“Les sourds-muets et les anthropologistes”, analyse d’un texte militant sourd de 1896.

Les sourds-muets et les anthropologistes, mémoire d’Eugène Née, lu au Congrès de Genève, en 1896. 26…

Les sourds-muets et les anthropologistes, mémoire d’Eugène Née, lu au Congrès de Genève, en 1896. 26 p. (Lien direct)

Introduction

C’est le premier billet consacré à l’analyse d’un texte ou de mémoire écrit par un sourd. Il inaugure une ligne de réflexion sur les écrits des sourds de leur temps, et de l’analyse de leurs revendications. L’intérêt est de comprendre s’il y a une constance, et donc d’un fil rouge des actions des militants sourds pour leur égalité sociale, et donc de lutte contre les préjugés leur entourant.

Ainsi, le premier texte étudié est l’un des textes les plus percutants et surtout qui préfigurent les argumentations militantes de la fin du XXe siècle et du XXIe siècle. C’est un texte qui peut sembler extrémiste au premier abord puisqu’il revendique le rejet de la médicalisation de la surdité, et du droit à la différence.

L’auteur

Eugène Née (1863-1907)
Source : Le journal des sourds-muets du 20 février 1895

Les sourds-muets et les anthropologistes est un texte fondamentalement revendicatif avec un ton si particulier à l’auteur qui a un parcours assez particulier, peu représentatif des sourds-muets de l’époque. C’est ainsi un personnage atypique, ayant été à l’Université royale de Gand où il a été parmi les 5 diplômés sur les 30 candidats. Ses voyages à travers la France et le Bénélux, par le métier de son père, directeur de théâtre, l’ont conduit à obtenir des informations et surtout une culture assez élevée.

A Reims, dans les années 1880, il collabore Le Petit Ardennais, et au journal Guêpe. Mais, jusqu’en 1893, il ne s’implique pas dans le mouvement silencieux, et c’est sa rencontre avec Henri Gaillard qui va l’inciter à s’investir dans les actions, et surtout à prêter sa plume. Sa réputation grandit rapidement au cours des années 1890, et plus particulièrement au Loiret, où il s’investit en faveur des sourds de ce département. Néanmoins, sa santé fragile ne lui laisse pas le temps de continuer le combat. Il meurt à l’hôpital Boucicaut, à Paris, vraisemblablement d’une tuberculose, après une retraite de trois ans à Bruxelles, en 1907. Sa mort laisse un grand vide, où, outre Gaillard, personne ne se trouve à la hauteur de ses écrits.

Son rapport Sourds-muets et anthropologistes est une réponse à un médecin danois, Holger Mygind (1855-1928) qui a proclamé, dans son article Die angeborene Taubheit. Beitrag zur Aetiologie und Pathogenese der Taubstummheit (La surdité de naissance. Article sur l’étiologie et la pathogénie de la surdi-mutité) en 1890 que les sourds-muets sont, en résumé, des êtres inférieurs à l’intelligence réduite par leur état. Il assimile ainsi les sourds aux aliénés mentaux ce qui a fait indigner Eugène Née, sourd diplômé universitaire…

Ainsi, son mémoire, présenté au congrès des sourds-muets de Genève, dont il existe un ouvrage numérisé sur Gallica, a suscité une forte adhésion aux arguments de Née. Ce succès a conduit à sa publication, aux frais de l’auteur en 1898.

La préface

Dans la préface, Henri Gaillard présente l’auteur comme un polémiste retoudable, par manque de moyens. Il dit : «A des gens méticuleux, coupeurs de cheveux en quatre et en huit comme les Anthropologistes, il faudrait certainement des répliques pied à pied, ligne à ligne, mot à mot.» Gaillard, dans cette phrase utilise le mot «Anthropologiste». Or, ce mot est à différencier d’Anthropologue, un métier scientifique. Dans le contexte de la fin du XIXe siècle et du scientisme, «Anthropologiste» désigne ceux qui réfléchissent sur l’être humain, et sur les tares de l’humanité, de l’application politiques des recommandations médicales.

Ainsi, pour Gaillard, la difficulté de répondre aux Anthropologistes, c’est de disposer d’une argumentation précise et détaillée, scientifique en soi, ce qui est difficilement à portée des sourds, non pour des raisons intellectuelles, mais matérielle, puisque la plupart entre eux sont «obligé de gagner son pain par le travail manuel. Eugène Née aux prises avec les difficulté de la vie était dans cette dure impossibilité.»

En conclusion,  Née a choisi d’être un polémiste pour s’attaquer aux conclusions du docteur Mygind, non par facilité, mais par manque de moyens financiers. Née a choisi de protéger «leur dignité insultée et méconnue par les parvenus de la fausse science, de la science à tapage et à chamarres, et du professorat intéressé, du professorat aux tintamarres de foire et à bourses pleines…».

Il s’agit donc d’une attaque contre une science détachée des faits et qui semblait méconnaitre la réalité de la vie du sourd.

Le Rapport

Née cite Mygind «Les trois-quarts des sourds-muets peuplent les asiles d’aliénés», une phrase provenant d’un travail «analysé et communiqué à l’Académie des Sciences» vers 1895.

Holger Mygind (1855-1928)
Source : Wikipedia

A partir de cette phrase, Née développe tout un argumentaire basée sur la dignité du sourd bafouée par les raccourcis sur la complaisance intellectuelle et sur l’incertitude de leurs recherches. Il déplore le fait que des scientifiques se réduisent à de tels raccourcis, et ainsi engendrent des difficultés auxquels se buttent les sourds dans leur lutte «contre la destinée».

Il dit : «nos efforts se débattent dans le vide, parce qu’un jour il a plu à des morticoles fin de siècle d’enfanter une brochure quelconque et qui traitent ce sujet comme ils auraient traité celui de la transmissibilité du virus d’un chien à un cobaye.» Cette phrase pointe un fait intéressant. En effet, de nos jours, les militants sourds déplorent le fait de séparer l’état physique du sourd : sa surdité, de son état social : sa vie de sourd. Cette séparation, et donc d’oublier l’être humain pour s’attacher à un fait purement médical. Or, la phrase de Née pointe un fait émergeant en 1896 : la médicalisation de la surdité, où des médecins interviennent de plus en plus sur la vie des sourds, et présentent des rapports sur la surdité.

Née déplore leur méconnaissance de la réalité, s’attachant uniquement à la surdité, et non à la vie du sourd. Il leur reproche de : «attacher à toute une humanité, cette étiquette infamante, ce relan de folie et d’incapacité?» Et il ajoute «Est-ce que pour éviter de reconnaître une erreur séculaire, est-ce que pour ne pas mentir quelqu’une de vos formules sacramentelles ?» C’est une reproche à leur dogmatisme quasiment religieux.

Une explication est nécessaire pour comprendre cette partie. Tout d’abord, traditionnellement, jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, le sourd-muet est souvent assimilé à l’aliéné. Cette confusion réside sur la méconnaissance du sourd, et de la difficulté de discuter avec lui sans autre moyen que des gestes vagues. Ainsi, en absence de discussion approfondie avec le sourd, l’entendant se tient aux impressions extérieures et donc assimile, par méconnaissance et par paresse, le sourd à l’aliéné. Or, l’effort et le combat des militants sourds a fait que cette assimilation disparaît au profit d’une différenciation.

Mais, l’article de Mygind semble ruiner les efforts de sensibilisation sur la spécificité des sourds, et c’est ce dont reproche Née. Il reproche Mygind de se livrer à des raccourcis intellectuels par facilité et par dogmatisme au lieu de tenter de discuter avec les sourds eux-mêmes. La crainte de Née va aux «petits, des humbles, des galvaudeux, de la masse, de la légion» qui se buttent aux préjugés, renforcés par les propos provenant  «des gens d’autant plus écoutés qu’ils parlent au nom de la science».

Le reproche est d’autant plus fort qu’il déplore le détournement de la science pour des motifs peu brillants, et surtout qui brisent des vies : «pour le commun de nous, les conditions du struggle for life sont bien plus difficiles que pour nos frères les entendants, et  combien tombent en route, de ces vaincus de sots préjugés». Par la suite, il revient sur la superficialité des recherches sur la surdité : «les médecins surtout, qui ont voulu s’occuper de nous, nous étudier, ne l’ont fait que très superficiellement et le plus souvent basé leurs hypothèses sur des apparences trompeuses qu’ils ne se donnaient même pas la peine de pénétrer, ces hommes si forts en auscultations et en analyses ne se sont jamais mêlés à notre vie intime, à notre langage si clair, si précis, toujours logique et sûr.»

Le reproche est fort, puisqu’il s’attaque à leurs méthodes de travail, qu’il considère comme non-scientifique. Ce reproche est une attaque directe sur les médecins qui avaient reproché aux sourds de discuter de leurs soins.  Née dresse tout un paysage de reproches où il pointe les légèretés de la réflexion du docteur Mygind, et de la néfaste proximité administrative entre les établissements éducatifs de sourds-muets et des hôpitaux psychiatrique. Donc, cette proximité administrative serait l’une des causes de la confusion entre le sourd-muet et l’aliéné.

Puis, il cite des exemples, avec Ronsard, fameux poète de la Pléiade et qui est devenu sourd à seize ans. Il cite ensuite le frère d’Auguste Blanqui qui est sourd et qui a gardé les archives de l’Enfermé durant sa captivité. Il cite aussi trois sourds militaires, engagés volontaires. L’auteur s’attache particulièrement sur l’exemple du sourd Amet, militaire en 1870, et de nombreux infirmiers et brancardiers durant la guerre franco-prussienne. Il dresse toute une liste sur les sens artistiques, littéraire, politique, de famille où il cite d’autres exemples.

Il termine la liste par : «je ne vois vraiment pas ce qui peut justifier l’opinion du Dr Mygind et de ses coreligionnaires à moins qu’ils n’aient basé leur jugement sur quelques individualités pour les appliquer à la généralité.». Il a utilisé le terme «coreligionnaires» pour leur reprocher leur dogmatisme, et de leur légèreté de méthode de recherche.

A l’approche de la fin de l’ouvrage, Née explique la nécessité de lutter contre ces préjugés par des actions de sensibilisation comme « un comité de vulgarisation de l’alphabet manuel, pour faciliter nos relations avec les entendants». Ce comité est une vraie révolution puisqu’il inverse les échelles. Il suppose le fait que c’est à l’entendant d’apprendre la langue des signes pour s’adapter aux sourds. Cet état d’esprit est une opposition aux positions en vigueur depuis 1880 : c’est au sourd de s’adapter à l’entendant par la parole.

Il appuie son argumentation par «Soyez logiques : ou vous êtes des professeurs sortis de l’Université et des Ecoles normales; ou vous êtes de simples aides-carbins, de garçons de salle d’hôpital pour idiots et crétins, il n’y a guère moyen de vous vanter alors : il n’y a pourtant pas de milieu». Cette phrase est une attaque directe sur le dogmatisme et l’absence de débat de fond, de réflexion réellement scientifique, il déplore ainsi le consensus autour du texte de Mygind, et qui ôte tout débat.

Il termine par une citation des propos de Paul Deschanel qui a été invité à un banquet, en 1896, dont en voici un extrait : «Si la parole est parfois inspiratrice des grandes actions, le silence est l’inspirateur des grands sentiments et de grandes pensées. Il faut n’avoir point vécu pour ne pas comprendre ce que le silence dans lequel vous vivez, l’espèce de recueillement et de concentration continue, où naissent et se développent vos sentiments et vos pensées, doivent ajouter de pénétration, d’intensité, et de saveur à votre goût esthétique, à votre sens d’idéal et aussi aux passions les plus hautes et les plus pures qui puissent agiter vos âmes : les affections de famille, votre solidarité fraternelle, l’amour de la patrie, le noble tourment de la Justice.»

Née utilise les phrases de Deschanel en opposition aux mots de Mygind. Il montre deux visions sur les sourds, et donc deux positions antagonistes.

Il conclut par une adresse aux médecins plus particulièrement : «Qu’ils daignent descendre de leur piédestal, qu’ils viennent se mêler à nous, qu’ils nous analysent en connaissance de cause dans notre vie la plus intime, qu’ils scrutent nos pensées jusqu’au plus profond de leurs replis, nous ne demandons que cela, mais qu’ils ne s’en tiennent pas à de froides études de laboratoire…» Et «Ils trouveront leur chemin de Damas».

La conclusion est une demande d’abandon de dogmatisme, et de facilité intellectuelle, afin que les deux parties puissent s’entendre et se connaître mieux. Le terme «Chemin de Damas» est une expression intéressante à plus d’un titre puisque Née utilise les termes religieux pour reprocher aux Anthropologistes de transformer la Science en une espèce de religion.

Conclusion

Le texte de Née est intéressante à plus d’un titre, puisqu’il présente le point de vue d’un militant sourd sur les recherches conduites par des médecins pour évaluer l’intelligence des sourds.

Née déplore le fait que ces recherches ne reflètent pas la réalité et sont ainsi biaisées. Or, ces recherches parties sur des bases biaisées entraînent des conclusions dangereuses. Ces conclusions, pour Née, renforcent des préjugés séculaires, puisqu’ils sont alimentées par des hommes censés représenter la modernité.

Ce paradoxe est pointé par l’auteur qui remarque la paresse intellectuelle et surtout le dogmatisme pour ménager les susceptibilités. Il leur reproche ainsi de rester dans leurs tours d’ivoire, et donc de ne pas regarder la réalité.  Ce reproche se retrouve encore de nos jours, et ainsi, il est intéressant de voir, à plus d’un siècle de distance, les reproches des sourds adressés aux médecins restent équivalent : méconnaissance de la réalité et dogmatisme.

Il est frappant de voir cette constance, et donc de ce refus de la médicalisation de la surdité. Cette médicalisation, pour les sourds, est vue comme un déshumanisation du sourd, et donc de rabaisser le sourd à une «étude de laboratoire». Ce rejet, après une éclipse de 60 ans (suite à un abandon de la défense de la langue des signes entre 1920 et 1980 de la part des sourds fortement oralisés), revient en vigueur.

Pourquoi donc ? La déshumanisation du sourd équivaut pour à un déni de l’existence de l’aspect culturel, et linguistique du sourd, et donc, bien que l’auteur ne le dise pas directement, au déni de l’existence d’une «Culture sourde» présentée avec force de nos jours, et donc les racines se trouvent justement à la Belle Epoque, et où les militants de l’époque tentent de préserver la fierté d’utiliser la langue des signes. Fierté en voie de disparition en 1890…

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, commissaire de l'exposition "L'Histoire Silencieuse des Sourds" au Panthéon (juin-octobre 2019), auteur de "Les Témoins Silencieux", "Dictionnaire biographique des Grands Sourds en France, les Silencieux de France (1450-1920)", et "La communauté sourde de la Belle Epoque"

More Posts - Website - Twitter

Le Minitel et son impact sur la communauté sourde française

Le 30 juin 2012, le réseau Transparc, sur lequel le fameux minitel s’appuie s’éteint déf…

Le 30 juin 2012, le réseau Transparc, sur lequel le fameux minitel s’appuie s’éteint définitivement, après 30 ans de service. Un livre, Le Minitel. L’enfance numérique de la France, écrit par Valérie SCHAFER et Benjamin G. THIERRY détaille la gestation du Minitel, avec des éléments expliquant les choix technologiques, et politiques, y compris les impasses jusqu’à sa conclusion, où il semble avoir une influence du Minitel sur l’Internet avec les services clé en main à la Apple. Un livre assez complet pour ceux qui souhaitent plonger dans les entrailles historiques du Minitel, et donc merci à Valérie SCHAFER de m’avoir envoyé ce livre qui m’a vraiment permis de comprendre les enjeux qui en découlent. Un colloque consacré au Minitel a lieu le 29 juin 2012 dont voici le programme ici.

D’aussi loin que je me souvienne, le minitel a une place de première importance dans la vie de la famille, permettant de contacter des proches et des amis sourds à distance. Il a représenté une vraie révolution culturelle chez les sourds. Pourquoi ? Il faudra avant tout remonter un siècle, à la Belle Epoque.

Les sourds et le téléphone, un siècle de mésentente

Le premier moyen de communication à distance, à part Chappe et ses poteaux communicatifs, qui puisse se faire en tous temps et en tous lieux est la communciation Morse, avec les points et les traits. Par la suite, arrive le téléphone qui se base sur l’intensité électrique pour moduler le son émis par les hauts-parleurs. Mais, ce que l’on sait moins, c’est que le téléphone a été mis au point par Alexander Graham Bell, un anglais installé aux Etats-Unis, et dont la mère est sourde.

Lui-même a épousé une sourde également. Mais, il est intéressant de préciser que le père de Bell était professeur d’éducation orale à Oxford, au Royaume-Uni, et que Bell lui-même est un propagateur ardent de l’éducation purement orale des enfants sourds. Il était fortement opposé à la langue des signes, et même au mariage entre sourds, souhaitant la stérilisation pour empêcher la contagion sourde.

Donc, Bell, pour tenter de communiquer avec sa femme qui se trouve de l’autre côté de son domicile, met au point un système de communication interne. Mais, il semble que cela n’a pas fonctionné. Il se tourne donc vers le grand public, voyant le potentiel important de ce marché. Et cela lui a rapporté énormément ce qui lui a permis justement de financer ses campagnes en faveur de l’éducation purement oraliste. C’est ce qui est à l’origine de l’association Alexander Graham Bell  qui s’oppose à l’Association Nationale des Sourds américaine depuis un siècle.

Mais, on ne va pas entrer dans le conflit des méthodes éducatifs, ou de la pertinence d’une éducation exclusivement orale. Le téléphone entre progressivement dans les moeurs, et beaucoup plus dans la seconde moitié du XXe siècle.

Comme l’ont souligné les auteurs du Minitel, la France était en retard technologiquement par rapport à leurs voisins. Néanmoins, dans les entreprises et les établissements administratifs, de plus en plus, le numéro de téléphone est mis en avant pour toute sollicitation ou demande de rendez-vous.

Ensuite, pour postuler à un emploi administratif, à une époque où le secteur tertiaire, celui des services, et où les fonctionnaires sont recrutés en masse, l’usage du téléphone devient de plus en prioritaire.

Quid des sourds alors ?

Ce que l’on remarque, à l’heure actuelle des recherches qui restent fortement embryonnaires, c’est que les sourds sont de plus en plus exclus de facto des postes exigeant l’usage du téléphone.

Parallèlement, le niveau du français écrit de la grande majorité des sourds décline au fil des décennies. Ce déclin de l’écrit remonte en fait dans les années 1880, où la décision a été prise, sur la base des recommandations d’un congrès international de représentants des écoles de sourds, de bannir l’usage de la langue des signes des écoles. Cette décision de bannir répond à un souhait de “moderniser l’éducation des enfants sourds”. Car la langue des signes y était en usage depuis un siècle, avec l’abbé de l’Epée dans les années 1760.

Donc, le bannissement de la langue des signes s’accompagne d’une exclusion du personnel enseignant et de service sourd. Et de là, suit de près une éducation purement orale, sur la base exclusive de la démutisation. Or, l’éducation intellectuelle devient moins prioritaire dans la nouvelle pédagogie, où tout est tourné autour de la parole.

Ainsi, la capacité d’écrire des sourds décline d’année en année…

Avec le téléphone, la situation ressemble à une double peine pour les sourds : incapables de téléphoner, de grandes peines pour écrire. Ils sont donc de plus en plus exclus de la société.

Or, deux nouvelles technologies, développées dans les années 1970-1980 vont bouleverser la situation.

Le Minitel et le Fax, deux facettes d’une révolution

Tout d’abord, le Minitel a été la première facette d’une révolution culturelle. En effet, il s’est installé dans les esprits qu’être sourd, c’est être irrémédiablement condamné à l’isolement, à moins d’imiter les entendants, et donc d’essayer d’être un ersatz d’entendant. C’est ce que j’ai remarqué dans les témoignages des sourds nés dans les années 1940-1960.

Or, aux Etats-Unis, une technologie s’est mise en place, le TTY (Telephone Typewriter) qui a été développée par un sourd américain, Robert Weitbrecht qui souhaite tenter de sortir les sourds de l’isolement. La situation étant moins pire aux Etats-Unis qu’en France dans les années 1960. Cette technologie s’est rapidement répandue aux Etat-Unis, au sein de la communauté sourde; plus particulièrement chez ceux qui ont une maîtrise nécessaire de l’écrit.

Des sourds français, découvrant ce matériel, vont l’importer en France vers 1980. Or, ce matériel a rencontré quelques résistances pour la simple raison que cela risque de priver les sourds des rencontres en vrai (Des rencontres “peau” comme diraient les Sourds). En fait, certains voient en cette technologie un nouvel étape dans l’inégalité entre ceux qui savent écrire des autres.

Ainsi, ceux qui ont acquis le TTY en France sont surtout ceux qui ont les moyens de l’acheter, et qui peuvent l’utiliser. D’ailleurs, c’est également le début de l’ouverture des lignes téléphoniques au domicile des sourds ce qui ne s’était jamais vu auparavant. De là s’est également développé tout une galaxie de matériel adaptés aux sourds : signaux lumineux, vibrants etc…

L’un rouspète sur la lenteur du « tapage de clavier » de l’autre… (DVD Deaf Pa What?)

L’affiche du DVD Deaf Pa What?

Néanmoins le TTY a des défauts assez rédhihiboires. Il exige, dans le cas d’une conversation, d’avoir les yeux rivés sur l’écran où défile le texte. Or, si l’on lève les yeux pour discuter avec une autre personne sourde, la conversation écrite se perd définitivement. D’autre part, il existe un élément qui est rapidement passé dans les blagues où le sourd qui maitrise avec peine l’écrit tape avec lenteur le texte, l’autre prend le temps de faire le ménage. On peut voir cette scène dans le DVD Deaf Pa What ?, une comédie illustrant tout ce qui est typique aux sourds, dans les années 80.

Le TTY semble ne pas avoir un succès important en France.

Néanmoins arrive le Minitel qui semble s’installer au sein de la communauté sourde à partir de 1985, avec surtout le “Minitel Dialogue”.

Il ne s’agit pas du “36 15 quelquechose” mais une discussion en direct via le minitel. Quand on appelle quelqu’un, ce dernier décroche et allume le minitel, tout en appuyant sur Connexion/fin. Là s’instaure un dialogue comme l’illustre la photo tirée de l’émission Marche du siècle consacrée aux sourds, en 1992.

Dans l’image tirée de l’émission, on voit le signe que les sourds donnent au minitel, dite par l’interprète placée en haut et à droite de l’image. Ce signe provient du clignotement de l’écran noir, cerclé de blanc.

« Une révolution pour eux ». Le minitel dans « Marche du siècle » (1992) Photo tiré d’un enregistrement personnel de l’auteur.

Comme l’illustre la photo, c’est en effet une révolution pour les sourds puisqu’il permet un dialogue à distance. Dans un premier temps, il s’est répandu chez les sourds maîtrisant l’écrit, puis par la suite, chez les autres. De là, un changement de mentalité s’instaure dans la communauté; en particulier le fait de dépendre de moins en moins d’entendants pour tout appel téléphonique.

Un centre relais a été mis en place dans les années 1990 par France Télécom afin de permettre aux sourds de passer des appels téléphoniques aux interlocuteurs entendants. Dans le centre relais, une personne se charge de relayer l’information entre le sourd et l’entendant, l’un via le téléphone et l’autre par le minitel. Là, un nouvel étape dans la révolution des moeurs sourds s’ouvre : pouvoir contacter son médecin directement, ou encore mieux, commander un pizza à midi !

Le début de l’indépendance téléphonique

 

Néanmoins, il existe d’importantes limitations à une utilisation plus massive du minitel. A l’heure actuelle, on ne sait à quel taux les sourds utilisent le minitel, ni même combien de familles de sourds l’ont…

La première entre toutes est celui du français écrit qui est un passage obligé. Certains sourds, ne voulant pas montrer leur niveau très faible, se dispensent de l’utiliser, et d’autres, ayant une capacité de dessin, utilisent de préférence le fax.

Ensuite, le minitel est purement franco-français, et il est donc inutilisable dans les contacts avec les sourds de l’étranger. Le TTY, lui, est toujours utilisé, jusqu’à l’heure de l’Internet, dans les discussions entre la France et les Etats-Unis, de façon ponctuelle.

Dans les années 90, à mesure que le fax se démocratise, il semble que de plus en plus de sourds utilisent plus le fax que le minitel, car il est beaucoup plus visuel, pouvant envoyer des dessins, des photos etc…

Cependant, le fax et le minitel semblent avoir ouvert un nouvel chapitre dans l’Histoire des sourds, celui de constituer des noeuds d’information. En effet, avec l’Info Fax qui prend le chemin de l’info en temps réel. D’autre part, il existe un messagerie dédié aux sourds, utilisant le 36 17. Ces noeuds d’information représentent un moyen nouveau pour les associations sourdes qui pouvaient ainsi mobiliser rapidement leurs membres dans les actions, ou même discuter rapidement de la marche à suivre. De nombreux sourds, membres de conseils d’administration, et vivant d’un bout à l’autre de la France, discutent ensemble de façon bilatérale. Personnellement, j’en ai vu qui ont passé des heures sur le minitel, discutant avec tel président ou sécretaire d’association, sur l’organisation d’une conférence. Non pas en français correct, mais la plupart du temps en “français sourd”, c’est à dire du français écrit très fortement influencé par la langue des signes.

En voici un exemple du français sourd : “Moi aller salle réserve, tu peux voir comment payer. Ok ?”

Durant les années 1980 et 1990, les sourds prennent progressivement l’habitude de discuter à distance, avant que survient l’Internet. Mais, il s’instaure également une hiérarchisation entre ceux qui disposent le Minitel et ceux qui ne l’ont pas. Cette hiérarchisation s’est progressivement résorbé depuis une dizaine d’années grâce à Internet, et Facebook, en particulier, qui représente en quelque sorte “le Foyer sourd”, où de nombreux discussions animées, à la fois textuel et filmé, ont cours.

Internet et la seconde révolution culturelle

Internet représente un nouvel étape dans la révolution culturelle, avec en particulier une utilisation de plus en plus accrue du webcam pour exprimer ses pensées. Mais, là, on quitte le domaine de l’Histoire pour passer dans la Sociologie et de l’Anthropologie…

Conclusion

Le Minitel est l’un des éléments clés du Réveil sourd des années 1980, et il a permis à une nouvelle génération de sourds de s’appropier les nouvelles technologies, et donc de s’habituer aux discussions à distance. D’une idée initialement prévue pour accéder aux services, comme le 36 15, le Minitel est devenu l’un des moteurs de la révolution culturelle sourde, et dont l’impact reste encore à déterminer, par son ampleur qui est encore peu comprise de nos jours.

Il est donc nécessaire de consacrer une longue recherche sur l’impact des technologies de la communication sur le Réveil sourd, qui me semble fortement sous-estimé. La question est donc : est-ce que le Réveil sourd a été facilité en partie par la technologie ? Ou est-ce que la technologie a été mis à profit dans les luttes en faveur de la langue des signes ? Avis aux Historiens !

 

Bibliographie indicative 

Valérie SCHAFER, Benjamin G. THIERRY, Le Minitel. L’enfance numérique de la France, Nuvis, Cigref, Paris, 2012, 230 p.

André MINGUY, Le Réveil sourd en France, L’Harmattan, Paris, 2009, 332 p.

Sylvain KERBOUC’H, Du mouvement sourd à la parole publique des sourds, Actes du Colloque EHESS Les Sourds dans la cité, EHESS, 15-16 novembre, Paris.

Yann Cantin

MCF université Paris 8, Docteur en Histoire (EHESS), Spécialiste de l'Histoire des Sourds, et du noétomalalien de France, commissaire de l'exposition "L'Histoire Silencieuse des Sourds" au Panthéon (juin-octobre 2019), auteur de "Les Témoins Silencieux", "Dictionnaire biographique des Grands Sourds en France, les Silencieux de France (1450-1920)", et "La communauté sourde de la Belle Epoque"

More Posts - Website - Twitter