Retours sur une méthodologie d’enquête

Le traitement documentaire des enquêtes de terrain d’Annie-Hélène Dufour sur Les pratiques et…

Le traitement documentaire des enquêtes de terrain d’Annie-Hélène Dufour sur Les pratiques et les représentations de l’espace maritime par les pêcheurs varois, nous ont permis de redécouvrir ce que peut être une méthodologie de terrain finement ciselée. Faite de patience, de connaissances précises de son sujet, d’observation participante et d’humilité, l’approche des témoins et de son sujet se fait progressivement, dans un espace relationnel où chercheur et témoin prennent simplement leur place et gardent leur identité. Sur un sujet abordé entre 1983 et 1988, Annie-Hélène Dufour questionne les compétences et les connaissances des pêcheurs sur la qualité des fonds marins, les poissons et la flore, les techniques et les accessoires de pêche. Au fil des ans, la mise en place du matériel technique d’enregistrement se perfectionne, la conduite de l’entretien qualitatif avec les pêcheurs se ralentit, s’adapte au rythme du vécu de l’instant partagé.

L’une de ces enquêtes est une démonstration de cette approche d’un corps de métier particulier, confronté aux aléas de la nature, aux décisions économiques européennes, à la concurrence,  à la multitude de tâches sans cesse renouvelées. Le témoin de cette enquête prépare un filet, accessoire primordial de son métier, pendant toute la durée de l’entretien ; ses gestes sont précis, il est attentif à ce qu’il fait et, malgré tout, accueillant à l’enquête. Une fois le magnétophone et le micro installé, l’enquêtrice prend le temps de rentrer dans le dialogue, silencieuse, attentive elle aussi aux gestes, à l’avancée du travail et à la disponibilité du témoin.

L’attitude est payante, au bout de quelques trois  minutes l’information vient, au moment et sous la forme choisis par l’informateur.

L’entretien se prolonge, l’enquêtrice relâche son questionnaire et son objectif de recherche pour rentrer un peu plus dans la relation en train de se faire. L’homme travaille, peine un peu sur son filet, évoque ses soucis avec ses fournisseurs, son retard sur ses préparatifs ou la mauvaise qualité des accessoires livrés. L’enquêtrice est aussi à l’écoute de cela, s’intéresse, touche les objets et maintien son attente silencieuse. Ainsi, le pêcheur s’investit à nouveau comme témoin, en demandant les questions (à quelques 37 minutes d’entretien).

L’enquêtrice revient sur sa recherche, précise, clairement énoncée. L’informateur prend le temps de la réflexion et répond, lui aussi, avec précision et professionnalisme. Il n’est pas sujet d’observation ;  il est pleinement co-auteur d’un savoir qu’il transmet en toute connaissance de cause.

Les corpus déposés à la phonothèque et disponibles au public nous offrent, dans une qualité sonore émouvante qui nous rend si proches ces locuteurs disparus depuis1 , une exploration des diverses façons d’aborder la parole et ses contenus à travers l’évolution d’une méthodologie basée sur la relation humaine et le “savoir-écouter”.

 

Crédits photographiques : Working with Fishing Net, India, 2011, auteur Navaneeth Krishnan S. Licence Creative Commons- Paternité – Partage à l’Identique.

  1. Annie-Hélène Dufour est décédée en 2002

Journée de la femme 2012

« Investissons dans les femmes rurales, éliminons les discriminations dont elles sont victimes en dr…

« Investissons dans les femmes rurales, éliminons les discriminations dont elles sont victimes en droit et en pratique, veillons à ce que les politiques répondent à leurs besoins, garantissons leur le même accès aux ressources qu’aux hommes et accordons-leur un rôle à jouer dans la prise de décisions. » M. Ban Ki-moon, Secrétaire général des Nations Unies. Le thème officiel de cette journée de la femme est l’autonomisation des femmes rurales et leur rôle dans l’éradication de la pauvreté. Cette journée est l’occasion de revendiquer l’égalité et de faire un bilan sur la situation des femmes aujourd’hui dans les différentes sociétés.
« On ne naît pas femme : on le devient. Aucun destin biologique, psychique, économique ne définit la figure que revêt au sein de la société la femelle humaine ; c’est l’ensemble de la civilisation qui élabore ce produit intermédiaire entre le mâle et le castrat qu’on qualifie de féminin. Seule la médiation d’autrui peut constituer un individu comme un Autre. En tant qu’il existe pour soi l’enfant ne saurait se saisir comme sexuellement différencié. Chez les filles et les garçons, le corps est d’abord le rayonnement d’une subjectivité, l’instrument qui effectue la compréhen­sion du monde : c’est à travers les yeux, les mains, non par les parties sexuelles qu’ils appréhendent l’univers. » Simone de Beauvoir in Le deuxième sexe, 1949.
Est-ce si simple ? Si l’héritage socio-culturel est indéniable, peut-on réellement nier la réalité biologique ? Et la différence entre les sexes ? Mais cette différence interdit-elle l’accès à l’égalité ? Et comment réaliser l’égalité malgré les différences ?

Pour en savoir plus :

Un livre :
“Masculin-féminin. L’écriture domestique”, Bernard Lahire in Par écrit. Ethnologie des écritures quotidiennes. Sous la direction de Daniel Fabre.

•Des articles :
« L’égalité : une vaine quête ? Hommes, femmes et congé parental en Suède », Sara Brachet, Terrain, n°42, Homme/Femme (texte intégral).
« Le déploiement du genre », Erving Goffman, Terrain, n°42, Homme/Femme (texte intégral).
« ”Nouveaux pères” et “dernières épouses”. Les formes de la parenté en France à travers le droit de la famille (1999-2003) », Valérie Feschet, Terrain, n°42, Homme/Femme (texte intégral).

•Sites et Blogs :
La journée de la femme, ONU femmes, le nouveau manifeste des féministes, le manifeste de 1971, observatoire des inégalités, observatoire de la parité, histoire de la lutte  des femmes pour leurs droits.

A faire :
La journée de la femme, le 8 mars 2012.

“Deux langues sont aussi semblables que deux visages et diffèrent tout autant l’une de l’autre”. Georges-Arthur Goldschmidt et l’esprit des langues

Les prochains billets seront consacrés à la pensée de la traduction, et plus généralement à la pensé…

Les prochains billets seront consacrés à la pensée de la traduction, et plus généralement à la pensée de la langue – des langues – chez Georges-Arthur Goldschmidt. Ancien professeur d’allemand, puis traducteur (il l’est devenu relativement tard) entre autres de Nietzsche, Kafka, Handke, écrivain, Goldschmidt est réellement bilingue. Son autobiographie, La Traversée des fleuves[1], en expose les raisons, de même que ses essais sur la langue et sur la traduction dans lesquels il revient volontiers sur la construction de sa personnalité et de son […]

Super Tuesday : Le jour où le parti républicain perd l’élection présidentielle?

(version longue)
Dix États, de la Géorgie à l’Alaska, ouvrent leurs bureaux de vote ce mardi pour un…

(version longue)

Dix États, de la Géorgie à l’Alaska, ouvrent leurs bureaux de vote ce mardi pour un Super Tuesday que les Républicains souhaitent décisif. Ce mardi permettra de désigner près de 18% des délégués pour la convention d’août prochain, et dans tous les cas, plus de délégués en un jour (437) que depuis le début de l’année (302). Pour autant ce ne sera pas le « Tsunami » (comme on l’avait dénommé à l’époque) de 2008 avec ses 24 États et la moitié des délégués en jeu. Ce super Tuesday n’en sera pas un, tandis que le parti républicain s’abîme dans des comptes de délégués et paraît se chercher à la fois un leader et une identité, au risque de perdre cette frange de l’électorat qui constitue pourtant la clé de l’élection de novembre prochain.

 

Comptes et décomptes

En 1988, pour contrer l’influence du Nord des États-Unis dans le processus de sélection des candidats à la présidence, un ensemble d’États du Sud choisit d’organiser simultanément leurs primaires. Ce n’est pas un véritable succès mais le principe est acquis. Le procédé du Super Tuesday a progressivement pris de l’importance car ces blocs de primaires ont une résonance pour la suite de la campagne, en termes de collecte de fonds, de mobilisation politique, d’obtention des délégués nécessaires pour emporter l’investiture.

Cette année toutefois, l’impact du Super Tuesday est plus flou. Tout d’abord, le Texas, avec ses 155 délégués (10% des délégués à la convention nationale), a disparu du super Tuesday à l’aune d’une querelle juridique liée au découpage électoral pour se retrouver en queue de peloton, le 29 mai.

Ensuite, deux États présentent des particularités. En Virginie, seuls Mitt Romney et Ron Paul sont parvenus, en réunissant les 10 000 signatures requises, à figurer sur le bulletin de vote. Romney emportera donc une victoire facile que tous imputeront aux méandres électoraux et dont il ne pourra se gargariser. En Géorgie, son État d’adoption, Newt Gingrich espère ressusciter – en concédant qu’il ne peut poursuivre son pari présidentiel sans l’emporter.

De surcroît, le vote devrait se diviser. Au Tennessee et en Oklahoma, Santorum espère emporter cet électorat profondément conservateur et évangélique. Le Dakota du Nord, l’Idaho et l’Alaska (cette dernière étant très en marge des chemins de campagne des candidats) pourraient regarder du côté de Ron Paul. Le Vermont et le Massachussetts devraient tomber dans l’escarcelle de Mitt Romney.

Reste l’Ohio – le centre du monde politique états-unien, État pivot depuis plusieurs élections présidentielles. Preuve en est, Mitt Romney, qui a décidé de ne faire de publicité dans aucun autre des États du Super Tuesday (ce qu’il laisse à son super PAC Restore Our Future pour 7 millions), a choisi d’y investir 1,2 millions de dollars. Le Red, White and Blue Fund de Santorum injecte autant (500 000 $) dans cet État que dans les neufs autres. Pour autant, Santorum part avec un réel handicap arithmétique pouvant représenter jusqu’au quart des délégués en jeu : dans trois des 16 districts, limitrophes de son État de Pennsylvanie, il n’a pas réussi à fournir une liste de délégués, perdant par forfait 9 des 66 délégués de l’Ohio. Dans six autres, il n’est pas parvenu à soumettre une liste complète : ce qui signifie qu’il pourrait emporter le vote populaire dans un district sans obtenir le nombre total de délégués qui lui revient. À l’opposé les cols bleus – évangéliques – de l’État n’ont pas de grande affection pour Romney, qui souffre encore de ses gaffes. Ce n’est donc pas le jeu des délégués que mène Santorum : il s’agit pour lui de gagner le vote populaire et de s’en prévaloir pour asseoir sa légitimité en vue d’une poursuite de la course jusqu’à la convention.

Et c’est probablement ce qui fait faire des cauchemars aux caciques du parti. En effet, en constatant en 2008 les bénéfices d’une campagne prolongée et enlevante de l’autre côté du spectre politique, alors que l’affrontement entre Hillary Clinton et Barack Obama mobilisait un électorat jusque là invisible, l’establishment du parti républicain a choisi de refondre les règles régissant leurs primaires et caucus. Pour éviter que l’essentiel de la course ne soit concentrée sur les premiers mois, que le taux d’abstention n’augmente avec le temps, et finir trop tôt avec un candidat un peu terne, ils ont donc choisi d’imposer une forme de proportionnelle dans la première partie du calendrier électoral.

Y a-t-il un pilote dans l’avion?

Or l’introduction d’une certaine dose de proportionnelle a eu pour effet de révéler les divisions profondes du Grand Old Party. En effet, les primaires/caucus tendent à valoriser les franges traditionnelles des partis : on sait que les candidats tiendront, durant ce premier cycle électoral, un discours tourné vers leur base partisane, plus radical que celui qu’ils adopteront lors de la campagne générale. Toutefois, la proportionnelle a conduit à surévaluer les éléments marginaux de chaque État : d’où la propension des candidats à adopter des positions qu’ils s’empressent de réfuter ensuite, s’engageant dans un exercice de funambulisme politique où ils ne convainquent personne.

Ce faisant, chaque cycle de primaires pose immanquablement la question de l’identité du parti. Les démocrates ont eu leur heure en 2008, tandis que la campagne s’était étirée jusqu’en juin. Toutefois, les divisions du parti de l’Âne sont moins profondes : la gauche religieuse, les libertariens de gauche, les indignés, ou les libéraux semblent toujours trouver un plus petit dénominateur commun. Ce n’est pas le cas du parti républicain. Entre les partisans d’une réduction des impôts et ceux qui préconisent une hausse de la taxation des plus hauts revenus, entre les partisans d’une politique étrangère où les États-Unis demeurent les gendarmes du monde comme les néoconservateurs et ceux qui prônent le désengagement du pays pour se recentrer sur les problèmes internes comme les libertariens, entre les théo-conservateurs et les conservateurs fiscaux, entre les Tea partiers et ce qui reste des Républicains modérés, les lignes de fracture sont profondes. Ces divisions ne sont pas nouvelles : l’opposition entre la droite religieuse et les conservateurs fiscaux a fait couler de l’encre durant les deux mandats de Bush fils, et la disgrâce – relative – des néoconservateurs a simplement laissé un vide que le Tea party a pu occuper. Le grenouillage actuel ne parle donc pas de crise d’identité mais de luttes fratricides avec, à la clé, le contrôle du parti, rappelant l’avènement de Barry Goldwater en 1964.

Le jour où les Républicains ont perdu les indépendants

Mais le timing n’est pas bon. L’administration Obama semble mettre à profit ces dissensions et le prolongement du cycle républicain. Bien sûr, le discours traditionnaliste de Santorum constitue une réponse aux phénomènes anxiogènes (bien accueillie dans le Mid-Ouest, comme en témoignent ses victoires) de la société américaine contemporaine, s’engouffrant parfois dans les divisions de l’administration Obama – par exemple sur la contraception. Mais le parti républicain doit naviguer entre les objectifs des primaires (séduire la base) et celui de l’élection générale (convaincre les indépendants). Ainsi, tandis que les républicains multiplient les initiatives anti-avortement au niveau des votations fédérées, les démocrates rétorquent avec une campagne portant sur « la guerre contre les femmes ». Or dans le même temps, le poids de la religion dans la vie politique décline : désormais plus de la moitié des Américains (en hausse de 12 points par rapport à 2004) considère que l’église doit demeurer en dehors de la vie politique. Sur cette pente pourtant, Santorum a dérapé, en fustigeant JFK sur la séparation de l’église et de l’État – refroidissant tout à la fois l’électorat catholique et évangélique.

Ainsi, face à lui, Mitt Romney paraît être un expert de la poliorcétique et du marathon, s’assurant de tenir le siège en faisant la preuve de sa résilience – une qualité présidentielle. Toutefois, alors que les indépendants n’ont jamais représenté une faction aussi importante de l’électorat américain, même l’homme d’affaire qu’est Romney peine à articuler un message qui corresponde aux attentes des électeurs (dont la première préoccupation est l’économie, devant l’emploi…. et le terrorisme). C’est peut-être là que réside la preuve du désarroi du GOP : alors que le président démocrate fait face à une crise économique sans précédent depuis la seconde guerre mondiale et que le pays affiche un taux de chômage (8,5%) en principe rédhibitoire – 7,2% constituant le sésame de la réélection si l’on en croit l’histoire statistique – le tapis rouge des Républicains se transforme, au fur et à mesure du cycle de primaires, en pente savonneuse.

Bien sûr, la route est encore longue vers l’élection générale. Et depuis 1976, aucune course à l’investiture ne s’est terminée à la convention – et les querelles intestines qui ont marqué les primaires ont toutes sombré dans l’oubli. Mais 2012 pourrait être une exception. On ne saurait oublier que certains scrutins (Iowa, Colorado, Minnesota, Maine) sont non contraignants, à l’instar de ceux qui se déroulent aujourd’hui en Idaho et au Dakota du Nord, et les délégués demeurent jusqu’au bout libres de leur choix. Le Super Tuesday ne devrait donc pas permettre de trancher, de désigner un candidat présidentiable et inévitable. Par contre il pourrait, faute de parvenir à conquérir indépendants et modérés, contribuer à l’éclipse – temporaire – du parti républicain.

Article (version courte) paru dans Le Devoir du 6 novembre 2012.

Par Élisabeth Vallet et Charles-Philippe David


Les phonothèques entre recherche et culture : 20 ans après

En 1992 l’Association des détenteurs de documents sonores et audiovisuels (AFAS) publiait en …

En 1992 l’Association des détenteurs de documents sonores et audiovisuels (AFAS) publiait en collaboration  avec un laboratoire du CNRS, le Centre de recherche sur l’histoire orale et les parlers régionaux (CREHOP), les actes d’un colloque qui s’était tenu sous le titre Les phonothèques entre recherche et culture. Aujourd’hui, le numéro est republié sur le site de l’association et l’internaute peut découvrir que les problématiques évoquées alors sont toujours d’actualité. L’introduction de Jean-Noël Pelen a d’ailleurs été reprise en hommage dans le dernier Bulletin de l’AFAS qui sera aussi bientôt en ligne sur le site de l’association. Elle reprend l’histoire de ces phonothèques de l’oral qui ont émergé dans les années 1970. Certes, le texte est parfois daté, comme lorsque l’auteur envisage le déclin du terme “patrimoine” (paragraphe 18) mais il reste limpide et pose les questions toujours essentielles, auxquelles les gestionnaires de collections sonores doivent toujours faire face. Son analyse sur les sources de la recherche en SHS et leur conservation par les chercheurs qui la crée est toujours d’actualité, celle sur les tris que doivent opérer les archives et sur leur statut scientifique demeurent encore à discuter (paragraphes 22 et 23) :

On sait qu’aujourd’hui, d’une manière générale, les « sources » ne se publient plus. Tout chercheur donc qui documente sa recherche – et nous intéresse ici celui qui le fait par l’enquête orale enregistrée – doit conserver ses sources comme preuves de la qualité de sa démarche et de sa réflexion : on ne détruit pas une source constituée, fût-elle orale et exploitée. Pourquoi donc une source aussi fragile que les enregistrements oraux ne serait-elle pas alors déposée dans le seul lieu apte à la conserver et la rendre consultable : la phonothèque ? Secondement aucun chercheur n’épuise sa source : pourquoi donc ne pas permettre qu’un jour cette source ne soit relue et surtout réentendue ? Ne serait-ce pas là un des idéaux de la recherche, un idéal quasi déontologique ? En troisième lieu si une documentation personnelle ne constitue pas une source, plusieurs réunies ne le feraient-elles pas, ne serait-ce que relativement à ceux qui l’ont élaborée dans le cadre d’une discipline dont on fera un jour l’histoire ?

Mais peut-être, effectivement, tout document ne doit-il pas entrer à la phonothèque. II y a celui qui, par trop privé ou par trop impliquant le témoin, ne peut être consulté en libre accès. C’est un cas simple. Il y a surtout les documents de faible pertinence, et c’est peut-être là, me semble-t-il, que les choses doivent évoluer. Dans l’engouement des années 1970, on considérait comme document à préserver pratiquement tout ce qui était enregistré. Il faut, en réalité, trier. Si l’on convient que les « œuvres » de tradition orale doivent rester – parce que repérables, référenciables, catalogables, érigeables donc en documents, d’un type qui est par ailleurs le plus demandé par les questionneurs des phonothèques –, qu’en est-il des témoignages parlés ? Il y a, parmi eux aussi, des cas simples : le témoin s’est révélé inintéressant ou, au contraire, passionnant. Mais les cas individuels ne peuvent alimenter ni donner sens à eux seuls aux phonothèques de l’oral. Doivent entrer à la phonothèque desensembles conséquents, réellement représentatifs du domaine culturel enquêté, du discours collecté, dans le sens que nous avons donné à ce terme. Cette représentativité est fonction du volume des matériaux enregistrés, de la qualité de l’enquêteur qui a créé le fonds, et notamment de son sens de l’écoute dans l’acception large du terme (l’écoute véritable est un questionnement et vice versa), de la qualité de la parole des enquêtes, laquelle est souvent donnée par la qualité de l’écoute. C’est cette ampleur quantitative et qualitative qui seule crée une véritable source, inépuisée par la recherche qui l’a produite, comme ne l’épuisera pas l’écoute suivante. Seule cette source ample et profonde peut témoigner de richesse ou de patrimoine oral, l’abandon dont nous avons parlé à propos de ces notions n’étant ainsi que provisoire : une documentation basée sur des exigences accrues permet de réasseoir leur véritable légitimité. En dernier lieu, cette source ample, élaborée selon des critères exigeants, justifie en quelque sorte la phonothèque de l’oral, de par son contenu lui-même comme par le fait que celui-ci peut nourrir la recherche et l’action culturelle. Je précise au passage qu’il n’entre pas dans mon idée de donner à l’action culturelle ou à la recherche une place respective en amont ou en aval par rapport à l’élaboration d’un fonds de documentation de l’oral. En aucun cas on ne peut prétendre que le terrain est réservé au chercheur plutôt qu’à l’action culturelle ou inversement. Je constate simplement que, de façon générale, la recherche laisse plus de temps à l’émergence dans l’enquête d’un véritable discours déployé que ne peut le faire l’action ou la valorisation culturelle, ceci pour des raisons intrinsèques à chacune des deux démarches, la première étant que ce déploiement est indispensable à une recherche qui se respecte. Toutefois la recherche se préoccupant peu de valorisation, il est vrai aussi que certaines des plus belles documentations de l’oral ont été faites par des militants culturels, motivés par leur désir de valorisation culturelle. Il y aurait là, me semble-t-il, un véritable espace de débat entre nous. On ne sauve pas une culture en la collectant : on en porte simplement témoignage, en en donnant une représentation. N’est-il pas possible de réfléchir à ce que recherche et action culturelle peuvent chacune pour leur part apporter à la qualité de cette représentation, dans un épaulement réciproque ? Je souligne que cette idée de représentation, c’est-à-dire de source positionnée, doit être constamment présente à l’esprit lorsque l’on parle de collectage puis de phonothèque. C’est en prenant conscience et en assumant cette relativité de représentation culturelle du collectage et de la phonothèque qu’on peut donner à ceux-ci leur statut scientifique et éventuellement, de surcroit, élargir leur représentativité.

Je vous laisse découvrir ce texte dans sa totalité, et les 14 autres, publiés par les acteurs d’alors du monde de archives sonores : Alexis Bétemps, Jean-Claude Bouvier, Marie-France Calas,  Philippe Joutard, Donation Laurent, Claude Martel, … et d’autres encore.  Ils ont pris parfois quelques rides mais ils sont toujours pertinents et nous offre l’occasion de mieux comprendre l’histoire de cette source orale – encore méconnue – et de son utilisation. J’espère que, dans l’avenir, d’autres ouvrages ou numéros spéciaux de Sonorités publiés par l’AFAS pourront être numérisés et publiés. Pour cette publication électronique, elle a été rendue possible par le travail bénévole de Sylvère Aït Amour qui a numérisé le numéro imprimé et Arnaud Chabrol qui en a réalisé l’édition électronique. Merci à eux et bonne lecture !

Crédits photographiques :  [May Newman playing cigar box banjo she made : Palatka, Florida], McDonald, Mary Anne, Collector, 192-, Archives et bibliothèque nationales de l’Etat de Floride. Permalien : www.floridamemory.com/items/show/116014

Rude hiver pour la transition

La vie politique ne décélère pas en ce deuxième hiver de la transition tunisienne. Au climat déchaîn…

La vie politique ne décélère pas en ce deuxième hiver de la transition tunisienne. Au climat déchaîné s’ajoute le méli-mélo politico-médiatique. Alors que les tensions sociales et les regards se déplacent vers un Nord-Ouest envahi par la neige puis par les eaux, le nouveau gouvernement qui traverse les cent jours décisifs semble débordé de tous côtés.

L’information, tendon d’Achille de démocraties plus anciennes, est au cœur des houles qui soulèvent le monde politique, la bataille pour chacun étant d’avancer sous les coups en attendant de mettre de l’ordre et d’introduire des règles du jeu. Ordre et jeu sont les maîtres mots d’une agitation où les commandements sont improbables et les déroulements imprévisibles. Dans une défiance partagée, la nouvelle équipe dirigeante pressée par le temps et probablement perdue devant l’immensité de la tâche, se retrouve bousculée par une parole inhabituelle et une pratique de contestation ouverte. Il faut du sang froid, des idées révolutionnaires et une abnégation impossibles pour de nouveaux venus sur la scène politique, longtemps exclus de l‘exercice du pouvoir. Compter les points et relever les incohérences d’un gouvernement encore peu rôdé lui est d’autant plus insupportable que les décisions sont ressenties comme lentes ou inappropriées aux urgences d’un pays qui a accumulé tares et misères et dont l’économie peine à se redresser. L’atmosphère est survoltée par les mauvaises nouvelles que les différents médias enfilent. Les responsables sont excédés par les échos critiques ou les moqueries. Ils accusent les journalistes de susciter le mécontentement et de noircir le tableau, comme si un thermomètre était responsable de la fièvre qu’il enregistre. Alors que les médias peinent à aller vers un professionnalisme plus libre, les pouvoirs publics habitués à un exercice plus soft et plus obéissant les boudent, les brident ou les chargent.

Le billet qui suit a été écrit le 26 février dernier, au paroxysme d’une des vagues qui opposent presque journellement gouvernement, médias, partis et société civile. L’espace public longtemps paralysé s’est animé grâce aux médias sociaux qui ont contribué à enhardir la contestation et à la propager entre les divers canaux. Le texte rend compte d’une étape – déjà dépassée- où se croisaient des troubles d’origines diverses, allant des grèves des agents municipaux aux populations isolées et furieuses devant les lenteurs des secours et se sentant éclipsées par une politique étrangère électrifiée par des positions incompréhensibles à propos de la Syrie. L’affrontement avec le syndicat national, une organisation habituellement crainte par les pouvoirs politiques depuis la période coloniale et avec laquelle Bourguiba comme Ben Ali ont toujours dû composer, a très vite dégénéré par de nombreuses attaques de locaux de l’UGTT. La dernière crise syndicale, celle de janvier 1978 est une des plus meurtrières de l’histoire récente de la Tunisie. La mémoire encore vive de ces événements et le rôle de l’UGTT dans les derniers scénarios de janvier 2011 auraient dû tempérer cet épisode, un de plus où l’on ressent l’emballement des faits comme l’excitation des acteurs, peut-être une insécurité de plus. Dans la confusion, on peut lire en filigrane les enjeux immédiats de cette phase transitoire : la poursuite d’une libéralisation médiatique redoutée, la capacité du gouvernement provisoire à réformer la police et les chances de voir naître un appareil judiciaire plus indépendant.

Ce billet est paru sur La Presse de Tunisie du lundi 5 mars 2012 (http://www.lapresse.tn/05032012/46317/le-temoignage-le-juge-et-lopinion.html) alors que des accords sont venus apaiser cette tempête. Celle des médias dure encore. Ne parlons pas de la tourmente secrète au sein du Ministère de l’Intérieur ni de la citadelle de la justice, encore difficile à décrypter dans l’avalanche des procès et la judiciarisation tous azimuts de la vie politique. A suivre….

Le témoignage, le juge et l’opinion

Le film de la transition est-il en train d’enregistrer un nouveau rapport entre le témoignage, le juge et l’opinion, trois phénomènes en chambardement ? La vie politique tunisienne est-elle en train de traverser une séquence significative de son évolution imprévisible ? Est-on en voie de façonner la naissance chaotique d’une vie politique moins commandée par la force d’un pouvoir univoque? Comment lire cette phase de la lutte que se livrent le vice dictatorial et la vertu démocratique ?

Samedi 25 février 2012, une manifestation de protestation contre les agressions des locaux de l’UGTT a lieu à Tunis, empruntant le même trajet que la marche du 14 janvier 2011, de la place Mohamed Ali, siège de l’organisation syndicale au Ministère de l’Intérieur. La manifestation qui se déploie sur l’avenue Bourguiba draine une foule très nombreuse, des figures et des anonymes, des femmes et des hommes, des jeunes et des vieux. Elle ressemble à la déferlante populaire du matin qui a précédé le départ de Ben Ali, signe que l’offense envers un emblème de la mémoire nationale est un pas de trop. Les auteurs de ces actes irrévérencieux peuvent-ils comprendre l’avertissement ? Alors que le pays passe de grèves en sit-in et de sabotages en attaques, que les malheurs de la vague de froid multiplient les sinistres des populations du Nord Ouest, la grève des services municipaux est-elle d’une gravité qui autorise de tels agissements ? Les fomenteurs de ces attaques sont-ils conscients de jouer avec une symbolique forte du pouvoir en Tunisie ? Ou bien est-on dans une logique de test réciproque ? A moins que l’on soit dans une spirale qui échappe à l’observation et à la prévision, tant les points d’impact de cette transition sont éclatés, les poches d’action disséminées. Il est difficile de comprendre comment on a pu atteindre cette limite dangereuse pour toutes les parties en présence. L’autorité est diffuse en ces temps transitoires alors que le pouvoir falot cherche ses marques, on ne sait où. On peut admette que c’est un stade de recomposition, mais le flou ne doit pas justifier les excès.

Outre ce diagnostic alarmant pour le rapport de force et pour la conduite de la transition, ce qui interpelle en cette journée d’expression du refus de laisser toucher à l’organisation syndicale tunisienne, c’est qu’elle met en confrontation de nouvelles façons de gouverner. Jusqu’à quel point l’opinion gouverne ? Jusqu’à quel degré peut-on dire que le gouvernement maîtrise les choses ? Ces questions se posent avec d’autant plus d’acuité quand on apprend que les forces de l’ordre ont attaqué, en toute fin de manifestation, des journalistes, s’en prenant à leur matériel et ciblant les gilets d’identification. Preuve que les policiers ne connaissent pas toujours les journalistes. C’est en principe une bonne nouvelle, qui plaide en faveur d’un cheminement possible vers la démocratie puisque cela pourrait signifier que les policiers n’agissent plus selon les fichiers d’antan. Peut-on espérer qu’ils ne sont plus préparés comme avant ? Mais alors pourquoi les gilets prévus pour garantir l’exercice du métier de journaliste, deviennent-ils une cible pour ceux-là mêmes qui les ont acceptés comme une règle de partage de l’espace public en manifestation ? Les brassards vont-ils servir à remplacer les fichiers, donnant aux policiers les moyens d’agir sur le terrain ? Quelles sont les directives données aux forces de l’ordre ? A quel niveau de la hiérarchie peut-on établir la nature des instructions pour l’encadrement de cette manifestation ? Celle-ci est d’une haute teneur politique. Le commandement de son déroulement doit être à la hauteur de la symbolique bafouée. Les Tunisiens sont conscients de la place de l’UGTT dans leur histoire, soucieux de son rôle dans leur présent et en alerte quant à son importance pour l’avenir. Les ordres du Ministère de l’Intérieur ont intérêt à être coordonnés et pensés dans l’intérêt de tous, cette transition incertaine ne peut se permettre de jouer avec ces sentiments civiques.

On le sait, les journalistes sont harcelés depuis un certain temps et, malgré les difficultés, ils n’ont pas l’air de reculer devant les intimidations des forces de l’ordre. Depuis début 2011, la liberté d’informer est devenue le rêve de beaucoup de journalistes, une exigence de millions de Tunisiens, une nécessité vitale de la transition. On ne peut y arriver d’un coup mais il est très risqué de compromettre l’ébranlement de la locomotive du droit à l’information. On ne peut arrêter par la force, surtout selon les moyens d’antan, un train qui est déjà parti et dont les voyageurs, échaudés, sont plus avertis.

Intéressante est la suite de ces prises à partie de journalistes. Le communiqué du syndicat des journalistes est ferme. Les certificats médicaux établis vont servir à porter plainte contre le Ministère de l’intérieur. De plus, des vidéos de ces agressions ont été tournées ; elles circulent. D’autres vont servir aux confrontations judiciaires. Le Ministère de l’Intérieur s’engage à mettre au clair les responsabilités au sein de ses troupes. Dans la gymnastique des répliques qui s’est instaurée, on se félicite de ne pas lire un nième démenti. Serait-t-on devant un premier cas de réciprocité devant les communiqués ? Assiste-t-on à un début de confrontation égalitaire des témoins et des preuves ? Chacun s’occupe de mettre de l’ordre dans son camp, de défendre ses ouailles, le droit devant départager les responsabilités.

Il faut espérer que cette réciprocité se maintienne jusque devant les tribunaux pour que les témoignages soient à égalité, que les responsables soient identifiés puis entendus et les coupables sanctionnés. En attendant que témoignage, juge et opinion s’acheminent vers un équilibre de reconnaissance du droit d’informer comme du devoir de gouverner, ce qui serait de bon augure dans l’hiver très rude de cette transition.

Hammam-Lif, le 26 février 2012

Pourquoi rire ?

Pourquoi rire ? Telle est la question que se sont posée les intervenants de la 22e édition du Forum …

Pourquoi rire ? Telle est la question que se sont posée les intervenants de la 22e édition du Forum Le Monde Le Mans en 2010. Une partie des actes de ce colloque ont été publiés fin 2011. La recension de Benoît Casen sur son blog insiste surtout sur les interventions des philosophes de même que Le Journal de la philosophie du 14 novembre 2011 sur France culture . Pourtant, comme vous le verrez dans la liste des intervenants et le sommaire, l’ouvrage touche des domaines aussi divers que la philosophie, l’histoire, la littérature et les arts du spectacle. Personnellement j’ai été très intéressé par les contributions des historiens Antoine de Baecque et Claude Gauvard sur le rire comme nouvel objet historiographique, mais il est vrai que j’ai fait des études d’histoire…

Je n’ai pas encore fini la lecture de cet ouvrage, mais je vous invite à découvrir. Quelque soit votre discipline de prédilection, vous y trouverez certainement de quoi faire votre miel.

Voir aussi la bibliographie concernant le rire que je vous ai présentée en avril 2011.


Pourquoi rire?  Paris : Gallimard, 2011. 256 p. (Folio Essais, n° 555) .

 

4e de couverture

Pourquoi rire?

Sous la direction de Jean Birnbaum, Introduction de George Steiner.

Antoine de Baecque, Thomas Benatouïl, Patrice Blouin, Yves Cusset, Anne Dufourmantelle, Élie During, Arlette Farge, Claude Gauvard, Daniel Luzzati, Dominique Noguez, Julia Pecker, Denis Podalydès, Jean-Marie Schaeffer, Alain Vaillant.

Expérience subversive, le rire est une arme de libération massive contre les oppresseurs, un outil pour résister aux forces d’anéantissement, pour briser les fers de l’existence et saluer la reconquête d’une liberté. Il faut rire de tout, et d’abord du pouvoir, de la misère, de la mort, mais, précisait l’humoriste Pierre Desproges, pas avec n’importe qui, et surtout pas avec les ennemis de la liberté.

Pour être digne de ce nom, le rire doit dynamiter nos certitudes, ébranler notre identité au moment même où elle risque de se figer, interrompre le cours ordinaire des choses et introduire dans notre quotidien de la surprise, de l’ouverture, de la rencontre. Mieux : elle dessine les contours d’une communauté. Le rire vient saluer la reconquête d’une reconnaissance mutuelle, d’un partage possible, d’une transmission à venir. Bref, il émancipe.

« Ceux qui cherchent des causes métaphysiques au rire ne sont pas gais », prévenait Voltaire. Ce volume qui reprend les interventions des philosophes, psychanalystes, historiens ou acteurs, spécialistes de la littérature ou du cinéma, femmes et hommes de tribune ou de scène, penseurs ou praticiens du rire, réunis au Forum Le Monde-Le Mans (novembre 2010) entend bien le démentir.

Sommaire

Présentation: Une secousse subversive – Jean Birnbaum

Introduction: Le rire ou le sourire?  – Georges Steiner

1. Rire ou blaguer – Jean-Marie Schaeffer

2.  De quelques formes anciennes du comique philosophique – Thomas Bénatouïl

3. Pour un rire philosophe. Réflexions sur les rapports entre humour et philosophie – Yves Cusset

4. Rire et transgressions – Julia Peker

5. Le rire des historiens: encore un effort… Antoine de Baecque

6. Rire et dérision dans la résolution des conflits au Moyen Âge – Claude Gauvard

7. Rire pour mieux savoir au XVIIIe siècle – Arlette Farge

8. Le rire, le rêve – hors de l’impasse – Anne Dufourmantelle

9. Gaz hilarants: introduction au comique d’atmosphère – Elie During

10. L’humour contre le rire – Dominique Noguez

11. Humours périssable s- Paric Blouin

12. Le propre de l’artiste – Alain Vaillant

13. Rire et langage – Daniel Luzzatti

Envoi: Suis-je drôle? – Denis Podalydès

L’année vague solaire maya selon Diego de Landa (1524-1579)

Le dominicain Diego Durán (1537-1588) a reconstruit une année aztèque dont on a vu qu’elle con…

Le dominicain Diego Durán (1537-1588) a reconstruit une année aztèque dont on a vu qu’elle contenait des erreurs. À la même époque, le franciscain Diego de Landa (1524-1579) se livrait au même travail de moine-ethnologue, à ceci près qu’il a reconstruit sans aucune erreur une année vague solaire maya de 365 jours encore très proche de l’année ha’ab attestée à l’époque classique. À cette époque, les Mayas dataient les événements en donnant un certain nombre d’informations dont le noyau était le couple (CL, CR) : un Compte Long ΣciPi et une date en Calendrier Rituel de 18 890 jours datés par des expressions αXβY, où αX est une date dans la semaine divinatoire de 260 jours (tzolkin) et βY une date dans le calendrier de l’année vague solaire (ha’ab) de 365 jours[1]. À l’époque coloniale de Landa, cette façon de dater était tombée en désuétude : sauf exception , les β – parfois aussi les Y – n’étaient pas/plus notés.
Comme pour l’alphabet maya, Landa s’est efforcé de comprendre la marche des calendriers des Natifs en se documentant auprès des scribes. Malgré la qualité de ses sources, son travail était biaisé parce qu’il diabolisait le tzolkin et qu’il s’efforçait de faire entrer le ha’ab dans son propre calendrier julien[3]. Voici une synthèse de son texte montrant deux ou trois façons de rétablir les dates CR des 365 jours de l’année vague solaire maya :

Conventions du tableau. 

En gras : données effectivement présentes dans le texte de Landa, informations supplémentaires présentes dans la Relación. En Normal + gras et majuscule initiale : données renvoyant au tzolkin. En Italique + gras et majuscule initiale : données renvoyant au ha’ab. RA : rang ou place dans l’année selon que l’on énumère à partir de 0 ou à partir de 1 et en convenant de débuter au Nouvel an maya (premier jour de Pop). RP : rang dans la période (mois ou résidu Uayeb) selon que l’on énumère à partir de 0
ou à partir d’un autre entier. CRi : date CR reconstituée (ici on énumère à partir de i = 0, 1 ou 2).

On peut compter les jours de chaque période/mois :  février a 28 jours, décembre en a 31 ; Uayeb en a 5 et tous les mois mayas, Pop par ex., en ont 20 : l’année vague
solaire de Landa va d’un 1er Janvier /12 Kan à un 31 Décembre et
compte 365 jours.

On remarque que les dates CRi reconstituées ne respectent pas toutes [1] la ROCm résumée par le tableau suivant :

Conjectures. Pour interpréter le fait remarqué, tout en conservant la validité de la ROCm, je propose une troisième reconstruction des dates CR. La nouvelle reconstruction, CR est obtenue en supposant que les énumérations commencent à 2 par exemple sur le 1er jour du premier mois après le résidu Uayeb de cinq jours qui se verrait attribuer la date sans étoile 12 Kan 2 Pop. Passer de CR2 étoilée à CR3 non étoilée revient à incrémenter de 1 le rang β de la date ha’ab βY : 12 Kan *1 Pop devient 12 Kan 2 Pop.

Une telle restauration peut être obtenue de deux manières :

  • 1) Supposer que les Mayas auraient contracté l’habitus d’énumérer à partir de 2 (par ex. auprès des Tlapanèques, des gens de Teotihuacan ou d’ailleurs) ou, plus
    vraisemblablement, qu’ils auraient déplacé le point de départ/ arrivée du cycle
    (20, 1, 2, 3, 4,  etc., 16, 17, 18, 19), ce qui revient à retarder le Nouvel an au 3ème jour de Pop.
  • 2) Soit, et c’est ma préférence, supposer que le Nouvel an (sans numéro b) et donc aussi tous les premiers de mois (Uayeb inclus) tombaient un jour Kan,
    Muluc, Hix ou Cauac, ce qui revient à considérer que le quarteron des Porteurs d’année était, comme dans les pages du codex de Madrid, le jeu P2.

Surtout attestés aux époques ou chez les peuples qui ne numérotaient pas/plus les jours des mois de l’année festive[1], les changements de Porteurs avec abandon/absence des rangs b mènent à la conjecture qu’ils auraient pu être adoptés parce qu’ils permettent de contourner la ROCm incompatible avec la correction bissextile ou autre[2].

[1] Ce qui n’interdisait pas aux anciens de s’exprimer et de parler par ex du « 1er
ou du Nième » jour du mois de « Xipe Topec ».

[2] Changer de Porteur tout en maintenant les β – par ex. le 0 de 0 Pop –  revient à changer le CR pour l’un de ses clones. Cela arrive quand on cherche à corriger le retard de l’année vague, et Landa a écrit que les Mayas le faisaient tous les 4 ans.

D’où, par exemple pour le mois Pop, les reconstructions possibles suivantes : CR1 est la forme attestée à l’époque classique et CR3 la forme attestée par Landa qui ne marque pas les rangs β (ce qui revient à dire que les contemporains n’utilisaient plus le calendrier de l’année vague solaire de 365 jours tout en conservant une année festive de 18 mois suivis d’une période Uayeb de 5 jours non datés mais bel et bien comptés) :

Ce qui tendrait à démontrer que les changements de quarteron de Porteurs ou d’Éponymes d’année se seraient peut-être produits – aux époques ou chez les peuples qui ne numérotaient pas (ou plus) les jours des mois de l’année festive –  pour s’affranchir de la règle ROCm quasi incompatible avec la correction du retard que prend l’année vague sur l’année tropique. Ce qui d’ailleurs n’interdisait pas aux anciens Mexicains de s’exprimer et de parler par exemple du « 1er ou du Nième » jour du mois consacré à Xipe Topec, mais cette façon de s’exprimer n’est pas à proprement parler ‘dater’. Car dater c’est faire usage d’un calendrier permettant de distinguer et définir chaque jour de l’année en lui attribuant une ‘date’ c’est-à-dire une expression unique et univoque.

Extraits de Relación de las cosas de Yucatán (éditions CIEN, Mexico, 2003)

Landa présente l’année ha’ab en deux parties insérées dans le moule d’une année julienne ; la 1ère partie (p. 148-165) irait du

{[12 Ben ¤ Chen01/01/1554] au [12 Lamat ¤ Uayeb15/07/1554] }

et la 2nde (p. 166-183) du

{[12 Kan ¤ Pop ≈ 16/07/1553]} au [11 Eb ¤ Chen31/12/1553]}.

Les signes : ¤  parce que Landa n’indique jamais le rang β dans la période Y et parce l’égalité dépend de la constante de corrélation[6] adoptée. Les parties jj/mm des dates juliennes sont en gras parce que Landa les a indirectement renseignées : on les obtient en comptant les jours de ses mois juliens; c’est ainsi par exemple que l’on peut affirmer que son mois de février avait 28 jours, et que les mois mayas avaient 20 jours.

 

page 148                                                                             et page149

pages 165-166                                                                   et page 183

Conclusion. Bien qu’elle n’enregistre pas les rangs β, l’année vague solaire de Landa serait un calendrier par le truchement d’une sorte de métissage avec l’année julienne. Les deux systèmes sont en effet synchronisés par l’équation associant le Nouvel an européen de date 1 Janvier (et de lettre dominicale a) à la date maya 12 Ben [¤] Chen, ou, ce qui revient au même, le Nouvel an maya 12 Kan [¤] Pop à la date julienne 16 Juillet (de lettre dominicale a). En conséquence de cette synchronisation, la marche des jours de la  semaine divinatoire et celle des jours de l’année festive se trouvent elles aussi synchronisées.

L’année vague solaire maya de 365 jours reconstituée par Landa irait du 16 Juillet 1553 julien (26 Juillet 1553 grégorien) au 15 Juillet 1554 julien (25 Juillet 1554 grégorien) en faisant choix d’une constante de corrélation C = 584 284. Les logiciels permettent de vérifier par exemple que le 01/01/1554 julien du texte de Landa correspond au 11/01/1554 du calendrier grégorien et que cette date convient, dans la mesure où l’ordinateur fournit les relations suivantes (et d’autres informations comme par ex. la donnée du ‘seigneur de la nuit’) :

11.16.14.;6.13. = 12 Ben 11 Chen = 11/01/1554 gré. avec C = 584284

===============================================

Ce texte mis à jour en février 2012 fut initialement rédigé pour les doctorants de l’Université scientifique et technique Bordeaux 1 inscrits au module “Archéoarithmétique maya” sous la responsabilité d’André Cauty et de Jean-Michel Hoppan

[1] Les constituants X et β des 18 980 couples αXβY ne sont pas quelconques et vérifient une condition portant sur X et β.

[2] Comme pour sa recherche de l’alphabet maya en y parvenant plus ou moins ; à mon sens : plutôt moins que plus.

[3] Comme le prouvent les noms de mois espagnols et les lettres dominicales des jours que je n’ai pas retranscrits à l’exception du mois de ‘Junio’ et de la lettre ‘e’ du 1er jour de Juin.

[4] Ces jours étaient bel et bien datés à l’époque classique. Par ex. la date 9.6.0. ; 0.0. 9 Ahau 3 Uayeb de la stèle 14 de El Caracol correspond au 22 mars 554 qui serait le jour de l’Équinoxe de printemps. Les pages vénusiennes du codex de Dresde contiennent des dates de la forme αX β Uayeb.

[5] Ce qu’indique et signifie le fait que ces dates sont frappées d’un astérisque *

[6] Par ex. le 11.16.13.16.4. 12 Kan 2 Pop = 17/07/1553 julien avec la constante 584285, mais 11.16.13.16.4. 12 Kan 2 Pop =  15/07/1553 julien avec la constante 564283 ; la constante 584284 donne 11.16.13.16.4. 12 Kan 2 Pop = 16/07/1553 julien.

Nyócker : quand le ghetto rom de Budapest se met en scène

Nyócker! est le nom d’un film d’animation hongrois réalisé en 2005 par Áron Gauder. Ave…

Nyócker! est le nom d’un film d’animation hongrois réalisé en 2005 par Áron Gauder. Avec un rendu graphique proche de la série Southpark, il raconte l’amourette entre un jeune tzigane Richie Lakatos et une jeune roumaine Julie Csorba dans le ghetto rom du 8e arrondissement de Budapest. Si le film est peu connu du grand public français, il a pourtant reçu le prix du meilleur film d’animation du festival d’Annecy en 2005. Cette production originale est dans une certaine mesure symptomatique de l’ethnicisation du ghetto dans les représentations dominantes mais aussi et surtout de l’appropriation et la revendication de codes culturels spécifiques, propres aux jeunes du quartier. Le travail d’Eszter György, doctorante en sociologie travaillant sur cette thématique permet de bien comprendre les enjeux que cette production recouvre.

Le 8e arrondissement de Budapest, sans doute le plus vaste du centre-ville de la capitale hongroise, est souvent réduit dans les représentations à un quartier très pauvre, particulièrement dangereux, dans lequel les sans-abris côtoient les familles tziganes, où sévissent la drogue, la prostitution et le vol. Jusqu’aux vingt dernières années, la culture positive qui y était associée était celle des violonistes tziganes, considérés comme la bourgeoisie rom, souvent partis en tournée à travers le monde (les 100 violons tziganes de Budapest en font partie) ou gagnant leur vie en mettant l’ambiance dans les restaurants à touristes de la ville. Depuis le changement de régime et l’ouverture culturelle de la Hongrie, une transformation s’est cependant opérée au sein même du quartier, au cours de laquelle les plus jeunes générations ont délaissé le vieux folklore tzigane pour embrasser la culture hip-hop.

Dans Nyócker!, le hip-hop est omniprésent et entièrement approprié par les jeunes du quartier. A l’instar de la France ou des Etats-Unis, il se fonde à la fois comme l’expression d’une identité locale, celle du quartier et de ses habitants, mais aussi d’une identité internationale, celle d’une culture urbaine mondialisée, cristallisant la relégation sociale et spatiale d’une jeunesse désoeuvrée, transformant la contrainte de la rue en des codes sociaux positifs et légitimes. A l’échelle de Budapest, il ancre le quartier dans des représentations qu’Eszter György qualifie de “ludiques”. A l’échelle de la société hongroise, il permet de justifier la nouvelle place des populations pauvres des marges urbaines dans l’imaginaire culturel national, au risque de contribuer à l’ethnicisation des populations dites Roms et d’entretenir les frontières symboliques entre “majorité” et “minorités”. Enfin, à l’échelle mondiale, il positionne symboliquement ces quelques rues du 8e arrondissement dans la catégorie des quartiers de ségrégation urbaine, victimes comme les districts noirs américains ou les banlieues françaises de la roue de l’infortune de l’expansion spatiale du néo-libéralisme.

Ludovic Lepeltier-Kutasi

Pour aller plus loin :

Révoltes et transitions dans le monde arabe : vers un nouvel agenda urbain ?

Photo Jimmy Markoum (c) du vendredi 28 janvier – rue Batel Ahmed Abd El Aziz – quartier de Doqqi – C…

Photo Jimmy Markoum (c) du vendredi 28 janvier – rue Batel Ahmed Abd El Aziz – quartier de Doqqi – Caire

Colloque international Centre d’Études et de Documentation Économiques, Juridiques et Sociales (CEDEJ), Le Caire. 7-8-9 novembre 2012

Les soulèvements populaires qui ont touché le monde arabe en 2011 ont largement concerné les villes, grandes et moyennes, de la région, et fortement impliqué les sociétés urbaines. Les élections qui ont suivi dans certains pays (Tunisie et Égypte notamment) pourraient avoir, quant à elles, de fortes conséquences sur les manières de gouverner les espaces urbains.

2011 est une année qui met en question le passé de l’action urbaine conduite par les régimes tombés ou bousculés, mais également son avenir. Sans savoir clairement quel sera le résultat de la « Révolution », et tout en mesurant bien que l’on se situe au début d’un processus qui sera nécessairement long, on peut déjà affirmer que les défis pour définir un nouveau modèle de développement urbain seront nombreux.

Ce colloque international vise donc à débattre de la dimension urbaine des grands changements qui touchent actuellement le monde arabe, depuis les origines des épisodes révolutionnaires de 2011 jusqu’aux expériences actuelles de démocratisation, en passant par les phases de transition politique et de crise économique et sociale plus ou moins longues dans lesquelles les États sont encore pris. L’objectif est bien de (re)considérer les processus d’urbanisation et les pratiques urbaines à l’aune de l’actualité politique, économique et sociale particulièrement brulante dans la région depuis le début de la décennie. En croisant les regards de chercheurs en sciences sociales et d’experts travaillant sur le Maghreb, le Moyen-Orient et la Péninsule arabique, ce colloque ambitionne de participer au renouvellement des études urbaines sur le monde arabe, de moins en moins dissociables des analyses économiques et politiques qui peuvent en être faites.

Cinq thèmes sont proposés dans cet appel à contributions :

Les dimensions urbaines des révoltes

Vivre dans des villes en révolte et en transition

Héritages du passé : inventaire et remise en cause de l’action urbaine des « anciens régimes »

Élections et nouveaux pouvoirs politiques : l’agenda urbain en question

Refonder un développement urbain durable : propositions de la société civile et des bailleurs

Organisateurs :

Pierre-Arnaud BARTHEL (Université Paris-Est – LATTS-CNRS)

Roman STADNICKI (CEDEJ, Le Caire)

Voir pour plus de détail le fichier PDF ou le lien sur Calenda.

Sur un sujet proche, d’autres appels à contributions.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search