La mémoire des robes

Hier, Cécile Duflot portait une robe. Hier elle répondait, à l’Assemblée nationale, à une ques…

Hier, Cécile Duflot portait une robe. Hier elle répondait, à l’Assemblée nationale, à une question qui la concernait. Et hier, au moment de sa réponse, elle a été huée, et/ou sifflée, c’est difficile à dire parce que les vidéos qui circulent ne sont pas très précises. L’internet relaie sans hésitation qu’elle a été huée à cause de sa robe (ici, ici). Admettons. Si c’est le cas, mes bras de couturière m’en tombent, et avec eux les dizaines de robes qui sont dans mon placard, à fleurs et à carreaux, en madras et en bazin, en tissu provençal et en liberty.



 Plusieurs commentaires circulent sur l’affaire, qui avancent l’une des deux interprétations suivantes :

– derrière la robe, c’est la femme qui est huée et c’est la domination masculine qui parle, qui peut tout aussi bien être portée par des voix féminines (porteuses de tailleurs-vestes) ; Olympe et Les Nouvelles News rappellent très justement que le jean du conseil des ministres avait été condamné par Nadine Morano et Valérie Pécresse, et il est intéressant d’ailleurs que la condamnation ait été formulée dans un lexique moral (“irrespectueux”) :

Après le jean, on se souvient que la presse avait concentré ses efforts intellectuels sur la robe verte de la photographie officielle du Gouvernement.

– derrière la robe c’est la personne qui est huée, parce qu’elle est une “tête à claques”, comme l’avance Autheuil dans son dernier billet, avec une grossièreté surplombante qu’il a sans doute apprise derrière les bancs de l’assemblée. Au moins, il ne la réserve pas aux femmes et Montebourg en prend également pour son grade. Je préfère cette impression de l’un de mes correspondants sur Twitter, répondant à l’un de mes tweets (“Mais qu’est-ce qu’elle a cette robe ?”) : “Elle est portée par Cécile Duflot. Je crois qu’elle est maintenant l’objet d’une fixation haineuse parfaitement irrationnelle”. Entièrement d’accord sur le côté irrationnel, et même inconscient.

Mais on trouve aussi de la part des journalistes des jugements de valeur esthétique d’assez bas niveau et peu en conformité avec la neutralité attendue dans la presse : dans Le progrès, on estime que Cécile Duflot était “endimanchée”, Buzz mode se demande si elle a fait une “faute de goût”. Bref, on est au niveau de “c’est mon avis et je le partage”.

Il y a évidemment du sexisme, de l’anti-féminisme et sans doute de l’anti-femme tout court dans cet épisode, mais il est tellement stupéfiant que je le trouve assez difficile à analyser. On n’est pas loin de la bande de gamins de la cour de récré qui brocardent une gamine en lui demandant si sa robe a été faite dans des rideaux de salle de bain. Même si l’on sait, malheureusement, après des épisodes aussi lamentables que celui du Pacs par exemple, à quel point les député.e.s peuvent être bêtes et méchant.e.s, je trouve que les proportions prises par cette affaire restent étonnantes (mais je suis peut-être encore trop naïve sur la qualité des député.e.s élu.e.s).

Il me semble assez évident  que la robe n’est pas en cause en soi, et qu’elle sert de… mais de quoi, justement ? Elle sert sans doute d’écran, au sens psychanalytique du terme, celui que l’on trouve dans “souvenir-écran”, un souvenir qui sert à en masquer un autre. Une robe qui sert de paravent à ce qui ne peut ou ne veut se se dire, d’objet de fixation explicite d’un discours indicible. Cette robe a produit un effet, c’est indéniable, et les effets ne viennent pas de ces quelques mètres de tissu imprimé, mais plutôt du réseau de significations, d’images mentales et de cadres préalables qu’elle a à l’évidence fixés. Il y a peut-être une mémoire discursive et culturelle qui a parlé dans cette robe, et qui s’est violemment activée chez des hommes peu habitués à l’examen de leurs croyances préalables.

La robe de Cécile Duflot n’est pas complètement anodine : c’est une robe inspirée du style “New Look”, colorée et visible (et non “voyante”), cintrée et ajustée, un peu courte. Quand la ministre descend dans l’hémicycle pour parler, elle fait d’ailleurs un petit mouvement tournant qui fait très légèrement tourner la jupe. La robe New Look, c’est le symbole (le symptôme ?) de la féminité dans les années 1950 : en 1947, pour sa première collection, Dior lance le style New Look, avec la fameuse robe “Corolle” qu’emblématise l’illustration ci-dessus (la seule que j’aie trouvé en commons) et toutes celles-ci. Il promeut une féminité d’après-guerre, une féminité d’après le rationnement des manteaux retournés et des bas peints à même la jambe, une féminité joyeuse et coûteuse, et scandaleuse même : il fallait plusieurs dizaines de mètres pour faire une robe “Corolle”, alors qu’il en faut environ trois ou quatre pour coudre une robe ordinaire. La robe de Cécile Duflot n’a pas ses 40 mètres de circonférence (comme le modèle “Diorama”), elle s’inspire simplement du style New look dans le col, la taille serrée par une ceinture, les manches semi-courtes et la jupe évasée. Elle a un aspect vintage qui se porte beaucoup actuellement. Pas de quoi siffler une ministre.

Je ne sais pas ce qui est déposé dans la mémoire culturelle des députés siffleurs, eux non plus d’ailleurs sans doute. Mais on peut supposer que cette robe a été puissamment et violemment évocatrice d’une féminité explicitement formulée dans le discours du tissu, dont les coutures, les biais et les mouvements parlent aux mémoires inconscientes aussi bien qu’un discours explicite. Cette robe, qui n’a rien d’extraordinaire comme objet, coupée assez simplement (Dior disait très joliment qu’une robe bien coupée est une robe peu coupée), dans ce tissu bicolore qui franchement n’a rien de bien voyant, a sans doute le malheur de ne pas être un tailleur, qui est plus ou moins l’uniforme des femmes politiques, même coloré, ou de ne pas être LA “petite robe noire” qui est la tenue de l’élégance normative prescrite par Coco Chanel. Évidemment, il y a une femme sous la robe et la robe imprime aussi, si je puis dire, les sentiments négatifs envers cette  femme-là. Il n’en reste pas moins que cette robe est un puissant indicateur sémiotique et culturel, et cette affaire est finalement bien intéressante à analyser.

Chère Cécile Duflot, continuez de porter vos jolies robes colorées. Je vous propose même de vous en faire une. J’ai déjà une petite idée sur la coupe, ce serait une coupe peu coupée.

Crédits :

  • Vidéo de l’épisode du 17 juillet à l’Assemblée nationale sur Daily motion
  • Capture d’écran de la photo de Cécile Duflot à l’Assemblée nationale le 17 juillet à partir du site Melty fashion
  • Dior New look 1947 Corolle, Gussisaurio, Wikimedia Commons

Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

More Posts

Jean-Jacques Rousseau (1712-1788) : expositions

Parmi les célébrations de l’année 2012 est à souligner le tricentenaire de la naissance de Rou…

Parmi les célébrations de l’année 2012 est à souligner le tricentenaire de la naissance de Rousseau à Genève, le 28 juin 1712. Colloques, journées d’étude, conférences marquent cet évènement en Europe, Amérique, Russie… Ainsi que plusieurs expositions en Suisse (Genève, Vevey) et en France ( Fontainebleau, Montmorency, Ermenonville, Chambéry, Vizille et Paris).

Section du contrat social : le gouvernement républicain est le seul légitime. Par A. de Saint-Aubin (BnF, N2 (Rousseau)

Section du contrat social : le gouvernement républicain est le seul légitime. Par Augustin de Saint-Aubin (BnF Estampes, N2 Rousseau, tome 3

La capitale a tenu à honorer l’écrivain en deux lieux chargés d’histoire, l’Assemblée nationale et le Panthéon. La Bnf participe à ces deux manifestations par des prêts de certains de ses départements, dont le département des Estampes (très souvent sollicité en la matière en France et à l’étranger).

Arrivée de J.-J. Rousseau aux Champs Elisées. CFA Macret d'après Moreau le jeune. BnF, Hennin, 9686

Arrivée de J.-J. Rousseau aux Champs Elisées. CFA Macret d’après Jean-Michel Moreau le jeune. BnF Estampes, Hennin 9686

L’exposition de l’Assemblée nationale “Rousseau et la Révolution”, précédée d’un colloque, a eu lieu du 10 février au 6 avril 2012. Parmi les philosophes du XVIIIème siècle, Jean-Jacques fut celui dont la Révolution s’inspira le plus directement par son Contrat social publié en 1762, les partis politiques du temps reprenant chacun à son compte ses idées. Un “fonds Rousseau” important de manuscrits du genevois entra dès 1794 à l’Assemblée. Concernant le département des Estampes, une quinzaine de gravures -choisies par le commissaire de l’exposition- y furent présentées parmi les oeuvres d’autres collections : histoire, caricatures, portraits et allégories du philosophe, carte de membre de la section du Contrat social… Un important catalogue pérennise l’évènement.

Jean-Jacques Rousseau. Vitam impendere vero. D. Martin d'après A. Ramsay (tableau de la collection de Hume), manière noire. BnF, De Vinck 6334

Jean-Jacques Rousseau. Vitam impendere vero. Gravure en manière-noire de David Martin d’après Allan Ramsay (tableau de la collection de Hume). BnF Estampes N2 Rousseau, tome 1

Une seconde exposition, organisée par le Louvre, est prévue au Panthéon du 1er juillet au 30 septembre 2012, sur le thème “Jean-Jacques Rousseau et les arts”. Elle fait appel à différents  prêteurs : musées, collectionneurs, organismes divers, bibliothèques dont la BnF. Une trentaine d’estampes du département y figureront – choisies par Guilhem Scherf, conservateur en chef du département des Sculptures-  en majorité du XVIIIème siècle, parfois du début du XIXème. On y verra une sélection de  portraits de Rousseau (le département en possède des centaines …), quelques uns inspirés du fameux pastel de La Tour exposé au Salon de 1753 ; des portraits de certains de ses contemporains (Hume, Voltaire), des illustrations d’un petit nombre de ses oeuvres (La Nouvelle Héloïse, l’Emile) ;  des personnages de l’Antiquité et des artistes  cités dans ses écrits (Lycurgue, Poussin, Greuze). Ainsi que plusieurs lieux où vécut ce perpétuel errant : les Charmettes en Savoie, Montmorency, Ermenonville où il se plaisait à herboriser et où il mourut le 2 juillet 1778 dans la propriété du marquis de Girardin qui l’avait accueilli en mai. Inhumé en ce lieu dans l’île des Peupliers, un véritable culte s’établit dès sa mort autour de son tombeau, où se pressèrent grands de ce monde (Marie-Antoinette, son frère Joseph II d’Autriche, Gustave III de Suède,  Benjamin Franklin…) et modestes admirateurs. Le 14 avril 1794 la Convention vota l’entrée de Rousseau au “Panthéon des Grands Hommes”, la  cérémonie du transfert se déroulant avec faste et panache le 11 octobre 1794.

Apothéose de J.-J. Rousseau ; sa translation au Panthéon. Dessiné et eau-forte par Girardet, repris au burin par Berthault

Apothéose de J.-J. Rousseau ; sa translation au Panthéon. Dessiné et eau-forte par Girardet, repris au burin par Berthault. (BnF Estampes Qb1 11 octobre 1794)

Pour aller plus loin :

Rousseau et la Révolution, catalogue d’exposition,  Assemblée Nationale, du 10 février au 6 avril 2012, Paris : Gallimard, 2012.

Exposition Jean-Jacques Rousseau et les Arts, sous la dir. de Guilhem Scherf, Paris, Panthéon, du 29 juin au 30 septembre 2012. http://www.monuments-nationaux.fr/fr/actualites/a-la-une/bdd/actu/1073/jean-jacques-rousseau-et-les-arts/