Bâle : aux portes de Pétra

Il peut sembler curieux de tenter un rapprochement entre Bâle, chef-lieu du canton suisse du même no…

Il peut sembler curieux de tenter un rapprochement entre Bâle, chef-lieu du canton suisse du même nom et Pétra, l’antique capitale du royaume nabatéen, se trouvant dans le sud de l’actuelle Jordanie. Pourtant, le 22 août 1812, c’est un Bâlois, Jean-Louis Burckhardt, qui allait être le premier Européen à se rendre sur le site de Pétra. Il avait été commissionné par l’African Association, en 1806, pour suivre la route caravanière allant du Caire à Tombouctou. Au cours d’un voyage de préparation réalisé dans le but de parfaire sa maîtrise de l’arabe, dès 1809, J.-L. Burckhardt, alias Sheikh Ibrahim Ibn Abdallah, se rendit en Syrie, au Liban, en Transjordanie, en Égypte, en Nubie, ainsi qu’en Arabie et dans le Sinaï. Il ne put malheureusement jamais entreprendre l’expédition projetée et mourut au Caire en 1817.

À l’occasion du bicentenaire de la redécouverte du site, l’Antikenmuseum de Bâle propose, depuis le 23 octobre 2012 et jusqu’au 17 mars 2013, de revenir sur l’héritage laissé par J.-L. Burckhardt, en mettant plus particulièrement l’accent sur les découvertes archéologiques des équipes suisses travaillant à Pétra. Les 150 pièces que comprend cette exposition sont réparties sur deux salles. Malheureusement, la scénographie, apparentée à un jeu de piste, se révèle déroutante. Si cela ne pose pas de problème au visiteur familier de la culture nabatéenne et qui n’est guère embarrassé dans son parcours, on peut en éprouver quelque gêne quand on manque de connaissances en la matière.

Les premiers panneaux retracent la vie de J.-L. Burckhardt et présentent également quelques publications d’explorateurs du xixe siècle ayant effectué à sa suite un séjour d’étude plus ou moins long à Pétra.

Figure 1 : Bétyle dans sa niche. Siq de Pétra (Photo A. Hamm)

Figure 1 : Bétyle dans sa niche. Siq de Pétra (Photo A. Hamm)

Les vitrines suivantes nous introduisent à la culture nabatéenne. Un point sur l’écriture concerne notamment l’inscription la plus ancienne de Pétra, qui se trouve dans le triclinium d’Aslah, fouillé par le R. Wenning, Professeur à l’Université de Münster, et L. Gorgerat, de l’Antikenmuseum de Bâle (The International Aslah Project, IAP). Ensuite, le visiteur aborde la religion nabatéenne. Il découvre la signification des bétyles, ces pierres de forme généralement cubique ou rectangulaire qui représentent les divinités et qui peuvent être taillées, semi-taillées ou non-taillées (Wenning, 2001) [Figure 1]. Les temples de Khirbetal-Dharih et de Khirbet al-Tannur, situés à 80 kilomètres au nord de Pétra, sont également évoqués. Distants l’un de l’autre de 7 kilomètres, ces deux monuments se trouvent par ailleurs sur l’axe nord-sud du royaume, ce qui permet de supposer que chacun constituait également une station caravanière (Villeneuve 1988, p. 461), dont l’importance est notamment soulignée par la richesse et l’omniprésence du décor architectural. L’exposition de Bâle en présente un petit échantillon.

Une parenthèse est ensuite ouverte sur la culture urbaine du nord de la Jordanie, avec une évocation des cités de Philadelphia (l’actuelle Amman) et de Gerasa (aujourd’hui Jerash), qui formaient la Décapole, groupées avec huit autres cités de la rive orientale du Jourdain. Une courte présentation de leur production artistique souligne le poids de la culture hellénistique dans cette région.

Les espaces suivants sont consacrés aux découvertes archéologiques de Pétra. Dans un premier temps, une animation multimédia réalisée par l’École polytechnique fédérale de Zürich (ETH) présente l’ingénierie des Nabatéens qui étaient parvenus à capter et à redistribuer les eaux de pluie en élaborant un système hydraulique ingénieux.

L’accès à la seconde salle, où se trouvent véritablement exposées les splendeurs de Pétra, se fait grâce à un passage matérialisé par deux cartons couleur grès évoquant le « Siq », cette gorge étroite qui conduit à la cité rocheuse. Au bout de celui-ci, comme au bout du véritable « Siq », se trouve la « Khazneh » (le « trésor », nom arabe que les bédouins ont donné à ce célèbre tombeau-temple), ici représentée par une photographie. Au sol sont projetés des extraits de films rappelant que la bande dessinée (Tintin, Coke en stock) et le cinéma (Indiana Jones et la dernière croisade, Transformers 2) ont revisité le site de Pétra, pour le meilleur et pour le pire.

Un premier focus est fait sur le centre monumental de la ville, incluant des vues du « Great Temple », du « Temple aux lions ailés », ainsi que du « Qasr al-Bint » (le « Château de la fille »), avec la porte monumentale de son téménos. Malheureusement, l’absence de plan rend la restitution du contexte topographique difficile à saisir pour le visiteur ne connaissant pas le site. Les pièces présentées témoignent néanmoins de la richesse du décor architectural de Pétra. Ainsi l’un des chapiteaux à tête d’éléphant exposé dans la salle semble encore plus imposant que ses répondants qui se trouvent encore au sommet des colonnes du « Great Temple » (Joukowsky 1998) [Figure 2].

Figure 2 : Chapiteau à tête d’éléphant in situ. ”Great Temple”, Pétra (Photo A. Hamm)

Figure 2 : Chapiteau à tête d’éléphant in situ. “Great Temple”, Pétra (Photo A. Hamm)

La présentation du « Qasr al-Bint » évoque en particulier l’exèdre de cet imposant monument, qui abritait notamment les deux statues monumentales de Lucius Verus et de Marc-Aurèle, la tête du second ayant été découverte en 2004 par la mission française. Un panneau explicatif fait également découvrir au visiteur le décor de stuc qui habillait l’ensemble du bâtiment (Zayadine, Larché, Dentzer-Feydy 2003) [Figure 3].

Figure 3 : Angle nord-est du Qasr al-Bint avec décor stuqué, Pétra (Photo A. Hamm)

Figure 3 : Angle nord-est du Qasr al-Bint avec décor stuqué, Pétra (Photo A. Hamm)

La présence de ce décor d’applique offre une parfaite transition avec l’architecture privée abordée dans un second temps. Deux secteurs de Pétra sont présentés. D’une part, la villa d’ « al-Zantur IV » (The International Ez-Zantur Project, IEZP), fouillée et restaurée par l’équipe dirigée par B. Kolb, Professeur à l’Université de Bâle, et, d’autre part, le complexe palatial mis au jour par S. G. Schmid, Professeur à l’Université Humboldt de Berlin, et son équipe, au sommet de l’« Umm al-Biyara » (The International Umm al-Biyara Project, IUBP). La présentation du décor stuqué et peint de la villa nabatéenne permet au visiteur de mesurer combien la finesse des réalisations nabatéennes n’a rien à envier aux fresques de Pompéi dont elles reprennent par ailleurs les codes. Quant aux découvertes réalisées au sommet de l’ « Umm al-Biyara », elles fournissent un parallèle aux palais hérodiens qui, eux aussi, dominaient leur environnement.

Puis le visiteur abandonne l’architecture pour se consacrer trop brièvement à l’artisanat nabatéen. En effet, la céramique et la coroplastie (représentations animales ou humaines en terre cuite) se trouvent rapidement résumées en quelques vitrines ; il en va de même pour les petits objets ou les bijoux.

Les dernières étapes de l’exposition sont consacrées aux fameuses façades rupestres. Une photo présente le « Deir » (« monastère », en arabe), l’une des réalisations rupestres les plus célèbres de Pétra. L’accent est mis ensuite sur la restitution en trois dimensions du complexe du « Tombeau du Soldat Romain », qui se trouve dans le secteur du Wadi Farasa. Elle résulte des fouilles menées par le Stephan G. Schmid dans la première décennie des années 2000 (The International Wadi Farasa Project, IWFP). Il est néanmoins regrettable qu’une part plus grande n’ait pas été consacrée aux questions rupestre et funéraire. De la sorte, une grande partie du site n’a pas été présentée. Par ailleurs, un point sur la typologie des façades, suivi de leur restitution tridimensionnelle, aurait permis une approche plus pédagogique, puisque le visiteur aurait compris que Pétra ne se résume pas à ses seules façades rupestres.

En fin de compte, l’exposition rend hommage à J.-L. Burckhardt et célèbre le site de Pétra. Elle offre également l’occasion d’aborder la culture nabatéenne en Europe. Pourtant, sa scénographie est pour le moins troublante, même si l’intention était de rendre le visiteur moins passif. L’absence d’un plan de Pétra rend aussi difficile la perception de la topographie de la ville. Enfin, la part réduite réservée à l’artisanat, ainsi que l’absence d’une introduction à la typologie des façades, ne manque pas de frustrer celui qui connaît les richesses de la culture nabatéenne.

Le catalogue fournit toutefois un bon complément permettant de pallier certains manques de l’exposition, puisqu’il réunit globalement des articles rédigés par les spécialistes de chacun des domaines abordés.

Ressources citées

Petra. Begleitbuch zur Ausstellung Petra – Wunder in der Wüste. Auf den Spuren von J. L. Burckhardt alias Scheich Ibrahim, Antikenmuseum Basel und Sammlung Ludwig, Bâle, 2012.

The Association for the Understanding of Ancient Cultures (AUAC), The International Aslah Project (IAP). [En ligne]http://www.auac.ch/iap/

The Association for the Understanding of Ancient Cultures (AUAC), The International Ez-Zantur Project (IEZP). [En ligne] http://www.auac.ch/iezp/

The Association for the Understanding of Ancient Cultures (AUAC), The International Umm al-Biyara Project (IUBP). [En ligne] http://www.auac.ch/iubp/

The Association for the Understanding of Ancient Cultures (AUAC), The International Wadi Farasa Project (IWFP). [En ligne] http://www.auac.ch/iwfp/

Villeneuve François et Al-Muheisen Zeidoun, 1988, « Fouilles à Khirbet-Edh-Dharih (Jordanie), 1984-1987 – un village, son sanctuaire et sa nécropole aux époques nabatéenne et romaine (ierive siècles ap. J.-C.) », Comptes-rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres 132/2, p. 458479. [En ligne] DOI : 10.3406/crai.1988.14625

Wenning Robert, 2001, « The Betyls of Petra », Bulletin of the American Schools of Oriental Research 324, p. 79-95. [En ligne]  http://www.jstor.org/stable/1357633

Zayadine Fawzi, Larché François et Dentzer-Feydy Jacqueline, 2003, Le Qasr Al-Bint de Pétra : l’architecture, le décor, la chronologie et les dieux, Paris, Éd. Recherche sur les civilisations.

Pour citer ce billet : Aurore Hamm, « Bâle : aux portes de Pétra  », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypotheses.org), 30 janvier 2013. [En ligne] http://ifpo.hypotheses.org/4767

Aurore Hamm, doctorante (Aide à la mobilité internationale) en archéologie, est basée à Amman depuis septembre 2011 pour une période de deux ans. Inscrite en thèse depuis septembre 2010 à l’Université de Strasbourg sous la direction de Jean-Yves Marc (Université de Strasbourg) et de Jacqueline Dentzer-Feydy (CNRS 7041), elle s’intéresse à la question des influences du décor architectural nabatéen. Elle est associée à la mission archéologique française de Pétra.

Page personnelle : http://www.ifporient.org/aurore-hamm

Tous les billets de Aurore Hamm

Les cales sèches ou cales à bateaux phéniciennes de Minet El-Hosn (Beyrouth)

Avec la découverte de Minet al-Hosn, les archéologues ont franchi une étape importante pour la conn…

Avec la découverte de Minet al-Hosn, les archéologues ont franchi une étape importante pour la connaissance de Beyrouth phénicienne. Les vestiges mis au jour viennent compléter le puzzle compliqué des fouilles du centre ville auxquelles l’Ifpo — à l’époque l’IFAPO — avait participé, aux côtés des missions libanaises et internationales, dans les années 1990. Il était donc essentiel que Martine Francis-Allouche présente pour les Carnets de l’Ifpo ces vestiges exceptionnels, dont la conservation future et la présentation au public ont suscité de nombreuses réactions dans le milieu archéologique, dans la presse et sur Internet.

Les travaux de construction d’un projet immobilier, connu sous le nom de Venus Real Estate, dans le centre ville de Beyrouth, ont mis au jour un ensemble archéologique unique et remarquablement bien conservé. Il s’agit des seuls vestiges aujourd’hui accessibles des installations portuaires antiques de Beyrouth : un ensemble de deux cales sèches, ou cales de radoub, et de leurs rampes d’accès, datées au plus tard du Ve siècle av. J.-C.

Localisation du chantier sur l'image google du quartier de Minet al-Hosn (centre ville de Beyrouth)

Localisation du chantier sur l’image Google du quartier de Minet al-Hosn (centre ville de Beyrouth)

Des cales similaires sont connues en Méditerranée : à Bamboula Kition (Chypre), à Carthage (Tunisie), au Pirée (Grèce), à Syracuse (Italie), et surtout à Tell Dor (Palestine), qui offre le dispositif le plus comparable à celui de Beyrouth. Car les cales de Tell Dor, comme celles de Beyrouth, de mêmes dimensions (4 m de large), servaient sans doute à la mise en cale sèche pour hivernage et réparation de navires peu larges. Les autres exemples d’ensembles portuaires en Méditerranée sont, pour la majorité, des dispositifs militaires plus larges et plus tardifs, d’époque hellénistique. Ainsi, les cales de Beyrouth sont des installations phéniciennes uniques.

Suite aux fouilles de sauvetage menées en hiver 2011 par la Direction Générale des Antiquités, sous la direction de l’archéologue Hisham Sayegh, et étant donné l’importance indéniable du type de vestiges trouvés, des archéologues et chercheurs libanais, dont Jeanine Abdul Massih (Université Libanaise), Anis Chaaya (Ifpo), Eric Gottwalles (Université Saint-Esprit Kaslik) et Martine Francis-Allouche,  avaient été appelés pour donner un avis scientifique. Tous les rapports soumis allaient dans le même sens : celui de la préservation d’un site archéologique au caractère unique. De même, les avis des experts internationaux, dont David Blackman (Nautical Archaeology Society – UK), Jean-Yves Empereur (Centre d’études Alexandrines) et Marguerite Yon (CNRS – France), pour ne citer que quelques-uns, ont fermement confirmé l’importance de ces vestiges : « Découverte exceptionnelle et rare de structures maritimes bien datées qui témoignent d’une installation portuaire unique de son genre sur la côte libanaise remontant au plus tard du Ve s. av J.-C. »

Us et pratiques d’un chantier naval antique

D’après les rapports des experts locaux, les spécificités techniques de ces vestiges permettent de restituer la fonction et l’organisation spatiale d’un site portuaire, dont la toponymie beyrouthine, Minet el-Hosn « port du fort » ou Minet el-Hussein « port du fortin » a conservé jusqu’à nos jours le souvenir.

Les cales, dans lesquelles les bateaux étaient réparés ou halés pour hivernage, sont creusées dans le rocher. Elles sont orientées nord-est/sud-ouest, c’est-à-dire en direction de la mer. Leur inclinaison de 3° permet d’empêcher l’eau de mer de remonter dans les rampes. Le fond des rampes devait être aménagé, à la limite de l’eau, en glissières à l’aide de poutres en bois, sur lesquelles les navires étaient halés jusqu’au sec. Les cinq puits d’eau salée, taillés dans le roc, qui ont été retrouvés, étaient utilisés par les ouvriers du chantier naval pour y puiser l’eau de mer à plus ou moins -8m, et humidifier en permanence les coques de navires. Lors des réparations de coques défectueuses, en effet, les membrures de la coque devaient être mouillées pour être travaillées et courbées sans que le bois ne craque. Les navires, halés en cales pour hivernage, étaient eux aussi continuellement humidifiés et, avant de les remettre à la mer, les ouvriers faisaient « gonfler » d’eau les membrures du bois, pour assurer la meilleure étanchéité possible de la coque.

Les parois rocheuses des cales ont été creusées au pic. Ces traces d’outils révèlent que les différentes actions de taille ont été effectuées dans le sens contraire au pendage naturel des strates géologiques, indiquant une volonté d’aménagement et non une exploitation en carrière. L’exploitation en carrière, qui semble s’être développée sur le site après l’abandon du port,  présente, en effet, un type d’extraction, creusée dans le sens des lits du rocher, en mettant à profit les strates et les joints de stratification de la pierre.

Vue générale des cales et des aménagements liés à la réparation des bateaux (photo Hicham Sayegh)

Vue générale des cales et des aménagements liés à la réparation des bateaux (photo Hicham Sayegh)

Comme la poterie la plus ancienne, identifiée dans les couches postérieures à l’abandon des cales, date du Ve siècle av. J.-C., les cales et le fonctionnement de ce chantier naval sont forcément antérieurs au Ve siècle av. J.-C. et remontent clairement, au plus tard, à l’époque phénicienne. Cette datation, basée sur un terminus ante quem, est assez exceptionnelle.

Détails d'un des cinq puits du chantier naval (photo Hicham Sayegh).

Détails d’un des cinq puits du chantier naval (photo Hicham Sayegh).

Le rivage antique de Beyrouth

Plusieurs raisons expliquent aujourd’hui la distance de 150 m qui sépare ces cales du rivage moderne. L’ensablement naturel, les remblayages nombreux et les changements subits de la ligne côtière au fil des siècles sont les premières causes de cet éloignement. Ensuite, la construction de routes, au nord de la parcelle où ont été trouvées les cales, a raccourci leur longueur : elles ne sont conservées aujourd’hui que sur 32 m (pour la rampe d’accès à l’est) et 25 m (pour celle à l’ouest). L’élévation du point le plus bas des cales par rapport au niveau actuel de la mer, est de l’ordre de 5,4 m. Cette différence de niveau est tout à fait compréhensible, si on restitue des cales sèches en inclinaison continue et en pente régulière  — l’immeuble « Bay Tower » situé au nord-ouest des cales, n’est déjà plus qu’à + 1m au-dessus du niveau actuel de la mer. Enfin, dans cette même zone, R. du Mesnil du Buisson mentionne, au début du XXe siècle, l’existence, au nord de l’emplacement des cales, d’un « mur en blocage de 2 ou 3 m d’épaisseur formant une sorte de bassin arrondi du côté de la mer ». Ce bassin portuaire, aujourd’hui disparu se trouvait donc entre les rampes et la mer, ce qui veut dire que les cales découvertes ont pu faire partie d’un aménagement portuaire plus étendu.

Tous ces indices montrent l’importance archéologique et surtout la singularité de ce témoin unique de l’architecture portuaire phénicienne au Levant. Datant au plus tard du VIe siècle av. J.-C., il est clair que les cales sèches ou cales à bateaux de Beyrouth sont des éléments importants d’une installation portuaire complexe, comprenant vraisemblablement cales, rampes d’accès pour les ouvriers, quais et bassins, et dont l’extension vers la mer était beaucoup plus importante dans l’Antiquité.

Beyrouth, à l’époque phénicienne, disposait ainsi de deux installations portuaires : l’une à Minet el-Hosn, et l’autre à l’ouest du tell ancien de la ville, au bas de la rue Foch. Certains éléments de ce second port ont déjà été mis au jour. Du côté du tell, une rampe d’accès, datée de l’âge du Bronze récent, aurait fonctionné jusqu’à l’époque du Fer 3 (époque perse). Des vestiges de quai de l’époque romaine ont également été découverts au milieu des années 1990 à l’ouest de cette même zone, à l’emplacement actuel des souks de Beyrouth.

Martine Francis-Allouche
Archéologue – spécialisée en archéologie sous-marine
Chercheure associée au Collège de France

Bibliographie indicative

Baika K., « Single rock-cut slipways: Elements of their architecture and observations on their location and function », Tropis, 7, 2012. À paraître.

Blackman D. J., « Ancient harbors in the Mediterranean. Part 1 », International Journal of Nautical Archaeology, 1/2, 1982, p. 79-104.

Blackman D. J., « Ancient harbors in the Mediterranean. Part 2 », International Journal of Nautical Archaeology, 11/3, 1982, p. 185-211.

Blackman D. J., « Triremes and Shipsheds », Tropis, II, 2nd International Symposium on ship Contruction in Antiquity, Delhi 1987, Proceeding edited By Harry Tzalas, Athens, Hellenic Institute for the reservation of Nautical Tradition, 1990, p. 35-52 .

Blackman D. J., « Les cales à bateaux. Caractéristique des anciens ports militaires. Marine antique », Les Dossiers d’Archéologie, 183, 1993, p. 32-39.

Davie M. F., « Maps and Historical Topography of Beirut », Berytus (Beyrouth) 35, 1987, p. 141-164.

Du Mesnil Du Buisson R., « Les anciennes défenses de Beyrouth ». Syria 2, 1921, p. 235-257 et p. 317-327.

Du Mesnil Du Buisson R., « Recherches archéologiques à Beyrouth », Bulletin de la Société Française des Fouilles Archéologiques, 1924-1925, p. 6-134.

Jidejian N., Beirut through the Ages, Beirut, Dar el-Mashreq, Librairie Orientale, 1973.

Rizkallah Marie-Josée, « Un suivi de l’affaire du Port phénicien de Beyrouth… avant qu’il ne soit trop tard », Libnanews – Le Média Citoyen du Liban, 23 décembre 2011, http://libnanews.com/2011/12/23/un-suivi-de-laffaire-du-port-phenicien-de-beyrouth-avant-quil-ne-soit-trop-tard/.

Yon M., « Les hangars du port chypro-phénicien de Kition. Campagnes 1996-1998 (Mission française de Kition-Bambula) », Syria 77, 2000, p. 95-116.

Yon M. & Sourisseau J.-C., « Le port de guerre de Kition », in D.J. Blackman, M.C. Lentini (eds.), Ricoveri per navi militari nei porti del Mediterraneo antico e medievale : Atti del workshop del Centro Universitario Europeo per i Beni Culuturali, Ravello, 4-5 novembre 2005, Bari, Edipuglia, 2010, p. 57-68.