Bilan de Floride – El Presidente?

La Floride est un État beaucoup plus conservateur qu’il y a 4 ans. Et le portrait de l’é…

La Floride est un État beaucoup plus conservateur qu’il y a 4 ans. Et le portrait de l’électorat d’une primaire républicaine est plus facile à dresser dans la mesure où il s’agit de la première vraie primaire fermée: 8/10 électeurs se disent conservateurs. 2/3 qu’ils appuient le Tea party.

Or Mitt Romney a gagné sans Jebb Bush et sans Marco Rubio. En faisant un meilleur score que prévu même chez les évangéliques. Sans l’establishment. Seul. Pas que cela aurait changé grand chose: le soutien de la gouverneure Nikki Haley en Caroline du Sud n’a pas vraiment changé l’issue du vote. Mais le symbole est fort. Il est (de nouveau) devenu inévitable.

Romney et son super PAC (Restore our future) ont littéralement enterré Gingrich et son super PAC (Winning our Future) sous une avalanche de publicités, dépensant 15,6 millions contre 3, 29. Sans tout à fait changer le profil électoral de l’État:

source: Google politics

Rien n’est arithmétiquement scellé, loin s’en faut, comme l’explique Josh Putman. Mais le symbole est fort et la “présidentiabilité” de Mitt Romney établie, inversement proportionnelle à la perte en crédibilité de Gingrich.

Or la présidentiabilité (oui le barbarisme est désagréable, mais il est efficace) de Romney importe à l’heure où, pour 12 États pivots, le taux d’approbation de Barack Obama est de 43%. Aujourd’hui, en termes absolus, aucun des candidats en lice (de part et d’autre de l’échiquier) ne peut en effet être assuré d’une victoire.

Il reste donc à Romney à faire son chemin dans les prochains caucus (Nevada, Colorado, Missouri), et primaires (Michigan, Arizona) pour éviter de devoir faire face – mais les risques sont-ils réels – à une convention divisée  (brokered convention) en août prochain.

source

Les prochains votes seront un test pour Romney, particulièrement dans une frange de l’électorat qui devrait lui être acquise mais a été échaudée par ses prises de position sur l’immigration. En effet si Mitt Romney a gagné le vote hispanique ce mardi (15% de la population de Floride) par 54% contre 28%, il demeure que, dans cet État, les politiques migratoires n’ont plus vraiment d’incidence sur une population hispanophone implantée de longue date.

Par contre dans les États qui vont se prononcer, les Hispanophones immigrants sont nombreux. Romney devrait avoir une facilité, puisqu’il parle espagnol, puisque son père est né au Mexique, à toucher cette communauté. Cela ne paraît, pour l’instant pas être le cas. Celui que Larry Kaplow décrit comme le (potentiel) premier président latino des États-Unis, “El Presidente“, navigue entre ses racines et sa quête d’une identité conservatrice, pro-mur, en faveur du durcissement des politiques migratoires, opposé au Dream America Act. Dans le même temps, son apologie de l’auto-déportation (self deportation) au cours du dernier débat républicain envoie peut-être le signal que cette position tranchée n’implique pas des décisions immédiates si il devait être élu. C’est sans doute la bonne attitude, alors que l’administration Obama perd des plumes dans la communauté, avec l’augmentation des reconduites à la frontière.


Ainsi, et dans ce contexte, si Romney devient le choix du GOP, le choix du colistier sera plus important encore…

De quelques enjeux de Rio+20

Dans ce premier texte de la Série Rio+20 de [VertigO], Michel Rogalski économiste et chercheur au Ce…

Dans ce premier texte de la Série Rio+20 de [VertigO], Michel Rogalski économiste et chercheur au Centre international de recherche sur l’environnement et le développement,  fait un constat sur les démarches internationales en terme de négociations internationales. Partant du cas des changements climatiques, il pose la question de la responsabilité dans les modifications environnementales.

Ainsi il conclut son texte ainsi : « La controverse scientifique est dépassée et ne devrait plus trop peser dans le débat. Mais un danger majeur guette toute avancée substantielle sur le climat. L’ampleur des efforts à faire pour changer de trajectoire est immense. Il ne s’agit rien moins que de rompre avec un régime d’accumulation et du paradigme techno-économique qui lui est rattaché pour s’engager vers des sociétés décarbonées. Des moyens considérables devront être mobilisés. Comment imaginer, alors que les objectifs du Millenium sont loin d’être atteints, que tous ceux qui sont victimes, ici et maintenant, des pires maux qui frappent la planète accepteront facilement que soient « détournés » ces moyens au bénéfice de générations futures, alors que la question qu’ils affrontent est celle de leur survie au quotidien. Vouloir les associer au sauvetage du climat sans satisfaire dès à présent leurs besoins pressants les plus essentiels ne saurait conduire qu’à l’impasse. »

Cette question se pose aussi en terme éthique et sous le large vocable de l’adaptation, terme à la mode, tout comme celui de la résilience, actuellement en sciences de l’environnement. De qui est la responsabilité financière et humaine de l’identification et la mise en oeuvre des paramètres devant permettre à une société de s’adapter aux changements environnementaux ? Jusqu’à quel niveau la responsabilité doit-elle être partagée ou pas.

Cette réflexion nous amène à un autre article publié récemment par [VertigO] : Thomas Heyd et Irène Dupuis, Réponses culturelles aux changements rapides de la nature,[VertigO] – la revue électronique en sciences de l’environnement, Débats et Perspectives, 2012, mis en ligne le 25 janvier 2012, [En ligne] URL : http://vertigo.revues.org/11526

Pour lire l’ensemble du texte avant de réagir, cliquez ici >>

Nous vous invitons à commenter le texte de ci-dessous.

Eric Duchemin

Directeur scientifique et formation du Laboratoire sur l'agriculture urbaine (AULAB)

More Posts - Website

Les cales sèches ou cales à bateaux phéniciennes de Minet El-Hosn (Beyrouth)

Avec la découverte de Minet al-Hosn, les archéologues ont franchi une étape importante pour la conn…

Avec la découverte de Minet al-Hosn, les archéologues ont franchi une étape importante pour la connaissance de Beyrouth phénicienne. Les vestiges mis au jour viennent compléter le puzzle compliqué des fouilles du centre ville auxquelles l’Ifpo — à l’époque l’IFAPO — avait participé, aux côtés des missions libanaises et internationales, dans les années 1990. Il était donc essentiel que Martine Francis-Allouche présente pour les Carnets de l’Ifpo ces vestiges exceptionnels, dont la conservation future et la présentation au public ont suscité de nombreuses réactions dans le milieu archéologique, dans la presse et sur Internet.

Les travaux de construction d’un projet immobilier, connu sous le nom de Venus Real Estate, dans le centre ville de Beyrouth, ont mis au jour un ensemble archéologique unique et remarquablement bien conservé. Il s’agit des seuls vestiges aujourd’hui accessibles des installations portuaires antiques de Beyrouth : un ensemble de deux cales sèches, ou cales de radoub, et de leurs rampes d’accès, datées au plus tard du Ve siècle av. J.-C.

Localisation du chantier sur l'image google du quartier de Minet al-Hosn (centre ville de Beyrouth)

Localisation du chantier sur l’image Google du quartier de Minet al-Hosn (centre ville de Beyrouth)

Des cales similaires sont connues en Méditerranée : à Bamboula Kition (Chypre), à Carthage (Tunisie), au Pirée (Grèce), à Syracuse (Italie), et surtout à Tell Dor (Palestine), qui offre le dispositif le plus comparable à celui de Beyrouth. Car les cales de Tell Dor, comme celles de Beyrouth, de mêmes dimensions (4 m de large), servaient sans doute à la mise en cale sèche pour hivernage et réparation de navires peu larges. Les autres exemples d’ensembles portuaires en Méditerranée sont, pour la majorité, des dispositifs militaires plus larges et plus tardifs, d’époque hellénistique. Ainsi, les cales de Beyrouth sont des installations phéniciennes uniques.

Suite aux fouilles de sauvetage menées en hiver 2011 par la Direction Générale des Antiquités, sous la direction de l’archéologue Hisham Sayegh, et étant donné l’importance indéniable du type de vestiges trouvés, des archéologues et chercheurs libanais, dont Jeanine Abdul Massih (Université Libanaise), Anis Chaaya (Ifpo), Eric Gottwalles (Université Saint-Esprit Kaslik) et Martine Francis-Allouche,  avaient été appelés pour donner un avis scientifique. Tous les rapports soumis allaient dans le même sens : celui de la préservation d’un site archéologique au caractère unique. De même, les avis des experts internationaux, dont David Blackman (Nautical Archaeology Society – UK), Jean-Yves Empereur (Centre d’études Alexandrines) et Marguerite Yon (CNRS – France), pour ne citer que quelques-uns, ont fermement confirmé l’importance de ces vestiges : « Découverte exceptionnelle et rare de structures maritimes bien datées qui témoignent d’une installation portuaire unique de son genre sur la côte libanaise remontant au plus tard du Ve s. av J.-C. »

Us et pratiques d’un chantier naval antique

D’après les rapports des experts locaux, les spécificités techniques de ces vestiges permettent de restituer la fonction et l’organisation spatiale d’un site portuaire, dont la toponymie beyrouthine, Minet el-Hosn « port du fort » ou Minet el-Hussein « port du fortin » a conservé jusqu’à nos jours le souvenir.

Les cales, dans lesquelles les bateaux étaient réparés ou halés pour hivernage, sont creusées dans le rocher. Elles sont orientées nord-est/sud-ouest, c’est-à-dire en direction de la mer. Leur inclinaison de 3° permet d’empêcher l’eau de mer de remonter dans les rampes. Le fond des rampes devait être aménagé, à la limite de l’eau, en glissières à l’aide de poutres en bois, sur lesquelles les navires étaient halés jusqu’au sec. Les cinq puits d’eau salée, taillés dans le roc, qui ont été retrouvés, étaient utilisés par les ouvriers du chantier naval pour y puiser l’eau de mer à plus ou moins -8m, et humidifier en permanence les coques de navires. Lors des réparations de coques défectueuses, en effet, les membrures de la coque devaient être mouillées pour être travaillées et courbées sans que le bois ne craque. Les navires, halés en cales pour hivernage, étaient eux aussi continuellement humidifiés et, avant de les remettre à la mer, les ouvriers faisaient « gonfler » d’eau les membrures du bois, pour assurer la meilleure étanchéité possible de la coque.

Les parois rocheuses des cales ont été creusées au pic. Ces traces d’outils révèlent que les différentes actions de taille ont été effectuées dans le sens contraire au pendage naturel des strates géologiques, indiquant une volonté d’aménagement et non une exploitation en carrière. L’exploitation en carrière, qui semble s’être développée sur le site après l’abandon du port,  présente, en effet, un type d’extraction, creusée dans le sens des lits du rocher, en mettant à profit les strates et les joints de stratification de la pierre.

Vue générale des cales et des aménagements liés à la réparation des bateaux (photo Hicham Sayegh)

Vue générale des cales et des aménagements liés à la réparation des bateaux (photo Hicham Sayegh)

Comme la poterie la plus ancienne, identifiée dans les couches postérieures à l’abandon des cales, date du Ve siècle av. J.-C., les cales et le fonctionnement de ce chantier naval sont forcément antérieurs au Ve siècle av. J.-C. et remontent clairement, au plus tard, à l’époque phénicienne. Cette datation, basée sur un terminus ante quem, est assez exceptionnelle.

Détails d'un des cinq puits du chantier naval (photo Hicham Sayegh).

Détails d’un des cinq puits du chantier naval (photo Hicham Sayegh).

Le rivage antique de Beyrouth

Plusieurs raisons expliquent aujourd’hui la distance de 150 m qui sépare ces cales du rivage moderne. L’ensablement naturel, les remblayages nombreux et les changements subits de la ligne côtière au fil des siècles sont les premières causes de cet éloignement. Ensuite, la construction de routes, au nord de la parcelle où ont été trouvées les cales, a raccourci leur longueur : elles ne sont conservées aujourd’hui que sur 32 m (pour la rampe d’accès à l’est) et 25 m (pour celle à l’ouest). L’élévation du point le plus bas des cales par rapport au niveau actuel de la mer, est de l’ordre de 5,4 m. Cette différence de niveau est tout à fait compréhensible, si on restitue des cales sèches en inclinaison continue et en pente régulière  — l’immeuble « Bay Tower » situé au nord-ouest des cales, n’est déjà plus qu’à + 1m au-dessus du niveau actuel de la mer. Enfin, dans cette même zone, R. du Mesnil du Buisson mentionne, au début du XXe siècle, l’existence, au nord de l’emplacement des cales, d’un « mur en blocage de 2 ou 3 m d’épaisseur formant une sorte de bassin arrondi du côté de la mer ». Ce bassin portuaire, aujourd’hui disparu se trouvait donc entre les rampes et la mer, ce qui veut dire que les cales découvertes ont pu faire partie d’un aménagement portuaire plus étendu.

Tous ces indices montrent l’importance archéologique et surtout la singularité de ce témoin unique de l’architecture portuaire phénicienne au Levant. Datant au plus tard du VIe siècle av. J.-C., il est clair que les cales sèches ou cales à bateaux de Beyrouth sont des éléments importants d’une installation portuaire complexe, comprenant vraisemblablement cales, rampes d’accès pour les ouvriers, quais et bassins, et dont l’extension vers la mer était beaucoup plus importante dans l’Antiquité.

Beyrouth, à l’époque phénicienne, disposait ainsi de deux installations portuaires : l’une à Minet el-Hosn, et l’autre à l’ouest du tell ancien de la ville, au bas de la rue Foch. Certains éléments de ce second port ont déjà été mis au jour. Du côté du tell, une rampe d’accès, datée de l’âge du Bronze récent, aurait fonctionné jusqu’à l’époque du Fer 3 (époque perse). Des vestiges de quai de l’époque romaine ont également été découverts au milieu des années 1990 à l’ouest de cette même zone, à l’emplacement actuel des souks de Beyrouth.

Martine Francis-Allouche
Archéologue – spécialisée en archéologie sous-marine
Chercheure associée au Collège de France

Bibliographie indicative

Baika K., « Single rock-cut slipways: Elements of their architecture and observations on their location and function », Tropis, 7, 2012. À paraître.

Blackman D. J., « Ancient harbors in the Mediterranean. Part 1 », International Journal of Nautical Archaeology, 1/2, 1982, p. 79-104.

Blackman D. J., « Ancient harbors in the Mediterranean. Part 2 », International Journal of Nautical Archaeology, 11/3, 1982, p. 185-211.

Blackman D. J., « Triremes and Shipsheds », Tropis, II, 2nd International Symposium on ship Contruction in Antiquity, Delhi 1987, Proceeding edited By Harry Tzalas, Athens, Hellenic Institute for the reservation of Nautical Tradition, 1990, p. 35-52 .

Blackman D. J., « Les cales à bateaux. Caractéristique des anciens ports militaires. Marine antique », Les Dossiers d’Archéologie, 183, 1993, p. 32-39.

Davie M. F., « Maps and Historical Topography of Beirut », Berytus (Beyrouth) 35, 1987, p. 141-164.

Du Mesnil Du Buisson R., « Les anciennes défenses de Beyrouth ». Syria 2, 1921, p. 235-257 et p. 317-327.

Du Mesnil Du Buisson R., « Recherches archéologiques à Beyrouth », Bulletin de la Société Française des Fouilles Archéologiques, 1924-1925, p. 6-134.

Jidejian N., Beirut through the Ages, Beirut, Dar el-Mashreq, Librairie Orientale, 1973.

Rizkallah Marie-Josée, « Un suivi de l’affaire du Port phénicien de Beyrouth… avant qu’il ne soit trop tard », Libnanews – Le Média Citoyen du Liban, 23 décembre 2011, http://libnanews.com/2011/12/23/un-suivi-de-laffaire-du-port-phenicien-de-beyrouth-avant-quil-ne-soit-trop-tard/.

Yon M., « Les hangars du port chypro-phénicien de Kition. Campagnes 1996-1998 (Mission française de Kition-Bambula) », Syria 77, 2000, p. 95-116.

Yon M. & Sourisseau J.-C., « Le port de guerre de Kition », in D.J. Blackman, M.C. Lentini (eds.), Ricoveri per navi militari nei porti del Mediterraneo antico e medievale : Atti del workshop del Centro Universitario Europeo per i Beni Culuturali, Ravello, 4-5 novembre 2005, Bari, Edipuglia, 2010, p. 57-68.

Le rap ikhwangi, une modernité « à l’authentique » ? (rap et révolution, 3/3)

Du rap ikhwangi ( « frérot », pour « frère musulman ») ??? Au moment d’en proposer l’éc…

Du rap ikhwangi ( « frérot », pour « frère musulman ») ??? Au moment d’en proposer l’écoute aux lecteurs de son blog, The Arabist, un homme aussi avisé qu’Issandr El Amrani ne peut s’empêcher de se demander s’il faut prendre la chose au premier ou au second degré ! Hommage sincère à la Confrérie ou plaisanterie, voire satire cruelle ? Apparemment, il faut prendre au sérieux ce rap ikhwangi qui, en associant le flow caractéristique du hip-hop à des incrustations de chants religieux de type nashid, fait l’éloge du parti Justice et liberté, « calomnié pendant 80 ans » et sorti vainqueur des récentes élections en Égypte. En définitive, bien plus que l’œuvre elle-même, tout de même assez médiocre, ce qui mérite d’être commenté, c’est bien l’interrogation des uns et des autres devant cet oxymore : le rap islamiste.

De fait, il y a de quoi se poser des questions. Jusqu’à présent, la « doctrine » officielle c’est que l’islam politique et le rap ne font pas bon ménage, c’est le moins qu’on puisse dire ! A Gaza par exemple, les rappeurs locaux voient régulièrement leurs concerts interdits par le Hamas (article en arabe). A l’inverse, comme on le signalait dans le précédent billet, on ne compte plus les articles dans les médias pas forcément consensuels (mainstream) qui font l’éloge des rappeurs du « printemps arabe », comme une sorte d’antidote aux tentations de l’islam radical…

C’est notamment la thèse d’un livre (auquel on ne fera pas de publicité), dont Ted Swedenburg fait une critique ravageuse pour Merip (Middle East Research and Information Project). Rappelant combien il est exagéré de faire du rap arabe la « première voix de la contestation » reprise dans tous les soulèvements arabes, l’auteur de Hawgblawg montre notamment comment un discours aussi hagiographique, qui ne retient que la critique des rappeurs locaux sur les problèmes internes de leur société, permet de faire une impasse totale sur tout ce qui relève d’une analyse en termes de géopolitique internationale, où les politiques occidentales sont pourtant largement critiquées par les rappeurs (à l’image d’autres musiques contestataires, cheikh Imam par exemple, qui n’ont pas autant les faveurs des oreilles journalistiques !)…

Précisément, on ne peut que recommander la lecture d’un autre article (également en anglais) par Nouri Gana. Dans Jadaliyya, cet universitaire californien (assez probablement d’origine tunisienne) revient sur le phénomène du Rap Rage Revolt, essentiellement à partir du cas tunisien. Son point de départ est une réponse (opportuniste ?) de Rachid Ghannouchi, le dirigeant de Ennahda (le principal parti « islamiste » tunisien), affirmant dans un entretien à la radio qu’il préfère le rap au mezoued. Déclaration en apparence étonnante dans la mesure où le rap, comme on l’a vu, n’est en principe guère « hallal » alors que le mezoued est souvent estampillé comme une musique populaire, plutôt en opposition avec les formes « légitimes » de la culture des élites…

Si ce n’est que le côté protestataire du mezoued a justement beaucoup  disparu tout au long du règne de Ben Ali qui avait soutenu la « starification » d’une forme musicale débarrassée de tout esprit de révolte. Dans le même temps, le rap tunisien, pas forcément si contestataire que cela à ses débuts, s’est dirigé, surtout à partir de 2010 nous dit Nouri Gana, vers une critique de plus en plus féroce du népotisme, de la corruption et de la répression policière. Et plus celle-ci  s’attaquait à toutes les formes d’opposition, à commencer par celles de l’islam politique, plus les rappeurs locaux ont pris leur défense dans leurs textes, y compris par conséquent dans leurs thématiques islamistes.

Parmi les exemples mentionnés par Nouri Gana, on retiendra notamment le rappeur Balti pourtant proche du régime (voir cet article sur le site Tunisian Rap). Dans la chanson qui porte le même titre (en franco-tunisien dans le texte), il se livre à une critique de certaines Tunisiennes « passe-partout »,  « trop » libres (sexuellement)… On imagine les débats suscité par cette lecture de type « islamiste » de la morale publique dans une société où la question de l’émancipation féminine est politiquement explosive… Dans la même veine, l’auteur de Rap Rage Revolt s’arrête surtout sur le cas d’un autre rappeur, Psycho M, à qui il est arrivé de participer à des meetings du parti Ennahda, notamment en avril dernier. Une apparition qui a provoqué d’ailleurs la colère de « laïcistes » (pour aller vite), s’indignant des paroles d’une chanson (La guerre psychologique), où il est question de kalachnikov à propos de ceux qui s’en prennent à l’islam dans les médias (celui qui est visé, est-ce seulement au sens métaphorique du terme, c’est Nouri Bouzid, le metteur en scène de Making of kamikaze, film raté réalisé sous l’ombre du régime Ben Ali – et avec l’aide de la France – où l’on voit un jeune rappeur, Bahta, se faire embrigader par des islamistes caricaturaux. (Voir à ce sujet un article The Grand (Hip-Hop) Chess board. Race, Rap and Raison d’État par Hishaam Aidy, toujours dans Merip).

Pour comprendre combien le rap et l’islam politique peuvent faire bon ménage (même si Psycho M se défend d’être « encarté » chez Ennahda), il faut écouter attentivement le titre Manipulation : toute l’histoire du monde arabe moderne depuis le début du XXe siècle, revue à la lumière d’un islam outrageusement politique, défile durant les 15′ de texte écrit par un rappeur qui y affirme, entre autres choses, que « ce qui [le] fait bouger c’est la foi » et qu’il n’y a « pas d’autre solution que l’islam ».

Bien entendu, le développement  aujourd’hui d’un courant plus ou moins ikhwangi ne signifie pas pour autant la disparation des autres voies/voix du rap arabe. D’ailleurs, l’arrestation il y a quelques jours du rappeur tunisien, Volcanis – en raison de ses critiques de l’actuel gouvernement ou bien pour une affaire de drogue, selon les différentes versions – nous rappelle que cette musique reste fondamentalement rebelle. Mais puisque le monde arabe a déjoué toutes les attentes et/ou les prédictions, d’abord par ses soulèvements, puis par ses choix politiques lors des premières consultations électorales véritablement pluralistes, il devient urgent, comme le montre la scène rap régionale, de supprimer de nos grilles d’analyse toute une série d’oppositions binaires visiblement inopérantes. À commencer par le couple « rap libérateur vs barbus rétros », sur le mode de l’insupportable et plus que jamais inutile « authenticité vs modernité » (أصالة /حداثة).

Sur cette thématique (mais avec un regard assez différent), on peut lire aussi un billet sur le site Revolutionary Arab Rap, un blog qui a, entre autres intérêts, celui de proposer les paroles (en anglais et en arabe) de pas mal de titres. Réservés aux arabophones (sauf si un lecteur à le courage de se coller à la traduction !), les paroles de Passe-partout  qu’on peut visionner ici et surtout, ci-dessous, celles de Manipulation (qui défilent avec la chanson, ce qui fait un excellent exercice de lecture en arabizi !

Les cimetières au Rwanda

Si l’on essaie de faire quelques recherches en ligne sur la question des enterrements et des cimetiè…

Si l’on essaie de faire quelques recherches en ligne sur la question des enterrements et des cimetières au Rwanda, on se heurte vite à deux types de réponses. La première, ce sont les articles relatifs aux cimetière du génocide, y compris d’ailleurs un article que j’ai récemment écrit pour le site Génocides et politiques mémorielles. La seconde, beaucoup plus étonnante, ce sont tous les sites internet reprenant la nouvelle de « la récente découverte d’un cimetière extraterrestre dans la jungle rwandaise ». Il s’agit d’un hoax extrêmement […]

Jean-Jacques Rousseau : petite webographie pour un tricentenaire

L’année 2012 n’est pas seulement l’année des élections présidentielles et législat…

L’année 2012 n’est pas seulement l’année des élections présidentielles et législatives en France, évènements au total bien futiles auprès de l’anniversaire qu’il convient de commémorer : celui de la naissance, voici 300 ans, de l’auteur du Contrat social. Bref tour d’horizon en attendant des compléments futurs.

Le fameux philosophe et littérateur ayant pas mal parcouru l’actuelle région Rhône-Alpes du temps de sa jeunesse et plus tard, l’Agence Rhône-Alpes pour le livre et la documentation a créé le le blog Rousseau 2012 sur lequel vous trouverez entre autres choses deux bibliographies, l’une de ses textes, l’autre des essais qui lui sont consacrés, toutes deux rédigées par Catherine Goffaux-H. (Bibliothèque municipale de Lyon La Part-Dieu) sous la conduite de Michael O’Dea (enseignant et chercheur, université Lumière-Lyon 2).

Si vous souhaitez une bibliographie plus développée des écrits relatifs a Jean-Jacques Rousseau, voyez la bibliographie mondiale de Rousseau disponible le site Rousseau studies créé dans le cadre du  programme autour de Rousseau initié par le  Centre d’Étude de la Langue et de la Littérature Françaises des XVIIe et XVIIIe siècles (CELLF). Ce même site propose une anthologie de textes sur Rousseau.

 Ses textes sont également accessibles, en nombre plus ou moins important, sur Athéna, Les Classiques des sciences sociales, Gallica, Wikisources….

Kobayashi Takuya, spécialiste la botanique de Rousseau, a réalisé le site Chronologie de Jean-Jacques Rousseau.

Pour aller plus loin, voir le choix de liens bien fourni proposé par le site de l’Espace Rousseau.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Parlez-vous français? (ou “why do they hate us”)

 

Tour à tour libertine et frivole, corrompue, machiste, voire lubrique et vicieuse, mais auss…

 

Tour à tour libertine et frivole, corrompue, machiste, voire lubrique et vicieuse, mais aussi élitiste et intellectuelle, la France représente bien souvent aux États-Unis, l’archétype du monde latin, incontrôlable et désorganisée, face à l’univers anglosaxon, normé et froid.

Il y a toujours eu des heurts entre les deux puissances alors même qu’elles ne sont jamais entrées en guerre l’une contre l’autre. De Gaulle a incarné à lui seul cette arrogance, retrouvée à certains égards dans l’attitude du gouvernement français et incarnée dans le discours de Villepin au Conseil de sécurité des Nations Unies en 2003. Le clash est donc parfois inéluctable et repose sur une très grande proximité de fait, les deux États revendiquant la paternité de la déclaration des droits de l’homme (on ne peut pourtant pas mettre ceci au crédit de l’Hexagone), l’universalisme de leurs valeurs et l’exceptionnalisme de leur parcours national.

De là à faire du « français » un mot injurieux, il n’y avait qu’un pas, allégrement franchi par la droite américaine. Au point où le bureau du tourisme français, très inquiet des répercussions, avait mis sur pied une (ridicule) vidéo avec Woody Allen intitulée « Let’s fall in love again » et tout un programme de séduction, tandis que l’insulte suprême de l’élection de 2004 était ici:

Rebelote en 2012. Newt Gingrich avance la francophonie de Mitt Romney comme argument -massue, oubliant dans le même temps la sienne.

Et ce au mépris des presque 2 millions de francophones (de plus de 5 ans) des États-Unis, essentiellement concentrés en Louisiane (Acadiens), Maine, New Hamsphire et Vermont, mais aussi Floride (communauté haïtienne) et plus de dix millions de personnes d’ascendance française. Car le français est la quatrième langue parlée aux États-Unis après l’anglais, l’espagnol et le chinois. Il faut convenir qu’il ne s’agit pas là d’une frange importante de l’électorat, loin s’en faut.

S’il est de bon ton de se montrer francophobe au GOP, ou tout au moins de cacher sa francophonie/philie, c’est qu’il y a derrière cette vitrine une volonté de s’afficher comme une personne ordinaire, avec lequel le citoyen lambda irait boire une bière. Et derrière la méthode tout l’héritage de Lee Atwater, pour lequel (comme il l’a d’ailleurs mis en oeuvre en Caroline du Sud) la politique c’est la guerre et tous les arguments sont bons.


 

 

 

 


 

In God we trust

Dieu et les candidats républicains
Newt Gingrich: Catholique
Jon Huntsman: Mormon
Ron Paul: élevé da…

Dieu et les candidats républicains

Newt Gingrich: Catholique
Jon Huntsman: Mormon
Ron Paul: élevé dans l’église luthérienne – croyant
Rick Perry: élevé dans l’église méthodiste – va dans une église sans dénomination
Mitt Romney: Mormon
Rick Santorum: Catholique

Extrait de : « Religion, le glissement conservateur de la société américaine », in Le conservatisme aux Etats-Unis, Sainte Foy, PUQ, 2007, p.27-39

Ainsi que l’expliquait Tocqueville, les croyances religieuses exercent une singulière influence sur la société politique aux États-Unis[1]. 96% des Américains se disent croyants, 90% se réclament d’une confession, 70% sont associés à une structure cultuelle, 47% se disent pratiquants tandis que 46% sont évangéliques ou « born again »[2]. Les Églises sont désormais un acteur clé qui pèse plus de 100 milliards de dollars dans la société américaine[3] : « We are a religious people, expliquait le juge Douglas, whose institutions presuppose a supreme being »[4]. L’imbrication est réelle[5] : en effet, « si les États-Unis ont vigoureusement séparé les Églises de l’État, ils n’ont jamais dissocié politique et religieux »[6]. D’ailleurs l’influence du prédicateur baptiste Billy Graham[7] sur la vie politique américaine en témoigne. L’étrange interaction entre le religieux et le politique trouve des manifestations frappantes dans la récitation quotidienne de la prière à la Maison-Blanche sous George W. Bush ou encore à travers le fait que Graham ait prononcé les deux oraisons inaugurales de Clinton[8], en 1993 et en 1997. Cette dynamique n’est pourtant pas nouvelle puisqu’elle fait irruption dans la campagne électorale de J.F. Kennedy, parce que la « religion civile américaine actuelle […] s’est construite dès la présidence du démocrate Lyndon Johnson »[9], et qu’elle a plané sur la présidence de Jimmy Carter[10]. Il en est certains pour dire aujourd’hui que l’évangélisme définit les termes de la « religion civile américaine »[11]. Assurément, depuis les années 70, le troisième « grand réveil »[12] (puisque ce sont ces « réveils religieux » qui ponctuent la vie sociétale américaine) a conduit les églises à s’adapter aux modes de vie contemporains et a renforcé leur prégnance. À tel point qu’il semblerait que la dernière élection présidentielle ait été partiellement définie par la dimension religieuse de certaines valeurs portées par les candidats[13], par le biais d’une corrélation étroite entre la « religiosité » et le conservatisme social. C’est cette corrélation que l’on étudiera ici, en se penchant notamment sur l’équation politique associant conservatisme-évangélisme-et refus/acceptation de certaines valeurs politiques et sociales. C’est à travers ce prisme que l’on étudiera la société américaine au cours de la dernière décennie, et particulièrement au vu des résultats des élections présidentielles de 2004[14].

***

L’incontournable religiosité de la vie politique américaine

La religion est un des éléments fondateurs de la nation américaine. Les Pilgrim Fathers ont jeté les bases de cette étrange alliance entre religion et république. Ils ont sans aucun doute fondé ce messianisme propre à l’Amérique, qui s’est laïcisé progressivement pour arriver jusqu’à porter des mouvements qui se sont résolument distanciés de la religion[15]. L’exceptionnalisme de la république est un double héritage des Lumières et des persécutions religieuses. La supériorité morale des États-Unis est inhérente à cet héritage. Car les États-Unis étaient une Terre promise dont le mythe se confond étrangement au périple des Pélerins qui se sont établis en Virginie au 17e siècle. La religion n’est pourtant pas toujours aux origines de l’immigration car les préoccupations économiques la supplante souvent. La Terre promise n’est en fait qu’un Eldorado. Ainsi, à la fin du 18e siècle, 5% des Américains « appartiennent à une église, contre près de 60% aujourd’hui »[16]. Mais à compter dès ce 18e siècle, l’Amérique connaît des sursauts de foi, des vagues de religiosité récurrentes, des réveils, qui « affectent toujours la société américaine »[17]. L’extraordinaire prégnance de la religion dans la vie politique américaine transparaît dès les premières heures de la République, et transpire dans les textes fondateurs de la nation. Ainsi, les textes constitutionnels – dont on soulignera la quasi-sacralité[18] – sont empreints de cette religiosité que l’on retrouve dans le serment d’allégeance (One Nation Under God – depuis 1954), dans la prestation de serment sur la bible, dans le « In God We Trust » inscrit sur le billet vert depuis 1923, dans le fait que des prières ouvrent les sessions parlementaires, tandis qu’inlassablement le président ponctue ses discours du God Bless America.

Parce que les différences ne sont pas solubles dans le Melting Pot américain, les communautés ethniques se sont repliées sur leurs particularismes religieux, au point de constituer des sub-cultures qui forment aujourd’hui le kaléidoscope ethno-socio-religieux que l’on connaît de la société américaine. L’ethnicité et la religion se sont protégées l’une l’autre des influences extérieures et expliquent la fragmentation du peuple américain et la force des mythes fondateurs de la nation américaine. La cité sur la colline appartient à ces mythes fondateurs. Dès lors, l’appartenance à une église, quelle qu’elle soit, est un attachement à ce mythe fondateur et constitue l’une des caractéristiques communes fondatrices de la nation, tant dans sa conception subjective (car elle représente un des éléments du vouloir-vivre ensemble) qu’objective (en ce qu’elle constitue un dénominateur commun). Ainsi, « l’activité religieuse n’a pas décliné avec la modernisation »[19], le sol américain est hérissé d’édifices cultuels de toute nature, les églises affichent des panneaux géants « Jesus Wants You », des panneaux lumineux, destinés à informer les automobilistes des conditions routières affichent par défaut « God Bless America » sur le bord des routes.

Alors que la laïcité assimilationniste et égalisante (certains diront intégriste) à la française interdit tout port de signes religieux ostentatoires, les Américains arborent les évidences de leur affiliation religieuse[20]. La diversité cultuelle témoigne d’ailleurs de cette vitalité. La place des Amish en Pennsylvanie, des Mormons en Utah, des fondamentalistes dans la Bible Belt attestent de cette réalité et de ce foisonnement. La religion s’est de nouveau imposée dans les foyers à compter du réveil de 1950 en y entrant par la grande porte et surtout par le petit écran : les télévangélistes ont alors compris tout le bénéfice qu’il y avait à utiliser les médias de masse et continuent ainsi leur mission d’évangélisation. Billy Graham a ainsi accompli son premier succès télévisé avec Hour of Decision. Dans la foulée, Jim Baker avec Pray the Lord, et Jerry Falwell avec Old Time Gospel Hour lui emboîtent le pas. Au début des années 80, ils sont influents et s’appuient sur des lobbies religieux redoutables comme la Moral Majority ou Christian Coalition[21].

Religions aux Etats-Unis – 2002, en millions de fidèles

Roman Catholic Church

63,7

Southern Baptist Convention

16

United Methodist Church

8,3

Church of God in Christ

5,5

Church of Jesus Christ of Latter-Say Saints

5,2

Evangelical Lutheran Church in America

5,1

National Baptist Convention of America

3,5

Presbyterian Church

3,5

Assemblies of God

2,6

The Lutheran Church – Missouri Synod

2,6

Progressive National Baptist Convention

2,5

African Methodist Episcopal Church

2,5

National Missionary Baptist Convention of America

2,5

Episcopal Church

2,3

Greek Orthodox Archiocese of America

1,5

Pentecostal Assemblies of the World

1,5

Churches of Christ

1,5

American Baptist Churches in the United States

1,4

United Church of Christ

1,4

African Methodist Episcopal Zion Church

1,3

Baptist Bible Fellowship

1,2

Christian Churches and Churches of Christ

1,1

The Orthodox Church in America

1

Jehovah’s Witnesses

1

Church of God

0,9

Bouddhistes

2

Hindous

1

Juifs

5,5

Musulmans

5,7

Sans religion

25,5

Il est certain que la religion a gagné de points à travers la présidence Bush[22]. En effet, il a été créé par exemple le White House Office of Faith-Based and Community Initiatives, chargé d’aider les groupes religieux notamment dans leur travail communautaire[23]. On ne peut ignorer les photos de l’incontournable prière-prélude aux travaux du cabinet de Bush. Pour autant, « la religion soutient le système sans jamais se confondre avec lui »[24]. Il reste qu’elle imprègne suffisamment la vie politique pour qu’on ne puisse en nier la religiosité. Toutefois, cette prégnance de la religion n’est pas intangible : elle résulte véritablement d’un construit social[25] qui convertit les actes religieux en gestes politiques (comme les prières). Et dans ce construit social, le fondamentalisme a peiné à trouver sa place. Tout d’abord, la société américaine évolue de telle manière (travail croissant des femmes, augmentation du taux de divorce, des couples non mariés, reconnaissance de l’homosexualité etc…) que le fondamentalisme trouve un écho modéré. Sébastien Fath évalue d’ailleurs cette résonance politique directe à « deux millions d’électeurs, concentrés surtout dans le Sud et le Midwest »[26]. Ensuite, les fondamentalistes ont perdu un certain nombre de batailles juridiques dont la symbolique était importante : invalidation de la prière dans les stades scolaires par la cour suprême en 2000 ou encore l’enlèvement (par la force) de la cour de justice fédérale de l’Alabama d’une lourde stèle arborant les dix commandements et suspension de Roy Moore, le juge en chef de la cour suprême de l’Alabama qui s’était opposé au pouvoir fédéral pour maintenir cette stèle, ou encore la reconnaissance en juin 2003 de l’homosexualité par la cour suprême (la sodomie est une attitude protégée par la Constitution – Lawrence v. Texas, 26 juin 2003)… Pourtant, si l’influence directe du fondamentalisme sur l’électorat reste limitée, il pèse indirectement, car les hérauts du fondamentalisme sont « aujourd’hui suffisamment puissants pour influer sur les élections, infléchir les programmes du parti républicain et s’efforcer d’orienter ponctuellement la religion civile »[27]. Cette religiosité croissante de la politique américaine repose donc sur une opportune alliance entre deux courants conservateurs : le conservatisme social et le conservatisme religieux.

L’opportune et éphémère alliance du conservatisme social et du conservatisme religieux

 

Le soubresaut actuel de la religion doit être interprété comme un mouvement en phase avec le conservatisme ambiant. Conservatisme qui va certainement de pair avec une société vieillissante. La réalité tient à la démographie américaine, les plus de 65 ans constituent aujourd’hui 12% de la population américaine. En 2025, ils seront 19%[28].

Sous George W. Bush, le messianisme américain se reconnaît tant dans sa version religieuse portée par les évangélistes que dans sa version laïque véhiculée par les néo-conservateurs. La culture texane, explique Sébastien Fath, est une combinaison étrange de l’esprit pionnier et de l’influence du fondamentalisme, et c’est cette culture que le président Bush amène avec lui à la Maison-Blanche. Nombre de ses conseillers sont proches du mouvement évangélique (qui recouvre, sans s’y confondre, le fondamentalisme) mais le plus influent est assurément l’auteur du « conservatisme compassionnel ». Karl Rove, artisan des victoires de Bush junior, a compris à travers sa propre expérience texane, l’intérêt de l’alliance du conservatisme social et du conservatisme religieux[29]. Cette alliance n’est pourtant pas naturelle, comme en témoignent les débats internes à la Cour suprême américaine. Ainsi, de l’avis des observateurs, si le juge Rehnquist a effectivement porté des réformes conservatrices sociales, il a travaillé la Cour pour qu’elle ne penche jamais vers le conservatisme religieux. Plus pragmatique que dogmatique, la Cour Rehnquist a mené une jurisprudence conservatrice mais n’a jamais renversé des décisions pourtant libérales comme celle sur l’avortement (Roe v. Wade, 1973)[30]. Mais il reste que Rove a permis aux fondamentalistes de se faire entendre à la Maison-Blanche[31].

L’ascension de la Nouvelle droite chrétienne ne doit pas être comprise comme la prise de pouvoir d’un groupe. La New Christian Right est un courant fondamentaliste et surtout « une fédération spirituelle intégrée par une idéologie commune, dont la lutte contre l’avortement, la lutte contre le libéralisme, l’emphase mise sur les valeurs familiales les plus traditionalistes sont les traits les plus saillants »[32]. Les fondamentalistes « représentent une force significative dans la coalition qui détient aujourd’hui le monopole du pouvoir à Washington au cœur d’un parti républicain dont le cœur s’est déplacé à droite sous l’impulsion de ses variantes extrémistes »[33]. Sans la droite fondamentaliste, le président ne serait pas président tandis qu’elle soutient plus de la moitié des membres du Congrès[34].

Par contre, le courant évangélique – plus large – s’appuie sur un bassin de 70 millions d’Américains et représente une force réelle, susceptible d’infléchir les décisions à Washington… et ailleurs; mais il faut préciser, une fois encore, que ce mouvement ne cherche pas à constituer une théocratie[35]. Dès lors, le président Bush n’est pas et ne peut pas être son chantre car sa démarche est beaucoup plus pragmatique que dogmatique, plus empirique qu’idéologique[36]. Et l’alliance des conservateurs – religieux et sociaux – est aussi éphémère qu’une victoire électorale[37].

Selon Bruno Tertrais, le triomphe idéologique des républicains tient à « la consolidation simultanée de deux courants politiques particulièrement bien organisés : le néoconservatisme et l’évangélisme »[38]. En réalité, la droite néoconservatrice, la droite traditionnelle et chrétienne et la droite évangélique ont convergé sur un agenda commun et en ce sens, les « attentats du 11 septembre 2001 ont peut-être cristallisé un nouveau soubresaut de religiosité à fleur de peau »[39]. Mais ces trois factions sont, ainsi que l’explique fort bien Justin Vaïsse en compétition au sein de la grande famille conservatrice[40]. L’actuelle domination des néo-conservateurs, fondée sur une presse active (Weekly Standard, Wall Street Journal, New Republic…) et des think tanks puissants (American Enterprise Institue, Project for A New American Century, Heritage Foundation) tend à évincer les deux autres factions de l’environnement immédiat du pouvoir. Serait-ce cela qui rend ces dernières particulièrement bruyantes ? Faut-il imaginer que les néo-conservateurs entraîneront dans leur déclin – qui finira par survenir un jour – les autres branches conservatrices, jusqu’à ce que l’une ou l’autre s’impose et se régénère à la faveur d’une victoire politique ou électorale ? C’est ainsi que se redéfinissent indéfiniment ce qu’on a appelé les réalignements politiques. La coalition qui appuie George W. Bush est une convergence éphémère de trois factions qui ont trouvé un intérêt commun. Elle est toutefois sous-tendue par une évolution profonde de la société américaine, qui vient infirmer le mythe de sa polarisation.

Le mythe de la polarisation de la société américaine

Il y a la crainte réelle que le glissement conservateur de la société ne fasse apparaître à la Cour suprême des juges plus dogmatiques encore. On parle d’ailleurs de guerres culturelles au cours desquelles les juges conservateurs, comme le dogmatique Scalia (ou encore le remplaçant de Sandra O’Connor) reviendraient sur la pratique pragmatique de Rehnquist[41]. La guerre culturelle n’a rien de traditionnel, « c’est une guerre civile entre la gauche et la droite, entre conservateurs et libéraux ; elle porte sur ce que le pays devrait être, et comment les Américains devraient vivre. Elle se déroule aujourd’hui et l’avortement est l’un des champs de bataille »[42]. Et elle pousserait le conservatisme pour l’heure économique jusqu’au conservatisme social. Il ne faut pourtant pas se leurrer : du point de vue des juristes et des observateurs de la Cour suprême, la jurisprudence n’est jamais que le reflet de la société américaine et d’une sorte de volonté générale implicite[43]. Il faudra donc admettre qu’une jurisprudence plus conservatrice répond à une société plus conservatrice, attestant non de la polarisation de la société mais bien d’un consensus ambiant autour de valeurs moins libérales.

En réalité, ceux qui présentent la société américaine en termes de polarisation en deux systèmes de valeurs cherchent en réalité à promouvoir la guerre culturelle[44] et à souligner l’acuité et la vigueur de ce clivage entre deux nations de confessions opposées.[45] La difficulté tient à ce que nul ne paraît être en mesure de tracer une démarcation entre ces deux « nations ». David Brooks pousse l’idée plus loin : le mythe de la polarisation de la société américaine est fondé sur une confusion entre guerre culturelles et dissensions classiques entre monde urbain et monde rural. En réalité, les Américains s’accordent sur des valeurs consensuelles qui sont liées à la religion et à la foi.

La polarisation est donc essentiellement le fait d’une perception, largement développée d’ailleurs par les sondeurs et les médias.

***

 

Conclusion

Nombreux sont les groupes religieux qui cherchent, aujourd’hui à trouver leur place sur la scène politique américaine. Rares sont les groupes qui représentent véritablement un bloc monolithique. On a peu parlé des catholiques ici, car ils sont traditionnellement moins actifs, moins enclins à se positionner politiquement pour orienter la prise de décision au niveau fédéral. Il y a à cela plusieurs explications : les catholiques eux-mêmes ne forment pas un bloc unifié. Il existe une grande déconnexion entre les élites conservatrices et la réalité de la communauté catholique[46]. Autant dire qu’à l’instar de tous les groupes religieux, cette communauté est composée d’un faisceau de courants et d’obédiences politiques parfois divergentes. Pour autant, des événements ponctuels comme la mort de Terri Schiavo, ou plus récurrents, comme les prises de position des évêques durant les élections, pourraient pousser le clergé et sa base conservatrice à se faire plus actif et à recourir à une forme de lobbying pour influencer les décisions fédérales. En ce sens, le fait que George W. Bush ait choisi de consulter régulièrement un groupe de catholiques dès son entrée à la Maison Blanche témoigne de cette insertion accrue d’un groupe traditionnellement peu impliqué dans la politique politicienne.

De la même manière que le courant évangéliste est protéiforme, la droite conservatrice ne forme pas un bloc monolithique. Elle connaît de profonds désaccords (par exemple sur le pacifisme), et surtout aucun de ces courants n’est en mesure d’alimenter la polarisation irrémédiable voire la scission de la société américaine. Il y a indéniablement une polarisation ponctuelle sur des enjeux donnés (avortement, mariages gais), notamment au moment des élections (mais quelle société n’en a pas – il suffirait de regarder les dernières campagnes électorales au Canada, ou la dernière campagne référendaire en France) mais il serait difficile de tracer une ligne entre deux camps rivaux, comme on aurait pu le faire à plusieurs reprises – mais de moins en moins avec pertinence – en Europe par exemple, sur la base du clivage droite-gauche.

Il faut donc convenir que la déflagration du 11 septembre a fait soudainement converger des courants pourtant antinomiques, créant l’illusion d’un pôle conservateur unifié, impérialiste, chrétien fondamentaliste et traditionaliste[47]. Pour autant, la rapidité avec laquelle cette convergence s’est opérée aurait dû alerter les chantres de la « polarisation » de la société américaine. Conjuguée aux résultats des élections présidentielles américaines, elle révèle simplement un glissement du centre de l’échiquier politique vers la droite. « En effet, le mythe de la société polarisée a été abondamment utilisé par les médias et largement reprise par certains commentateurs des élections. Pourtant ce n’est pas tant une fracture que d’un glissement sociétal dont il faut parler et que semblent confirmer les analyses approfondies actuellement conduites aux États-Unis »[48]. L’état de la société américaine est bien celui d’un conservatisme accru[49]. En effet, il y a, depuis quelques années aux États-Unis, une lame de fond républicaine : dans son ensemble, le pays est plus à droite que jamais et une majorité de démocrates et de républicains (environ deux tiers) s’identifient comme conservateurs. Cela implique donc la convergence, depuis quelques années, des discours politiques vers un centre conservateur[50]. Ce phénomène, que l’on a observé dans nombre de sociétés occidentales (centralisation des projets politiques et décalage du centre vers la droite avec l’abandon des « troisièmes voies » à l’européenne) est la manifestation d’un réalignement politique[51], qui n’est ni intangible ni immuable[52]. Et à travers le marasme des réalignements politiques, la très grande majorité des Américains attend du président qu’il ait la foi, qu’importe son appartenance confessionnelle[53].

[1] Tocqueville, De la démocratie en Amérique, Tome 1, p. 392 et 396.

[2] Voir : The State of the Church, The Barna Group, disponible en ligne : [http://www.barna.org/FlexPage.aspx?Page=BarnaUpdate&BarnaUpdateID=49] décembre 2004.

[3] Voir André Kaspi et.al., La civilisation américaine, Paris, PUF, Quadrige, 2004, 242-243.

[4] Cour suprême des États-Unis, Zorach v. Clauson, 343 U.S. 306, 1952. Disponible en ligne : [http://supct.law.cornell.edu/supct/html/historics/USSC_CR_0343_0306_ZO.html] (décembre 2004)

[5] Voir sur ce point, par exemple : James Bolner Sr, « Religion and the United States Constitution », in Serge Ricard (dir.), États-Unis d’hier, États-Unis d’aujourd’hui – Mélanges en l’honneur de Jean-Pierre Martin, Paris, L’Harmattan, 1999, p.147 suiv.; Arlin M. Adams, Charles J. Emmerich, A Nation Dedicated to Religious Liberty : The Constitutional Heritage of the Religion Clauses, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 1990.

[6] Sébastien Fath, Dieu bénisse l’Amérique – La religion de la Maison-Blanche, Paris, Seuil, 2004, p. 31.

[7] Voir Sébastien Fath, Billy Graham, pape protestant?, Paris, Albin Michel, 2002.

[8] On pourra d’ailleurs se référer à l’article de Clinton lui-même, sur Graham, dans le premier périodique chrétien aux États-Unis : Bill Clinton, « An Arkansas Hero », Christianity Today, 13 novembre 1995, p. 26.

[9] Sébastien Fath, 2004, op.cit. p.103.

[10] Voir dans ce sens, Jimmy Carter, Our Endangered Values – America’s Moral Crisis, New York, Simon & Schuster, 2005, p.30-35.

[11] Que Sébastien Fath définit comme une « sorte de religion générique qui rassemble les citoyens par-delà leurs étiquettes confessionnelles », 2004, op.cit. p. 48. « Appuyé sur des leaders charismatiques, des groupes convictionnels militants et mobilisés, forts d’une base démographique de soixante-dix millions d’Américains, le courant évangélique a le vent en poupe dans les milieux politiques américains du début des années 2000. Capitalisant de longues années de mise en réseau, ce protestantisme entend bien peser sur les affaires de la Cité et sur la religion civile américaine » (p.120).

[12] Le premier « grand réveil » est le fait d’un pasteur calviniste, Jonathan Edwards, au 18e siècle. Le deuxième « grand réveil » survient à la fin du 19e siècle et redéfinit la forme du protestantisme (lecture littérale de la bible, égalitarisme, individualisme, prosélytisme).

[13] « Tight Presidential Race Influenced By People’s Faith », The Barna Group, [ http://www.barna.org/FlexPage.aspx?Page=BarnaUpdate&BarnaUpdateID=165] (décembre 2004). Dès mars 2004, selon un sondage Gallup du 2 mars, 64% des électeurs inscrits sur les listes électorales avouaient que leurs valeurs et croyance religieuse allaient être déterminantes dans leur choix électoral de novembre.

[14] On a parlé de “religion gap” dans l’électorat du 2 novembre 2004. Kirk Johnson, “Hispanic Voters Declared Their Independence”, The New York Times, 9 novembre 2004.

[15] Voir Alain Frachon et Daniel Vernet, L’Amérique messianique, Paris, Seuil, 2004, pp.33-39.

[16] André Kaspi et al, op.cit., p.231.

[17] André Kaspi et al., op.cit. p.240.

[18] André Kaspi souligne d’ailleurs le fait que ces textes sont « exposés à la dévotion publique sur un grand autel ». op.cit. p.235.

[19] Kaspi et al. p.243.

[20] Voir Clyde Wilcox, notamment dans Election Focus 2004, US Department of State, Issue 1, n°13, 16 juin 2004, p.3.

[21] Et dans une certaine mesure, la Southern Baptist Convention dont la radicalisation est consacrée par la déclaration « Baptist Faith and Message » en 2000. Voir Jimmy Carter, Our endangered values, op.cit., p.39-41.

[22] Voir William G. Howell, « Power without persuasion : Rethinking Foundations of Executive Influence », dans George Edwards III (ed.), Readings in Presidential Politics, Toronto, Thomson-Wadsworth, 2004, p.111. Sébastien Fath (2004) avance même que « jamais un président des États-Unis n’est allé aussi loin que George W. Bush Jr dans la confusion des rôles » (p.200)0

[23] Voir Anne Farris, Richard P. Nathan, David J. Wright, The Expanding Administrative Presidency : George W. Bush and the Faith-Based Initiative, Washington, The ROundtable on Religion and Social Policy, 2004.

[24] Sébastien Fath, op.cit., 2004, p.45.

[25] Fath Ibid. p.55.

[26] Ibid. p.99.

[27] Fath, Ibid., p.101.

[28] Voir Laurence J. Kotlikoff, Scott Burns, Coming Generational Storm: What You Need to Konw About America’s Economic Future, Boston, MIT Press, 2004. William H. Frey et Ross C. DeVol, « America’s Demography in the New Century: Aging Baby Boomers and New Immigrants as Major Players », Policy Brief, Milken Institute, 8 mars 2000.

[29] Sur le conservatisme américain, voir Irving Kristol, « American Conservatism 1945-1995 », The Public Interest, en ligne.

[30] Nombre d’analystes aujourd’hui essaient de dessiner les contours d’une jurisprudence qui, au départ de Rehnquist, pourrait être dominée par le juge Scalia, beaucoup plus dogmatique.

[31] Ainsi que l’explique lui-même Richard Land, cite par David Cook, dans “Bush’s alter ego with a sense of history”, Christian Science Monitor, 24 janvier 2003.

[32] Jean-Michel Valantin, « Religion et stratégie aux États-Unis », Revue internationale et stratégique, Nº57, Printemps 2005, p.108. Il faut tout de même souligner que la Southern Baptist Convention, qui représente la plus importante dénomination protestante américaine avec ses 16 millions de membres est résolument de droite, conservatrice et a soutenu le président Bush dans sa guerre contre l’Irak.

[33] Bill Moyers, “Welcome to Doomsday”, The New York Review of Books, 24 mars 2005, p. 10.

[34] Bill Moyers, ibid.

[35] Selon Mokhtar Ben Barka, La nouvelle droite américaine – Des origines à l’affaire Lewinski, Paris, Éditions du Temps, 1999, p.165.

[36] Voir Charles-Philippe David, Au sein de la Maison-Blanche – La formulation de la politique étrangère des États-Unis depuis 1945, Québec, Presses de l’Université Laval, 2004.

[37] Dans ce sens, voir Esther Kaplan, With God on their Side : How Christian Fundamentalists Trampled Science, Policy, and Democracy of George W. Bush.s White House, New Press. 2004.

[38] Bruno Tertrais, Quatre ans pour changer le monde – L’Amérique de Bush 2005-2008, Paris, Autrement, CERI, 2005, p.16.

[39] Kaspi et al., op.cit., p.241.

[40] Justin Vaisse, « La croisade des néoconservateurs », L’Histoire, février 2004.

[41] Jeffrey Rosen, “Rehnquist the Great?”, The Atlantic Monthly, avril 2005, p.79 et suiv.

[42] Andrew Wroe (2002), « Abortion, the right to life debate », dans David Mc Kay, David Houghton et Andrew Wroe, Controversies in American Politics and Society, Oxford, Blackwell Publishers. p.170

[43] Kevin T McGuire et James A. Stimson, « The Least Dangerous Branch Revisited : New Evidence on Supreme Court Responsiveness to Public Preferences », The Journal of Politics, Vol.66, N 4, Novembre 2004, p.1018-1035.

[44] Voir David Brooks (2001), « One Nation, Slightly Divisible », The Atlantic Monthly.

[45] Tels sont les termes de Michael Barone dans National Journal, et GertrudeHimmelfarb dans One Nation, Two Cultures, 1990.

[46] Voir sur ce point, Adam Nagourney, « New Pope Could Influence POlitical Life in America », The New York Times, 4 avril 1995.

[47] Voir Charles-Philippe David, Au sein de la Maison-Blanche, Québec, Presses de l’Université Laval, 2004.

[48] Chaire Raoul-Dandurand, « Les élections présidentielles américaines 2004 Bilan », Synthèses, 4, janvier 2005, en ligne : http://www.dandurand.uqam.ca/download/specialus/synthese/synthese_4.pdf

[49] sur ce point, voir Kaspi et al. Op.cit. p.241.

[50] D’ailleurs, en 2004, si le candidat démocrate John Kerry développe une rhétorique du changement, il avance en fait des idées résolument conservatrices en réaffirmant son opposition aux mariages de même sexe et en se prononçant en faveur de la peine de mort pour les terroristes.

[51] Voir sur ce point l’analyse de Sébastien Barthe dans Élisabeth Vallet et David Grondin, Les élections présidentielles américaines, Québec, Presses de l’Université du Québec, 2004.

[52] Dans ce sens, voir Charles Tiefer, Veering Right : How the Bush Administration Subverts the Law for Conservative Causes, University of California Press, 2004.

[53] Selon Clyde Wilcox, op.cit., p.3.

[54] Voir sur ce point, Sunshine Hillygus et Todd Shields, Moral Issues and Voter Decision Making in the 2004 Presidential Election, 2005, disponible en ligne.

Viabilité des sociétés et urbanité

Photo : Ghislain F (Licence Creative Commons)
L’humanité se trouve maintenant à plus de 50% dans les…

Photo : Ghislain F (Licence Creative Commons)

L’humanité se trouve maintenant à plus de 50% dans les villes, ce pourcentage est de plus 80% dans les pays industrialisés. Ce mouvement vers les villes ne ralentit pas dans les pays en développement, les mégapoles sont de plus en plus nombreuses. L’homo sapiens devient de jour en jour de plus en plus homo urbanus. La ville devient ainsi le lieu où le développement d’une société durable, ou viable, se joue. Les grandes villes en ont pris conscience et tentent, par différents moyens, de répondre au grand défi du 21e siècle – préserver un environnement viable pour l’ensemble des êtres humains. Des villes, telles que Curitiba au Brésil, deviennent des exemples pour une évolution viable de l’urbanité et de la société. Curitiba dont le maire a pratiqué l’acupuncture urbaine, par petits projets localisés et ancrés, pour faire face aux défis modernes de sa ville.

Développement durable un concept galvaudé certes, mais un outil de réflexion

Les gouvernements du monde entier créent des lois pour un développement durable, élaborent des stratégies de développement durable ou encore adaptent des indicateurs pour surveiller et mesurer le progrès en la matière. En trente ans ce concept mis de l’avant par la commission mondiale sur l’environnement et le développement, aussi connu sous le nom du rapport Brundtland du nom de sa présidente, a réussi à s’insérer dans le vocabulaire courant et être une notion incontournable. Mais cette notion remonte plus loin.

Au début ‘70, le Rapport de Rome montrait déjà la limite du développement industriel et des ressources naturelles, le Sommet de la terre de Stockholm en 1972 continuait dans la même veine. Dans les années ‘70, on parlait d’écodéveloppement, soit un développement écologique. L’expression « sustainable development », traduite par développement durable est, tant qu’à elle, apparue en 1980 dans une publication de l’Union internationale pour la conservation de la nature. Cette notion est alors définie comme un « développement qui tient compte de l’environnement, de l’économie et du social ». Cette définition reste celle qui est la plus souvent utilisée ou comprise, bien que le rapport Brundtland ait rajouté un autre élément soit, que le développement durable est « un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures ». Pour Corinne Gendron, professeure à l‘Université du Québec à Montréal « L’environnement c’est la condition, l’économie c’est le moyen et le développement individuel et social c’est l‘objectif ». Nous pourrions rajouter que l’équité est l’ingrédient indispensable.

Si le concept de développement durable est devenu si populaire, et facilement intégré par les entreprises et les gouvernements, c’est qu’il ne remet pas en question les modes de fonctionnement économiques actuels. Toutes les grandes entreprises allant des pétrolières, telles que Shell, Esso, BP, Total, aux compagnies minières telles que Rio Tinto, IAMGold, Barrick Gold ont leurs plans de développement durable globaux ou pour des projets locaux. Par le biais de différents types de certification – basés sur des mesures significatives, des politiques et des analyses de leur performance au niveau environnemental, de la santé, de la sécurité et des opérations – elles font croire à l’existence du développement durable.

Un concept galvaudé

La considération d’éléments du développement durable dirigera certes celles-ci vers des décisions permettant une meilleure gestion des déchets, d’une moindre consommation énergétique ou le développement d’une économie peu intensive sur le plan écologique. Elles développeront des projets de soutien aux communautés locales. Elles feront des actions, mais peut-on dire qu’elles font un développement respectueux de l’environnement? Des barrages hydroélectriques qui ennoient des territoires ancestraux, obligent le déplacement de populations, perturbent des écosystèmes entiers, sont-ils du développement durable ? Le développement de biocarburants alimentant des crises alimentaires en Afrique, est-il du développement durable? En regard aux différentes dénonciations, par des associations locales et nationales dans les pays en développement, de situations inacceptables nous sommes en droit d’en douter. Ainsi, il apparaît que développement durable et environnement sont deux choses complètement distinctes.

Que peut-on en faire ?

Développement durable est de toute évidence un concept-valise qui permet tous les abus. Un concept auquel on veut nous faire faire la révérence, comme une nouvelle religion, tout en obligeant la mise au placard l’esprit critique. Ce développement est durable donc vous devez l’accepter. Pour certains le terme « développement » est le problème du concept, car le développement est perçu comme une croissance économique donc une avancée en avant sans limites. Ceux-ci prônent une décroissance. Sans compter que pour J.L. Satie « Le développement économique d’un peuple [..] n’est compatible avec le maintien de ses coutumes et mœurs traditionnelles. La rupture avec celles-ci constitue une condition préalable au progrès économique » [1]. Pour d’autres le problème vient du terme « durable » qui n’est qu’un objectif éducoloré du désir pressenti des générations futures. Durable signifie qui dure dans le temps, mais qui n’est pas nécessairement viable. Mais cela reste des discussions théoriques, certes intéressantes, mais loin des besoins actuels et de l‘urgence dans laquelle nos sociétés se trouvent.

Alors, pourquoi ne pas tout simplement pourfendre ce concept-valise ? Parce que ce concept est aussi un lieu de convergence des acteurs et du développement sociétal. En utilisant ce concept comme un «lieu de discussion », un « lieu de réflexion » sur les différentes perspectives de développement et de la mise en place de politiques, il devient possible de considérer des critères environnementaux et sociaux dans la gestion publique.

Les villes s’en inspirent depuis quelques années afin de revoir leurs stratégies de développement. Des stratégies qui devraient inspirer les villes de pays en développement qui actuellement s’engouffrent plutôt dans les travers des villes des pays industrialisés en détruisant les forces qu’elles ont, dont une forte présence d’une agriculture urbaine.

Ville durable, ville viable : agriculture urbaine

Depuis la fin de la Seconde Guerre, la ville s’est développée en favorisant le flux des marchandises et des gens. Elle a développé un système routier qui, comme les artères, doit favoriser la circulation, et ainsi assurer la survie de l’organisme. La ville est devenue un organisme – un parasite pour certain – s’appuyant sur le monde rural pour son alimentation et sur les « régions » pour assimiler les déchets qu’elle régurgite. Elle s’est développée durant des décennies comme des centres économiques oubliant la vie qu’elle abrite, oubliant l’aspiration et les besoins de celle-ci. Le concept de ville durable, ou viable, ramène la gestion de la ville dans une autre perspective où les espaces verts, la biodiversité sont considérés. Mais cela est difficile, car on intègre ce concept en l’insérant dans l’acquis – ce qui existe, sans réellement remettre en question les décisions passées et surtout la mainmise de la sphère économique sur les décisions. Flavia Montenegro-Menezes, actuellement professeure invitée au départementLandscape Architecture & Regional Planning de l’Université du Massachusetts (États-Unis) arrive à cette conclusion après une étude sur l’aménagement urbain viable à Curitiba [2]Est-ce dire que tout est perdu ?  Certainement pas, car mine de rien de nouvelles manières de concevoir l’aménagement urbain émergent. Cette réinvention de l’urbain tente d’amoindrir la cassure créée au 20e siècle entre l’urbanité et la ruralité.

Un des éléments de cette réinvention est certainement l’agriculture urbaine ou comme l’identifie nos collègues anglophone le « edible landscape » (les paysages comestibles). Activité de production revenant en force dans les grandes villes du Nord, mais restée toujours présente dans les villes du sud. Pour Luc Mougeot, du Centre de recherches pour le développement international, l’AU peut être décrit comme étant l’élevage d’animaux et la culture de plantes et d’arbres dont le produit est comestible ou non, de même que la transformation et la commercialisation des produits qui en sont tirés, lesquels sont destinés au marché urbain. Pour d’autres, c’est tout simplement l’action de produire des aliments en ville.

Parmi les mesures qui tendent à réduire la pauvreté et favoriser le développement social et économique, il a été démontré que l’agriculture urbaine joue un rôle important dans les pays en développement. Bien que celle-ci soit encore souvent considérée comme une activité temporaire ou marginale, elle améliore la situation économique ainsi que la santé de familles pauvres et vulnérables, et plus spécifiquement des femmes et des enfants.

La séparation urbanité ruralité est tellement bien consommée que la seule mention de l’expression agriculture urbaine fait sourire les décideurs. Pour eux, les termes « agriculture » et « urbanité » sont incompatibles, car ils ne peuvent que concevoir l’agriculture comme une activité intensive et industrielle. Pourtant, même Edgard Pisani, un acteur de la politique productiviste agricole française d’après-guerre, invite dans son ouvrage « Un vieil homme et la terre » à réinventer notre façon d’habiter la planète et de se nourrir.  Selon moi, l’agriculture urbaine et périurbaine – une agriculture de proximité – est un des éléments de cet appel à l’innovation sociale.

L’agriculture de proximité, dans les cours arrière des habitations, a été pratiquée de tout temps. Si au Moyen-âge c’était pour des questions de sécurité – il pouvait être dangereux de s’éloigner ou impossible de transporter sur de grandes distances-, à l’ère de l’industrialisation c’était pour offrir un petit espace aux paysans venant trouver du travail dans les manufactures. Les jardins ouvriers de France viennent de là. Après un déclin au 20e siècle, elle développe au 21e un nouveau visage. Elle s’inscrit dorénavant dans plusieurs luttes : contre la pauvreté, l’insécurité alimentaire [3], la justice alimentaire [4], l’exclusion sociale, le verdissement de la ville, etc. Elle devient aussi multiforme et prend d’assaut les toits, les balcons, les murs. Elle s’agrippe et s’insère dans l’espace urbain.  Elle prend aussi plusieurs noms : jardins ouvriers, jardins familiaux, jardins collectifs, jardins partagés, jardins communautaires, etc. Mais une seule caractéristique : produire des aliments frais.

Malgré qu’elle soit négligée et regardée de haut, l’agriculture urbaine est pratiquée par 800 millions de personnes à l’échelle mondiale. 200 millions d’entre elles feraient de la production marchande et 150 millions de personnes seraient employées à plein temps. Celles-ci produiraient approximativement 15 % des denrées alimentaires mondiales. L’homos urbanus agricola est présent partout de Mexico à Dakar ou Hanoï, mais aussi de New York à Berlin en passant par Chicago, Montréal, Toronto, Vancouver, Paris, Lyon, Marseille. À Berlin, ils seraient 80 000, tandis qu’à New York  il y a environ 1 000 jardins communautaires sur des terres publiques sans compter qu’il est possible d’y élever des poules. A Boston, le Boston Natural Areas Network s’occupe de plus de 150 jardins communautaires regroupant plus de 10 000 personnes. A Montréal, on estime à 12 000 à 15 000 personnes présentes dans le programme des jardins communautaires, tandis qu’environ 2 500 personnes s’impliqueraient dans les jardins collectifs.

La notion de développement durable est certainement un terme galvaudé, un concept-valise, mais il fédère l’ensemble des acteurs de la société. Ce concept peut, en outre,  servir de réflexion pour inclure de nouveaux éléments, tel que l’agriculture urbaine, dans la planification urbaine. Une planification qui s’inscrira dans la lutte à l’insécurité alimentaire des populations urbaines vulnérables, et souvent pauvres, et dans la mise en place d’une ville viable pour tous en offrant des solutions concrètes et applicables aux problèmes soulevés par le contexte urbain. Si les villes des pays industrialisés commencent tranquillement à le découvrir, les villes des pays en développement ne doivent pas perdre cette connaissance, malgré qu’elles doivent aussi faire face à des défis sanitaires importants autour de cet outil qu’est l’agriculture urbaine.

[1] J.L Satie, The economic journal, Vol. LXX, 1960

[2] Carnet de recherche de [VertigO] : http://vertigo.hypotheses.org/787

[3] Le concept de sécurité alimentaire fait référence à la disponibilité ainsi qu’à l’accès à la nourriture en quantité et en qualité suffisantes. La sécurité alimentaire comporte quatre dimensions: disponibilité (production intérieure, capacité d’importation, de stockage et aide alimentaire), accès (dépend du pouvoir d’achat et de l’infrastructure disponible), stabilité (des infrastructures mais aussi stabilité climatique et politique)  et salubrité, qualité (hygiène, principalement accès à l’eau). La sécurité alimentaire dépasse la notion d’autosuffisance alimentaire.

[4] Justice alimentaire – Le concept de justice alimentaire part du principe que l’accès à des aliments santé est une question de droits humains et qu’un accès restreint aux aliments dans une communauté est un indicateur de pauvreté.  La justice alimentaire va au-delà du plaidoyer et des services directs. Elle demande une réponse organisationnelle (telle qu’apportée par les jardins communautaires et collectifs) à la sécurité alimentaire, des réponses qui sont coordonnées et menées localement.

 

 

Eric Duchemin

Directeur scientifique et formation du Laboratoire sur l'agriculture urbaine (AULAB)

More Posts - Website