Les fonds slaves de la Bibliothèque Diderot de Lyon

Sophie Petrowna Apraxine (1802-1886). Portraits russes des XVIIIe et XIXe siècles. Éd. du grand duc …

Sophie Petrowna Apraxine (1802-1886). Portraits russes des XVIIIe et XIXe siècles. Éd. du grand duc Nicolas Mikhaïlovitch, Saint-Pétersbourg, Manufacture des papiers de l’État, 1907

 

En septembre 2012, les fonds slaves de l’ENS de Lyon (ENSL) ont intégré le département Patrimoine et conservation de la toute nouvelle Bibliothèque Diderot de Lyon , entamant ainsi une nouvelle étape de leur histoire commencée en 2003 à la Bibliothèque de l’ENSL.

En effet, l’École normale supérieure accueillait alors en dépôt une prestigieuse bibliothèque jésuite consacrée au monde russe et slave, la Bibliothèque slave de Meudon. Adossée aux collections russes de l’ex-ENS LSH, cette bibliothèque, appelée aujourd’hui le fonds slave des jésuites, constitue le socle majeur des fonds slaves. Ces collections sont régulièrement alimentées par des acquisitions et par des dons prodigués par des enseignants et des chercheurs spécialistes du monde russe et slave.

Aujourd’hui ce gisement documentaire compte plus de 100 000 documents et constitue une ressource inestimable sur la civilisation russe et slave.

 

 

Un patrimoine français et européen

Le fonds slave des jésuites appartient, comme l’ensemble des bibliothèques jésuites, à la grande histoire du savoir et de sa diffusion. Il restitue ainsi des pans entiers de l’histoire intellectuelle contemporaine.  Mais, objet d’un destin singulier, il  y ajoute une caractéristique originale : la transmission d’un héritage proprement russe en terre française. Ses composantes uniques sont le reflet d’une histoire qui se confond avec la vie et l’œuvre de son fondateur, le prince Ivan Sergueevitch Gagarine (1814-1882). Fonds d’origine religieuse, il exprime la volonté de ce noble russe de jeter des ponts entre l’Orient et l’Occident, entre l’orthodoxie et le catholicisme, et celle  de se définir tout au long de sa vie tout autant russe qu’européen. Enfin, cette « Bibliothèque russe en France » reflète aussi la force et la complexité des relations qui lient depuis bien longtemps nos deux pays, la Russie et la France1.

 

Le fonds Gagarine

Ivan Gagarine naît à Moscou dans une illustre famille aristocratique, européanisée, voire francisée. Il est le parfait exemple de cette élite russe qui, malgré les traumatismes infligés par la « guerre patriotique » de 1812, continue à faire éduquer ses enfants par des précepteurs français et à les nourrir de culture occidentale. Suivant le chemin  tracé par ses aînés, Gagarine embrasse la carrière diplomatique et parcourt les capitales européennes. Avide de découvertes, le jeune homme fréquente les cercles intellectuels et littéraires de son temps.

Mais, parallèlement au tourbillon de cette vie brillante et mondaine, Ivan Gagarine est en quête d’un idéal qui embarque le cours de sa vie. Il prend peu à peu conscience qu’il est investi d’une mission : servir la grandeur de la Russie. Et il acquiert la conviction que le choix de l’héritage byzantin et de l’orthodoxie  a exclu la Russie de la civilisation universelle portée par le christianisme latin.

Ex-libris de Gagarine

En 1842, son choix est fait : il abjure sa foi orthodoxe pour le catholicisme. En 1843, il devient le père jésuite Jean-Xavier Gagarine. En conséquence, il est déchu de tous ses droits, privé de tous ses biens et banni à vie de Russie.

En 1855, le Père Gagarine convainc la Compagnie de Jésus de fonder à Paris l’Œuvre des Saints Cyrille et Méthode, entreprise missionnaire dont le but est de travailler au rapprochement de la Russie orthodoxe et de l’Occident catholique. En 1856, une bibliothèque, consacrée à ces deux univers, commence à se constituer. Les pères russes Jean Martynov (1821-1894) et Eugène Balabine (1815-1893), eux-aussi contraints à l’exil, viennent unir leurs forces à celle du P. Gagarine.

Homme de foi et homme d’action, Ivan Gagarine multiplie les entreprises pour remplir sa mission. Homme de science, il publie abondamment sur les questions religieuses relatives au monde slave. Son activité intense participe de l’émergence d’un esprit de conciliation entre les catholiques et les orthodoxes. Et lui et ses compagnons lèguent à leurs successeurs les bases solides d’une collection que ceux-ci vont s’employer à développer.

Avec le Père Paul Pierling (1840-1922), historien, spécialiste des relations de la Russie avec le Saint-Siège,  la bibliothèque poursuit ses enrichissements dans les domaines historiques, religieux et philosophiques,  et s’ouvre à l’art et à la littérature.

La loi Waldeck-Rousseau (1901) sur les congrégations va contraindre le P. Pierling et la bibliothèque à d’exiler chez les Bollandistes à Bruxelles2.

Après la guerre 1914-1918, la Bibliothèque slave est de retour à Paris et s’installe rue de Sèvres. Elle est consultée par les slavistes comme par le grand public. Dans le Paris de l’entre -deux guerres, capitale de la « Russie hors-frontières », les émigrés fréquentent assidûment la bibliothèque et lui font souvent don de leurs propres collections.

Jusque dans les années 1970, la Bibliothèque slave connaît une période faste. Le monde intellectuel français la reconnaît comme une référence en matière de ressources sur le monde slave et sur les questions religieuses liées aux deux univers orthodoxe et catholique.

Lorsque le P. René Marichal en prend la direction en 1970, le fonds Gagarine est confronté à de graves problèmes d’hébergement et devra subir plusieurs déménagements. En 1983, sa situation se stabilise à nouveau, lorsqu’il associe son sort à celui d’une autre bibliothèque jésuite, celle du Centre d’études russes de Meudon, le fonds Saint-Georges.

 

Le fonds Saint-Georges

Le fonds Saint-Georges naît directement de l’émigration russe. A Constantinople, un petit groupe de pères jésuites fonde l’internat Saint-Georges pour venir en aide aux familles d’émigrés russes qui fuient la Russie des bolchéviques et pour offrir à leurs enfants un cadre où ils pourront recevoir un enseignement dans le respect de leurs racines culturelles et religieuses.

Après avoir transité par la Belgique pendant une vingtaine d’années, la communauté s’installe à Paris,  puis en  1946  à Meudon. La documentation, dont s’est doté l’internat au fil du temps, est désormais une véritable bibliothèque, lieu d’étude pour les élèves et pour les pères.

En 1972, l’internat devient le Centre d’études russes de Meudon. Le fonds Saint-Georges est  alors une collection de plus de 30 000 documents et de plus de 1000 titres de périodiques russes, soviétiques et français. La littérature, la linguistique, l’histoire, la théologie, et l’étude de la diaspora russe en sont les principaux domaines.

Mais en 2002, la Bibliothèque slave de Meudon, union des deux fonds jésuites, doit à nouveau déménager. La Compagnie de Jésus se voit contrainte de confier la destinée de ses collections à d’autres mains que les siennes. Le patrimoine légué par Gagarine et ses successeurs est accueilli par la bibliothèque de l’École normale supérieure de Lyon, et prend le nom de fonds slave des jésuites.

Tampon du fonds Saint-Georges

 

Les fonds slaves de l’ENS de lyon

Dix nouveaux fonds viennent enrichir l’ancienne Bibliothèque slave. Ils sont peu à peu intégrés au fonds slave des jésuites ou gardent leur identité et leur autonomie, à l’instar de la collection du grand spécialiste de la linguistique slave, Cornelis van Schooneveld. La bibliothèque de ce grand chercheur spécialiste de linguistique est une ressource importante pour les langues russe et slaves.  Il faut noter aussi la présence du fonds Maklakoff, acquis par la bibliothèque de l’ENS de Lyon en 2009. Fondée par Georges Maklakoff, cette bibliothèque était celle de la chaire de russe de l’Institut catholique de Lille ; elle complète les points forts du fonds slave des jésuites, la pensée philosophique et religieuse et l’émigration russe3.

Le gisement documentaire ainsi constitué embrasse dans sa totalité la civilisation d’un univers immense et foisonnant : Russie kiévienne, Moscovie, Russie impériale, période soviétique, vie religieuse, vie sociale, vie intellectuelle, vie artistique et littéraire, politique, économie, droit. Cet ensemble reflète aussi l’histoire de la Pologne, des Balkans, des relations des Slaves avec l’Empire ottoman, et des liens de la France avec la Russie. Une grande partie du fonds Gagarine contient des éditions publiées avant 1900, dont certaines remontent jusqu’au xvie siècle, et qui traduisent le patrimoine du livre européen.

Un autre atout majeur de ces collections est la grande variété typologique des documents. Les collections comptent plus de 1 500 titres de périodiques et contiennent aussi des cartes et des plans, anciens et contemporains, des gravures, des cartes postales, des photographies, des affiches et, même, des disques vinyles. Enfin, si les archives personnelles des pères fondateurs sont conservées aux archives de la Compagnie de Jésus à Vanves, le fonds slave des jésuites peut offrir à la consultation les documents de travail des jésuites russes, ainsi que de nombreuses boîtes contenant des fascicules, des tirés à part, des extraits manuscrits, des coupures de presse et des dossiers documentaires4.

 

Une collaboration partagée et réciproque avec la recherche

Dès l’arrivée du fonds jésuite à Lyon, tout le travail accompli par la bibliothèque sur les fonds slaves s’appuie sur une collaboration permanente avec la recherche. En effet, en 2003, un institut de recherche, l’Institut européen Est-Ouest (IEEO),  est créé à l’École. Il se définit par sa vocation pluridisciplinaire qui permet de regrouper autour de projets précis des chercheurs appartenant à des disciplines et des laboratoires de recherche différents. Grâce au matériau documentaire constitué par les fonds slaves, chercheurs et bibliothécaires se sont engagés  ensemble dans des pratiques de valorisation fortes et diversifiées : manifestations scientifiques et culturelles, comme la participation à l’Année France-Russie en 2010, et la constitution d’un corpus de textes numériques, outil d’un projet scientifique porté par une équipe de chercheurs5.

 

Les fonds slaves du département Patrimoine et conservation de la Bibliothèque Diderot de Lyon

« 1812, visions russes, histoire européenne »

 

Cette année, chercheurs et bibliothécaires se sont à nouveau associés pour organiser une manifestation consacrée à 1812 et à son impact sur la Russie et l’Europe : « 1812, visions russes, histoire européenne ». Le bicentenaire de cet événement et la présence des riches collections du fonds Gagarine sur le xixe siècle russe, ont constitué sans doute l’impulsion majeure à la genèse de cette manifestation. Mais la question des guerres napoléoniennes constitue un sujet d’étude illustré largement par l’ensemble du catalogue de la Bibliothèque Diderot, et tout  particulièrement par les fonds de l’Université de Lyon. Il s’offrait là une belle opportunité, dont s’est emparé l’équipe des fonds slaves, d’unir les ressources du département Patrimoine et conservation, de fédérer ses équipes, et, dans la continuité de l’exposition « Livres blessés, livres soignés », de saluer les premiers pas de ce nouvel acteur au service des collections patrimoniales et des fonds spécialisés.

 

Pour en savoir plus

  • L’Institut européen Est-Ouest : Voir la rubrique « Publications et travaux » pour la mise en ligne des Actes du colloque Premières rencontres de l’Institut européen Est-Ouest (2004) et des communications de la journée d’étude Une bibliothèque russe en France (2010)  et  la rubrique « Ressources documentaires »
  • Sur la vie et l’œuvre d’Ivan Gagarine

Beshoner, Jeffrey Bruce. Ivan Sergeevitch Gagarin : the Search for Orthodox and Catholic Union.
Notre Dame, Ind. : University of Notre Dame Press, 2002. Cote : 545 BES

Giot, Clotilde ; sous la dir. de Prudhomme, Cl. Jean Sergueiévitch Gagarin premier jésuite russe et artisan de l’union des églises. [S.l.] : [s.n.], 1993. Thèse de doctorat : Histoire : Université Lyon 3 (Jean Moulin) : 1993. Cote LARHRA : 3306

Gagarine, Ivan Sergueevitch ; éd. préparée par  Rouleau, François et Chmelewsky, Mireille. Journal : 1833-1842. Paris : Desclée de Brower, 2010. Cote : FSJ 547 GAG jou

  • Sur les fonds Gagarine et Saint-Georges

Moledina, Sheza ; sous la dir. de Barbier, Frédéric. L’ histoire des bibliothèques jésuites à l’époque contemporaine, 1814-1998. [S.l.] : [s.n.], 2007. Thèse de doctorat : Histoire du livre : Paris, EPHE : 2007

Rouët de Journel, Marie Joseph. L’oeuvre des saints Cyrille et Méthode et la bibliothèque slave. [Paris] : [s.n.], [1923]. “Lettres de Jersey”, vol. XXXVI, 1922, p. 617-618

Marichal , René et Rouleau, François. Un collège jésuite pour les Russes, Saint-Georges : de Constantinople à Meudon, 1921-1992. Meudon : Bibliothèque slave de Paris, 1993

 

  1. L’expression « Bibliothèque russe en France » reprend le titre de la manifestation organisée en 2010 dans le cadre de l’Année France-Russie. Le fonds Gagarine avait déjà été désigné ainsi en 1922 par l’historien Evgueni Frantsevitch Chmourlo (1853-1934) dans un article de La Civiltà Cattolica (vol. 2), cité dans la revue Plamia, n° 102, 2000, p. 33
  2. Les bollandistes doivent leur nom à Jean Bolland (1596-1665). Jésuite d’Anvers, Jean Bolland a accompli un gigantesque travail d’érudition commencé par son confrère Héribert Rosweyde. Toutes les vies de saints contenues dans les manuscrits des bibliothèques de Belgique sont recensées dans les Acta sanctorum, dont les deux premiers volumes paraissent à Anvers en 1643. L’épisode de l’exil en Belgique du fonds Gagarine est un moment important de l’histoire de la Bibliothèque slave. Outre la thèse de Sheza Moledina (citée dans la bibliographie), il est intéressant de consulter aussi l’article de W. Coudenys : Wim Coudenys, On Disappearing libraries : the Bibliothèque slave de Paris, Solanus (International Journal for Russian and East European bibliographic), vol. XVIII, 2004, p. 108-119
  3. Voir les pages de description des fonds slaves sur le site de la Bibliothèque Diderot de Lyon
  4. Site de la Province de France. Les Archives de la compagnie de Jésus sont accessibles aux chercheurs, sur demande motivée. Toutes les informations nécessaires sont délivrées sur le site
  5. Il s’agit du corpus Boris Tchitchérine, porté par Sylvie Martin (ENS de Lyon, UMR 5206 Triangle, IEEO) professeur en études. Voir les pages de la Bibliothèque numérique de la Bibliothèque Diderot de Lyon

La fascination de la montagne

Si le XVIIIe siècle n’a pas au sens strict « découvert » la montagne, comme on a parfois tendance à …

Si le XVIIIe siècle n’a pas au sens strict « découvert » la montagne, comme on a parfois tendance à l’affirmer quelque peu rapidement, il est le siècle qui a popularisé celle-ci et où se multiplient les voyages : voyages scientifiques et d’exploration ainsi que voyages touristiques. La bibliothèque possède trois ouvrages qui ont été de véritables best-sellers en leur temps de ce type de littérature.

 

Gottlieb Sigmund Gruner (1717-1778)

L’Histoire naturelle des glacières de la Suisse est la traduction libre en français, parue en 1770, des 3 volumes de l’ouvrage de Gottlieb Sigmund Gruner (1717-1778), Die Eisgebirge des Schweizerlandes, paru à Berne entre 1760 et 1762. Le titre français, assez infidèle, fut choisi pour rappeler le titre du célèbre livre de Buffon, Histoire naturelle, et le traducteur est M. de Kéralio, professeur à l’École militaire, qui avait déjà traduit un récit de voyage en Sibérie.

Page de titre. Gruner, G. S. Histoire naturelle des glacières de Suisse. Paris : Panckoucke, 1770. Cote : FANC 7581

Frontispice. Gruner, G. S. Histoire naturelle des glacières de Suisse. Paris : Panckoucke, 1770. Cote : FANC 7581

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’ouvrage de Gruner est une description des glaciers suisses vallée après vallée. L’auteur, en véritable homme des Lumières, évoque tout : les insectes, les papillons, les avalanches, les salines, les chutes d’eau, les eaux thermales, les vents, les roches, les croyances religieuses… mais dans sa troisième partie, il s’attache à expliquer de façon scientifique la formation des glaciers et plus généralement celle des montagnes. Il donne dans cet ouvrage la première théorie générale des glaciers, ainsi qu’un début de classification, il esquisse des comparaisons entre les glaciers des Alpes et ceux du nord de l’Europe. Il s’interroge sur les origines des glaciations, posant ainsi les questions scientifiques essentielles auxquelles ses successeurs s’efforceront de répondre ; c’est lui qui établit également la première carte suisse des minéraux.

L’ouvrage s’accompagne en effet de 18 planches de gravures hors-texte gravées par Zingg d’après les dessins de Grim ; ces planches comportent des sigles, représentant les minéraux, et des lettres permettant de se repérer sur chaque carte. L’ouvrage de Gruner a ouvert un certain nombre de perspectives sur la formation des massifs montagneux.

Gruner, G. S. Histoire naturelle des glacières de Suisse. Paris : Panckoucke, 1770. Cote : FANC 7581

 

 

Horace Bénédict de Saussure (1740-1799)

Le Voyage dans les Alpesd’Horace-Bénédict de Saussure, paru en 4 volumes entre 1779, 1786 et 1796 à Neuchatel et Genève, est sans conteste le grand best-seller sur les Alpes pendant une cinquantaine d’années : en 1834, on en publie encore une édition, expurgée d’une bonne partie des remarques scientifiques désormais obsolètes.

Page de titre. Saussure, H. B. Voyages dans les Alpes précédés d’un essai sur l’histoire naturelle des environs de Genève. Neuchatel : S. Fauche, 1779-1796. Cote : R2 3124, t. 1 à 4

 

Saussure est un professeur à l’Académie de Genève, fasciné par la montagne et le Mont-Blanc dès son plus jeune âge ; il réalise la deuxième ascension de ce mont en 1787 ; il en donne d’ailleurs le récit : Relation abrégée d’un voyage à la cime du Mont Blanc.

Son œuvre est une sorte de somme scientifique, philosophique et ethnologique, tout autant qu’un récit d’aventures ; s’y mêlent expérimentation, observations diverses sur les plantes et les animaux, relevés de température, observations géologiques, remarques personnelles sur ses émotions, considérations esthétiques. Ses 30 ans de pérégrinations dans la région du Mont-Blanc ont permis à Saussure de mieux comprendre le massif, les rapports entre les différentes chaînes de montagnes, leurs structures. La recherche permanente de la hauteur, qui sous tend toutes ses excursions, c’est aussi la recherche d’un point absolu qui permettrait l’appréhension et donc la compréhension totale du massif et par-delà de la montagne en général.

Saussure, H. B. Voyages dans les Alpes précédés d’un essai sur l’histoire naturelle des environs de Genève. Neuchatel : S. Fauche, 1779-1796. Cote : R2 3124, t. 1 à 4

 

 

Marc Théodore Bourrit (1739-1819)

L’ouvrage en trois tomes de Marc-Théodore Bourrit, Nouvelle description des glacières, vallées de glace et glaciers…, paru en 1787 à Genève est un autre classique du genre ; c’est une réédition, dans un ordre différent, des trois tomes publiés en 1781, 1783 et 1785 sous le titre Nouvelle description générale des Alpes. Très lu et très connu à l’époque, l’ouvrage a aussi été très rapidement traduit notamment en anglais.

Page de titre, tome 2. Bourrit, M. T. Nouvelle description des glacières, vallées de glace et glaciers qui forment la grande chaîne des Alpes. Genève, 1787. Cote : 2 21 464, tomes 1 à 3

Frontispice. Bourrit, M. T. Nouvelle description des glacières, vallées de glace et glaciers qui forment la grande chaîne des Alpes. Genève, 1787. Cote : 2 21 464, tomes 1 à 3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bourrit est un Genevois, d’extraction modeste, chantre à la cathédrale de la ville. Il a parcouru les Alpes en tous sens et se considérait un peu comme le guide officiel de la vallée de Chamonix. Il fut le dessinateur de Saussure avec lequel il a fait plusieurs expéditions. Son livre sur la description des glaciers de Savoie fut très connu au point qu’il devint le premier volume dans l’édition de 1787 (il n’était que 3e dans l’édition de base). L’histoire du texte est complexe tant l’auteur a remanié  ses écrits tout au long de sa vie, au fur et à mesure de ses périples : on pourrait presque la faire commencer en 1773 par la première Description des glacières, glaciers et amas de glaces du duché de Savoye.

On reproche souvent à Bourrit son style ampoulé, ses métaphores très lourdes et surtout son fonds scientifique moins étoffé que ses prédécesseurs. C’est sans doute qu’il marque le tournant entre des érudits voyageurs et vrais scientifiques et des voyageurs plus spectateurs que scientifiques, les premiers touristes en quelque sorte. Dans la deuxième moitié du siècle, les voyageurs commencent à affluer à Chamonix, la vallée se transforme : des hôtels poussent, des marchands de souvenirs s’installent, la concurrence entre les guides fait rage.

Bourrit, M. T. Nouvelle description des glacières, vallées de glace et glaciers qui forment la grande chaîne des Alpes. Genève, 1787. Cote : 2 21 464, tomes 1 à 3

L’ouvrage comprend de jolies petites gravures hors-texte dessinées par Bourrit lui-même et gravées par Angel Moitte, ainsi qu’une carte dépliante également dessinée par l’auteur.

 

Bibliographie :

Broc, Numa. Les montagnes au siècle des Lumières. Paris : Éd. du CTHS, impr. 1991. Cote magasin 2 : 111839

Joutard, Philippe. L’invention du Mont Blanc. Paris : Gallimard, impr. 1986. Cote : 910.11 INV

Guyot, Alain. « Le récit de voyage en montagne au tournant des Lumières. Hétérogénéité des sources » in : Sociétés et représentations, 2006/1 n° 21, p. 117-133. Cote : PG 23

 

 

Le Paris d’Eugène Béjot

On trouve dans les rayons du fonds ancien de la BIU Lsh, un recueil assez rare de belles gravures du…

On trouve dans les rayons du fonds ancien de la BIU Lsh, un recueil assez rare de belles gravures du début du XXe siècle : Du Ier au XXe : les arrondissements de Paris : vingt eaux-fortes originales de Eugène Béjot, commandé et édité à Paris en 1903 par la Société de Propagation des Livres d’Art.

1er arrondissement : le Pont-Neuf, Eugène Béjot, Paris

Ce volume comprend une préface de Jules Claretie (1840-1913), romancier, auteur dramatique, historien et chroniqueur, membre de l’Académie française ; une liste des membres de la Société de Propagation des Livres d’Art ; et dix-huit planches d’Eugène Béjot1. Cette édition originale, non destinée au commerce, est un grand format en portefeuille cartonné contenant les eaux-fortes sur du papier de très belle qualité, encollé sur des planches cartonnées.

11e arrondissement : le Faubourg Saint-Antoine, Eugène Béjot, Paris, 1903

 
La technique de l’eau-forte, développée en Italie à partir de 1530, connaît un très fort renouveau en France à la fin du XIXe siècle, sous l’influence de la Société d’aquafortistes et de l’éditeur Cadart. Cette technique de taille douce consiste à recouvrir la plaque de cuivre d’un vernis dur. L’artiste forme son dessin en grattant ce vernis avec une pointe. La plaque est ensuite plongée dans un bain d’acide. C’est ce mélange d’acide nitrique et d’eau que l’on appelle « eau-forte ». L’acide mord le cuivre dans les zones qui ne sont plus protégées par le vernis, et le métal se creuse plus ou moins profondément selon le temps d’immersion de la plaque dans l’acide. Il faut alors retirer le vernis, avant d’encrer la plaque selon des méthodes particulières à la gravure sur cuivre, pour enfin l’imprimer sur papier à l’aide d’une presse spéciale. Ce procédé de gravure laisse beaucoup de liberté à l’artiste et convient bien aux peintres et graveurs romantiques de la fin du XIXe siècle.

7e arrondissement : le Pont de l’Alma, Eugène Béjot, Paris 1902

 
Eugène Béjot (1867 – 1931) est un peintre, lithographe et surtout aquafortiste parisien. Élève de l’Académie Julian, il est amené à rencontrer les plus grands : Boulanger, Guérard, Buhot, Bracquemond, Ibels…. Il aime représenter des bateaux, des ports, des paysages de quais, des parcs. Héritier de l’aquafortiste Charles Meryon2, il réalise comme lui, de nombreuses eaux-fortes sur Paris , ville dont il est amoureux et où il passe sa vie entière. Il connait un succès important en France et en Angleterre ; on lui attribue en tout 436 planches.

13e arrondissement : la Butte-aux-Cailles, Eugène Béjot, Paris, 1903

 

6e arrondissement : le Luxembourg, Eugène Béjot, Paris, 1902

 

 

Au début du XXe siècle, la Société de Propagation des Livres d’Art commande à Eugène Béjot vingt eaux-fortes sur Paris, une par arrondissement, dans le but de former « comme un musée portatif à la gloire de Paris »3. Il réalise donc de très belles planches montrant de manière originale les différents arrondissements de la capitale, des ruelles pauvres aux jardins de luxe, beaucoup de quais et de bateaux.

 

Pour les bibliophiles et les chercheurs, ce volume est un cas rare, du fait de la qualité de l’ouvrage et de la valeur artistique et historique des eaux-fortes.

 

 

 

Bibliographie:

5e arrondissement : le quai de Montebello, Eugène Béjot, Paris

BÉJOT, Eugène (gravure) ; CLARETIE, Jules (préf.). Du Ier au XXe : les arrondissements de Paris : vingt eaux-fortes originales de Eugène Béjot. Paris : Société de Propagation des Livres d’Art, 1903. Cote : rés. 2, 4400

ADHÉMAR, Jean, HÉBERT, Michèle, LETHÈVE Jacques [et al.]. Les estampes. Paris : Gründ, 1973. Cote : GF 01994

ADHÉMAR, Jean. La gravure des origines à nos jours. Paris : A. Somogy, 1979. Cote : GF 01993

BEGUIN, André. Dictionnaire technique de l’estampe. Paris : A. Béguin, 1998

LARAN, Jean. L’estampe. Paris : PUF, 1959

JOBERT, Barthélémy, MELOT Michel. Article “Gravures”, in : Encyclopédie Universalis en ligne

LARAN, Jean. L’œuvre gravé d’Eugène Béjot. Paris : Éd. de la Bibliothèque Nationale de France, 1937

« Technique des estampes, gravures et autres “multiples”. 3e partie : la taille en creux ou taille douce, l’eau forte » in Mémoires, chronique technique, décembre 2000, lettre n°04. Disponible en ligne [consulté en mars 2012]

 

  1. Il manque deux planches sur vingt à l’exemplaire de la BIU Lsh : L’Église Saint-Nicolas-des-Champs et Le Moulin de la Galette
  2. On peut admirer quelques « tableaux parisiens » de Charles Meryon (et les comparer avec ceux d’Eugène Béjot) dans une publication des Éditions de la Bibliothèque en 2001 qui regroupe des poèmes de Baudelaire et des eaux-fortes de Meryon, projet inabouti qu’avaient eu les deux artistes et qui se voit donc réalisé plus d’un siècle plus tard sous le titre de Paris, 1860 : eaux-fortes sur Paris & “Les tableaux parisiens”. Cote BIU Lsh : 109649
  3. BÉJOT, Eugène (gravure) ; CLARETIE, Jules (préf.). Du Ier au XXe : les arrondissements de Paris : vingt eaux-fortes originales de Eugène Béjot. Paris : Société de Propagation des Livres d’Art, 1903