Quand les Roms entrent en campagne

La semaine dernière, les Roms ont à nouveau fait parler d’eux. Le tir ne vient pas cette fois…

La semaine dernière, les Roms ont à nouveau fait parler d’eux. Le tir ne vient pas cette fois de Nicolas Sarkozy, dont le discours de Grenoble en 2010 a valu à l’époque de chaudes polémiques. Mais de la gauche, avec les dernières déclarations de François Hollande sur Canal plus, où il a évoqué la création de « camps » pour faire face en partie aux « conditions indignes » dans lesquelles vit « cette population qui n’est acceptée nulle part » en Europe, en suggérant notamment une restriction ciblée des circulations à l’échelle de l’espace communautaire . Il ne s’agit aucunement ici de donner des arguments au procès intenté par les responsables de l’UMP mais l’initiative du candidat socialiste interroge. Au-delà de l’utilisation malheureuse du mot « camp », le problème ici n’est pas tant le terme choisi que les orientations politiques exprimées par le candidat socialiste.

De fait, pour peu qu’on compare ces orientations aux actions en cours, il est possible d’identifier quelques tendances majeures. D’abord, la métaphore est désormais admise par tous : les Roms sont cette population flottante qui s’installe plus ou moins longtemps dans les marges des villes françaises et pose « problème ». La deuxième tendance remarquable est l’appel à une gouvernance européenne des mobilités intracommunautaires, à commencer par celle des migrants roms. Souhaitée par François Hollande, cette maîtrise des mobilités – qui est donc synonyme de restriction de la liberté de circulation des plus pauvres – se construit jour après jour au travers des nouvelles dispositions juridiques à l’abus du droit à la libre circulation, des accords franco-roumains sur la coopération policière, et des dispositifs de fichage des migrants reconduits à la frontière tels que OSCAR. Quant à l’« encampement », qui horrifie apparemment Nadine Morano et Jean-François Copé, c’est déjà l’un des modes d’intervention privilégié des pouvoirs publics comme le montrent les recherches en France et en Italie.

Si un constat s’impose en fin de compte, c’est bien celui d’un consensus ou de positions communes aux principales forces politiques en présence dans des domaines où l’on s’attendait pourtant à des clivages marqués, comme la lutte contre la pauvreté, les politiques migratoires ou le « droit à la ville » (qui comprend le droit au logement par exemple). Faut-il en conclure à un virage à droite du parti socialiste, se traduisant notamment par l’appropriation de principes sécuritaires (et libéraux dans d’autres domaines) assortis d’une rhétorique humanitaire ? Quoiqu’on en pense, une chose est certaine : la réduction du débat démocratique au choix entre une « politique sécuritaire » ou  une « politique très sécuritaire ». En tout cas, c’est probablement à ce genre de dilemme que l’électeur sera confronté lors du second tour des élections présidentielles en mai prochain.

Olivier Legros et Ludovic Lepeltier-Kutasi

Podcasts : Séminaire “Bourdieu et le politique” 2011-2012

Enregistrements des séances du séminaire “Bourdieu et le politique”, organisé par Phili…

Enregistrements des séances du séminaire “Bourdieu et le politique”, organisé par Philippe Combessie, Stéphane Dufoix, Christian Laval, Christian Lazzeri.

 

10 décembre 2011 – Philippe Corcuff, maître de conférences en science politique, IEP de Lyon
“La critique sociale et  l’émancipation : de la productivité intellectuelle et politique des tensions  Bourdieu/Rancière”.

 

 

 

11 février 2012, Christian Laval, professeur de sociologie, Université Paris-Ouest Nanterre
“La lecture bourdieusienne du néolibéralisme et ses implications politiques”

 

 

 

Suite à un problème technique, la séance du 21 janvier 2012 qui a accueilli Franck Poupeau n’a pas pu être enregistrée.

 

Les multiples sources de l’histoire de l’intégration européenne

Xavier Häpe en CC via Wikicommons
Si, comme nous l’avons constaté dans un précédent billet, il exist…

Xavier Häpe en CC via Wikicommons

Si, comme nous l’avons constaté dans un précédent billet, il existe de bonnes raisons pour s’intéresser à l’histoire de l’intégration européenne, d’autres questions se posent. Où commencer ? Où l’historien peut-il trouver ses sources ? Il est évident que celui qui veut écrire une histoire véritablement « européenne », dépassant la seule perspective nationale, devrait voyager beaucoup pour consulter diverses archives partout en Europe. Cette dispersion des archives pose un obstacle logistique majeur auquel se trouvent confrontés de nombreux jeunes chercheurs, et a fortiori les étudiants en Master qui, souvent, ne disposent pas des ressources financières et temporelles suffisantes pour effectuer une telle recherche. Néanmoins, il y a un nombre croissant de base de données en ligne qui proposent d’accès direct à de nombreux documents originaux. Outre l’introduction à des approches plus traditionnelles, notre présentation des sources se focalise donc sur ces possibilités qu’offre l’Internet à l’historien de l’intégration européenne.

*

Sources éditées et publications officielles

Les premiers travaux sur l’histoire de l’unification européenne s’appuyèrent avant tout sur l’exploitation des archives nationales. Il en résulta des études décrivant le processus d’intégration européenne dans la perspective nationale de chaque auteur, fondées sur un corpus de sources extrait des sites nationaux. Si une nouvelle génération de chercheurs se met aujourd’hui à écrire une histoire transnationale de l’Europe, basé sur l’exploitation et le croisement de plusieurs archives nationales, il s’agit surtout de bien connaître les particularités des différents sites nationaux. Il faut alors savoir, pour chacun des pays pris en considération, quelles furent les institutions nationales en charge de la politique européenne. Tandis que dans la majorité des pays membres ce sont les ministères des Affaires étrangères qui la coordonnent, c’est, par exemple, en Allemagne le ministère de l’économie qui joua longtemps un rôle prépondérant.

Mais avant d’aller dans les archives on peut se référer à divers recueils de sources éditées. À part les éditions effectuées par des institutions nationales, par exemple La Documentation française, il faut ici mentionner les travaux du « groupe de liaison des professeurs de l’Europe contemporaine auprès de la Commission des Communautés européennes ». C’est avant tout Walter Lipgens qui lança la publication de nombreuses sources importantes.[1] Mais beaucoup d’autres historiens de ce groupe figurent également d’éditeurs de sources, surtout Wilfried Loth, le disciple de Lipgens qui continua l’édition de ces quatre grands volumes sur l’intégration européenne après la mort de son maître.

Au-delà, les autobiographies, les mémoires et les discours des hommes politiques (il n’y en a presque pas de femmes), engagés dans le processus de l’unification européenne, représentent un genre de littérature qui influença particulièrement la première vague de l’historiographie de l’intégration européenne. Quoique ces écrits posent des problèmes d’interprétation non négligeables, les historiens les utilisèrent notamment pour l’analyse des périodes où il y avait encore peu de documents accessibles dans les archives. On s’appuya donc autant sur les œuvres des hommes d’État nationaux, comme Charles de Gaulle, Konrad Adenauer ou Winston Churchill, que sur les publications des représentants des institutions européennes, par exemple Jean Monnet ou Walter Hallstein. Cette approche, pourtant, avait tendance à renforcer l’image téléologique de l’intégration européenne marquée par les « pères fondateurs » dans leurs écrits autobiographiques (sur cette question, voir le billet précédent : « Pourquoi s’intéresser à l’histoire de l’intégration européenne ? ».

Pour compléter la liste des sources éditées il nous faut finalement renvoyer aux documents et publications officielles des institutions européennes elles-mêmes. Le portail de l’Union européenne en donne une vue d’ensemble (voir ici). On y trouve des informations sur les publications actuelles, les archives historiques, les bibliothèques et centres de documentations ainsi que sur les possibilités de commander les documents. Le défi pour l’historien, pourtant, c’est que toutes ces publications changent fréquemment de noms au cours du processus de l’intégration européenne. Cela explique le fait que le titre d’un journal soit modifié à plusieurs reprises pendant seulement quelques années – c’est souvent le cas lors des élargissements de la Communauté européenne. Par conséquent, il est nécessaire de commencer par identifier les publications successives. L’historien économique et social, enfin, peut recourir à la base de données que propose Eurostat, la direction chargée de l’information statistique (voir ici). Elle fournit de multiples statistiques sur les indicateurs économiques de l’Union européenne ; celles-ci ne se réfèrent pas uniquement à la situation actuelle, mais, selon le cas, offrent également des données plus anciennes. À cela s’ajoutent les sondages Eurobarométre que la Commission européenne effectue depuis 1973 et qui peuvent éclairer l’évolution de l’opinion publique envers le processus de l’unification européenne (voir ici).

Archives des institutions européennes

En ce qui concerne les archives nous nous concentrons ici uniquement sur les fonds des institutions européennes, vu qu’une présentation de toutes les archives nationales des pays membres de l’UE qui contiennent des informations sur le processus de l’intégration dépasserait certainement le cadre de notre article. Chaque institution de l’Union européenne dispose donc de son propre service d’archives qui propose des informations spécifiques sur les fonds de ces différents organes. Pour s’en faire une première idée d’ensemble, il convient de se tourner d’abord vers la page web des « services des archives des institutions de l’Union européenne » (voir ici). De plus, le service d’archives du Conseil de l’Union européenne met à la disposition un « guide bleu » assez détaillé qui n’informe pas seulement sur les fonds d’archives des institutions européennes, mais également sur ceux des ministères des Affaires étrangères des États membres (voir ici). Ce guide – qui est complété par une « base de données sur l’intégration européenne » permettant de procéder à une méta-recherche dans les divers fonds d’archives nationales et européennes (voir ici) – constitue un premier outil très utile pour découvrir quels types de sources peuvent être mobilisés dans quelles archives et sur quels sites. Outre des informations pratiques concernant les conditions d’accès et de brèves esquisses historiques des archives, on y trouve des listes des inventaires les plus importants ainsi que quelques ouvrages de référence. Ensuite, les pages web de chaque service d’archives fournissent des informations plus précises, incluant outils de recherche avancée qui permettent de fouiller les fonds d’archives.

Les fonds d’archives des institutions européennes sont déposés aux « Archives historiques de l’Union européenne », qui sont administrées par l’Institut universitaire européen à Florence. Sa page web propose également une vue d’ensemble des différents fonds y déposés ainsi qu’un outil de recherche (voir ici). Les Archives de l’Union européenne suivent la règle de trente ans, ce qui signifie que seuls les dossiers élaborés il y a plus de trente ans sont accessibles au public. Il faut, de plus, prendre en considération le fait que la production des inventaires prend quelques années après l’ouverture des fonds, ce qui complique encore la recherche.

Les bases de données en ligne

Le problème d’accessibilité des archives peut être contourné, en partie, par le recours à des bases de données en ligne qui offrent accès à de nombreux documents numérisés. Une première liste de ressources électroniques se trouve sur la page web de l’Institut universitaire européen (voir ici). La plus intéressante en constitue la base DORIE – « Documentation et Recherche sur les questions Institutionnelles Européennes » – mise en place par la Commission européenne (voir ici). Cette base offre des documents composés par les services de la Commission au cours du processus de l’intégration européenne pour des besoins internes, des comptes rendus des réunions par exemple. Néanmoins, pour le moment, la base de données est encore en construction et il n’y a qu’un nombre limité des documents déjà numérisés.

L’université de Pittsburgh aux États-Unis entretient une autre banque numérique très utile, l’Archive of European Integration (AEI) (voir ici). Il s’agit d’une coopération entre la bibliothèque et le centre de la recherche sur l’Union européenne à Pittsburgh ainsi que l’European Research Papers Archive et l’European Union Studies Association. Deux genres de documents y peuvent être mobilisés. D’une part, on trouve des articles scientifiques portant sur la construction européenne ; d’autre part, des documents officiels de la Communauté européenne sont rendus accessibles. L’AEI constitue donc probablement la base de données la plus importante, librement accessible en ligne, qui offre un nombre toujours croissant de dossiers numérisés. De surcroît, ses outils de recherche avancée permettent une recherche très détaillée.

Ensuite, la page web du Centre Virtuel de la Connaissance sur l’Europe (CVCE), un établissement public luxembourgeois, dispose d’une vaste bibliothèque numérique qui rassemble plusieurs milliers de documents concernant l’évolution de la construction européenne depuis ses origines après la Seconde Guerre mondiale (voir ici).[2] Dans ses collections on ne trouve pas seulement des documents papiers numérisés, mais aussi des sources multimédia, comme des vidéos, des entretiens, des photos, des cartes interactives, etc. Les sources sont regroupées en dossiers thématiques et classées par ordre chronologique. Dans l’ensemble, il s’agit d’une page très riche et varié, sur laquelle on peut juste « surfer » pour se faire une idée plus complète de la chronologie de l’unification européenne.

Finalement, nous renvoyons au portail European History Primary Sources qui était crée par l’Institut universitaire européen il y a encore peu de temps (voir ici). Ce  portail ne constitue pas une base de données en lui-même, mais propose un index de pages web offrant accès à des sources numérisées. Cependant, les références ne se limitent pas à la construction européenne d’après-guerre, mais concernent l’histoire du continent depuis l’Antiquité, quoique l’accent soit mis sur le XXe siècle. Avec le nombre de bases de données en ligne augmentant d’une façon continue, ce site devrait se révéler de plus en plus utile.

Bibliothèques et recherche de littérature

Nous concluons notre article par la présentation des quelques outils qui peuvent aider à la recherche de la littérature spécialisée portant sur le processus de l’unification européenne. Vu que l’Institut universitaire européen à Florence, crée en 1972 par les États membres de la Communauté, représente un des centres les plus importants de la recherche sur l’intégration européenne, sa bibliothèque dispose certainement des fonds les plus complets (voir ici). De plus, le catalogue CADMUS permet de chercher les nombreuses thèses de doctorat qui sont soutenues à l’institut et qui sont, en partie, accessibles en ligne (voir ici).

Une autre bibliothèque très riche est celle de la Commission européenne, crée dès 1958 (voir ici). Les collections de la Bibliothèque centrale de la Commission européenne couvrent donc toute la période de l’unification européenne depuis ses origines dans les années cinquante jusqu’à aujourd’hui. La recherche dans ses fonds peut être effectuée via le catalogue ECLAS qui regroupe plusieurs bibliothèques et centres de documentations spécialisés, coordonnés par la Bibliothèque centrale (voir ici). Cet instrument se prête surtout à la recherche des publications officielles des institutions européennes.

Depuis les années 1960 la Commission européenne a également installé un réseau européen d’information, regroupant quelque centaines de centres d’information et de documentation. Sur la page web du service europe direct les différentes institutions nationales peuvent être repérées (voir ici). Ce sont donc surtout les centres de documentations, attachés souvent à des universités, qui mettent à la disposition des publications officielles des institutions européennes ainsi que de la littérature spécialisée.

Quant aux revues scientifiques, le Journal of European Integration History (JEIH), édité depuis 1995 par « le groupe de liaison des professeurs de l’Europe contemporaine auprès de la Commission des Communautés européennes », prend un rôle prépondérant (voir ici). Publié en trois langues – anglais, français, allemand –, il constitue la seule revue scientifique dédiée exclusivement à l’histoire de l’intégration européenne. Excepté les numéros de l’année en cours, les exemplaires de la revue sont téléchargeables sur la page web du groupe de liaison. Enfin, l’European Research Papers Archive (ERPA) offre l’accès aux papiers et revues électroniques des quelques 18 institutions membres dans le domaine de recherche sur l’intégration européenne (voir ici). Les publications couvrent donc plusieurs disciplines académiques qui font partie des études européennes.

*

Ce bref tour d’horizon a montré qu’il existe de plus en plus d’outils qui facilitent la recherche sur l’histoire de la construction européenne d’après-guerre. L’Internet offre aujourd’hui de multiples possibilités qui peuvent épargner de longs séjours dans les archives. Dans le même temps, le nombre croissant de ressources électroniques risque toutefois d’obscurcir  la situation plutôt que de l’éclairer – une tendance qui est encore renforcée par le fait que la construction européenne n’a pas encore trouvé sa fin. Il s’agit donc de ne pas se laisser écraser par l’offre existant, mais de l’explorer avec persévérance !

 

Récapitulatif des liens cités

________

  • Publications officielles

Portail de l’Union européenne : http://europa.eu/documentation/index_fr.htm

Eurostat : http://epp.eurostat.ec.europa.eu/portal/page/portal/eurostat/home/

Eurobaromètre : http://ec.europa.eu/public_opinion/index_fr.htm

  • Archives des institutions européennes

Services des archives des institutions de l’Union européenne : http://ec.europa.eu/dgs/secretariat_general/archives_services/index_fr.htm

Guide bleu des archives : http://www.consilium.europa.eu/documents/archives/blue-guide?lang=fr & http://www.eui.eu/HAEU/MFAdb/Welcomefr.htm

Archives historiques de l’Union européenne : http://www.eui.eu/Research/HistoricalArchivesOfEU/Index.aspx

  • Bases de données

Institut universitaire européen (IUE) : http://www.eui.eu/Research/HistoricalArchivesOfEU/FindingAidsAndResearch/LibraryandE-Ressources.aspx

Documentation et Recherche sur les questions Institutionnelles Européennes (DORIE) : http://ec.europa.eu/dorie/home.do?locale=fr&

Archive of European Integration : http://aei.pitt.edu/

Centre Virtuel de la Connaissance sur l’Europe (CVCE) : http://www.cvce.eu/

European History Primary Sources : http://primary-sources.eui.eu/

  • Bibliothèques / littérature

Bibliothèque de l’IUE : http://www.eui.eu/Research/Library/Index.aspx

Catalogue de thèses CADMUS : http://cadmus.eui.eu/handle/1814/7088

Bibliothèque centrale de la Commission européenne : http://ec.europa.eu/libraries/doc/index_fr.htm

Catalogue collectif des bibliothèques de la Commission européenne ECLAS : http://ec.europa.eu/libraries/doc/catalogues/index_fr.htm

Europe direct : http://europa.eu/europedirect/meet_us/index_fr.htm

Journal of European Integration History : http://www.eu-historians.eu/Journal

European Research Papers Archive : http://eiop.or.at/erpa/erpainfo.htm

[1] Walter Lipgens (dir.) : Documents on the History of European Integration, 4 vol., Berlin : de Gruyter, 1985-1991.

[2] Cette page succède à l’european navigator (ena) qui se trouvait sur www.ena.lu

A Budapest, des néo-nazis célèbrent l’amitié germano-hongroise

Un rassemblement néo-nazi s’est tenu samedi 11 février dernier sur les hauteurs de Budapest. …

Un rassemblement néo-nazi s’est tenu samedi 11 février dernier sur les hauteurs de Budapest. Réunis à l’initiative de plusieurs organisations « hungaristes » et nationales-socialistes, 300 sympathisants et militants d’extrême-droite ont rendu hommage aux soldats allemands et hongrois tombés devant les Russes lors de la bataille de Budapest en 1945.

Les bus des lignes 21 et 21A sont étrangement bondés pour un samedi après-midi à la station Széll Kálmán tér. De nombreux jeunes aux looks hétéroclites y prennent tranquillement place à côté des dames un peu âgées qui ne comprennent pas tout à fait à quoi est due cette soudaine affluence. On distingue quelques crânes fraichement rasés, des pin’s de la Grande Hongrie, quelques tatouages skinhead mais aussi de vieux uniformes de l’armée hongroise, façon années quarante.

Ce 11 février, c’est le « Becsület napja », le « jour de l’honneur » célébré chaque année par le mouvement hungariste, légataire idéologique du parti des Croix Fléchées. Au pouvoir quelques mois entre 1944 et 1945, ce parti a été le principal ordonnateur de l’alliance avec l’Allemagne nazie et le principal responsable de la déportation de centaines de milliers de Juifs, Roms et homosexuels hongrois dans les camps d’extermination polonais. Le jour de l’honneur représente, pour l’extrême-droite hongroise, la fin du siège de Budapest. Le 13 février 1945, alors que la Hongrie est l’un des derniers piliers du IIIè Reich, les Soviétiques lancent une offensive meurtrière sur sa capitale, le bilan en pertes humaines se situe entre 50 000 et 150 000 victimes de chaque côté du front.

Sur les pentes abruptes du Svábhegy, là où précisément les Allemands ont battu en retraite, notre bus peine à monter la côte ainsi chargé. A l’approche de Normafa – lieu du rassemblement -, la présence policière se fait de plus en plus sentir. A quelques arrêts du terminus, des agents montent afin de garantir la bonne tenue de la diligence. Les plus virulents des passagers s’indignent de se faire traiter ainsi dans leur propre pays, avant de charger bruyamment le parti au pouvoir et les institutions financières internationales, responsables de tous leurs maux. Même le Jobbik [le parti parlementaire d’extrême-droite, NDLR] en prend pour son grade.

Sur place, les fourgons de la police hongroise quadrillent les abords du rassemblement. Les jeunes néo-nazis se dirigent en file indienne vers la clairière dans laquelle des enceintes ont été installées et diffusent pendant une quinzaine de minutes des airs rappelant l’ambiance des congrès de Nuremberg. Les drapeaux rouge, blanc et noir se déploient et des banderoles en allemand et en hongrois encerclent la petite foule. On y reconnait la bannière des Croix Fléchées et des organisations nationales-socialistes. Les quelques touristes venus arpenter les pistes de ski prennent des photos, intrigués.

L’amitié entre l’Allemagne et la Hongrie revisitée

Des porte-parole de la Ligne de front nationale hongroise (Magyar Nemzeti Arcvonal, hungaristes), du mouvement de jeunesse des soixante-quatre comitats (Hatvannégy Vármegye Ifjúsági Mozgalom, le HVIM partisan de la grande Hongrie), de l’Armée des hors-la-loi (Betyársereg, skinheads), du Parti révolutionnaire national (Nemzeti Forradalmi Párt, fascistes) et du Front national-socialiste (Nemzetiszocialista Front, néonazis) se succèdent à la tribune. Chacun rivalise pour dénoncer le bolchévisme, exulter les valeurs traditionnelles nationalistes et mettre en garde contre la prédation sioniste (sic !). L’horizon civilisationnel est l’Europe des nations blanches, dans laquelle la Hongrie historique a évidemment toute sa place. On y célèbre la “fraternité d’armes” entre Allemands et Hongrois lors d’une intervention remarquée en allemand. Un “Sieg Heil !” retentit une fois dans l’assistance et une personne isolée tente un salut romain, façon Adolf Hitler, derrière l’épaule.

A 17h, après une heure et demie de recueillement dans la neige et le froid, la foule se dissipe aussi rapidement qu’elle s’était formée. Certains repartent en voiture, d’autres dans un car affrété pour l’occasion et la majorité en bus. Le chauffeur du retour ne prend même plus la peine de s’arrêter aux arrêts entre les deux terminus. Une fois en ville, les sweats « Lonsdale » et « Harcos » permettent encore de reconnaître quelques participants au rassemblement dans la foule anonyme des passants. Mais il s’agit d’une sorte de persistance rétinienne, car à Budapest comme ailleurs en Hongrie, ça n’est pas encore à tous les coins de rue que l’on croise des néo-nazis.

Crédits photographie : Benoît Braban

Article initialement publié sur Hu-lala.org.

En pays kanak

L’existence de la civilisation kanak a été révélée au monde occidental le 5 septembre 1774, lo…

L’existence de la civilisation kanak a été révélée au monde occidental le 5 septembre 1774, lorsque les habitants de ce qui sera bientôt appelé Nouvelle-Calédonie accueillirent le capitaine Cook et son équipage. Moins d’un siècle plus tard, en 1853, la France s’emparait de l’archipel calédonien et les Mélanésiens devenaient des “indigènes”. Territoire d’outre-mer depuis 1946, la Nouvelle-Calédonie a connu entre 1984 et 1988 des évènements marquants dont la prise d’otage de 30 gendarmes par un groupe d’indépendantistes kanak en 1988.
Un processus d’autonomisation est engagé depuis, avec la signature des accords de Matignon en 1988 et des accords de Nouméa en 1998.
Forts de l’histoire plus que millénaire de leur changements sociaux, meurtris mais enrichis par l’expérience de la colonisation, les Kanak n’ont cessé d’inventer des solutions aux problèmes soulevés par les mutations, imposées ou choisies.

Pour en savoir plus :

Les Popinées, Yvette Bouquet

Un livre :
En pays kanak. Ethnologie, linguistique, histoire, archéologie de la Nouvelle-Calédonie. Sous la direction de Alban Bensa & Isabelle Leblic

Sites et blog :
Centre de recherche sur l’Océanie, Centre Culturel Tjibaou, Groupe de recherche sur les enjeux sociaux en Nouvelle-CalédonieSolidarité Kanaky.

A voir :
“L’Ordre et la Morale”, film de Matthieu Kassovitz, 2011.

Jean-Noël Tardy, Les Catacombes de la politique. Conspiration et conspirateurs en France 1818-1870 | Position de thèse

Jean-Noël Tardy, Les Catacombes de la politique. Conspiration et conspirateurs en France 1818-1870. …

Jean-Noël Tardy, Les Catacombes de la politique. Conspiration et conspirateurs en France 1818-1870. Thèse de doctorat d’histoire soutenue le 7 décembre 2011 à l’université Paris 1 Panthéon Sorbonne, devant un jury composé de Philippe Boutry (président), Jean-Claude Caron, Dominique Kalifa (directeur de la thèse), Natalie Petiteau, Pamela Pilbeam.

Cette thèse de doctorat, intitulée Les Catacombes de la politique. Conspiration et conspirateurs en France 1818-1870, est le produit de plusieurs années de travail sur un objet réévalué récemment par l’historiographie : le complot politique. Elle développe un questionnement à la croisée de l’histoire politique, l’histoire de la justice et l’histoire des imaginaires sociaux.

L’étude des complots politiques a souffert durablement des critiques de l’école des Annales. La conspiration semblait réunir les trois idoles de l’historien dénoncées par François Simiand : la politique, l’individu et la chronologie. Depuis les années 1990, l’évènement a fait l’objet de nouveaux questionnements. Considéré comme observatoire privilégié sur la société, il dépassait les critiques des tenants de la longue durée et redevenait un objet d’histoire pertinent. Ma recherche s’inscrivait ainsi en partie dans ce retour de l’histoire politique mais son sujet n’était pas un évènement précis ou une série d’évènements mais la conspiration elle-même comme forme aux multiples dimensions, politique, judiciaire et culturelle qualifiée par les contemporains de complot, conspiration ou conjuration.

Les régimes politiques qui se succédaient de 1815 à 1870 étaient confrontés à un pays qui leur restait opaque. La conspiration, menace permanente et schème d’explication de la vie politique était un discours, sinon une pratique, partagé par toutes les sensibilités politiques. L’achèvement de la thèse de Christian Schneider sur les complots de la Terreur blanche de 1815 à 1817 m’a soulagé de l’étude de la période troublée qui suit Waterloo. Sans partager toutes les conclusions de la thèse sur ces premiers complots, on pouvait admettre que l’année 1818 marquait une rupture dans la vie politique de la Restauration : que s’achevait là un cercle de répression entretenue par le pouvoir, ou un moment d’intense participation populaire sur fond de crise sociale. La borne finale de l’étude posait quelque problème. Le complot est inhérent à tout système de pouvoir et il est absurde de prétendre qu’il puisse disparaître complètement sous quelque système politique que ce soit.  Néanmoins, la fin du Second Empire marquait un tournant assez net dans l’histoire du secret politique. Certes les républicains restaient dans l’opposition jusqu’en 1877 et il était encore possible de trouver des traces de l’esprit de fraternité des sociétés secrètes jusqu’à cette date : les dernières ventes de carbonari disparaissaient en 1872. Mais 1870 signait la fin d’un régime inauguré par un coup d’Etat et qui incarnait pour beaucoup un véritable Etat conspirateur.

 

Sources et problématique

De 1818 à 1870, le champ d’étude était considérable : le nombre des conspirations, des attentats régicides sans compter les sociétés secrètes démantelées demeurait impressionnant et empêchait une étude exhaustive de l’ensemble des affaires. Toutes les sensibilités politiques étaient concernées à un moment du siècle, même si après 1832, les sociétés secrètes les plus importantes étaient républicaines et par la suite, de plus en plus socialistes et ouvrières. Il fallait alors nécessairement insister sur les organisations d’importance et réaliser des zooms micro-historiques selon les sources disponibles et le retentissement des affaires.

Par ailleurs, le secret dont s’entouraient les conspirateurs comme celui qu’entretenait la police sur ses agissements représentait une autre difficulté : il pouvait invalider toute démonstration historique et réduire les développements sur les faits à une série de conjectures. La disparition des archives de la préfecture de police constituait également une difficulté supplémentaire. Ces problèmes se sont posés mais de manière moins aiguë que je ne le craignais au début de la recherche. En premier lieu, le secret des conspirateurs s’avérait souvent très relatif. Les hommes qui se cachaient du pouvoir devaient apprendre la clandestinité. Leurs erreurs étaient par ailleurs riches en information et permettaient d’écrire une histoire des techniques du secret avant la mise en place des systèmes d’identification moderne. Enfin l’Etat était très prolixe sur les conspirations. Loin d’être un bloc, le pouvoir apparaissait divisé entre plusieurs institutions chargées de surveiller l’opinion : administration préfectorale, police mais aussi magistrats du parquet. Les sources étatiques étaient abondantes et leurs origines diverses facilitaient la critique historique.

Ainsi la période de la Restauration était particulièrement favorisée. La correspondance des préfets était remarquablement fournie dans la série F7. Les rapports des procureurs généraux étaient également conservés dans les séries BB 18 et BB 30. La période de la monarchie de Juillet voyait se raréfier la correspondance des préfets mais les sources judiciaires suppléaient en partie cette lacune, notamment la correspondance du ministère de la Justice dans la série BB 18 et les archives de la Cour des pairs, véritable mine d’information, contenant des rapports de police comme de nombreuses pièces saisies sur les accusés. L’Empire souffrait en revanche d’un manque cruel de sources policières. La série d’archives la plus complète concernait la correspondance des procureurs généraux. Les destructions dues à la Commune de Paris laissaient la période 1860-1870 dans l’ombre. La presse pouvait dans certains cas combler certaines lacunes. J’ai dépouillé en intégralité la Gazette des Tribunaux, le Journal des débats et l’Ami de la Religion, et occasionnellement consulté d’autres titres. J’ai par ailleurs vu mes conditions de travail changer de manière spectaculaire avec les progrès de la numérisation. Le nombre de pages consultées s’en est vu ainsi augmentées.  Ces sources, notamment celles émanant des autorités judiciaires, étaient de qualité variable : détaillées et critiques du travail policier sous la Restauration et la Monarchie de Juillet, elles devenaient beaucoup moins exigeantes avec la vérité sous l’empire. Leur analyse laissait également voir un appareil administratif soucieux de l’esprit public, obsédé par la peur du retour de la Révolution, mais comme l’a montré Pierre Karila-Cohen, les préfets se devaient de prouver qu’ils étaient capables d’assurer la paix sociale et politique dans leur département. Cela ne les incitait pas à exagérer l’ampleur des menaces qui pesaient sur l’ordre politique.

La surprise est venue de l’existence de sources émanant des conspirateurs, plus nombreuses que prévu, rédigées pour la plupart par des hommes de l’élite bourgeoise mais également ouvrière de ces mouvements. La participation aux sociétés secrètes était revendiquée, témoignages et noms à l’appui, dans toute une littérature de mémoires, de portraits politiques, de notices nécrologiques sans oublier les professions de foi lorsque ces hommes briguaient le suffrage de leurs concitoyens. Enfin elle était également évoquée dans les correspondances et les papiers privés, souvent des années après les faits.

 

Une étude sociologique et anthropologique des conspirateurs

C’était tout un pan de l’histoire politique qu’il était alors possible d’approcher. Par un travail minutieux, en croisant les sources, en étudiant les complots sur la période 1818-1870, on pouvait retracer des carrières politiques, des parcours d’acteurs qualifiés de secondaires mais dont le rôle local est souvent fondamental. Le contact avec les sources amenait alors à prendre en compte ces apports et compléter des travaux qui étaient déjà nombreux sur la question mais qui ne l’envisageait que de manière fragmentaire.

Sans prétendre être une véritable prosoprographie, les développements sur les conspirateurs s’appuyaient sur une méthode de travail qui empruntait davantage à la technique prosopographique qu’à l’étude des réseaux. Le profil sociologique des acteurs était important à plusieurs titres : il était essentiel pour comprendre ces hommes et étudier le processus de politisation des classes populaires. Le statut social était également un enjeu politique majeur lorsque les sociétés secrètes ont commencé à se réclamer du socialisme ou du communisme : appartenir au peuple devenait un gage de légitimité.

Ce travail sociologique n’épuisait pas la richesse des sources disponibles. Il restait des lettres, des mémoires de conspirateurs qui donnaient à lire des expériences de la conspiration, une vision particulière de la politique, empreint de sacralité sinon de religiosité. Les pièces saisies lors des perquisitions déconcertaient également par leur caractère ésotérique : les règlements s’accompagnaient de symboles étrangers à la tradition révolutionnaire, de catéchismes, de rites d’initiation complexe. Il paraissait particulièrement prometteur d’appliquer une lecture anthropologique à de tels documents La démarche était stimulante. Elle postulait la rationalité des acteurs contre les représentations du pouvoir qui tendaient à faire des conspirateurs des fous ou des hommes naturellement tournés vers le crime. Elle obligeait à les considérer comme étrangers à nos propres représentations de la participation politique, nous mettant en garde contre des assimilations trop faciles à des mouvements ou des évènements contemporains.

 

Une histoire des représentations de la conspiration

La démarche anthropologique remettait également les représentations du complot au cœur de la recherche. La représentation dominante était d’inspiration conservatrice. Les bouleversements de la société s’expliquaient par l’action de groupes occultes aux intentions maléfiques. C’est ce qu’on désigne aujourd’hui comme les théories du complot et il s’agissait souvent de la seule représentation de la conspiration véritablement étudiée par l’histoire culturelle du politique. Ce mythe du complot était considéré comme un invariant : la structure du raisonnement restait la même, s’apparentant parfois à la recherche du bouc-émissaire : seul changeait le nom des conspirateurs : illuminés, francs-maçons, jésuites, juifs.

Mais il existait d’autres conceptions de la conspiration au XIXe siècle. La manière dont les conspirateurs justifiaient leurs actes était une première voix dissonante. Elle n’était pas complètement isolée dans la société. L’étude du vocabulaire le démontrait. Les termes « conspirations », « conjurations » et « complots » faisaient l’objet de définitions aux sens contradictoires et, à partir du XIXe siècle, s’enrichissaient d’un sens héroïque. Louis Sébastien Mercier, l’auteur du Tableau de Paris, fournissait une piste intéressante lorsqu’il affirmait que le sens de « conspiration » s’était considérablement infléchi avec les évènements révolutionnaires. On était passé disait-il d’une conception de la conspiration entendue comme destruction de l’ordre politique à une vision positive d’établissement d’un nouveau système politique. Ces représentations héroïques du conspirateur comme résistant à un ordre injuste ou comme combattant pour un monde nouveau ressurgissaient de manière éclatante vers la fin de la Restauration. A ce moment sur le lieu de la visibilité littéraire par excellence, les scènes de théâtres parisiennes, un renversement s’opérait : le conspirateur devient le centre d’intérêt sinon le héros au détriment de la figure du bon souverain, qui jusque-là représentait seul le camp du bien.

Les représentations de la conspiration étaient l’objet d’une incessante lutte. L’autorité souhaitait délégitimer ce mode de participation politique alors que les membres des sociétés secrètes comme certains hommes de lettres le justifiaient ou l’héroïsaient. Le fonds de la censure dramatique donnait un accès privilégié aux tensions que pouvait engendrer la représentation d’une conspiration sur scène. L’imaginaire héroïque de la conspiration apparaissait au cours de la période de plus en plus assimilé à une forme de romantisme révolutionnaire, en crise conjointement avec le discrédit dans lequel tombe la conspiration après 1848.

Principales conclusions :

Sur le plan de l’histoire politique, l’étude des complots mettait en relief le rôle fondamental de la province. La conspiration, contrairement à ce que l’on pouvait croire, n’était pas une pratique uniquement parisienne. Malgré la fameuse centralisation française, une vie politique agitée secouait la province. Cette redécouverte des complots provinciaux permettait de repérer les lieux de pouvoir hors de Paris : le télégraphe, les hôtels de villes provinciaux, les casernes des garnisons militaires sont les enjeux principaux de ces luttes. Il s’agissait, après en avoir pris le contrôle, de maîtriser un espace politique et de marcher sur la capitale répétant ce qui avait pu se passer en 1815 lors du Vol de l’Aigle ou même, la marche des volontaires sur Paris lorsque la patrie avait été déclarée en danger en 1792.

L’étude a permis également de dresser le portrait de figures considérées comme secondaires à l’échelle nationale mais dont le rôle local est considérable dans la transmission et le développement des opinions politiques sur le territoire. Beaucoup parmi les élus et les fonctionnaires provisoires de la république en 1848 ont fait leur apprentissage de la politique dans les rangs des sociétés secrètes de la Restauration. Ils y ont gagné une notoriété, ce qui est à la fois paradoxal mais aussi révélateur du rapport au secret des conspirateurs du premier XIXe siècle.

Le rôle des sociétés secrètes dans le processus de politisation en France était précisé même si son importance pouvait être discutée. Les sociétés secrètes constituaient, à ne pas douter, une des voies de la participation politique même si elle est délégitimée au profit du suffrage universel. Toutefois il faut garder une certaine prudence : Les effectifs de ces sociétés restaient limités : Les plus importants étaient ceux des carbonari de la Restauration, 30 000 carbonari civils, ceux de la Jeune Montagne en 1850 qui dépassèrent les 50 000 membres dans le Sud-Est. Parmi ces affiliés figuraient sous les monarchies censitaires des populations privées de toute expression légale. Pour la Restauration, on retrouvait des carbonari populaires en très grand nombre dans l’ouest de la France et dans les territoires frontaliers de l’est. Sous la monarchie de Juillet, les premières sociétés secrètes populaires se développèrent à Paris et dans le Midi avant la Seconde République. Cette présence indiquerait une politisation précoce, héritée des évènements de la Révolution française. Toutefois l’adhésion aux sociétés secrètes était souvent liée à la nécessité de se protéger contre les violences politiques. Il s’agissait là d’une forme particulière de politisation liée à la conflictuosité locale. Elle ne remettait pas en cause le rôle d’autres moyens de politisation, ni le rôle central de la Seconde République, qui, par ailleurs, provoquait une augmentation considérable des effectifs des sociétés secrètes du Midi.

L’étude des complots renseignait également sur le fonctionnement de la répression politique. Sous les monarchies censitaires, les accusations de complot et les procès étaient largement employés à des fins dissuasives. Ils mettaient en garde les acteurs majeurs de la politique sur les limites à ne pas franchir. Après 1820, l’article 89 du code pénal perdait de son efficacité avec le développement des conceptions libérales des droits de l’accusé. La répression du complot s’effectuait de plus en plus par la pénalisation des associations politiques.

L’étude des débats qu’occasionnait l’adoption de cette législation répressive amenait à reconsidérer l’idéologie jacobine trop vite assimilée au refus absolu des corps intermédiaires et des associations. Au début de la monarchie de Juillet, les chefs revendiqués du mouvement jacobin, Godefroy Cavaignac notamment, puis en 1848 lors des débats parlementaires, les députés les plus radicaux ont défendu le droit d’association.

Enfin l’étude des mutations de l’imaginaire conspiratif du premier XIXe siècle permettait de mieux saisir l’ampleur du bouleversement occasionné par la Révolution française. Le mythe du complot donnait une explication à la ruine des institutions de l’Ancien Régime. Il se renforçait du sentiment d’insécurité des élites face à une société opaque, à l’évolution incertaine. Ce qui étonnait davantage c’était la multitude des initiatives de régénération de la société par les minorités agissantes. Mais finalement ces représentations étaient nées du même constat : celui de la crise des vieilles hiérarchies et la recherche nécessaire d’une nouvelle aristocratie et d’une nouvelle religion pour faire progresser la civilisation.

Cette présentation, issue de l’exposé de soutenance, est dépourvue de références bibliographiques.

Métaphores, 2. “Les mots sont là, oiseaux de feu”

La métaphore et l’analogie sont fréquentes dans le discours des traducteurs qui accompagne les tradu…

La métaphore et l’analogie sont fréquentes dans le discours des traducteurs qui accompagne les traductions, lorsqu’ils tentent de définir leur tâche et leur méthodes. Je pensais consacrer quelques billets à l’examen de certaines de ces métaphores, rencontrées dans les péritextes de mon corpus de thèse, en les classant selon le comparé et non le comparant. Je voulais commencer – titre du carnet oblige – par les métaphores figurant les différentes langues, leur caractère et leur esprit (et ce faisant j’utilise moi-même un vocabulaire tendant […]

Des exigences de la connaissance scientifique

Dans sa leçon inaugurale au Collège de France en mai dernier (le texte intégral avec l’apparei…

Dans sa leçon inaugurale au Collège de France en mai dernier (le texte intégral avec l’appareil de notes, ainsi que l’enregistrement sont en ligne), Claudine Tiercelin a défendu plusieurs positions sur la pratique de la science, qu’elle soit “exacte” ou “humaine”, qui me semblent des conditions nécessaires à toute recherche, et même des exigences : l’incertitude fondamentale de la science conçue comme enquête toujours révisable, la mise en commun des intelligences et des paroles dans des lieux où se conjoignent l’enseignement et la recherche, et la pratique de la vérité de la part du chercheur, indispensable à sa liberté de penser (les numéros indiquent les paragraphes du texte en ligne et les sous-titres sont de moi).

De l’incertitude

22. Encore faut-il, d’ailleurs, et pour commencer, savoir ce que l’on met sous le concept de « science ». Car seules la paresse ou l’ignorance ou, dans certains cas, la malhonnêteté intellectuelle peuvent expliquer que certains accordent encore quelque crédit à une vision positiviste et scientiste de la connaissance scientifique. Aucune personne de bonne foi, et surtout pas un philosophe des sciences, ne pourrait admettre aujourd’hui que le concept de « science » ou de « connaissance » qui prévaut, soit celui « impérial », qu’il pouvait encore avoir chez Kant, de système achevé, apodictique, ou doté des vertus de nécessité et d’universalité. Comme le notait, il y un certain temps déjà, Patrick Suppes dans Probabilistic Metaphysics, il faut bien davantage concevoir le terme sous une forme qui oblige à repenser non seulement certains concepts « absolus » (espace, temps, être), mais aussi la nature probabiliste des lois, de la matière, de la causalité ; à noter le presque impossible accès à des connaissances certaines, tant celles-ci sont plutôt approchées, provisoires, conjecturales, faillibles ; à faire la part belle à la complexité des phénomènes, aux doutes, à l’idée de recherche procédant par essais et erreurs, aux rectifications, à la falsification autant qu’à la confirmation ou à la vérification. Ce n’est donc pas faire preuve d’hostilité à la science, bien au contraire, que de noter que sa marque n’est justement pas le scientisme et le dogmatisme, mais plutôt, comme en témoigne toute activité scientifique normale, les incertitudes, les tâtonnements et l’incomplétude, qui rendent du reste si aigu le risque du scepticisme […]. Et il n’est pas surprenant, à cet égard, de voir à quel point ce risque est présent, tout autant, et peut-être même plus souvent encore, chez les scientifiques que chez les philosophes.

De la communauté

64. La métaphysique est une discipline trop aride pour pouvoir être pratiquée en solitaire. Même Peirce, qui a passé la majeure partie de sa vie en ermite, avait fondé un Metaphysical Club. Bien que l’Université française ait encore beaucoup de chemin à faire, en philosophie notamment, pour retrouver les voies d’une authentique communauté académique, je ne voudrais pas terminer cette leçon sans dire ce que je dois à l’enseignement universitaire et, tout particulièrement, à mes étudiants, sans lesquels je ne serais pas devant vous aujourd’hui. En séparant les institutions d’enseignement et de recherche, comme on le fait encore trop en France et malheureusement de plus en plus souvent ailleurs, on ne rend service ni aux unes ni aux autres. […]

Du rejet des masques

65. Le Collège de France n’est assurément pas un club. C’est une institution – et quelle institution – mais c’est aussi une compagnie, qui enveloppe, d’emblée, par sa générosité, tous ceux qui ont le privilège inouï d’y entrer. Quiconque a cet honneur a d’abord des devoirs, et le premier d’entre eux est de ne jamais s’avancer masqué. Ernest Renan faisait remarquer que c’était l’obligation inscrite dans tout droit acquis à la liberté de la pensée : « Car le vrai a ses droits comme le bien, et on ne gagne rien à ces timides mensonges qui ne trompent personne et n’aboutissent qu’à l’hypocrisie ». Comme le philosophe de Tréguier, je n’aurai désormais que cette seule exigence.

***

Crédits : “Seeds of Doubt”, del.art.ful. Sharon Hinchliffe, 2010, galerie de l’artiste sur Flickr, CC

Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

More Posts

Presentación de OpenEdition / Hypothèses en México

UNIVERSIDAD NACIONAL AUTÓNOMA DE MÉXICO Instituto de Investigaciones Históricas Presentación de Open…

UNIVERSIDAD NACIONAL AUTÓNOMA DE MÉXICO Instituto de Investigaciones Históricas Presentación de OpenEdition, portal para la edición electrónica en Open Access en Ciencias Sociales y Humanidades OpenEdition reúne las plataformas Revues.org, portal de revistas, Calenda, agenda científica, e Hypotheses.org, plataforma de … Sigue leyendo

OpenEdition in Rome!

Marin Dacos, director of the Centre for Open Electronic Publishing (Cleo), and Jean-François Rivière…

Marin Dacos, director of the Centre for Open Electronic Publishing (Cleo), and Jean-François Rivière, publishing manager at the Cleo will be in Rome from February 6 to 10, 2012, at the invitation of the École française de Rome.

On Monday 6, Marin Dacos will give a lecture on “Open access to academic research results. From ArXiv to OpenEdition freemium” at 5 pm:

Launched by physicians in 1991 in response to their need for swift peer-to-peer exchange, the movement for open access to academic research has now, at the start of the 21st century, become a movement, based on the Berlin Declaration for open access to knowledge, research articles and data (2003). With over 360 signatories from higher education and research establishments, the Declaration is at once a reaction to the problem posed by an industrial publishing oligopoly that governs thousands of journals, a statement of intent about publications’ needs for academic impact, and a democratic principle expressing the need for open access to complete research results for all citizens. From the mainstream perspective, the stakes are obviously clearer when it comes to research into health: medication, health risks, etc.

However, from a democratic perspective, the subject touches upon the foundations of the humanities and social sciences and asks probing questions about the relations that our disciplines might desire and develop with society. Supporters of open access have moved beyond petitioning and now demand for open access, not as an ideal, but as a concrete reality, not as a goodwill-based commando operation, but as an economically viable long-term plan. To this end, they have analyzed the stalling points in the opening process, a process that requires funding to move beyond the state of utopia.

In this hour of budgetary constraints and public deficits, can academic knowledge be provided free-of-charge? Quality electronic academic publishing requires professionals and is expensive, very expensive, much more so than publishing to paper, despite what our old (and inaccurate) prejudices might say. Quality publishing does not come gratis, but it can be open access. As long as creative economic models are found to enable financing, generated by the very fact that the publications themselves are freely accessible to all.

Conference location: École française de Rome, Piazza Navona, 67, Conference room (1st floor).