Allo le Texas, ici l’OSCE… Bip. Bip. Bip.

Bon, pour une fois, la référence est… inhabituelle (Foxnews), mais la nouvelle en vaut la pein…

Bon, pour une fois, la référence est… inhabituelle (Foxnews), mais la nouvelle en vaut la peine. Depuis 2002, l’OSCE (organisation pour la sécurité et la coopération en Europe) envoie des observateurs aux élections américaines. À la suite de quoi elle rédige des rapports très riches, très intéressants sur les problèmes et les améliorations à apporter au système électoral. La vision comparatiste que l’OSCE est à même d’adopter offre un éclairage particulier et permet d’offrir des pistes pour modifier le système électoral.

En 2012, comme à l’accoutumée, la délégation américaine à l’OSCE a donc convié l’organisation à déployer des observateurs à travers le pays, le 6 novembre.

Mais voilà. Le Texas ne l’entend pas ainsi. Et ainsi que le rapporte Fox, le procureur général de l’État, Greg Abbott, menace de poursuivre tout observateur qui se tiendrait trop près d’un bureau de vote – contrevenant de ce fait à la loi de l’État. Sa lettre à l’OSCE est sans ambiguité:

 

Il faut savoir que Abbott envisage de se présenter comme gouverneur de l’État, ce qui pourrait laisser entendre qu’il a un agenda politique, et qu’il entend jouer sur la fibre souverainiste des Texans.

Et l’OSCE a produit un rapport intérimaire le 26 octobre dans lequel elle souligne les problèmes liés aux lois sur l’identification de l’électeur. Or la législature texane, à majorité républicaine, a adopté une loi en 2011 (imposant aux Texans de présenter une pièce d’identité avec photo – nommément un permis de conduire, un permis de port d’arme de poing, un passeport américain, un certificat de citoyenneté, une carte d’identité militaire) que la cour d’appel fédérale a invalidé en août, affirmant qu’elle privait de leurs droits les minorités et les pauvres.

De toute évidence, les Texans n’ont pas bien pris la critique. Même le gouverneur Perry s’en est mêlé sur Twitter:

Bref, la saga du comptage-décomptage-recomptage ne fait que commencer…

 

Obama peut-il perdre l’élection?

Un grand nombre de médias francophones – sinon la majorité – sont unanimes en ce lendema…

Un grand nombre de médias francophones – sinon la majorité – sont unanimes en ce lendemain de débat présidentiel: Barack Obama a remporté, a dominé la discussion sur la politique étrangère, s’est présenté comme un commandant en chef des forces armées, a ébranlé, sinon terrassé son adversaire. Les sondages abondent dans ce sens, une majorité d’Américains (en fait, 51%) donne la victoire au président sortant.

Ce dernier a souligné les incohérences de Mitt Romney, qui a lui fait la démonstration de sa méconnaissance de la géopolitique internationale. En laissant entendre que l’armée américaine était moins bien nantie qu’au début du siècle, que l’Iran avait besoin de la Syrie pour avoir un accès à la mer… On ne peut pas dire que le candidat républicain ait brillé. Les candidats républicains sont-ils voués à souffrir du syndrome Sarah Palin?

Et alors pourquoi y a-t-il, ce matin, dans ma boîte aux lettres électronique, ce courriel alarmiste de Barack Obama?

Au fond, personne ne s’attendait à ce que Barack Obama soit moins bon en politique étrangère. Les attentes étaient là: le président Obama s’est distingué en politique étrangère (plus qu’en politique intérieure), il connaît les dossiers, il maîtrise les données. Et l’on sait que Mitt Romney n’a quant à lui pas une grande connaissance de la géopolitique internationale et surtout surtout, qu’il est pris en étau par les différentes factions de son parti – isolationnisme, interventionnisme, wilsonisme botté, ou feutré…

Barack Obama a peut-être gagné le débat. Mais pas l’élection. Et c’est exactement ce que le message ci-dessus laisse entendre. Car l’équipe de Barack Obama a les yeux rivés sur les sondages, le 6 novembre et l’histoire. Or l’histoire raconte que les sondages donnent le plus souvent le gagnant plusieurs semaines avant l’élection, et que les courbes de tendance pouvaient se rapprocher, mais qu’elles ne s’inversent que très très rarement (2004, 1980, 1976) au cours des dernières semaines de campagne.

Voici le récapitulatif historique de Gallup:

Suppose the presidential election were held today. If Barack Obama were the Democratic Party's candidate and John McCain were the Republican Party's candidate, who would you vote for -- [ROTATED: Barack Obama or John McCain]? Registered voter trend, March-November 2008

2004 Presidential Trial Heats

2000 Presidential Trial Heats, September-November

1996 Presidential Trial Heats, September-November

1992 Presidential Trial Heats, September-November
1988 Presidential Trial Heats
1984 Presidential Trial Heats1988 Presidential Trial Heats

1980 Presidential Trial Heats

1976 Presidential Trial Heats

1968 Presidential Trial Heats

1960 Presidential Trial Heats

Or le problème qu’a détecté l’équipe Obama est encore plus clair lorsque l’on regarde les comparatifs de Real Clear Politics:

Voici l’état des lieux en 2012:

Mais l’image est plus frappante quand on regarde 2012/2008 et surtout 2012/2004

La course est donc vraiment (atypiquement) serrée…

Et du coup, un grand nombre d’observateurs craint aujourd’hui que dans les États pivots le décompte s’éternise, que les procédures de recomptage (qui ont déjà commencé dans le cas du vote par anticipation) se multiplient. Et surtout que soit élu un président avec une majorité de grands électeurs… et une minorité de suffrages populaires. Donc avec une légitimité affaiblie.

À en croire la lecture du courriel de l’équipe de Barack Obama ce matin, ils ne se trompent peut-être pas tout à fait…

Et vous… qu’en pensez-vous?

Arizona. D’autres bulletins, d’autres problèmes.

Damien Simonneau est contributeur invité sur ce blogue, il écrit depuis l’Arizona.

On le sait en 20…

Damien Simonneau est contributeur invité sur ce blogue, il écrit depuis l’Arizona.

On le sait en 2012 le vote latino est un facteur clef de défaite ou de victoire pour les candidats aux diverses élections. En Arizona, le vote latino est notamment crucial pour l’élection du Sénateur. Et dans le comté de Maricopa qui englobe la majeure partie de la ville de Phoenix, le vote latino est également déterminant puisque d’après dernier le recensement 30% des résidents sont hispaniques et 20% ne parlent qu’espagnol. Il est d’autant plus crucial lorsqu’il s’agit de reconduire (ou non) pour la sixième fois le shérif Joe Arpaio qui se définit lui-même comme le « shérif le plus dur d’Amérique » en matière de lutte contre les clandestins, et dont les pratiques sont jugées discriminantes envers les Latinos. Rappelons en effet que ACLU (American Civil Liberties Union) aide actuellement des associations du comté à attaquer en justice le shérif pour discriminations à leur égard et que celui-ci est également sous le coup d’un jugement pour pratiques discriminantes de la part du Ministère fédéral de la Justice américain. (J’y reviendrai dans un prochain article) Or, à deux semaines de l’élection, une erreur dans les dates sur des documents d’inscription au vote vient réveiller l’indignation si ce n’est la théorie du complot chez les défenseurs des droits des Hispaniques.

La semaine dernière, l’association PAZ-en Accion – Arizona a demandé aux autorités du Comté en charge de l’organisation du vote de corriger certaines erreurs formulées en espagnol sur des documents officiels au prétexte qu’elles peuvent désinformer les électeurs latinos. Une jeune femme hispanique est venue le 9 octobre demander auprès d’un des trois bureaux du Comté de Maricopa un document d’inscription en espagnol. Elle a notifié à ce même bureau le 15 octobre que la date sur la carte était erronée.  Une nouvelle carte corrigée lui a alors été remise.

Il semblerait donc que depuis Juin, les autorités du Comté de Maricopa distribuent des documents d’inscription aux votes (voter registration cards) mentionnant pour le jour de l’élection le 8 novembre dans la section en espagnol et le 6 novembre dans la section en anglais. Comme le suppose le titre de ce blog, l’élection générale américaine aura bien lieu le 6 novembre prochain.

Le 16 octobre dernier, le comté de Maricopa a annoncé par communiqué de presse qu’il avait envoyé de nouveaux bulletins d’inscription au vote corrigés et que seuls les bulletins distribués manuellement dans les bureaux du comté aux électeurs possédaient une date erronée. Il a également précisé que l’erreur a été modifiée dans les logiciels informatiques… L’administration du Comté estime qu’environ 50 documents comportant la mauvaise date ont été distribués.

Cet incident a indigné les leaders latinos du comté, mais aussi les militants démocrates pour qui il apparaît étrange qu’une erreur de frappe dans un chiffre soit à l’origine du changement de date sur un document où les sections en anglais et en espagnol sont côte à côte… Quoiqu’il en soit, cet incident vient raviver la tension déjà préexistante entre la communauté latino et les autorités du comté de Maricopa.

Exemple de bulletin de vote
Crédit Photo : Damien Simonneau

L’auteur: Damien Simonneau est un jeune chercheur rattaché au Centre Emile Durkheim –Sciences Po Bordeaux et à l’IRSEM, au beau milieu d’une thèse de sciences politiques financée par la DGA/CNRS. Il travaille sur les murs de séparation contemporains israélien et américain. Il est actuellement au NACTS à l’Arizona State University à Phoenix. Ce papier est d’abord paru sur son blogue: http://enattendantle6novembre.wordpress.com/