Mongolie : le chant au quotidien

« Le Mongol chante beaucoup.
Les hommes, qu’ils voyagent à cheval ou
qu’ils conduisent une caravan…

« Le Mongol chante beaucoup.
Les hommes, qu’ils voyagent à cheval ou
qu’ils conduisent une caravane, réveilleront
les échos de quelque chanson
aux multiples couplets.
Les femmes qui barattent le beurre,
accompagnent la manœuvre
du piston en chantant des mélodies. »
Joseph Van Oost, « La musique chez les Mongols des Urdus »
Le chant de la langue dans l’imitation des sons de la nature, dans la parole articulée, dans la lecture à voix haute, dans les chansons est l’objet d’une grande attention en Mongolie.
« Faire ressortir un objet culturel, ici le son de la voix, de la masse des données d’un milieu, le parer du pouvoir de faire fuir, d’émouvoir, d’exprimer l’affectivité, c’est “éduquer l’attention”, c’est faire de cet objet un élément, non seulement bon à penser mais aussi bon à mobiliser dans son rapport au monde. » Laurent Legrain in Terrain n°55.
Faut-il voir dans cet amour pour le chant un trait culturel pérenne ? Quels sont les processus qui président à sa transmission ? Et quel est ce lien affectif qui attache les Mongols au chant ?

Pour en savoir plus :

Petite fille mongole

Petite fille mongole

• Des articles :
*
« Transmettre l’amour du chant ? Cris, éloquence et complaintes dans une famille ordinaire de Mongolie rurale », Laurent Legrain, Terrain n°55, Transmettre.
« ”Chanter l’amour”. Musique, fierté et pouvoir »
Denis-Constant Martin, Terrain n° 37, Musique et émotion (texte intégral).
“Musiques, mouvements, couleurs dans la performance musicale andine. Exemples boliviens”
Rosalía Martínez, Terrain n° 53, Voir la musique.
“Musique mécanique et temple hindou. Histoire controversée d’un dispositif visuel et sonore” Christine Guillebaud, Terrain n° 53, Voir la musique.

Sites et Blogs :
Ethnographier les phénomènes sonores, le portail d’ethnomusicologie, la liste du patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO.

A faire :
Festival de l’imaginaire, jusqu’au 29 juin en île de France.

A écouter :
Chants populaires de Mongolie

Les relations franco-israéliennes pendant la guerre du Liban (1975-1990) au regard de la politique arabe française initiée à partir de 1962

Présentation de l’avancement des travaux de Roland Lombardi, doctorant IREMAM
.
Ruines romaines de B…

Présentation de l’avancement des travaux de Roland Lombardi, doctorant IREMAM

.

Ruines romaines de Byblos, le Liban à la croisée des civilisations. © Roland Lombardi 2012

Ruines romaines de Byblos, le Liban à la croisée des civilisations.  ©Roland Lombardi 2012

.Au-delà de mon intérêt personnel pour les questions touchant le Moyen-Orient, l’histoire des relations franco-israéliennes ainsi que la « politique arabe » de la France, ce sujet de thèse est né de plusieurs observations.

De nombreux chercheurs ont déjà évoqué et travaillé sur la nouvelle « politique arabe » de la France initiée par le général de Gaulle à l’issue de la guerre d’Algérie. Je pense à Jacques Frémeaux, Jean-Paul Bled, Maurice Vaïsse, André Nouschi ou encore Henry Laurens. Par ailleurs, les relations entre la France et Israël ont aussi été l’objet de nombreuses recherches de chercheurs français et israéliens. Je pense ici aux Israéliens Michel Bar-Zohar, Tsilla Hershco ou encore Myriam Rosman. Du côté français, je songe en premier lieu aux récents et importants travaux de Frédérique Schillo et notamment sa thèse, publiée en 2012, sur la politique française à l’égard d’Israël de 1946 à 1959.

.

J’ai moi-même rédigé, dans le cadre de mon Master sous la direction de Robert Ilbert (2009), un mémoire sur Israël et la guerre d’Algérie (1954-1962), regard et implication de l’Etat hébreu dans le conflit, édité aux éditions Prolégomènes avec pour titre : Israël au secours de l’Algérie française, l’Etat hébreu et la guerre d’Algérie 1954-1962. J’avais alors modestement approfondi les travaux de Ian Black et Benny Morris notamment, Israel’s Secret War: A History of Israel’s Intelligence Services (Grove Weidenfeld, 1991) en évoquant, grâce en partie à des archives encore inexploitées (ANOM, Aix-en-Provence), l’intérêt que portaient les responsables israéliens sur les évènements en Algérie et surtout l’implication directe mais fort méconnue des services israéliens dans le conflit lui-même.

Mais à l’issue de ce travail et ayant alors observé que les travaux cités plus haut traitaient séparément l’histoire des relations franco-israéliennes et la politique arabe de la France, je décidai, malgré mes obligations professionnelles, d’envisager une thèse afin de mettre en perspective et d’évoquer les possibles interactions de ces deux sujets, ce qui ne fut fait que trop partiellement dans les recherches précédentes. Je suis donc entré en relation avec le Professeur Philippe Cassuto. Responsable, entre autre, de la formation continue d’Aix-Marseille Université et intéressé par mon profil atypique de cadre en entreprise reprenant ses études, il consentit à devenir mon directeur de thèse.

.

Définition et problématique du sujet

Dès lors, un sujet faisant en quelque sorte suite à mon Master s’est imposé. Mais comment définir le sujet, le problématiser et cadrer l’objet de ma recherche ?

Tout d’abord, je partis du constat suivant : pour mener à bien cette politique arabe, les gouvernements français (de Gaulle et ses successeurs) ont dû, dans une certaine mesure d’abord, puis clairement par la suite, équilibrer les liens de la France entre Israël et le monde arabe, et par conséquent estomper (à partir de 1959) puis mettre un terme (1967) à « l’idylle » entretenue depuis plusieurs années avec Israël. Mais en définitive, ce n’est qu’avec la fin de la guerre d’Algérie (1962) que la réconciliation franco-arabe s’amorce réellement et que les liens avec Israël vont commencer à se distendre. Je décidai donc que mon sujet porterait sur une analyse croisée de ces relations franco-israéliennes et de cette politique arabe de 1962 à 1990.

Pourquoi 1990 ? Et bien, car durant la période qui nous concerne se produisit un évènement majeur qui pourrait alors être considéré comme l’épicentre de notre travail. Cet évènement fut la guerre du Liban (1975-1990). En effet, étudier la guerre du Liban qui lie dans un même faisceau des éléments apparemment hétérogènes – la France, Israël, le Liban, la politique arabe française – autour d’un épisode clé et déterminant au Moyen-Orient (1990 étant la date officielle de la fin du conflit libanais mais aussi une date charnière dans l’histoire du Moyen-Orient), serait une occasion inédite d’aborder et de comprendre l’histoire, la nature, la forme et les évolutions de la politique de la France au Levant, tout en examinant les constances et surtout les changements dans les relations entre Paris et Jérusalem.

Par ailleurs, le Liban reste et fut longtemps, un élément majeur dans la politique régionale de nombreux pays du Proche-Orient (Syrie, Iran…). Il est bien sûr aussi l’endroit où se focalisa durant la période en question (1970-1990) la confrontation est-ouest. Mais surtout, le Liban, touché par une guerre civile et des guerres d’influences étrangères de 1975 à 1990, fut l’objet d’une implication importante notamment pour les deux pays qui nous intéressent, à savoir, Israël et la France. Pour cette dernière, pays historiquement et culturellement proche du pays du Cèdre, le Liban est le théâtre où se manifesta l’ultime influence de Paris dans la région.

Quant à l’Etat hébreu, l’opération « Paix en Galilée » de 1982 au Liban, se révèlera, comme nous le verrons dans nos travaux, être moins une intervention militaire visant à éradiquer l’OLP du territoire libanais que la première étape pour la mise en place de la première politique régionale, certes critiquable, mais néanmoins ambitieuse et d’envergure de l’Etat hébreu.

Dans ce contexte, il semblait alors vraiment intéressant de réfléchir d’abord sur le regard et l’implication de la France dans le drame libanais, puis quelles furent, par conséquent, ses relations avec l’Etat hébreu, devenu un des principaux acteurs du conflit.

Enfin, notre étude sera ainsi l’occasion de faire un premier bilan à la fois de cette politique arabe française et des relations avec Israël, et en définitive, nous permettra de nous poser la question sur l’état actuel de l’influence de la France au Liban comme dans toute la région.

.

Méthode de travail

Mes premiers entretiens avec le Professeur Cassuto ont induit un premier constat : de par mon cursus particulier, j’avais de très grosses lacunes en méthodologie. De plus mes obligations professionnelles me prenaient beaucoup de temps. Néanmoins, ma première année de doctorat (2010-2011) fut consacrée à la lecture de sources universitaires et d’ouvrages généraux traitant des relations de la France avec le monde arabe et Israël, du Liban, de la guerre de 1975 à 1990, de biographies des divers acteurs régionaux ainsi que de travaux sur l’opération « Paix en Galilée ». Puis, c’est à la constitution et au tri de la bibliographie et des sources, ainsi qu’au classement de mes notes de lecture que je me suis attelé.

La seconde année (2011-2012) fut, elle, dédiée à la prise de contacts et à des rencontres avec divers spécialistes des questions liées à mon sujet mais aussi avec des acteurs ou des témoins importants de la période. Ensuite, nous nous sommes livrés à la consultation des archives du Ministère de la Défense à Vincennes et de celles du Quai d’Orsay à la Courneuve. Mais surtout, il nous paraissait évident, au Professeur Cassuto comme à moi-même, qu’un séjour au pays du Cèdre se révélait être incontournable. Le principe de ce voyage d’étude avait pour double but de découvrir physiquement, pour mieux l’appréhender, ce pays ainsi que ses habitants, et de rencontrer des universitaires, spécialistes du Liban et de la période mais aussi et surtout, des Libanais, de tous bords, ayant été témoins pendant la guerre civile, de près ou de loin, du sujet concernant mes travaux.

Informée de mes intentions, Mme Ghislaine Alleaume, directrice de l’IREMAM, a approuvé ce voyage et a eu la gentillesse de faire participer notre laboratoire aux frais des vols.

En concertation avec le Professeur Cassuto, le programme de ce voyage d’étude a été établi de manière à préserver un équilibre entre les visites destinées à la découverte du pays et le séjour à Beyrouth consacré aux divers entretiens prévus.

Deux voyages d’étude furent organisés (en février/mars 2012 puis en juin 2012) et furent donc très profitables et très instructifs. Je remercie fortement l’IREMAM de m’avoir aidé à les réaliser. Bien sûr, découvrir le Liban fut l’occasion de m’imprégner de l’ambiance du pays, de découvrir ses habitants, leurs différentes confessions et la complexité des alliances politiques, toujours aussi vivace aujourd’hui.

Les divers et nombreux contacts sur le terrain se sont révélés être des témoins importants et de riches sources pour mes recherches, notamment concernant le point de vue chrétien et plus particulièrement maronite, mais aussi musulmans et chrétiens, spécialistes de la question ou encore militants pro-palestiniens et membres des partis progressistes libanais durant le conflit. Toutes ces personnes, historiens (Mme Longuenesse et M. Burgat, Georges Corm…), témoins (Lina Murr-Nehme…), combattants (proches collaborateurs de Yasser Arafat ou de Béchir Gémayel…), journalistes (Fady Noun, Elie Fayad…), diplomates (Marcel Laugel, Alain Chouet…), pendant le conflit libanais, ont été d’une aide précieuse puisque, tout en relevant l’originalité de mon travail, elles ont pu répondre à des questions encore inédites et apporter un éclairage certain pour la problématique de mon sujet.

Enfin, cette dernière année (2012-2013) est l’occasion d’effectuer un dernier travail de terrain puisque nous avons prévu en mai et juin un séjour en Israël qui me permettra de finaliser mon travail sur toute la partie de mes recherches concernant l’Etat hébreu (consultation des archives nationales de l’Etat hébreu, rencontre avec des acteurs militaires et politiques de l’époque étudiée et aussi avec des spécialistes israéliens de la question…).

.

Perspectives

On ne peut comprendre ce qui se passe aujourd’hui au Moyen-Orient sans qu’une lumière plus précise ne soit jetée sur ces événements et sur les interactions étatiques qui les ont portés. Notre travail, je l’espère, sera pionnier et innovant. Il permettra peut-être de mieux éclairer la complexité de la situation et les multiples fils qui tissent ce nœud de rencontres et d’interférences que constitue le Moyen-Orient.

J’espère que mes recherches pourront aussi apporter un regard nouveau et inédit ainsi qu’un éclairage sur cette période (1970-1990) à la fois proche et charnière mais encore très floue.

Dernier point important, nous avons l’humble ambition que cette nouvelle étude puisse permettre à la communauté des chercheurs de bénéficier d’une analyse originale et pertinente sur l’histoire de la politique méditerranéenne française et fournisse des clés pour appréhender les relations intercommunautaires et interétatiques contemporaines dans cette région.

 

Pour citer ce billet : Lombardi Roland, « Les relations franco-israéliennes pendant la guerre du Liban (1975-1990) au regard de la politique arabe française initiée à partir de 1962 », Carnets de l’IREMAM, 18 mai 2013. [En ligne] http://iremam.hypotheses.org/2668 (date de consultation)

 

Vers une discographie du rap francophone (1) : Québec

Ca fait longtemps que je veux mettre en ligne la discographie du rap en France et en français que j’…

Ca fait longtemps que je veux mettre en ligne la discographie du rap en France et en français que j’ai constitué lors de ma thèse, puis de la rédaction du livre. C’est chose faite, dans une nouvelle rubrique fixe, discographie. Mais le rap en français ne se résumé pas aux albums distribués en France. Il en existe un nombre important qui n’ont été distribué qu’au Canada, en Suisse, en Belgique, au Sénégal, au Mali, etc. Dans le cadre d’un article en préparation sur le « rap fancophone », j’ai essayé de répertorier les différentes ressources en ligne permettant de constituer une première ébauche de discographie du rap francophone.

La villa zehrfussienne de Bourguiba (1954-1956)

La villa zehrfussienne de Bourguiba (1954-1956)[1]
Aléas de la recherche : en quête d’une R…

La villa zehrfussienne de Bourguiba (1954-1956)[1]

Aléas de la recherche : en quête d’une “maison qui n’existe pas”

Il y a quelques années, en travaillant sur l’œuvre architecturale réalisée en Tunisie par Bernard Zehrfuss et ses collaborateurs dans le cadre de la Reconstruction du pays (1943-1947), j’ai consulté, par hasard, dans les archives de l’Institut français d’architecture à Paris, un dessin de façade pour une “villa Bourguiba”, daté du 27 janvier 1954. Cet avant-projet m’intrigua. Où avait été projetée cette maison ? Était-elle destinée à Habib Bourguiba, dissident et par ailleurs ami de Zehrfuss[2] ? À cette époque, ma seule certitude était qu’elle était restée à l’état de projet, comme le mentionnait l’inventaire des œuvres de Zehrfuss réalisé par l’IFA. Les spécialistes de l’architecture tunisienne contemporaine que j’interrogeais ne savaient rien, eux non plus, sur ce projet -on me répéta alors que “cette maison n’existe pas”.

Fig. 1 Maison Bourguiba 1954

Propriété d’Habib Bourguiba, façade principale, avant-projet, architecte : Bernard Zehrfuss, 27 janvier 1954.
Source : IFA, Fonds Bernard Zehrfuss, Boite d’archives n°64.
© Académie d’architecture/ Cité de l’architecture et du patrimoine/ Archives d’architecture du XXe siècle, Paris.

C’est un article paru dans la revue l’Architecture d’aujourd’hui en 1955 qui me poussa à entreprendre des investigations. Un plan et un dessin de façade illustraient un court texte présentant une “maison Bourguiba” de Bernard Zehrfuss. Cette fois le prénom du propriétaire était mentionnée. Il s’agissait d’Habib. Et l’usage de l’indicatif présent ne laisser planer aucun doute : en 1955, le projet était encore en cours. Mon attrait pour ce projet grandissait mais les questions qui se bousculaient restaient sans réponse. Pourquoi cette maison n’a-t-elle pas été construire ? Est-ce l’accession au pouvoir de Bourguiba, quelques mois plus tard, qui avait mis un frein au projet ? Il fallait retourner aux archives. À l’IFA, toujours, je découvris des plans datés de mars et avril 1955, ceux-là même qui avaient été publiés par la revue L’architecture d’aujourd’hui, et d’autres de 1956. Cette fois, une mention primordiale était précisée sur l’un des plans : rue de la Manoubia. Coincée à Paris, il fallu passer de nombreuses heures sur google earth à visionner des images satellitaires, pour trouver enfin la parcelle correspondante à celle représentée sur les plans. Sur le terrain retrouvé, malgré le caractère flou de l’image googlelienne, apparaissaient bien deux bâtiments dont l’implantation correspondait parfaitement à celle des villas projetées pour Bourguiba par Zehrfuss.

Figure 2

Propriété Bourguiba, projet, plan du rez-de-chaussée, architecte : Bernard Zehrfuss, dressé le 4 mars 1955, modifié le 16 mars et complété le 28 mars 1955.
Source : IFA, Fonds Bernard Zehrfuss, Boite à rouleaux n°8.
© Académie d’architecture/ Cité de l’architecture et du patrimoine/ Archives d’architecture du XXe siècle, Paris.

Fig. 3

Image google earth sur laquelle est repérable la propriété d’Habib Bourguiba, au nord du réservoir d’eau situé au centre de la photographie.

De retour à Tunis, je partis visiter cette maison. Les voisins m’affirmèrent qu’il s’agissait bien de la demeure de l’ancien président et que celui-ci y habita juste quelques semaines, avant son investiture.

Au moment où sa carrière prend une nouvelle dimension –il commence à travailler sur les projets du CNIT et du siège de l’UNESCO-, Zehrfuss, ancien architecte de la Reconstruction, a donc construit dans un Protectorat français en Tunisie agonisant, une maison pour Habib Bourguiba, qui est alors un résistant, tantôt emprisonné, tantôt assigné à résidence, notamment sur l’île de Groix.

D’une architecture tunisienne à une autre

Le projet, Zehrfuss le peaufine pendant de nombreux mois. L’architecte est chargé de concevoir deux habitations, une villa et un pavillon, sur un terrain pentu situé dans le quartier de Montfleury supérieur à l’ouest de Tunis sur laquelle une splendide vue sur l’ensemble de l’agglomération est offerte. La villa, construite en bordure de la voie publique, est une grande demeure de 700 m2 qui accueille des espaces de réception et les appartements privés d’Habib Bourguiba. Au rez-de-chaussée, de la demeure se trouve une cour d’honneur avec galerie qui donne accès au hall d’entrée et à des garages et la pièce réservée au gardien qui ferment la cour. Au niveau supérieur, le rez-de-jardin, se situent les pièces de réception installées en enfilade : un grand et un petit salons, et la salle à manger. Un grand patio couvert à arcade les sépare la partie privée de la maison qui comprend : les chambres d’amis et l’appartement d’Habib Bourguiba qui regroupe une chambre, un bureau-bibliothèque et qui ouvre sur jardin privé agrémenté d’un bassin d’eau. À ce niveau, se trouve également un oratoire, éclairé zénithalement par un oculus. La maison est dotée d’un Mihrab (projeté dès le premier projet), et cette salle de prière est la seule pièce de la maison aux formes arrondies. Quant au pavillon qui occupe le fond du terrain et qui est d’une surface bien moins importante, près de 175 m2, il s’élève sur deux niveaux. Il est destiné à la femme du futur Président : Mathilde Bourguiba[3] qui y a ses appartements.

Le projet, conçu entre 1954 et 1956, a évolué au fil des mois, en particulier le dessin des façades de la villa principale, qui est totalement contraint par l’orientation du terrain. Pour éviter de subir les vents chauds venant de l’ouest, l’architecte décide de fermer la façade qui donne sur ce point cardinal – il n’y a presque aucune baie et le jardin. Il traite la façade sur rue de manière très massive. Dans la première version proposée par Zehrfuss, un balcon qui court sur l’ensemble du premier niveau souligne la verticalité de la villa, qui est cependant atténuée parles cinq arcs plein cintre qui le ferme et les grands moucharabiehs qui s’y insèrent, mais aussi les voutes qui couvrent la demeure, et même les cinq arcs de la galerie du rez-de-chaussée. Dans la seconde mouture du projet, datée du 21 avril 1955, les moucharabiehs, qui ont vocation à être peints en bleu, sont conservés. Mais de nombreuses modifications sont proposées dans le but de renforcer la massivité de la façade par rapport à la première esquisse. L’architecte rehausse la façade sur rue, au niveau des pièces de réception, et avec elle le balcon. Le bandeau en saillie qu’il formait dans le premier projet est tellement agrandi que la façade semble dotée d’une seconde peau. La suppression des arcs qui fermaient initialement ce balcon, mais aussi celle les voûtes qui couronnait l’édifice renforce encore plus le caractère anguleux de la demeure.

fig 4

Propriété Bourguiba, projet, façades est et sud, Bernard Zehrfuss, dressé le 14 mars 1955.
Source : IFA, Fonds Bernard Zehrfuss, Boite à rouleaux n°8.
© Académie d’architecture/ Cité de l’architecture et du patrimoine/ Archives d’architecture du XXe siècle, Paris.

fig5

Propriété Bourguiba, projet, Coupes villa et pavillon, Bernard Zehrfuss, 10 mars 1955.
Source : IFA, Fonds Bernard Zehrfuss, Boite à rouleaux n°8.
© Académie d’architecture/ Cité de l’architecture et du patrimoine/ Archives d’architecture du XXe siècle, Paris.

Zehrfuss modifie à nouveau le projet et dans la version finale, les lambeaux du style de la Reconstruction disparaissent de la façade. Au rez-de-chaussée, la galerie ne conserve que trois arcs, et surtout les moucharabiehs sont supprimés. À l’étage supérieur, sont disposés deux niveaux de fenêtres, deux bandeaux horizontaux, formé chacun de dix baies groupées deux à deux. Deux autres lignes horizontales en saillie, faite de béton cette fois, les souligne : un balcon qui prend place sous la première série de fenêtres et un brise soleil au dessus. Aucune fantaisie n’est concédée, ni même aucune référence à l’architecture vernaculaire.

Fig. 6 façade principale maison Habib Bourguiba

Propriété Bourguiba, façade principale, 2012.
© Charlotte Jelidi

La seconde façade partiellement visible depuis la rue, latérale, est traitée de manière différente et présente un aspect moins massif, notamment parce que Zehrfuss multiplie, que ce soit dans les avant-projets et dans la version définitive, les décrochements et que la forme et la taille des ouvertures sont variées : petites baies ornées de grilles, galbées ou non, fenêtres à claustras, etc. [Zehrfuss, 1955]. Lorsqu’il modifie son plan initial, décide de rehausser la partie réservée aux salles de réception, et déplace le hall d’entrée à l’angle sud-est de la maison, il ajoute des ouvertures à cette façade, notamment des claustras pour éclairer le hall et le superbe escalier hélicoïdal qui s’y insère et qui surprend le visiteur tant ses courbes tranches avec le caractère anguleux de la façade. Par ailleurs, la villa destinée à Mathilde Bourguiba, au fond du terrain, plus en haut, est construite dans le même esprit.

Fig. 7 villa principale, façade est

Propriété Bourguiba, façade latérale, est, 2012.
© Charlotte Jelidi

Fig. 8 villa Mathilde B

Image 8 : Propriété Bourguiba, pavillon de Mathilde, façade principale, 2012.
© Charlotte Jelidi

L’évolution du projet et sa finalisation témoignent des tâtonnements qui ont présidé à l’expression architecturale la modernité tunisienne que le futur Président souhaite déjà afficher. Il est alors attaché à la culture tunisienne et à la religion musulmane, comme en témoigne la présence du patio et du Mihrab. Toutefois, son renoncement aux grilles galbées de tradition sidi bou saïdienne et aux moucharabiehs en façade –seuls les claustras sont présents mais relégués sur la façade latérale- témoigne de son désir d’afficher, en façade et dans les espaces de réception, une contemporanéité presque déterritorialisée. L’architecture tunisienne spécifique que le Zaïm façonnera plus tard avec l’architecte Olivier-Clément Cacoub n’est pas encore en germe.

fig9

Propriété Bourguiba, escalier d’honneur, 2012.
© Charlotte Jelidi

fig10

Propriété Bourguiba, escalier d’honneur, 2012.
© Charlotte Jelidi

fig11

Propriété Bourguiba, escalier d’honneur, 2012.
© Charlotte Jelidi

fig12

Propriété Bourguiba, escalier d’honneur, 2012.
© Charlotte Jelidi

fig13

Propriété Bourguiba, patio couvert, 2012.
© Charlotte Jelidi

Propriété de l’État tunisien, cette maison a longtemps servi de centre de formation, et est aujourd’hui désaffectée –seule la ville de Mathilde est habitée par un fonctionnaire.

fig14

Le jardin en 2012.
© Charlotte Jelidi

Mais les questions qui demeurent sans réponse restent nombreuses. La présence du Mihrab peut étonner, a priori, tout comme les dimensions de la demeure. Malheureusement, les archives de l’IFA ne conservent pas la correspondance que se sont échangée Bourguiba et Zehrfuss. Seul le dossier de permis de construire conservé aux archives municipales de Tunis pourrait nous apprendre encore beaucoup sur ce projet. Mais nous n’avons pas encore eu l’autorisation d’y accéder. A-t-il été seulement conservé ? Cette recherche n’est qu’à ses prémices. Il sera intéressant de tenter de comprendre comment le projet final a été élaboré, les débats qui ont agités les deux amis, mais aussi pourquoi cette œuvre charnière est restée dans les limbes de l’histoire de l’architecture contemporaine tunisienne. Et reste un doute, en dépit des témoignages des voisins, le fils d’Habib Bourguiba portant presque le même nom que son père, on ne peut totalement écarter une possibilité de méprise, même s’il est peu probable qu’à 27 ans Junior ait pu se payer une telle demeure. Quoi que ?

 

Charlotte Jelidi

est historienne de l’art et chercheure post-doctorante à l’IRMC. Elle y coordonne deux programmes de recherche, Les villes maghrébines en situation coloniale XIXe-XXe siècles. Urbanisme, architecture, patrimoine et Les musées et lieux d’exposition au Maghreb et leurs publics (XIXe-XXIe siècles).

 

Pour citer ce billet : Charlotte Jelidi, « La villa zehrfussienne de Bourguiba (1954-1956) », Le Carnet de l’IRMC, 2 mai 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/865

[1] Ce texte présente une recherche en cours. Il n’a pour autre ambition que de mettre la lumière sur un édifice méconnu.

[2] Dominique Zehrfuss, dans le portait au vitriol qu’elle dresse de ses parents, témoigne de ce lien de proximité qui unissait son père à celui de la Tunisie indépendante.

[3] Mathilde Bourguiba née Lorain (1890-1976), dite Moufida (après sa conversion à l’Islam) est la première épouse de Habib Bourguiba. Ensemble, ils ont un fils, Habib Bourguiba Junior, le seul enfant naturel du Zaïm, né en 1927. Le Président quitte Mathilde -ils divorcent en 1961- pour Wassila Ben Ammar, qu’il épouse en 1962.

La cité dans le monde antique : une historiographie récente (des généralités à l’Argolide)

La cité grecque a toujours suscité l’intérêt des chercheurs : il suffit de relire l’éternelle Cité …

Greece vintage map

La cité grecque a toujours suscité l’intérêt des chercheurs : il suffit de relire l’éternelle Cité Antique (1864) de Numa Denis Fustel de Coulanges pour s’en convaincre. Pourtant le sujet est toujours objet de moultes controverses. Si nombreux sont les étudiants français à avoir parcouru la Cité dans le monde grec de Raoul Lonis (1994) et à accepter qu’une cité, ce soit avant tout “une communauté de citoyens entièrement indépendante, souveraine sur les citoyens qui la composent, cimentée par des cultes et régie par des nomoi [lois] » (André Aymard), l’historiographie tend aujourd’hui à reformuler une telle définition.

En effet, depuis quelques années, nous assistons à un véritable renouvellement de l’histoire des cités grecques sous l’égide de M. H. Hansen et de son Copenhagen Polis Centre, fondé en 1993. L’historien, assisté de toute une équipe d’experts, est à l’origine de l’édition, en 2005, d’ un volume inédit (An Inventory of Archaic and Classical Poleis, Oxford University Press).

Cet ouvrage, mine d’or pour tous les historiens, archéologues et littéraires, se divise en deux parties : une tentative de définition de la cité dans le monde grec, suivie d’un inventaire extrêmement détaillé des cités connues et reconnues, regroupées par région géographique.

Ainsi Marcel Piérart s’est-il occupé du territoire de l’Argolide (p. 599-619) : il y dénombre une dizaine de cités (Argos, Epidaure, Mycènes, Trézène, Phlionte, Halieis, Méthana, Cléonai, Hermionè, Tirynthe et Ornéai).

La collaboration de ces différents chercheurs a permis de rectifier certaines erreurs de leurs prédécesseurs. Par exemple, si, au début des années 1990, le nombre de cités grecques aux époques archaïque et classique était évalué à 800, les travaux de M. H. Hansen ont permis de réévaluer ce nombre à 1035 (862 dans l’année 400 avant J.-C.).

Ce dénombrement est le résultat d’une nouvelle définition de la cité, mise au point par M.H. Hansen et ses collègues. Tout en partant de la traditionnelle définition institutionnelle de la polis fournie par Aristote (Politique, III, 9), ils s’éloignèrent de la définition habituelle de la cité comme d’une communauté d’hommes indépendante. Selon eux, l’idée de dépendance est trompeuse, puisqu’il existe de nombreuses cités sous dépendance d’un pouvoir royal (séleucide, lagide ou autres), d’une confédération (étolienne, béotienne…), ou d’une autre cité (Sparte et la Messénie).

Ils remettent cependant l’accent sur certains éléments caractéristiques de la cité. Prenons l’exemple d’Argos (p. 602-606) : après une description topographique, suivent les dénominations de la cité et du territoire, l’analyse de ce territoire et de ses frontières, la démographie, l’histoire politique, la constitution politique, l’organisation politique et ses membres, les divinités poliades, les relations internationales (concours), l’urbanisme et le monnayage. Tous ces critères permettent de différencier un simple village (kômè) d’une véritable cité (polis).

Ce travail innovant fut toutefois critiqué sur plusieurs points (entre autres par Pierre Fröhlich, « l’inventaire du monde des cités grecques. Une somme, une méthode et une conception de l’histoire ») : sur cette notion même de dépendance, sur la définition de la cité, trop « institutionnelle » et trop oublieuse de la société, ainsi que sur des points de méthode quant à la publication et à ses choix. 

Quelques soient les critiques qui lui sont faites, cet ouvrage a permis d’associer la pluralité des cités, la notion d’ “entités territoriales régionales” (Argolide) et la notion plus général de polis. Et cette association est pour moi primordiale, puisque ma thèse, intitulée “Structures, dynamiques et interactions des cités en Argolide aux époques archaïque et classique : une réflexion sur la domination politique d’une cité au cœur d’un territoire dans le monde grec”, a pour but de déterminer quel établissement est cité au sein de l’Argolide.

Pour se faire, il faut, selon moi, partir d’une première définition de l’Argolide. Dans l’ouvrage de M. H. Hansen,  l’Argolide prend ainsi en compte la cité de Phlionte, mais pas celle de Corinthe : pourtant, une des seules définitions concrêtes que nous ayons de l’Argolide est celle de Pausanias au livre II de sa Périégèse, qui commence ainsi : « la Corinthie, qui fait partie du territoire argien (…) ( δὲ Κορινθία χώρα μοῖρα οὖσα τῆς Ἀργείας) ».

Si l’on prend en compte cette description, Corinthe devrait figurer dans le chapitre concernant l’Argolide. Il est certain que cette définition ne s’applique qu’à l’époque contemporaine de l’auteur (Pausanias étant une source d’époque romaine) et que le choix de séparer Corinthe de l’Argolide fut fait en fonction de la géographie historique que l’on pense être celle de l’Argolide aux époques archaïque et classique. Marcel Piérart a ainsi parfaitement relevé ce qui, selon moi, constitue, aux époques archaïque et classique les cités d’Argolide. Il me faut donc commencer ma thèse par une géographie historique de ce territoire.

Une cité se comprend en effet également par les interactions qu’elle entretient avec les autres cités d’une même zone géographique et culturelle : ce ne sont donc pas les cités en Argolide qu’il me faut étudier, mais l’Argolide des cités.

 

 

Le syndrome du premier mai de retour à Taksim

Istanbul a renoué aujourd’hui avec une époque que l’on croyait révolue : celle de la paranoïa sécuri…

Taksim 1 Mayis 2013Istanbul a renoué aujourd’hui avec une époque que l’on croyait révolue : celle de la paranoïa sécuritaire qui a marqué les tentatives de célébration du premier mai, sur la place Taksim, entre 1977 et 2010.

Depuis plusieurs jours, une polémique enflait dans la presse turque, suite à l’interdiction par le gouverneur d’Istanbul, avec l’aval du gouvernement, de la traditionnelle manifestation de la fête du travail à Taksim, en raison de travaux visant actuellement à rendre piétonnière cette place centrale, qui se trouve sur la rive gauche de la Corne d’Or, dans la partie européenne de l’ancienne capitale ottomane. De nombreuses voix s’étaient élevées pour dénoncer, au mieux la maladresse de cette interdiction, au pire son caractère insidieux, le gouvernement étant suspecté de vouloir éviter la tenue d’un événement qu’il aurait perçu, à tort ou à raison, comme politiquement hostile. En dépit de l’intervention de plusieurs partis politiques et des principaux syndicats, l’interdiction a pourtant été maintenue. Dès le début de la matinée, les autorités d’Istanbul ont bloqué les transports en direction de Taksim, tandis que la police commençait à disperser des manifestants qui tentaient de se rassembler. Alors que Taksim et les quartiers environnants se retrouvaient sous un nuage de gaz lacrymogène, des affrontements ont opposé la police à des militants d’extrême-gauche, dans les quartiers de Şişli et de Mecidiyeköy, faisant une trentaine de blessés et des dégâts matériels.

Il y a 3 ans pourtant la tenue à Taksim, pour la première fois depuis 33 ans, d’une gigantesque manifestation de premier mai, dans une ambiance bon enfant, paraissait avoir exorcisé, pour de bon, de vieux démons qui taraudaient la Turquie depuis 1977 (cf. notre édition du 2 mai 2010). En 1977, en effet, la traditionnelle manifestation sur la place Taksim s’était transformée en cauchemar. Des coups de feu (sans doute une provocation) avaient été suivis d’un mouvement de panique, qui s’était soldé par la mort de plus d’une trentaine de personnes… A l’issue de cette tragédie, les manifestations du premier mai à Taksim allaient être systématiquement interdites, pendant plus de trois décennies, cette interdiction spécifique se doublant, après le coup d’Etat du 12 septembre 1980, d’une prohibition totale de la célébration du 1er mai qui finalement ne sera rétablie en Turquie qu’en 2009, avant que de nouveau une manifestation ne soit autorisée à Taksim, en 2010.

Au cours des années d’interdiction de manifester sur la place mythique, chaque premier mai, le quartier de Taksim se retrouvait, pendant quelques heures, en état de siège (mobilisation impressionnante de forces de l’ordre, patrouilles d’hélicoptères, blocage des principaux moyens de transport…), tandis que les groupes de manifestants qui tentaient de se rassembler étaient dispersés sans ménagement par des forces de l’ordre dix fois plus nombreuses (cf. notre édition du 1er mai 2007). Toutefois, ce scénario sécuritaire paranoïaque de Taksim était devenu totalement anachronique pour ne pas dire grotesque dans les années 2000, au moment où la Turquie s’efforçaient par des réformes, liées à la reconnaissance de sa candidature à l’UE, d’approfondir son état de droit et sa démocratie. Le retour du premier mai à Taksim en 2010 et le déroulement normal des manifestations de 2011 et 2012, étaient donc apparus comme la conséquence logique des évolutions politiques des dernières années. Les incidents qui ont marqué à nouveau ce premier mai 2013 à Taksim, alors même que paradoxalement des manifestations se déroulaient dans le calme sur la rive opposée du Bosphore, dans le quartier de Kadıköy, donneront à beaucoup l’impression d’un retour à la case départ. Dommage !

JM

Séries en Syrie : le mystère de la drama damascène

Trois mois encore et ce sera le début de ramadan, accompagné de sa débauche rituelle de feuilletons…

syriadrama2

Trois mois encore et ce sera le début de ramadan, accompagné de sa débauche rituelle de feuilletons en tout genre. Signalé à la fin de l’année passée dans ce billet, le mystère du feuilleton télé syrien, ou plus exactement l’énigme de la survie de la production télévisuelle syrienne s’épaissit : deux années après le début de la révolution/rébellion/crise/catastrophe (autant de termes utilisés par les camps en présence), la production syrienne proposera une bonne vingtaine de feuilletons.

Apparemment, 24 séries seront prêtes pour la saison (17 « seulement » ont été tournées dans le pays, et 7 autres, à l’étranger). C’est vrai qu’on est loin des années fastes avec au total plus de 40 séries, mais la Syrie va faire aussi bien, sinon mieux, que l’Egypte, où l’industrie de l’image (cinéma compris) est touchée de plein fouet par la crise. Néanmoins, il ne suffit pas de produire, il faut être distribué, ce qui passe par des contrats avec les grandes télés régionales. Là encore, les perspectives ne semblent pas si mauvaises : financement de la production (article en arabe, comme pour la suite) avec la chaîne égyptienne CBC (celle de Bassem Youssef : voir ce billet), pour Le jeu des morts (لعبة الموتى) le dernier opus de Haytham Hajjo (حيثم حجو), et accords de distribution avec d’importantes chaînes comme MBC ou Abu Dhabi TV, en dépit d’une géopolitique des feuilletons (voir ce billet) qui aurait dû en bonne logique entraîner un boycott implacable de tout ce qui vient de Damas de la part des financeurs du Golfe.

Etonnante résistance, c’est bien le terme qui convient, de la part d’un secteur qui, à l’image du « système El-Assad », aurait dû « tomber » depuis longtemps sous l’effet d’une conjonction de facteurs défavorables. L’industrie syrienne du feuilleton aurait ainsi dû être supplantée depuis longtemps par la rivale turque, ou encore la mexicaine (article dans Al-Hayat), avec la situation sécuritaire qui rend les tournages difficiles ailleurs qu’en studio. Pour ne rien dire de la crise financière et notamment de l’assèchement des devises, mais aussi de la disparition de vedettes (mort de Yassine Baqqouch – article Al-Hayat – après celle de Muhammad Rafea (محمد رافع : voir ce billet) et plus encore de l’exode à l’étranger de celles qui manifestent leur opposition au régime ou qui veulent simplement échapper à la situation dans le pays. Enfin, les professionnels restés sur place, soupçonnés de collaboration avec le régime, devraient être privés de l’accès aux marchés extérieurs régionaux…

« Résistance », en effet, car le maintien de la production syrienne, grande fierté nationale (voir ce texte étonnant sur ce site pour les arabophones), est sans aucun doute une manière pour certains de « contribuer à l’effort de guerre ». La profession s’est mobilisée pour tenter de survivre, y compris au prix de sacrifices énormes – les salaires ont été divisés par dix dans certains cas ! –, des sacrifices acceptés faute d’autre choix possible de toute manière… Dans une région où la vie politique illustre la propension des élites à occuper la place aussi longtemps que possible, le départ à l’étranger des vedettes les plus « fortunées », dans tous les sens de l’adjectif, a été en quelque sorte une « chance » pour la nouvelle génération (article dans Al-Akhbar). En tout état de cause, il y aura cette année encore dix-sept « vraies » séries, tournées intégralement en Syrie, comme Désorientées (حائرات), feuilleton féministe tourné par Samir Hussein (سمير الحسين : article dans Al-Hayat), ou encore Bouton d’Alep (هبة حلب : article dans Al-Akhbar), du nom de cette maladie de peau qui a fait sa réapparition dans la capitale du nord en mars dernier (feuilleton confié au célèbre réalisateur d’origine palestinienne Basel Khatib).

syriadramaLa délocalisation fait partie des bricolages mis en place pour pallier les difficultés de l’heure. Cela peut se faire aux Emirats où Mu’min al-Mallâ (مؤمن الملا ) va finalement tourner Hammam damascène (حمام شامي ), la sixième saison de Bâb al-Hâra, le navire amiral du feuilleton syrien (article sur le site Middle East Online), mais cela se fait le plus souvent au Liban  – cinq séries sont dans ce cas –, où la logistique pose, en principe, moins de difficultés. Avec des productions littéralement «à cheval entre les deux pays, comme cet invraisemblable – au regard de la situation du moment – Tirs amis (نيران صديقة : article sur le site Elaph), comédie à la Nadine Labaki qui raconte l’histoire de deux villages de part et d’autre de la frontière syro-libanaise (précisément là où l’on bombarde à tout va en ce moment). Pourtant, travailler au Liban pour des Syriens est loin d’être toujours facile ! Récemment, un tournage prévu pas très loin de Tripoli, une région en proie à de fortes tensions sécuritaires, a ainsi dû être brutalement interrompu pour « exfiltrer » (article dans Al-Akhbar) le comédien Durayd Lahham, une des figures de proue du soutien au régime en place depuis le début des soulèvements (voir ce billet) du soutien au régime de Bachar El-Assad.

La « solution » libanaise a d’autres limites. Clacket, une des plus grosses sociétés de production installée à Damas et qui poursuit ses activités en dépit de la situation et de la disparition (crise cardiaque) de son fondateur, s’est ainsi en partie installée dans des studios loués à Beyrouth, tout en continuant à faire travailler des professionnels syriens qui se rendent dans le pays voisin quand c’est nécessaire. Mais un article dans Al-Akhbar révèle que la réalisatrice, Rasha Shurbatji (رشا هشام شربتجي‎), ainsi que l’équipe technique, ont brusquement annoncé leur refus de poursuivre l’expérience. Selon Wissam Kanaan, l’auteur de l’article, cette décision tient à leur peur des conséquences possibles de leur participation à un feuilleton dont le scénario aurait reçu le feu vert du régime à Damas mais qui irait bien plus loin dans la critique que ce qui était annoncé.

La liberté de ton est en effet l’autre grande question qui concerne les feuilletons produits pour le prochain ramadan. La question ne se pose pas vraiment pour celui que tourne Rima Fleihan (ريما فليحان), une opposante (voir ce billet) de la première heure aujourd’hui réfugiée à l’étranger (article sur le site d’Al-Arabiya). En revanche, il sera intéressant de constater le maintien ou non de la très étonnante vélléité d’ouverture manifestée par la production officielle ou officieuse ces deux dernières années (voir ce billet et cet article, cette fois en anglais ). A en croire Najdat Anzour (article sur le site Middle East Online ; sur ce réalisateur voir ces deux billets, ici et ), « toutes les lignes rouges ont été franchies » durant le tournage de la nouvelle saison et la crise syrienne sera abordée « dans toutes ses contradictions ».

Peut-on croire sur parole cette grande figure du feuilleton syrien, proche du régime ? Après avoir su « résister » pour assurer, dans un premier temps, sa survie, on peut en effet se demander si la drama syrienne sera capable de poser des jalons pour l’avenir en s’ouvrant à une véritable (auto)critique sociale. Et la question ne concerne pas que l’univers du feuilleton, c’est bien le drame !…

Langues de feu sauce gribiche

J’avoue un péché mignon. Je suis assidue de Top Chef, et d’autres émissions de téléréalité culinaire…

J’avoue un péché mignon. Je suis assidue de Top Chef, et d’autres émissions de téléréalité culinaire. Mais il semblerait que je sois un peu linguiste, et les linguistes ne dorment jamais, du moins ne peuvent-ils pas regarder un télécrochet sans déconnecter l’oreille linguistique. Ce billet sera donc une promenade linguistique, sans doute bien incomplète et imprécise, sur certaines des choses qui se disent dans Top Chef. Je passe sur le vocabulaire savant – les noms d’ustensiles, de techniques, parfois accompagnés d’un cadrage serré et […]

Une visite à Chukhama, au pays natal de l’auteur tibétain Nagtsang Nülo

Nagtsang Nülo est devenu célèbre suite à la publication, en 2007, d’un livre intitulé « Joies et pei…

Nagtsang Nülo est devenu célèbre suite à la publication, en 2007, d’un livre intitulé « Joies et peines de l’enfant Nagtsang ». L’ouvrage, qui est très vite devenu un best-seller du marché littéraire tibétophone, constitue un témoignage historique sans précédent sur les années 1950 dans le nord-est du plateau tibétain.

Pavage et magie, rotations et symétries

(oui, mon fils voulait une rime dans le titre… promis on va tenter de faire une comédie musica…

(oui, mon fils voulait une rime dans le titre… promis on va tenter de faire une comédie musicale à partir de mes billets). La semaine passée, un article intéressant était publié (http://www.bbc.co.uk/news/…) sur sciences et magie. Cet article m’a fait penser à une réflexion que je m’étais faite lors de notre visite au MoMaths, cet hiver. Pour revenir sur l’histoire que j’avais raconté il y a quelques mois, sur la fin de la visite, les enfants avaient joué avec les pavages, à la Escher (les pièces étaient magnétiques, et s’assemblaient sur un grand tableau blanc)

Le soucis c’est qu’à aucun moment je n’ai pu voir d’explication du  pourquoi ça marche ? ou pour être plus explicite comment a été construit le singe pour que tout s’emboîte aussi bien. Car il y a un truc… La magie ça n’existe pas ! ce sont juste des maths (c’est un peu ce que racontent Persi Diaconis et Ron Graham dans Magical Mathematics, même si j’avoue ne pas l’avoir fini, faute de temps, et d’avoir laissé des chapitres en attente). Mon fils travaillant les rotations et les symétries, à l’école, j’ai voulu qu’on prenne le temps de revenir sur les pavages. Mais avant de me lancer avec lui, j’ai essayé de m’entraîner un peu tout seul (dimanche après midi, pendant le temps calme).

La difficulté (ou la magie) est qu’il y a des symétries dans tous les sens. Regardons un exemple simple (ou disons pas trop compliqué) avec des chinois (identifiés par les chapeaux dits chinois). En regardant rapidement, on note que le triangle ci-dessous est reproduit à l’infini, par un jeu de rotations. Il suffit donc d’avoir un tel triangle. Le soucis est que le découpage (parfaitement symétrique) n’est pas trivial (il est délicat de faire un personnage en faisant un découpage dans un triangle, même si c’est la méthode retenue dans l’activité mentionnée sur https://irem.univ-lille1.fr/…)

Le secret part de l’observation suivante: sur le graphique de gauche, en dessous, les trois points (qui sont des intersections des trois personnages, ou disons des trois couleurs) sont les sommets d’un triangle équilatéral. C’est là que la magie va opérer, car c’est cette figure (avec une autre, juxtaposée) que l’on va tenter de reproduire. En fait, un personnage (disons un petit chinois bleu) c’est deux triangles collés (on doit pouvoir parler de parallélogramme isocèle).

On ne le voit pas très bien, mais pourtant, au départ, on avait un parallélogramme isocèle (dont les contours sont tracés en noir) qui était  tout bleu. Bien entendu, on a découpé des parties et en les a envoyé ailleurs (par rotation autour d’un sommet). Le plus simple est de construire la figure, à la main. On part donc du parallélogramme suivant, tout bleu :

Oui, j’ai repris les fonctions de base utilisées l’autre jour pour expliquer R aux enfants,

source("http://freakonometrics.free.fr/RforKIDZ.R")

En fait, j’ai souhaité définir une fonction créant un polynôme à partir d’une liste de points (ou de sommets).

polyg=function(L,couleur="blanc",tour=couleur,ep=1,st=1,...){
  b=unlist(L)
  n=length(b)
  polygon(b[seq(1,n,by=2)],b[seq(2,n,by=2)],col=couleurc(couleur),border=couleurc(tour),lwd=ep,lty=st,...)}

La fonction pour faire une rotation d’une liste de points est ici

rotation=function(L,angle=90,centre=L[[1]]){
  b=unlist(L)
  n=length(b)
  X=cbind(b[seq(1,n,by=2)]-centre[1],b[seq(2,n,by=2)]-centre[2])
  Y=matrix(c(cos(angle/180*pi),sin(angle/180*pi),-sin(angle/180*pi),cos(angle/180*pi)),2,2)%*%t(X)
  Z=Y+centre
  L2=L
  for(i in 1:(n/2)){L2[[i]]=Z[,i]}
  return(L2)}

On a alors ici les quatre sommets

A=c(4,0)
B=c(4,10)
C=c(4+sqrt(3)*5,5)
D=c(4+sqrt(3)*5,15)

et on peut tracer le parallélogramme avec

L1=list(A,B,D,C)
polyg(L1,"bleu",tour="noir",ep=3)

On peut alors jouer à découper des parties, puis à les pivoter (on va faire des rotations, quoi). Par exemple, le prend le triangle en haut à droite, et je pivote de 240 degrés autour d’un des sommets du parallélogramme. C’est la figure ci-dessus à droite.  Le triangle, il est défini par le code suivant

E=c(10,10)
F=c(7,10+sqrt(3)) 
L1=list(B,E,F)
polyg(L1,tour="rouge",ep=3)

ce qui enlève la portion – en traçant un triangle blanc – et pour faire la rotation, j’utilise le code suivant

L2=rotation(L1,240)
polyg(L2,"bleu","rouge",ep=3)

(la seconde ligne permet de tracer le triangle bleu). Il va de soi qu’on peut découper des objets plus complexes que des triangles, voire non connexes. Par exemple, je peux découper la forme verte ci-dessous, puis la pivoter par rapport au sommet en haut à gauche, de 240 degrés.

G=c(10,2*sqrt(3)+10)
H=c(4+sqrt(3)*5,2*sqrt(3)+10)
F1=c(8,10+2/sqrt(3))
F2=c(8,10+4/sqrt(3))
L1=list(B,E,F1,F2,B,G,H,D,G)
polyg(L1,"vert",tour=NA)
L2=rotation(L1,240)
polygL(L2,"bleu",tour=NA)

(il n’est pas nécessaire de revenir au point B, mais peu importe). Ou la figure jaune, qui va pivoter autour du sommet en bas à droite, de 120 degrés.

F3=c(8,10-2/sqrt(3))
F4=c(8,10-4/sqrt(3))
G2=c(10,-2*sqrt(3)+10)
H2=c(4+sqrt(3)*5,-2*sqrt(3)+10)
L1=list(H,G,F2,F1,E,F3,F4,G2,H2,H)
polyg(L1,"jaune",tour=NA)
L2=rotation(L1,120,centre=C)
polygL(L2,"bleu",tour=NA)

Avec des ciseaux, ça sera plus simple, mais le but est aussi de voir que programmer, c’est facile. En gros, on a deux fonctions de base: une qui trace un polynôme et l’autre qui fait des rotations.

Si on fait les deux en même temps (à peu près), on enlève toute la partie en haut à droite, et on la répartie: une partie à gauche, et une partie en bas à droite.  On a alors une forme qui ressemble à un chinois. Non ? On peut aller creuser un peu sous les bras, pour améliorer les mains, mais on y est presque, me semble-t-il…

On peut continuer à améliorer, par exemple en enlevant des parties, puis en faisant des rotations par rapport à un des sommets initiaux. Comme le petit triangle jaune, qui va pivoter de 120 degrés par rapport au sommet en bas à droite. Puis le triangle vert par rapport au sommet en bas à gauche (on note qu’on pivote par rapport aux sommets du triangle équilatéral qu’on avait repéré, initialement)

S=c(8-.4,-2*sqrt(3)+10-.4)
L1=list(F4,G2,S,F4)
polyg(L1,"jaune")
L2=rotation(L1,120,centre=C)
polyg(L2,"bleu")

Bon, là on fait une pause, parce qu’on a, par morceaux, notre chinois ! On un paquet de lettre (voire un paquet de sommets qu’il va falloir nommer, suite à nos rotations). On les nomme avec un code qui ressemble à (oui, on aurait pu pu les nommer dès le départ, lors des rotations)

rE=rotation(list(E),240,centre=B)[[1]]
rF1=rotation(list(F1),240,centre=B)[[1]]
rH=rotation(list(H),240,centre=B)[[1]]

Une fois qu’on a identifié nos sommets, on a notre chinois,

chinois=list(B,rE,rF1,LG,S2,LF2,rH,A,r2H,r2G,r2S2,
        r2F2,r2F1,r2E,rF3,rF4,r2S,rG2,rH2,C,H2,G2,S,F4,F3,E,B)

Bon, ensuite, reste à paver, ce qui est est le plus simple. Par exemple, on peut faire des rotations,

r1chinois=rotation(chinois,120,centre=A)
polyg(r1chinois,couleur="jaune")

voire définir une translation,

translation=function(L,h){
b=unlist(L)
n=length(b)
X=cbind(b[seq(1,n,by=2)]+h[1],b[seq(2,n,by=2)]++h[2])
L2=L
for(i in 1:(n/2)){L2[[i]]=X[i,]}
return(L2)}

puis translater notre chinois,

r1chinois=rotation(chinois,120,centre=A)
polyg(r1chinois,couleur="jaune")
polyg(translation(r1chinois,15/sqrt(3),15),couleur="jaune")

Il manque l’autre, le vert. On peut vérifier qu’il se superpose parfaitement :

Bon, ben ça y est, on a constitué notre pavage. Reste à travailler un peu le code, essentiellement sur la forme, et on pourra jouer avec les enfants, à faire les lézards, des singes, et toutes sortes de pavages possibles, à la Escher. En notant qu’on peut utiliser d’autres formes de bases plus complexes, comme expliqué sur http://xavier.hubaut.info/…

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search