesse, qui, par dépit amoureux, mêle à la fin du récit rancune personnelle et carrière des pilotes, à la grande fureur de son époux, tenu de rendre compte de la situation. La mort de Stachel, cible de la comtesse, dispense le général de toute explication.

Bien évidemment, la comparaison ne vaut pas à tout coup. Ne serait-ce que parce que, dans le premier film, il s’agit de mettre en scène des fantassins, donc la multitude sur le front, alors que dans le second cas, c’est un aviateur, chevalier des temps modernes, qui est campé et porté aux nues (au sens propre et figuré), et sur le front et à l’arrière (Berlin). Il n’empêche. Les deux généraux exacerbent la vanité de leurs subordonnés, désirant plus que tout une promotion ou une décoration prestigieuse et n’hésitent pas à vouloir faire monter des hommes qui ne sont pas du sérail, dans l’espoir de  créer une émulation propice à la conduite de la guerre : le roturier Stachel est poussé par von Klugermann, tandis qu’au colonel Dax (Kirk Douglas), avocat et non militaire de carrière, est proposée la place de général de brigade.

James Mason, Général comte von Klugermann

Cinéma ou Histoire?

Deux choses paraissent cruciales : l’honneur de l’Armée, dans un cas comme dans l’autre ; le rôle de la politique et de la presse, également.

L’honneur de l’Armée conduit Broulard à désigner à la vindicte populaire des boucs émissaires, mis à mort et, de manière plus feutrée, à faire passer en commission d’enquête le général Mireau. L’image de l’Armée obsède aussi véritablement un von Klugermann, qui entend garder intacte la réputation du corps des officiers. Question d’image. En cela, les deux films semblent proches d’une conception qui eut cours dans les milieux militaires dirigeants et qui était du reste admise par la sphère sociale (Raoul Girardet cite Charles Péguy, qui parla du “vieil honneur militaire”, en 1910).

Le rôle de la politique et de la presse appelle deux commentaires. Dans le cas “français“, il est évident que le colonel Dax fait mouche auprès de Broulard, en le menaçant d’en appeler aux pouvoirs que la démocratie a mis en place. Cette idée de contrôle, qui doit assurer le bon fonctionnement de l’institution militaire, devient une réalité après le limogeage de Joffre en 1916. Le politique, en France, intervient de plus en plus dans le déroulement des opérations, au point que Painlevé s’installe le 13 septembre 1917 rue Saint-Dominique, cumulant ainsi le portefeuille de la Guerre et la Présidence du conseil. On sait que Clemenceau fera de même. Et Pierre Miquel d’écrire, dans le Gâchis des généraux (disponible à Clermont-Communauté ou à Montluçon [Médiathèque Boris Vian, cote 940.3]) : “Le politique [conçoit] le devoir de mettre [les généraux] sous “l’oeil de surveillance” ».
Pour le cas” allemand“, la question du contrôle est autre. Effectivement, il y a une utilisation de la presse dans le film, et tel fut réellement le cas, mais uniquement du point de vue de la propagande. Le politique et la caste militaire se sont trouvés liés intimement Outre-Rhin et la guerre totale a amené le Kaiser à un tête-à-tête avec la seule paire Hindenburg-Ludendorff. Critiquer l’Armée, en accusant le douteux Stachel, à la fin du film, c’est remettre en question la seule force disponible contre la révolution qui couve. Les deux films, à tout le moins, montrent parfaitement la mondanité avérée des généraux, qui mènent un train  de vie à même de leur faire rencontrer le Tout-Paris ou le Tout-Berlin.

En conclusion, la conduite de la Première Guerre mondiale fut extrêmement complexe et la mise en exergue, à des fins dramatiques, de la responsabilité de quelques hommes, fussent-ils généraux influents, revient à une schématisation réductrice, du point de vue historique. Les individualités comptèrent, indéniablement, mais elles devaient composer avec d’autres individualités ou avec d’autres facteurs (politiques, techniques, diplomatiques, économiques). Un Broulard aurait pu être lui-même manipulé par un homme politique. La liberté de chacun fut fonction d’arbitrages constants, entre les différentes pressions et contraintes s’exerçant de tous côtés : cela ne rend que plus beau le refus imaginaire d’un Dax ou plus morale l’attitude humaine et bien réelle d’autres officiers, de part et d’autre du front.

 

NOTE 1 : Marie-Bénédicte Vincent « L’aristocratie allemande au service de l’État et la césure de 1918 », Vingtième Siècle. Revue d’histoire 3/ 2008 (n° 99) , p. 76-90 .
URL : www.cairn.info/revue-vingtieme-siecle-revue-d-histoire-2008-3-page-76.htm.

Mise en perspective des évolutions du marché domestique du gaz naturel en Turquie depuis 2001

Malgré la clémence saisonnière dont jouissent les habitants d’Istanbul ces derniers jours, les hiver…

Malgré la clémence saisonnière dont jouissent les habitants d’Istanbul ces derniers jours, les hivers sont chaque année des périodes sensibles à traverser pour les gouvernements turcs tous focalisés sur leur politique énergétique. Le gouvernement actuel, déjà fragilisé par les révélations quotidiennes d’affaires de corruption, n’a pas échappé cet hiver à toute une série d’imprévus : de nombreuses coupures d’électricité liées à un défaut d’approvisionnement des centrales thermiques à gaz ont plongé des quartiers de nombreuses villes1 dans la pénombre et provoqué le mécontentement des habitants (exemple à Esenyurt) ; un nouveau record de consommation diurne a été battu début février (197 millions de m3) ; la recrudescence de l’inflation et la dépréciation relative de la livre turque ont récemment obligé le 1er ministre en personne à enchaîner les visites d’État en Russie et en Iran pour renégocier les termes des contrats d’approvisionnement en gaz naturel. Dans le même temps, le facteur énergétique joue également un rôle majeur dans les perspectives d’amélioration des différends politiques entre Grecs et Turcs à propos de Chypre suite à la découverte de gisements gaziers offshore au large de l’île. Cette actualité pléthorique, sans liens toujours évidents, laisse peu de répit pour une mise en perspective globale de la politique énergétique turque. Dans ce contexte, la parution le 10 février dernier, d’un rapport commandité par The Oxford Institute for Energy Studies intitulé « Natural gas in the Turkish domestic energy market – Policies and challenges » est tombée à point nommé.

Malgré une prise de position ouvertement inspirée par la doxa économique libérale des organismes financiers internationaux – l’auteure, Gulmira Rzayeva, d’origine azerbaidjanaise, travaille au sein de nombreux think tank et centres de recherches internationaux comme le « Centre de recherche stratégique » rattaché au gouvernement Azerbaïdjanais (SAM) ou l’institut Hazard travaillant sur la région Caspienne – le présent rapport s’avère précieux par la quantité d’informations qu’il contient. Comme le constate en avant-propos, le directeur du « Programme Gaz Naturel » de l’institut d’Oxford, les pays émergents enregistrent désormais les niveaux de consommation de gaz naturel les plus élevés dans le monde et sont paradoxalement ceux où les données sont les plus rares. En effet, malgré plus de dix années écoulées depuis la loi de 2001 sur la libéralisation du marché du gaz naturel en Turquie et sa profonde restructuration subséquente, de nombreuses zones d’ombre et d’inconnues demeuraient. Le travail de Gulmira Rzayeva est à ce titre fort louable puisqu’il met à disposition des informations recueillies à leur source, c’est-à-dire auprès d’acteurs stratégiques tels que l’EPDK (Enerji Piyasası Düzenleme Kurumu soit l’Autorité régulatrice du marché de l’énergie) ou BOTAŞ (Boru Hatları ile Petrol Taşıma Anonim Şirketi soit la Société nationale gérant l’importation et la transmission de pétrole et de gaz).

La presse généraliste turque n’a pas, à notre connaissance, relayé massivement ce rapport, si ce n’est pour y trouver une nouvelle preuve – irréfutable et objective car venant de la renommée université étrangère d’Oxford – de la puissance énergétique turque. İngilizlerin dünyaca ünlü üniversitesi Oxford’a göre, Türkiye stratejik konumuyla bölgenin enerji merkezi olmak için en güçlü aday pouvait-on ainsi lire sur le site du quotidien progouvernemental Akşam (voir également ici ou ). Pourtant, une lecture – moins partisane nous l’espérons –  du rapport ne nous engage pas à autant d’optimisme, au contraire. Nous avons fait le choix de sélectionner une série d’informations qui nous ont paru pour certaines inédites, pour d’autres particulièrement importantes et sensibles pour comprendre les perspectives de développement du marché du gaz naturel. Ce faisant, cette présente note s’attarde sur quelques risques inhérents à la géographie politique de la Turquie coincée entre une demande toujours plus importante de son marché intérieur et une perspective de resserrement à court et moyen termes des quantités importées de gaz. Dans une prochaine Dipnot, nous continuerons en évoquant le processus de libéralisation du secteur entamé au début des années 2000, en passe de recevoir un nouveau coup de fouet législatif dès 2014.

1. Consommation croissante, géopolitique des contrats d’approvisionnement et menaces des pénuries à court et moyen terme

Réduire la dépendance gazière nationale : une douce chimère politique

L’un des arguments majeurs du rapport est de prouver sur la base de prévisions des volumes de gaz naturel consommés à long terme, que les objectifs actuels de la politique énergétique gouvernementale, cherchant à réduire la proportion du gaz naturel dans la production d’électricité de 45 à 30%, n’est pas tenable de manière réaliste. Selon des études menées par BOTAŞ en 2012, la demande va au minimum doubler d’ici 2030 passant de 45 à 81 billions de m3. Malgré une prévision que l’auteure juge surestimée (70 billions de m3 maximum), de nombreux facteurs contribuent à envisager une courbe de la demande toujours croissante. Tout d’abord, la demande d’électricité devrait continuer d’augmenter de 6 à 7% chaque année jusqu’en 2023. D’ici là, les 3 centrales nucléaires (celle de Mersin (Akkuyu), celle de Sinop et la 3ème centrale qui devrait être située sur les rives de la mer Noire à proximité de la frontière bulgare), censées assurer à moyen terme 10% de la production d’électricité nationale, ne seront pas encore en service. Les premiers retards de livraison ont même déjà été annoncés. En conséquence, l’EPDK continue d’octroyer majoritairement des licences d’exploitation pour des centrales thermiques à gaz, le retour sur investissement étant, semble-t-il, avantageux (en 2012, 148 nouvelles centrales à gaz ont reçu une autorisation avec une capacité totale de production de 33 000 MW, loin devant les 16 000 MW des 26 nouvelles centrales à charbon). Ce marché juteux n’a d’ailleurs pas échappé aux grands groupes industriels turcs (voir ici et ). Le groupe Limak a par exemple prévu d’investir 2 billions de dollars dans deux nouvelles unités de production à Hamitabat2 .

D’un autre côté, la demande croissante en gaz naturel du secteur résidentiel ne vient pas soutenir les objectifs gouvernementaux et ce malgré l’apparition des premières mesures d’efficacité énergétique. Des taux de croissance annuels de l’ordre de 12 à 13% sont en effet prévus par BOTAŞ jusqu’en 2030 (8-9 Bm3 aujourd’hui contre 22,7 Bm3 en 2030). Le principal moteur de cette croissance ne concernerait pas tant l’extension des réseaux dans les dernières provinces encore non raccordées que le processus de modernisation de l’habitat dans les plus grandes villes turques déjà connectées au réseau depuis quelques années :

« The main driver of this growth in the residential sector is not the connection of the few remaining provinces unconnected to the BOTAS main transportation grid, but the growth and modernization of cities already connected, such as Istanbul, Ankara, Izmir, Gazientep and Adana. These are growing rapidly, with the construction of new housing and apartment blocks which contribute significantly to the natural gas demand growth in the household sector ». p.6

Cette affirmation confirme l’une de nos hypothèses personnelles de recherche qui tend à identifier la logique tacite faisant de la politique de renouvellement urbain initiée à l’échelle nationale et déclinée de manière intense à Istanbul un vecteur de la transition énergétique. Le développement massif de nouvelles formes urbaines (habitat collectif vertical) aurait entre autres pour effet l’adoption de nouvelles normes de confort thermique basées sur l’utilisation du chauffage centralisé individuel ou collectif. Conscient que le parc immobilier turc non isolé à 80% va devenir une source colossale de dépenses énergétiques, le Ministère de la Ville et de l’Environnement et celui de l’Énergie ont conjointement fait adopter une série de mesures législatives depuis le milieu des années 2000 – en lien avec le processus d’harmonisation à l’acquis communautaire européen – en faveur de l’efficacité énergétique des bâtiments. Ceci s’est traduit entre autres par l’obligation d’installer des systèmes de chauffage collectif dans les immeubles neufs dont la surface habitable construite est supérieure à 1000 m2. Afin d’éviter les écueils d’une tarification collective souvent mal perçue par les usagers, ce système est combiné avec l’installation sur les radiateurs de vannes thermostatiques pour réguler la température de chaque pièce et de sondes thermiques (Pay ölçer) permettant de mesurer la consommation individuelle de chaque logement pour in fine répartir les charges collectives des dépenses individuelles. Ces technologies ont été pour la première fois expérimentées dans la ville-nouvelle de 60 000 logements de Kayaşehir en périphérie Ouest d’Istanbul. Suite à l’arrivée de factures de gaz exorbitantes et provoquant de fortes tensions chez les habitants, l’efficacité supposée de telles mesures doit être discutée à l’aune de la réalité du terrain. En l’état actuel, nous pouvons simplement affirmer que les causes du dysfonctionnement sont autant liées à des critères techniques et une gestion discutable du conflit par les institutions concernées qu’à des questions d’acceptabilité sociale face à ces innovations technologiques.

Les problèmes d’universalisation du service en réseau sur le territoire national

Pendant que le Premier ministre turc s’exclamait début décembre à Muğla que la Turquie était désormais entrée dans l’ère de la « civilisation du gaz naturel » avec 72 provinces raccordées3, son ministre de l’Énergie Taner Yıldız évoquait les problèmes économiques rencontrés pour atteindre certaines provinces où la densité de population et la demande restaient faibles. Un seuil de 10 000 habitants déjà connectés au réseau électrique aurait été établi comme le seuil de rentabilité minimal pour décider de l’extension des lignes. Cependant, ce seuil ne serait pas dans les faits viables pour BOTAŞ qui demande alors une participation dépositaire de 335 TL aux futurs abonnés. Dans les provinces de Balıkesir, Kırsehir et Manisa, des centaines d’habitants n’ont toujours pas accès au réseau de gaz 6 mois après s’être pourtant acquittés du dépôt auprès de la banque habilitée Halkbank. Les tensions se sont ensuite accrues à partir du moment où la banque a refusé d’effectuer les remboursements. Plus à l’Est, les investissements ne seraient toujours pas viables dans des provinces comme Hakkari ou Sirnak. Toutefois, toujours selon le même rapport, le (fragile) processus de paix engagé avec le PKK aurait fait de Zorlu Enerji une entreprise intéressée pour desservir ces dernières provinces non raccordées. Ces exemples montrent à quel point le processus d’universalisation du réseau à l’échelle du pays n’est pas uniforme et linéaire, notamment dans les espaces faiblement urbanisés et ruraux dans lesquels se superposent souvent des enjeux fortement politiques et idéologiques. Au moment où les frontières administratives vont une nouvelle fois subir une réactualisation de leurs contours sous l’effet d’un réaménagement statistique arbitraire pour définir l’urbain en Turquie, une lecture  géographique et politique du développement socio-territorial du réseau de gaz à l’échelle nationale pourrait apporter un éclairage intéressant sur la gestion territoriale du parti AKP.

Pénuries de gaz et coupures d’électricité dès 2015 ?

 dipnotgaz01

Après avoir détaillé l’ensemble des ressorts influant sur la demande de gaz naturel en Turquie, le rapport de Gulmira Rzayeva pointe du doigt la menace sérieuse des pénuries d’approvisionnement et des coupures d’électricité. L’importation via le TANAP des réserves azerbaidjanaises du Shah Deniz II n’étant pas prévue avant 2018, la probabilité est élevée de voir un premier déséquilibre entre demande et production dès 2015-2016 (voir graphique). Des raisons macro-structurelles contingentes au secteur énergétique turc accentuent ce risque, auxquelles viennent se superposer des facteurs environnementaux cycliques. En effet, les capacités de stockage et le nombre de stations de compression ou de GNL sont largement insuffisants en Turquie, ce qui a par exemple contraint BOTAŞ en 2008, 2009 et 2010 à ne pouvoir importer l’intégralité des volumes prévus dans les contrats. Pourtant, la nature des contrats Take-or-Pay oblige la Turquie à payer une quantité fixe de gaz qu’elle n’est pourtant pas en capacité d’importer et de consommer. À l’horizon 2015, aucun contrat n’est pour l’instant prévu pour accompagner la progression de la demande. Seule la Russie est en mesure de fournir des volumes plus conséquents mais la Turquie se montre réticente à investir d’avantage aux prix en vigueur. Pris de cours par une facture énergétique qui s’est envolée suite à la dépréciation de la monnaie turque4 , le gouvernement devait absolument renégocier les termes des contrats avec l’Iran et la Russie (d’où les récentes visites d’Erdoğan dans ces 2 pays). D’autre part, à moyen et long terme, la Turquie souhaite alléger sa dépendance russe en important le gaz nord-irakien et celui de l’Azerbaïdjan via le TANAP, dont les prix sont bien plus attractifs (voir figure 2). Notons au passage que c’est l’entreprise Siyahkalem qui a obtenu la première licence d’importation du gaz nord-irakien prévue pour débuter en 2014. C’est cette même société qui a récemment achevé la majestueuse construction du nouveau complexe des archives nationales ottomanes à Kağıthane5 sur un terrain appartenant à TOKI !

dipnotgaz02

Pour éviter le pire en 2015, le gouvernement turc fait le pari actuel d’une intensification des importations de gaz liquéfié (un nouveau contrat aurait été signé début 2014 avec l’Algérie) et mise sur la capacité des centrales hydro-électriques à prendre le relais des centrales à gaz. Pari risqué si l’on considère l’essoufflement de la production du gaz liquéfié algérien, principal pourvoyeur de la Turquie6 et la sécheresse qui s’abat actuellement sur l’ensemble de la Turquie.

Le rapport annonce une seconde période de forte instabilité géopolitique après 2021-2022 lorsque les contrats avec la Russie et l’Iran en vigueur aujourd’hui arriveront à terme. La question de leur renouvellement suscitera sans nul doute de houleux débats stratégiques d’autant plus que la nature des intérêts aura été redistribuée d’ici là. Une prochaine Dipnot détaillera ainsi les effets attendus d’un nouveau projet de loi sur la libéralisation du marché de gaz naturel pressenti pour être adopté en 2014.

Lire la suite : Le marché du gaz naturel : vers une libéralisation totale ?

  1. « Gaz kullanımı arttı karanlıkta kaldık », Milliyet, 15/12/13, p.26
  2. Holding impliquée entre autres dans la construction du 3ème aéroport d’Istanbul et gérant 4 sociétés de distribution d’électricité en Turquie
  3. Voir la une du quotidien Birgün du 1 décembre 2013 « Doğalgaz uygarlığı ! » dans lequel R.T. Erdogan se serait exclamé en ces termes « Bugün 72 ilde doğalgaz vardi. Medeniyet budur »
  4. Pour un ordre d’idée, en 2012, année plutôt stable économiquement, les dépenses énergétiques atteignaient 60 billions de dollars
  5. Pour une description plus détaillée du lieu : lire « The end of an Era : The less than grand opening of the new ottoman archives », http://www.jadaliyya.com/pages/index/11370/the-end-of-an-era_the-less-than-grand-opening-of-t, Avril 2013
  6. Jean-Pierre Séréni, « Baisse de pression du gaz algérien », Orient XXI (2014), http://orientxxi.info/magazine/baisse-de-pression-du-gaz-algerien,0503.

L’information sur le nucléaire en débats : Réversibilité de la décision et (non) publics. Autour du centre de stockage des déchets de Bure. IDRéP.

Bilan En quoi l’information constitue-t-elle un enjeu essentiel à la participation/non participation…

Bilan En quoi l’information constitue-t-elle un enjeu essentiel à la participation/non participation des publics aux choix technoscientifiques ? Prenant pour cas d’étude les « débats publics » (DP) autour de la réversibilité de l’enfouissement des déchets nucléaires à Bure (Cigéo, … Continue reading

Série “Café géo Ville et BD” (1) : La ville, la géographie et la bande dessinée

Ce texte est un extrait du compte-rendu du Café géographique de Paris du 28 janvier 2014 où Aymeric …

Ce texte est un extrait du compte-rendu du Café géographique de Paris du 28 janvier 2014 où Aymeric Landot et Bénédicte Tratnjek étaient invités à intervenir sur le sujet “Représenter l’espace urbain dans la bande dessinée” suite à la journée d’études du Laboratoire junior Sciences Dessinées du 18 septembre 2013 : Ville et bande dessinée, avec Benoît Peeters comme invité du grand entretien. L’intégralité du compte-rendu est à paraître sur le site des Cafés géographiques que nous remercions de cette invitation. Voir tous les billets de la série “Café géo Ville et BD”.

 

LA VILLE, LA GÉOGRAPHIE ET LA BANDE DESSINÉE :
QUELQUES POINTS INTRODUCTIFS

Bénédicte Tratnjek rappelle d’emblée que les Cafés géo, en 2001, avaient organisé une soirée pour décrypter l’« Hergéographie » [1]. Alors que la bande dessinée a connu de grandes difficultés à être reconnue comme objet géographique, et plus généralement objet pour l’ensemble des recherches universitaires, les Cafés géo ont été précurseurs sur cette question d’une approche de la BD par la géographie. Il faut dire que les liens entre géographie et bande dessinée sont particulièrement forts et riches. « Un café géographique ne s’interrogeait-il pas il y a quelques années sur le fait de savoir si Tintin, le héros de BD, reporter de profession, n’était pas géographe ? Et de constater que si le goût pour le voyage et pour la confrontation avec l’Autre était commun aux deux figures, Tintin utilisait peu les outils du géographe et analysait peu l’espace. Tintin est moins un géographe qu’il n’est l’objet d’une géographie à déconstruire » [2]. C’est à cette invitation du géographe Alexis Sierra que se propose de répondre, partiellement tout du moins, le Café géographique de ce soir, portant sur les représentations de la ville dans la bande dessinée, entre rêves [3] et fantasmes, entre peur et fascination, autour de plusieurs types de bande dessinée. Pourquoi un tel Café géo, la veille de l’ouverture du 41eFestival international de la bande dessinée à Angoulême, et quelques jours après la parution d’un ouvrage sur Rodolphe Töpffer [4], considéré comme l’inventeur de la bande dessinée ? Le Laboratoire Junior Sciences Dessinées a organisé, le 18 septembre 2013, une journée d’études intitulée « Ville et bande dessinée », avec Benoît Peeters comme invité du grand entretien (voir les enregistrements audio de cette journée d’études). Cette journée d’études a été l’occasion d’interroger les représentations de la ville dans de nombreuses bandes dessinées, et notamment dans les œuvres qui s’imposent par leur lien « évident » entre ville et BD, et notamment la série des Cités obscures de François Schuiten et Benoît Peeters et l’incontournable Little Nemo in Slumberland de Windsor McCay, en passant par Aya de Yopougon, les comics tel que Daredevil ou encore les mangas. Plutôt que s’intéresser à la séparation des bandes dessinées en différents genres, il s’agit, ce soir, de questionner la manière dont la ville est représentée dans le 9e Art.

Ville et bande dessinée entretiennent un lien très ancien, dès l’apparition des suppléments du dimanche publiés dans les grands quotidiens étatsuniens au début du XXe siècle. Ces publications témoignent de cette période de fascination de la métropole. Les comics sont un type de bande dessinée qui apparaît comme urbaine « par essence » : les super-héros qui naissent à la fin des années 1930 (tels que Batman et Superman qui seront décryptés plus tard dans la soirée) veillent sur leur ville. Depuis, les liens entre bandes dessinées et villes se sont renforcés. Et la ville, entre rêve, fascination, indifférence et détestation (les frontières entre les différentes approches affectives de la ville dans la BD étant souvent très minces), apparaît comme un leitmotiv de la bande dessinée. La BD semble ne pas pouvoir contourner la ville et les réflexions sur les différentes formes urbaines, comme le rappellent de récentes expositions, à très grands succès, telles que Archi & BD. La ville dessinée (Cité de l’architecture et du patrimoine, 2010) ou Mangapolis. La ville japonaise dans les mangas (exposition itinérante, 2012). A travers différentes études de bandes dessinées et de grandes thématiques des études urbaines, ce Café géo se propose d’interroger ces liens : penser, dessiner et représenter la ville dans la bande dessinée, voilà quelques thèmes pour cette soirée.

 

 

Ville et bande dessinée : des liens dès la naissance de la BD

Avant de se plonger plus en avant dans la réflexion sur les liens BD/ville, Bénédicte Tratnjek propose quelques pistes introductives, en revenant sur les origines des liens entre ville et bande dessinée d’une part, et ceux entre géographie et BD d’autre part. Comment, pour parler de la ville dans la BD, ne pas commencer en évoquant l’incontournable Little Nemo in Slumberland ? Publiées, planche par planche, dans les suppléments du dimanche du New York Herald puis du New York Ameriana de 1905 à 1913, les aventures du personnage, Little Nemo, illustrent tout autant la naissance de la bande dessinée comme 9e Art que ses très forts liens avec la ville, et surtout avec le paysage urbain. Chaque semaine, les lecteurs découvraient une nouvelle étape des voyages rêvés du personnage, avançant de plus en plus dans sa découverte de lieux imaginaires. Le petit Nemo, dans ses rêves, sort de son lit et voyage dans les métropoles naissantes des Etats-Unis (New York et Chicago) et pose la question de la place de l’individu dans ces paysages urbains, notamment face à leur verticalité. La planche dite « du lit qui marche » est certainement la plus célèbre pour évoquer ces liens : le lit se transformant au gré des besoins de Little Nemo pour traverser la ville doit s’adapter à la verticalité de celle-ci. Au gré de ses aventures, Little Nemo quittera la ville pour parvenir, plus loin dans ses rêves, par les airs, par un souterrain, par des chemins de traverse ou encore par la mer (son lit se transformant en moyen de transport) plus près de Slumberland, qu’il tente de rejoindre. Plus qu’une accumulation de planches, Little Nemo in Slumberland constitue un véritable parcours pour son personnage qui tente ainsi de rejoindre un monde fantastique, par-delà la ville. La verticalité et le gigantisme de la métropole y sont notamment montrés par la disproportion : les personnages sont tour à tour petits ou géants. « Les larmes de Nemo inondent la ville entière, les immeubles deviennent minuscules, les mûres et les framboises grossissent de façon redoutable et le crâne du grand-père peut servir de patinoire » [5]. L’espace est représenté par des métaphores, des disproportions, des fantasmes spatiaux. Windsor McCay va faire de la métropole un thème fort de ses planches [6]. Ses planches témoignent de la fascination de la ville que l’on retrouvera, par la suite, dans de nombreuses bandes dessinées.

 

 

La géographie et la bande dessinée : des liens très intimes

Pour poursuivre dans ces questionnements introductifs, Bénédicte Tratnjek rappelle que géographie et bande dessinée ont de nombreux liens. Si les publications sur géographie et bande dessinée sont assez dispersées, il n’en reste pas moins qu’elles sont assez nombreuses [7]. Une thèse de doctorat en géographie a même été soutenue en 2010 : L’espace dans la bande dessinée (Julien Champigny, Université Paris 7, sous la direction de Christian Grataloup). La cartographie est peut-être celui qui nous interpelle en premier lieu à la lecture d’une bande dessinée. Comment ne pas évoquer la célèbre carte de la Gaule qui introduit toute aventure d’Astérix ? « En 52 av. J.-C., toute la Gaule est envahie par les Romains. Toute ? Non. Car un village d’irréductibles Gaulois résiste toujours à l’envahisseur ». La carte de la Gaule accompagnant ce célèbre texte invite le lecteur à « zoomer » sur ce village gaulois, grossi par la présence d’une loupe. Le territoire est posé : la Gaule est passée aux mains de l’envahisseur, mais ce petit point sur la carte va, à lui seul, remettre en cause la conquête romaine. La carte expose aussi au lecteur le très fort lien entre le territoire et l’identité : les « irréductibles Gaulois » dont le lecteur va suivre les aventures sont situés dans l’espace et dans le temps. Pourtant, dans la même série, des lieux vont, volontairement ne pas être localisés. Sur la carte du monde d’Astérix, impossible de situer avec précision Alésia. Les auteurs, René Goscinny et Albert Uderzo, notamment dans Le Bouclier averne, joueront des disputes actuelles des historiens et archéologues sur la localisation précise du site de la bataille d’Alésia, pour renforcer ce lien entre carte, territoire et identité. « Alésia ? Connais pas Alésia ! Je ne sais pas où se trouve Alésia ! Personne ne sait où se trouve Alésia ! », feront-ils dire au chef Abraracourcix. A l’opposé, Lutèce devient rapidement, au fur et à mesure des albums une référence identitaire, depuis les paroles du barde Assurancetourix jusqu’au druide, prisonnier dans des geôles des Goths, qui chante « Revoir Lutèce » (qui n’est pas sans rappeler « Revoir Paris » de Charles Trénet). Ces liens sont encore renforcés par l’association entre territoires et gastronomie : l’identité est parodiée [8], mais toujours associée à un fort sentiment d’appropriation et d’appartenance. Toutes les références à l’identité territoriale sont convoquées dans cette bande dessinée, jusqu’au Tour de Gaule, clin d’œil explicite à deux « tours » très franco-français : Le Tour de France par deux enfants, manuel scolaire de référence de la IIIe République, et le tour de France comme épopée cycliste [9]. Que ce soit dans leur périple en Gaule ou dans des pays étrangers, les albums des Aventures d’Astérix témoignent du fort ancrage territorial de l’identité, en montrant des peuples associés à des paysages et des pratiques spatiales. Et l’on pourrait citer bien d’autres héros qui, par leurs aventures, rencontrent « l’Autre » et se confrontent à l’apprentissage de la diversité et de l’altérité : de Corto Maltese [10] (Hugo Pratt) à Tintin [11], en passant par Naruto (Masashi Kishimoto) qui découvre d’autres paysages et d’autres manières d’habiter l’espace en se rendant dans les autres villages cachés (tous symbolisés par un des cinq éléments japonais : le feu, l’eau, la foudre, la terre et le vent auxquels sont associés des identités territoriales), les parcours des personnages montrent combien les liens entre espace et identité sont particulièrement forts dans la bande dessinée.

La bande dessinée représente à la fois des espaces imaginaires et réels, mais tous ont beaucoup à nous dire de notre manière de nous représenter et d’habiter le monde. Les cartes ne sont pas toujours présentes dans les bandes dessinées, ou parfois (à l’image de la carte des Cités obscures produite par l’IGN pour le 2e tome de La Frontière invisible) elles sont produites après la parution de la bande dessinée. Le géographe Olivier Marlet a, ainsi, exploré les différents liens entre les cartes et la bande dessinée, à travers un corpus questionnant les mondes imaginaires tout comme les représentations du monde réel : dans la bande dessinée, « objet éminemment visuel, la carte est aussi mobilisée pour faire vagabonder notre imagination. Car elle fait beaucoup plus que situer des lieux, des frontières et des hommes : elle engendre le rêve et l’évasion. Elle crée une ambiance, raconte déjà toute une histoire et donne une atmosphère au récit » [12]. Et, l’utilisation de la carte dans la bande dessinée rappelle les très forts liens entre géographie et BD. La figure du voyage est aussi, par sa forte prégnance dans la bande dessinée, une invitation à penser les liens entre géographie et bande dessinée, comme en témoignent les aventures de ces héros que tout le monde connaît : Astérix, Tintin ou Corto Maltese. Toute bande dessinée questionne l’espace, à travers la figure de l’île, de la ville, des territoires du quotidien, des espaces domestiques… La géographie questionne à la fois la représentation de l’espace dans la bande dessinée et l’utilisation de la planche comme espace pour figurer l’espace.

Enfin, Bénédicte Tratnjek précise que, pendant ce café géo, Aymeric Landot et elle proposent à l’auditoire une géographie subjective. S’ils lisent de nombreuses bandes dessinées, ils avouent qu’aucun n’est spécialiste de la bande dessinée argentine ! Les liens entre ville et bande dessinée seront principalement explorés ce soir par un parcours entre BD franco-belge, comics étatsuniens et mangas japonais. La ville n’est pas seulement représentée par l’architecture, par le bâti : elle n’est pas seulement un espace-décor dans la bande dessinée, un support à des fictions. De nombreuses bandes dessinées font de la ville un élément central des fictions : parce que l’histoire est fortement située dans le temps et dans l’espace (y compris dans des mondes imaginaires), de nombreuses bandes dessinées montrent, questionnent, « titillent » l’urbanité, c’est-à-dire la manière dont on vit la ville. C’est une géographie sensible qui se dessine dans la bande dessinée.

 

 

La bande dessinée : laboratoire de l’urbain ?

Bénédicte Tratnjek précise que la bande dessinée, par sa représentation de la ville, questionne de nombreux thèmes forts des études urbaines. Parmi ceux-ci, on peut retrouver dans la bande dessinée une exploration des rythmes urbains, et tout particulièrement une géographie de la nuit [13]. Entre le rêve de Little Nemo de Windsor McCay et le Paris nocturne d’Adèle Blanc-Sec [14] de Jacques Tardi, la nuit urbaine telle que représentée dans la bande dessinée rappelle l’importance de ces temporalités quotidiennes dans les espaces urbains. Ainsi, avant d’atteindre les mondes fantastiques, Little Nemo doit affronter la ville. La ville n’est pas seulement un espace-décor : les « villes dessinées » produisent des images, des identités, des histoires, des rencontres. L’exemple du lien entre comics et nuit (que l’on abordera en détail plus tard) est certainement l’un d’un plus démonstratifs pour évoquer la représentations de la nuit urbaine dans la bande dessinée. De Batman à Superman, en passant par Daredevil ou Spiderman, la nuit urbaine confronte les personnages aux noirceurs de la ville [15]. Plus encore, c’est la nuit urbaine qui produit ces personnages : loin de la lumière, des « méchants » sortent pour commettre leurs méfaits, et pour confronter le héros à des espaces urbains inquiétants. De la même manière, dans Les Aventures d’Adèle Blanc-Sec, Jacques Tardi a volontairement exploré la nuit urbaine pour situer son personnage dans une ambiance cohérente avec son polar dessiné. Il précise ainsi, à propos de la nuit urbaine, qu’il a voulu « exploit[er] les traits imaginaire nocturne habituel en faisant de la nuit le monde louche et funèbre de l’irrégularité, de la suspicion et du danger » [16]. Aya de Yopougon (bande dessinée qui narre les aventures d’Aya et de ses proches dans l’agglomération abidjanaise, dans le quartier de Yopougon, à la fin des années 1970/début des années 1980) nous propose une autre manière d’appréhender la nuit urbaine [17] : celle de la fête, du plaisir, de la drague, des amours cachés. La nuit urbaine est ici représentée par le prisme des territoires du quotidien, tels qu’ils sont vécus et pratiqués par des habitants « ordinaires ». Alors que la géographie de la nuit reste un champ émergent dans la géographie, la bande dessinée nous rappelle combien les rythmes et les temporalités urbains, dans leur quotidienneté, fabriquent des pratiques spatiales particulières, que nous devons appréhender. Dans ces trois cas, la ville n’est pas un espace-support interchangeable, la bande dessinée est fortement située dans le temps et dans l’espace, mais surtout la « ville dessinée » façonne les personnages, leurs actions et leurs pratiques spatiales.

Les liens entre mobilités urbaines et bande dessinée sont un autre moyen d’appréhender la BD comme laboratoire de l’urbain. Les bandes dessinées proposent ainsi au lecteur des géographies subjectives : il suit les personnages dans leurs déplacements, qu’ils soient des migrations [18] ou des mobilités quotidiennes, qu’ils soient « ordinaires » ou pénibles. Dans de nombreux mangas, le dessin représente le train comme structurant l’espace : les lignes des trains et métros tokyoïtes sont ainsi des figures récurrentes du paysage urbain tel qu’il est représenté dans le manga, reflétant des pratiques urbaines quotidiennes « cohérentes » avec les déplacements des habitants. « A Tôkyô, deux réseaux se rencontrent : l’éventail des lignes régionales et nationales vient buter sur les principales gares de la Yamanote, qui délimite le contour du centre et le territoire du métro. Ces gares, lieux de passage obligés, se doublent depuis bien longtemps d’une dimension commerciale. Non loin des trains, se dressent ainsi de grands magasins sous l’enseigne de la compagnies des chemins de fer – Keio, Hankyû, Odakyû, Seibu, Tôbu ou Tôkyû » [19]. Rien de tel que le célèbre City Hunter (le célèbre manga de Tsukasa Hōjō, plus connu en France sous le titre de Nicky Larson du nom de l’adaptation en dessin animé tel qu’il a été traduit en France et diffusé par le Club Dorothée) pour rappeler la forte présence des gares dans le manga. Dans Le choix d’Ivana (Tito), le lecteur suit les parcours « ordinaires » d’une jeune femme, Ivana, dans le Sarajevo qui découvre l’arrestation de Radovan Karadžić. Le touriste qui visiterait Sarajevo prendrait le célèbre tramway (qui a même donné son nom au titre d’un récit de voyage dessiné de Jacques Ferrandez : Les tramways de Sarajevo. Voyage en Bosnie-Herzégovine) avec un goût d’exotisme. Mais le lecteur du Choix d’Ivana découvre une autre manière de pratiquer et de vivre cette mobilité : loin de la découverte teintée d’un imaginaire touristique dans cette ville-symbole, le lecteur découvre la ville de Sarajevo tel qu’elle est vécue dans son « ordinarité ». Dans le tramway, moyen de transport « ordinaire » (c’est-à-dire inscrit dans les quotidiennetés) pour Ivana, la jeune femme se retrouve confrontée au poids des événements. Le tramway, présent sur la couverture de cette bande dessinée, témoigne tout d’abord des liens entre territoire et identité dans cette ville dessinée : il permet au lecteur de se situer dans l’espace. Le tramway de Sarajevo est, en effet, un symbole identitaire pour cette ville. Mais, il est aussi un espace pratiqué dans les quotidiennetés d’Ivana. Et c’est dans cet espace qu’elle se retrouve rattrapée par sa propre histoire, confrontée à des inconnus lisant un journal ou discutant de l’arrestation de Radovan Karadžić. Les mobilités de la ville dessinée appréhendent notre propre confrontation à la foule, à l’anonymat, à notre propre relation à l’espace.

Ivana prenant le tramway à Sarajevo, le lendemain de l’arrestation de Radovan Karadžić Source : Tito, 2012, Le choix d’Ivana, extrait de la planche 4, © Casterman.

Ivana prenant le tramway à Sarajevo, le lendemain de l’arrestation de Radovan Karadžić
Source : Tito, 2012, Le choix d’Ivana, extrait de la planche 4, © Casterman.

La bande dessinée, dans son rapport à la ville, nous bouscule en se focalisant sur les espaces « ordinaires » dans la ville, tels qu’ils sont pratiqués et vécus par les personnages : elle permet de repositionner les regards des géographes sur la confrontation espace domestique/espace public. Les mobilités quotidiennes sont représentées dans de nombreuses bandes dessinées, témoignant de pratiques spatiales qui diffèrent d’une ville à l’autre, et nous plongent dans des réalités urbaines par-delà ce que nous apprennent les manuels de géographie. Aya de Yopougon nous confronte à la marche dans la ville africaine, Le choix d’Ivana à l’utilisation des modes de transports comme vécu, City Hunter à la foule de la gare de Shinjuku, où Ryo (Nicky dans la version animée) et Kaori (Laura) vont quotidiennement scruter les annonces sur le tableau central pour voir s’ils ont un client. Le lecteur suit également Ryo dans les différents modes de transport de la ville de Tokyo : les lignes de métro et de train (telles que la célèbre ligne Yamanote) ou les autoroutes urbaines sont autant d’espaces que le lecteur découvre à la lecture de ce manga et de nombreux autres qui situent l’action dans le centre de Tokyo. Dans les périphéries tokyoïtes, où sont situés bon nombre de mangas tels que Ranma 1/2, Sailor Moon, Card Captor Sakura ou encore les premiers tomes de Death Note, la marche est bien plus présente : le personnage n’est plus confrontée à la densité de la ville-centre, mais à un périurbain où la marche est bien davantage une mobilité quotidienne.

Certains auteurs vont plus loin encore dans leurs représentations des mobilités urbaines, en questionnant la « ville mobile ». Cette figure de l’itinérance non plus dans la ville, mais de la ville est récurrente dans l’imaginaire dessiné, de Little Nemo in Slumberland au Château ambulant (film d’animation du célèbre Hayao Miyazaki [20], 2004). Une fois encore, mobilisons Little Nemo in Slumberland, précurseur dans cette manière de représenter et de penser la ville mobile. De la planche du « lit qui marche » à la planche de « la ville qui marche », Windsor McCay questionne bien les mobilités dans la ville. Dans cette seconde planche, Little Nemo se trouve confronté à des maisons qui se mettent en mouvement. Alors que les personnages se promènent, en rêve, dans la ville, celle-ci n’est plus statique : les habitations deviennent mobiles. Alors que dans un grand nombre de planches, le personnage se déplace dans une ville figée, cette planche offre un retournement de situation : Little Nemo est contraint de se réveillé, chassé de son rêve par la mise en mouvement des habitations. « L’itinérance d’une ville est-elle nécessairement menaçante ? Cette observation pourrait n’être qu’anecdotique si elle n’était pas récurrente dans l’imaginaire des villes mobiles. un bel exemple nous est donné dans la bande dessinée Little Nemo in Slumberland : le réveil des immeubles provoque celui du héros, littéralement chassé de son rêve urbain » [21]. Les personnages cessent alors d’être les acteurs de leurs parcours, la ville elle-même devient actrice des parcours de Little Nemo dans la ville de ses rêves. Par-delà la figure de la ville mobile, cette planche témoigne d’une des formes de représentations de la ville dans la bande dessinée (que l’on pourrait également retrouver dans la littérature) : si la ville peut être représentée comme un espace-décor (c’est-à-dire un espace-scène où se déroulent des actions qui dépassent le seul cadre de la ville) et le plus souvent comme un espace-support (c’est-à-dire un espace qui, parce qu’il situe fortement l’action dans le temps et dans l’espace, n’est pas interchangeable et donne corps à l’action) dans la BD, elle peut parfois devenir bien plus, un espace-personnage (c’est-à-dire un espace-acteur qui agit) [22]. Autre exemple incontournable : la ville d’Urbicande dans La fièvre d’Urbicande (l’un des tomes des Cités obscures de François Schuiten et Benoît Peeters), qui n’est pas seulement un espace-décor où se déroule l’action, mais bien plus un espace-personnage, tant la ville elle-même agit. Dans tous les cas, la bande dessinée est un espace de réflexion sur la manière d’habiter et de pratiquer l’espace, par sa représentation des mobilités pénibles, des contraintes spatiales… La bande dessinée s’avère être un laboratoire de l’urbain, dans la mesure où elle illustre les grandes utopies urbaines, dessine l’imaginaire des villes, confronte le lecteur à son propre habiter par des mondes réalistes ou fantasmés. Elle est aussi une confrontation des allers-retours entre l’espace réel et l’imaginaire spatial, entre les réalités des territoires du quotidien et les utopies/uchronies urbaines, entre les rêves/désirs et les peurs/menaces. De la ville « réelle » à la ville imaginaire, toutes les villes sont représentées dans la bande dessinée, et sont bien plus que des espaces-décors : « selon les inspirations variées et diverses motivations des dessinateurs ou scénaristes, tous les modes, structures, ensemble et « moments » architecturaux sont abordés, explorés, induits, exploités et investis. Qu’elles soient politiques, réalistes ou nostalgiques, documentaires, soucieuses d’exotisme, d’utopie ou de fiction, sociales, policières, historiques, fantastiques, régionalistes ou d’aspiration, leurs raisons conduiront ces créateurs à ne rien négliger et tout appréhender » [23].

Windsor McCay, Little Nemo in Slumberland, planche publiée le 21 mars 1909. Source : site The Comic Strip Library

Windsor McCay, Little Nemo in Slumberland, planche publiée le 21 mars 1909
Source : site The Comic Strip Library

La bande dessinée comme laboratoire de l’urbain offre également de nombreux questionnements sur des enjeux sociaux très brûlants : citons la représentation de la ville-menace par la figure de l’attentat, de la ville sécuritaire par la représentation de la vidéo-surveillance, ou de la ville-exclusion par la représentation de groupes marginaux (on citera, à titre d’exemples, Des nouvelles d’Alain d’Emmanuel Guibert, qui narre le périple du reporter-photographe Alain Keler à travers l’Europe à la rencontre des Roms). La bande dessinée met en scène des manières très ambivalentes de se déplacer dans la ville, en fonction de son appartenance ou des « normes » de la société urbaine. La bande dessinée dite de « non-fiction » [24] connaît un grand succès, et témoigne de l’importance de la BD comme médium pour représenter les enjeux politiques, sociaux mais aussi spatiaux les plus brûlants. Pour son lancement, La Revue dessinée a ainsi proposé des reportages sur les conflits fonciers dans les espaces ruraux du Nord de la France, sur les enjeux géopolitiques du gaz de schiste, sur les conséquences environnementales et sanitaires de la catastrophe à Fukushima…

Emmanuel Lepage, 2013, « Les plaies de Fukushima », La Revue dessinée, n°2.

Emmanuel Lepage, 2013, « Les plaies de Fukushima », La Revue dessinée, n°2.

 

Bénédicte Tratnjek propose à l’auditoire de s’arrêter quelques temps sur le cas de la vidéosurveillance telle qu’elle est représentée dans la bande dessinée : si ce thème est largement médiatisé (tous les grands médias disposent d’un dossier et de nombreux articles sur le sujet – y compris des articles questionnant cette focalisation sur la vidéosurveillance), la bande dessinée offre réellement une approche complémentaire. Les articles journalistiques décrivent les enjeux politiques, les acteurs, les lobbyings… La bande dessinée, elle, montre ce que vivre dans une ville marquée par la surprésence de caméras signifie en termes de mobilités, d’ambiance urbaine, d’angoisses urbaines. Au Royaume des aveugles de Frédérik Salsedo et Olivier Jouvray témoigne de cette très forte capacité de la bande dessinée à nous montrer l’urbain comme espace de vie, et pas seulement comme espace politique et espace du politique. La vidéosurveillance à outrance est un thème majeur de cette bande dessinée, tout comme son acceptation par les citadins (qui l’acceptent, ou plus précisément ont oublié cette présence). Pourtant, des habitants, qui deviennent des acteurs de leur habiter, vont s’opposer à cette surveillance à outrance. La bande dessinée est située dans un temps futuriste (2060) et un espace urbain (Londres) : si l’on peut classer cette BD dans la science-fiction, c’est bien de l’urbain d’aujourd’hui dont elle nous parle. Le point de départ est un débat brûlant qui questionne notre habiter : la vidéosurveillance comme menace de la vie privée des habitants « ordinaires » dans l’espace public. L’approche spatiale est d’autant plus soulignée par le sous-titre du premier tome : Les invisibles. La question de la visibilité et de l’invisibilité dans la ville, de la gestion de la foule et de l’anonymat, de la surveillance et de la sécurité, de la distinction espace privé/espace public… sont bel et bien des problématiques fortes de la géographie, et plus généralement des études urbaines. Bien d’autres BD prennent la surveillance des individus dans l’espace public urbain comme thèmes majeur : « poursuivis, traqués. Dans MediaEntity, Au Royaume des Aveugles et Spyware, il existe une constante : nos héros sont contraints de fuir face à la technologie toute puissante. Ils engagent une course effrénée contre un instrument démesuré, capable de les broyer » [25]. Ces BD questionnent également les espaces virtuels, et montrent la ville comme espace-scène et comme espace-enjeu des espaces virtuels et surtout du contrôle de la société par l’utilisation des espaces virtuels (et notamment les réseaux sociaux). Espaces virtuels et vidéosurveillance dessinent la ville comme un espace de surveillance, de contrôle et de domination, et sont au cœur de récits portant sur l’urbaphobie. En ce sens, la bande dessinée, en ce qu’elle montre de nos espaces (par le biais de mondes réalistes ou imaginaires) est un témoignage de ce qui fait l’urbain, dans ses menaces comme dans ses utopies. Entre urbaphilie (amour de la ville) et urbaphobie (peur de la ville), la bande dessinée nous montre la ville comme un territoire du quotidien pour des personnages qui, par leurs propres pratiques spatiales, nous parle de notre manière de pratiquer la ville, entre les espaces que nous fréquentons, mais aussi ceux que nous contournons : à titre d’exemple, la représentation des spatialités des groupes marginaux nous rappellent combien nous ne pratiquons pas tous l’espace urbain de la même façon. Peu d’entre nous sont allés voir un village d’insertion de Roms (y compris lorsqu’ils sont proches de notre espace de vie) ou une « jungle » de réfugiés. Pourtant, ces implantations spatiales (qu’elles soient légales ou informelles, visibles ou invisibles, insérées dans le tissu urbain ou squattant une friche urbaine…) participent de la production de notre espace urbain. La BD de reportage mais aussi la BD de fiction se servent de l’espace de la planche et de la case pour évoquer et pour montrer des spatialités que l’on connaît parfois mal, et nous entraînent dans ces réalités spatiales en les représentant comme des espaces de vie pour les personnages. C’est dans toutes ses perspectives qu’on appréhende ici la bande dessinée comme laboratoire de l’urbain.

 

 

Les espaces de la ville dans la bande dessinée

Dernier point introductif pour présenter les liens ville/BD proposé par Bénédicte Tratnjek : la question des différents espaces et des différentes échelles représentés dans la bande dessinée. La bande dessinée Aya de Yopougon sert ici d’exemple pour discuter de la manière dont la bande dessinée joue de la multiscalarité. Cette bande dessinée, en six tomes, raconte l’histoire d’une jeune femme, Aya, à Yopougon, commune située dans l’Ouest de l’agglomération abidjanaise, à la fin des années 1970/début des années 1980[26]. La fin du « miracle ivoirien » ne se fait pas encore sentir dans cette périphérie urbaine, marqué par la présence d’une classe moyenne émergente, par un habitat « moderne » (Yopougon peut être assimilé à une ville nouvelle, assez éloignée et isolée du reste de l’agglomération abidjanaise, qui s’est développée du fait d’un étalement urbain et d’une volonté étatique forte au moment du « miracle ivoirien »[27]). La bande dessinée est fortement située dans le temps et dans l’espace : la rue, les territoires de la fête ou encore les espaces domestiques qui nous sont donnés à voir témoignent de ce fort ancrage territorial. Ainsi, cette bande dessinée présente un excellent exemple pour montrer combien la BD parle des différentes échelles de la ville. En premier lieu, Aya de Yopougon met particulièrement en scène l’espace domestique dans le Yopougon de la fin des années 1970. L’habitat qui nous est montré témoigne de la forte identité de Yopougon, ville « moderne », où l’habitat a été construit en opposition à l’habitat « traditionnel », celui de l’espace-cour marqué par la présence du puits au centre d’une cour partagée par plusieurs habitations[28]. A Yopougon, la « modernité » de l’habitat se traduit par l’absence du puits et par le non-partage de la cour, qui n’appartient qu’à une famille. Dans Aya de Yopougon, comme en témoigne le titre même de la bande dessinée, le lecteur est plongé dans un quartier à très forte identité. Les aventures d’Aya et de ses proches se déroulent dans ce quartier marqué par une modernité inachevée, dont on ne connaît pas encore la future marginalisation, par l’effondrement de l’économie ivoirienne. L’espace domestique que l’on découvre dans la bande dessinée témoigne de cet ancrage dans le quartier de Yopougon : « Ainsi, les espaces domestiques dans cette bande dessinée permettent à la fois au lecteur de se situer dans le temps et dans l’espace, mais aussi lui permettent de parfaire sa connaissance de l’habiter dans Yopougon à la fin des années 1970/début des années 1980 » [29]. A ce titre, la bande dessinée, par-delà cet exemple précis, montre des espaces qui sont peu donnés à voir et à penser dans la recherche. Malgré des publications très particulièrement intéressantes au début des années 2000[30], les espaces domestiques sont restés une marge dans la recherche en géographie. Pourtant, aborder l’espace par ce qu’il a de plus proche de nous est au cœur des programmes scolaires en primaire et dans le secondaire (programme de sixième en géographie notamment). Et par-delà ces enjeux, dans la mesure où, dans toute société, « le foyer est le lieu privilégié d’institutions sociales essentielles : le couple et la famille »[31], cette « géographie de l’intérieur » telle qu’elle est représentée dans la bande dessinée témoigne de la société urbaine qui est dessinée, offre une représentation subjective de la place de l’espace domestique (qui, souvent, polarise les pratiques spatiales des personnages) dans l’habiter urbain, et questionne le rôle de l’espace domestique dans notre propre imaginaire spatial et notre vécu urbain.

Marguerite Abouet et Clément Oubrerie, 2007, Aya de Yopougon, tome 3, planche 14.

L’espace-cour à Yopougon à la fin des années 1970 : un espace-témoin de la « modernité » de cette périphérie abidjanaise en plein « miracle ivoirien »
Marguerite Abouet et Clément Oubrerie, 2007, Aya de Yopougon, tome 3, planche 14, © Gallimard.

Dans cette bande dessinée, le lecteur est également confronté à une forte prégnance de la rue : de même que les espaces domestiques (mais dans une moindre mesure), la rue comme objet géographique [32] reste moins explorée que d’autres objets. La rue n’est pas appréhendée dans Aya de Yopougon par le prisme d’enjeux urbanistiques ou d’enjeux de propriétés (entre privatisation et publicisation), mais comme un espace vécu, un espace de pratiques spatiales et sociales particulières. Aya de Yopougon nous montre des pratiques urbaines centrées sur la marche et polarisées par le quartier : la rue est un espace vécu rassurant, que l’on pratique dès l’enfance. Le lecteur découvre ainsi de très nombreuses scènes quotidiennes qui se déroulent dans la rue : c’est tout à fait cohérent avec l’espace urbain tel qu’il est pratiqué à Yopougon dans à la fin des années 1970/début des années 1980. Dans cette ville dessinée, « la rue comme espace public devient un véritable espace de rencontres et de sociabilisation » [33]. De même, la bande dessinée Aya de Yopougon plonge le lecteur à la rencontre des territoires de la nuit, de la fête et de la « drague » [34], et questionne ainsi les pratiques spatiales au prisme des rythmes urbains. C’est aussi par la ville comme espace de loisirs et d’activités récréatives qui nous est montrée dans la BD. Les célèbres maquis de Yopougon sont autant montrés le jour (où Aya et ses amis se rejoignent pour déjeuner) que la nuit (où les tables laissent place à des pistes de danse). La très forte relation entre identité et quartier est symbolisé par le personnage de Tantie Affoué, « la patronne du plus célèbre maquis de Yop City » (Marguerite Abouet et Clément Oubrerie, 2007, Aya de Yopougon, Gallimard, tome 3, planche 41). Si les maquis sont précisément nommés dans la bande dessinée (le « Ça va chauffer » ou le « Secouez-vous »), on ne sait jamais où se situe précisément se situe la fiction dans Yopougon. C’est toute l’identité de Yopougon qui est mise en scène dans cette BD. Par-delà cette bande dessinée, la pratique des espaces publics, qui diffère fortement d’une ville à l’autre (entre la ville européenne où la rue est principalement un espace de circulation et la ville africaine où la rue devient un espace de vie, approprié par les habitants, et un espace de sociabilisation), montre le lien entre la ville dessinée et les espaces de la ville tels que nous les pratiquons, tels que nous les habitons, à toutes les échelles. La bande dessinée nous donne, ainsi, à voir une géographie subjective, une géographie sensible de la ville.

Marguerite Abouet et Clément Oubrerie, 2005, Aya de Yopougon, tome 1, planche 40.

Scène de vie quotidienne dans les rues de Yopougon
Source : Marguerite Abouet et Clément Oubrerie, 2005, Aya de Yopougon, tome 1, planche 40, © Gallimard.

 

[1] Voir également :

[2] Alexis Sierra, 2011, « Géographie et media : des coopérations à construire », EchoGéo, n°16, mars/mai 2011.

[3] Voir, en ce moment, l’exposition Nocturnes : le rêve dans la bande dessinée, à la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image à Angoulême (20 décembre 2013 – 30 mars 2014).

[4] Thierry Groensteen, 2014, M. Töpffer invente la bande dessinée, Les impressions nouvelles, collection Réflexions faites, Bruxelles, 320 p.

[5] Benoît Peeters, 2003, Lire la bande dessinée, Flammarion, collection Champs Arts, Paris, 2e édition (1e édition : 1998), p. 35.

[6] « Windsor McCay (1867-134) se distingue de ses contemporains, fascinés par les gadgets de l’époque – avion, automobile, cinéma… Lui est un baroque tardif né en pleine période Art nouveau. Ce qui l’intéresse, c’est la confrontation entre l’homme et le gigantisme de la métropole. Avec son personnage Little Nemo, il joue sur les échelles de plans mais, aussi avec des dinosaures égarés entre les gratte-ciel. McCay maîtrise à la perfection la perspecyive, c’est encore plus évident dans les films d’animation qu’il a réalisés et qui ont influencé King Kong, Godzilla et même Jurassic Park. Ce n’est pas un hasard si François Schuiten ou Marc-Antoine Mathieu lui vouent une grande admiration : ils prolongent sa vision de la ville comme une illusion, semblable à un immense labyrinthe » (Thierry Smolderen, 2010, cité dans Etienne Sorin, « Quand la BD croque la ville », L’Express, 9 juin 2010).

[7] A ce propos, voir la bibliographie sur la bande dessinée proposée par le Laboratoire junior Sciences Dessinées.

[8] Pour une approche sociologique d’Astérix, voir :

  • Nicolas Rouvière, 2006, Astérix ou les lumières de la civilisations, PUF/Le Monde, collection Partage du savoir, Paris, 221 p.
  • Nicolas Rouvière, 2008, Astérix ou la parodie des identités, Flammarion, collection Champs, Paris, 337 p.

[9] A ce propos, voir notamment :

[10] Voir notamment :

[11] Voir notamment les travaux de Benoît Peeters sur Tintin.

[12] Olivier Marlet, 2007, « Voyage dans la bande dessinée à travers quelques cartes », Mappemonde, n°87, n°3/2007.

[13] A ce propos, voir notamment :

[14] A ce propos, voir : Géraldine Molina, 2007, « Le Paris des Aventures extraordinaires d’Adèle Blanc-Sec de Jacques Tardi. Une « ville noire » ? », Géographie et cultures, n°61, pp. 61-78.

[15] A ce propos, voir : Aymeric Landot, 2013, « De Métropolis à Gotham », carnet de recherches Sciences Dessinées, 13 octobre 2013.

[16] Jacques Tardi, cité dans : Géraldine Molina, 2007, « Le Paris des Aventures extraordinaires d’Adèle Blanc-Sec de Jacques Tardi. Une « ville noire » ? », Géographie et cultures, n°61, pp. 61-78.

[17] A ce propos, voir : Bénédicte Tratnjek, 2013, « Série Aya de Yopougon (5) : Les territoires de la nuit, de la fête et de la drague », carnet de recherches Sciences Dessinées, 13 octobre 2013.

[18] A ce propos, voir en ce moment l’exposition Albums. Bande dessinée et immigration (1913-2013) au Musée de l’histoire de l’immigration (16 octobre 2013 – 27 avril 2014, Paris).

Voir également :

[19] Xavier Guibert, 2012, « Anatomie de la rue japonaise », dans Jean-Philippe Martin et Xavier Guibert (dir.), 2012, Mangapolis. La ville japonaise contemporaine dans le manga, Le Lézard Noir, Poitiers, p. 18.

[20] A ce propos, voir notamment : Emmanuel Trouillard, 2011, « Géographie animée : l’imaginaire spatial d’Hayao Miyazaki », compte-rendu de la présentation du 11 mai 2011 au séminaire « Géographie, arts et littérature » (ENS-Ulm, Paris).

[21] Philippe Gargov, 2010, « Entre guerre et paix : la ville mobile dans la culture populaire », blog pop-up urbain, 26 avril 2010.

[22] A ce propos, voir : Bénédicte Tratnjek, 2013, « Représenter l’espace urbain dans la bande dessinée », introduction à la journée d’études Villes et bande dessinée (18 septembre 2013, Laboratoire junior Sciences Dessinées, ENS de Lyon) : power-point et enregistrement audio.

[23] Jean-Marie De Busscher, 1984, « L’architecture dans la bande dessinée », dans Jean Dethier (dir.), 1984, Images et imaginaires d’architecture, Centre Georges Pompidou/CCI, Paris, p. 124.

[24] A ce propos, voir :

[25] Pierre Ropert, « Vie privée : l’Homme face à la machine ! », CultureBD, 24 janvier 2014.

[26] Pour plus d’éléments de contextualisation autour de la bande dessinée, voir : Bénédicte Tratnjek, 2013, « Série Aya de Yopougon (2) : Le quartier (quelques éléments de contextualisation) », carnet de recherche Sciences Dessinées, 22 juillet 2013.
Pour une approche plus complète, se reporter à : Jean-Fabien Steck, 2008, « Yopougon, Yop City, Poy… périphérie et modèle urbain ivoirien », Autrepart, n°47, n°3/2008, pp. 227-244.

[27] A ce propos, voir : Jean-Fabien Steck, 2008, « Yopougon, Yop City, Poy… périphérie et modèle urbain ivoirien », Autrepart, n°47, n°3/2008, pp. 227-244.

[28] A ce propos, voir : Bénédicte Tratnjek, 2010, « Carte postale d’un habitat sur cour (Abidjan) », Cafés géographiques, rubrique Cartes postales du monde, 23 juin 2010.

[29] Bénédicte Tratnjek, 2013, « Série Aya de Yopougon (3) : La représentation des espaces domestiques », carnet de recherche Sciences Dessinées, 23 juillet 2013.

[30] Sur la géographie des espaces domestiques :

  • Jean-François Stazack (dir.), 2001, « Espaces domestiques », Annales de Géographie, vol. 110, n°620.
  • Béatrice Collignon et Jean-François Stazack (dir.), 2003, Espaces domestiques. Construire, habiter, représenter, Bréal, Paris.

[31] Staszak, Jean-François, « L’espace domestique : pour une géographie de l’intérieur », Annales de Géographie, vol. 110, n°620, p. 340.

[32] A ce propos, voir : Antoine Fleury, 2004, « La rue : un objet géographique ? », Tracés, n°5, pp. 33-44.

[33] Bénédicte Tratnjek, 2013, « Série Aya de Yopougon (4) : La représentation de la rue », carnet de recherche Sciences Dessinées, 22 août 2013.

[34] Bénédicte Tratnjek, 2013, « Série Aya de Yopougon (5) : Les territoires de la nuit, de la fête et de la drague », carnet de recherche Sciences Dessinées, 13 octobre 2013.

Bénédicte Tratnjek

Doctorante en géographie (géographie de la ville en guerre), agrégée de géographie, Institut de recherche stratégique de l’École militaire (IRSEM), Université Blaise Pascal, Laboratoire junior Sciences Dessinées, Cafés géographiques, co-responsable du séminaire Géographie des émotions (ENS-Ulm).

More Posts - Website - Twitter - Facebook - LinkedIn - Pinterest

La nuit, nouvel objet de sauvegarde face à l’urbanisation des territoires ?

Un billet de Samuel Challéat, issu des actes (édition en cours) du colloque international Las Cosas …

Un billet de Samuel Challéat, issu des actes (édition en cours) du colloque international Las Cosas de la Noche, Mexico, 18 et 19 octobre 2012. Colloque organisé par Les Nocturnes (1), groupe de recherche en anthropologie de la nuit. Pour citer ce billet : CHALLEAT S., « La nuit, nouvel objet de sauvegarde face à l’urbanisation des territoires ? », Carnets du Collectif RENOIR – Ressources Environnementales Nocturnes, tOurisme, territoIRes [carnet de recherche], 24 novembre 2013. [En ligne] URL : http://renoir.hypotheses.org/158 (consulté le…) Introduction « Réserve Internationale de Ciel Etoilé ». Ce label, […]

Samuel Challéat

Samuel Challéat est chercheur en Géographie de l’environnement à l’UMR CNRS 5193 LISST de l’Université de Toulouse 2. Il est l’auteur, en 2010, de la première thèse de Doctorat portant sur la problématique émergente de la pollution lumineuse. Ce travail, intitulé « « Sauver la nuit ». Empreinte lumineuse, urbanisme et gouvernance des territoires », explore les mutations de la fabrique et de la gouvernance de l’éclairage urbain face aux nouvelles préoccupations environnementales et économiques dans les territoires à l’échelle nationale, et ouvre des pistes de recherche sur les notions d’empreinte lumineuse, de trame noire ou encore de paysages nocturnes. Depuis 2013, Samuel Challéat coordonne le Collectif de recherche RENOIR (Ressources environnementales nocturnes & territoires), démarche collective qui opère la jonction entre l’approche de la nuit par les sciences de la société et les approches de la pollution lumineuse par les sciences du vivant. Ses travaux actuels portent la focale – suivant le cadre d’analyse des socio-écosystèmes – sur l’environnement nocturne, qu’il s’attache à construire en objet de recherche interdisciplinaire.

More Posts - Website